Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 décembre 2022 5 16 /12 /décembre /2022 08:00
LA MARCHE DU MONDE (2327) - JEUDI 15 DECEMBRE 2022 : 49-3 à l'Assemblée, L'europe soutient l'Ukraine, Inflation, Trump, ...

Jeudi 15 Décembre 2022 –  Budget : Elisabeth Borne engage pour la dixième fois sa responsabilité par le 49.3

Les députés de l'alliance de gauche Nupes (LFI, PS, PCF, EELV) ont aussitôt annoncé le dépôt d'une motion de censure contre le gouvernement. De son côté, le groupe RN a indiqué qu'il n'en déposerait pas.

Elisabeth Borne a engagé jeudi, pour la dixième fois sur un texte financier, en l'occurrence le projet de budget pour 2023, la responsabilité de son gouvernement par l'article 49.3 de la Constitution, qui permet son adoption sans vote.

"Nous avons connu des avancées - je veux les saluer. Mais nous avons aussi, trop souvent, trouvé porte close. Sur le budget, nous ne pouvons pas trouver de compromis si les oppositions craignent, ainsi, de se compromettre", a affirmé la Première ministre, à l'ouverture de la séance à l'Assemblée consacrée à la lecture définitive du projet de loi de finances pour 2023.

"La France a besoin d’un budget au 1er janvier 2023. Et le temps presse désormais", s'est-elle justifiée, en engageant sur ce texte la responsabilité de son gouvernement par l'article 49.3.

"Alors que nous serons demain au terme du délai constitutionnel pour l’examen de ce PLF (projet de loi de finances, ndlr), alors que le temps pour le débat a été contraint par la multiplication des motions de censure, nous devons avancer. Nous devons prendre nos responsabilités", a-t-elle encore plaidé.

La Première ministre a défendu un budget sans hausse d'impôt, qui comporte "des réponses d'urgence pour le pouvoir d’achat" et "des moyens pour le plein-emploi, pour la transition écologique, pour l’égalité des chances, pour (la) souveraineté".

Elle a aussi souligné que le texte final avait été "enrichi et amélioré par rapport à sa version initiale" avec "des amendements de la majorité comme des oppositions".

La motion de censure "va être déposée maintenant pour qu'elle soit défendue samedi", a précisé le président de la commission des Finances, le député LFI Eric Coquerel.

 

Le gouvernement peut utiliser le 49.3 autant de fois qu'il le souhaite sur un texte budgétaire

L'utilisation à répétition du 49.3 est "un problème pour la démocratie et la marque d’un gouvernement qui est faible et minoritaire", a lancé M. Coquerel, estimant que "ça ne pourra pas recommencer comme ça l’an prochain".

"Borne gouverne au rythme d'un coup de force par semaine. Gouvernement: 10. Démocratie: 0", a dénoncé sur Twitter la présidente du groupe LFI Mathilde Panot.

"On ne peut pas répondre à la volonté de la Première ministre de rendre complètement anodine l'utilisation du 49.3 par le fait de rendre complètement anodine l'utilisation de la motion de censure", a estimé de son côté la cheffe de file des députés RN Marine Le Pen.

Le gouvernement peut utiliser le 49.3 autant de fois qu'il le souhaite sur un texte budgétaire, comme le PLF, le budget de la Sécurité sociale, ou les projets de budget rectificatifs.

Il envisage d'ailleurs de faire passer sa réforme des retraites dans le projet de loi rectificatif de la Sécurité sociale (PLFRSS).

Mais sur un texte non financier, il ne peut se servir du 49.3 qu'une seule fois par session.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2327) - JEUDI 15 DECEMBRE 2022 : 49-3 à l'Assemblée, L'europe soutient l'Ukraine, Inflation, Trump, ...

Jeudi 15 Décembre 2022 –  Macron «assume totalement» sa visite au Qatar pour soutenir l'équipe de France

Le président français Emmanuel Macron a affirmé jeudi qu'il assumait "totalement" le fait d'aller soutenir l'équipe nationale de football lors de la Coupe du monde au Qatar, en dépit des nombreuses controverses et de l'enquête en cours sur des soupçons de corruption au Parlement européen. "J'assume totalement", a déclaré M. Macron à son arrivée à Bruxelles pour un sommet européen, en provenance directe du Qatar où il a assisté mercredi soir à la victoire de la France face au Maroc en demi-finale.

"J'étais il y a quatre ans derrière l'équipe de France quand c'était en Russie et je suis derrière eux au Qatar", a poursuivi le président français qui s'y rendra de nouveau dimanche pour la finale face à l'Argentine. Emmanuel Macron a estimé que les Français étaient dans le même état d'esprit. "Regardez, il y avait beaucoup de débats, les gens disaient +on va pas suivre, on boycotte à la télévision+. Les chiffres sont là", a-t-il ajouté en référence aux très fortes audiences sur le petit écran malgré les appels à boycotter le Mondial au Qatar.

"On aime notre équipe nationale, on est fier d'elle, on veut qu'elle gagne, on sera derrière elle jusqu'au bout", a-t-il lancé. "Maintenant je croise les doigts pour dimanche !", a-t-il ajouté.

 

"Je veux saluer l'équipe marocaine et tout le peuple marocain"

Le chef de l'Etat a aussi rendu hommage à la sélection du Maroc, à laquelle il a rendu visite dans les vestiaires mercredi soir après le match. "Je veux saluer l'équipe marocaine et tout le peuple marocain. Elle a vraiment fait un très beau match et surtout un très beau Mondial", a-t-il dit. Le Qatar est impliqué dans un retentissant scandale de corruption visant l'eurodéputée grecque Eva Kaili, interpellée vendredi et déchue depuis de son poste de vice-présidente du Parlement européen.

L'élue âgée de 44 ans est soupçonnée d'avoir été payée par cet émirat pour défendre ses intérêts. "Il faut sur ces sujets que la justice, l'ensemble des services fassent leur travail", a noté Emmanuel Macron, en se félicitant de "la transparence" dans cette affaire depuis qu'elle a éclaté au grand jour.

"Il faut déjà connaître les fait, comprendre qui est impliqué et prendre ensuite les mesures adaptées", a-t-il poursuivi. "Les institutions compétentes prendront les décisions adaptées sur la base de faits", a-t-il dit sans plus se prononcer sur le Qatar. La compétition suscite aussi de nombreuses polémiques, que ce soit au sujet du respect des droits humains au Qatar ou bien encore de la protection de l'environnement.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2327) - JEUDI 15 DECEMBRE 2022 : 49-3 à l'Assemblée, L'europe soutient l'Ukraine, Inflation, Trump, ...

Jeudi 15 Décembre 2022 –  La France insoumise à l’heure des purges

La condamnation à quatre mois de prison avec sursis d’Adrien Quatennens pour violences conjugales sur son épouse et son expulsion temporaire du groupe des Insoumis à l'Assemblée nationale est l’arbre qui cache l’ambiance délétère qui règne dans ce parti.

Après des semaines de malaise et de guerres intestines, la nomination de la nouvelle direction a fait l’effet d’une bombe puisqu’ont été gommées de la photo les figures les plus connues, comme Clémentine Autain, François Ruffin, Alexis Corbière, Eric Coquerel ou encore Raquel Garrido. Tout cela au nom du « renouvellement » bien sûr. Il faut dire que les deux premiers ont commis le crime de lèse-majesté de doubler, un temps, le « leader maximo » Jean Luc Mélenchon dans les sondages de popularité.

Aujourd’hui, alors que ce dernier s’est remis en selle comme en atteste notre dernier baromètre Ifop Fiducial (+6 points à 35% d’opinions positives), l’heure est venue de reprendre la main et de dégager des instances dirigeantes ceux qui ont fait entendre une voix discordante et qui ont osé émettre des critiques contre la gouvernance verticale à la FI. Exit donc les grandes gueules et prime donnée au bon élève de la «mélenchonie», Manuel Bompard, celui qui trouvait que donner une gifle à sa femme ce n’est pas être un homme violent, ou plus récemment qui estimait que «le vote n’est pas l’alpha et l’Omega de la démocratie».

 

LFI a déjà connu des crises depuis sa création

Pas de quoi décourager Clémentine Autain qui a aussitôt dénoncé «le repli et le verrouillage» de l’organisation politique à laquelle elle appartient encore et qu’elle avait appelé en vain à se démocratiser. On voit le résultat. Même son de cloche du côté de François Ruffin qui se dit «triste que plutôt qu’un élargissement, on ait un rétrécissement». Enfin Raquel Garrido déplore le fait que la transformation d’une structure au début dédiée à la présidentielle, en véritable parti inscrit dans le temps soit de facto révolue ! «Qu’ils ne pensent pas une seconde qu’on se laissera faire», tonne-t-elle.

Mais au final, rien ne change pour l’instant. LFI a déjà connu des crises depuis sa création en 2016 notamment en raison du mode de nomination totalement opaque au sein des instances dirigeantes. Là, l’organisation fait le ménage et se met une nouvelle fois en ordre de marche pour servir les intérêts de Jean-Luc Mélenchon dont le regard est déjà tourné vers 2027. Jusqu’à quel point l’édifice va-t-il tenir ? Les murs de la maison tanguent en tout cas dangereusement. La révolte des Insoumis a commencé.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2327) - JEUDI 15 DECEMBRE 2022 : 49-3 à l'Assemblée, L'europe soutient l'Ukraine, Inflation, Trump, ...

Jeudi 15 Décembre 2022 –  Coupe du monde : 266 interpellations, des militants d'ultradroite gardés à vue à Paris

Un total de 266 personnes ont été interpellées dans la nuit de mercredi à jeudi en France - dont 167 à Paris et son agglomération - où l'ultradroite s'est mobilisée dans quelques villes, après la demi-finale du Mondial France-Maroc, selon le ministère de l'Intérieur.

En début de matinée, la préfecture de police de Paris avait détaillé les interpellations survenues dans sa zone: 167 dans l'agglomération parisienne dont 145 à Paris.

 

110 gardes à vue à Paris

Au total à Paris, 110 mesures de gardes à vue ont été prises pour essentiellement violences sur personne dépositaire de l'autorité publique, participation à un groupement en vue de commettre des violences ou des dégradations, détentions d'engin explosifs, port d'arme et embuscade, a détaillé le parquet de Paris. Vingt-quatre de ces mesures concernent des mineurs (dont deux seulement domiciliés à Paris).

 

Des militants en possession d'armes blanches

Parmi les interpellations à Paris figurent celles de 40 personnes proches de l'ultradroite pour groupement en vue de commettre des violences et port d'armes prohibées. Ils ont été placés en garde à vue, a ajouté à l'AFP le parquet de Paris, soulignant que certains d'entre eux étaient en possession d'armes blanches.

Ce groupe a été interpellé dans le XVIIe arrondissement de la capitale alors qu'il s'apprêtait à rejoindre les Champs-Elysées, avec des intentions belliqueuses, selon une source policière.

Des tensions entre des membres de l'ultradroite et des supporters ont eu lieu à Lyon et Nice notamment, a ajouté une autre source policière.

A Montpellier, des supporters marocains ont été invectivés par des membres de la mouvance ultradroite occitane entonnant "On est chez nous", selon une source sécuritaire.

Les services de renseignement, selon une note révélée par Europe 1 et confirmée à l'AFP, avaient anticipé la présence de l'ultradroite dans la rue, liée à la présence du Maroc en demi-finale.

"Il y a eu une petite dizaine de villes concernées au total, ce n'était pas des rassemblements très organisés ou structurés, on est loin du grand soir", selon la source sécuritaire.

Au niveau national (sans l'agglomération parisienne), selon un premier bilan, la police a fait état de cinq policiers blessés. La soirée a été endeuillée par le décès d'un adolescent de 14 ans à Montpellier (Hérault) percuté "par un chauffard", selon la préfecture de ce département.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2327) - JEUDI 15 DECEMBRE 2022 : 49-3 à l'Assemblée, L'europe soutient l'Ukraine, Inflation, Trump, ...

Jeudi 15 Décembre 2022 –  Homme condamné à tort pour viol en France: rarissime annulation judiciaire

L'aboutissement d'un "combat pour l'innocence": en France, la Cour de révision a pris jeudi la décision rarissime d'annuler la condamnation pour viol sur mineure prononcée fin 2003 contre un homme jugé coupable et écroué pour des faits qu'il n'a jamais commis. Cette décision, qui fait de cet homme de 41 ans le douzième cas connu de révision d'une condamnation aux assises depuis 1945, fait suite à la rétractation de son accusatrice. En 2017, elle avait confié aux autorités judiciaires avoir inventé les faits de toutes pièces, "coincée dans l'emprise" d'un "secret familial".

"Rien ne subsiste à la charge de Farid El Hairy", a tranché, sous les ors de la Cour de cassation, le président de la Cour de révision Nicolas Bonnal, ajoutant que cette condamnation était annulée sans qu'il y ait lieu d'ordonner un nouveau procès. "L'affaire est terminée par cette décision qui vous lave de toute condamnation". Ému aux larmes, M. El Hairy s'est dit soulagé que la vérité soit "rétablie" tout en observant que rien n'effacera les "vingt-quatre années de souffrance" qui l'ont "détruit", lui et sa famille. "J'ai fait un an d’incarcération mais les vingt-trois années d'incarcération mentale, c’est ce qu’il y a de plus difficile. Ça restera à vie", a-t-il déclaré devant une nuée de caméras.

 

L'adolescente écrit au procureur et "confesse avoir menti"

Sa vie bascule en 1998 dans la petite ville d'Hazebrouck (Nord) quand une adolescente de 15 ans affirme à sa famille avoir été violée et agressée sexuellement par Farid El Hairy, âgé alors de 17 ans. Ses dénégations ne suffisent pas à éviter son renvoi devant la cour d'assises des mineurs du Nord en décembre 2003 où il est condamné à cinq ans de prison, dont quatre ans et deux mois avec sursis.

Coup de théâtre en octobre 2017 : l'adolescente écrit au procureur et "confesse avoir menti" et que son violeur était son propre frère, contre lequel elle finit par déposer plainte. Il faudra toutefois attendre l'été 2022 pour que les autorités informent M. El Hairy de ce revirement. Celui-ci entend désormais demander à l’État la réparation financière de son préjudice et engager des poursuites contre son accusatrice pour dénonciation calomnieuse.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2327) - JEUDI 15 DECEMBRE 2022 : 49-3 à l'Assemblée, L'europe soutient l'Ukraine, Inflation, Trump, ...

Jeudi 15 Décembre 2022 –  Une fuite détectée dans la Station spatiale internationale

Nouvel incident dans la Station spatiale internationale (ISS). Une fuite de liquide de refroidissement a été détectée jeudi 15 décembre «à l'arrière du vaisseau spatial Soyouz MS-22» amarré à l'ISS, a précisé l’Agence spatiale américaine (Nasa) dans un communiqué. Elle a indiqué qu’elle travaillait de consort avec l’agence russe Roscosmos «pour déterminer la conduite à tenir, après l'analyse en cours» de l'incident. «Les membres d'équipage à bord de la Station spatiale sont sains et saufs et n'ont couru aucun danger pendant la fuite», a-t-elle ajouté.

La sortie dans l'espace prévue mercredi de deux cosmonautes russes a dû être annulée. Sergueï Prokopiev et Dmitri Peteline étaient arrivés dans l'ISS le 21 septembre dernier, accompagnés par l'astronaute américain Frank Rubio, via la fusée Soyouz lancée depuis le Kazakhstan. Les deux compères russes avaient déjà réalisé des sorties extravéhiculaires, comme en témoignent ces images spectaculaires, immortalisées il y a près d’un mois. 

Ce voyage et cette mission constituent l'une des rares coopérations encore en cours entre Moscou et Washington depuis le début de la guerre en Ukraine déclenchée par l'invasion russe le 24 février et les sanctions occidentales qui ont suivi.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2327) - JEUDI 15 DECEMBRE 2022 : 49-3 à l'Assemblée, L'europe soutient l'Ukraine, Inflation, Trump, ...

Jeudi 15 Décembre 2022 –  Feu vert de l’UE sur l’aide à l’Ukraine

Après avoir bloqué les 18 milliards d’euros promis à Kiev pour 2023, pour faire pression sur d’autres dossiers d’ordre financier, la Hongrie et la Pologne ont finalement accepté de lever leur veto.

Rien ne s’est pas passé comme prévu. Du moins, jusqu’à la fin de l’après-midi. Lorsqu’ils arrivent au Conseil, jeudi matin, pour participer au dernier sommet d’une année 2022 qui a vu revenir la guerre en Europe, les Vingt-Sept ne peuvent que constater l’étendue des dégâts. Les journalistes les assaillent de questions sur le «Qatargate», ce scandale de corruption qui jette le doute sur l’Europe et offre aux eurosceptiques un angle d’attaque inespéré à un an et demi des élections européennes de 2024.

Présent mercredi soir à Doha pour soutenir les Bleus, Emmanuel Macron est contraint de se justifier. «J’assume totalement, réagit-il. J’étais, il y a quatre ans, derrière l’équipe de France quand c’était en Russie, et je suis derrière eux au Qatar», ajoute-t-il. Les dossiers liés aux conséquences de la guerre en Ukraine s’empilent, sans que les États membres ne parviennent à se mettre d’accord. «Il y a une fatigue. Chaque sujet est infiniment complexe et engage l’UE», résume un diplomate. C’est le cas notamment du plafonnement du prix du gaz, devenu un feuilleton sans fin. Il y a aussi, parmi d’autres problèmes, le cavalier seul de l’allié américain avec son plan massif de subventions accordées aux entreprises locales produisant des voitures électriques et des panneaux solaires.

Les Européens ne sont pas alignés sur la manière de riposter. Certains - la France et l’Italie notamment - plaident pour un nouvel emprunt commun, sous peine de voir l’industrie européenne décrocher. Les pays dits frugaux - dont l’Allemagne - ne veulent pas en entendre parler, considérant qu’il reste beaucoup d’argent à utiliser dans le cadre du plan de relance.

Mais il y a bien plus ennuyeux encore, ce jeudi matin, pour cette Union qui a promis un soutien «indéfectible» à Kiev. Alors que les leaders doivent, à l’issue de la réunion, renouveler leur soutien, deux dossiers emblématiques patinent dangereusement: le neuvième paquet de sanctions contre la Russie et, surtout, l’aide macrofinancière de 18 milliards d’euros promise à l’Ukraine pour 2023. «Nous devons être en mesure de montrer que nous sommes unis», lâche le président du Conseil européen, Charles Michel, avant d’entrer dans la salle. Au début de la réunion, le président Zelensky souligne, dans un message vidéo diffusé aux Vingt-Sept, que «le combat pour la paix en Ukraine et dans toute l’Europe» ne doit pas être pris en otage par «des malentendus et des controverses entre certains États membres de l’UE».

 

Bras de fer et montage complexe

Les Européens pensaient pourtant être venus à bout des difficultés sur l’aide à l’Ukraine. Au terme d’un long bras de fer et d’un montage complexe, la Hongrie a finalement consenti lundi soir à lever son veto. Pour tordre le bras de Budapest, qui refusait à la fois de donner son accord sur l’aide à l’Ukraine et sur l’imposition minimale mondiale des multinationales, les Européens avaient imaginé un paquet d’ensemble. Si la Hongrie maintenait son veto, alors les Européens ne donneraient pas leur feu vert au plan de relance hongrois assorti de 5,8 milliards d’euros. Et sans ce feu vert avant le 31 décembre, la Hongrie perdait automatiquement 70 % des sommes promises. L’affaire avait finalement été réglée. C’était sans compter sur la Pologne, qui s’est mis en tête de bloquer le paquet. Non parce que le pays s’oppose à l’aide à l’Ukraine - il soutient bec et ongles l’Ukraine contre la Russie -, mais parce qu’il refusait que l’aide à Kiev soit connectée à l’imposition minimale mondiale.

À son arrivée au sommet, le premier ministre polonais s’était montré limpide sur le sujet. À ses yeux, il s’agit ni plus ni moins d’un «chantage» des Européens. Le chantage pourrait aussi venir de la Pologne. En utilisant ce levier et alors que personne ne peut soupçonner ce pays de vouloir faire défaut à l’Ukraine, Varsovie fait aussi pression pour que soient débloqués les premiers fonds du plan de relance qui se font attendre mais aussi pour durcir le neuvième paquet de sanctions que certains États membres ont tenté d’édulcorer.

Bref, les Européens étaient face à un mikado, jeudi. Finalement, en fin d’après-midi, la Pologne acceptait de lever son veto. «Elle était coincée car le paquet était fait de telle manière qu’ils bloquaient les 18 milliards d’euros et, par ailleurs, le plan de relance hongrois. Ils se sont essayés ces derniers mois à la prise d’otage et connaissent maintenant l’expérience de l’arroseur arrosé», analyse un diplomate. Les discussions doivent, en revanche, se poursuivre sur le neuvième paquet de sanctions. Plusieurs pays - notamment la France et l’Allemagne - réclament des exemptions sur les exportations d’engrais, considérant que cela augmente le risque de famine en Afrique. La Pologne et les Baltes estiment que ces exemptions reviendraient à faire un cadeau à certains oligarques. Une réunion des ambassadeurs devait se réunir jeudi soir pour tenter de dénouer tous ces fils.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2327) - JEUDI 15 DECEMBRE 2022 : 49-3 à l'Assemblée, L'europe soutient l'Ukraine, Inflation, Trump, ...

Jeudi 15 Décembre 2022 –  Pour Biden, les États-Unis ont une «obligation morale» de réguler davantage les armes à feu

Dix ans après la tuerie de Sandy Hook, le président américain s'est engagé à mieux réguler la circulation des armes à feu dans son pays.

Joe Biden a estimé mercredi 14 décembre , dix ans après la tuerie dans l'école de Sandy Hook, que l'Amérique avait une «obligation morale» de réguler davantage les armes à feu, et qu'elle devrait se «sentir coupable» de ne pas l'avoir fait.

«Je suis déterminé à interdire les fusils d'assaut et les chargeurs à grosse capacité», a encore indiqué le président américain dans un communiqué, une mesure que le Parti républicain rejette pour l'instant.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2327) - JEUDI 15 DECEMBRE 2022 : 49-3 à l'Assemblée, L'europe soutient l'Ukraine, Inflation, Trump, ...

Jeudi 15 Décembre 2022 –  Grève des aiguilleurs : la SNCF prévoit des perturbations limitées pour le premier week-end des vacances

Les professionnels mobilisés entreront en grève jeudi soir et jusqu'à lundi matin. Le trafic sera pour autant normal sur la quasi-totalité du territoire.

Un trafic «légèrement perturbé» est annoncé par la SNCF pour vendredi 16 décembre et samedi 17 décembre. Malgré un mouvement social à l'initiative des aiguilleurs de SNCF Réseau, neuf trains sur dix seront assurés sur l'axe TGV Atlantique le vendredi, dont deux trains sur trois entre Paris et Bordeaux. Partout ailleurs, la circulation sera «normale ou quasi-normale», annonce la SNCF, sur les lignes TGV aussi bien que sur les lignes Intercités, de jour comme de nuit.

Samedi, le trafic «restera légèrement perturbé (...) sur certaines lignes», anticipe la SNCF. En tout et pour tout, seule une vingtaine de trains seront supprimés sur les 650 TGV en circulation sur la journée. Le groupe ferroviaire se dit par ailleurs «bien conscient des désagréments causés par ce mouvement», et précise que «les voyageurs dont le train est annulé pourront bénéficier d'un remboursement à 100% du prix de leur billet, ou d'un échange sans frais dans tous les trains où il reste de la place».

Les aiguilleurs de la SNCF opèrent le réseau : sans eux, les trains ne peuvent pas rouler. Ils demandent une meilleure reconnaissance de leur profession et une amélioration de leurs conditions de travail. La CGT-Cheminots a de son côté qualifié les propositions de la direction d'«insuffisantes» et a déposé des préavis sur le plan local mais n'appelle pas à un mouvement national. Les autres organisations Unsa-Ferroviaire et CFDT-Cheminots n'appellent, elles, pas à la grève et ont signé le relevé de conclusion au terme d'une réunion mardi avec la direction du groupe.

La direction a proposé aux syndicats d'allouer aux aiguilleurs une «remise de service» de dix minutes à chaque prise de service. Les agents de circulation, qui travaillent en 3x8, doivent en effet arriver ou partir plus tard au moment de la relève pour passer le relais à l'équipe suivante. SUD-Rail demandait 20 minutes. Autre mesure mise sur la table par SNCF Réseau: «une indemnité mensuelle forfaitaire de 60 euros (brut)» versée à partir du mois de juin 2023 et qui sera pérenne afin de reconnaître les spécificités du métier. Une mesure «loin de répondre à notre revendication (300 euros par mois comptant pour la retraite et maintenue en cas d'inaptitude)», a indiqué SUD-Rail. L'Unsa-Ferroviaire, qui participait à la table ronde, à elle qualifié ces mesures de «réelles avancées».

«C'est une avancée forte de la part de l'entreprise, surtout quand on connaît les problématiques de SNCF Réseau» dont les finances sont limitées, a assuré Yoann Saugues, secrétaire fédéral Unsa-Ferroviaire. Un autre risque de conflit social pèse sur la SNCF en cette fin d'année avec cette fois les contrôleurs qui menacent de faire grève les week-ends de Noël et du Nouvel An. Toutefois, la direction de SNCF Voyageurs qui s'occupe des personnels des trains dans le groupe public a qualifié les échanges ayant eu lieu avec les syndicats et un collectif de contrôleurs de «positifs et de bon niveau». «On est vraiment pas loin d'un accord» malgré «quelques points d'achoppement», a déclaré à l'AFP Nicolas Limon, l'un des fondateurs du collectif. La direction a donné une semaine aux parties pour se prononcer.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2327) - JEUDI 15 DECEMBRE 2022 : 49-3 à l'Assemblée, L'europe soutient l'Ukraine, Inflation, Trump, ...

Jeudi 15 Décembre 2022 –  L'inflation devrait enfin atteindre un pic à 7% début 2023, selon l'Insee

Bientôt le pic tant attendu. Établie à 6,2% en novembre dernier, l'inflation devrait atteindre un sommet début 2023, en janvier et février, à 7% sur un an, a indiqué l'Insee ce jeudi dans sa dernière note de conjoncture. Les prix à la consommation devraient donc continuer d'augmenter d'ici là, atteignant dans un premier temps 6,6% sur un an fin 2022.

«La hausse de l'inflation sur les premiers mois de l'année serait principalement tirée par l'énergie : fin de la remise à la pompe en janvier (+0,1 point d'inflation), hausse de 15% des tarifs réglementés du gaz en janvier (+0,2 point) puis de l'électricité en février (+0,4 point)», expliquent les statisticiens nationaux. En outre, la revalorisation prévue du prix du paquet de cigarettes de 50 centimes d'euros en mars «augmenterait l'inflation de 0,1 point». L'inflation alimentaire atteindra de son côté un pic à près de 13% sur un an en janvier.

À partir de mars, ensuite, la hausse des prix devrait refluer progressivement jusqu'à environ +5,5 % en juin, avance l'Insee. «En particulier, l'inflation énergétique et l'inflation alimentaire diminueraient sensiblement», affirme-t-on. Dans l'alimentation, l'inflation sur un an atteindrait ainsi 10,9% en juin 2023, contre 12,9% en janvier. Dans l'énergie, elle serait divisée par deux sur la période, passant de 23,1% à 10,9%. Elle ralentirait aussi dans les services - de 3,4% à 3% - mais accélérerait dans les produits manufacturés - de 4,7% à 5%.

 

La croissance revue à la baisse pour 2023

Quant à la croissance française, le PIB (produit intérieur brut) devrait se contracter de 0,2% au quatrième trimestre, pénalisé notamment par une consommation des ménages en berne dans le contexte de forte inflation. L'Insee tablait jusque-là sur une croissance nulle en fin d'année. Dans sa note de conjoncture, l'institut national de la statistique a également revu en légère baisse sa prévision de croissance pour l'ensemble de 2022, qu'il voit désormais à 2,5% (contre 2,6% précédemment), soit 0,2 point de moins que celle du gouvernement.

Pour autant, l'économie hexagonale devrait échapper à la récession, définie comme deux trimestres consécutifs dans le rouge, grâce à un léger rebond attendu du produit intérieur brut (PIB), de 0,1% au premier trimestre de 2023 puis de 0,3% au deuxième. Ce «rebond» devrait s'accélérer au printemps prochain, permettant à l'Hexagone de s'en tirer mieux que ses voisins : à titre de comparaison, l'acquis de croissance mi-2023 «s'échelonnerait de -0,2 % pour l'Allemagne à +1,1 % pour l'Espagne, en passant par +0,3 % pour l'Italie».

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2327) - JEUDI 15 DECEMBRE 2022 : 49-3 à l'Assemblée, L'europe soutient l'Ukraine, Inflation, Trump, ...

Jeudi 15 Décembre 2022 –  L'annonce «majeure» de Trump ? Des cartes à collectionner

Donald Trump, qui promettait une annonce "majeure", a finalement dévoilé jeudi une série de cartes à collectionner.

C'est "comme une carte de baseball" mais en "beaucoup plus excitant" et à 99 dollars pièce: Donald Trump, qui promettait une annonce "majeure", a finalement dévoilé jeudi une série de cartes à collectionner. Dans un message sur son réseau Truth Social, l'ancien président, qui s'est lancé dans la course pour 2024, dévoile donc une collection de "cartes numériques Donald Trump", sur un modèle bien connu des amateurs de sport.

Mercredi, l'imprévisible républicain avait publié ce message énigmatique: "L'Amérique a besoin d'un superhéros. Je ferai demain une annonce majeure." Les vignettes seront "des créations artistiques formidables sur ma vie et ma carrière", promet le milliardaire républicain, qui traverse une passe politique difficile.

Il publie une image qui le montre dessiné à la manière d'un superhéros musculeux de "comic", ces bandes dessinées emblématiques des Etats-Unis. Le personnage à son effigie est campé les mains sur les hanches sur un ring de boxe, moulé dans une combinaison rouge, la taille prise dans une ceinture "Trump Champion" et sur fond de drapeau américain.

"Seulement 99 dollars chacune! Une très bonne idée de cadeau de Noël! Dépêchez-vous! Je pense qu'elles vont partir très vite", assure encore l'ancien président.

Sur un site internet dédié, l'homme d'affaires et ancienne vedette de télévision prévoit des récompenses à certains détenteurs de ses cartes, par exemple un dîner dans sa luxueuse résidence de Floride ou une heure de golf en sa compagnie.

Cette annonce risque de renforcer l'impression que la campagne de Donald Trump n'a vraiment pas décollé comme il le souhaitait.

Alors qu'il avait jusqu'ici une emprise presque totale sur le parti républicain, certains ténors commencent à lui reprocher publiquement d'avoir poussé des candidats trop extrêmes lors des élections de mi-mandat en novembre.

La droite n'a pas réussi, lors de ce scrutin qui met en jeu des postes de parlementaires fédéraux mais aussi de gouverneurs, à infliger au parti démocrate et au président Joe Biden la claque qu'elle espérait.

De récents sondages montrent par ailleurs que Donald Trump est pour l'instant distancé, dans le coeur des républicains, par le gouverneur de Floride Ron DeSantis.

Ce quadragénaire allie une personnalité austère avec des positions radicales sur l'immigration et les sujets de société.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens