Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mai 2009 7 31 /05 /mai /2009 18:24




Dans ces temps difficiles ou chacun se pose des questions sur son avenir ou sur l'avenir de ses enfants, d'autres n'ont même plus ce choix là; ils vivent au jour le jour, se débattent ,avec les difficultés et "improvisent" leur vie en fonction des circonstances. D'autres encore, aidés par la chance ou par leur travail ou bien parce qu'ils se trouvent encore dans le bon créneau, parviennent à maintenir leur pouvoir d'achat, souvent avec beaucoup de mal.
En choisissant des exemples représentatifs de notre société, le site "Eco89" a eu l'idée de passer "aux rayons X" les porte-monnaies de Français, que nous cotoyons tous les jours, sans bien savoir leurs problèmes




Fonctionnaire d'encadrement administratif de l'Education nationale, ça ne sonne peut-être pas très sexy, mais Julien, 31 ans, est « heureux d'avoir pu choisir ses études, son boulot et la région » où il vit. Il a accepté de passer son porte-monnaie au rayon X.

Entendons-nous bien, le métier de Julien n'a aucun rapport avec l'éducation.

« Concrètement, je suis chargé de mission par le rectorat auprès du préfet de l'Alsace. On a des fonctions d'état-major : réalisation de dossiers, préparation de déplacements, de réunion, études sur des questions techniques… Un peu comme dans le cabinet d'un ministre. »

Cadre dans la fonction publique, c'est une vocation ? Pourquoi pas… « Mon père, qui a travaillé dans un abattoir, ne voulait pas que je fasse un métier manuel. Trop éprouvant… » Julien a voulu être prof mais s'est découragé. Après avoir slalomé dans des études d'histoire et de gestion, il entre à l'institut régional d'administration de Lille, d'où il sort « bien classé ».

Dégoûté par le privé (« Les relations entre les cadres, toujours à flux tendus… c'était très violent. »), Julien a une haute idée de la fonction publique : « On bosse pour les citoyens, notre patron est élu démocratiquement. »

 

Après des étapes à Reims, Colmar, en passant par Lille et Béthune, Julien s'est posé dans une petite ville de 9 000 habitants à 25 km de Strasbourg, où il travaille.

 

Revenus : un revenu mensuel de 3301 euros



Avec 3 301,30 euros net chaque mois, Julien n'a pas à se plaindre et il ne se plaint pas. Mais il tient à remettre les choses à leur place.

« Au début de ma carrière, en 2002, je touchais 1 254 euros net. Jusqu'à octobre 2008, 2 000 euros. J'ai des années d'étude et des concours derrière moi : ça ne s'est pas fait du jour du lendemain. Et puis, on est toujours le riche ou le pauvre de quelqu'un : au Luxembourg, un premier emploi dans un cabinet d'audit donne droit à 2 800 euros, plus une voiture de fonction ! »

Les revenus de Julien reposent en grande partie sur ses primes. Sa part fixe, versée par l'Education nationale, s'élève à 1 781,62 euros net, auxquels il faut ajouter une part variable comprenant :

-   228,53 euros de NBI (Nouvelle bonification indiciaire)

-   34,95 euros de remboursement partiel de son abonnement TER-tram-bus

-   23,63 euros d'indemnité de résidence

-   91,67 euros d'indemnité de responsabilité administrative

-   840 euros d'indemnité forfaitaire pour travaux supplémentaires

Sans oublier, bien-sûr, l'« indemnité de difficulté administrative », vestige hérité du temps où l'Alsace venait d'être récupérée, qui s'élève à… 2, 28 euros.  « Elle fait sourire tout le monde, celle-là. »

Enfin, 441 euros de prime spécifique liée à son poste de chargé de mission en préfecture de région.

En bonus, Julien donne des cours à la fac, deux heures par mois à 40 euros net de l'heure, pour entraîner les étudiants aux concours de la fonction publique.

Sa compagne, qui tient une rubrique économique au sein du premier journal francophone du Luxembourg, émarge à 2 700 euros net. Elle dépense sur place 810 euros, dont 550 pour une chambre en location.



Des dépenses difficilement estimables



Les charges communes du couple s'élèvent à 1 105 euros :
  

-   970 euros de remboursement d'emprunt pour l'appartement

-   75 euros de gaz

-   30 euros d'électricité

-   30 euros d'Internet.

Le porte-monnaie de Julien s'allège chaque mois de 132,50 euros, entre la carte de transport en commun (35 euros), l'abonnement pour le portable (35 euros), la mutuelle (50 euros) et la cotisation syndicale (12,5 euros). Quand à savoir où passe le reste de leur argent ... « On n'a pas de budget planifié. On a longtemps été doué pour les comptes, mais depuis que ça va bien, on fait moins attention. »

Le couple est séparé en semaine, du coup, « quand on se voit les week-ends, on se fait plaisir » : restaurant, théâtre, opéra, vélo. Plus quelques allers-retours en Allemagne pour rendre visite à la belle-famille.

 

Epargne : plus de 500 euros par mois

 

Julien et sa compagne mettent tous les mois 500 euros de côté chacun. « On peut se le permettre. » Leur rêve, « s'acheter une belle maison d'architecte en bois ». L'immobilier est hors de prix en Alsace.

Julien est confiant pour l'avenir, mais il reste conscient de sa position, dans une région qui « souffre plus que les autres de la crise » : « De là où je travaille, on voit les chiffres du chômage exploser en Alsace. Je n'ai pas le droit de me plaindre. »

 

 

 

 

Source : Eco89   21-05-2009

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens