Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 05:35











Au sein de la Commission baleinière internationale (CBI), dont la réunion annuelle s'achevait vendredi 26 juin à Madère (Portugal), le Japon fait cavalier seul. L'Archipel persiste à exiger le droit de pratiquer la chasse commerciale à la baleine. Dans le même temps, il maintient ses campagnes de chasse à des fins dites "scientifiques", qui se sont traduites par la prise de plus de 10 000 de ces cétacés depuis 1988.

 

 L'obstination nippone peut surprendre, car la question de la chasse à la baleine ne passionne guère le pays. Un sondage, réalisé en 2006 pour le compte de Greenpeace, révélait que 39 % des personnes interrogées n'avaient pas d'opinion sur ce sujet. Seulement 35 % y étaient favorables, surtout des hommes de plus de 40 ans.

 

En février, dans une tribune publiée par le quotidien Nihon Keizai, Masahiko Ishizuka, de l'université de Waseda, rappelait qu'il "n'existe pas de lobby national sur la question". "Il n'y a pas de demande forte de la population en faveur d'une position de fermeté à la CBI", constatait-il. 

A cela s'ajoute la faiblesse de la consommation. Selon la même étude, 20 % des sondés n'ont jamais mangé de baleine. En 2008, la société Kyodo Senpaku, qui mène les campagnes de chasse dites scientifiques, affirmait que la consommation par personne et par an s'établissait à 50 grammes. A Nagasaki, ville de tradition baleinière, elle atteignait 177 grammes. Des chiffres bien loin des niveaux observés dans le passé : au début des années 1980, avant l'instauration du moratoire sur la chasse commerciale, en 1986, la consommation annuelle s'établissait à 2,3 kg par personne.

 

Depuis, le prix de la baleine a augmenté, au point de dépasser celui du thon ou du boeuf, mais il n'y a pas de pénurie. Les stocks atteignaient 4 800 tonnes fin avril, le double de leur niveau au milieu des années 1990.

 

Les causes de la fermeté japonaise sont donc à chercher ailleurs. Pour certains, elle découlerait de calculs politiciens. "Certains élus bénéficient des voix des villes de tradition baleinière, observe Kyoko Murakami, de Greenpeace Japon. Il existe des liens très forts entre l'Agence gouvernementale de la pêche, l'Institut de recherche sur les cétacés qui mènent les "recherches", et le groupe privé Kyodo Senpaku." Tous ces acteurs collaborent pour promouvoir la chasse, avec comme argument l'absence de menace sur certaines espèces de baleine, comme celle de Minke ou le rorqual commun. Selon eux, la production d'un kilo de viande de baleine polluerait moins que celle d'un kilo de viande de boeuf.

 

CHOC DES CIVILISATIONS

 

Surtout, ils défendent l'idée que la chasse baleinière relève des traditions nationales. Des indices laissent penser que cette activité se pratiquait déjà dans le nord de l'archipel à l'époque Jomon (14 000-400 avant J.-C.). Elle se serait développée pendant la période d'Edo (1603-1868). La modernisation des techniques de chasse à l'ère Meiji, après 1868, a permis l'essor de l'activité en pleine mer.

 

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, dans un contexte de pénurie alimentaire, l'occupant américain a encouragé la consommation de baleine. Bon marché et riche en protéines, cette viande était même servie dans les écoles. A la fin des années 1940, elle représentait 45 % de la consommation totale de viande du Japon.

 

Qu'importe que ce chiffre ait ensuite diminué, l'Institut de recherche sur les cétacés persiste à clamer "l'importance, encore aujourd'hui, de la baleine dans l'alimentation japonaise". Partant de cette logique, les opposants à la chasse, dans l'archipel et à l'étranger, sont présentés comme des "anti-Japonais". Masahiko Ishizuka parle de "mini-choc des civilisations". Mais le Japon étant "un pays bénéficiant de nourriture en abondance", l'universitaire considère que "la baleine n'est en aucun cas indispensable au quotidien".

 

 

Source : lemonde.fr  27-06-2009

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens