Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 décembre 2022 3 28 /12 /décembre /2022 08:00
LA MARCHE DU MONDE (2337) - MARDI 27 DECEMBRE 2022 : ONU en Afghanistan, Macron à Brégançon, Corée, Poutine,.......

Mardi 27 Décembre 2022 –  A Brégançon, Emmanuel Macron «prépare la rentrée»

Emmanuel Macron passe quelques jours au Fort de Brégançon, la résidence des chefs de l'Etat sur la Côte d'Azur, "d'où il suit les dossiers et prépare la rentrée", a appris l'AFP mardi auprès de la présidence. "Brégançon, tout comme l'Elysée, est un lieu de travail et de gestion des crises", ont tenu à souligner les services du président de la République, qui avait déjà passé les fêtes de fin d'année dans cette résidence varoise les années précédentes.

 

Plusieurs dossiers pour la rentrée

L'Elysée n'a pas précisé où M. Macron avait passé le week-end de Noël, ni quand il était arrivé à Bormes-les-Mimosas, la commune du Var où se trouve la célèbre forteresse. Le chef de l'Etat devrait être de retour à Paris d'ici à samedi, pour les traditionnels voeux télévisés aux Français, au cours desquels il pourrait aborder les chantiers de l'année à venir, à commencer par la réforme hautement sensible des retraites, dont le gouvernement doit dévoiler le contenu le 10 janvier.

Parmi les dossiers de la rentrée figurent aussi la menace de coupures d'électricité en raison de la crise énergétique liée à la guerre en Ukraine, l'inflation qui continue de peser sur ménages et entreprises, la poursuite des réformes du marché du travail, la réflexion autour de la fin de vie et celles autour du système de santé et de l'Education nationale.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2337) - MARDI 27 DECEMBRE 2022 : ONU en Afghanistan, Macron à Brégançon, Corée, Poutine,.......

Mardi 27 Décembre 2022 –  Fusillade à Paris : le suspect mis en examen et placé en détention provisoire

L'homme de 69 ans, soupçonné d'avoir tué trois Kurdes et blessé trois autres personnes vendredi à Paris et qui a reconnu une "haine des étrangers pathologique", a été mis en examen lundi et incarcéré, a indiqué une source judiciaire. Le suspect, conducteur de train retraité de nationalité française, a été mis en examen par un juge d'instruction pour assassinat et tentative d'assassinat en raison de la race, l'ethnie, la nation ou la religion, ainsi que pour acquisition et détention non autorisée d'arme, a précisé cette source.

Il a ensuite été placé en détention provisoire par un juge des libertés et de la détention (JLD), conformément aux réquisitions du parquet, selon la source judiciaire.

Dans le box, l'homme, coquard à l’œil gauche et vêtu d'une blouse d'hôpital bleu clair, est resté droit, le regard fixe et les bras croisés en attendant l'arrivée du JLD. Encadré par une escorte de cinq policiers, le sexagénaire aux cheveux gris-blancs courts a confirmé son identité, puis donné son accord pour une audience à huis-clos.

Son avocat Me Clément Pialoux a simplement confirmé le placement en détention provisoire de son client, refusant de s'exprimer davantage.

 

Pour "tuer des étrangers"

Le suspect, carrure massive et empâtée, avait été interpellé vendredi peu après avoir ouvert le feu avec une arme de poing dans la rue d'Enghien, dans le Xe arrondissement de Paris, devant un centre culturel kurde. Il a tué trois Kurdes et blessé trois autres hommes.

Lors de sa garde à vue, il reconnu devant les enquêteurs ressentir une "haine des étrangers devenue complètement pathologique" depuis un cambriolage à son domicile en 2016. Le matin des faits, il s'est d'abord rendu armé à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) pour "tuer des étrangers" mais a finalement renoncé faute de monde et d'aisance pour recharger son arme en raison de sa tenue vestimentaire, selon la procureure de Paris Laure Beccuau.

De retour au domicile parisien de ses parents, où il vivait, il est ensuite allé à pied rue d'Enghien, vers le centre culturel kurde Ahmet-Kaya, dont il connaît la localisation.

Sa garde à vue a été levée samedi en fin de journée et il a été conduit à l'infirmerie psychiatrique de la préfecture de police. Il a de nouveau été replacé en garde à vue dimanche après-midi avant d'être présenté lundi à un juge d'instruction du tribunal judiciaire de Paris.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2337) - MARDI 27 DECEMBRE 2022 : ONU en Afghanistan, Macron à Brégançon, Corée, Poutine,.......

Mardi 27 Décembre 2022 –  Attentat de Nice en 2016 : les deux principaux condamnés font appel

Les deux hommes condamnés à dix-huit années de réclusion criminelle pour l'attentat commis en 2016 à Nice en France ont fait appel du verdict de la cour d'assises spéciale de Paris, a indiqué lundi à l'AFP le parquet national antiterroriste (Pnat).

Au terme de plus de trois mois d'audience, Chokri Chafroud et Mohamed Ghraieb avaient été reconnus coupables le 13 décembre d'association de malfaiteurs terroriste pour leur implication dans l'attaque au camion-bélier qui avait fait 86 morts et 450 blessés le 14 juillet 2016 sur la Promenade des Anglais.

L'assaillant, Mohamed Lahouaiej Bouhlel, avait été tué par la police à l'issue de sa course meurtrière.

 

Les six autres accusés n'ont pas fait appel

Les six autres accusés, condamnés à des peines de deux à douze ans de prison, ont décidé de ne pas faire appel du verdict. "Seuls Chokri Chafroud et Mohamed Ghraieb ont interjeté appel de la décision rendue par la cour d'assises", a indiqué le Pnat.

En condamnant ces deux hommes à dix-huit années de réclusion, la cour était allée au-delà des réquisitions du parquet antiterroriste, qui avait réclamé quinze années de prison à leur encontre.

"La gravité des faits commis par Mohamed Ghraieb et Chokri Chafroud est tout à fait exceptionnelle", avait estimé la cour d'assises spéciale de Paris.

 

Des messages sur Facebook

Dans ses motivations, elle avait relevé "une convergence idéologique" entre M. Ghraieb, un Franco-Tunisien de 47 ans, et l'auteur de l'attentat et avait notamment pointé la somme de 2.000 euros qu'il lui avait remise la veille de l'attentat pour lui racheter une voiture.

Selon la cour, M. Ghraieb "savait qu'en remettant cette somme en numéraire à une personne radicalisée, qui tenait également un discours de haine, soutenait les auteurs d'attentats et qui s'était donné les moyens logistiques d'un passage à l'acte violent, il contribuait à la préparation d'un acte terroriste".

La cour avait par ailleurs fait de Chokri Chafroud, un ressortissant tunisien de 43 ans, "un véritable inspirateur de l'attentat non pas dans les mobiles religieux ou idéologiques de son action mais dans le choix de son mode opératoire".

Elle s'était notamment fondée sur les messages échangés sur Facebook avec Mohamed Lahouaiej Bouhlel, où M. Chafroud suggérait à son ami d'utiliser "un camion comme arme de destruction".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2337) - MARDI 27 DECEMBRE 2022 : ONU en Afghanistan, Macron à Brégançon, Corée, Poutine,.......

Mardi 27 Décembre 2022 –  L'ONU appelle à mettre fin aux «restrictions inimaginables» imposées aux femmes en Afghanistan

Le Haut-Commissaire des droits de l'homme de l'ONU, Volker Türk a enjoint mardi les talibans afghans à lever les "restrictions inimaginables" imposées aux femmes, mettant en garde contre des "conséquences terribles" pour "tout le peuple afghan". "Ces restrictions inimaginables imposées aux femmes et aux filles vont non seulement augmenter les souffrances de tous les Afghans mais, je le crains, poser un risque au-delà des frontières de l'Afghanistan", écrit M. Türk dans un communiqué, où il met  en garde les talibans: "Aucun pays ne peut se développer - voire survivre - socialement et économiquement si la moitié de sa population est exclue."

Les talibans, qui ont pris le pouvoir à Kaboul à la mi-août 2021 et dont l'autorité n'est pas reconnue par l'essentiel de la communauté internationale, ont interdit à quelques jours d'intervalle aux femmes et aux filles de poursuivre des études universitaire et, depuis le 24 décembre, de travailler dans des ONG nationales ou internationales.

"Ce dernier décret des autorités de facto aura des conséquences terribles pour les femmes et pour tout le peuple afghan", a souligné le Haut-Commissaire. "Interdire aux femmes de travailler dans les ONG les privera, elles et leurs familles, de leurs revenus, et de leur droit de contribuer positivement au développement de leur pays et au bien-être de leurs concitoyens", a souligné M. Türk, joignant sa voix à un concert de réprobations du monde entier.

 

Les mesures liberticides se sont multipliées

De très nombreuses ONG dépendent de leur personnel féminin et ne seront pas en mesure de fonctionner sans lui. Lundi, une demi-douzaine d'entre les très nombreuses ONG qui sont présentes dans le pays avaient suspendu leur activité, les talibans ayant menacé de révoquer les autorisations des organisations qui ne respecteraient pas le décret.

"L'interdiction compromettra considérablement, voire détruira, la capacité de ces ONG à fournir les services essentiels dont dépendent tant d'Afghans vulnérables", prédit le chef des droits humains à l'ONU, plus de la moitié de la population -soit environ 24 millions de personnes- dépendant d'une manière ou d'une autre de l'aide humanitaire.

En dépit de leurs promesses de se montrer plus souples, les talibans sont revenus à l'interprétation ultra-rigoriste de l'islam qui avait marqué leur premier passage au pouvoir (1996-2001).

Depuis leur retour au pouvoir en août 2021, les mesures liberticides se sont multipliées en particulier à l'encontre des femmes qui ont été progressivement écartées de la vie publique et exclues des collèges et lycées.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2337) - MARDI 27 DECEMBRE 2022 : ONU en Afghanistan, Macron à Brégançon, Corée, Poutine,.......

Mardi 27 Décembre 2022 –  Critiquée pour n'avoir pas abattu des drones nord-coréens, la Corée du Sud présente ses excuses

L'armée sud-coréenne a présenté ses excuses mardi pour avoir échoué à abattre cinq drones nord-coréens qui ont traversé la frontière intercoréenne lundi, après avoir essuyé de nombreuses critiques sur son manque de préparation. "Hier, cinq drones ennemis ont envahi l'espace aérien sud-coréen, et nos militaires les ont détectés et suivis, mais nous nous excusons de ne pas avoir été en mesure de les abattre", a déclaré l'état-major interarmées sud-coréen (JCS) dans un communiqué.

L'incursion de lundi a incité Séoul à tirer des coups de semonce et à déployer des avions de chasse et des hélicoptères de combat pour abattre les drones, dont l'un avait atteint l'espace aérien près de Séoul. Tous les drones semblent être retournés au Nord malgré une traque qui a duré cinq heures.

 

Le président en colère

Le JCS a reconnu que, bien que l'armée puisse contrer "les drones d'attaque qui constituent une menace réelle", il y a une limite à leur capacité à détecter et à frapper les drones espions plus petits. "En conséquence, le manque de préparation de l'armée a suscité beaucoup d'inquiétude auprès du public", a-t-il ajouté.

Le président sud-coréen Yoon Suk-yeol a relevé lors d'un conseil des ministres mardi que l'incident montrait que l'état de préparation de l'armée était "très insuffisant". M. Yoon a ordonné l'accélération d'un projet visant à lancer une unité de drones pour effectuer des opérations de surveillance et de reconnaissance des principales installations militaires de la Corée du Nord. Le plan prévoit l'introduction de drones furtifs avancés. Cette incursion dans l'espace aérien sud-coréen était la première en cinq ans et intervient après une série d'essais d'armement de Pyongyang.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2337) - MARDI 27 DECEMBRE 2022 : ONU en Afghanistan, Macron à Brégançon, Corée, Poutine,.......

Mardi 27 Décembre 2022 –  En pleines tensions avec le Sud, la Corée du Nord débute sa réunion annuelle du Parti des travailleurs

Le Parti des travailleurs au pouvoir en Corée du Nord a donné lundi le coup d'envoi d'une grande réunion annuelle avec, à l'ordre du jour, la politique économique du pays, ont rapporté mardi les médias d'Etat. Ces dernières années, au lieu de prononcer un discours à l'occasion du Nouvel An comme à son habitude, le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a profité de la réunion plénière de fin d'année pour exposer les grandes lignes de sa politique dans des domaines clés tels que la diplomatie, la sécurité et l'économie.

Cette réunion, qui a débuté lundi avec Kim Jong Un, selon l'agence officielle nord-coréenne KCNA, clôture une année qui a vu Pyongyang mener une série record d'essais d'armes, suscitant l'inquiétude et les avertissements de la Corée du Sud, du Japon et des Etats-Unis.

La puissance de la Corée du Nord s'est "remarquablement accrue dans tous les domaines de la politique, de l'armée, de l'économie et de la culture", a mis en avant M. Kim lors de la réunion, cité par KCNA. L'examen des politiques mises en oeuvre en 2022 et le budget de l'année à venir étaient également au programme, a ajouté KCNA, sans fournir de détails.

 

La crainte de nouveaux essais nucléaires

Dans le discours de l'année dernière, Kim Jong Un s'était concentré sur les affaires intérieures, notamment l'économie et l'agriculture. Malgré les lourdes sanctions internationales, Pyongyang a redoublé d'efforts pour développer son armement. Kim Jong Un a affirmé en 2022 qu'il souhaitait que la Corée du Nord détienne la force nucléaire la plus puissante du monde, et a déclaré "irréversible" le statut d'Etat nucléaire de son pays.

Les Etats-Unis et la Corée du Sud avertissent depuis des mois que le Nord pourrait être en train de préparer ce qui serait le septième essai nucléaire de son histoire et le premier en cinq ans. Lundi, l'armée sud-coréenne a par ailleurs annoncé avoir déployé des avions de chasse et des hélicoptères de combat après l'incursion sur son territoire de cinq drones nord-coréens, dont l'un avait atteint l'espace aérien près de Séoul.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2337) - MARDI 27 DECEMBRE 2022 : ONU en Afghanistan, Macron à Brégançon, Corée, Poutine,.......

Mardi 27 Décembre 2022 –  Ivanka Trump distante avec son père ? Donald Trump crie à la «fake news»

Autrefois conseillers haut placés à la Maison Blanche, ils feraient aujourd’hui tout pour se tenir à distance de la vie politique. Ivanka Trump et son époux Jared Kushner ont annoncé en novembre dernier qu’ils ne participeraient pas à la future campagne présidentielle de Donald Trump, qui a annoncé sa candidature pour 2024. La fille préférée de l’ancien dirigeant américain a fait savoir il y a quelques semaines qu’elle le «soutiendrait désormais hors de la zone politique», disant vouloir mettre la priorité sur sa vie de famille, tout en assurant «aimer profondément» son père.

Depuis, les rumeurs de tensions entre Donald et Ivanka Trump se font de plus en plus pressantes. Dans un nouvel article du «New York Magazine», la journaliste Olivia Nuzzi affirme que la situation familiale des Trump serait particulièrement délicate dernièrement, notamment depuis un repas polémique entre Donald Trump, Kanye West et Nick Fuentes dans sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride. En novembre dernier, les trois hommes ont en effet partagé un dîner, provoquant le scandale alors que Kanye West et Nick Fuentes ont ouvertement affiché leurs opinions antisémites.

Face au tollé, Donald Trump espérait obtenir le soutien de son beau-fils. Mais selon le «New York Magazine», ce dernier, de confession juive, «n’a aucunement l’intention de l’aider dans ses controverses». «Il a ignoré les appels lui demandant de prendre la parole publiquement», est-il écrit.

D'après le «New York Post», à cette même époque, Donald Trump aurait «supplié» sa fille et son beau-fils de rejoindre sa campagne, conscient que l'élégante blonde était son principal atout lors de son premier mandat. Il aurait essayé d’avoir cette conversation avec eux durant le mariage de son autre fille, Tiffany Trump, organisé à Mar-a-Lago. Un détail de cette cérémonie n’est d’ailleurs pas passé inaperçu puisque sur Instagram après les festivités, Ivanka Trump a publié de nombreuses photos de famille, dont une avec l’épouse de Donald Trump, Melania. Elle n’a en revanche pas posé auprès de son père. Ivanka Trump et Jared Kushner sont ensuite partis en voyage avec leurs trois enfants, entre l’Europe – ils ont fait escale à Paris – et le Qatar, où ils ont assisté à la Coupe du monde.

 

La réponse de Donald Trump

Face à toutes ces spéculations, Donald Trump a réagi lundi sur son réseau social, Truth Social. Fidèle à la guerre qu’il mène contre les médias, il a affirmé que ces articles n’étaient que des «fake news». «Je n’ai jamais demandé ni à Jared, ni à Ivanka de prendre part à ma campagne pour 2024», a-t-il écrit. Il a ensuite indiqué que c’était en réalité lui-même qui avait conseillé à sa fille et son époux de ne pas s’impliquer, jurant vouloir les protéger «de la méchanceté des informations corrompues et fausses». Il a conclu en se disant persuadé d’être capable de gagner à nouveau la présidentielle.

Une victoire qui semble bien difficile à atteindre pour le moment. Mi-décembre, la commission d'enquête parlementaire a recommandé que des poursuites pénales soient lancées contre l'ancien président notamment pour appel à l'insurrection et complot à l'encontre de l'État américain. Le 6 janvier 2021, des partisans de l'ancien président Trump, affirmant - à tort - comme lui que la présidentielle de 2020 lui avait été volée par Joe Biden, avaient violemment attaqué le siège du Congrès à Washington pour stopper la certification des résultats. Pour la commission d'enquête parlementaire, Donald Trump ne devrait désormais jamais avoir le droit d'occuper de nouvelles fonctions publiques.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2337) - MARDI 27 DECEMBRE 2022 : ONU en Afghanistan, Macron à Brégançon, Corée, Poutine,.......

Mardi 27 Décembre 2022 –  Guerre en Ukraine : plus de deux tiers des Français plébiscitent des négociations avec Moscou

Alors que les Ukrainiens ont célébré leur premier Noël en guerre, 70% des Français plébiscitent une issue diplomatique à ce conflit qui dure depuis dix mois, selon un sondage Ifop, publié ce samedi 24 décembre par le Journal du dimanche. S'ils ne sont pas favorables à l'arrêt immédiat des livraisons d'armes par la France, les citoyens interrogés préfèrent l'usage de la négociation à la poursuite militaire jusqu'à ce que la victoire ukrainienne s'ensuive. Cet avis est partagé par 69% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon, 77% ceux de Marine Le Pen et 88% ceux d'Eric Zemmour. Au contraire, les moins enclins à la négociation et favorables à la poursuite du conflit militaire, sont les socialistes et les Verts.

«Cette idée que le pays agressé devrait finir à tout prix par battre le pays agresseur n'est pas majoritaire», analyse dans le JDD Frédéric Dabi, directeur de l'Ifop. Les femmes et les jeunes souhaitent de leur côté très majoritairement voir la négociation l'emporter sur le conflit armé.

Autre enseignement du sondage, les Français restent très préoccupés par le conflit aux frontières de l'Europe : 83% d'entre eux s'estiment inquiets. Un chiffre toutefois inférieur au sondage réalisé le 1er mars 2022 (92% des Français se disaient inquiets). L'impossibilité d'y voir une fin est un élément qui participe à l'inquiétude. Près de la moitié des Français n'ont aucune idée d'une date d'armistice possible. Seul un citoyen sur cinq l'imagine avant 2024. «L'opinion a largement intériorisé que la guerre allait durer et que 2023 serait encore tendue sur tous les plans», conclut Frédéric Dabi.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2337) - MARDI 27 DECEMBRE 2022 : ONU en Afghanistan, Macron à Brégançon, Corée, Poutine,.......

Mardi 27 Décembre 2022 –  Guerre en Ukraine : la Russie va interdire la vente de son pétrole aux pays utilisant le prix plafond

Plus de 4500 cyberattaques russes contre l'Ukraine en 2022, la Russie qui va interdire la vente de son pétrole aux pays utilisant le prix plafond, l'Italie qui va fournir une aide de 10 millions d'euros à l'Ukraine ... Le Figaro fait le point sur le conflit en Ukraine ce mardi 27 décembre.

La Russie va interdire la vente de son pétrole aux pays utilisant le prix plafond

La Russie interdira à partir du 1er février 2023 la vente de son pétrole aux pays étrangers qui utilisent le plafonnement du prix de l'or noir russe, fixé début décembre à 60 dollars par baril par l'UE, le G7 et l'Australie. «La livraison de pétrole et de produits pétroliers russes à des personnes morales étrangères et autres particuliers est interdite» si ceux-ci utilisent le prix plafond, est-il écrit dans un décret signé mardi par le président russe Vladimir Poutine.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2337) - MARDI 27 DECEMBRE 2022 : ONU en Afghanistan, Macron à Brégançon, Corée, Poutine,.......

Mardi 27 Décembre 2022 –  Iran : le président n’aura « aucune pitié » envers les ennemis de la République islamique

Le pouvoir iranien se veut ferme face aux manifestants. Le président iranien, Ebrahim Raïssi, a promis ce mardi qu’il n’avait « aucune pitié » envers les personnes se montrant hostiles à la République islamique d’Iran . Le chef de l’État fait référence aux vives manifestations qui secouent le pays depuis la mort de Mahsa  Amini il y a plus de trois mois. Le 16 septembre dernier, cette Iranienne d’origine kurde de 22 ans est morte après avoir été arrêtée par la police des mœurs – abolie début décembre – pour avoir enfreint le strict code vestimentaire en vigueur dans le pays pour les femmes.

 

L’Occident accusé de vouloir « diviser la société » iranienne

Lors d’une prise de parole à l'Université de Téhéran à l’occasion de l’hommage aux 200 soldats tués pendant la guerre Iran-Irak (1980-1988), Ebrahim Raïssi a estimé que ceux ayant rejoint les manifestations étaient « les hypocrites, les monarchistes, les courants contre-révolutionnaires et tous ceux qui ont été lésés par la révolution ». Le président iranien a également appelé au calme en rappelant que « les bras de la nation sont ouverts à tous ceux qui ont été leurrés » et que « les jeunes sont enfants ».

Au contraire, « nous n'aurons aucune pitié pour les éléments hostiles », a-t-il prévenu dans son discours face à une foule. Il s’est aussi adressé à l’Occident , accusé par des responsables iraniens d’avoir provoqué les émeutes en Iran. « Si vous pensez atteindre vos objectifs en répandant des rumeurs et en divisant la société, vous vous trompez. Vous voulez nous tromper, mais nous vous connaissons et nous connaissons aussi notre nation », a lancé Ebrahim Raïssi.

 

L’Iran secouée par une vague de contestation

Les autorités iraniennes indiquent que plusieurs centaines de personnes ont perdu la vie, dont des dizaines d’agents des forces de l’ordre, au cours de la répression menée en Iran. Des milliers de personnes ont aussi été interpellées au cours de ces protestations. Des défenseurs des droits humains hors d'Iran estiment que plus de 450 manifestants ont été tués, relate l’AFP. Parmi les personnes arrêtées, 11 ont été condamnées à mort. Si deux personnes ont déjà été exécutées, deux autres vont être rejugées. Les défenseurs des droits humains parlent, eux, d’une douzaine de personnes condamnées à la peine capitale.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2337) - MARDI 27 DECEMBRE 2022 : ONU en Afghanistan, Macron à Brégançon, Corée, Poutine,.......

Mardi 27 Décembre 2022 –  Covid-19 en France : seuls 40 % des plus de 70 ans ont reçu un nouveau rappel de vaccin

Selon les derniers chiffres des autorités sanitaires, la vague actuelle de Covid-19 en France est en train de ralentir en matière de contaminations comme désormais d’hospitalisations. Mais le pays traverse cet hiver une triple épidémie de Covid-19, grippe et bronchiolite qui inquiète fortement. La présidente du Comité de veille et d'anticipation des risques sanitaires (Covars), Brigitte Autran, était invitée ce mardi matin sur RMC. Elle a tenu à souligner la gravité de la situation.

« Nous sommes en train de passer le pic » de la nouvelle vague épidémique, néanmoins en France il y a encore « entre 135 à 150 morts par jour du Covid ». Une maladie « toujours grave, particulièrement grave chez les personnes qui n'ont pas été vaccinées (ou) qui n'ont pas eu leur rappel », a martelé le Dr Brigitte Autran. Seuls 40 % des plus de 70 ans ont reçu un nouveau rappel de vaccin contre le Covid-19, un taux « très insuffisant », a-t-elle estimé.

 

« C’est recommandé à partir de 60 ans »

La vaccination permet de diminuer la gravité de la maladie, a rappelé Brigitte Autran, faisant écho aux différents appels du gouvernement. Elle a également indiqué qu'on « arrive maintenant à 4,5 millions de vaccinations depuis le 3 octobre », date de début de la dernière campagne de rappel. Estimant que le taux de vaccination est « très insuffisant », « on aimerait que ce soit presque 100 % », elle « rappelle que c’est recommandé à partir de 60 ans et ouvert à tout le monde ».

Brigitte Autran a aussi exhorté les Français à se faire vacciner contre la grippe , qui est « en train de monter de façon très importante ». Actuellement, « seuls 22 % de personnels » sont vaccinés, « c’est vraiment très dommage », a-t-elle regretté.

 

Vers une fin de la pandémie en 2023 ?

La présidente du Covars a exprimé des craintes sur les conséquences du rebond de l'épidémie de Covid en Chine en termes d'approvisionnements en médicaments. « Cette vague (de Covid en Chine) n’était pas prévue et risque de déséquilibrer de façon importante les stocks de médicaments et d’antibiotiques », a-t-elle évoqué.

Enfin, l’immunologue s’est montrée très réservée face à une possible fin de la pandémie en 2023. « On l’espère tous, mais on sait que la Covid de toute façon va rester, elle reviendra périodiquement. On espère tous qu’elle sera de moins en moins sévère grâce à la vaccination. Mais pour l’instant on n’a pas encore de pronostic très fiable », a-t-elle déclaré.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2337) - MARDI 27 DECEMBRE 2022 : ONU en Afghanistan, Macron à Brégançon, Corée, Poutine,.......

Mardi 27 Décembre 2022 –  Guerre en Ukraine : Kiev doit accepter les conditions russes ou « l’armée tranchera », selon Sergueï Lavrov

Cela fait maintenant plus de dix mois que la guerre fait rage entre la Russie et l’Ukraine . Et le processus de paix ne semble pas prêt d’être enclenché, car chacun des deux camps attend de l’autre qu’il accepte ses conditions. Moscou campe sur ses positions et compte bien les imposer à l’Ukraine. Les propositions de la Russie concernant la « démilitarisation » et la « dénazification » de l’Ukraine sont connues de Kiev et il revient aux autorités ukrainiennes d’y répondre, a ainsi décrété le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov (photo), lundi 26 décembre. « [Nos conditions] sont simples : remplissez-les ou l’armée russe se chargera de trancher la question », a-t-il conclu.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky se montre de son côté fermé à toute négociation. « On ne peut pas négocier avec une personnalité qui vous a occupés, je n’ai aucune confiance. Avec Hitler, on a eu beau négocier, mais des nations entières ont souffert », avait-il expliqué pour LCI le 16 décembre dernier. Pour négocier avec la Russie, l’Ukraine a, elle aussi, besoin de constater des changements significatifs.

 

Faire face à des poursuites

L’Ukraine a donc, elle aussi, posé ses conditions pour la paix. Le ministre des Affaires étrangères ukrainien a repris son idée d'organiser un sommet pour la paix fin février 2023, période à laquelle la guerre rentrera dans sa deuxième année. Pour que l'envahisseur russe puisse avoir voix au chapitre lors d'un tel événement, il devra d'abord accepter de faire face à des poursuites pour crimes de guerre devant un tribunal international. « Ils ne seront invités à participer qu'à cette condition », a ainsi souligné Dmytro Kuleba.

 

Un drone ukrainien abattu

Une paix encore lointaine, au vu des affrontements. Lors de cette journée du 26 décembre, Moscou a également accusé l’Ukraine d’attaquer son territoire, en lançant un drone contre une base aérienne. Selon les agences de presse russes, un drone ukrainien a été abattu alors qu’il s’approchait de la base d’Engels, dans la région de Saratov, à quelque 600 km de l’Ukraine. « À la suite de la chute de l’épave du drone, trois techniciens russes qui se trouvaient sur l’aérodrome ont été mortellement blessés », selon l’agence TASS citant le ministère de la Défense. Un bilan confirmé par le gouverneur régional, Roman Boussarguine, sur son compte Telegram.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens