Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 novembre 2022 7 13 /11 /novembre /2022 08:00
LA MARCHE DU MONDE (2294) : SAMEDI 12 NOVEMBRE 2022

Samedi 12 Novembre 2022 - Scènes de liesse à Kherson, où la foule a accueilli en triomphe les premiers soldats ukrainiens

Les photos et vidéos se multiplient, depuis vendredi, montrant l'incroyable ferveur des habitants de la ville de Kherson lors de l'entrée des premières troupes ukrainiennes depuis le départ des Russes.

Une marée en bleu et jaune, entrant comme en transe dans une liesse collective rythmée par les cris et les chants : c'est le tableau presque biblique qui attendait vendredi soir les premiers soldats ukrainiens qui ont pénétré dans la ville de Kherson, désertée par les Russes après neuf mois d'occupation. Sur les réseaux sociaux, les images et les vidéos de cette ferveur patriotique disent quelque chose de l'émotion ressentie par les habitants (ceux, du moins, favorables au régime ukrainien) lorsque la seule capitale régionale des provinces revendiquées par la Russie à avoir été effectivement occupée depuis le début de la guerre.

Sur ces images de fête, on entend çà et là retentir l'hymne national ukrainien, tandis que les habitants tentent de se presser au-devant des soldats pour les féliciter de cette victoire si hautement symbolique - l'une des retraites les plus humiliantes à laquelle l'armée russe ait dû consentir à ce jour.

 

Scènes de liesse après la libération de Kherson

Dans leur enthousiasme, les habitants ont aussi tenu à saccager les symboles de l'occupation russe, comme cette gigantesque affiche placardée sur un panneau publicitaire, aux couleurs de la Fédération de Russie (qui continue de revendiquer Kherson comme une partie de son territoire national): «La Russie est là pour toujours». Les Ukrainiens sont montés sur une échelle pour déchirer la pancarte montrant une jeune fille agitant le drapeau russe

Sur d'autres images, on voit le soutien de la population restée sur place (une partie importante des civils ont quitté la ville pendant l'occupation, d'autres ont été évacués avant le retrait des troupes russes) aux soldats venus hisser les couleurs de l'Ukraine au sommet des monuments publics de la ville.

Ces scènes festives se sont poursuivies jusque tard dans la nuit, parfois dans le noir le plus complet, car la ville est privée d'électricité. Par endroits, les habitants ont allumé des feux de camp pour continuer leurs réjouissances.

Ce repli russe est le troisième d'ampleur depuis le début de l'invasion le 24 février, la Russie ayant dû renoncer au printemps à prendre Kiev face à la résistance acharnée des Ukrainiens, avant d'être chassée de la quasi-totalité de la région de Kharkiv (nord-est) en septembre. Dans la soirée, sur l'emblématique place Maïdan de Kiev, des habitants de Kherson réfugiés depuis des mois dans la capitale se sont également retrouvés dans la liesse.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2294) : SAMEDI 12 NOVEMBRE 2022

Samedi 12 Novembre 2022 - Midterms : la réélection d'un démocrate en Arizona rapproche Joe Biden d'une majorité au Sénat

Les démocrates ne sont plus qu'à un siège de la majorité au Sénat, grâce à la voix décisive de la vice-présidente, Kamal Harris. Deux scrutins doivent encore être tranchés, dans le Nevada où les voix sont toujours en train d'être dépouillées, et en Géorgie où un second tour aura lieu le 6 décembre.

Un sénateur démocrate a été réélu en Arizona, ont affirmé vendredi des médias américains, ce qui permet au parti du président Joe Biden de n'être plus qu'à un siège de conserver la majorité à la chambre haute. L'ancien astronaute Mark Kelly a devancé son adversaire républicain Blake Masters dans cet État du sud-ouest, ont assuré trois chaînes de télévision.

Sa victoire porte le nombre de sénateurs démocrates à 49. Deux sièges sont encore à pourvoir : au Nevada, où le décompte se poursuit, et en Géorgie, où un deuxième tour est prévu le 6 décembre.

Si les deux partis devaient se retrouver à 50 sièges chacun et donc maintenir le statu quo, les démocrates conserveraient le contrôle du Sénat grâce à la voix de la vice-présidente Kamala Harris.

 

Blake Masters, le candidat défait en Arizona, n'a toujours pas reconnu son revers.

Vendredi soir, l'ex-président Donald Trump a écrit sur son réseau social que certaines machines électorales n'avaient pas fonctionné en Arizona, et que le résultat était «une escroquerie et une fraude électorale». «Refaites l'élection !», a-t-il exhorté.

La «vague» républicaine tant espérée par ses soutiens n'a pas déferlé et, même si les résultats définitifs ne sont pas encore connus, les démocrates semblent avoir réussi à limiter la casse.

Plusieurs jours après le scrutin qui s'est tenu mardi, le contrôle du Congrès reste incertain. Les républicains semblaient bien partis pour conquérir la majorité à la Chambre des représentants, mais il leur manquait encore sept sièges.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2294) : SAMEDI 12 NOVEMBRE 2022

Samedi 12 Novembre 2022 - Assaut du Capitole : Trump invoque son immunité et refuse de témoigner devant la commission d'enquête

L'ancien président américain Donald Trump a intenté une action en justice vendredi pour contester l'assignation à témoigner émise par la commission de la Chambre des représentants enquêtant sur l'assaut du Capitole le 6 janvier 2021.

Pour étayer sa démarche, Donald Trump affirme bénéficier d'une «immunité absolue» et qu'il ne témoignera pas la semaine prochaine.

Les avocats de Trump ont décrit l'assignation à comparaître comme «invalide, illégale et inapplicable». Ils estiment que l'ex-chef de l'État jouit toujours du privilège exécutif près de 22 mois après avoir quitté ses fonctions et ne peut être contraint à comparaître par le Congrès.

La commission du 6 janvier lui a ordonné de comparaître pour une déposition en personne d'ici lundi, ce qui comprend la fourniture d'une longue liste de documents et de communications liés à l'assaut contre le Capitole.

Les enjeux sont élevés - et le temps presse - à la fois pour la commission du Congrès et pour Donald Trump, 76 ans, qui devrait annoncer mardi qu'il se représentera à la présidence en 2024.

Il le fait alors même que le Parti républicain n'est pas assuré de reprendre le contrôle de la Chambre basse à l'issue des élections de mi-mandat.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2294) : SAMEDI 12 NOVEMBRE 2022

Samedi 12 Novembre 2022 - Iran : des centaines de manifestants, six semaines après le «Vendredi sanglant»

Le 30 septembre, les forces de l'ordre avaient tiré sur des manifestants qui protestaient contre le viol d'une adolescente de 15 ans imputé à un policier. Au moins 92 personnes ont été tuées.

Des centaines d'hommes en colère ont manifesté vendredi après la prière dans les rues de la province du Sistan-Baloutchistan, dans le sud-est de l'Iran, six semaines après la répression mortelle d'une manifestation.

«Mort à Khamenei», scandaient des hommes sortant des mosquées à Zahedan, le chef-lieu de la province, d'après une vidéo publiée par l'ONG Iran Human Rights (IHR), basée à Oslo.

Des manifestations ont eu lieu aussi à Khash et des dizaines de policiers antiémeute ont été déployés face aux manifestants à Iranshahr, une autre ville du Sistan-Baloutchistan, selon des vidéos publiées en ligne et vérifiées par l'AFP. Les forces de sécurité ont ensuite tiré des gaz lacrymogènes à Iranshahr pour disperser les manifestants, selon une vidéo publiée par le média en ligne 1500tasvir.

Le 30 septembre, les forces de l'ordre avaient tiré sur des manifestants rassemblés à Zahedan pour protester contre le viol d'une adolescente de 15 ans imputé à un policier. Au moins 92 personnes avaient été tuées, selon IHR, lors de cette journée baptisée «Vendredi sanglant» par les défenseurs des droits humains.

 

304 personnes tuées dans la répression des manifestations à travers l'Iran

Au total, selon cette ONG, au moins 304 personnes ont été tuées dans la répression des manifestations à travers l'Iran depuis la mort de Mahsa Amini le 16 septembre.

Cette Kurde iranienne de 22 ans était décédée trois jours après son arrestation à Téhéran par la police des mœurs qui lui reprochait d'avoir enfreint le code vestimentaire strict imposant aux femmes le port du voile en public.

Le mouvement, déclenché à la mi-septembre par la colère des femmes face à l'obligation de porter le voile, est maintenant dirigé contre le régime religieux, confronté à un défi sans précédent depuis la Révolution islamique de 1979.

Les violences avaient éclaté deux semaines plus tard au Sistan-Baloutchistan, une région déshéritée peuplée par la minorité baloutche, adhérant majoritairement à l'islam sunnite et non au chiisme dominant en Iran, et victime de discriminations, selon des militants et ONG.

Le 4 novembre, 18 personnes, dont deux enfants, ont été tuées à Khash, selon Amnesty International, dans la répression de «manifestations pacifiques d'ampleur». «Le 4 novembre à Khash, les forces de sécurité ont immédiatement et exclusivement eu recours aux balles réelles pour disperser les manifestations», a déclaré l'ONG dans un communiqué publié jeudi.

L'organisation indique avoir documenté les noms d'au moins 100 manifestants tués par les forces de sécurité du Sistan-Baloutchistan depuis le 30 septembre, mais estime que le nombre réel est bien plus élevé. Elle appelle la communauté internationale à «prendre des mesures urgentes pour mettre fin à de nouveaux meurtres de manifestants dans la province du Sistan-Baloutchistan et à travers le reste de l'Iran».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2294) : SAMEDI 12 NOVEMBRE 2022

Samedi 12 Novembre 2022 - Les laboratoires appellent à une «grève reconductible» à partir de lundi

Suite à l'échec des discussions avec l'Assurance-maladie, les 4200 laboratoires privés cesseront de recevoir des patients pour des actes de biologie ordinaires.

La grogne monte du côté des laborantins et des biologistes. Mobilisés depuis le 27 octobre, ils dénoncent une «cure d'austérité» de la part du gouvernement. En cause, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2023 (PLFSS), dans lequel l'exécutif prévoit de diminuer le budget attribué à la biologie médicale, l'État subventionnant en partie les actes réalisés par ces professionnels. L'enveloppe serait ainsi amoindrie de 250 millions d'euros chaque année sur les actes courants, jusqu'en 2026.

Cette baisse constitue «une menace financière inédite», s'agace le président de l'Alliance de la biologie médicale (ABM), Alain Le Meur. Cette coupe budgétaire remettrait en question «la qualité des soins, l'emploi dans les territoires, la capacité d'innovation des laboratoires et leur maillage», dénonce le représentant. «En dix ans, le volume d'actes de biologie médicale a augmenté de 30% alors que l'enveloppe n'a augmenté que de 3%», insiste-t-il.

Lundi 7 novembre, les représentants des biologistes médicaux ont discuté avec Thomas Fatôme, le directeur général de la Caisse nationale d'Assurance maladie (CNAM). Mais les échanges ont tourné court. «Nous nous sommes heurtés à un mur», affirme François Blanchecotte, président national du syndicat des biologistes. Afin de souligner leur mécontentement, les biologistes appellent à une «grève reconductible» les laboratoires d'analyses médicales à partir de lundi 14 novembre. «La grève débute lundi et devrait durer au minimum trois jours. Elle sera reconductible à la fin de ces trois jours», détaille François Blanchecotte. Concrètement, les 4200 laboratoires privés français cesseront de recevoir des patients pour des actes de biologie ordinaires, excepté les urgences et les rendez-vous programmés.

Le mouvement est aussi porté par les grands groupes de laboratoires privés (Biogroup, Cerba, Eurofins, Inovie, Synlab), ainsi que par le réseau des Biologistes indépendants (LBI). Plusieurs syndicats d'autres professions ont également apporté leur soutien aux biologistes, dont les onze organisations regroupées au sein des Libéraux de santé, ainsi que les médecins de l'UFML. Dès jeudi matin, les biologistes commençaient à installer des affiches dans les laboratoires pour prévenir les patients. Dans un établissement du 9e arrondissement à Paris, un laborantin nous a précisé qu'il devrait «rouvrir très certainement jeudi matin».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2294) : SAMEDI 12 NOVEMBRE 2022
LA MARCHE DU MONDE (2294) : SAMEDI 12 NOVEMBRE 2022
LA MARCHE DU MONDE (2294) : SAMEDI 12 NOVEMBRE 2022
LA MARCHE DU MONDE (2294) : SAMEDI 12 NOVEMBRE 2022
LA MARCHE DU MONDE (2294) : SAMEDI 12 NOVEMBRE 2022

Samedi 12 Novembre 2022 - Impressionnant effondrement de deux immeubles en plein centre-ville de Lille

Que s’est-il passé rue Pierre Mauroy à Lille ? Aux alentours de 9h15 samedi, deux petits immeubles se sont effondrés en plein cœur de la ville, à quelques pas de la Grand' Place et de la mairie. Un bâtiment de trois étages en travaux s'est écroulé, entraînant dans sa chute un immeuble voisin dans cette rue très passante de la ville. Heureusement cela s'est passé avant l'ouverture des magasins.

La députée Violette Spillebout, conseillère municipale à Lille,  a expliqué sur BFM TV que les rez-de-chaussée des bâtiments écroulés correspondaient à l'ex-enseigne France Loisirs qui était vide et à l’enseigne Tape à l’œil, en travaux, avec  échafaudage. «Certains disent qu’il y aurait pu avoir une fuite de gaz.  Il faut être très prudent pour l’instant», a-t-elle ajouté.

Les premières images, prises par des journalistes de «Lille Actu» et de la «Voix du Nord» sont impressionnantes.

 

Pas de victimes a priori, grâce à la vigilance et l'alerte d'un étudiant

A priori il n'y aurait pas de victimes, le bâtiment ayant été évacué dans la nuit par précaution. «Un jeune est rentré à 3h00 du matin et il s’est rendu compte que le mur (du bâtiment) était gondolé» et la porte ouverte, a indiqué la maire de Lille, Martine Aubry, à l'AFP. Il a alors prévenu la police municipale et les pompiers, qui ont décidé d'évacuer l'immeuble face à ce risque.

«J'en tremble encore car si cette nuit ce monsieur n'était pas rentré à 3h00 du matin, et ne nous avait pas joints, et qu'on ait pas eu ces réactions, il y a aurait des morts ce (samedi) matin à l'évidence», a déclaré l'édile. «On lui doit une fière chandelle».

L'étudiant en question a reçu aussi les remerciements du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, élu à Tourcoing, via un tweet: 

 

"J'ai eu la peur de ma vie"

Les pompiers et force de l'ordre étaient sur place et sécurisaient le périmètre dans cette rue centrale. Les immeubles avoisinants ont été évacués par précaution.  La maire a précisé avoir pris «un arrêté de péril imminent. Le délégué au Logement, Olivier Klein, a indiqué à l'AFP qu'«il n'y avait pas d'alerte particulière sur cet immeuble, ce n'était pas un immeuble frappé d'insalubrité».

«On a entendu un bruit de quelques secondes, tout doucement au début. On a pensé que c'était l’échafaudage qui tombait», a raconté à l'agence de presse, Ludovic Ficher, qui travaille dans un immeuble mitoyen. «Quand on s'est rendu compte que c'était tout l'immeuble qui était en train de s'effondrer, on est tous partis en courant», a-t-il ajouté. «J'ai eu la peur de ma vie.»

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2294) : SAMEDI 12 NOVEMBRE 2022

Samedi 12 Novembre 2022 - Agression sexuelle par le cardinal français Jean-Pierre Ricard : le Vatican ouvre une enquête

A la suite des aveux du cardinal français Jean-Pierre Ricard, qui a admis une conduite «répréhensible avec une jeune fille de 14 ans» il y a 35 ans, la Vatican a annoncé vendredi l'ouverture d'une enquête préliminaire.

Le Vatican a annoncé vendredi l'ouverture d'une enquête préliminaire après les révélations d'un nouveau scandale d'agression sexuelle par le cardinal français Jean-Pierre Ricard, qui a avoué avoir eu, il y a 35 ans, une conduite "répréhensible avec une jeune fille de 14 ans".

"Suite aux éléments qui sont apparus ces derniers jours et suite à la déclaration du cardinal Jean-Pierre Ricard, afin de compléter l'examen de ce qui s'est passé, il a été décidé d'ouvrir une investigatio previa (enquête préliminaire)", a indiqué aux journalistes le directeur du service de presse du Saint-Siège, Matteo Bruni.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2294) : SAMEDI 12 NOVEMBRE 2022

Samedi 12 Novembre 2022 - Brésil : la déforestation en Amazonie a atteint un niveau record en octobre

Àl'aide du système d'observation par satellites DETER, à l’œuvre depuis 2015, l'Institut national de recherches spatiales (INPE) du Brésil a dévoilé que la déforestation en Amazonie avait battu des records au cours du mois d'octobre. La jungle amazonienne, qui s'étend sur neuf pays, mais majoritairement à travers le Brésil, aurait perdu 904km² à l'issue du mois passé, d'après un rapport officiel paru vendredi et relayé par l'Agence France-Presse. L'étendue de la dégradation de la forêt serait un « record », selon l'INPE. Par rapport au mois d'octobre 2021, la zone déboisée s'est agrandie de 3 %, mettant à nue la plus grande forêt tropicale de la planète.

 

"C'est une vraie course effrénée à la dévastation"

En dix mois, l'année 2022 est devenue statistiquement la pire pour la déforestation en Amazonie : 9 494 km2 de végétation ont été rayés de la carte, battant le précédent record atteint en 2021 (9 178 km2). Si l'organisation WWF indique que cette augmentation était « attendue », « les données préliminaires des premiers jours de novembre sont effrayantes », concède-t-elle dans un communiqué. « C'est une vraie course effrénée à la dévastation », déplore l'ONG, qui précise que la déforestation et le nombre d'incendies auraient « explosé » en Amazonie depuis le résultat de l'élection présidentielle.

 

Lula au secours du poumon vert ?

L'ancien président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva , au pouvoir de 2003 à 2010, a remporté l'élection présidentielle brésilienne face au président sortant, Jair Bolsonaro, le 30 octobre dernier. Alors que son successeur était accusé par les écologistes de participer à la destruction de l'Amazonie, la déforestation annuelle ayant augmenté de 75% sous sa présidence, le nouveau chef d’État a promis aux populations d’œuvrer en faveur d'une « déforestation zéro ».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2294) : SAMEDI 12 NOVEMBRE 2022

Samedi 12 Novembre 2022 - Présidence des Républicains : plus de 90 000 adhérents pourront aller voter

Qui de Bruno Retailleau , Aurélien Pradié ou Éric Ciotti sera sacré président du parti Les Républicains ? Cette question est sur toutes les lèvres des adhérents, et pour cause, le scrutin approche à grands pas. Du 3 au 11 décembre, si deux tours s’imposent, ils seront amenés à se décider et à voter. Le parti a franchi la barre des 90 000 adhérents à jour de cotisation avec 91 110 électeurs potentiels pour le scrutin interne électronique.

 

Les Alpes-Maritimes, Paris et les Hauts-de-Seine sont les trois fédérations les plus puissantes

Les Républicains possèdent 103 fédérations dans tout le pays. À la lecture de cette liste, trois d’entre elles se démarquent par le nombre d’adhérents présents et actifs. À la première place, les Alpes-Maritimes, fief du candidat Éric Ciotti, compte 8961 adhérents ce qui prouve une très forte mobilisation dans ce département. Sans grande surprise, le député devrait y faire le plein de voix. Dans les autres départements du sud-est, les adhérents sont moins nombreux, mais restent présents. Les Républicains comptent 2770 militants à jour dans les Bouches-du-Rhône, 2332 dans le Var et 701 dans le Vaucluse. Des chiffres moins importants qui illustrent la souffrance du parti lors des législatives.

La fédération de Paris obtient la seconde place, avec 6659 adhérents. Sur le podium également, les Hauts-de-Seine, département de référence de la droite, apparaissent dans ce trio de tête avec 4471 adhérents. Les six autres départements d'Île-de-France ne sont pas mal lotis, puisqu’on observe un total de 21480 adhérents franciliens.

 

Dans les Outre-mer, la Nouvelle-Calédonie se hisse en tête

Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes présidée par Laurent  Wauquiez , qui soutient la candidature d'Éric Ciotti, on dénombre au total 10408 cartes Les Républicains. À l’ouest du pays, dans le territoire de Bruno Retailleau, en Loire-Atlantique, 1747 adhérents sont présents.

Du côté des Outremers, c’est la Nouvelle-Calédonie qui se hisse en tête des adhésions avec 975 militants. Elle dépasse La Réunion qui compte 667 adhérents, Mayotte qui en possède 162. 104 militants sont présents en Martinique et en Guadeloupe, on en dénombre 84. Mais zéro adhérents à Wallis-et-Futuna.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2294) : SAMEDI 12 NOVEMBRE 2022

Samedi 12 Novembre 2022 - Au salon Made in France, Marine Le Pen dénonce des directives européennes «stupides»

Marine Le Pen a défendu samedi au salon Made in France le "patriotisme économique", en dénonçant des directives européennes "stupides" qui freinent selon elle l'accès des entreprises française aux marchés publics.

"On est là au coeur du savoir-faire des entreprises et des industries françaises. On entend le besoin qui s'exprime d'abord de venir les soulager du prix de l'électricité et du gaz, qui a une conséquence majeure évidemment sur le fonctionnement d'un grand nombre d'industries (...) mais aussi cette revendication que nous portons depuis longtemps qui est celle du patriotisme économique", a déclaré lors d'un court point presse la cheffe de file des députés Rassemblement national, en marge d'une visite du salon Made in France, porte de Versailles à Paris.

 

Accompagnée de ses collègues députés

La députée d'extrême droite, qui était accompagnée notamment par ses collègues Nicolas Meizonnet, Yaël Ménache et Angélique Ranc, a souhaité que les entreprises françaises puissent "bénéficier" des marchés publics, "auxquels elles ne peuvent parfois pas accéder pour des raisons de soumission à des directives européennes absolument stupides".

 

Coté emplettes, un couteau, des confiseries et du saucisson de boeuf

Elle a salué des "savoir-faire incroyables, quel que soit le domaine", après avoir déambulé dans plusieurs stands, dénonçant un "problème de formation" face aux difficultés de recrutement, ironisant sur la politique du "col roulé" du gouvernement en matière énergétique, et terminant par quelques emplettes, un couteau pour éplucher les légumes, quelques confiseries et du saucisson de boeuf.

Interrogée sur la polémique autour de l'animateur de télévision Cyril Hanouna qui a traité jeudi de "bouffon" et de "merde" le député LFI Louis Boyard, elle a admis que son émission "clashe relativement souvent". Elle a aussi affirmé avoir "un avis" sur l'élu LFI qu'elle ne "pourrait pas exprimer tellement il est méchant".

L'indignation de Louis Boyard est "à géométrie variable", a-t-elle estimé, car "l'indignation qu'il exprime aujourd'hui, il ne l’exprimait pas hier lorsque il était salarié par M. Bolloré".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2294) : SAMEDI 12 NOVEMBRE 2022

Samedi 12 Novembre 2022 - Retraites : le Sénat vote une réforme et met la pression sur le gouvernement

Contre l'avis du gouvernement, les sénateurs ont voté en faveur du relèvement de l'âge de départ à la retraite et de la durée de cotisation pour obtenir le taux plein.

Le Sénat dominé par la droite, a voté samedi une réforme des retraites prévoyant de relever l'âge légal à 64 ans, contre l'avis du gouvernement qui privilégie la concertation en vue de sa propre réforme début 2023. C'est «un marronnier», ont convenu les sénateurs: le rapporteur de la branche vieillesse René-Paul Savary (LR) a présenté un amendement au projet de budget 2023 de la Sécu prévoyant un mécanisme de réforme qui a été adopté par 195 voix pour, 130 contre et 19 abstentions. Il propose dans un premier temps la mise en place d'une «convention nationale» chargée de formuler des mesures pour un retour à l'équilibre, tout en prenant en compte pénibilité, carrières longues et emploi des seniors.

En cas d'échec, il prévoit une accélération de la réforme Touraine allongeant la durée de cotisation, et le report à 64 ans de l'âge légal de départ à la retraite à compter de la génération 1967 - un cocktail auquel Emmanuel Macron s'était dit «ouvert». Saluant la «cohérence» de René-Paul Savary d'une année à l'autre, le ministre des Solidarités Jean-Christophe Combe a assuré le rejoindre «sur les objectifs». Mais «nous avons fait le choix de la concertation et d'un projet de loi en janvier, pas d'une mesure dans un projet de loi de financement de la Sécurité sociale», lui a-t-il opposé.

 

«Il est temps d'agir»

Le groupe RDPI à majorité Renaissance est venu en appui du ministre, en soulignant que «même la CGT revient à la table des discussions, les choses avancent» avec le gouvernement, qui a ouvert la concertation début octobre avec syndicats et patronat. Mais «il est temps d'agir» au vu du «déficit de la branche vieillesse tellement important», a martelé la rapporteure générale Élisabeth Doineau. Quelques centristes, alliés de la majorité, se sont cependant abstenus, comme Jean-Marie Vanlerenberghe (MoDem) qui pense que l'amendement va «un peu loin» et qu'«il faut que cette réforme soit acceptée socialement et politiquement».

La gauche s'est prononcée contre l'amendement, en jugeant qu'«il n'y a pas de danger sur l'avenir du système» selon communistes et écologistes, et que la réforme proposée serait «d'une injustice incroyable» pour ceux proches du seuil de la retraite, d'après les socialistes. Le gouvernement pourra ne pas retenir in fine cet amendement, par l'usage de l'arme constitutionnelle du 49.3 devant l'Assemblée, qui lui permet de choisir le texte sur lequel il engage sa responsabilité. «Nous ne nous faisons pas d'illusion», a admis Philippe Mouiller (LR). «Nous avions besoin de ce message politique» et «à partir de notre position, nous sommes prêts à discuter», a-t-il lancé au ministre.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2294) : SAMEDI 12 NOVEMBRE 2022

Samedi 12 Novembre 2022 - COP27 en Egypte : le patron de TotalEnergies, Patrick Pouyanné, interpellé par des militants

La COP27 en Egypte , Patrick Pouyanné s’en souviendra. Vendredi, le PDG de TotalEnergies a été interpellé par des militants de la cause environnementale et des droits humains, français, ukrainiens et africains. Au moment de rejoindre une conférence, Patrick Pouyanné s'est vu stopper par ces militants, le contraignant à s’abriter dans le pavillon de la Guinée. Ses projets en Russie et en Afrique de l’Est lui ont été alors reprochés. Mais c’est surtout sa participation à la COP27 qui a agacé ces militants.

« Il y a quelque chose d’incongru à la présence de Patrick Pouyanné dans une conférence de l’ONU sur le changement climatique », a dénoncé Nicolas Haeringer, directeur de campagne pour la plateforme 350.org. Invité samedi sur France Info , Nicolas Haeringer dénonce le greenwashing dont fait preuve l’entreprise de Patrick Pouyanné. « Quand Total dit que l’entreprise investit dans la transition énergétique, c’est du ripolinage, c’est de la peinture verte. »

 

« J’ai le droit d’être ici »

S’en est suivi un rapide échange tendu. Face à ses détracteurs, Patrick Pouyanné ne s’est pas laissé faire. « J'ai le droit d'être ici », a-t-il lancé à l'un d'entre eux, avant d'ajouter : « Je vous respecte donc respectez-moi, c'est tout ce que je vous demande ». Concernant ses projets, il explique qu’il livre du gaz en Europe car « l'Europe en a besoin ». Patrick Pouyanné a maintenu sa présence sur son site de gaz naturel liquéfié (GNL) sibérien, Yamal, malgré le conflit entre la Russie et l’Ukraine.

L'activiste et avocate ukrainienne Svitlana Romanko faisait partie de ces militants. Elle a demandé au PDG de TotalEnerges s'il allait « utiliser (son) argent sale russe pour reconstruire l’Ukraine ». Ce à quoi il lui a répondu : « Je le ferai sûrement ! » Dans un communiqué, l’ONG Global Witness critique également la présence du chef d’entreprise. « Il est juste l’un des 600 lobbyistes des industries fossiles qui ont envahi les négociations de l’ONU sur le climat. »

 

« On fait partie des solutions »

Patrick Pouyanné s’est aussi exprimé samedi sur France Info. Pour lui, « le fait d'être présent à la COP est un signe qu'on prend les choses sérieusement. Si je suis présent c'est parce que je pense qu'il faut faire face aux problèmes. On sait bien que les énergies fossiles font parties des problèmes. Je crois fondamentalement qu'on fait partie des solutions. »

À propos de la mise en chantier de nouveaux champs pétrolier , le chef d’entreprise explique qu’il est nécessaire de trouver un équilibre. « La réalité d'aujourd'hui c'est que nos citoyens, nos compatriotes, veulent tous du gaz, de l'énergie tous les jours. Donc, il y a une espèce de contradiction entre le court terme et le moyen terme. À nous de trouver le bon équilibre entre les deux », développe-t-il.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens