Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 janvier 2023 1 16 /01 /janvier /2023 08:00
LA MARCHE DU MONDE (2356) - DIMANCHE 15 JANVIER 2023 : Hidalgo, France Insoumise, Parc des Princes, Pérou, Ukraine, ......

Dimanche 15 janvier 2023 - «La France insoumise n'est pas un parti démocratique», affirme Anne Hidalgo

Dans un entretien dans Le Parisien, la maire de Paris a estimé que la gauche ne parviendrait «jamais à gagner à nouveau» si celle-ci se range derrière «cette pensée-là et cette méthode-là».

Anne Hidalgo sort l'artillerie lourde. «La France insoumise est un parti non démocratique (...) On n'arrivera jamais à gagner à nouveau dans le pays si on se range derrière cette pensée-là et cette méthode-là», a dénoncé ce samedi la maire de Paris, qui a obtenu 1,7% des voix à la présidentielle de 2022.

Raison de plus pour «refonder le PS en ouvrant les portes et les fenêtres», a-t-elle ajouté dans un entretien avec des lecteurs du Parisien. Cette dernière a de nouveau apporté son soutien à Nicolas Mayer-Rossignol, le maire de Rouen, candidat à la tête du PS, face au premier secrétaire sortant, pro-Nupes, Olivier Faure.

 

Le retour de Quatennens, «honte absolue»

Très critique à l'encontre de la Nupes, Anne Hidalgo en a profité pour qualifier l'attitude du leader insoumis Jean-Luc Mélenchon de «honte absolue» dans l'affaire du député Adrien Quatennens, condamné pour violences conjugales.

«Entendre quelqu'un qui se veut le leader de la gauche nous expliquer que c'est un sujet privé et qu'il faut laisser son copain tranquille, c'est trente ans de féminisme sur lesquels on s'assoit», a dénoncé l'édile socialiste. «Je ne veux plus d'un système patriarcal avec la violence que cela représente».

En septembre, alors qu'Adrien Quatennens avait avoué avoir giflé son épouse et annoncé son retrait de la coordination de LFI, Jean-Luc Mélenchon l'avait publiquement soutenu sur Twitter.

Depuis, le député du Nord a été condamné à quatre mois de prison avec sursis et suspendu jusqu'en avril de son groupe à l'Assemblée nationale. Il a fait son retour mercredi au Palais Bourbon en tant que non inscrit, suscitant la controverse jusque dans les rangs des Insoumis où certains appellent à son exclusion définitive.

Jean-Luc Mélenchon a estimé jeudi que le député du Nord, «un ami très cher», avait eu raison de revenir, relevant toutefois qu'il allait devoir «regagner ses galons».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2356) - DIMANCHE 15 JANVIER 2023 : Hidalgo, France Insoumise, Parc des Princes, Pérou, Ukraine, ......

Dimanche 15 janvier 2023 - Parc des Princes : le point de non-retour entre le PSG et la Mairie de Paris ?

Anne Hidalgo refuse de céder le stade et le Paris Saint-Germain fait part de sa volonté de partir. Le bras de fer atteint son paroxysme.

«Très clairement, le Parc des Princes n'est pas à vendre. Et il ne sera pas vendu.» Nouvel épisode dans la saga dont les principaux protagonistes sont la Mairie de Paris et la direction du Paris Saint-Germain. Un bras de fer qui tourne à la guerre ouverte un peu plus à chaque déclaration. Alors que le club a, de longue date, fait part de sa volonté de disposer d'une enceinte plus en rapport avec ses ambitions, et donc d'acheter le Parc, Nasser Al-Khelaïfi ne manquant jamais de rappeler son attachement au stade, Anne Hidalgo a jeté un pavé dans la mare en affirmant qu'il n'est pas question de vendre.

«C'est une position ferme et définitive, martèle la Maire de Paris dans Le Parisien . Il faut accompagner le PSG dans son envie et son besoin de rénovation, d'augmentation de la capacité, de modernisation du Parc. Rappelons tout de même que le contexte est contraint. Une partie du stade se trouve sur le périph, donc on ne peut pas creuser.» On pourra tout de même essayer d’envisager d'autres options….

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2356) - DIMANCHE 15 JANVIER 2023 : Hidalgo, France Insoumise, Parc des Princes, Pérou, Ukraine, ......

Dimanche 15 janvier 2023 - Pour Marine Le Pen, les Français sont «escroqués» par la réforme des retraites

Marine Le Pen a déclaré ce samedi sur BFMTV qu'elle comprenait les Français qui manifesteront contre la réforme des retraites, sans appeler explicitement à se joindre aux mobilisations syndicales et politiques prévues.

«Qu'il y ait des gens qui se mobilisent, qui aillent dans la rue, je peux le comprendre, pour défendre leurs droits bien entendu. Parce que, encore une fois, ils vont être frappés de plein fouet» par le recul de l'âge de départ à 64 ans prévu par le gouvernement, a affirmé ce samedi sur BFMTV Marine Le Pen en marge d'un déplacement à Fismes, dans la Marne.

«Je ne crois pas du tout qu'(Elisabeth Borne) arrivera à convaincre. Plus le débat portera sur les retraites, et nous serons les premiers acteurs de ce débat, plus les Français comprendront qu'ils sont véritablement escroqués avec cette réforme», a ajouté la députée RN, premier parti chez les ouvriers.

«Je ne sais pas s'il y aura une mobilisation majeure mais ce qui est sûr c'est qu'une grande majorité des Français y sont totalement opposés», a encore dit la députée du Pas-de-Calais, qui veut l'abrogation de la réforme mais n'entend pas faire d'obstruction à l'Assemblée lors de l'examen du texte.

 

Election législative partielle

Marine Le Pen s'est rendue dans la Marne pour soutenir la députée RN Anne-Sophie Frigout, qui s'était imposée lors des législatives en juin, avant que son élection soit annulée. La responsable du RN entend faire de cette élection partielle des 22 et 29 janvier un référendum pour ou contre la réforme des retraites.

Le gouvernement prévoit dans son projet de reporter progressivement à 64 ans l'âge de départ à la retraite, au lieu de 62 ans actuellement, tout en accélérant l'allongement de la durée de cotisation. Les principaux syndicats, unanimement opposés à cette réforme, ont annoncé une première journée de grève et manifestations le 19 janvier, à laquelle l'ensemble de la gauche a appelé à se joindre. Les sondages montrent aussi que les Français sont majoritairement hostiles à la réforme.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2356) - DIMANCHE 15 JANVIER 2023 : Hidalgo, France Insoumise, Parc des Princes, Pérou, Ukraine, ......

Dimanche 15 janvier 2023 - Agression gare du Nord à Paris : le suspect présenté à un juge d'instruction

L'homme soupçonné d'avoir blessé avec un crochet métallique six personnes, dont l'une grièvement, mercredi matin en gare du Nord devrait être présenté ce dimanche à un juge d'instruction en vue de sa probable mise en examen, selon le parquet de Paris, sollicité par l'AFP.

Grièvement blessé par balles par des policiers lors de son interpellation, il avait été hospitalisé. Sa garde à vue avait dû être levée en raison de son état de santé, puis elle a repris samedi et a été levée dimanche en fin de matinée.

 

Le suspect sous le coup d'une OQTF ?

Une information judiciaire pour tentative d'assassinat devrait être ouverte, selon le parquet qui va demander le placement en détention provisoire du suspect. L'identité de ce dernier n'est pas encore établie précisément. Sa présentation au juge d'instruction puis au juge des libertés et de la détention (JLD) devrait se dérouler à l'hôpital.

Les faits se sont déroulés mercredi matin, vers 6h45 en gare du Nord. Dans un communiqué publié mercredi, la procureure de Paris Laure Beccuau avait indiqué que cet homme s'était «soudainement mis, sans raison apparente à ce stade, à frapper une première victime avec son arme, victime à laquelle il a asséné une vingtaine de coups» avec un «crochet métallique».

Au total, six personnes ont été blessées : deux hommes de 41 ans et 36 ans, un policier de 46 ans affecté à la Police aux frontières (PAF) de la gare du Nord et trois femmes de 40, 47, et 53 ans. Lors de son interpellation, il a été touché deux fois au thorax et une fois au bras après qu'un policier de la PAF, en uniforme et en service, et un autre de la brigade des réseaux franciliens (BRF), en civil et hors service, qui se trouvaient sur les lieux au moment des faits ont ouvert le feu.

Il est «enregistré sous plusieurs identités dans le fichier automatisé des empreintes digitales alimenté par ses déclarations au cours de précédentes procédures dont il a fait l'objet», avait indiqué Laure Beccuau mercredi, précisant qu'il «pourrait» être né en Algérie ou en Libye. Une source policière a pour sa part affirmé qu'il s'agissait d'un Libyen né en 2000, sous le coup d'une obligation de quitter le territoire français (OQTF), qui ne pouvait être mise en œuvre en raison de l'instabilité qui règne en Libye.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2356) - DIMANCHE 15 JANVIER 2023 : Hidalgo, France Insoumise, Parc des Princes, Pérou, Ukraine, ......

Dimanche 15 janvier 2023 - Complot, refus de la théorie de l'évolution : les jeunes doutent de la vérité scientifique

C'est particulièrement le cas des jeunes musulmans, 71% d'entre eux réfutant par exemple la théorie de l'évolution, selon un sondage de l'Ifop sur le rapport des 18-24 à la science et aux réseaux sociaux.

Les jeunes ont-ils perdu foi en la Science ? Selon un sondage de l'Ifop, publié le 12 janvier dernier, en lien avec la Fondation Jean Jaurès et Reboot, seul un jeune sur trois estime que «la science apporte plus de bien que de mal». À l’inverse, ils sont 16% à être convaincu de l'inverse.

 

Les jeunes sont de plus en plus sceptiques vis-à-vis des vérités scientifiques. Sondage Ifop - 12 janvier 2022

Une méfiance qui s'est largement accrue en trente ans. En 1972, les promoteurs de la science représentaient plus de la moitié des jeunes (55%), soit une baisse massive de 22 points en cinquante ans. Inversement, seuls 6% des 18-24 ans accusaient les théories scientifiques, ils sont près de trois fois plus aujourd'hui.

Parmi eux, les plus précaires sont les plus concernés : un enfant d'ouvrier sur trois ne croit pas aux bienfaits des découvertes scientifiques, alors qu'ils ne sont que 10% chez les jeunes issus des familles de professeurs ou cadres supérieurs. À l’exception des catholiques (14%), les croyances religieuses semblent aussi être un facteur décisif en termes de défiance scientifique. Ainsi, 27% des jeunes musulmans et 24% des jeunes protestants doutent, contre 17% des jeunes en général et 13% des athées.

 

Une théorie du doute

Contrairement à leurs aînés, les jeunes d'aujourd'hui refusent de croire aux vérités qu'on leur assène, et se réfugient volontiers dans des théories alternatives. La moitié d'entre eux croient par exemple au caractère scientifique de l'astrologie. Si 5% des séniors estiment aujourd'hui que les pyramides égyptiennes ont été bâties par des extraterrestres, leurs jeunes sont, eux, 19% à le présumer. Pour un jeune sur cinq, les Américains ne sont pas allés sur la Lune ; pour un sur trois, les êtres humains ne sont pas issus d'une longue évolution des espèces.

Là encore, on observe une disparité religieuse intéressante. Sur les milliers de jeunes interrogés, 71% des musulmans réfutent la théorie de l'évolution, contre 27% des catholiques. Quant à la forme de la Terre, les jeunes musulmans sont aussi les plus sceptiques. 34% estiment que la planète est plate, contre 14% des catholiques, athées et protestants.

Les 18-24 ans d'aujourd'hui sont plus sensibles aux campagnes de désinformation. Ils sont ainsi plus d'un jeune sur deux à juger les autorités ukrainiennes coupables d'avoir mis en scène le massacre des civils à Boutcha, autant à accuser les opposants de Donald Trump d'avoir mimé l'assaut du Capitole pour mettre à mal l'ancien président américain.

 

Les réseaux sociaux, propagateurs de fake-news

Si les facteurs sociologiques et religieux sont notables, ils n'expliquent pas tout. En trois ans, le Covid a traversé une génération et l'a profondément marquée. Durant des mois, alors que s'enchaînaient sur les plateaux de télévision les mêmes professeurs de médecine, s'est développé en parallèle un tortueux système de désinformation sur les réseaux sociaux, remettant en cause la parole scientifique. Ils sont d'ailleurs 25% à croire dans les vertus de la chloroquine sur le Covid-19, plus de 30% à soupçonner les vaccins ARN messagers de générer des protéines toxiques dans les organes vitaux causant des dommages irréversibles.

Les jeunes qui utilisent quotidiennement les réseaux sociaux et en particulier le chinois TikTok connu pour ses très courtes vidéos, sont plus enclins à douter des vérités scientifiques, notamment sur l'actualité. Plus d'un jeune sur trois utilisant plusieurs fois par jour Tiktok estime que l'élection américaine de 2020, ayant causé le départ de Donald Trump, a été faussée. De même pour les conséquences imaginées des vaccins ARNm sur les enfants. La moitié des utilisateurs quotidiens de Telegram estiment qu'il est possible d'avorter avec des plantes sans risque pour la mère et l'enfant. De même, un jeune sur quatre friands de la messagerie cryptée doute que la Terre soit réellement plate.

Malgré toutes les campagnes contre les fake news, un jeune sur trois a confiance dans les informations véhiculées sur les réseaux sociaux. Là encore, les jeunes issus des milieux défavorisés sont davantage concernés que les autres. Près d'un enfant d'ouvrier sur deux considère les informations sur Instagram et TikTok fiables. Les jeunes ayant des croyances religieuses y sont aussi légèrement plus sensibles, avec 41% de musulmans, 43% de protestants et 36% de catholiques contre 30% d'athées.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2356) - DIMANCHE 15 JANVIER 2023 : Hidalgo, France Insoumise, Parc des Princes, Pérou, Ukraine, ......

Dimanche 15 janvier 2023 - Covid-19 : les pharmaciens alertent sur un «trafic» de Paxlovid vers l'étranger

Ce médicament de Pfizer «fait l'objet d'un trafic prenant de l'ampleur et destiné à une exportation clandestine, avec des ordonnances falsifiées ou non», a mis en garde l'USPO cette semaine.

C'est une ruée sur un médicament jusqu'ici plutôt délaissé, qui n'est pas passée inaperçue chez les pharmaciens. Dans un communiqué, mi-janvier, l'Union des syndicats de pharmaciens d'officine (USPO) a tiré la sonnette d'alarme sur un «trafic» de Paxlovid, ce médicament développé par Pfizer permettant de diminuer le risque de forme grave du Covid-19 chez les patients fragiles. Celui-ci «fait l'objet d'un trafic prenant de l'ampleur et destiné à une exportation clandestine, avec des ordonnances falsifiées ou non», a dénoncé l'Union.

Les répartiteurs de certaines régions - principalement à Paris, Nice, Marseille et dans le Grand Est - se sont aperçus avec étonnement d'une forte demande de Paxlovid depuis quelques jours, alors que ce traitement était plutôt délaissé jusqu'ici. Des «achats importants de boîtes» du médicament ont été réalisés par certaines pharmacies, alors que celui-ci doit être prescrit par un médecin, que les officines ne peuvent en commander que vingt boîtes maximum et que le Paxlovid n'est que peu utilisé en temps normal. De quoi mettre la puce à l'oreille des professionnels.

«J'ai été alerté par des réseaux sociaux, par des messages que m'ont envoyés certains présidents départementaux, raconte au Figaro Pierre-Olivier Variot, président de l'USPO. Le ministère de la Santé m'a confirmé des commandes anormales de Paxlovid, concentrées sur certaines pharmacies». L'augmentation du nombre de boîtes commandées par les officines serait «conséquente», de l'ordre de 1000 à 2000 boîtes en plus par rapport à d'habitude.

 

Un manque de médicaments en Asie

Le représentant des professionnels, qui indique n'avoir dispensé lui-même qu'une poignée de boîtes de Paxlovid depuis la sortie du médicament, identifie quatre fraudes potentielles. D'abord, des médecins qui font des «ordonnances de complaisance à leurs patients», leur permettant d'obtenir le médicament sans en avoir besoin. Plus inquiétant, des pharmaciens ont expliqué avoir eu des «patients qui viennent avec des ordonnances chinoises, écrites en idéogrammes, pour obtenir du Paxlovid». Or, en pratique, les pharmaciens n'acceptent pas les ordonnances de médecins extra-européens et ne leur ont donc pas fourni les boîtes demandées. D'autres usagers viennent aussi avec des ordonnances falsifiées, et certains, enfin, tentent carrément de soudoyer les pharmaciens pour obtenir de précieuses boîtes.

La plupart des demandes viendraient de clients «asiatiques», rapportent les professionnels. «Je ne peux que suspecter que cela part en Chine. Certains pharmaciens nous disent que les clients veulent acheter du Paxlovid pour protéger leurs proches», alors que le Covid-19 fait des ravages à travers le pays, rapporte Pierre-Olivier Variot. D'autres sont simplement motivés par l'argent, et veulent revendre bien plus cher le médicament à l'étranger. Un business juteux... mais illégal. «Les pharmacies ne peuvent pas exporter de médicaments [...]. Un transfert d'un médicament entre deux pays européens est considéré comme une opération d'import/export», rappelle l'USPO.

En Chine, les récentes décisions des autorités en matière de santé publique ont conduit à une flambée de l'épidémie de Covid-19 : hôpitaux et médecins sont pris d'assaut, et les médicaments, dont le Paxlovid, viennent à manquer. De quoi pousser les habitants à se tourner vers le marché noir, où les prix atteignent des sommets, selon l'AFP, dépassant plusieurs milliers d'euros pour quelques comprimés seulement. En France, ce traitement est réservé aux personnes à risque de forme grave, et il ne coûte que quelques euros.

Alerté, le ministère de la Santé a confirmé à l'Union avoir repéré cette situation anormale. Les autorités ont donc déclenché une enquête pour identifier qui, parmi les patients, les médecins et les pharmaciens, entretiennent ce trafic. Des sanctions lourdes planent au-dessus des coupables. «Il faudra être intransigeant. Il n'est pas tolérable que le Paxlovid périme dans les entrepôts, mais il n'est pas normal qu'il soit détourné et que des gens réalisent des profits dessus», s'insurge le président de l'USPO.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2356) - DIMANCHE 15 JANVIER 2023 : Hidalgo, France Insoumise, Parc des Princes, Pérou, Ukraine, ......

Dimanche 15 janvier 2023 - Gel des biens russes : la répression des fraudes épingle des agences immobilières des Alpes-Maritimes

La DGCCRF a mené, en septembre, une enquête dans ce département, afin de vérifier le respect des «mesures de gel des avoirs par les professionnels de l'immobilier».

Les acteurs économiques respectent-ils bien les règles mises en œuvre suite à la guerre en Ukraine ? À mesure que les trains de sanctions s'enchaînaient envers les personnalités liées au pouvoir russe, des gels d'avoirs et saisies ont été organisés à travers l'Europe. En France, d'après Bercy, des biens immobiliers ont été gelés à Paris et dans plusieurs départements comme le Var, la Savoie ou les Alpes-Maritimes.

Soucieuse de vérifier le «respect de la mise en œuvre des mesures de gel des avoirs par des agences immobilières» dans le cadre des sanctions européennes mises en place suite à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, la répression des fraudes - la DGCCRF - a mené, en septembre dernier, une «opération coup de poing» dans ce dernier département. Les services de l'État ont ciblé des agences immobilières installées dans certaines communes du territoire, «compte tenu du fait qu'elles concentrent un nombre important de biens immobiliers de prestige au sein du département». L'opération a été menée en collaboration avec la direction départementale de la protection des populations.

Or, après enquête, tous les professionnels de l'immobilier ne respectaient pas les règles : 60% des agences contrôlées dans les Alpes-Maritimes «méconnaissaient ou n'appliquaient pas leurs obligations». Ainsi, elles ne vérifiaient pas forcément le nom de leurs clients sur le registre national du gel des avoirs, ne gelaient pas «sans délai» les biens concernés, précise la DGCCRF. Plus largement, les contrôles ont révélé «des irrégularités importantes au regard de l'exigence de vigilance générale en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme».

La répression des fraudes promet donc des «suites appropriées et de nouveaux contrôles», et prévient que des signalements ont été faits à la direction du Trésor ainsi qu'à Tracfin - la cellule du renseignement financier - dans les cas où des «soupçons de contournement de gel des avoirs ou de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme ont pu être identifiés». Cité dans le communiqué de la DGCCRF, le patron de Bercy, Bruno Le Maire, invite «les fédérations professionnelles, les chambres de commerce et d'industrie ainsi que les professionnels à prendre toutes les dispositions pour que l'ensemble du secteur soit mobilisé dans l'application de ces mesures de gel».

Le gel des avoirs correspond au fait de geler les fonds et ressources économiques d'entités ou de personnes, liés de près ou de loin à des actes de terrorisme, d'après la direction générale du trésor. Concernant les agences immobilières, ce dispositif permet d'éviter toute opération «de vente, de location ou de mise sous hypothèque de biens immobiliers» en faveur des individus ou entités sanctionnés. Elles doivent, en outre, vérifier que le nom de leurs clients n'apparaît pas sur le registre national du gel des avoirs. Mais aussi mettre en œuvre ce gel et le déclarer à la direction générale du trésor. Autant de sujets sur lesquels la répression des fraudes promet de rester vigilante.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2356) - DIMANCHE 15 JANVIER 2023 : Hidalgo, France Insoumise, Parc des Princes, Pérou, Ukraine, ......

Dimanche 15 janvier 2023 - Burkina: une cinquantaine de femmes enlevées dans le Nord par des djihadistes présumés

Une cinquantaine de femmes ont été enlevées jeudi et vendredi par des djihadistes présumés à Arbinda, dans le nord du Burkina Faso, ont indiqué à l'AFP des responsables locaux et des habitants de cette localité régulièrement touchée par des violences.

Selon le témoignage de plusieurs habitants et de responsables locaux souhaitant rester anonymes, un premier groupe d'une quarantaine de femmes a été enlevé à une dizaine de kilomètres au sud-est d'Arbinda et un autre d'une vingtaine le lendemain au nord de cette commune. Certaines ont pu s'échapper et regagné leur village pour témoigner.

 

Deux vagues d'enlèvements

«Les femmes se sont regroupées pour aller cueillir des feuilles et des fruits sauvages en brousse parce qu'il n'y a plus rien à manger», a expliqué un des habitants, précisant qu'elles étaient parties avec leurs charrettes dans la journée de jeudi. «Le jeudi soir, ne les voyant pas revenir, nous avons pensé que leurs charrettes avaient eu un problème. Mais trois rescapées sont revenues nous dire ce qui s'est passé», a ajouté un autre habitant.

Selon lui, le lendemain, à huit kilomètres au nord d'Arbinda, une vingtaine de femmes qui n'étaient pas informées du premier enlèvement, ont été à leur tour victimes d'un rapt. «Dans les deux groupes, des femmes ont réussi à échapper à la vigilance des terroristes et ont regagné le village à pieds» a-t-il expliqué. «Nous pensons que les ravisseurs les ont emmenées dans leurs différentes bases», a-t-il poursuivi. Selon des responsables locaux qui ont confirmé les enlèvements, l'armée et ses supplétifs civils ont effectué des ratissages de la zone, sans succès.

 

De nombreuses attaques djihadistes depuis 2015

La commune d'Arbinda se situe dans la région du Sahel, dans le nord du Burkina Faso, une zone sous blocus de groupes djihadistes et qui est difficilement ravitaillée en vivres. Près d'un million de personnes vivent actuellement dans des zones sous blocus, dans le nord ou l'est du pays, selon les Nations unies.

Le Burkina Faso, en particulier dans sa moitié nord, est confronté depuis 2015 aux attaques de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda et à l'État islamique qui se multiplient. Elles ont fait des milliers de morts et au moins deux millions de déplacés. Le capitaine Ibrahim Traoré, président de transition issu d'un coup d'État militaire le 30 septembre - le deuxième en huit mois - s'est donné pour objectif «la reconquête du territoire occupé par ces hordes de terroristes».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2356) - DIMANCHE 15 JANVIER 2023 : Hidalgo, France Insoumise, Parc des Princes, Pérou, Ukraine, ......

Dimanche 15 janvier 2023 - Affaire Quatennens : L'attitude de Mélenchon est «une honte absolue» selon Hidalgo

L'attitude du leader insoumis Jean-Luc Mélenchon est "une honte absolue" dans l'affaire du député Adrien Quatennens, condamné pour violences conjugales, a dénoncé samedi la maire de Paris Anne Hidalgo.

"Entendre quelqu’un qui se veut le leader de la gauche nous expliquer que c’est un sujet privé et qu’il faut laisser son copain tranquille, c’est trente ans de féminisme sur lesquels on s’assoit", a dénoncé l'édile dans un entretien avec des lecteurs du Parisien. "Je ne veux plus d’un système patriarcal avec la violence que cela représente".

En septembre, alors qu'Adrien Quatennens avait avoué avoir giflé son épouse et annoncé son retrait de la coordination de LFI, Jean-Luc Mélenchon l'avait publiquement soutenu sur Twitter.

 

"La France insoumise est un parti non démocratique"

Depuis, le député du Nord a été condamné à quatre mois de prison avec sursis et suspendu jusqu'en avril de son groupe à l'Assemblée nationale. Il a fait son retour mercredi au Palais Bourbon en tant que non inscrit, suscitant la controverse jusque dans les rangs des Insoumis où certains appellent à son exclusion définitive.

Jean-Luc Mélenchon a estimé jeudi que le député du Nord, "un ami très cher", avait eu raison de revenir, relevant toutefois qu'il allait devoir "regagner ses galons".

Pour Anne Hidalgo, "la France insoumise est un parti non démocratique (...) On n’arrivera jamais à gagner à nouveau dans le pays si on se range derrière cette pensée-là et cette méthode-là", a estimé la maire de Paris, qui a obtenu 1,7% des voix à la présidentielle de 2022.

"Il faut refonder le PS en ouvrant les portes et les fenêtres", a ajouté Mme Hidalgo, apportant de nouveau son soutien à Nicolas Mayer-Rossignol, le maire de Rouen, candidat à la tête du PS, face au premier secrétaire sortant, pro-Nupes, Olivier Faure.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2356) - DIMANCHE 15 JANVIER 2023 : Hidalgo, France Insoumise, Parc des Princes, Pérou, Ukraine, ......
LA MARCHE DU MONDE (2356) - DIMANCHE 15 JANVIER 2023 : Hidalgo, France Insoumise, Parc des Princes, Pérou, Ukraine, ......
LA MARCHE DU MONDE (2356) - DIMANCHE 15 JANVIER 2023 : Hidalgo, France Insoumise, Parc des Princes, Pérou, Ukraine, ......
LA MARCHE DU MONDE (2356) - DIMANCHE 15 JANVIER 2023 : Hidalgo, France Insoumise, Parc des Princes, Pérou, Ukraine, ......
LA MARCHE DU MONDE (2356) - DIMANCHE 15 JANVIER 2023 : Hidalgo, France Insoumise, Parc des Princes, Pérou, Ukraine, ......
LA MARCHE DU MONDE (2356) - DIMANCHE 15 JANVIER 2023 : Hidalgo, France Insoumise, Parc des Princes, Pérou, Ukraine, ......
LA MARCHE DU MONDE (2356) - DIMANCHE 15 JANVIER 2023 : Hidalgo, France Insoumise, Parc des Princes, Pérou, Ukraine, ......
LA MARCHE DU MONDE (2356) - DIMANCHE 15 JANVIER 2023 : Hidalgo, France Insoumise, Parc des Princes, Pérou, Ukraine, ......

Dimanche 15 janvier 2023 - Affrontements près de la mine de Lützerath, des dizaines de policiers et de militants blessés

Quelque 70 policiers ont été blessés samedi dans des affrontements avec des milliers de manifestants s'opposant à l'extension d'une mine de charbon dans l'ouest de l'Allemagne, a indiqué dimanche la police allemande.

Environ 15.000 manifestants, selon la police - 35.000 selon les organisateurs -, dont l'activiste suédoise Greta Thunberg ont protesté contre l'extension d'une mine de lignite à ciel ouvert entraînant la destruction du hameau de Lützerath, dans le bassin rhénan, entre Düsseldorf et Cologne, soutenant des activistes qui occupaient le site et que la police a entrepris de déloger depuis mercredi.

 

Des poursuites judiciaires ont été lancées contre environ 150 personnes

Le collectif Lützerath lebt! a fait état samedi de dizaines de blessés, dont certains graves, dans les rangs des militants, notamment à cause de morsures de chien et des canons à eau.

Selon la police, des poursuites judiciaires ont été lancées contre environ 150 personnes. La situation sur le terrain est redevenue "très calme" dimanche, selon la police.

 

Le gouvernement juge nécessaire l'extension de la mine pour la sécurité énergétique de l'Allemagne

L'opération d'évacuation à Lützerath est politiquement délicate pour la coalition du social-démocrate Olaf Scholz qui gouverne avec les écologistes, accusés par les activistes d'avoir trahi leurs engagements.

Le gouvernement juge nécessaire l'extension de la mine pour la sécurité énergétique de l'Allemagne qui doit compenser l'interruption des livraisons de gaz russe, un motif impérieux que contestent les opposants, au nom de la lutte contre les énergies fossiles.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2356) - DIMANCHE 15 JANVIER 2023 : Hidalgo, France Insoumise, Parc des Princes, Pérou, Ukraine, ......

Dimanche 15 janvier 2023 - La crise se poursuit au Pérou, état d'urgence à Lima

L'état d'urgence était en vigueur dimanche dans la capitale péruvienne Lima et d'autres régions de ce pays confronté à des manifestations contre la présidente Dina Boluarte qui ont fait au moins 42 morts dans le pays depuis cinq semaines.

Cette mesure, décrétée samedi et en vigueur pour 30 jours, autorise l'armée à intervenir pour maintenir l'ordre et entraîne la suspension de plusieurs droits constitutionnels comme la liberté de circulation et de réunion et l'inviolabilité du domicile, selon un décret publié samedi soir au journal officiel.

Outre la capitale, les départements de Cusco et Puno (sud) sont notamment soumis à l'état d'urgence, de même que le port de Callao, à côté de Lima.

Plus d'une centaine de barrages routiers bloquaient samedi la circulation à travers le Pérou, principalement dans le sud, épicentre de la contestation, mais également autour de Lima.

Les autorités ont cependant rouvert samedi l'aéroport international de Cusco, d'importance vitale pour le secteur touristique péruvien, après l'avoir fermé jeudi.

En revanche, les trains à destination du Machu Picchu, seul moyen d'accéder au célèbre site, étaient toujours suspendus, et les syndicats locaux affirment que le secteur du tourisme perd jusqu'à sept millions de sols (environ 1,7 million d'euros) par jour en raison de la crise.

Les protestations ont éclaté après la destitution et l'arrestation le 7 décembre du président socialiste Pedro Castillo, accusé d'avoir tenté de perpétrer un coup d'Etat en voulant dissoudre le Parlement qui s'apprêtait à le chasser du pouvoir.

 

Prendre "le contrôle" de Lima

 Mme Boluarte, qui était la vice-présidente de M. Castillo, lui a succédé conformément à la Constitution et est issue du même parti de gauche que lui. Mais les manifestants, qui voient en elle une "traîtresse", exigent son départ ainsi que des élections immédiates. Pour le moment, Mme Boluarte refuse de démissionner.

Des manifestations ont été annoncées pour lundi à Lima ainsi que dans les régions marginalisées du sud des Andes, qui ont été l'épicentre des protestations.

Certains groupes de manifestants du sud prévoient de se rendre à Lima pour prendre le "contrôle de la ville".

"Nous avons pris la décision d'aller à Lima" à partir de lundi, a annoncé Julio Vilca, un leader de la protestation de la province d'Ilave, dans la région de Puno, dans le sud du pays.

"Nous ne pouvons pas indiquer l'heure, car ce que nous voulons, c'est voyager dans l'unité", a-t-il souligné.

 

Un usage excessif de la force

La Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH), qui a achevé vendredi une mission d'inspection au Pérou, a requis une enquête impartiale sur la répression des manifestations, estimant que des indices pointaient vers un "usage excessif de la force".

Le gouvernement attribue les troubles à des "agitateurs professionnels financés par de l'argent illégal".

La police a annoncé l'arrestation d'une dirigeante syndicale de la région d'Ayacucho, Rocio Leandro, accusée de financer les manifestations et de recruter des manifestants. Selon un porte-parole de la police, le général Oscar Arriola, Mme Leandro appartenait, sous le nom de guerre de "Camarade Cusi", au défunt groupe armé maoïste Sentier Lumineux.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2356) - DIMANCHE 15 JANVIER 2023 : Hidalgo, France Insoumise, Parc des Princes, Pérou, Ukraine, ......
LA MARCHE DU MONDE (2356) - DIMANCHE 15 JANVIER 2023 : Hidalgo, France Insoumise, Parc des Princes, Pérou, Ukraine, ......
LA MARCHE DU MONDE (2356) - DIMANCHE 15 JANVIER 2023 : Hidalgo, France Insoumise, Parc des Princes, Pérou, Ukraine, ......
LA MARCHE DU MONDE (2356) - DIMANCHE 15 JANVIER 2023 : Hidalgo, France Insoumise, Parc des Princes, Pérou, Ukraine, ......
LA MARCHE DU MONDE (2356) - DIMANCHE 15 JANVIER 2023 : Hidalgo, France Insoumise, Parc des Princes, Pérou, Ukraine, ......
LA MARCHE DU MONDE (2356) - DIMANCHE 15 JANVIER 2023 : Hidalgo, France Insoumise, Parc des Princes, Pérou, Ukraine, ......
LA MARCHE DU MONDE (2356) - DIMANCHE 15 JANVIER 2023 : Hidalgo, France Insoumise, Parc des Princes, Pérou, Ukraine, ......

Dimanche 15 janvier 2023 - Ukraine : une frappe russe sur un immeuble à Dnipro fait vingt morts

Le bilan de la frappe russe survenue samedi sur un immeuble à Dnipro, dans l'est de l'Ukraine, s'est alourdi à 20 morts, a annoncé dimanche le chef de l'administration militaire régionale de Dnipropetrovsk, Valentyn Reznichenko.

"Vingt innocentes victimes", a déploré M. Reznichenko sur Telegram, précisant que 73 personnes avaient été blessées. "Les opérations de secours se poursuivent. Le sort de plus de 40 personnes demeure inconnu", a-t-il ajouté.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens