Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 21:19








Il y a quelques jours encore, elle refusait la proposition faite pourtant par Nicolas Sarkozy lui-même, de conduire la liste UMP aux élections européennes de juin prochain en Ile de France. Finalement, la garde des Sceaux Rachida Dati a accepté de se présenter, ce qui amènera cette ministre emblématique de la "diversité", mais à l'action controversée, à quitter le gouvernement.


A la veille du conseil national de l'UMP, où Nicolas Sarkozy lancera la campagne des européennes, les responsables du parti majoritaire ont confirmé la constitution en Ile-de-France d'un "ticket" constitué du ministre de l'Agriculture Michel Barnier en tête de liste et de Rachida Dati en numéro 2.


Selon des sources à la présidence, Michel Barnier, coordonnateur de la campagne nationale, devrait quitter le gouvernement en mars.


Rachida Dati, conformément à une exigence présidentielle, devra siéger au parlement de Strasbourg si elle est élue, ce qui ne fait aucun doute en deuxième de liste. Elle quittera donc le gouvernement elle aussi.


A l'UMP on soulignait que les ministres candidats devraient quitter leur portefeuille au plus tard en mai, pour la campagne officielle.


Selon une source proche de l'UMP, des sondages ont été réalisés en interne pour savoir lequel des deux ministres avait le plus de chance de rassembler les électeurs s'il était placé en numéro 1. Et c'est l'ancien commissaire européen Michel Barnier qui l'a emporté.

Ce tandem combine "technicité et popularité", souligne un responsable du parti. "C'est un ticket fort: ces élections sont importantes, l'Ile-de-France est emblématique, il fallait marquer le coup", souligne un autre.

La surprise de cette annonce vient principalement du fait que la ministre de la Justice, dont le nom revenait avec insistance pour cette campagne, avait tenu à démentir à plusieurs reprises son intention d'y aller.


La semaine dernière, son entourage assurait ainsi que Rachida Dati, qui est également maire du VIIe arrondissement de Paris, n'était "pas prête" à quitter le gouvernement et "se plaisait" dans son mandat municipal.


Mais après avoir déjà essuyé le refus de la secrétaire d'Etat aux droits de l'Homme Rama Yade pour ce même scrutin, le chef de l'Etat a insisté.


"C'est le choix du président qui prime", souligne une source à l'UMP. Agée de 43 ans, Rachida Dati, fille d'un ouvrier marocain et d'une mère algérienne, doit son ascension politique fulgurante à Nicolas Sarkozy, au côté duquel elle a démarré sa carrière en 2002.


Au ministère de la Justice, son départ devrait en tout cas soulager une grande partie du monde judiciaire -magistrats, greffiers, avocats- parti en guerre contre les réformes menées tambour battant par Rachida Dati et ses manières jugées "cassantes".

"On parle d'un remaniement possible en juin ou à l'automne: il y a de fortes chances qu'à cette occasion Rachida Dati n'ait pas conservé son portefeuille. Dans ces circonstances, partir un peu avant ne change pas grand chose pour elle", souligne l'un des responsables de l'UMP.


En contrepartie de son engagement, Rachida Dati "gagnera une visibilité accrue sur la scène politique nationale", promet la même source. Elle reste "conseiller politique" de l'UMP mais cette fonction va être bientôt "considérablement renforcée" une fois arrivé Xavier Bertrand, qui prend officiellement samedi les rênes du parti.


Dans l'entourage de Michel Barnier, on se félicite du choix arrêté pour l'Ile-de-France: "c'est une reconnaissance de la légitimité européenne" du ministre de l'Agriculture, "qui travaille depuis des mois pour la campagne".

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens