Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 11:47



L
a conférence des Nations unies sur le climat s'est achevée dans une ambiance acrimonieuse, à 3 heures du matin, samedi 13 décembre : la discussion, qui s'est cristallisée sur le financement de la lutte contre le changement climatique, a conduit à une épreuve de force entre l'Union européenne et les pays du Sud regroupés dans le G77. Sur un point majeur, l'accord n'a pu être trouvé. Le débat a pointé ce qui sera au cœur du traité qui doit être adopté à Copenhague fin 2009, pour prendre la suite du protocole de Kyoto : qui paiera le prix du changement climatique ? Tout est parti du fonds d'adaptation. Celui-ci doit financer des actions dans les pays pauvres confrontés au réchauffement global. Il doit être financé par un prélèvement de 2 % sur les recettes tirées du mécanisme de développement propre (MDP) – un dispositif qui permet à des pays du Nord de réaliser des actions de réduction des émissions dans les pays du Sud en échange de "crédits de CO2".


Deux questions se sont posées. D'abord, les pays du Sud peuvent-ils avoir un "accès direct" au fonds, c'est-à-dire disposer des sommes nécessaires à leurs projets sans passer par un intermédiaire tel que la Banque mondiale ? Non, disait l'Union européenne (UE), par crainte que l'argent disparaisse dans le budget des Etats sans contrôle de son bon emploi. Si, insistaient les pays du Sud, jugeant, d'une part, que cette ressource ne relève pas de la traditionnelle aide publique et, d'autre part, que le manque de confiance est injustifié. Finalement, ils l'ont emporté : les pays auront un accès direct au fonds.


Ensuite, les pays du Sud demandaient que le prélèvement de 2 % ne porte pas seulement sur les recettes du MDP, mais aussi sur le marché du carbone. Cela signifierait un changement d'échelle : de quelques centaines de millions d'euros dans un cas à plusieurs dizaines de milliards dans l'autre. Les pays du Sud insistaient sur le fait qu'ils sont déjà et seront de plus en plus les victimes du changement climatique. Un phénomène dont ils ne sont pas responsables, disent-ils, puisqu'il découle de l'essor industriel des pays occidentaux et du Japon dans les deux siècles précédents, et encore largement de leur activité présente. Ne doivent-ils pas dégager des sommes importantes pour aider les pays du Sud ? L'UE a refusé de céder, jugeant que cette question essentielle doit être réglée dans le cadre du traité global qui sera négocié à Copenhague. La partie s'est achevée sur ce désaccord.


Le rôle confirmé des pays du Sud dans le débat sur le financement s'est aussi introduit avec le "paquet énergie-climat" adopté par l'UE. L'accord conclu à Bruxelles a été froidement accueilli à Poznan, quand il est apparu qu'il ne prévoyait pas clairement un transfert vers les pays du G77. L'Union européenne a expliqué qu'elle déciderait en mars 2009 la proportion des fonds issus du paquet qui seront affectés aux pays du Sud.


La réunion de Poznan a en tout cas montré à un degré jamais atteint que les pays en développement sont des acteurs de plain-pied de la négociation climatique. Ils ont pris pleinement conscience de la réalité du changement climatique, dont beaucoup constatent maintenant les effets. Et, tout en lançant chez eux des politiques de lutte qui ne sont pas négligeables, ils participent activement aux négociations, lançant des propositions concrètes sur de nombreux dossiers importants.


La Chine, en particulier, s'affirme comme un leader reconnu, combinant des traits communs aux pays sous-développés et une puissance qui lui permet d'établir avec les pays du Nord une relation d'égal à égal. Quand les Etats-Unis reviendront à la table de la discussion, en 2009, sa relation avec la Chine déterminera la forme du futur et grand traité climatique.

Dès la prise de fonction de Barack Obama, s'engagerons des discussions au niveau mondial. Ce n'est que fin 2009 à Stokolm que l'on pourra faire le constat définitif.



Source  :
I Le Monde.fr I 13-12-2008 I
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens