Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 août 2009 7 09 /08 /août /2009 11:18











Tout en reconnaissant sa part d'erreurs, le leader palestinien a profité d'un congrès historique de son parti pour appeler à la résistance populaire à Israël.

 


Désireux de reprendre en main un parti divisé et affaibli, Mahmoud Abbas a fait son mea culpa. Oui le Fatah, qui a été battu aux législatives de 2006 puis expulsé de Gaza par le Hamas, a «commis des erreurs», a-t-il reconnu mardi. «Le blocage du processus de paix, mais aussi certains de nos comportements rejetés par le public [telle que la corruption, ndlr], notre faible performance, notre éloignement du pouls de la rue et notre manque de discipline nous ont fait perdre les élections puis Gaza au profit du Hamas», a déploré le président de l'Autorité palestinienne devant les délégués de son parti, réunis pour la première fois depuis 20 ans en congrès général.

 

Des déroutes qui imposent au Fatah de se ressaisir. Mahmoud Abbas, qui dirige l'OLP et le Fatah depuis le décès de son dirigeant historique Yasser Arafat en 2004, a exhorté les délégués à établir «une plateforme pour un nouveau départ pour atteindre la libération et l'indépendance». Dans ce projet du programme politique qui sera soumis au congrès de trois jours, le Fatah souligne la volonté des Palestiniens de «reprendre l'initiative afin de sortir les négociations de paix de l'impasse» même s'il n'est pas question de reconnaître Israël en tant qu'État juif, comme le réclame justement l'Etat hébreu.

 

  

Abbas dénonce une «purification ethnique»


 

Et si le programme réitère le «droit du peuple palestinien à la résistance contre l'occupation conformément à la loi internationale, y compris via la lutte armée» comme le Hamas, Mahmoud Abbas reste néanmoins vague sur les moyens de cette lutte. Il a défendu mardi une approche moins belliqueuse, plus pragmatique, louant «la résistance populaire» pacifique. «Nous ne sommes pas des terroristes», a lancé Abbas. Le chef du Fatah a notamment érigé en exemple les manifestations hebdomadaires sans violence lancées contre Israël par des villageois de Bilin et Naalin en Cisjordanie. Les deux localités ont été amputées de plusieurs hectares de terres lors de la construction du mur de séparation.

 

Cependant, l'enlisement du processus de paix n'est pas la seule faute de l'Autorité palestinienne. La succession des gouvernements en Israël en est aussi en cause, a déploré le chef du Fatah. Il a notamment pointé du doigt la responsabilité de Benjamin Nétanyahou. Mahmoud Abbas a accusé le premier ministre israélien d'anéantir les chances d'une reprise des négociations en refusant le gel de la colonisation et en excluant une restitution au Palestiniens de la partie arabe de Jérusalem ou de la Vallée du Jourdain. Il reproche aussi à Israël de se livrer à une campagne de «purification ethnique» à Jérusalem-est, en détruisant des maisons arabes et en installant des colons dans des quartiers palestiniens.

 

Le président de l'Autorité palestinienne s'est dit prêt à relancer les négociations Fatah Hamas initiées au printemps dernier sous le contrôle de l'Egypte mais il a dans le même temps violemment étrillé les «putschistes» du mouvement islamique. «Ils ont bloqué la reconstruction de Gaza et vivent dans l'aisance alors que les Gazaouis souffrent», a fustigé Abbas qui souligne que leur «répression» du Fatah à Gaza rend impossible le dialogue en vue d'une réconciliation. Cette guérilla interpalestinienne était d'ailleurs visible au Congrès. Le Hamas a refusé de laisser 400 autres délégués du Fatah de Gaza se rendre en Cisjordanie pour cette réunion.





Source : lefigaro.fr   05-08-2009




 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens