Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 novembre 2022 1 07 /11 /novembre /2022 08:00
LA MARCHE DU MONDE (2288) : DIMANCHE 6 NOVEMBRE 2022

Dimanche 6 Novembre 2022 –  La réussite de la COP27 est une «une question de vie ou de mort»

Inondations historiques au Pakistan, canicules à répétition en Europe, ouragans, incendies, sécheresses... Le combat pour le climat est une "question de vie ou de mort, pour notre sécurité aujourd'hui et pour notre survie demain", insistait récemment le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres.

Quelque 200 pays se retrouvent à partir de dimanche à Charm el-Cheikh en Egypte pour tenter de donner un nouveau souffle à la lutte contre le réchauffement climatique et ses impacts qui déferlent dans un monde divisé et préoccupé par d'autres crises.

La 27e conférence de l'ONU sur le climat (COP27), qui commence ce dimanche pour deux semaines, "doit poser les fondations pour une action climatique plus rapide et plus courageuse, maintenant et pendant cette décennie qui décidera si le combat pour le climat est gagné ou perdu", a-t-il mis en garde.

Les émissions de gaz à effet de serre doivent en effet baisser de 45% d'ici 2030 pour avoir une chance de limiter le réchauffement à 1,5°C par rapport à l'ère pré-industrielle, objectif le plus ambitieux de l'accord de Paris.

Mais les engagements actuels des Etats signataires, s'ils étaient enfin respectés, entraîneraient une hausse de 5 à 10%, mettant le monde sur une trajectoire au mieux de 2,4°C d'ici la fin du siècle. Loin de respecter l'objectif principal de l'accord de Paris de moins de 2°C par rapport à l'époque où les humains ont commencé à brûler à grande échelle les énergies fossiles (charbon, pétrole ou gaz) responsables du réchauffement.

 

Un catastrophique +2,8°C se profile

Avec les politiques menées actuellement, c'est un catastrophique +2,8°C qui se profile. "Pitoyablement pas à la hauteur", a fustigé Antonio Guterres, qui déplore que le climat ait été relégué au second plan par l'épidémie de Covid, la guerre en Ukraine, les crises économique, énergétique et alimentaire.

"Il y a eu des moments périlleux auparavant", comme la sortie des Etats-Unis de l'accord de Paris sous la présidence de Donald Trump, note Alden Meyer, du centre de réflexion E3G. Mais "je n'ai jamais rien vu de tel", ajoute l'observateur de longue date des négociations sur le climat, décrivant une "tempête parfaite".

Dans ce contexte, malgré les engagements pris à la COP26, seuls une vingtaine de pays ont relevé leurs objectifs, et l'ONU ne voit "aucune piste crédible" pour tenir l'objectif de 1,5°C.

Après l'ouverture formelle de la COP27 ce dimanche, plus de 120 chefs d'Etat et de gouvernement sont attendus lundi et mardi pour un sommet censé donner une impulsion à ces deux semaines de négociations.

Sans le président chinois Xi Jinping ni l'Américain Joe Biden, qui passera rapidement à la COP le 11 novembre. Alors que la coopération est cruciale entre les deux principaux émetteurs mondiaux de gaz à effet de serre aux relations tendues, ils pourraient toutefois se rencontrer à Bali la semaine suivante en marge du G20.

Un G20 responsable de 80% des émissions mondiales mais dont les membres les plus riches sont accusés de ne pas assumer leurs responsabilités en matière d'ambition et d'aide aux pays en développement.

Le ressentiment des pays les plus pauvres, pas responsables du réchauffement mais en première ligne de ses impacts, sera d'ailleurs au coeur de la COP27.

 

Des objectifs de neutralité carbone pour les entreprises, villes, régions ou investisseurs

La promesse des pays du Nord de porter à 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 leur aide aux pays du Sud pour réduire leurs émissions et se préparer aux impacts n'est toujours pas tenue. Et le Sud réclame désormais un financement supplémentaire dédié aux "pertes et dommages" déjà subis.

Mais les pays développés sont très réticents, et n'ont accepté l'an dernier que la création d'un "dialogue" sur la question, prévu jusqu'en 2024. Ils devraient toutefois concéder que le sujet soit officiellement à l'ordre du jour à Charm el-Cheikh.

"Tout le monde s'accorde à dire qu'il faut un moyen d'y remédier. La difficulté est dans les détails", a souligné Wael Aboulmagd, représentant spécial de la présidence égyptienne de la COP27.

"On jugera du succès ou de l'échec de la COP27 sur un accord sur cette facilité de financement des pertes et dommages", a prévenu Munir Akram, ambassadeur du Pakistan à l'ONU et président du G77+Chine, qui représente plus de 130 pays émergents et pauvres.

Accord ou non sur un mécanisme spécial pour financer les "pertes et dommages" ou sur un nouvel objectif pour prendre la suite des 100 milliards à partir de 2025, les besoins de financement se comptent en "milliards de milliards", lance à l'AFP Michai Robertson, négociateur pour l'Alliance des petits Etats insulaires (Aosis), jugeant que ce sera impossible sans le secteur privé.

Les engagements du secteur privé seront aussi sous les projecteurs avec la publication du rapport du groupe d'experts de l'ONU chargé d'élaborer des normes pour évaluer les objectifs de neutralité carbone des entreprises, villes, régions ou investisseurs.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2288) : DIMANCHE 6 NOVEMBRE 2022

Dimanche 6 Novembre 2022 –  Emmanuel Macron se rend plus tôt à la COP27 et n'assistera pas au départ de la Route du Rhum

Le président français Emmanuel Macron n'assistera finalement pas au départ de la course transatlantique de la Route du Rhum, reporté pour cause de météo, et va se rendre plus tôt à la 27e conférence de l'ONU sur le climat (COP27) en Egypte, a annoncé samedi l'Elysée.

"Compte tenu de l’annulation du départ de la course ce week-end, le Président se rendra dès dimanche à la COP27", où il était initialement attendu lundi, a indiqué la présidence.

Le départ de la célèbre course transatlantique en solitaire, qui devait être donné dimanche à Saint-Malo à destination de la Guadeloupe, a été reporté à mardi ou mercredi en raison de la météo.

"Le Président ne pourra pas se rendre au départ prévu la semaine prochaine en raison d’engagements déjà pris", a relevé la présidence.

Emmanuel Macron réunit mardi les représentants des 50 sites industriels les plus émetteurs de gaz à effet de serre en France afin de les pousser à accélérer leur décarbonation, dans la foulée du sommet de la COP27.

 

Dans une vidéo sur Twitter, Emmanuel Macron appelle les Français a lui poser directement ses questions sur le défi climatique

Au sommet de Charm el-Cheikh dimanche et lundi, il devrait notamment mettre sur la table la question de la compensation financière pour les "pertes et dommages" subis par les pays les plus pauvres en raison du changement climatique.

Dans une vidéo postée samedi matin sur Twitter, le chef de l'Etat a par ailleurs invité ses concitoyens à lui "adresser très directement leurs questions" et leurs "réflexions" face au "défi écologique" auquel le monde doit faire face, en ajoutant un commentaire à son message ou en postant eux-mêmes une vidéo.

Sur l'alimentation, le logement, les transports, l'énergie, "j'attends vos questions et j'y répondrai dès la semaine prochaine là aussi de manière très directe", a-t-il assuré.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2288) : DIMANCHE 6 NOVEMBRE 2022

Dimanche 6 Novembre 2022 –  Deux militantes d'Extinction rebellion se collent à des oeuvres de Goya, au Prado

Deux militantes écologistes se sont collé la main samedi sur le cadre de tableaux de Goya, au musée du Prado à Madrid, afin de dénoncer l'inaction des autorités face au réchauffement climatique, a-t-on appris auprès de la police espagnole.

Les deux militantes, qui n'ont pas abîmé les tableaux mais ont tagué "+1,5°C" sur le mur entre les deux peintures, en référence à l'objectif de réchauffement que s'est fixé la communauté internationale, ont été interpellées et placées en garde à vue, selon la police.

Dans une vidéo mise en ligne par Extinction rebellion, collectif écologiste adepte de la désobéissance civile, on voit les deux activistes la main fixée chacune sur un tableau, dans l'une des salles du musée, avant d'être prises en charge par des responsables de la sécurité du musée.

Selon Extinction rebellion, les deux peintures en question sont "La Maja nue" et "La Maja vêtue", du peintre espagnol Francisco de Goya (1746-1828).

 

Des militants du climat ont pris pour cible des œuvres d'art fameuses dans plusieurs villes d'Europe

Cette action est "un signe de protestation" face à "la hausse de la température mondiale, qui va provoquer un climat instable avec de graves conséquences sur toute la planète", souligne le collectif dans un communiqué.

Cette action fait suite à plusieurs autres de ce type menée par des militants du climat, qui ont pris pour cible des œuvres d'art fameuses dans plusieurs villes d'Europe.

Au début du mois, deux militantes de "Last Generation" avaient répandu de la purée de pommes de terre sur la vitre protégeant la toile de Claude Monet "Les Meules" au musée Barberini de Potsdam, en Allemagne.

Des militants écologistes se sont également collés sur la vitre protégeant la "Fille à la perle" de Johannes Vermeer dans un musée aux Pays-Bas et d'autres ont jeté de la soupe sur celle qui protégeait les "Tournesols" de Vincent van Gogh à la National Gallery de Londres.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2288) : DIMANCHE 6 NOVEMBRE 2022

Dimanche 6 Novembre 2022 –  Coupe du Monde au Qatar : des journalistes, une sénatrice française et Michel Platini espionnés

C'est un vaste scandale d'écoutes que révèle le Sunday Times : des personnalités critiques à l'égard du Qatar, dont des journalistes, des avocats, la sénatrice française, Nathalie Goulet, et même Michel Platini auraient été espionnés par un groupe de hackers.

Des journalistes, des avocats ou encore l'ancien patron du foot européen Michel Platini et une sénatrice française ont été les cibles de hackers embauchés afin de protéger la réputation du Qatar dans le cadre de l'organisation du Mondial de football 2022, révèle une enquête publiée dimanche dans le Sunday Times.

Ces personnalités ont été visées pour leurs enquêtes ou leurs prises de positions critiques sur l'attribution et l'organisation de la Coupe du monde par le Qatar, qui doit débuter le 20 novembre, sur fonds d'appels au boycott de la compétition.

Le pays est notamment mis en cause pour le traitement des travailleurs sur les chantiers liés à la compétition ou le respect des droits des femmes et des personnes LGBT.

Parmi les cibles de ces hackers se trouvent notamment des journalistes, comme celui du Sunday Times Jonathan Calvert, qui avait enquêté sur les manœuvres de corruption ayant mené à l'attribution de la Coupe du monde au Qatar en 2010, une sénatrice française, Nathalie Goulet, qui avait accusé le Qatar de financer le terrorisme islamique, ou l'avocat américano-hongrois Mark Somos ayant déposé plainte contre la famille royale du Qatar devant le Haut conseil des Nations unies pour les droits de l'homme.

 

L'ancien président de la Fifa, Michel Platini, aurait aussi été espionné

L'ancien président de la Fifa, Michel Platini, grand défenseur de la candidature du Qatar pour organiser le Mondial, aurait aussi été espionné.

Cela se serait produit peu avant qu'il ne soit entendu par la justice française dans le cadre d'une enquête sur les soupçons de corruption dans l'attribution de la Coupe du monde au pays du Golfe.

L'enquête indique clairement que le client (des hackers) est l'hôte de la prochaine Coupe du Monde: le Qatar

Selon les données récupérées par le Sunday Times et le Bureau of Investigative Journalism cette année, c'est à partir de 2019 qu'ont débuté ces opérations de piratage des boîtes mails ou de prise de contrôle à distance des micros et caméras des ordinateurs d'une cinquantaine personnalités, réalisées par un groupe de hackers indiens.

 

Au-delà du Qatar, l'enquête du Sunday Times révèle de nombreux autres cas de hacking de personnalités réalisées par le même groupe indien

Le recours au groupe indien de hackers aurait été fait par l'intermédiaire d'anciens officiers de police ou du renseignement britanniques, travaillant désormais dans le secteur privé, détaille l'enquête du Sunday Times.

Des avocats du gouvernement qatari, interrogés par le journal, ont démenti l'implication du Qatar dans cette vaste opération de hacking.

Au-delà du Qatar, l'enquête du Sunday Times révèle de nombreux autres cas de hacking de personnalités réalisées par le même groupe indien, pour le compte de cabinets d'avocats anglais, de régimes autocratiques.

Le président suisse Ignazio Cassis a ainsi été ciblé juste après un entretien dévolu aux sanctions contre la Russie avec Boris Johnson lorsqu'il était Premier ministre du Royaume-Uni, tout comme Philip Hammond quand il était ministre des Finances britannique et alors qu'il faisait face aux retombées des empoisonnements russes au novichok au Royaume-Uni.

Un oligarque ayant fui la Russie aurait aussi été visé à la demande d'un cabinet d'avocat londonien travaillant pour l’État russe.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2288) : DIMANCHE 6 NOVEMBRE 2022

Dimanche 6 Novembre 2022 –  Climat : les années 2015-2022 en passe d'être les plus chaudes jamais enregistrées, selon l'ONU

Si les projections pour cette année se confirment, les huit années de 2015 à 2022 seront les plus chaudes jamais enregistrées, s'est alarmée dimanche l'Organisation météorologique mondiale (OMM) dans un rapport. «Alors que la COP27commence, notre planète envoie un signal de détresse», a commenté le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres dans un message vidéo diffusé à Charm el-Cheikh.

Cette «chronique du chaos climatique» montre «tellement clairement que le changement se produit à une vitesse catastrophique, dévastant les vies sur tous les continents», a-t-il ajouté, appelant à y répondre par des «actions ambitieuses et crédibles» pendant les deux semaines de cette conférence sur le climat en Égypte.

Avec une température moyenne estimée de 1,15°C supérieure à celle de l'ère préindustrielle, l'année 2022 devrait se classer «seulement» à la cinquième ou sixième place de ces années les plus chaudes, en raison de l'influence inhabituelle, pour une troisième année consécutive, du phénomène océanique La Niña qui entraîne une baisse des températures. «Mais cela ne renverse pas la tendance de long terme ; c'est seulement une question de temps avant qu'il y ait une nouvelle année plus chaude», a insisté l'OMM, agence spécialisée de l'ONU.

 

Fonte de glaciers

Preuve s'il en est de cette tendance, «les huit années de 2015 à 2022 seront probablement les huit années les plus chaudes enregistrées», a estimé l'Organisation, qui publiera son évaluation définitive en 2023. La température moyenne sur la décennie 2013-2022 est estimée à 1,14°C au-dessus de celle de l'ère préindustrielle, contre 1,09°C sur la période 2011-2020.

L'Accord de Paris sur le climat vise à limiter le réchauffement bien en dessous de 2°C, si possible 1,5°C. Alors que la science a prouvé que chaque dixième de degré multiplie les événements météorologiques extrêmes, cet objectif le plus ambitieux de +1,5°C est devenu l'objectif à «maintenir en vie».

«Les concentrations de CO2 dans l'atmosphère sont tellement élevées que l'objectif de 1,5°C (...) est à peine du domaine du possible», a commenté dimanche le patron de l'OMM Petteri Taalas. «C'est déjà trop tard pour de nombreux glaciers et la fonte va se poursuivre pendant des centaines voire des milliers d'années, avec des conséquences majeures sur l'approvisionnement en eau», a-t-il ajouté. Ainsi, les glaciers des Alpes ont enregistré en 2022 une perte record de masse de glace, avec une réduction d'épaisseur de 3 à 4 mètres, «beaucoup plus que lors du précédent record en 2003».

 

«Œillères»

Et les nouvelles ne sont pas meilleures du côté de l'élévation du niveau des océans, principalement liée à la fonte des calottes glaciaires. Le niveau des océans est aussi à un «record» en 2022, avec une hausse de 10 mm depuis janvier 2020, soit 10% de la hausse enregistrée depuis le début des mesures par satellite il y a près de 30 ans. Et le rythme d'élévation a doublé depuis 1993.

La planète a été en outre victime cette année d'une avalanche d'événements extrêmes, des inondations historiques au Pakistan aux canicules répétées en Europe, en passant par la sécheresse dans la Corne de l'Afrique. «Nous savons que certains de ces désastres, les inondations et la chaleur au Pakistan, les inondations et les cyclones dans le sud de l'Afrique, l'ouragan Ian, les canicules extrêmes et la sécheresse en Europe n'auraient pas été aussi graves sans le changement climatique», a commenté Friederike Otto, climatologue à l'Imperial College de Londres. «S'il y a bien une année où il faut réduire en lambeau et brûler les œillères qui empêchent l'action climatique, c'est celle-là», a ajouté Dave Reay, de l'Université d'Edimbourg.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2288) : DIMANCHE 6 NOVEMBRE 2022

Dimanche 6 Novembre 2022 –  Guerre en Ukraine : Poutine autorise la mobilisation des criminels

Vladimir Poutine poursuivrait-il la mobilisation en catimini ? Le président russe a signé vendredi 4 novembre un amendement à la loi permettant la mobilisation partielle, commencée le 21 septembre et officiellement achevée le 28 octobre, pour recruter les citoyens condamnés pour meurtre, vol, braquage ou trafic de drogue. Sont néanmoins exclus les coupables d'atteintes à l'intégrité sexuelle d'un mineur, de terrorisme ou d'extrémisme, affirme l'agence de presse russe RIA Novosti.

Evgueni Prigojine, à la tête du groupe de mercenaires Wagner - ainsi nommé par son fondateur néonazi, Dmitri Outkine, en hommage au compositeur préféré d'Hitler - avait déjà recruté dans des centres pénitentiaires en promettant une amnistie au bout de six mois de mission. «Pour les autres, ceux qui une fois en Ukraine disent qu'ils se sont trompés, on les reconnaît comme déserteurs. Dans ce cas, vous êtes envoyés au peloton d'exécution». Wagner est en pointe des combats à Bakhmout (Donbass) où l'armée russe peine à avancer depuis plusieurs semaines.

Vladimir Poutine avait ordonné la mobilisation partielle de 300.000 réservistes le 21 septembre dernier après la cinglante déroute de l'armée russe aux abords de Kharkiv, au nord-est de l'Ukraine. De plus, le renseignement américain estime que l'armée russe et ses supplétifs déploreraient 80.000 combattants tués ou blessés. Avant d'envahir l'Ukraine, Vladimir Poutine avait massé entre 150.000 et 200.000 soldats.

L'armée russe a essuyé plusieurs revers successifs en Ukraine. D'abord à Kharkiv, au Nord-Est, puis aux alentours de Kherson (Sud), seule capitale administrative conquise depuis l'invasion du 24 février. La perte de ce verrou stratégique ouvrirait la voie à une éventuelle reprise de la Crimée, élément central du dispositif russe depuis son annexion en 2014. Or plusieurs indices conduisent à penser que l'armée russe se replie de Kherson. «L'évacuation de Kherson, qui n'a plus d'intérêt à part sur le plan politique, permettrait aux Russes de récupérer des troupes qui vont être nécessaires sur les autres fronts», analysait l'historien militaire Cédric Mas pour LeFigaro .

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2288) : DIMANCHE 6 NOVEMBRE 2022

Dimanche 6 Novembre 2022 –  L'ONU presse Musk de faire respecter les droits de l'Homme sur Twitter

Le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'Homme Volker Türk a pressé samedi le nouveau propriétaire de Twitter Elon Musk de s'assurer que ces droits soient respectés sur le réseau social.

«Je vous demande instamment de faire en sorte que les droits humains soient au centre du management de Twitter sous votre direction», a écrit Volker Türk dans une lettre ouverte, où il dit son «appréhension au sujet de notre place publique numérique et du rôle de Twitter dans celle-ci». «Le respect de nos droits humains partagés devrait tenir lieu de garde-fous pour l'utilisation et l'évolution de la plateforme» et «comme toutes les entreprises, Twitter doit comprendre les dommages associés à sa plateforme et prendre des mesures pour y remédier», a-t-il ajouté.

 

Equipe limogée

En ce sens, les informations selon lesquelles Elon Musk a limogé toute l'équipe de Twitter qui était dédiée aux droits de l'Homme ne sont «pas, de mon point de vue, un début encourageant», a regretté Volker Türk. Le Haut-Commissaire aux droits de l'Homme, qui a justement publié sa lettre ouverte sur Twitter, où il compte quelque 25.000 abonnés, a énoncé six principes fondamentaux, dont la liberté d'expression, la protection de la vie privée et la garantie de la transparence.

Elon Musk, l'homme le plus riche du monde, a pris le contrôle de Twitter le 28 octobre, après avoir acheté le réseau social à l'oiseau bleu 44 milliards d'euros. Il a aussitôt dissous le conseil d'administration, congédié les dirigeants, avant de licencier environ la moitié des 7500 salariés.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2288) : DIMANCHE 6 NOVEMBRE 2022

Dimanche 6 Novembre 2022 –  Inflation : Bruno Le Maire affirme qu'il n'y a pas eu de « profiteurs » dans le secteur alimentaire

Dans un contexte de forte augmentation du prix des denrées alimentaires, le numéro deux du gouvernement partage la « conclusion sans appel » de l’Inspection générale des finances quant à d'éventuels « profiteurs » de la situation.

À la fin juin dernier, Michel-Édouard Leclerc, avait dénoncé des renégociations des prix des denrées « pas transparentes » et « suspectes », entre les industriels et les grandes surfaces. Selon le président du comité stratégique des magasins E.Leclerc, ces accords auraient conduit à des hausses « injustifiées ». Questionné au sujet du taux d'inflation des produits alimentaires , Bruno Le Maire a assuré samedi dans Le Parisien que le secteur alimentaire n'avait pas tenté d'en tirer des bénéfices, démentant les allégations. « J’ai demandé à l’Inspection générale des finances de faire une étude. La conclusion est sans appel : il n’y a pas eu de profiteurs de l’inflation dans l’alimentaire », a certifié le ministre de l’Économie et des Finances, en position depuis cinq ans et demi.

« Ni les agriculteurs ni les distributeurs, ni l’industrie agroalimentaire n’ont pris au passage de rémunération excessive », a-t-il tenu à confirmer, se faisant l'écho de plusieurs rapports parlementaires parus précédemment. Néanmoins, le 18 juillet dernier, un rapport sénatorial avait souligné quelques « cas particuliers » de « hausses abusives », qui ne permettaient pas de parler de « phénomène généralisé ».

 

Flambée des prix

Dans l'une de ses dernières études, l'Insee a estimé que le taux d'inflation des prix de l'alimentaire s'est approché des 12% sur un an, en octobre. Une flambée confirmée par l'Inspection générale des finances (IGF) qui indique qu'en un an, « certains produits alimentaires ont connu des hausses de prix particulièrement élevées avec par exemple +60% pour les huiles, +22% pour la farine, +20% pour les pâtes et +16% pour la volaille ».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2288) : DIMANCHE 6 NOVEMBRE 2022

Dimanche 6 Novembre 2022 –  Le chancelier allemand Olaf Scholz indique vouloir « développer » sa coopération avec la Chine

Accompagné d'une délégation de chefs d'entreprise, Olaf Scholz s'est envolé pour Pékin, à la rencontre du président Xi Jinping. Au cours de cette entrevue controversée, la première visite d'un dirigeant d'un pays du G7 en Chine depuis trois ans, les deux chefs d’État ont promis de travailler plus activement ensemble sur une multitude de thématiques.:

Le chancelier allemand Olaf Scholz est arrivé vendredi à Pékin pour rencontrer le président chinois Xi Jinping, tout juste reconduit à la tête du Parti communiste, des armées et de l’État pour cinq années supplémentaires. Après s'être pliés à un dépistage du Covid-19 effectué par des membres du personnel médical chinois vêtus de combinaisons de protection, le successeur d'Angela Merkel et son équipe ont pu rejoindre le palais de l'Assemblée du Peuple, où le maître de l'empire du Milieu les a rejoints. Au cours de leur premier entretien en tête-à-tête depuis la prise de fonction d'Olaf Scholz, ce dernier a formulé le souhait de « développer davantage » la coopération économique de son pays avec la Chine, tout en concédant que les deux puissances ont « des points de vue différents » sur certains dossiers.

« Nous voulons également discuter de la manière dont nous pouvons développer davantage notre coopération (...) sur d'autres sujets : le changement climatique, la sécurité alimentaire et les pays endettés », a déclaré le chancelier auprès du chef d’État chinois, d'après l'indication d'une source gouvernementale allemande à l'Agence France-Presse. D'après Reuters, la guerre en Ukraine a aussi été évoquée par les deux hommes.

 

Coopérer en ces « temps de bouleversements »

Le président chinois, Xi Jinping, a quant à lui souligné la nécessité d'élargir la coopération entre la Chine et l'Allemagne en ces « temps de changements et de bouleversements », mais aussi sa volonté d’œuvrer main dans la main avec cette nation européenne en faveur de la paix dans le monde, a relaté la télévision d'État CCTV.

La venue d'Olaf Scholz marque la première visite d'un dirigeant d'un pays de l'Union européenne et du G7 en Chine depuis près de trois ans. Dans la foulée, le politicien allemand devrait également s'entretenir avec le Premier ministre chinois, Li Keqiang.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2288) : DIMANCHE 6 NOVEMBRE 2022

Dimanche 6 Novembre 2022 –  La Ville de Paris vise 40% de «logement public» pour 2035

Pour enrayer le départ de 10.000 parisiens par an, Ian Brossat, adjoint communiste au logement, veut 30% de logements sociaux dès 2030.

La Ville de Paris se fixe un objectif de 40% de «logement public», comprenant 30% de logement social et 10% de logement intermédiaire, à l’horizon 2035, grâce à la révision du Plan local d’urbanisme (PLU) et la création d’une foncière. L’objectif de 25% de logements sociaux dans la capitale, fixé par l’ancien maire socialiste Bertrand Delanoë au début des années 2000, est «dès aujourd’hui quasi atteint», s’est félicité l’adjoint PCF au logement Ian Brossat dans un entretien accordé à l’AFP.

Début 2021, la capitale comptait déjà en effet 24,8% de logements sociaux financés et «on atteindra les 25% livrés en 2025», précise-t-il. «Il reste des besoins non satisfaits», reconnaît cependant l’élu communiste, malgré cet effort sur le parc social, et malgré l’arrêté en attente de publication qui doit donner à la Ville la compétence pour sanctionner les propriétaires qui ne respectent pas l’encadrement des loyers, soit 31% des cas du parc privé selon la Fondation Abbé-Pierre.

La capitale, où le prix moyen du m2 à l’achat avoisine les 10.000 euros, et où un 50 m2 coûte à la location 1200 euros par mois en moyenne, selon l’Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne (Olap), perd près de 10.000 habitants par an depuis une décennie, selon l’Insee. Afin d’enrayer cette tendance, Ian Brossat compte donc, outre porter à 30% le total de logements sociaux à l’horizon 2030, développer à hauteur de 10% le logement «abordable, c’est-à-dire 20% en-deçà du prix du marché, pour les classes moyennes».

Il compte ainsi sur la révision en cours du plan local d’urbanisme (PLU) pour y insérer une obligation à intégrer une part de logement dans toute nouvelle construction, y compris les bureaux. «Le seuil n’est pas encore fixé, ce ne sera pas forcément 30% sur les bureaux» comme sur les logements neufs, une obligation en vigueur depuis 2015, souligne Ian Brossat. Mais «tout mètre carré construit à Paris doit nous permettre de faire du logement supplémentaire», insiste-t-il. L’adjoint d’Anne Hidalgo entend aussi lancer une «foncière du logement social et abordable, spécifiquement dédiée à la transformation d’immeubles», dont le rôle sera de «racheter des immeubles de bureaux, garages aériens, hôtels pour les convertir en immeubles de logement locatif, soit sociaux soit abordables».

L’élu communiste entend que cette foncière, pour lequel il n’a pas de budget à ce stade, soit «sur pied dès 2023».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2288) : DIMANCHE 6 NOVEMBRE 2022

Dimanche 6 Novembre 2022 –  Midterms : Biden et Obama exhortent à défendre la «démocratie», Trump veut «sauver le rêve américain»

À trois jours d'élections «décisives» aux États-Unis, le président Joe Biden et son prédécesseur démocrate Barack Obama ont exhorté samedi à «voter» pour protéger la «démocratie», leur adversaire Donald Trump voulant une «vague géante» républicaine pour «sauver le rêve américain». Lors d'une journée marathon de meetings concurrents en Pennsylvanie, État crucial pour les législatives de mi-mandat du 8 novembre, les 46e (Biden) et 44e (Obama) locataires de la Maison-Blanche se sont affrontés à distance avec le 45e (Trump), avant un scrutin qui posera les fondations de la présidentielle de 2024.

«La démocratie est littéralement sur le bulletin de vote. C'est un moment décisif pour la nation et nous devons tous parler d'une seule voix», a lancé Joe Biden, sous une lumière bleu et rouge, un immense drapeau américain et les ovations d'une salle de Philadelphie, berceau de la Constitution américaine à la fin du XVIIIe siècle. Tous les projecteurs sont braqués sur la Pennsylvanie, ancien bastion de la sidérurgie, où le chirurgien multimillionnaire républicain Mehmet Oz, une vedette de télévision adoubée par Donald Trump, affronte le colosse chauve et ancien maire démocrate d'une petite ville, John Fetterman, pour le siège le plus disputé du Sénat.

Car de ce poste de sénateur dépend sans doute l'équilibre des pouvoirs de la chambre haute du Congrès, au pouvoir immense. Mardi 8 novembre, les Américains sont également appelés à renouveler toute la Chambre des représentants. Des postes de gouverneurs et d'élus locaux, qui décident des politiques de leur État pour l'avortement ou l'environnement, sont également en jeu. Barack Obama, pour qui la nostalgie joue à plein, était d'abord à Pittsburgh, ville industrielle de Pennsylvanie, où il a demandé au «cousin Pookie» et à «oncle Joe», surnom affectueux d'électeurs démobilisés, enfoncés dans leur canapé, de se lever et «d'aller voter!» mardi pour les démocrates.

 

Obama, «je t'aime!»

«Je t'aime!», lui a alors lancé quelqu'un dans la foule. «Je vous aime aussi, mais vous devez voter!», a répondu l'homme politique aux talents oratoires et charisme évidents. Il a reconnu que «tout le pays avait traversé des temps difficiles ces dernières années», notamment avec une «pandémie historique». Mais le créateur de l'assurance-santé «Obamacare» s'en est pris aux républicains, qui veulent «démembrer la sécurité sociale, l'assurance-maladie et accorder aux riches et aux grandes entreprises davantage de réductions d'impôts».

Au côté de son ancien vice-président Biden à Philadelphie, Barack Obama a également demandé, la voix rauque, de protéger «la démocratie sur le bulletin de vote (car) les enjeux sont élevés». «Il est très important que les démocrates restent» au pouvoir, a renchéri Jennifer Hahn, psychologue de 57 ans qui a fait la queue sur des centaines de mètres sous un magnifique soleil d'automne pour le meeting de Biden, Obama et Fetterman.

Pour cette démocrate, «changement climatique, violence par armes à feu et atteinte aux droits» individuels sont les questions les plus cruciales du scrutin. Jacqueline Smythe, 30 ans, craint aussi un retour en arrière sur l'avortement après le dynamitage de ce droit fédéral par la Cour suprême en juin dernier. Elle trouve que le parti républicain s'apparente à une «dictature».

 

«Vague géante»

Dans la soirée, toujours en Pennsylvanie, dans le bourg de Latrobe, le héros des républicains, l'ex-président Trump (2017-2021), casquette rouge «Make America Great again» enfoncée sur la tête et masquant son regard, a très longuement appelé à une «vague géante» de son parti pour «mettre fin à la destruction du pays et sauver le rêve américain». Après une campagne acharnée centrée sur l'inflation, les républicains affichent leur confiance dans leurs chances de priver le président démocrate de ses majorités le 8 novembre.

Si leurs pronostics se confirment, l'homme d'affaires de 76 ans semble déterminé à en profiter pour officialiser au plus vite sa candidature à la présidentielle de 2024. Avec un air de revanche sur sa défaite de 2020. «Nous devons retrouver notre pays», a lancé un partisan au meeting de Latrobe, Shawn Ecker Grey, 44 ans, tandis que Leslie Boswell dit «adore(r) Trump parce qu'il soutient tout ce à quoi (elle) croi(t)». Joe Biden, lui, a jusqu'ici dit vouloir se représenter, mais la perspective n'enchante pas tous les démocrates en raison de son âge, bientôt 80 ans, et de son impopularité.

Le dirigeant démocrate tente de convaincre les Américains que cette élection est «un choix» : sur l'avenir de l'avortement ou du mariage entre personnes du même sexe, autant de sujets sur lesquels il a promis de légiférer s'il obtient de solides majorités au Congrès. Mais c'est la hausse des prix - 8,2% d'inflation en moyenne sur un an - qui reste de loin la principale préoccupation des Américains, et les efforts de Joe Biden pour se poser en «président de la classe moyenne» peinent à porter leurs fruits.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens