Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2009 6 13 /06 /juin /2009 05:31









La finalisation de l'accord d'alliance entre Fiat et Chrysler annoncée mercredi fait renaître l'américain de ses cendres après un dépôt de bilan éclair et constitue un indéniable succès pour l'italien après son revers sur Opel.

 

Le "nouveau Chrysler" qui sort du processus de règlement judiciaire est "immédiatement" opérationnel, ont indiqué les deux groupes dans un communiqué commun, au lendemain du feu vert donné à l'opération par la Cour suprême des Etats-Unis.

 

Cette société, composée de "l'essentiel" des actifs du constructeur et qui prendra le nom de Chrysler Group LLC, sera possédée initialement à 20% par Fiat, qui pourra grimper par étapes à 35%, tandis que les Etats américain et canadien détiendront respectivement 8 et 2% et un fonds à gestion syndicale 55%.

 

L'italien pourra prendre à terme le contrôle du groupe, une fois les fonds avancés par l'Etat américain pour permettre la survie du constructeur -- 6 milliards de dollars à ce jour -- remboursés.

 

Le patron de Fiat, Sergio Marchionne, sera nommé directeur général de Chrysler tandis que la présidence du conseil d'administration sera assurée par Robert Kidder.

 

En échange, Fiat n'apporte pas d'argent mais sa technologie afin que Chrysler puisse produire les petites voitures économes en carburant dont il a besoin pour se relancer.

 

Les équipes des deux bords travaillent déjà "au développement de nouveaux véhicules de haute qualité, respectueux de l'environnement et économes en carburant, qui vont devenir à l'avenir la marque de Chrysler", a dit M. Marchionne selon qui l'alliance va permettre aux deux marques de réaliser un grand pas dans leur objectif de figurer parmi les leaders mondiaux du secteur.

 

Fiat s'ouvre de son côté grâce à cette alliance les portes du marché américain, sur lequel il veut revenir avec sa mascotte, la Fiat 500, et sa marque Alfa Romeo. Alfa Romeo n'était plus présente depuis 1995 aux Etats-Unis et Fiat depuis 1983.

 

Mardi, la Cour suprême américaine avait refusé de se saisir du dossier Chrysler, permettant la conclusion d'une restructuration menée tambour battant sous l'égide du gouvernement. Le dossier aura en effet été réglé en moins de six semaines, ce qui est exceptionnel pour une affaire de cette ampleur.

 

Le plan de reprise de Chrysler avait déjà été accepté par un juge des faillites et une cour d'appel la semaine dernière. Mais le dossier était monté jusqu'à la Cour suprême en raison de la croisade solitaire du trésorier de l'Indiana, qui refusait que les créanciers prioritaires puissent être plus mal traités que d'autres parties prenantes comme les syndicats.

 

Pour Fiat, poids moyen du secteur redressé de façon spectaculaire sous la férule de M. Marchionne et qui compte profiter de la crise pour grimper dans la hiérarchie mondiale de l'automobile, la concrétisation de l'opération Chrysler est un franc succès.

 

D'autant plus qu'il a perdu il y a dix jours la course pour reprendre l'allemand Opel, filiale de l'américain General Motors, face au canadien Magna. Et que le suédois Saab et les activités sud-américaines de General Motors n'ont plus d'intérêt pour lui sans Opel.

 

Chrysler est désormais la "priorité" de Fiat, selon un porte-parole du groupe. Mais l'italien est néanmoins toujours à la recherche d'autres partenaires lui permettant d'atteindre un niveau de production de 5,5 à 6 millions de véhicules par an alors que Fiat et Chrysler réunis en produisent environ 4 millions.

 

Source : actualite.aol.fr  10-06-2009

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens