Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 novembre 2022 2 08 /11 /novembre /2022 08:00
LA MARCHE DU MONDE (2289) : LUNDI 7 NOVEMBRE 2022

Lundi 7 Novembre 2022 - En marge de la Cop 27, Macron appelle les Etats-Unis et la Chine à payer leur part

Le président français Emmanuel Macron a assuré lundi, en marge de la COP27 en Egypte, vouloir "mettre la pression" sur les "pays riches non européens", et notamment les Etats-Unis, pour qu'ils payent leur "part" pour aider les pays pauvres face au changement climatique.

"Il faut qu'on ait les Etats-Unis et la Chine qui soient vraiment au rendez-vous", en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de solidarité financière, a-t-il dit lors d'un échange à Charm el-Cheikh avec des jeunes africains et français engagés pour le climat.

 

"Les Européens payent" mais "on est les seuls à payer"

La France et l'Europe sont, selon lui, sur la bonne trajectoire en matière de réduction des émissions. Mais il faut que les grands pays émergents "sortent très vite du charbon", a-t-il plaidé. En outre, alors que le débat sur l'aide financière aux pays les plus vulnérables grossit à la COP27, "les Européens payent" mais "on est les seuls à payer"

Il faut donc "mettre la pression sur les pays riches non européens, leur dire 'vous devez payer votre part'", a-t-il ajouté.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2289) : LUNDI 7 NOVEMBRE 2022

Lundi 7 Novembre 2022 - Face à la crise, Anne Hidalgo augmente finalement la taxe foncière à Paris

Confrontée à une situation budgétaire délicate, la maire de Paris Anne Hidalgo a décidé d'augmenter de 52% la taxe foncière, renonçant à sa promesse de campagne de ne pas augmenter d'impôts, annonce-t-elle dans une lettre lundi.

Le taux d'imposition de la taxe foncière passera de 13,5% à 20,5% en 2023, sauf pour les propriétaires qui s'engageront dans la rénovation thermique de leur appartement et ceux "rencontrant des difficultés économiques", titulaires d'allocations de solidarité (Aspa, ASI, AAH) ou redevables de plus de 75 ans, précise l'élue socialiste dans un courrier à ses administrés.

 

La taxe foncière "n'a pas augmenté depuis 2011"

Ces deux catégories bénéficieront d'une exonération totale. Pour les autres, un propriétaire d'un 50 m2 verra sa taxe foncière passer de 438 à 665 euros en moyenne, et celui d'un 75 m2 de 576 à 874 euros, selon les chiffres communiqués par la Ville.

La taxe foncière "est aujourd'hui à Paris la plus basse de France à 13,5% contre 41,61% en moyenne dans les grandes villes françaises, et elle n'a pas augmenté depuis 2011", fait valoir Anne Hidalgo. La capitale compte 2,1 millions d'habitants mais seulement 32% de propriétaires, un pourcentage là aussi inférieur à celui des autres villes, a souligné le Premier adjoint Emmanuel Grégoire lors d'un point presse, reconnaissant "un effort très important" pour les contribuables concernés.

"On avait dit, pendant la campagne (des municipales en 2020), que nous n'augmenterions pas les impôts", a reconnu l'élu socialiste, "mais il s'est passé depuis beaucoup de choses: la crise du Covid, la crise ukrainienne, la crise énergétique (...), des crises systémiques qui s'inscrivent dans la durée".

Cette décision "permettra de maintenir une haute qualité de nos services publics, de continuer à investir dans le logement, dans la transition écologique, dans l'entretien et la modernisation de notre patrimoine et de nos équipements, dans l'embellissement de nos rues et de nos jardins", affirme Anne Hidalgo qui prévoit 1,7 milliard d'investissement pour 2023.

Cette augmentation doit apporter à la Ville un surcroît de recettes de 586 millions en 2023, anticipe l'adjoint aux finances Paul Simondon. Selon cet autre élu socialiste, la Ville n'empruntera plus en 2023 que 514 millions contre 860 cette année, et l'encours de sa dette devrait s'établir autour de 8 milliards d'euros.

Depuis la crise sanitaire de 2020, Anne Hidalgo dénonce l'absence de soutien financier de l'Etat aux villes, en particulier à la sienne.

 

"Comme souvent avec Mme Hidalgo, l'Etat a bon dos"

Lors de l'examen budgétaire, le gouvernement "a refusé d'examiner les amendements" visant notamment à augmenter la taxe de séjour pour les hôtels de luxe et les palaces, écrit-elle, ce qui fait qu'elle n'a pas "d'autre choix" que de relever cet impôt local.

"Comme souvent avec Mme Hidalgo, l'Etat a bon dos", a répliqué devant la presse le ministre des Comptes publics Gabriel Attal, pour qui "l''Etat a accompagné fortement la ville de Paris".

Mais il ne peut pas "combler les problèmes de gestion de la Ville de Paris" et son "absence de réformes de structure", a-t-il ajouté, fustigeant le fait qu'il y ait "plus de fonctionnaires à la Ville de Paris qu'à la Commission européenne, fonctionnaires qui ne sont toujours pas aux 35 heures". L'opposition LR parisienne, menée par Rachida Dati, a elle dénoncé dans communiqué une ville "en faillite" avec une "explosion de la dette parisienne", qui atteint selon elle 10 milliards d'euros.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2289) : LUNDI 7 NOVEMBRE 2022

Lundi 7 Novembre 2022 - Jadot défend les actions choc contre le dérèglement climatique, l'expression d'un «désespoir»

Le député européen écologiste Yannick Jadot a défendu lundi les actions chocs des nouveaux groupes écologistes, reconnaissant leur non violence et leur "désespoir" face à l'inaction climatique.

Les jets de soupe et de sauce tomate sur des œuvres d'art, "au départ, moi ça m'a choqué, parce que, quand on fait une action aujourd'hui contre le dérèglement climatique, il faut pointer du doigt la responsabilité de Macron ou de Total", a expliqué l'ancien candidat à la présidentielle sur franceinfo.

 

"Ca relève d'un tel désespoir de notre jeunesse"

Mais, a-t-il ajouté, "au fond, ça relève d'un tel désespoir de notre jeunesse". A propos des musées, "ils se disent : 'nous, on considère que c'est presque sacralisé, au fond, un musée, c'est le temple de la culture'", a-t-il développé. "Ils disent: 'en fait vous désacralisez notre vie, vous ruinez notre avenir et vous nous dites qu'en fait il y a quand même des choses sacrées'". "Donc il faut entendre leur désespoir", a estimé Yannick Jadot, réclamant d'"arrêter le débat sur les pratiques".

Lui même ancien directeur des campagnes de Greenpeace, il a rappelé que "toute la désobéissance civile, par principe, est non violente, ça n'a rien à voir avec les Black blocs". "La désobéissance civile se construit sur la légitimité qui doit construire du droit", a-t-il détaillé, rappelant le combat contre les OGM dans les années 1990. "Aujourd'hui, ce qui est légitime, c'est le combat contre le dérèglement climatique".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2289) : LUNDI 7 NOVEMBRE 2022

Lundi 7 Novembre 2022 - Onze évêques ou anciens évêques «mis en cause» pour violences sexuelles

Les 120 membres de la Conférence des évêques de France sont réunis depuis jeudi à Lourdes pour leur assemblée plénière d'automne. Leur objectif : travailler à des "propositions concrètes" afin d'améliorer la communication et la transparence dans les mesures canoniques (du droit de l'Eglise) prises à l'encontre de clercs mis en cause dans des affaires de violences sexuelles.

Onze évêques ou anciens évêques ont été "mis en cause" devant la justice civile ou la justice de l'Eglise pour des violences sexuelles, a annoncé lundi à la presse le président de la Conférence des évêques de France (CEF).

"Il y a aujourd’hui six cas d’évêques qui ont été mis en cause devant la justice de notre pays ou devant la justice canonique (droit de l'Eglise, ndlr)", a déclaré le président de la CEF Eric de Moulins-Beaufort à Lourdes (sud-ouest) (photo).

"Deux autres, qui ne sont plus en fonctions, font l’objet d’enquêtes aujourd’hui de la part de la justice de notre pays après des signalements faits par un évêque et d’une procédure canonique; un troisième fait l’objet d’un signalement au procureur auquel aucune réponse n’a été donnée à ce jour et a reçu du Saint-Siège des mesures de restriction de son ministère", a-t-il encore souligné.

 

Des propositions concrètes

Il a indiqué que le cardinal (Jean-Pierre) Ricard, ancien évêque de Bordeaux, était aussi concerné. Ce dernier a reconnu une conduite "répréhensible" sur une mineure de 14 ans, il y a 35 ans, a ajouté le président de la CEF, lisant un message de ce dernier.

S'ajoute enfin Mgr Michel Santier, sanctionné en 2021 par les autorités du Vatican pour des "abus spirituels ayant mené à du voyeurisme sur deux hommes majeurs" dans les années 1990 et dont le silence autour de sa sanction a provoqué ces dernières semaines une vive colère chez les catholiques et les collectifs de victimes.

Sans entrer dans les détails, Eric de Moulins-Beaufort a insisté "sur la grande diversité des situations, des faits commis ou reprochés.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2289) : LUNDI 7 NOVEMBRE 2022

Lundi 7 Novembre 2022 - Vélos contre jets privés à l’aéroport d’Amsterdam

Plusieurs centaines de militants ont bloqué le décollages des jets privés, samedi, à l’aéroport d’Amsterdam.

Les militants du climat rivalisent d’imagination pour faire entendre leurs revendications. Si les actions de collage dans les musées et de blocage des routes suscitent souvent controverses et tensions, il arrive aussi que des mobilisations donnent lieu à des scènes cocasses.

C’est ce qui s’est produit samedi vers 12 heures 30, sur le tarmac de l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol, le troisième plus important d’Europe où environ 500 militants de Greenpeace et d’Extinction Rebellion ont tenté d’empêcher le décollage des jets privés.

Parmi ces activistes, plusieurs dizaines sont venus à vélo, ce qui leur a permis d’échapper un long moment au personnel de sécurité qui avait toutes les peines du monde à rattraper les intrus. Des vidéos de ces poursuites font le buzz sur les réseaux sociaux, certains plaisantins ajoutant même la musique burlesque de Benny Hill en bande son.

Les militants entendaient dénoncer un projet d’extension de l’aéroport, jugé incompatible avec les objectifs de réduction des gaz à effet de serre : «L'aéroport devrait réduire les vols, mais à la place, il construit un nouveau terminal. L'élite aisée utilise plus que jamais des jets privés, le moyen de transport le plus polluant. C'est caractéristique de l'industrie aéronautique, qui ne veut pas voir qu'elle met les gens en danger en aggravant la crise climatique. Tout cela doit cesser» a dénoncé Greenpeace dans un communiqué.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2289) : LUNDI 7 NOVEMBRE 2022

Lundi 7 Novembre 2022 - Midterms : Elon Musk annonce qu'il va voter Républicain.... sur Twitter

Le milliardaire sud-africain Elon Musk a donné une consigne de vote très claire sur son compte Twitter...

«Aux électeurs indépendants d'esprit : Le partage du pouvoir limite les pires excès des deux partis, je recommande donc de voter pour un Congrès républicain, étant donné que la présidence est démocrate. Les Démocrates ou les Républicains purs et durs ne votent jamais pour l'autre côté, donc les électeurs indépendants sont ceux qui décident réellement qui est en charge !». Ainsi a parlé Elon Musk via son compte Twitter, sans indiquer clairement s'il était pro-Républicain... alors qu'il avait relayé une «fake news» sur l'attaque subie par le mari de la cheffe des Démocrates, Nancy Pelosi.

 

Il avait regretté la suspension du compte de Donald Trump

Le milliardaire sud-africain, qui fait ces jours ci la Une des médias suite au rachat du réseau social et ses brutales méthodes de management, n'a jamais caché non plus qu'il regrettait la suspension définitive du compte de l'ancien président Républicain des Etats-Unis Donald Trump décidée après l'attaque du Capitole, estimant qu'il s'agissait d'une décision «moralement mauvaise» et «insensée».

«Je pense que c'était une erreur car cela a aliéné une grande partie du pays et n'a finalement pas empêché Donald Trump de se faire entendre» puisqu'il est maintenant sur son propre réseau social, avait souligné l'entrepreneur lors d'une conférence organisée par le Financial Times en mai dernier.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2289) : LUNDI 7 NOVEMBRE 2022

Lundi 7 Novembre 2022 - Biden versus Trump, round 2 : les enjeux des Midterms

Joe Biden parviendra-t-il à conserver ses minces majorités au Congrès? Ou rendra-t-il le contrôle du Sénat et de la Chambre des représentants aux républicains, qui tenteront d'entraver la politique du président? Réponse mardi, lors des élections américaines de mi-mandat.

Les électeurs choisiront le 8 novembre les parlementaires pour siéger à Washington et dans pratiquement toutes les assemblées locales, ainsi que les gouverneurs de 36 Etats sur 50.

Organisées deux ans après la présidentielle, ces élections de mi-mandat, les "midterms", se convertissent de fait en référendum sur l'occupant de la Maison Blanche. En plus de 160 ans, le parti du président n'a que très rarement échappé au vote sanction.

 

Qui élit-on?

Comme c'est le cas tous les deux ans, l'ensemble des 435 sièges de la Chambre américaine des représentants sont remis en jeu.

Au Sénat, qui compte 100 élus, les mandats durent six ans. Plus d'un tiers seront renouvelés le 8 novembre: 35 sièges.

 

Les nouveaux élus entameront leur mandat le 3 janvier 2023.

Les Américains éliront également certains de leurs gouverneurs et toute une série d'élus locaux, qui décident des politiques de leur Etat en matière d'avortement, de régulation environnementale, etc.

 

Des sondages défavorables aux démocrates

Selon les enquêtes d'opinion les plus récentes, l'opposition républicaine a de grandes chances de s'emparer d'au moins 10 à 25 sièges à la chambre basse - largement assez pour y être majoritaire.

Les sondeurs sont plus mitigés quant au sort du Sénat, mais les républicains semblent là aussi avoir l'avantage.

 

Un test grandeur nature.... pour Donald Trump

Bien que le nom de Joe Biden ne figure pas sur les bulletins de vote, de nombreux Américains perçoivent cette élection comme un référendum sur le président.

Mais ce scrutin est aussi un test grandeur nature pour l'avenir politique de Donald Trump, qui s'est jeté à corps perdu dans la campagne, multipliant les meetings à travers le pays.

Pour ces deux hommes, qui flirtent avec une candidature à l'élection de 2024, le résultat des "midterms" pourrait préfigurer un possible remake de la présidentielle de 2020.

 

Quels enjeux?

L'impact de ces scrutins sera déterminant dans l'ensemble du pays.

Joe Biden implore les Américains de lui confier des majorités suffisantes pour contourner des règles parlementaires qui l'empêchent actuellement de légaliser l'avortement sur tout le territoire ou d'interdire les fusils d'assaut.

Cette élection est "un choix", lance-t-il à quasiment chacun de ses discours. Du résultat du vote dépendra l'avenir de l'avortement, des armes à feu, du système de santé, martèle le président.

De leur côté, les républicains promettent de mener un combat acharné contre l'inflation, l'immigration, la criminalité et de poursuivre leur offensive contre les sportives transgenres.

Certains d'entre eux envisagent également de réduire l'aide apportée par Washington à l'Ukraine.

Les candidats du "Grand Old Party" ont aussi promis d'ouvrir une série d'enquêtes parlementaires sur Joe Biden, son conseiller sur la pandémie Anthony Fauci et son ministre de la Justice Merrick Garland, s'ils venaient à prendre la majorité à la Chambre. Ils prévoient également d'enterrer les travaux de la commission parlementaire enquêtant sur l'attaque contre le Congrès américain menée par des partisans de Donald Trump.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2289) : LUNDI 7 NOVEMBRE 2022

Lundi 7 Novembre 2022 - Le Covid en Chine au plus haut depuis six mois malgré de nombreux confinement

La Chine a rapporté lundi son plus important nombre de nouveaux cas de Covid-19 en six mois, malgré de multiples confinements qui perturbent l'économie et la vie quotidienne. Ce week-end, les autorités sanitaires ont douché les espoirs d'un assouplissement de la politique zéro Covid, en soulignant qu'elle continuera à être appliquée "indéfectiblement" malgré la lassitude des habitants.

Cette stratégie consiste à confiner des quartiers ou des villes entières dès l'apparition de cas, à réaliser des dépistages massifs ou encore à placer en quarantaine les personnes testées positives et les voyageurs arrivant de l'étranger. Mais ces restrictions s'accompagnent parfois d'un mauvais accès à la nourriture ou aux soins médicaux et de la difficulté à se déplacer en Chine et à l'étranger, ce qui érode la patience des Chinois.

Le ministère de la Santé a annoncé lundi près de 5.500 nouveaux cas positifs locaux, dont une grande partie dans la province côtière du Guangdong (sud), un important centre manufacturier.

 

L'usine d'iPhone toujours confinée

A Zhengzhou (centre), la plus grande usine d'iPhone au monde est toujours confinée. Le site "fonctionne actuellement avec une capacité significativement réduite" et cette perturbation entraînera des retards de livraison, a concédé dimanche le groupe américain Apple.

Par ailleurs, le suicide par défenestration d'une femme de 55 ans dans la ville confinée de Hohhot, en Mongolie intérieure (nord), a provoqué un tollé ce week-end car, de l'aveu même des autorités, les restrictions Covid ont entravé l'intervention des secours.

Comme c'est parfois le cas en Chine dans certains quartiers, les portes d'accès du bâtiment résidentiel avaient été scellées pour empêcher toute entrée et sortie. Les deux filles de la malheureuse, dont une vivait dans le même appartement, avaient pourtant prévenu les autorités que leur mère souffrait d'anxiété et avait des pensées suicidaires, demandant en vain son évacuation.

"Qui a le droit de souder les portes des bâtiments ? ", s'interrogeait, furieux, un internaute sur le réseau social Weibo. "En cas de séisme ou d'incendie, qui sera responsable ? "

Les autorités locales ont critiqué publiquement la mauvaise gestion par les responsables du quartier. Des drames liés aux restrictions anti-Covid surviennent régulièrement. Il y a quelques jours, un enfant de trois ans est mort asphyxié par du monoxyde de carbone à Lanzhou, la capitale confinée de la province du Gansu (nord-ouest). Dans un message publié sur internet mais désormais effacé, son père accusait les agents chargés de l'application du confinement d'avoir entravé son accès à l'hôpital. Les autorités du district ont ensuite présenté leurs excuses.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2289) : LUNDI 7 NOVEMBRE 2022

Lundi 7 Novembre 2022 - La Corée du Nord promet une réponse «écrasante» aux exercices américano-sud-coréens

La Corée du Nord a promis lundi une réponse "soutenue, ferme et écrasante" aux exercices militaires conjoints américano-sud-coréens, après une série record de tirs de missiles ces derniers jours. Ce nouvel avertissement de Pyongyang intervient en réponse à l'exercice "Vigilant Storm" ("Tempête Vigilante"), les  plus grandes manœuvres aériennes conjointes jamais menées par Séoul et Washington.

Dans un communiqué, l'état-major général de l'Armée populaire coréenne (APC) a affirmé que cette dernière "continuera à répondre à tous les exercices de guerre anti-RPDC de l'ennemi par des mesures militaires pratiques soutenues, résolues et écrasantes", en utilisant un acronyme pour le nom officiel de la Corée du Nord, a rapporté l'agence officielle KCNA.

L'APC a notamment indiqué avoir lancé des missiles balistiques tactiques simulant des attaques contre des bases aériennes et s'être exercée à abattre des avions ennemis. Un missile balistique a été tiré pour tester "une ogive fonctionnelle spéciale paralysant le système de commandement des opérations de l'ennemi", a-t-elle fait savoir, sans donner davantage de détails sur cette arme.

L'armée de l'air nord-coréenne a également mené une "opération de sortie de combat à grande échelle", impliquant 500 avions, selon la KCNA. Cette mobilisation a incité le Sud à déployer des avions de combat vendredi.

Les images des opérations militaires nord-coréennes diffusées lundi par KCNA montrent des missiles tirés depuis divers endroits non divulgués, dont certains à partir de lanceurs mobiles. Au cours de "Vigilant Storm", la Corée du Nord a tiré plusieurs dizaines de missiles balistiques en mer, dont l'un est tombé près des eaux territoriales du Sud. Le président sud-coréen Yoon Suk-yeol a dénoncé une "invasion territoriale de fait".

 

"Provocation"

Ces essais de missiles, qui se sont accompagnés de tirs de barrage d'artillerie, étaient une "réponse claire" aux exercices conjoints américano-sud-coréens, ajoute le communiqué nord-coréen. L'état-major a qualifié "Vigilant Storm" de "provocation destinée à faire monter intentionnellement la tension dans la région". "Plus les provocations militaires de l'ennemi se poursuivront, plus l'Armée populaire de Corée les contrera de manière approfondie et impitoyable", menace encore le communiqué.

Des centaines d'avions de guerre américains et sud-coréens - dont de puissants bombardiers lourds B-1B - ont participé aux exercices "Vigilant Storm" du 31 octobre au 5 novembre. C'était la première fois que des B-1B se rendaient dans la péninsule coréenne depuis décembre 2017. Selon l'état-major sud-coréen, ces manœuvres étaient destinées à démontrer la "capacité et la préparation à répondre fermement à toute provocation de la Corée du Nord".

Les exercices américano-sud-coréens suscitent depuis longtemps de vives réactions de la part de la Corée du Nord, qui les considère comme des répétitions générales à une invasion de son territoire ou à une tentative de renversement de son régime.

Selon les analystes, les manœuvres aériennes inquiètent particulièrement Pyongyang, car ses forces aériennes sont un des points les plus faibles de son armée, manquant à la fois d'avions technologiquement avancés et de pilotes expérimentés. Les détails des opérations menées par la Corée du Nord la semaine dernière indiquent l'importance qu'elle accorde à la destruction des bases aériennes du Sud, estime Cheong Seong-chang, chercheur à l'Institut Sejong.

"La Corée du Nord considère qu'il est important de frapper et de neutraliser d'abord les bases aériennes car sa puissance aérienne est faible", explique-t-il à l'AFP. La Corée du Nord avait déjà, en septembre, révisé sa doctrine nucléaire pour s'autoriser à mener des frappes préventives en cas de menace existentielle contre le régime de Kim Jong Un. Si le "système de commandement et de contrôle" nucléaire de la Corée du Nord est "mis en danger par une attaque de forces hostiles, une frappe nucléaire sera lancée automatiquement et immédiatement", précise la nouvelle doctrine.

La Corée du Sud a entamé lundi son exercice militaire annuel simulé par ordinateur baptisé "Taegeuk", qui vise à améliorer sa capacité à répondre aux diverses menaces nord-coréennes, a rapporté l'agence de presse Yonhap. Séoul et Washington s'attendent à ce que Pyongyang effectue prochainement un essai nucléaire, qui serait le septième de son histoire et le premier depuis 2017.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2289) : LUNDI 7 NOVEMBRE 2022

Lundi 7 Novembre 2022 - Brexit : le Royaume-Uni réclame un accès aux programmes de recherche européens

Londres réclame lundi que Bruxelles débloque l'accès aux programmes de recherche scientifique européens pour les chercheurs britanniques comme le prévoit l'accord de commerce post-Brexit. C'est le message que doit faire passer le secrétaire d'État britannique pour l'Europe Leo Docherty à l'occasion de l'Assemblée parlementaire de partenariat entre l'Union européenne et le Royaume-Uni, qui se déroule ce lundi à Londres.

Cette assemblée regroupe des élus du Parlement européen et de celui du Royaume-Uni, dont la mission est de suivre l'application de l'accord de commerce et de coopération qui établit les règles dans les relations entre les deux parties depuis le Brexit.

 

«Gagnant-gagnant»

«La participation du Royaume-Uni serait du gagnant-gagnant pour le Royaume-Uni et l'UE, mais le Royaume-Uni ne peut pas attendre plus longtemps», doit déclarer Leo Docherty, d'après des extraits de son discours transmis à la presse. «L'approche européenne entraine une incertitude intolérable pour nos chercheurs et nos entreprises», doit-il insister.

Londres considère que ce retard est une violation de l'accord post-Brexit et a entamé des consultations officielles avec Bruxelles comme le prévoient les dispositions du règlement des différends de l'accord. À l’inverse, dans son discours, Leo Docherty devrait saluer la coopération entre l'UE et le Royaume-Uni dans la réaction à la guerre déclenchée par la Russie en Ukraine.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2289) : LUNDI 7 NOVEMBRE 2022

Lundi 7 Novembre 2022 - Guerre en Ukraine : Kiev se prépare à un «black-out complet», «stabilisation» à Kherson

Après plusieurs séries de frappes russes qui ont laissé des centaines de milliers de personnes sans courant, les autorités de la région de Kiev, la capitale ukrainienne, ont évoqué une situation qui reste «tendue» pour l'approvisionnement en énergie. L'administration militaire régionale a appelé les habitants à «utiliser l'électricité avec parcimonie», alors que l'opérateur Ukrenergo a dû procéder à des «arrêts d'urgence». Une attaque russe aux drones et missiles avait laissé le 31 octobre près de 80% des habitants de la capitale sans eau et 350.000 foyers sans électricité, avant qu'une partie des dégâts ne soit réparée.

Selon les autorités ukrainiennes, la Russie a détruit environ 40% des infrastructures énergétiques ukrainiennes depuis début octobre, utilisant notamment des drones-suicides de fabrication iranienne. Selon le New York Times, Kiev se préparerait à «un black-out complet» qui nécessiterait l'évacuation «des quelque trois millions de résidents restants de la ville». Le maire de Kiev, Vitali Klitschko, a admis lors d'un entretien télévisé ne pas exclure ce scénario: «Si nous étions amenés à manquer d'électricité ou d'eau, et que vous avez une famille élargie ou des amis en dehors de Kiev, dans des endroits épargnés par le manque d'eau ou de chauffage, gardez la possibilité d'y rester plus longtemps que prévu», avait-il ainsi déclaré. L'élue a toutefois ajouté sur Télégram qu'il n'y avait, pour l'heure, «aucune raison de paniquer».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens