Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 17:39




L’INDE, la plus grande démocratie du monde, comme on a coutume de le dire, est bien loin de la France. Lancé depuis près d’un mois dans des élections législatives, cet immense pays de 1,1 milliards d’habitants et de 714 millions d’électeurs, n’attire pas la foule des journalistes européens !.. Et pourtant, l’enjeu est d’importance. Les deux grands partis traditionnels s’affrontent :  le BJP et le Congrès. Mais cette fois apparaît un Troisième Front, mené par Mayawa Kumari, l’égérie des indiens "intouchables", qui rend à peu près impossible tout pronostic sur le résultat du scrutin.  Voir notre article du 18-04-2009 "INDE : 714 millions d'électeurs, 1 mois de scrutin"

La revue Aujourd’hui l’Inde a rencontré quelques uns de ces électeurs.








Supriya Bezbaruah, 38 ans, est journaliste de formation, mais elle travaille désormais pour le service de communication de l’Organisation mondiale de la Santé à New Delhi. Elle est mariée et mère d’un jeune enfant.   Supriya n'a pas encore décidé pour qui elle allait voter.

 

Quelles sont vos attentes concernant ce scrutin ?

Pour moi, le plus important, c'est que l'Inde ait un gouvernement stable, dirigé par un grand parti national que ce soit le Congrès ou le BJP (parti nationaliste hindou ndlr). Je redoute l'émergence de ce troisième Front de partis hétéroclites qui n'auront pas de vision commune. Malheureusement c'est très improbable que le Congrès ou le BJP remportent suffisamment de voix pour gouverner seul. Nous aurons probablement une nouvelle coalition, mais qui, j'espère, sera stable. Avec la récession, il faut une vraie volonté politique pour relever le pays.

Pour qui allez-vous voter et pourquoi ?

Je n'ai pas encore décidé car je ne suis inspirée par aucun des deux partis. Je respecte ce qu'a fait le gouvernement de Manmohan Singh, en particulier le Nuclear deal, la politique économique et tout ce qui est géopolitique. Concernant la lutte contre le terrorisme, j'estime que le Congrès n'a pas condamné assez fermement les attentats de peur, sans doute, de perdre le soutien de la communauté musulmane qui vote traditionnellement pour le Congrès. D'un autre côté, je ne suis pas sûr que le BJP ait une vision claire de ce dont le pays a besoin. Mais il faut que je me décide d'ici au 7 mai... (ndlr jour du vote à New Delhi).

Que pensez-vous de la place de la femme en politique ?

Il faut éduquer davantage les femmes pour qu'elles soient plus nombreuses à des postes élevés dans les partis politiques. Déjà que le ratio homme-femme est déséquilibré… Grâce au système de quotas, des hommes politiques ont placé leurs épouses à des responsabilités locales. Elles se sont avérées de bonnes administratrices dans leurs régions. Mayawati incarne ainsi une réussite extraordinaire du fait qu'elle est à la fois femme et dalit. Elle a remporté beaucoup de succès dans son État d'Uttar Pradesh, mais au niveau national je doute de son expérience. Les partis régionaux jouent des rôles très importants étant donné la taille du pays, mais ils n'ont pas forcément la vision suffisante pour représenter et rassembler les disparités de l'Inde.

Quel regard portez-vous sur la place de la femme en général dans la société ?

Encore une fois, je crois qu'il faut donner aux femmes et aux filles la possibilité d'être éduquées. Il y a des lois, mais elles ne sont pas appliquées. Les femmes ne doivent pas être élevées juste pour être mariées. Il faut faire en sorte qu'elles aient un métier et une indépendance financière. Quand une femme rate son mariage, elle ne peut pas retourner chez ses parents. C'est une question d'honneur. La sécurité des femmes à New Delhi me préoccupe aussi. Prendre le bus le soir fait courir trop de dangers aux femmes. C'est une question que personne ne prend au sérieux. Et en tant que mère, je suis très inquiète par le terrorisme. Ce qui s'est passé à Bombay m'a beaucoup choqué. Cela peut arriver n'importe quand n'importe où un hôtel, une école...

Vous évoquez le fait que le parti qui gouvernera le pays doit avoir une vision de l'Inde. Quelle est la vôtre ?

Même si l'Inde a encore beaucoup de progrès à faire, en 20 ans, c'est incroyable comme les choses ont changé. Aujourd'hui, les gens ont accès à la télévision, à des téléphones publics et aux portables. Mais c'est intolérable que mon mari, alors qu'il était journaliste politique, ait été obligé d'obtenir les faveurs d'un homme politique pour obtenir une connexion au gaz à la maison… Tout marche comme ça. Cela doit changer. Et l'Inde doit absolument se concentrer sur les infrastructures, les routes, l'électricité. A quoi sert un nouvel aéroport s'il n'y a pas de routes convenables pour y arriver ? Il faut aussi que la croissance de l'Inde se répercute sur les pauvres. Si c'est seulement pour que les riches deviennent plus riches, il faut s'attendre à un retour de bâton.

 

 

Source : Aujourd'hui l'Inde  mai 2009

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens