Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 18:05








Le dossier Guantanamo s'avère bien compliqué à gérer pour Barack Obama. Après la polémique sur son choix de maintenir les tribunaux militaires d'exception, voici que le Sénat lui refuse les fonds pour fermer le centre de détention. Ce vote intervient à la veille d'un discours dans lequel il doit justement préciser ses vues sur Guantanamo. Les Américains - et le reste du monde - l'attendent au tournant.

 

Le 20 janvier, Barack Obama était investi président des Etats-Unis. Le 22 janvier, il signait un décret fixant la fermeture de Guantanamo et de ses tribunaux militaires d'exception dans un délai d'un an. Quatre mois plus tard, rien ne va plus dans les couloirs de la Maison blanche. A la veille d'un discours très attendu du président américain sur Guantanamo, le Sénat a massivement refusé mercredi - par 90 voix contre 6 - de verser les fonds nécessaires à la fermeture du centre de détention. Soit 80 millions de dollars.

L'amendement, présenté par le sénateur démocrate Daniel Inouye et son collègue républicain James Inhofe, précise "qu'aucun des fonds" attribués dans le cadre du projet de budget 2009 pour le financement des guerres en Afghanistan et en Irak "ne sera utilisé pour transférer, libérer ou incarcérer aucun individu détenu au 19 mai 2009 sur la base navale de Guantanamo Bay, Cuba, vers ou à l'intérieur des Etats-Unis". La Chambre des représentants avait fait de même la semaine dernière. Une véritable claque pour le président Obama, dont l'image est passablement écornée par sa décision de maintenir les tribunaux militaires d'exception créés par George W. Bush pour juger les terroristes.

 

Côté démocrate, on argue que le pensionnaire de la Maison blanche n'a pas assez précisé son plan de fermeture pour que les fonds soient versés. Les élus n'ont pas vraiment apprécié que le président leur demande de valider l'enveloppe sans même avoir détaillé ses objectifs. Les démocrates veulent notamment en savoir davantage sur ce qu'il adviendra des actuels pensionnaires de Guantanamo - 240 au total. "Nous ne permettrons jamais que des terroristes soient relâchés aux Etats-Unis", a insisté mardi le chef de la majorité démocrate au Sénat, Harry Reid. Côté républicain, c'est plus simple: on pense que la prison doit rester ouverte. "Guantanamo est l'endroit idéal pour ces terroristes", a ainsi estimé le responsable de la minorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell. Et de rappeler à qui veut l'entendre les conclusions d'un rapport publié en janvier par le Pentagone: 61 anciens détenus de Guantanamo renvoyés dans leurs pays d'origine ont repris les armes.

 

Que faire des anciens détenus?

 

Dans ce contexte, le discours que doit prononcer jeudi Barack Obama est très attendu. Pour l'instant, on sait que la nouvelle administration envisage le transfèrement de certains détenus dans des prisons américaines et la libération de certains de ceux qui ont été innocentés, comme ce fut le cas par exemple de Lakhdar Boumediene, accueilli par la France la semaine dernière. Mais rien n'a été encore arrêté. "Le président n'a pas encore décidé où certains de ces détenus seront transférés. Ce sont des décisions sur lesquelles travaillent les missions et le président les présentera et en discutera jeudi", s'est contenté de déclarer mercredi le porte-parole de la présidence, Robert Gibbs.

Mais le sort réservé aux derniers détenus interroge jusqu'au directeur du FBI, Robert Mueller. Entendu mercredi par la commission judiciaire de la Chambre des représentants, il a reconnu que le fait que "des individus qui pourraient soutenir le terrorisme se trouvent aux Etats-Unis" était "source de préoccupation pertinente". Le chef du Bureau évoque notamment la possibilité qu'ils "financent ou radicalisent d'autres personnes", voire qu'ils "mènent des attentats aux Etats-Unis". Le secrétaire à la Justice, Eric Holder, a assuré mercredi que les préoccupations seraient prises en compte et que le gouvernement ne ferait rien "qui fasse courir un risque au peuple américain". En la matière, la Maison blanche entend maintenir le cap décidé en début de mandat: la prison sera bel et bien fermée ; la date de janvier 2010 est maintenue.

 

Source : jdd.fr  21-05-2009 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens