Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 04:45







François Bayrou se pose en premier opposant de Nicolas Sarkozy et a publié le 30 avril "Abus de pouvoir", pamphlet au vitriol, en forme de réquisitoire contre le président, à la veille du deuxième anniversaire de son élection à l'Elysée, le 6 mai 2007.

 

"Le président de la République actuel a un plan. Il nous conduit là où la France a toujours refusé d'aller" et "il le fait sans mandat", affirme l'ex candidat à la présidentielle.

 

"Il y a dans tout cela un régime que l'on tente d'imposer à la France", écrit M. Bayrou. Ni "monarchie", ni "dictature", l'agrégé de lettres classiques invente un néologisme pour "dire ce qu'est ce régime improbable": l'"égocratie", d'un président que M. Bayrou compare à un "enfant barbare".

 

L'"égocratie" d'un président qui gouverne à la première personne et "aime se mettre en scène comme un surhomme", selon M. Bayrou.

 

Un régime où "tremblent, les préfets, policiers de haut rang, fonctionnaires d'autorité", écrit-il.

 

Un régime qui s'appuie selon lui sur une "idéologie de l'argent, présenté comme valeur", une "idéologie souterraine de la distraction du citoyen à coup de peopolisation", sur "des réseaux d'intérêt puissants", et "des médias sous influence".

 

"Cette politique qui s'attaque à tous les domaines de la vie nationale, éducation, recherche, justice, que l'on nous vend sous le nom générique et obsessionnel de +réforme+, écrit-il, ce n'est pas une modernisation".

 

François Bayrou, qui se définit comme un "républicain et démocrate français", y voit plutôt un "renoncement" pour lequel "Nicolas Sarkozy n'a pas de mandat". "Le peuple français n'a jamais opté, affirme-t-il, pour les choix qui depuis dix huit mois ouvertement ou subrepticement sont faits en son nom".

 

Il fustige aussi la politique étrangère d'un président qui selon lui fait "allégeance aux puissants", comme Vladimir Poutine pendant la crise en Géorgie. "La France a donné son accord plein et entier à l'annexion, elle a consacré le fort et abandonné le faible", écrit-il.

 

Enfin, songeant sans doute à la prochaine présidentielle en 2012, le président du MoDem évoque en latin sa relation avec Nicolas Sarkozy. Il préfère voir en lui un "ennemi à qui on fait la guerre" (hostis), plutôt qu'un "ennemi personnel" (inimicus).

 

("Abus de pouvoir"- Plon, 262 pages, 18,90 EUR)







Source : actualité.aol.fr   29-04-2009

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
Je n'ai pas lu l'ouvrage en question mais que des "extraits". Cependant je ne doute pas que sur le style et sur l'analyse Bayrou, agrégé de lettres et fin politique, soit irréprochable. Il n'empêche qu'il essaie, depuis quelques mois, de se forger une armure de premier opposant à Nicolas Sarkozy avec quelques fois des arguments un peu limites.
Compte tenu du fait que l'opposition "crédible" et réaliste est quasiment absente, que le parti socialiste ne semble pas prêt de remonter sur le podium, sans doute François Bayrou a-t-il quelques chance de réussir son opétation. L'avenir très proche nous le dira !..
Quant à Montesquieu-Volvestre ville de près de 3 000 habitants elle se situe au sud de Toulouse, dans la vallée de l'Arize entre Carbonne, Daumazan et Cazères.
Bien cordialement

J.P.E
Répondre
P
Tout ce que j'en ai entendu est élogieux sur le style et sur l'annalyse. j'attends la suite: un projet précis, réaliste (réalisable aussi), avec comme ambition de ne s'entendre plus poser la question: "Et pour qui allez-vous vous désister au second tour?"
PS: Où se trouve Montesquieu-Volvestre?
Répondre

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens