Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 septembre 2008 1 29 /09 /septembre /2008 13:50








On ne voit pas de files d'attentes à la porte des banques ou des Caisses d'épargne, ni d'annonces de faillites en cascades et pourtant nous sommes, aux dire des spécialistes, en train de vivre la plus grave crise financière mondiale depuis le fameux krach de 1929.
 

On voit pourtant poindre des conséquences qui risquent fort de nous toucher tous : croissance rétrécie, chômage qui repart à la hausse, inflation en augmentation, matières premières plus chères, crédits immobiliers plus difficiles à obtenir.... Alors A QUI LA FAUTE ?

A L'Etat américain : au pays du libéralisme à tout crin on a, bien sur, élaboré des règles pour encadrer les pratiques financières mais les autorités n'ont jamais vérifié que ces règles étaient effectivement appliquées...

Les banquiers d'affaires : qui pour aller vers toujours plus de profits ont augmenté leur risques au delà du raisonnable. D'où, entre autres, les prêts hypothécaires à des ménages non solvables. Lorsque la tempête s'est levée, cette idée géniale pour certains à jeté à la rue deux millions et demi d'américains.

Les Agences de Notation : qui ont sciemment minimisé les risques pour rassurer les investisseurs. Depuis des années elles ne font que dire ce que leurs clients ont envie d'entendre

Les Compagnies d'Assurances : Ceux là même dont la mission est de protéger leurs clients de tous les risques les plus invraisemblables se sont lancés dans l'achat de produits financiers dont ils ne comprenaient même pas le fonctionnement. Les rendements de ces opérations paraissaient si alléchants !

Les Médias : qui depuis plusieurs années ne cessent d'applaudir aux exploits des génies de la finance, l’enrichissement rapide et facile, l'euphorie qui entoure tout ce petit monde qui baigne du matin au soir dans le virtuel.

 

Si les Américains semble avoir déclenché l'affaire par l'ampleur des dégâts que cette crise vient de produire la bas, l'Europe et le France ne sont pas en reste. Il est très symptomatique de constater qu'au sein de la très grande SOCIETE GENERALE, un salarié devait obtenir trois signatures de sa hiérarchie pour commander des fournitures de bureau mais que dans le même temps un "trader" pouvait engager 5 milliards d'Euros sans en rendre compte à personne. Le virtuel a lentement pris le pas sur le réel. La finance s'est déconnectée de l'économie.

Au bout du compte on réalise maintenant qu'il va falloir réparer les dégâts. L'Etat américain injecte 700 Milliards de dollars mais les contribuables du pays devront payer l'ardoise. En Europe c'est la banque centrale Européenne qui n'en finit plus de "lâcher" quelques centaines de millions d'Euros... Qui va payer ce gâchis ? Qui assumera aux yeux de l'HISTOIRE la responsabilité de cette crise ?

On ne peut espérer qu'une seule chose c'est que cette crise serve de leçon. Que demain on ne perde plus de vue que c'est l'économie qui gouverne la finance et non l'inverse. Que les systèmes de régulation, dont certains existent déjà, soient effectivement mis en application sans tarder. Que le SYSTEME soit remis à plat et, qu'à la lumière des événements récents, on sache élaborer toutes les procédures nécessaires. Que le LIBERALISME ne soit plus, comme c'était encore le cas la semaine dernière aux USA, du LAISSER-ALLER ...

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Norbert von OLLESCHIK 05/03/2009 14:48

La Crise, à qui la faute ?

Comme le disait ‘si bien’ notre premier ministre,
la faute incombe ni à la gauche ni à la droite……

Et voila que le Pape à du jeter un mauvais sort à l’économie mondiale…

Qui à bien, depuis 20 ans déréglementé le système financier ?
Qui, à la chute du mur de Berlin et la chute d’un des deux modèles de société extrême, à pris le choix politique de se mèttre dans le sillage des Etats-Unis et son capitalisme ? (ah, j’ai oublié, cela s’appelle maintenant, et d’après un consensus des journalistes et de la caste politique ‘libéralisme’; cela sonne mieux, et fait presque croire à la liberté).

Non, c’est bien la caste politique française et européenne qui à pris le choix de déréglementer le système financier; certes à la demande des milieux de la finance, mais l’acte à bien été commis par la caste politique de gauche et de droite.

Non, le choix de l’ultra capitalisme et la ‘libération’ totale du commerce à la chute du communisme, et cela sans aucune sauvegarde de l’intérêt des populations françaises et européennes, à bien été commis par la caste politique.

Le déficit des échanges européens avec la seule Chine de 1000 milliards EURO en seulement 10 ans (basé sur des ‘règles’ qui n’ont d’ailleurs rien de libéral) à bien été mis en œuvre par une caste politique irresponsable, et peu soucieuse de l’intérêt de la nation, c'est-à-dire de la population.

Les 12 millions de pauvres créés en France depuis la chute du mur de Berlin, existent par le seul choix politique et choix de société pris par la caste politique en France et en Europe. D’ailleurs même des ‘socialistes’ comme Madame Royale ont voulu ancrer le Capitalisme dans une Constitution européenne. Seul Pays ou ensemble de pays inscrivant le modèle économique dans leur constitution…
Ceci pour éviter tout changement éventuel.

Non, Mesdames et Messieurs de la caste politique, la crise n’est pas tombée du ciel, cela n’est pas une punition ‘divine’, mais exclusivement votre œuvre. Cela est arrivé par vos choix.

Il est urgent de changer de cap et de se mettre au travail, de se remettre sur la voie d’un modèle de société du ‘milieu’, une voie de l’excellence qui prévalait en Europe de l’ouest avant la chute du communisme. Il est vrai, c’est une voie plus difficile à emprunter, et demandant plus de travail constructif à la caste politique. Cela exige à nouveau des hommes d’états bâtisseurs, pas des hommes politiques simples. Il faut reconstruire l’industrie Européenne, tenir exclusivement compte de l’intérêt des populations françaises et européennes. (pas des lobbies)
Mesdames, Messieurs, de la caste politique vous n’êtes pas embauchés (élus) pour créer un marché mondial pour le milieu de la finance et quelques industries de pointe, mais exclusivement pour défendre les intérêts des populations, et de l’économie européennes.

Il est important que les politiques admettent qu’ils se sont trompés de choix.
S’il n’y a pas de reconnaissance de faute, il ne peu pas y avoir de changement et d’amélioration.

Pour l’instant, rien n’a changé dans l’orientation politique en France et en Europe, on rafistole en catastrophe, et tout continue comme avant. Les politiques n’imposent pas de règles au système financier (par exemple, interdire les achats à découvert, etc.) Les orientations de politique économique et industrielle ne sont pas changées.
La désindustrialisation en Europe continue, et les politiques admettent toujours un commerce déséquilibré avec la Chine basé sur une monnaie chinoise sous évaluée et fixée dans sa valeur par les autorités chinoise. Nos politiques acceptent les importations chinoises à prix de dumping et continuent à détruire notre industrie.

Quel triste avenir pour nos enfants.

Commercer oui, mais en gérant, et on préservant toujours l’intérêt des populations européennes avant tout. C’est ce qu’on est en droit d’attendre de nos élus.

Norbert von OLLESCHIK
St Raphaël

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens