Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 décembre 2008 7 28 /12 /décembre /2008 08:27




Trop vieux pour conduire ?

Les médecins réfléchissent à un système de signalement des conducteurs inaptes à la conduite. Le projet va faire du bruit.

 

La Dépêche du 23-12-2008 reprend un débat vieux de quelques mois déjà qui concerne l'âge et la conduite automobile. Des spécialistes, bien avisés, de la sécurité routière prétendent que les "seniors", sans d'ailleurs préciser clairement ce qu'ils entendent par là, seraient responsables de beaucoup d'accidents; d'où les idées qui fusent de temps à autre : permis de conduire spécial, visite médicale obligatoire à partir de tel âge,... Bien entendu personne n'est d'accord ni sur les causes, ni sur les remèdes. Les médecins semblent vouloir s'en mêler et nous reproduisons ci-après les arguments que ceux-ci mettent en avant dans l'article de La Dépêche : 

Le permis de conduire à vie est-il terminé ? C'est le sens de la réflexion de l'ordre des médecins qui s'inquiète du nombre croissant de conducteurs dangereux.

Il existerait en effet un million de conducteurs inaptes à la conduite. Vue déficiente, traitement médical incompatible avec la conduite, personnes âgées invalides, etc. les exemples ne manquent pas. Encore le week-end dernier à Toulouse, un retraité âgé de 76 ans a fait demi-tour sur le périphérique Est, provoquant la mort d' un jeune conducteur de 28 ans. Les médecins sont conscients que certains de leurs patients ne devraient plus prendre le volant. Malheureusement, le secret médical les oblige à garder le silence. Pour eux comment dénoncer un patient sans rompre le lien de confiance ? Du coup, le Conseil national de l'ordre des médecins réfléchit pour début 2009 à une procédure pour faire remonter les informations au sujet d'un patient dangereux. Le nouveau dispositif pourrait être transmis dans la foulée à l'état.


Questionnaire de santé

L'idée serait de faire remplir un questionnaire de santé aux patients qui l'enverraient à leur médecin. À charge pour lui de décider d'envoyer le patient devant une commission de confrères dans les préfectures qui jugera de l'aptitude de conduite du sujet. En cas de fausse déclaration dans le questionnaire, les conséquences en terme d'assurance et pénales, si un accident survient, seraient lourdes. L'Etat ne semble pour l'instant pas enclin à avancer sur cet épineux dossier qui passe très mal auprès des personnes âgées. Et qui paiera ce nouveau contrôle médical estimé à 28 € ?


Un million de conducteurs seraient inaptes à prendre le volant en raison de leur dangerosité pour les autres automobilistes.

Un projet de visite médicale pour les conducteurs à risque est en cours de réflexion au Conseil national de l'ordre des médecins mais le gouvernement ne semble pas pressé de trancher.

Albi : les plus de 70 ans sous surveillance


Dans le département du Tarn, 48 personnes ont déjà trouvé la mort sur les routes depuis le début de l'année, contre 40 en 2007. 13 de ces victimes avaient plus de 65 ans. « La part des seniors augmente dans les accidents graves. C'est un phénomène normal : les facultés s'émoussent avec le temps », met en avant le préfet du Tarn. François Philizot, « bien conscient que ça peut susciter des polémiques », a décidé de consulter « plus systématiquement la commission médicale d'aptitude à la conduite sur la situation des automobilistes âgés, potentiellement dangereux ou inaptes à la conduite ».

Dès le 1er janvier 2009, un dispositif expérimental va être lancé sur la circonscription de police d'Albi. Seront concernés les conducteurs de plus de 70 ans auteurs d'infractions graves (sens interdit, contresens, refus de priorité, défaut de maîtrise) mais aussi, et c'est nouveau, ceux qui n'ont pas commis d'infraction « mais dont la façon de conduire peut justifier un avis médical ». Cela revient à mettre à contribution l'entourage des conducteurs âgés. Paul Agostini, directeur départemental de la sécurité publique, réfute l'argument de la délation. « Il n'y a pas de honte à signaler le comportement dangereux d'un usager au volant ; le but qu'on poursuit justifie les signalements. »


Au volant: la santé en question

La plupart des automobilistes estiment qu'ils sont tout à fait aptes à la conduite alors que nombre d'entre eux souffrent soit de pathologie soit de déficience. Sans le savoir, ils deviennent dangereux pour eux-mêmes et pour les autres.

* La vue. Il n'est pas rare que des personnes ayant 3/10ème à chaque œil se rendent régulièrement chez leur médecin… en voiture ! Aucun contrôle oculaire n' est prévu pour les conducteurs. Une déficience qui peut devenir dangereuse en cas de conditions météo difficile (brouillards, neige…)

* Les maladies cardio-vasculaires. Les insuffisants cardiaques majeurs représentent un grave risque au volant en cas d'attaque pendant la conduite.

* L'épilepsie. Pour conduire, l'épileptique doit suivre un traitement, ne pas avoir fait de crise depuis plusieurs années et avoir subi un électro-encéphalographique normal.

* Les effets de certains médicaments sont incompatibles avec la conduite mais peu respectent les règles de prudence.


À 103 ans il trouve la mort au volant


Maurice Payan avait un souci : « ne pas être un danger pour les autres. » À 103 ans, c'était sa hantise. Car cet alerte centenaire conduisait encore. Il habitait Labarthe-Rivière et se rendait, très régulièrement, à Saint-Gaudens, pour voir ses amis, aller encourager le club treiziste, « et faire les courses pour quelques mamies. » À Saint-Gaudens personne ne s'étonnait de le voir circuler en ville, tant l'homme faisait preuve d'une grande vivacité d'esprit. Néanmoins, Maurice Payan était conscient de son âge. « De temps à autre, je demande à quelqu'un de me suivre en voiture pour juger si je ne commets pas de fautes de conduite. Le jour où ce sera le cas, je laisserai le volant » n'hésitait-il pas à dire.

Le 16 octobre dernier, Maurice Payan rentrait chez lui au volant de sa voiture, une Renault 5. Dans une longue ligne droite, le centenaire était pris, soudain, d'un malaise. Il perdait le contrôle de son véhicule qui terminait sa course contre un arbre. Transporté au centre hospitalier de Saint-Gaudens, il devait décéder, quatre jours plus tard des suites de ses blessures.


Réactions : les conducteurs seniors se rebiffent


Il y a quelques années, le courrier d'un lecteur de La Dépêche du Midi qualifiant de « vieux » les plus de 60 ans avait déclenché une foule de réponses indignées. À 60 ans, on n'était pas vieux. Et à 70 ans ? On ne l'est pas davantage au vu des nombreux courriers parvenus à la rédaction de la part de lecteurs qui considèrent comme anormal et discriminatoire le contrôle plus strict auquel devraient se soumettre les conducteurs septuagénaires.

Alors que l'espérance de vie ne cesse d'augmenter, Catherine, de Paris, se demande « Est-ce vraiment une question d'âge avant 90 ans ? » Notre lectrice fait également remarquer que les capacités à conduire sont variables d'une personne à l'autre. Jean-Pierre, de Réalmont, approuve et demande « A quel âge devient on seniors ? » Puis ce Tarnais remarque non sans humour : « Pour les forces de police c'est à l'âge de 70 ans que les conducteurs seront particulièrement surveillés. Mais comme notre Président leur demande de retrouver un emploi, ces dangereux criminels devront-ils se rendre à pied à leur travail ? »

Pour Alain, de Mazamet, la perspective de contrôler davantage les plus de 70 ans relève de l'« abus de pouvoir. » « Combien de seniors en pourcentage sont impliqués dans des accidents par rapport aux jeunes ? », s'interroge notre lecteur, soulignant en creux le fait que les accidents de la route sont l'une des principales causes de décès chez les jeunes.

« Peut-on baser les décisions sur de la délation entre autres ; et la police est-elle formée et apte à juger ? », poursuit notre lecteur qui dénonce le caractère liberticide que portent en eux des contrôles spécifiques aux seniors. Et de conclure « Enlever la liberté à un senior au motif qu'il a plus de 70 ans et a commis une pseudo infraction est pour le moins abusif. »

Enfin, Jean-Marie, de Toulouse, dénonce la « sécurité » brandie selon lui à toutes les sauces.

« Il n'est pas de catégorie sociale qui ne soit dans le collimateur de la police. Tous les ingrédients sont réunis dans ce nouveau cocktail sécuritaire : appel à la délation, prime de gueule, traque des citoyens, discrimination par l'âge. Tout cela, de nouveau, au nom de la sécurité, paravent qui va servir à ce pouvoir pour supprimer toutes les libertés individuelles dans ce pays.»

 

 A tous ces arguments j'ajouterais que s'il y a un million de "seniors" qui conduisent sans en avoir les capacités physiques, il y a également plus d'un million de personnes qui prennent le volant sans avoir de permis de conduire, plusieurs centaines de milliers qui roulent en étant sous l'emprise de l'alcool ou de la drogue. Si l'on veut faire de la sécurité routière, efficace, intelligente et juste il faut prendre les problèmes en tenant compte des priorités et ne pas s'éparpiller dans des débats qui ne mènent à rien de concret si ce n'est de culpabiliser certains pour en déculpabiliser d'autres !..




Source : La depeche.fr  23-12-2008

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens