Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 12:00

Francois-Hollande-ne-pourra-pas-tenir-ses-promesses.jpg

 

Les prévisions de l’Insee pour 2013 rendues publiques jeudi 20 décembre au soir ne sont pas bonnes. Ce n’est pas une surprise : déjà la semaine dernière Pierre Moscovici annonçait que l’année 2013 serait très difficile. Elle pourrait l’être encore plus que prévu !..Le chef de l’Etat voit ses prévisions mises à mal. L’Insee anticipe une croissance quasi-nulle. Le pouvoir d’achat baisse et le chômage va continuer d’augmenter. La promesse de réduire le déficit public à 3% du PIB paraît hors d’atteinte.

Le scénario de l’année 2013 se dessine, il est périlleux pour François Hollande. Le président de la République, qui s’exprime vendredi 21 décembre au matin sur Europe 1, voit ses promesses économiques et financières s’évanouir. Selon les prévisions de l’Insee, rendues publiques jeudi soir, la France s’enfonce dans la stagnation économique. Certes, la récession est encore évitée. L’économie progresserait au faible rythme de 0,1% par trimestre d’ici juillet, estiment les statisticiens. Mais les effets ne sont pas fondamentalement différents. Le chômage va continuer d’augmenter pour atteindre 10,9% de la population active (y compris DOM) au milieu de l’année prochaine. "Les plans de licenciement seront, en 2013, à leur paroxysme", a prévenu le chef de l’Etat dans l’hebdomadaire « Le Point ». Et le pouvoir d’achat recule. Autant d’indicateurs qui vont peser sur la popularité du Président. Le gouvernement ne découvre toutefois pas la donne. Dimanche dernier, le ministre de l’Economie Pierre Moscovici prédisait que l’année prochaine serait "très difficile".

Une croissance en berne

Même si l’exécutif prend soin de préparer les esprits, les conséquences politiques sont mauvaises. Les prévisions de l’Insee enterrent celles du gouvernement. François Hollande espérait ranimer l’économie européenne, cet espoir est repoussé d’un an. En 2012, la croissance française serait de 0,1% au lieu de 0,3% anticipés. L’an prochain, à la mi-année, la France serait assurée d’un minimum, identique, de 0,1%. Pour parvenir au chiffre de 0,8% prévu par le gouvernement, inscrit dans la loi de Finances, il faudrait que l’activité connaisse un redémarrage foudroyant de 1% aux troisième et quatrième trimestres, selon les calculs de l’Insee. Un miracle auquel personne ne croit, vue l’atonie mondiale. Même en cas de reprise, c’est-à-dire d’une progression autour de 0,5%, les objectifs paraissent aujourd’hui inatteignables.

Le redressement des comptes attendra

Surtout, François Hollande va sans doute devoir expliquer aux Français que le redressement des comptes attendra. Faute de croissance et d’emplois, les recettes fiscales et les cotisations sociales seront mathématiquement plus faibles que prévu. Dans ces conditions, la France ne pourra pas réduire son déficit à 3% du PIB, chiffre promis aux partenaires européens, aux électeurs et aux marchés financiers. La gauche du PS, qui s’est élevée contre la rigueur lors de l’examen du traité européen, y trouvera un argument. Or, un manquement de la cible est susceptible d’ouvrir une procédure de discipline à la Commission européenne.

L’exécutif a anticipé ce scénario depuis l’été. L’heure de vérité va sonner en février, quand Bruxelles communiquera à l’Elysée et Bercy ses calculs pour la France en 2013, qui ne peuvent être très différents de ceux de l’Insee. Pour échapper aux sanctions (soumission du budget à Bruxelles et amendes) Paris devra convaincre que la situation économique l’empêche de réduire son déficit autant qu’escompté. Les textes européens – et notamment le TSCG adopté dans la douleur par le Parlement – prévoient cet aléa. Encore faut-il que les partenaires l’entendent.

Matignon prépare son argumentaire

"Nous défendrons le fait d’avoir entamé des réformes structurelles, c’est le gage de notre bonne foi, de notre volonté d’assainir les comptes", explique-t-on déjà à Matignon. Le pacte de croissance, les hausses ciblées d’impôts  et les promesses d’économies renouvelées cette semaine figureront au premier rang des arguments. Un accord des syndicats et du patronat sur la réforme du marché du travail serait aussi à mettre au crédit de la France. Mais cet accord n’est pas encore acquis..Loin de là !..

Reste à persuader Angela Merkel d’allonger le calendrier de réduction des déficits. Paris y croit, car la chancelière allemande voit l’économie de son pays ralentir sous l’effet de l’austérité européenne, alors que sa réélection sera en jeu en septembre. D’autres pays mal en point pourraient eux aussi faire pression. La France ne verrait pas d’un mauvais œil l’un d’entre eux sortir du bois avant elle… Mais Merkel prendra-t-elle le risque d’être taxée de laxisme? La crise de la zone euro, que le gouvernement espérait "derrière nous", menace donc de connaître un nouvel épisode.

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

Partager cet article

Repost0

commentaires

gérard FACON 21/12/2012 18:46

Finalement les 30 milliards de prélèvements Hollande ajoutés à la première louche de Fillon ne vont pas servir à grand-chose… C’est la course à l’échalote avec le retour à la croissance.
Je n’ai jamais cru au symbolique retour à 3% mais cette fois c’est bien cuit, une croissance faible à ce point va créer des dérèglements graves qui vont imposer de nouvelles mesures alors que le
plein fiscal est déjà opéré. Je pense que cette fois la dépense publique va en prendre pour son grade et c’est tant mieux.
La crise s’incruste elle devient structurelle donc toujours plus dangereuse.

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens