Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 septembre 2022 2 13 /09 /septembre /2022 07:00
LA MARCHE DU MONDE (2238) : LUNDI 12 SEPTEMBRE 2022
LA MARCHE DU MONDE (2238) : LUNDI 12 SEPTEMBRE 2022
LA MARCHE DU MONDE (2238) : LUNDI 12 SEPTEMBRE 2022

Lundi 12 Septembre 2022 –  le premier discours de Charles III au Parlement britannique :

Charles III s'est adressé lundi pour la première fois au Parlement britannique en tant que souverain et chef d'Etat, disant ressentir «le poids de l'Histoire» après avoir reçu les condoléances des deux chambres.

«En me tenant devant vous aujourd'hui, je ne peux m'empêcher de ressentir le poids de l'Histoire qui nous entoure et qui nous rappelle les traditions parlementaires vitales auxquelles les députés des deux chambres se consacrent avec un tel engagement personnel pour le bien de nous tous», a déclaré le roi de 73 ans lors d'un court discours, suivi de l'hymne britannique.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2238) : LUNDI 12 SEPTEMBRE 2022
LA MARCHE DU MONDE (2238) : LUNDI 12 SEPTEMBRE 2022
LA MARCHE DU MONDE (2238) : LUNDI 12 SEPTEMBRE 2022
LA MARCHE DU MONDE (2238) : LUNDI 12 SEPTEMBRE 2022
LA MARCHE DU MONDE (2238) : LUNDI 12 SEPTEMBRE 2022
LA MARCHE DU MONDE (2238) : LUNDI 12 SEPTEMBRE 2022
LA MARCHE DU MONDE (2238) : LUNDI 12 SEPTEMBRE 2022
LA MARCHE DU MONDE (2238) : LUNDI 12 SEPTEMBRE 2022
LA MARCHE DU MONDE (2238) : LUNDI 12 SEPTEMBRE 2022

Lundi 12 Septembre 2022 –  Charles III en tête de la procession accompagnant le cercueil d'Elizabeth II à Edimbourg :

Le roi Charles III a mené lundi, dans le silence et entouré de ses frères et soeur, la procession menant le cercueil d'Elizabeth II à la cathédrale Saint-Gilles d'Edimbourg, où il sera exposé pour la première fois au public, au début d'une semaine d'adieux à la monarque. Quatre jours après la mort d'Elizabeth II dans son château écossais de Balmoral et une semaine avant ses funérailles en présence de quelque 500 dignitaires étrangers et de millions de visiteurs, l'émotion reste forte au Royaume-Uni, et le public nombreux pour accompagner le dernier voyage de la populaire souveraine.

Après avoir rejoint Edimbourg dimanche à travers la campagne écossaise, son cortège funéraire a quitté le palais de Holyroodhouse, résidence officielle de la reine en Ecosse où le cercueil a passé la nuit, à 14H35 (13H35 GMT) pour se rendre à la cathédrale Saint-Gilles. En ligne, les quatre enfants d'Elizabeth II ont suivi le corbillard à pied sur plus d'un kilomètre dans la vieille ville de la capitale écossaise: Charles III, les princes Andrew et Edward ainsi que la princesse Anne ont marché en rythme, tous en uniforme militaire à l'exception d'Andrew, en retrait de la monarchie à la suite des accusations d'agressions sexuelles auxquelles il a mis fin en payant des millions de dollars. Une particularité qui confirme la mise à l'écart de celui qui a souvent été qualifié de "fils préféré" d'Elizabeth II.

Lors de la cérémonie religieuse suivant la procession, la couronne d'Ecosse, en or massif, sera déposée sur le cercueil. Puis la dépouille d'Elizabeth II, symbole de stabilité pendant des décennies de bouleversements, icône planétaire qui rassurait les Britanniques en temps de crise, restera exposée dans la cathédrale pendant 24 heures, ce qui devrait donner lieu à une affluence massive.

"Je resterai aussi longtemps qu'il faudra", a affirmé à l'AFP Sam Whitton, un Ecossais présent dans la longue file d'attente pour voir le cercueil. Pour lui, la reine représentait "un morceau d'Histoire, probablement la dernière fois que ça arrivera dans notre vie." "C'est quelque chose que je n'aurai pas l'occasion de revoir. J'avais besoin de faire quelque chose,", a confié Steve Crofts, 47 ans et habitant près de la capitale écossaise. "Je suis partagée, c'est la fin d'une ère, mais après avoir écouté Charles ces derniers jours, je pense qu'il est prêt", a assuré Sue Stevens, une Anglaise de 79 ans.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2238) : LUNDI 12 SEPTEMBRE 2022

Lundi 12 Septembre 2022 –  Eric Dupond-Moretti annonce une hausse de salaire de 1.000 euros brut mensuel pour les juges judiciaires :

Le ministre de la Justice a annoncé lundi que les salaires des juges judiciaires seraient augmentés en moyenne de 1.000 euros brut par mois, une revalorisation selon lui "inédite" et "considérable" visant à aligner leur rémunération avec celle de magistrats administratifs.

"Je veux que les magistrats de l’ordre judiciaire soient payés comme les magistrats de l'ordre administratif", a indiqué sur BFMTV le garde des Sceaux , qui doit détailler cette mesure lors du nouveau cycle de discussions sur les Etats généraux de la justice qui s'ouvre ce lundi.

 

Selon le ministre, la dernière revalorisation date de 1996

L'augmentation sera de "l'ordre de 1.000 euros brut en moyenne" par mois, a ajouté Eric Dupond-Moretti, qui n'a précisé ni le calendrier ni le coût de cette mesure. Selon lui, la rémunération des magistrats de l'ordre judiciaire, qui englobe sommairement la justice civile et pénale, n'avait pas été revalorisée "depuis 1996" et nécessitait une mise à niveau avec les juges administratifs, qui sont chargés de régler les litiges avec l'administration.

Le ministre affirme ainsi vouloir mettre fin à des "années d'abandon" et s'attaquer aux problèmes "d'attractivité" de l'ordre judiciaire.

La question de la rémunération des magistrats figure en très haute place dans les revendications consignées dans le rapport des Etats généraux de la justice, qui a dressé le constat d'un état de "délabrement avancé" de l'institution, à l'issue de plusieurs mois de consultations. La Chancellerie ouvre à partir de lundi de nouvelles consultations pour finaliser un plan d'action gouvernemental qui doit être présenté en octobre.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2238) : LUNDI 12 SEPTEMBRE 2022

Lundi 12 Septembre 2022 –  Propos polémiques sur l’Ukraine : Ségolène Royal écartée de BFMTV :

Après avoir tenu des propos polémiques sur la guerre en Ukraine, Ségolène Royal a été écartée de BFMTV. L’ancienne candidate à la présidence de la République avait provoqué un tollé en remettant en question la réalité du bombardement d'une maternité survenue en mars dernier à Marioupol. Elle avait déclaré à l’antenne qu'il y avait «une propagande de guerre par la peur» et douté de l'existence de victimes. «S'il y avait eu la moindre victime ou le moindre bébé avec du sang, à l'heure des téléphones portables, on les aurait eus», avait-elle lâché.

 

Le lien de confiance avec Ségolène Royal est rompu

Marc-Olivier Fogiel, directeur général de la chaîne, a été interrogé sur cette déclaration.  «Il y a ce rapport d'Amnesty International qui remet en cause un certain nombre de crimes de guerre et qui relativise un certain nombre de choses. Je vois un tweet de Ségolène Royal allant dans ce sens-là. Il se trouve qu'elle était chroniqueuse sur BFMTV, je ne me voyais pas lui donner la parole sur l'antenne sans qu'elle n'y revienne et qu'elle s'en explique. Elle est venue faire ce pour quoi elle collabore avec BFMTV, à savoir un débat avec Alain Duhamel, et à la fin, on lui a demandé de revenir là-dessus », a-t-il expliqué sur le plateau de la nouvelle émission France 5 «C Médiatique».

«Une fois cette sortie-là, particulière, et la polémique qui a suivi, nous lui avions demandé de venir s'en expliquer, de se justifier et de s'excuser. Elle s'était engagée à revenir et elle ne l'a pas fait. Elle l'a fait sur une chaîne concurrente [LCI, ndlr], ce qui n'est pas le problème. Le problème est qu'elle a planté le rendez-vous dans lequel elle était supposée venir s'expliquer», a-t-il ajouté. «Nous avons décidé, et j'estime, que le lien de confiance avec Ségolène Royal était rompu. Ce n'est pas le propos lui-même mais c'est le fait que rien ne va dans cette histoire», a conclu Marc-Olivier Fogiel.

Ségolène Royal s'était finalement excusée sur Twitter. «Je n'ai jamais nié les crimes de guerre et je m'excuse volontiers auprès des victimes si elles l'ont pensé», avait-elle écrit.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2238) : LUNDI 12 SEPTEMBRE 2022

Lundi 12 Septembre 2022 –  Affaire Hulot: l'enquête pour viol et agression sexuelle sur mineur classée sans suite pour prescription :

L'enquête pour viol et agression sexuelle sur mineur visant l'ex-animateur de télévision et ancien ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot a été classée sans suite pour prescription de l'action publique, a indiqué lundi le parquet de Paris, confirmant une information de BFMTV. L'enquête avait été ouverte le 26 novembre 2021 après la diffusion d'un documentaire dans Envoyé spécial, dans lequel six femmes accusaient M. Hulot de violences sexuelles qui auraient eu lieu entre 1989 et 2001.

L'une d'elle était mineure à l'époque des faits qu'elle dénonçait, ce qui a poussé le parquet de Paris à ouvrir une enquête préliminaire. Cette femme, prénommée Sylvia, racontait dans le documentaire, à visage découvert, avoir été agressée sexuellement en 1989, à l'âge de 16 ans, par Nicolas Hulot dans la voiture de ce dernier, après avoir été invitée à assister à une émission qu'il animait alors à Paris.

Elle a ensuite déposé plainte contre l'animateur et a été entendue par les enquêteurs peu après l'ouverture de l'enquête. Dans le documentaire, cinq autres femmes témoignaient, notamment de baisers par surprise. Parmi elles, la militante écologiste Claire Nouvian racontait avoir été mise en garde par l'entourage "politique" de Nicolas Hulot avant un tournage en 2008, afin qu'elle évite de se retrouver seule avec lui.

 

Entendu en mai dernier

Deux autres femmes, l'ancienne animatrice Maureen Dor et une ex-employée de TF1, avaient pour leur part transmis à Envoyé spécial des témoignages par écrit concernant des agressions sexuelles. Une ex-militante d'EELV, Pauline Lavaud, avait ensuite relaté sur BFMTV avoir été écartée de la campagne de Nicolas Hulot pour la primaire interne du parti en 2011 parce qu'elle "l'excitait trop". Animateur star de la télé, ardent défenseur de la cause environnementale depuis plus de trente ans, Nicolas Hulot a nié catégoriquement les accusations et annoncé quitter "définitivement" la vie publique, pour protéger ses proches et sa Fondation des retombées d'un "lynchage".

L'ancien animateur de la célèbre émission télévisée sur l'environnement "Ushuaïa" a été entendu en mai dernier par les enquêteurs de la Brigade de protection des mineurs (BPM) à Paris dans le cadre d'une audition libre.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2238) : LUNDI 12 SEPTEMBRE 2022

Lundi 12 Septembre 2022 –  Guerre en Ukraine : Kiev annonce des avancées significatives lors de sa contre-offensive :

L'Ukraine a affiché lundi de nouvelles avancées dans sa contre-offensive avec la reprise de "plus de vingt localités" en 24 heures, face à la Russie qui entend se battre "jusqu'à ce que ses objectifs soient atteints".

"La libération des localités d'envahisseurs russes se poursuit dans les régions de Kharkiv et Donetsk" (est), a indiqué lundi l'armée ukrainienne.

Sur l'ensemble de la ligne de front, ses forces "ont réussi à chasser l'ennemi de plus de 20 localités" en 24 heures, a-t-elle ajouté, assurant que "les troupes russes abandonnent leurs positions hâtivement et s'enfuient".

Dimanche soir, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait déjà annoncé qu'Izioum (est) avait été "libérée" dans le cadre de cette contre-offensive menée depuis plusieurs jours. La perte de cette ville stratégique pourrait contrer sérieusement les ambitions militaires de Moscou dans l'Est ukrainien, selon des experts militaires.

Cette percée relance pour Kiev les espoirs d'un renversement décisif de situation après une longue période où le front est apparu figé.

Les autorités d'occupation pro-russes de la région de Kharkiv ont indiqué lundi être parties dans la région de Belgorod, en Russie, près de la frontière, officiellement pour aider à faire face à un afflux de réfugiés, selon les agences russes.

Mais lundi, Moscou, après avoir reconnu avoir perdu du terrain, a repris un ton offensif pour annoncer le bombardement de zones regagnées par l'Ukraine dans la région de Kharkiv, dans les secteurs de Koupiansk et d'Izioum.

Et l'offensive russe engagée en février dernier va continuer "jusqu'à ce que les objectifs soient atteints", a martelé le Kremlin. Il n'y a actuellement "pas de perspective de négociations" entre Moscou et Kiev, a ajouté le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

 

Une avancée éclair dans la région de Kharkiv

L'Ukraine revendique avoir repris environ 3.000 kilomètres carrés de son territoire, essentiellement dans la région de Kharkiv, depuis début septembre.

L'armée ukrainienne a d'abord annoncé une contre-offensive dans le Sud, avant de réaliser au cours de la semaine écoulée une avancée éclair dans la région de Kharkiv.

Dans le Sud, dans la région de Kherson, "les occupants se sont également retirés de leurs positions dans plusieurs localités", a aussi annoncé dimanche l'armée ukrainienne.

Plusieurs régions dans l'est, le nord, le sud et le centre du pays ont également subi dimanche soir de vastes coupures d'électricité, imputées par Kiev à des frappes russes. Près de Kharkiv, la centrale thermique numéro 5, deuxième du pays, a été touchée, selon la présidence. Le courant a été toutefois été rapidement rétabli dans une partie des régions touchées. Dans celle de  Kharkiv, "80%" de l'approvisionnement en électricité et en eau a été restauré, a indiqué lundi matin un chef adjoint de la présidence Kyrylo Tymochenko sur Telegram.

Le porte-parole du ministère ukrainien des Affaires étrangères, Oleg Nikolenko, a qualifié ces attaques "d'acte de désespoir" des forces russes face à leurs reculs.

A Genève, le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a haussé le ton lundi envers le pouvoir russe, accusé "d'intimidations" et de "censure" envers les opposants à la guerre en Russie. "Les intimidations, les mesures restrictives et les sanctions à l'encontre des personnes exprimant leur opposition à la guerre en Ukraine compromettent l'exercice des libertés fondamentales garanties par la Constitution" russe, a déclaré la Haute-Commissaire par intérim, Nada Al-Nashif, lors de son discours d'ouverture de la 51e session du Conseil des droits de l'homme.

Elle a notamment déploré "les pressions exercées sur les journalistes, le blocage des ressources disponibles sur internet et les autres formes de censure".

La guerre en Ukraine sera abordée à plusieurs reprises lors de la session du Conseil, qui se réunit pour un mois.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2238) : LUNDI 12 SEPTEMBRE 2022

Lundi 12 Septembre 2022 –  Poutine met en garde Macron contre des «conséquences catastrophiques» des attaques contre Zaporijjia :

Lors d'un entretien téléphonique avec Emmanuel Macron, Vladimir Poutine a attiré l'attention sur des "attaques régulières ukrainiennes contre les sites de la centrale de Zaporijjia, y compris le dépôt des déchets radioactifs".

Le président russe Vladimir Poutine a mis en garde dimanche son homologue français Emmanuel Macron contre des "conséquences catastrophiques" des attaques contre la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, la plus grande d'Europe et occupée par les forces russes, a indiqué le Kremlin. Lors d'un entretien téléphonique avec M. Macron, Vladimir Poutine a attiré l'attention sur des "attaques régulières ukrainiennes contre les sites de la centrale de Zaporijjia, y compris le dépôt des déchets radioactifs, ce qui pourrait aboutir à des conséquences catastrophiques", selon un communiqué du Kremlin.

Le président russe a également informé son homologue français des "mesures prises par des spécialistes russes afin d'assurer la sécurité de la centrale et souligné la nécessité de faire pressions sur les autorités de Kiev pour que les bombardements visant la centrale s'arrêtent immédiatement".

Les deux dirigeants ont par ailleurs exprimé leur volonté de "coopérer de manière dépolitisée sur la situation autour de la centrale de Zaporijjia, avec la participation de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA)", d'après le communiqué. L'entretien a eu lieu à l'initiative du président français, selon le Kremlin.

 

Le spectre de Tchernobyl

Lors de la conversation téléphonique, Vladimir Poutine a une nouvelle fois dénoncé les livraisons d'armes occidentales au régime de Kiev, utilisées selon lui pour "des bombardements massifs des infrastructures civiles des villes du Donbass", bassin minier dans l'Est de l'Ukraine.

Les deux dirigeants se sont déjà entretenus au téléphone le 19 août au sujet de la centrale nucléaire de Zaporijjia.

Située dans le sud de l'Ukraine et contrôlée par les forces russes, cette centrale, la plus grande d'Europe, a été plusieurs fois bombardée ces dernières semaines, Moscou et Kiev s'accusant mutuellement de ces frappes.

Cette situation a fait resurgir le spectre d'une catastrophe majeure similaire à celle de Tchernobyl en 1986.

Dimanche, l'Ukraine a annoncé la mise à l'arrêt du sixième et dernier réacteur en fonctionnement de la centrale de Zaporijjia, en expliquant qu'il était nécessaire de le refroidir.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2238) : LUNDI 12 SEPTEMBRE 2022
LA MARCHE DU MONDE (2238) : LUNDI 12 SEPTEMBRE 2022
LA MARCHE DU MONDE (2238) : LUNDI 12 SEPTEMBRE 2022
LA MARCHE DU MONDE (2238) : LUNDI 12 SEPTEMBRE 2022

Lundi 12 Septembre 2022 –  Les Etats-Unis honorent la mémoire des victimes du 11-Septembre, 21 ans après :

Les Américains honoraient dimanche la mémoire des près de 3.000 personnes tuées lors des pires attentats de l'Histoire, le 11 septembre 2001, qui avaient profondément traumatisé leur pays. A New York, la foule réunie près de l'impressionnant musée-mémorial de Manhattan s'est tue pendant deux minutes de silence, marquant les moments exacts où les deux avions piratés par des commandos islamistes avaient percuté les tours du World Trade Center.

Dans le public, la vice-présidente Kamala Harris a écouté la très longue liste des noms des victimes. Le président Joe Biden participait lui à une autre cérémonie, au Pentagone.

"Le chagrin s'efface un peu avec le temps, mais l'absence permanente de mon père reste tout aussi présente", a confié le fils de Jon Leslie Albert, une des victimes des attentats, après avoir lu le nom de son père.

Un autre proche de victime, appelant les personnalités politiques présentes à apaiser les profondes divisions de l'Amérique, a affirmé qu'"on ne devrait pas avoir besoin d'une autre tragédie pour unir notre nation".

Le 11 septembre 2001, 2.977 personnes avaient péri dans les attentats les plus meurtriers de l'Histoire, commis par l'organisation jihadiste Al-Qaïda.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2238) : LUNDI 12 SEPTEMBRE 2022

Lundi 12 Septembre 2022 –  La baisse des prix des carburants continue en France :

 Les prix moyens des carburants routiers vendus dans les stations-service de France ont connu encore un fort recul la semaine dernière, atteignant pour le SP 95-E10 la barre symbolique des 1,50 euro, sous l'effet de la ristourne relevée à 30 centimes le litre le 1er septembre.

Le supercarburant sans plomb 95-E10 a atteint la barre symbolique de 1,50 euro, soit un recul de 4,2 centimes par rapport à la semaine précédente, selon des chiffres arrêtés vendredi et communiqués par le ministère de la Transition écologique. Le prix de l'essence SP 95-E10 retrouve ainsi des niveaux de mai 2021, quand le pays sortait du troisième confinement de la crise du Covid. Le litre de supercarburant sans plomb 95 a reculé de près de 5 centimes, à 1,5690 euro. Le gazole se vendait en moyenne 1,7547 euro, soit 2,5 centimes de moins que la semaine précédente.

 

Ristourne mise en place par le gouvernement

Ces prix tiennent compte de la ristourne mise en place par le gouvernement, qui a été relevée le 1er septembre de 18 à 30 centimes par litre à la pompe (en France continentale). Ils évoluent dans un contexte très volatil. Après une période de baisse au début de l'été, le gazole en particulier a de nouveau augmenté depuis la mi-août, en raison notamment de la mise en place progressive de l'embargo européen sur les produits pétroliers russes.

L'Europe doit trouver d'autres sources pour le gazole, qu'elle ne produit pas en quantité suffisante, ce qui entraîne un surcoût. De manière générale, les cours du pétrole restent très élevés, dopés par la reprise post-Covid, la limitation de l'offre de grands producteurs et les conséquences de la guerre en Ukraine.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2238) : LUNDI 12 SEPTEMBRE 2022

Lundi 12 Septembre 2022 –  La Nasa pourrait essayer de faire décoller sa nouvelle fusée vers la Lune le 23 ou le 27 septembre :

 La Nasa pourrait essayer de faire décoller sa nouvelle méga-fusée vers la Lune le 23 ou le 27 septembre, après deux tentatives avortées en raison de problèmes techniques, a annoncé jeudi Jim Free, un haut responsable de l'agence spatiale américaine, lors d'une conférence de presse.

Ce vol test très attendu de la mission Artémis 1, sans équipage à bord, doit tester en conditions réelles la fusée SLS (pour Space Launch System) et la capsule Orion à son sommet, où prendront place les astronautes à l'avenir. La possible fenêtre de tir le 23 septembre commencera à 06H47 locales, tandis que celle du 27 s'ouvrira à 11H37 locales, a précisé M. Free.

 

Des déboires techniques

Le décollage prévu au centre spatial Kennedy, en Floride, avait été annulé au dernier moment samedi pour la deuxième fois en une semaine, un contre-temps qui repousse le lancement effectif du programme américain de retour sur la Lune, Artémis. Un problème de fuite de carburant s'était déclenché au petit matin, au moment des opérations de remplissage des réservoirs de la fusée.

La fusée orange et blanche SLS, qui n'a encore jamais volé, est en développement depuis plus d'une décennie, pour devenir la plus puissante du monde. Cinquante ans après la dernière mission Apollo, Artémis 1 doit permettre de vérifier que la capsule Orion, au sommet de la fusée, est sûre pour transporter à l'avenir des astronautes sur la Lune.

Pour cette première mission, Orion s'aventurera jusqu'à 64.000 kilomètres derrière la Lune, soit plus loin que tout autre vaisseau habitable jusqu'ici.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2238) : LUNDI 12 SEPTEMBRE 2022

Lundi 12 Septembre 2022 –  À son tour, le Danemark veut envoyer ses demandeurs d'asile au Rwanda :

Copenhague s'apprête à passer un accord pour que ses demandeurs d'asile soient transférés au Rwanda avant l'examen de leur dossier. Un même projet, initié par le Royaume-Uni, a connu jusqu'ici de nombreuses péripéties judiciaires.

En 2021, le Danemark avait déjà voté une loi autorisant la délocalisation de demandeurs d'asile hors du continent européen : cette politique se confirme alors que Copenhague a annoncé avoir signé vendredi 9 septembre une déclaration bilatérale en vue d'un accord avec le Rwanda.

L'intention des deux pays est d'envisager «l'établissement d'un programme par lequel les demandeurs d'asile arrivant au Danemark pourraient être transférés au Rwanda pour l'étude de leur dossier d'asile», précise le communiqué du ministère danois des Affaires étrangères. Les candidats à l'asile au Danemark devraient toujours soumettre personnellement une demande à leur arrivée au contrôle aux frontières danois, avant d'être envoyés par avion dans un autre pays. Ce plan inclut également «l'option d'une installation au Rwanda» au cas où la demande d'asile serait refusée.

Un même projet, entre le Royaume-Uni et le Rwanda, fait polémique depuis un an. Le prince Charles - désormais le roi Charles III- lui-même était sorti de la traditionnelle réserve monarchique, en se disant «consterné» face au projet du gouvernement britannique d'expulser au Rwanda des demandeurs d'asile arrivés illégalement au Royaume-Uni. Lundi dernier, la justice examinait de nouveau le recours d'associations contre ce projet controversé, qu'entend cependant défendre coûte que coûte Liz Truss, désignée ce même jour pour succéder à Boris Johnson à Downing Street.

Ce n'est pas la première fois que le Rwanda veut signer de tels accords avec des pays soumis à un grand nombre de demandes d'asile. En vue de quel intérêt ? Derrière les intentions humanistes mises en avant, ces accords sont pour l'État de la région des Grands lacs une opportunité économique. Grâce aux compensations britanniques, l'opération ne portera aucune conséquence sur le budget national, ont assuré les autorités. Par ailleurs, le Royaume-Uni a promis une première enveloppe de 120 millions de livres sterling (145 millions d'euros) à la fois pour la mise en place du projet et pour l'aide au développement du pays, classé 14e nation la plus pauvre au monde.

Quant au Danemark, conspué par la gauche européenne, les sociaux-démocrates y poursuivent depuis plusieurs années déjà une politique résolument tournée vers la réduction des flux migratoires - au point que la première ministre, Mette Frederiksen, est de plus en plus fréquemment comparée à son homologue hongrois Viktor Orban. Le pays scandinave estime qu'il joue là sa survie : tenants d'un modèle social très généreux, les Danois redoutent que cette protection soit menacée par une ouverture déraisonnable. Et surtout craignent, plus que tout, l'installation d'un chômage de masse qui porterait un coup fatal à leur État-providence.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens