Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 août 2022 7 07 /08 /août /2022 07:00
LA MARCHE DU MONDE (2204) : SAMEDI 6 AOUT 2022

Samedi 6 Août 2022 –  Emmanuel Macron, sortie en mer sur un canoë bleu-blanc-rouge :

La pause estivale est «studieuse» mais aussi sportive. Le chef de l’Etat, en vacances au Fort de Brégançon à Bormes-les-Mimosas, depuis une semaine, a été aperçu en train de faire du canoë kayak en mer. L’instant a été capturé le mercredi 3 août aux alentours de 18 heures. Emmanuel Macron, torse nu, short de bain, est à bord d’un canoë bleu-blanc-rouge. La sortie a duré une vingtaine de minutes. Il était suivi d’un agent de sécurité, également en canoë.

Son épouse Brigitte Macron n’était pas de la partie. A l'été 2020, le couple présidentiel avait ouvert les portes du Fort de Brégançon à Paris Match . La Première dame confiait affectionner plonger avec masque et tuba, fascinée par la richesse de la faune sous-marine environnant le fort ou passer des moments à la plage avec ses enfants et petits-enfants.

Il n’est pas rare que des photos du chef de l’Etat durant ses vacances soient prises. Assidument guettés par les journalistes, Emmanuel et Brigitte Macron avaient notamment été aperçus tour à tour sur un jet-ski à l’été 2018.

Emmanuel Macron et son épouse Brigitte sont arrivés le 29 juillet au soir dans la résidence d’été des présidents de la République. Ils s'y reposent chaque année depuis 2017. L’entourage du chef de l’Etat avait indiqué que ces congés seront «studieux». Emmanuel Macron va «suivre les dossiers importants et préparer la rentrée», précisait-on de même source à l’AFP. Parmi ces dossiers, figurent «le plan de sobriété» pour faire face à la crise énergétique liée à la guerre en Ukraine, «la planification écologique», «la mise en œuvre du Conseil national de la refondation» prévue pour septembre ou les mesures pour favoriser «le plein emploi», toujours selon cette source. Lundi 1er août, le chef de l'Etat a eu un long entretien avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2204) : SAMEDI 6 AOUT 2022

Samedi 6 Août 2022 –  En France, la chaleur recule... pour mieux revenir :

Bientôt une quatrième vague de chaleur ou simple répit au coeur de la troisième canicule de l'été? Après un rafraîchissement dans certaines régions, Météo-France prévoit de nouvelles hausses de températures dès dimanche et une aggravation de la sécheresse des sols malgré les orages.

"Après un rafraîchissement par le nord-ouest du pays en cette fin de semaine, les températures repartent à la hausse dès dimanche sur le sud-ouest et gagnent la moitié nord lundi", annonce Météo-France vendredi soir.

Dimanche, "on attend 33°C à 35°C sur le sud-ouest, tandis que les températures restent stationnaires ou sont en légère baisse sur les régions méditerranéennes", précise le point de situation.

"Lundi, la hausse des températures se poursuit et gagne la moitié nord: on attend 35°C à 37°C du sud-ouest au sud-est, et 30°C à 34°C plus au nord, excepté sur un petit quart nord-ouest qui reste sous la barre des 30°C", selon Météo-France. "Des températures maximales entre 32°C et 36°C pourraient très probablement se maintenir durablement sur une grande partie du pays."

Pour l'heure, "il demeure une incertitude" pour savoir s'il faudra considérer ces évolutions comme une "interruption" de la "troisième vague de chaleur de l'été", qui a débuté le 31 juillet, explique le service météorologique: "à l'échelle nationale, elle pourrait se terminer en début de week-end à la faveur d’une baisse des températures sur les trois quarts du pays ou perdurer".

Les orages de la fin de semaine ne suffiront toutefois pas à pallier le déficit de pluie historique à l’échelle nationale en juillet, deuxième mois de l'année le plus sec depuis les premiers relevés.

"Au niveau national, depuis le 17 juillet, la France établit chaque jour un nouveau record de sécheresse des sols (sur un historique qui débute en août 1958)", note Météo-France. En Corse, ce record quotidien est même battu chaque jour depuis début juillet et depuis mi-mai en PACA.

"Cette situation constitue un événement majeur comparable aux sécheresses des années 1976 et 2003", soulignent les météorologues. "D'ici le milieu du mois d'août, il est très probable que cette situation de sécheresse des sols s'aggrave encore sur un grand nombre de régions."

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2204) : SAMEDI 6 AOUT 2022

Samedi 6 Août 2022 –  Les ministres à leur tour en vacances, avec pour consigne de ne pas trop s'éloigner de Paris :

Après Emmanuel Macron , dont les vacances "studieuses" à Brégançon (Var) ont débuté depuis près d'une semaine, place aux ministres, en congés après la fin des travaux parlementaires, avec les directives d'usage de ne pas trop s'éloigner de Paris.

Les membres du gouvernement avaient été priés de rester à leurs postes jusqu'à la fin des débats au Parlement. Consigne leur a également été donnée, via une circulaire, de choisir une destination "compatible avec l'exercice de leurs responsabilités", et de rester joignables "en cas de nécessité". Ils devront rester à deux ou trois heures de Paris au maximum, selon la Chancellerie.

 

Borne dans le Var, Dupond-Moretti à Nice

La Première ministre Elisabeth Borne ne sera pas très loin du chef de l’État, puisqu'elle a privilégié le Var.

Éric Dupond-Moretti, ministre de la Justice, se rend comme souvent à Nice, même s'il représentera d'abord le gouvernement mardi à la cérémonie de commémoration de l'attentat de la rue des Rosiers à Paris, il y a 40 ans. Au programme: "vacances studieuses" mais "beaucoup de repos". Sylvie Retailleau (Enseignement supérieur) séjournera aussi dans les Alpes-Maritimes, son département natal.

Dans le sud-est, toujours, séjourneront Gérald Darmanin (Intérieur), dans les Bouches-du-Rhône, Jean-François Carenco (Outre-Mer) dans l'Hérault, Clément Beaune (Transports) en Provence et Jean-Christophe Combe (Solidarités) dans les Pyrénées-Orientales. Olivier Klein (Ville et Logement) se rendra dans le Gard, "comme tous les ans" depuis qu'il est adolescent. Roland Lescure (Industrie) sera dans le sud-ouest, comme Geneviève Darieussecq (Personnes handicapées) dans les Landes.

 

"Pas à Vegas ou à Saint Barth"

Olivier Dussopt (Travail) ne sera en tout cas "pas à Vegas ou à Saint Barth'", précise seulement son entourage.

A la Santé, François Braun "prendra très peu" de vacances et "passera simplement quelques jours en famille dans les Alpes", selon son cabinet. Il préparera "la rentrée et notamment la "grande conférence" sur la santé et sera "sur le terrain pour partager avec les acteurs de santé du territoire la mise en œuvre de la mission 'flash' et recueillir leurs remontées".

Après avoir une dernière fois défendu le projet de loi de finances rectificative jeudi devant le Parlement, Gabriel Attal (Comptes publics) et Bruno Le Maire (Économie) prendront respectivement la direction de la Corse et de l'Ile aux Moines pour le premier, de la Bretagne et du Pays Basque pour le second, comme "tous les ans". En Corse, séjourneront aussi Catherine Colonna (Affaires étrangères) qui partira également en Touraine, et Franck Riester (Relations avec le Parlement).

L'Angevin Christophe Béchu (Transition écologique) sera dans son département du Maine-et-Loire, Amélie Oudéa-Castéra (Sports) à La Baule, Caroline Cayeux (Collectivités) profitera de la côte d'Emeraude en Bretagne et Rima Abdul Malak (Culture) de Saint-Brieuc. Cette dernière se rendra également en Isère, dans le massif de la Chartreuse, et au Festival international du théâtre de Rue à Aurillac, selon son entourage. Le ministre de l'Education Pap Ndiaye ira dans le Cotentin pour "se ressourcer".

Dans l'Est, Isabelle Rome (Egalité entre les femmes et les hommes) se rendra en Haute-Savoie "sur ses terres natales" pour "retourner voir l’école où elle a grandi" puis dans le Var, selon son entourage. Olivier Becht (Commerce extérieur) sera en Alsace. Olivia Grégoire (PME et Commerce) "entend profiter du calme pour se reposer" en Haute-Saône, dans la maison de ses beaux-parents, détaille son entourage. Marc Fesneau (Agriculture) sera dans le Loir-et-Cher et Sébastien Lecornu (Armées) dans l'Eure, leurs terres d'élection.

Le Conseil des ministres de rentrée est programmé le 24 août.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2204) : SAMEDI 6 AOUT 2022

Samedi 6 Août 2022 –  Fatigué mais «soulagé», Patrick Balkany est sorti de prison :

 Amaigri en chemise verte devenue trop grande, les cheveux longs plaqués en arrière et rasé, Patrick Balkany s'est dit "soulagé" lors d'une interview impromptue devant le portail du moulin de Cossi, son domicile à Giverny (Eure). "Je suis heureux de venir me reposer, de retrouver mon épouse, de retrouver mes chiens et ma maison", a-t-il ajouté aux côtés d'Isabelle Balkany, visiblement heureuse de retrouver son époux.

Plus tôt dans la matinée, elle avait tweeté "ALERTE MÉTÉO Vigilance Orange Eure et #Levallois Avis de forte tempête d'amitié, de bienveillance, d'affection, de tendresse et de câlins..." suivi de nombreux émoticônes. "Soulagé, c'est pas le bon mot et je n'en trouve pas un autre; je ne trouve pas le mot. Quand un bonheur est trop intense, on n'arrive pas à le qualifier", a-t-elle ajouté, également interrogée devant le portail du manoir.

La sortie de prison de l'ancien élu avait été discrète, avant qu'il ne décide de parler à la presse qui l'attendait à son domicile de Giverny où il est arrivé peu avant 09h30.

Jeudi, la cour d'appel de Paris avait accédé à la demande d'aménagement de peine de M. Balkany. Les juges ont pris en compte "les efforts du condamné pour enfin initier depuis le mois de février 2022 le règlement des sommes considérables dues au Trésor public", peut-on lire dans la décision. Cette "prise de conscience", associée au "quantum de peine qu'il a désormais exécuté" et au "risque extrêmement faible de récidive" a conduit la chambre de l'application des peines à accéder à sa demande.

L'ancien baron des Hauts-de-Seine et son épouse Isabelle Balkany avaient été reconnus coupables en première instance puis en appel de fraude fiscale entre 2009 et 2015. Plus précisément, il leur est reproché de ne pas avoir payé d'impôt sur la fortune entre 2010 et 2014, d’en avoir payé un minoré en 2015, ainsi que d'avoir payé un impôt sur le revenu amplement sous-évalué entre 2009 et 2014.

 

"La prison c’est très dur, très difficile"

Patrick Balkany avait été incarcéré en 2019 dès sa condamnation, puis libéré en février 2020 pour raison de santé, puis placé sous bracelet électronique en mars 2021. Il avait été réincarcéré en février pour n'avoir pas respecté les obligations liées au port de son bracelet électronique. Une centaine d'"incidents" avait notamment fait sonner les bracelets électroniques du couple, obligés de vivre à leur domicile de Giverny.

"La prison c’est très dur, très difficile (...) C’est un enfer d’être là, on n'arrive pas à dormir, jusqu’à deux heures du matin ça hurle, ça tape. Pour un homme de mon âge ou n’importe qui c’est difficile", a-t-il insisté vendredi.

Son épouse, dont le port du bracelet électronique avait également été révoqué, avait, elle, été hospitalisée quatre mois après avoir, selon son mari, fait une tentative de suicide en février. Elle avait regagné son domicile le 4 juin en attendant une éventuelle convocation devant la justice.

Dans sa décision du 3 février demandant la réincarcération de M. Balkany, la cour d'appel de Rouen (compétente en raison du domicile dans l'Eure) estimait que les époux Balkany n'avaient "jamais accepté les contraintes inhérentes à la détention à domicile sous surveillance électronique", relevant leur "attitude et propos véhéments ou ironiques, parfois outranciers voire outrageants" à l'égard du personnel de l'administration pénitentiaire ou du juge d'application des peines.

Outre cette condamnation pour fraude fiscale , Patrick Balkany et Isabelle Balkany ont également été définitivement condamnés, en juin 2021, pour blanchiment aggravé de fraude fiscale et pour prise illégale d’intérêts. Seule la question du quantum de la peine reste en suspens, avec un nouveau procès prévu en octobre prochain.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2204) : SAMEDI 6 AOUT 2022

Samedi 6 Août 2022 –  En Islande, un village menacé par les gaz volcaniques :

Des gaz nocifs émanant de la fissure volcanique près de Reykjavik menacent de polluer l'air d'un village à proximité de l'éruption et risquent d'atteindre Reykjavik, a déclaré vendredi l'Institut météorologique d'Islande (IMO).

L'IMO s'attend à une pollution de gaz particulièrement importante à Vogar, municipalité d'un millier d'habitants à environ cinq kilomètres au nord-est de Fagradalsfjall , vallée inhabitée où la lave jaillit.

Les gaz pourraient se répandre jusqu'à Reykjavik, située à 40 kilomètres du volcan, d'ici samedi.

Les concentrations de dioxyde de soufre pourraient atteindre jusqu'à 2.600 microgrammes par mètre cube, un niveau considéré comme "néfaste pour la santé des personnes sensibles", selon l'Agence islandaise pour l'environnement.

L'Office météorologique avertit cependant que les modélisations sont incertaines "du fait du débit très inégal de l'éruption". L'avertissement est venu après que des mesures ont montré que l'activité volcanique de la fissure a réduit de moitié et que sa longueur a diminué d'environ 200 mètres.

Son débit estimé à 32 mètres cubes par seconde lors des premières heures a été divisé par deux le lendemain et n’est plus que d'environ 18 mètres cubes par seconde en moyenne, selon une évaluation effectuée dans la matinée de jeudi.

 

De nouvelles fissures peuvent s'ouvrir à proximité immédiate du site de l'éruption dans un délai très court

"Ce comportement est très similaire à ce que l’on observe habituellement lors des éruptions dans le pays : l’éruption est puissante au début puis s’atténue", écrit l’Institut des sciences de la Terre. Le champ de lave s’étendait hier sur 144.000 mètres carrés. La fissure volcanique, craquelure dans la terre d’où gicle le liquide visqueux à 1.200°C, n’est toutefois plus aussi longue qu’à l’origine et s'étendrait désormais sur environ 130 mètres.

La pression dans le dike - le tunnel magmatique alimentant l’éruption - ne serait pas équilibrée, faisant dire aux géophysiciens que le flux pourrait augmenter ou qu’une éruption pourrait commencer à un nouvel emplacement.

Les visiteurs affluent pour entendre le sol gronder sous leurs pieds et rugir lorsque des fontaines de lave giclent des profondeurs.

Selon les compteurs installés depuis un an et demi par les autorités, plus de 4.200 curieux ont parcouru jeudi les 14 kilomètres aller-retour du chemin ardu pour atteindre le site sur la péninsule de Reykjanes dans le sud-ouest de l’Islande, à environ deux heures du parking le plus proche.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2204) : SAMEDI 6 AOUT 2022

Samedi 6 Août 2022 –  Selon l'Ukraine, la Russie a effectué des frappes près d'un réacteur nucléaire de Zaporijjia :

L'Ukraine a accusé vendredi les Russes de frappes près d'un réacteur nucléaire de la centrale de Zaporijjia (sud), sous occupation russe depuis le début de la guerre.

"Trois frappes ont été signalées vendredi soir près d'un des réacteurs nucléaires", a annoncé sur Telegram la société d'Etat ukrainienne Energoatom, qui gère les centrales nucléaires du pays.

Une ligne de haute tension a été endommagée dans cette attaque en déclenchant l'arrêt d'un des réacteurs de la centrale, la plus grande de l'Europe. "Il existe des risques de fuite d'hydrogène et de pulvérisation de substances radioactives. Le danger d'incendie est élevé", selon Energoatom qui n'a pas fait état de victimes dans un premier temps.

Selon Energoatom, les responsables de la société russe, Rosatom, "ont quitté précipitamment le site avant l'attaque".

Le ministère ukrainien des Affaires étrangères a pour sa part "condamné fermement les agissements des troupes d'occupation à la centrale de Zaporijjia" vendredi.

"Les conséquences possibles d'une frappe sur un réacteur en fonctionnement sont équivalentes à l'utilisation d'une bombe atomique", écrit le ministère dans un communiqué en appelant la communauté internationale à prendre "des mesures immédiates pour forcer la Russie à quitter la centrale" et à la "transférer sous le contrôle de l'Ukraine dans l'intérêt de la sécurité du monde entier".

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a déclaré mardi que la situation était "volatile" à la centrale de Zaporijjia en devenait "de plus en plus dangereuse de jour en jour".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2204) : SAMEDI 6 AOUT 2022

Samedi 6 Août 2022 –  Gaza : Des civils et des combattants tués dans des frappes israéliennes :

Israël a estimé vendredi avoir tué 15 combattants dans des frappes sur la bande de Gaza visant l'organisation Jihad islamique, dans lesquelles plusieurs civils dont un enfant ont également péri, selon les autorités de l'enclave palestinienne.

Lors de cette "attaque préventive" contre le Jihad islamique, 15 combattants ont été tués, a estimé un porte-parole militaire israélien, Richard Hecht, assurant que l'opération n'était pas terminée. D'après lui, l'Etat hébreu s'attend à des tirs de roquettes depuis Gaza vers le centre d'Israël.

Le Jihad islamique, organisation considérée comme terroriste par Israël, l'Union européenne et les Etats-Unis, a confirmé la mort d'un de ses chefs, Tayssir Al-Jabari.

Le ministère de la Santé à Gaza a de son coté fait état de huit morts, "dont une fillette de cinq ans", et de 44 blessés.

 

"Eliminer la menace"

Des témoins et des sources de sécurité palestiniennes ont indiqué à l'AFP avoir vu plusieurs frappes, notamment une dans le centre de la ville de Gaza. Des journalistes de l'AFP ont vu des blessés être évacués par les services de secours et des pompiers s'activer pour éteindre des incendies.

"L'ennemi sioniste a commencé cette agression et doit s'attendre à ce que nous nous battions sans relâche (...) Il n'y aura aucune trêve après ce bombardement", a déclaré le secrétaire général du Jihad islamique, Ziad al-Nakhala, dans un entretien avec la télévision libanaise Al-Mayadeen, à Téhéran, la capitale iranienne.

"Il n'y aura pas de lignes rouges dans cette bataille (...) Tel-Aviv et d'autres villes sionistes seront des cibles des missiles de la résistance", a-t-il ajouté.

Ces raids sur Gaza, territoire de 2,3 millions d'habitants sous blocus israélien, surviennent après l'arrestation lundi d'un chef du Jihad islamique en Cisjordanie occupée, Bassem Saadi. Les autorités israéliennes craignaient des attaques en représailles en provenance de Gaza, enclave contrôlée par les islamistes du Hamas où le Jihad islamique est bien implanté. L'armée avait déployé des renforts dans la zone adjacente au territoire palestinien, dont des chars, des routes avaient été bloquées et des trains supprimés.

"A nos ennemis, et particulièrement aux responsables du Hamas et du Jihad islamique palestinien, je voudrais insister: votre temps est compté. La menace (sur le sud d'Israël, ndlr) sera éliminée d'une façon ou d'une autre", a déclaré le ministre israélien de la Défense Benny Gantz dans un communiqué.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2204) : SAMEDI 6 AOUT 2022

Samedi 6 Août 2022 –  Pékin freine sa coopération avec Washington après la visite de Pelosi à Taïwan :

La Chine a suspendu vendredi toute coopération avec les Etats-Unis sur le réchauffement climatique et d'autres domaines, faisant plonger les relations entre les deux pays à leur niveau le plus bas depuis des années, en représailles à la visite à Taïwan de la présidente de la Chambre des représentants américains Nancy Pelosi. Mobilisant avions et navires de guerre, les plus grands exercices militaires jamais organisés par la Chine près de Taïwan, également en réaction au voyage de Mme Pelosi cette semaine, se sont poursuivis vendredi pour la deuxième journée d'affilée, Taipei fustigeant son "voisin malveillant" dont les manoeuvres l'ont littéralement encerclé pour trois jours.

Pékin va "suspendre les négociations sino-américaines sur le changement climatique" et annuler un entretien entre les dirigeants militaires ainsi que deux réunions sur la sécurité, a déclaré le ministère chinois des Affaires étrangères, reprochant à Mme Pelosi d'avoir traité avec "mépris" l'opposition de la Chine à sa visite à Taipei. La Chine et les Etats-Unis, les deux plus importants émetteurs de gaz à effet de serre du monde, avaient noué un accord surprise sur le climat lors du sommet de la COP26 à Glasgow l'an dernier. Ils s'étaient engagés à travailler ensemble pour accélérer les actions pour le climat lors de la prochaine décennie et à se réunir régulièrement pour "s'attaquer à la crise climatique".

Le ministère des Affaires étrangères a également dit suspendre la coopération avec Washington sur le rapatriement des migrants illégaux, ainsi qu'en matière de justice, de criminalité transnationale et de lutte antidrogue. La Chine continentale, qui considère que Taïwan fait partie de son territoire, a perçu la visite de Mme Pelosi, troisième personnage de l'Etat aux Etats-Unis, comme une provocation majeure. Mme Pelosi s'est "gravement ingérée dans les affaires intérieures de la Chine et a porté atteinte à sa souveraineté et à son intégrité territoriale", a dénoncé le ministère des Affaires étrangères, annonçant "imposer des sanctions" contre elle et sa "famille proche", sans donner de détails. Washington a pour sa part accusé le gouvernement chinois de réagir de manière excessive. Les exercices militaires doivent se poursuivre jusqu'à dimanche midi.

 

La ligne médiane franchie

Selon Taipei, à 17h00 vendredi (09H00 GMT), un total de 68 avions et 13 navires de guerre chinois avaient franchi depuis le début de la journée la "ligne médiane" du détroit de Taïwan, qui separe l'île du continent. La veille, Pékin avait déjà tiré une dizaine de missiles balistiques et déployé son aviation et sa marine dans les six zones maritimes choisies pour les manoeuvres tout autour de Taïwan, s'approchant jusqu'à 20 km des côtes et perturbant des routes commerciales parmi les plus fréquentées du monde.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2204) : SAMEDI 6 AOUT 2022

Samedi 6 Août 2022 –  Taïwan accuse la Chine de simuler une attaque de l'île :

Taïwan a accusé samedi l'armée chinoise de simuler une attaque de l'île et fustigé le "comportement irresponsable d'un régime autocratique", la Chine poursuivant ses représailles après la visite à Taipei de la numéro trois américaine Nancy Pelosi. Les relations entre les Etats-Unis et la Chine se sont détériorées après la visite de Mme Pelosi, présidente de la Chambre des représentants, qui a été considérée comme une "provocation" par Pékin, les Etats-Unis s'étant engagés à ne pas avoir de relations officielles avec le territoire insulaire revendiqué par la Chine.

En réponse, l'armée chinoise mène ses plus importants exercices jamais organisés autour de Taïwan. Ils doivent durer jusqu'à dimanche midi et sont présentés comme un entraînement à un "blocus" de l'île. Les autorités taïwanaises ont recensé, jusqu'à samedi 17H00 (09H00 GMT), "20 avions communistes et 14 bateaux menant des exercices conjoints air-mer autour de Taïwan", selon le ministère de la Défense. Au moins 14 d'entre eux ont franchi la ligne médiane, a-t-il ajouté, forçant Taïpei à faire décoller d'urgence des avions de patrouille pour repousser les chasseurs. Le ministère a estimé que ces exercices étaient "considérés comme une simulation d'attaque contre l'île principale de Taïwan".

Tracée unilatéralement par les Etats-Unis durant la Guerre froide, la ligne médiane, au milieu du détroit de Taïwan qui sépare l'île de la Chine continentale, n'a jamais été reconnue par Pékin.

 

"Disproportion totale"

Le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, a déclaré samedi à Manille que les Etats-Unis étaient "déterminés à agir de manière responsable" pour éviter une crise après la "disproportion totale" selon lui de la réaction chinoise. La Chine a annoncé vendredi la "suspension" de la coopération judiciaire et anti-drogue avec les Etats-Unis, mais aussi du dialogue bilatéral sur le changement climatique - entre autres domaines. Les deux pays sont les plus importants émetteurs de gaz à effet de serre au monde en valeur absolue. La Chine ne devrait pas prendre en "otage" les discussions sur des questions telles que le changement climatique car cela "ne punit pas les États-Unis, mais le monde entier", a déclaré M. Blinken.

L'armée chinoise a publié samedi une photo prise selon elle depuis un de ses navires militaires à proximité immédiate des côtes de Taïwan, et où on voit un bâtiment de la marine taïwanaise à quelques centaines de mètres seulement. Ce cliché pourrait être le plus proche du littoral taïwanais jamais pris par les forces de Chine continentale. L'armée chinoise a également publié la vidéo d'un de ses pilotes d'avion de chasse montrant, depuis son cockpit en plein vol, le littoral et les montagnes de Taïwan.

 

Appel aux démocraties

Ces exercices sont un avertissement envoyé à la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen, issue d'un parti indépendantiste, et aux Etats-Unis, accusés par Pékin d'avoir "trahi" leur parole en renforçant ces dernières années leurs relations avec les autorités taïwanaises. La Chine a par ailleurs annoncé de nouvelles manoeuvres "à tir réel" à partir de samedi et jusqu'au 15 août dans une petite zone maritime très proche du port chinois de Lianyungang (est), au bord de la mer Jaune qui sépare la Chine de la péninsule coréenne. Selon la télévision publique chinoise CCTV, des missiles ont survolé Taïwan cette semaine durant les exercices autour de l'île - ce qui constituerait une première.

Le Conseil des affaires continentales, l'organisme qui à Taipei gère les relations avec la Chine continentale, a dénoncé samedi "les actions brutales et déplorables" de Pékin. "Nous appelons l'ensemble de nos partenaires démocratiques dans le monde à continuer de soutenir Taïwan et à contrer le comportement irresponsable d'un régime autocratique qui sape la paix avec son aventurisme militaire", a-t-il dit. Le ministère taïwanais des Affaires étrangères a appelé samedi Pékin à "arrêter immédiatement de faire monter la tension et de mener des actions provocatrices visant à intimider le peuple taïwanais".

Après des critiques du G7 et des Etats-Unis, Antony Blinken et ses homologues japonais et australien ont publié un communiqué conjoint appelant la Chine à stopper ses exercices militaires.

 

Mauvaise passe

La décision de Pékin de suspendre le dialogue avec Washington sur le climat suscite également l'inquiétude. "Il est impossible de s'attaquer à l'urgence climatique si les deux principales économies et les deux plus grands émetteurs n'agissent pas", a déploré Alden Meyer, analyste au centre de réflexion E3G, spécialisé sur le changement climatique. Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a jugé qu'il "est impossible de résoudre les problèmes les plus pressants dans le monde sans un dialogue et une coopération efficace entre les deux pays", selon son porte-parole.

La dégradation des relations Pékin-Washington pourrait être durable, notent par ailleurs des experts. Elles sont "actuellement dans une très mauvaise passe", affirme à l'AFP Bonnie Glaser, spécialiste de la Chine au centre de recherche German Marshall Fund of the United States à Washington. Elle cite comme "particulièrement inquiétante" la suspension d'accords de coopération, comme celui sur la coopération militaire maritime visant justement à préserver l'escalade.

La plupart des analystes s'accordent toutefois à dire que Pékin ne souhaite pas pour l'instant une confrontation armée.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2204) : SAMEDI 6 AOUT 2022

Samedi 6 Août 2022 –  Trois personnes mortes foudroyées devant la Maison Blanche :

 "Deux personnes ont été déclarées mortes après avoir été foudroyées au square Lafayette", à quelques mètres des grilles de la Maison Blanche, a indiqué la police vendredi matin. Il s'agit d'un couple originaire de l'Etat rural du Wisconsin, James Mueller, 76 ans, et Donna Mueller, 75 ans, ont précisé les autorités. Ils étaient en voyage dans la capitale américaine pour fêter leur 56e anniversaire de mariage, a déclaré leur nièce au quotidien local Milwaukee Journal Sentinel. Le décès d'une troisième victime, un homme de 29 ans, a été confirmé vendredi après-midi par la police. La quatrième personne demeurait vendredi matin "dans un état critique", selon la police.

La porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, a exprimé ses condoléances aux familles des personnes décédées dans un communiqué vendredi et fait part de "ses prières pour celles qui lutt(aient) encore pour leur vie". La foudre s'est abattue jeudi 4 août dans le parc public qui borde la résidence du président américain quelques minutes avant 19H00 (23H00 GMT). Des photos publiées par les pompiers montraient de très nombreux véhicules de secours dans le square parsemé d'arbres, tandis qu'un orage continuait de s'abattre sur Washington.

La probabilité d'être frappé par la foudre est de 1 contre 1 million, selon des données des autorités sanitaires américaines. "Dès qu'il y a de la foudre, vous devez vous réfugier dans un endroit sûr. Les arbres, bien entendu, ne sont pas des endroits sûrs", a rappelé le porte-parole des pompiers de Washington, Vito Maggiolo, interrogé par un média local.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2204) : SAMEDI 6 AOUT 2022

Samedi 6 Août 2022 –  Attaques à la piqûre, la psychose de l'été :

En boîte et dans les festivals, l’heure est à l’angoisse: de mystérieux agresseurs séviraient avec des seringues… jamais retrouvées

Après avoir fouillé dans son sac à dos, Louanne, 21 ans, infirmière, étale des documents sur la table: une copie de la plainte effectuée auprès de la gendarmerie de Sarrebourg, des analyses toxicologiques, une note de rendez-vous pris pour un prélèvement de cheveux à l’institut médico-légal de Metz, ainsi qu’une photo imprimée de son avant-bras. Une piqûre nette y apparaît. Le cliché a été pris le 11 juin, au lendemain d’une soirée en discothèque. La jeune fille reprend son souffle, cherche ses mots, évoque un véritable cauchemar. Elle s’excuse, parle d’un état vaseux qui s’est prolongé soixante-douze heures. Un mois après les faits, elle explique avoir gardé des séquelles: sa mémoire lui joue toujours des tours.

«On ne voit évidemment plus rien de cette trace de piqûre, nous dit-elle en nous montrant son bras. Pourtant, ce que j’ai vécu, je ne le souhaiterais pas à mon pire ennemi.» Désinhibition, nausées, tête qui tourne, vomissements, jambes flageolantes, vertiges… Elle se souvient d’avoir atteint à grand-peine sa chambre d’hôtel, soutenue par un ami, puis c’est le black-out. Le lendemain, Louanne se fait prescrire un bilan toxicologique avant d’aller au commissariat.

Comme elle, ils sont plus de 1700 Français, depuis janvier, à avoir porté plainte contre X pour piqûre sauvage en milieu festif . Des enquêtes difficiles à mener et des auteurs rarement appréhendés. Les preuves manquent, les infractions connexes sont quasi inexistantes et, souvent, les analyses toxicologiques reviennent négatives. Pourtant, les témoignages existent avec photos de piqûres, d’hématomes, et descriptions du mode opératoire.

Le ministère de l’Intérieur assure être en alerte et lancer rapidement les enquêtes. «Plaintes, photographies des piqûres, témoignages, vidéosurveillance… tout est documenté et versé au dossier, explique Camille Chaize, porte-parole du ministère. Ce phénomène existait déjà au Royaume-Uni. Aujourd’hui, on en ignore l’origine et il n’y a toujours pas de relevé de substances toxiques. C’est compliqué, c’est du cas par cas. » Une vingtaine d’interpellations effectuées depuis février dernier, mais aucune seringue retrouvée durant les agressions… Début mai, la Direction générale de la santé a demandé à tous les professionnels de santé de déclarer chaque cas au centre antipoison. Le Dr Bonnet, médecin généraliste et référente au centre antipoison de Toulouse: «Dans le cas de soumission chimique, la famille des benzodiazépines, de puissants tranquillisants, peut être utilisée. Le GHB reste ce qu’on suspecte en premier. Mais à ma connaissance, aucune substance n’a été jusqu’ici retrouvée. Après une heure, la moitié du produit a déjà disparu. Ensuite, il ne reste plus que des traces au niveau des urines. Et après dix ou douze heures, plus rien. Le temps de se déplacer aux urgences et d’être pris en charge, puisqu’on ne passe pas devant les AVC quand on arrive avec une marque de piqûre, les traces ont disparu.»

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2204) : SAMEDI 6 AOUT 2022

Samedi 6 Août 2022 –  Expulsion de l’imam Hassan Iquioussen : L’affaire qui fait polémique :

Prêcheur islamique, très actif sur les réseaux sociaux, notamment avec une chaîne YouTube suivie par 169 000 personnes et une page Facebook comptant 42 000 abonnés, Hassan Iquioussen est accusé par les autorités françaises d’avoir lancé des appels à la haine et à la violence visant notamment la communauté juive. Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin , a de nouveau justifié jeudi sur Cnews son expulsion, jugeant qu’il avait tenu « des propos ouvertement antisémites, ouvertement xénophobes, ouvertement homophobes, ouvertement anti-femmes » lors de prêches ou de conférences, tenus pour certains il y a près de vingt ans.

L’homme de 57 ans, qui est né en France et vit près de Valenciennes, avait été accusé en 2004 de propos antisémites par le Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) qui s’en était ému auprès de l’ex-UOIF (Union des organisations islamiques de France) devenue depuis « Musulmans de France ». Depuis l’annonce, fin juillet, de sa prochaine expulsion, l’affaire fait grand bruit.

 

1. Vendredi 29 juillet : Gérald Darmanin signe l’arrêté d’expulsion

Après avoir annoncé la veille sur Twitter l’expulsion à venir de Hassan Iquioussen, le ministre de l’Intérieur prend un arrêté, lui retirant son titre de séjour ainsi qu'un second arrêté fixant le Maroc comme pays de destination. « Ce prédicateur tient depuis des années un discours haineux à l’encontre des valeurs de la France, contraire à nos principes de laïcité et d’égalité entre les femmes et les hommes. Il sera expulsé du territoire français », justifie Gérald Darmanin, confirmant une information du Point.

Sur Facebook, Hassan Iquioussen conteste alors « avec force » ce qui lui est reproché, à savoir « tenir des propos discriminatoires voire violents ».

Avant cela, le 22 juin, la commission départementale d’expulsion des étrangers avait donné un avis favorable à son expulsion. C’est à la faveur d’une demande de renouvellement cet hiver de son titre de séjour de dix ans – il n’a pas la nationalité française, mais marocaine – que les autorités françaises ont décidé d’utiliser la loi d’août 2021 contre le séparatisme. Selon son avocate, Hassan Iquioussen avait reçu le 3 mai notification d’un bulletin d’engagement d’une procédure d’expulsion.

 

2. Lundi 1er août : le Maroc délivre un « laisser-passer consulaire »

L’annonce a été faite par Gérald Darmanin lors des questions au gouvernement en réponse au député Sébastien Chenu (Rassemblement national) : le Maroc a délivré un « laissez-passer consulaire, il y a 24 heures », pour « expulser manu militari » de France Hassan Iquioussen. « Nous l’avons convoqué au commissariat de police et dès que les policiers ou les gendarmes auront interpellé M. Iquioussen, il sera expulsé du territoire national sans possibilité de retour », ajoute le ministre, en indiquant que l’imam est inscrit au « FPR », le fichier des personnes recherchées.

Sur la scène politique, plusieurs députés ont dénoncé cet arrêté d’expulsion, à l’image de David Guiraud (La France insoumise). L’élu du Nord estime que cela « résulte du fait du prince ». « Je ne suis pas solidaire de propos homophobes ou antisémites et je ne le serai jamais. Mais je n’accepte pas ce dévoiement de l’État de droit », écrivait-il dans un communiqué. Parallèlement, plus de 30 mosquées des Hauts-de-France ont apporté leur soutien au prédicateur, estimant qu’il était victime d’une « erreur manifeste d'appréciation ».

 

3. Jeudi 4 août : la CEDH refuse de suspendre la mesure d'expulsion

La Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH), qui siège à Strasbourg, a rejeté jeudi la demande de suspension de la mesure d’expulsion vers le Maroc. Si elle n’a pas motivé sa décision, elle a expliqué n'accorder des mesures provisoires de suspension « qu'à titre exceptionnel », lorsque le requérant est exposé « à un risque réel de dommages irréparables ».

La CEDH avait en effet été saisie par l’avocate d’Hassan Iquioussen, Me Lucie Simon, au titre de l’article 39 de son règlement qui lui permet d’ordonner aux Etats des « mesures provisoires » lorsque les requérants sont exposés à « un risque réel de dommages irréparables ». Hassan Iquioussen invoquait les dispositions de la Convention européenne des droits de l’Homme sur l’interdiction de la torture et des traitements inhumains et dégradants, le droit au respect de la vie privée et familiale, à la liberté de pensée, de conscience et de religion ou encore à la liberté d’expression.

 

4. Vendredi 5 août : l’expulsion est suspendue par le tribunal administratif...

Le tribunal administratif de Paris, qui avait également été saisi « en référé » par l’avocate, a suspendu vendredi l’expulsion d’Hassan Iquioussen, estimant qu’elle porterait une « atteinte disproportionnée » à sa « vie privée et familiale ». Lors de l’audience, qui s’est déroulée jeudi, Me Lucie Simon avait demandé au tribunal de se « méfier de phrases coupées et sorties de leur contexte », rejetant « la gravité » comme « l’actualité » des propos reprochés à l’imam.

La Ligue des droits de l’homme (LDH), tout en désapprouvant des propos jugés rétrogrades, était également intervenue en soutien. « Ces propos anciens n’ont jamais donné lieu à un refus de titre de séjour ou à une condamnation pénale », avait alors relevé Me Marion Ogier pour l’association. S’il « représentait une menace d’une telle gravité pour la France, l’on peut croire que des poursuites judiciaires auraient été diligentées à son endroit, ce qui n’est pas le cas », avait aussi renchéri Me Lucie Simon, dénonçant un « opportunisme politique ». De son côté, la représentante du ministère de l’Intérieur a estimé que les propos du prédicateur « constituaient le terreau d’actions terroristes ».

Cela ne (peut) justifier la mesure d’expulsion sans porter une atteinte grave et manifestement disproportionnée à son droit à mener une vie privée et familiale normale

Selon le jugement, dont l’AFP a obtenu une copie, le tribunal administratif de Paris estime que les propos de l’imam lors d’une conférence en 2018 selon lesquels un homme ne devait pas laisser sa femme sortir seule du foyer constituaient bien « des actes de provocation [...] à la discrimination envers les femmes ». Mais ce seul motif « ne (peut) justifier la mesure d’expulsion sans porter une atteinte grave et manifestement disproportionnée à son droit à mener une vie privée et familiale normale », conclut-il. Le tribunal a aussi rappelé que Hassan Iquioussen, âgé de 57 ans, était « né en France où il réside depuis sa naissance avec son épouse, ses cinq enfants français et ses quinze petits-enfants français ».

Le tribunal demande également au ministère de l’Intérieur de délivrer à Hassan Iquioussen « une autorisation provisoire de séjour dans le délai de trois jours » et de procéder « au réexamen » de sa situation d’ici à trois mois.

 

5. ... et Gérald Darmanin annonce faire appel

« Bien décidé à lutter contre ceux qui tiennent et diffusent des propos de nature antisémites et contraires à l’égalité entre les femmes et les hommes, je fais appel devant le Conseil d’Etat de la décision de suspension », a annoncé dans la foulée le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens