Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juin 2022 3 29 /06 /juin /2022 07:00
LA MARCHE DU MONDE (2166) : MARDI 28 JUIN 2022

Mardi 28 Juin 2022 – Ukraine : «La Russie ne peut ni ne doit gagner», insiste Macron :

 Le président français Emmanuel Macron a martelé mardi que la Russie ne "devait pas gagner" la guerre en Ukraine mais refusé de qualifier la Russie d'"Etat parrain du terrorisme" après la frappe russe sur un centre commercial. "La Russie ne peut ni ne doit gagner et donc notre soutien à l'Ukraine et nos sanctions contre la Russie se maintiendront aussi longtemps que nécessaire et avec l'intensité nécessaire durant les prochaines semaines et les prochains mois", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à l'issue du sommet des dirigeants du G7, en Allemagne.

La frappe de missile russe qui a fait plus de 20 morts lundi dans un centre commercial à Krementchouk "est la preuve une nouvelle fois que l'armée russe a décidé d'utiliser la sidération comme un élément du conflit et s'attaque à des civils", a-t-il ajouté. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exigé que la Russie soit reconnue comme "Etat parrain du terrorisme", au lendemain cette frappe.

"Seuls des terroristes complètement fous, qui ne devraient pas avoir de place sur Terre, peuvent envoyer des missiles sur des objectifs civils", a écrit Volodymyr Zelensky sur Telegram. "La Russie doit être reconnue comme Etat parrain du terrorisme. Le monde peut et donc doit arrêter la terreur russe", a conclu le président ukrainien.

Le président français a dit ne pas reprendre cette "qualification" d'Etat finançant le terrorisme, et renvoyé au jugement des crimes de guerre par la justice internationale. "La qualification (des faits) appartient au juge. Nous condamnons ces crimes de guerre (...)", a-t-il dit en rappelant que la France avait envoyé des enquêteurs en Ukraine pour aider à mettre au jour les crimes commis par l'armée russe.

 

 "J'espère avec beaucoup de force que l'issue peut être obtenue en fin d'année"

"Nous n'avons pas besoin de quelque qualification que ce soit", a-t-il dit. "Nous continuerons d'oeuvrer pour que celles et ceux qui doivent être condamnés par la justice internationale et la justice ukrainienne le soient". Emmanuel Macron a par ailleurs souligné que personne n'attendait la fin de la guerre "dans les semaines ou les mois qui viennent" et émis le souhait comme son homologue ukrainien qu'elle s'arrête à la fin de l'année, avant le gros de l'hiver qui risque de geler les positions. "J'espère avec beaucoup de force que l'issue peut être obtenue en fin d'année", a-t-il relevé.

Il a insisté par ailleurs sur l'impact de la guerre sur les économies occidentales et la nécessité d'amortir le choc. Il faut "éviter une surcrise mondiale liée à la guerre", a-t-il dit, en relevant "l'inflation et le ralentissement de nombre de nos économies". "Cette nécessité de prendre en compte et de répondre aux conséquences directes et indirectes de la guerre est indispendable, d'abord pour aider nos populations à vivre durant un temps qui va durer et pour éviter que le monde ne se fracture", a-t-il insisté. "Nous avons tous mesuré combien la Russie dans ses tentatives de déstabilisation de l'ordre mondial utilisait les conséquences du conflit pour faire douter certains Etats", a-t-il souligné.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2166) : MARDI 28 JUIN 2022

Mardi 28 Juin 2022 – Un centre commercial frappé par un missile russe, le G7 prend des sanctions.... le point sur la guerre en Ukraine

Un bombardement russe a fait au moins dix-huit morts dans un centre commercial en Ukraine , selon les autorités locales mardi, provoquant une vive condamnation des pays du G7 réunis en Allemagne, qui ont dénoncé un "crime de guerre". "18 morts... Mes sincères condoléances aux familles et aux proches. Les sauveteurs continuent à travailler", a indiqué mardi matin le chef par intérim de l'administration régionale de Poltava Dmitry Lunin, à propos de ce bombardement à Krementchouk, une cité à 330 km au sud-est de Kiev, et à plus de 200 km du front.

Dans la nuit, un précédent bilan des services de secours faisait état de 16 morts et de 59 blessés, dont 25 sont hospitalisés. C'est "l'un des actes terroristes les plus éhontés de l'histoire européenne", a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Il a frappé "une ville paisible, un centre commercial ordinaire, avec à l'intérieur des femmes, des enfants, des civils ordinaires", a-t-il souligné.

Une frappe russe a également tué dans la journée huit civils à un point de distribution d'eau dans l'est, selon Kiev, qui en a appelé au G7 pour mettre fin à la guerre. "Les attaques indiscriminées contre des civils innocents constituent un crime de guerre", ont déclaré dans la soirée les dirigeants du G7 depuis leur sommet dans le sud de l'Allemagne, dans une déclaration qui "condamne solennellement l'attaque abominable" de Krementchouk et assure que Vladimir Poutine devra "rendre des comptes".

Le président français Emmanuel Macron a dénoncé une "horreur absolue" et a appelé le peuple russe à "voir la vérité" en face. Cela "ne fera que renforcer la détermination" des Occidentaux à soutenir l'Ukraine, a lâché le Premier ministre britannique Boris Johnson.

Selon l'armée de l'air ukrainienne, le centre commercial a été atteint par des missiles antinavires Kh-22 tirés par des bombardiers à long rayon d'action Tu-22, de la région russe de Koursk. A New York, le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric a rappelé que les belligérants étaient tenus par le droit international de "protéger les civils et les infrastructures civiles", jugeant la nouvelle frappe "totalement déplorable".

Une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU sur les derniers bombardements russes contre des cibles civiles en Ukraine est prévue mardi à 19H00 GMT, a-t-on appris auprès de la présidence albanaise de l'instance onusienne.

 

Une autre frappe à Lyssytchansk

Quelques heures après l'annonce du bombardement de Krementchouk, les autorités ukrainiennes ont annoncé une autre frappe russe meurtrière contre des civils, à Lyssytchansk, une poche de résistance ukrainienne stratégique dans le bassin du Donbass (est).

Dans cette ville jumelle de celle de Severodonetsk, récemment prise par les Russes, au moins huit civils ukrainiens ont été tués et plus de vingt autres, dont deux enfants, ont été blessés pendant qu'"ils collectaient de l'eau à partir d'une citerne", a annoncé le gouverneur régional de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï.

"Les Russes ont tiré sur une foule de gens avec des lance-roquettes multiples Ouragan", a-t-il dénoncé. Lyssytchansk est la dernière grande ville restant à conquérir pour les Russes dans cette province. "Nos défenseurs tiennent la ligne, mais les Russes réduisent la ville en ruines par l'artillerie, l'aviation... L'infrastructure est complètement détruite", a détaillé M. Gaïdaï.

La conquête du Donbass, déjà en partie tenu par des séparatistes prorusses depuis 2014, est l'objectif prioritaire des Russes depuis qu'ils ont évacué les environs de Kiev fin mars.

De nouvelles frappes russes sur la grande ville de Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine, ont par ailleurs fait lundi soir cinq morts et 22 blessés dont cinq enfants, ont affirmé les autorités locales.

 

«Pas le moment de la négociation»

Dans une allocution par visioconférence, avant l'annonce des attaques de Krementchouk et de Lyssytchansk, Volodymyr Zelensky a signifié aux dirigeants du G7 rassemblés au château d'Elmau, dans les Alpes bavaroises, que ce n'était "pas le moment de la négociation" avec Moscou et a insisté sur la "nécessité d'un soutien plein, entier, très opérationnel à l'Ukraine", selon des propos rapportés par la présidence française.

Les sept puissances industrielles (Allemagne, Etats-Unis, France, Canada, Italie, Japon, Royaume-Uni) lui ont promis leur soutien "aussi longtemps qu'il le faudra".

Parallèlement, le G7 va continuer d'"accroître la pression sur (Vladimir) Poutine", a assuré le chancelier allemand Olaf Scholz, hôte de ce sommet, à travers notamment une nouvelle salve de sanctions ciblant l'économie russe.

Les Occidentaux, Etats-Unis en tête, veulent resserrer l'étau sur Moscou en visant tout particulièrement l'industrie de défense russe, a dit un haut responsable de la Maison Blanche, et entendent développer un "mécanisme pour plafonner au niveau mondial le prix du pétrole russe".

Le G7 va également "se coordonner pour utiliser les droits de douane sur les produits russes afin d'aider l'Ukraine", selon la même source.

 

- Marathon diplomatique –

Malgré la lourdeur des sanctions frappant l'économie russe, le Kremlin a assuré lundi qu'il n'y avait "aucune raison" d'évoquer un défaut de paiement de la Russie.

Les autorités russes ont toutefois reconnu qu'à cause des sanctions, deux versements n'étaient pas parvenus aux créanciers avant la date limite de dimanche.

Tandis que Kiev ne cesse de réclamer davantage de livraisons d'armes, les Etats-Unis envisagent désormais de lui fournir un système sophistiqué de missiles sol-air de "moyenne et longue portées".

La France va envoyer "dans des quantités significatives" des véhicules blindés de transport de troupes en Ukraine, a annoncé lundi soir le ministre français des Armées Sébastien Lecornu.

Les dirigeants du G7 boucleront leur sommet mardi, jour où Vladimir Poutine doit effectuer son premier déplacement à l'étranger depuis le déclenchement de l'offensive en Ukraine, au Tadjikistan, une ex-république soviétique d'Asie centrale.

Le marathon diplomatique des alliés se poursuit mardi avec le sommet de l'Otan à Madrid, un rendez-vous auquel M. Zelensky doit également participer à distance.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2166) : MARDI 28 JUIN 2022
LA MARCHE DU MONDE (2166) : MARDI 28 JUIN 2022
LA MARCHE DU MONDE (2166) : MARDI 28 JUIN 2022
LA MARCHE DU MONDE (2166) : MARDI 28 JUIN 2022
LA MARCHE DU MONDE (2166) : MARDI 28 JUIN 2022
LA MARCHE DU MONDE (2166) : MARDI 28 JUIN 2022

Mardi 28 Juin 2022 – «Horreur absolue», «abomination» : la frappe russe sur un centre commercial a fait 18 morts

Un bombardement russe a fait au moins dix-huit morts dans un centre commercial en Ukraine , selon les autorités locales mardi, provoquant une vive condamnation des pays du G7 réunis en Allemagne, qui ont dénoncé un "crime de guerre". "18 morts... Mes sincères condoléances aux familles et aux proches. Les sauveteurs continuent à travailler", a indiqué mardi matin le chef par intérim de l'administration régionale de Poltava Dmitry Lunin, à propos de ce bombardement à Krementchouk, une cité à 330 km au sud-est de Kiev, et à plus de 200 km du front.

Dans la nuit, un précédent bilan des services de secours faisait état de 16 morts et de 59 blessés, dont 25 sont hospitalisés. C'est "l'un des actes terroristes les plus éhontés de l'histoire européenne", a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Il a frappé "une ville paisible, un centre commercial ordinaire, avec à l'intérieur des femmes, des enfants, des civils ordinaires", a-t-il souligné.

Une frappe russe a également tué dans la journée huit civils à un point de distribution d'eau dans l'est, selon Kiev, qui en a appelé au G7 pour mettre fin à la guerre. "Les attaques indiscriminées contre des civils innocents constituent un crime de guerre", ont déclaré dans la soirée les dirigeants du G7 depuis leur sommet dans le sud de l'Allemagne, dans une déclaration qui "condamne solennellement l'attaque abominable" de Krementchouk et assure que Vladimir Poutine devra "rendre des comptes".

Selon le président ukrainien, un millier de personnes se trouvaient à l'intérieur du bâtiment mais "de nombreuses personnes ont réussi à s'en sortir". "Seuls des terroristes absolument fous pourraient frapper une telle installation avec des missiles, et ils ne devraient pas avoir leur place sur Terre", a poursuivi M. Zelensky, évoquant une "frappe calculée".

Selon lui, les opérations de sauvetage sont toujours en cours et "les pertes humaines pourraient être importantes", un incendie s'étant déclaré sur une surface de 10.000 mètres carrés après l'explosion.

Cette ville du centre de l'Ukraine comptait quelque 220.000 habitants avant la guerre et avait jusqu'à présent été épargnée par les bombardements. M. Zelensky avait précédemment publié une vidéo montrant le centre commercial en feu, émettant de gros nuages de fumée, avec des pompiers et secouristes affairés sur place.

Selon l'armée de l'air ukrainienne, le centre commercial a été atteint par des missiles antinavires Kh-22 tirés de bombardiers à long rayon d'action Tu-22, de la région russe de Koursk. "Le tir de missiles sur Krementchouk a touché un endroit très fréquenté qui n'a aucun rapport avec les hostilités", a réagi sur Facebook Vitali Maletsky, le maire de Krementchouk.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba, a appelé sur Twitter les soutiens de Kiev à lui fournir davantage d'armes lourdes et à imposer des sanctions supplémentaires à la Russie.  Mykhaïlo Podoliak, un conseiller du président ukrainien, a accusé sur Twitter ce pays d'être un "Etat terroriste" et le ministère de la Défense a évoqué une frappe effectuée à dessein à un moment où le centre commercial était "particulièrement bondé", afin de "faire le maximum de victimes".

Le président français Emmanuel Macron a dénoncé une "horreur absolue" et a appelé le peuple russe à "voir la vérité" en face. Cela "ne fera que renforcer la détermination" des Occidentaux à soutenir l'Ukraine, a lâché le Premier ministre britannique Boris Johnson.

Une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU sur les derniers bombardements russes contre des cibles civiles en Ukraine est prévue mardi à 19H00 GMT, a-t-on appris auprès de la présidence albanaise de l'instance onusienne.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2166) : MARDI 28 JUIN 2022

Mardi 28 Juin 2022 – Texas : 46 migrants retrouvés morts dans un camion :

Les Etats-Unis sous le choc. Quarante-six migrants ont été retrouvés morts dans la remorque d'un camion à San Antonio, au Texas.

Un camion transportant des migrants a été découvert lundi avec 46 cadavres dans sa remorque à San Antonio, au Texas (sud des Etats-Unis), après une journée de forte chaleur, et trois personnes ont été interpellées, ont indiqué les autorités.

La tragédie, l'une des pires en matière migratoire ces dernières années, intervient cinq ans après un drame similaire dans la même ville, où dix clandestins avaient perdu la vie dans une remorque surchauffée. "Nous avons jusqu'ici pris en charge environ 46 corps", a indiqué Charles Hood, chef des pompiers de la ville, lors d'une conférence de presse tenue à la fin d'une journée où la température a frôlé les 40°C.

Seize personnes --douze adultes et quatre enfants-- ont été prises en charge et étaient "conscientes" lors de leur transport vers des hôpitaux des environs, a-t-il précisé. "Nous sommes confrontés ce soir à une horrible tragédie humaine", a commenté Ron Nirenberg, maire de San Antonio. "Nous espérons que les personnes responsables d'avoir placé ces gens dans de telles conditions inhumaines seront poursuivies dans toutes les limites de la loi".

Les camions tels que celui retrouvé à San Antonio, grande ville du Texas à environ 240 km de la frontière avec le Mexique, sont un moyen de transport fréquemment utilisé par des migrants souhaitant entrer aux Etats-Unis.

Un tel voyage est extrêmement dangereux, d'autant que ces véhicules sont rarement climatisés et que leurs occupants en viennent rapidement à manquer d'eau.

"Les patients que nous avons vus étaient brûlants au toucher, ils souffraient de coups de chaleur, d'épuisement dû à la chaleur, on n'a pas trouvé trace d'eau dans le véhicule", a énuméré le chef des pompiers.

 

Des appels au secours

Le charnier a été découvert par un individu travaillant non loin, qui a "entendu un appel au secours" et s'est approché pour voir de quoi il retournait, a raconté le chef de la police de San Antonio, William McManus, lors de la conférence de presse.

Trois personnes ont été interpellées, a-t-il précisé, mais "nous ne savons pas si elles sont absolument liées à ceci ou non". L'enquête, désormais fédérale, a été confiée aux enquêteurs du ministère de la Sécurité intérieure, a précisé M. McManus.

Quelque 60 pompiers ont été mobilisés pour prendre en charge les dépouilles et vont recevoir un accompagnement psychologique, a précisé leur chef Charles Hood. "On n'est pas censés ouvrir un camion et y trouver des piles de corps", a-t-il dit pour expliquer le traumatisme auquel ses hommes ont été confrontés.

 

Les arrivées de migrants clandestins ont fortement augmenté

Le ministre mexicain des Affaires étrangères Marcelo Ebrard a regretté sur Twitter une "tragédie". Il a indiqué que le consul mexicain à San Antonio s'était rendu sur place et avait appris que deux des quatre enfants hospitalisés étaient de nationalité guatémaltèque. Le drame "a très probablement été perpétré par des trafiquants", a-t-il jugé.

Le gouverneur républicain du Texas Greg Abbott s'est immédiatement saisi du drame pour en rejeter la faute sur le président démocrate Joe Biden. "Ces morts sont (de la responsabilité de) Biden. Elles sont le résultat de sa politique mortelle d'ouverture des frontières", a-t-il attaqué.

Les arrivées de migrants clandestins ont fortement augmenté après l'élection de Joe Biden, bien que ce dernier tente depuis son arrivée à la Maison Blanche d'endiguer l'afflux migratoire en confiant notamment cet épineux dossier à sa vice-présidente Kamala Harris.

En juillet 2017, une tragédie similaire avait marqué les esprits: dix migrants avaient trouvé la mort dans une remorque surchauffée garée sur un parking de supermarché près de San Antonio.

A l'époque, les services de l'immigration avaient indiqué que la température dans la remorque, où des dizaines de migrants avaient pris place, avait pu grimper jusqu'à 65°C.

Le conducteur du camion, qui avait affirmé ne pas avoir remarqué qu'il transportait une centaine de personnes dans sa remorque, a été condamné en avril 2018 à la perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2166) : MARDI 28 JUIN 2022

Mardi 28 Juin 2022 – Le plus vieil accusé de crimes nazis condamné à cinq ans de prison :

Le plus vieil accusé de crimes nazis, Josef Schütz , 101 ans, a été condamné mardi à une lourde peine de cinq ans de prison pour des exactions commises pendant l'holocauste lorsqu'il était gardien dans un camp allemand. Cet ancien sous-officier des Waffen SS a été jugé coupable de "complicité" dans le meurtre de 3.518 prisonniers lorsqu'il opérait entre 1942 et 1945 dans le camp de Sachsenhausen, au nord de Berlin.

"Monsieur Schütz, vous avez été actif pendant environ trois ans au sein du camp de concentration de Sachsenhausen où vous avez été complice des meurtres de masse", a déclaré le président du tribunal de Brandebourg-sur-la-Havel (Est) Udo Lechtermann. "Vous y étiez conscient que des prisonniers y avaient été tués. Par votre présence, vous avez soutenu" ces actes, a-t-il ajouté.

"Toute personne voulant fuir le camp était fusillée. Ainsi, tout gardien de camp a participé activement à ces meurtres", a-t-il dit.

A l'annonce de la lourde sentence, plus importante que le minimum de trois ans de prison pour complicité de meurtres inscrit dans le droit allemand, l'accusé est resté stoïque. "Je suis prêt", avait indiqué M. Schütz en entrant plus tôt dans la salle du tribunal, habillé d'une chemisette grise et d'un pantalon de pyjama dans une chaise roulante.

 

Il a à nouveau nié son implication

Son avocat avait déjà annoncé qu'il irait en cassation en cas de lourde peine, repoussant au mieux à début 2023 toute application de celle-ci. Mais étant donné l'état de santé fragile de M. Schütz, qui comparaissait libre depuis octobre, son incarcération semble peu probable. Jamais au cours de la trentaine d'audiences il n'aura exprimé le moindre regret. Au contraire, lundi il a encore nié toute implication , se demandant "pourquoi il était là", et affirmé que "tout est faux" à son sujet.

Josef Schütz a avancé plusieurs récits sur son passé, parfois contradictoires. "Tout est déchiré" dans ma tête, avait-il même glissé lors de l'ouverture de l'audience avant d'être interrompu par son avocat. Dernièrement, il a prétendu avoir quitté la Lituanie au début de la Seconde Guerre mondiale pour rejoindre l'Allemagne où il aurait travaillé comme ouvrier agricole durant tout le conflit. "J'ai arraché des arbres, planté des arbres", a-t-il expliqué à la barre, jurant n'avoir jamais porté d'uniforme allemand mais un "bleu de travail".

Une version contestée par plusieurs documents historiques mentionnant notamment son nom, sa date et son lieu de naissance prouvant qu'il avait bien été affecté de fin 1942 à début 1945 à la division "Totenkopf" (Tête de mort) des Waffen-SS.

Après la guerre, il a été transféré dans un camp de prisonniers en Russie et s'est ensuite installé dans le Brandebourg, région voisine de Berlin. Il a successivement été paysan, puis serrurier et n'a jamais été inquiété. Agé de 21 ans au début des faits reprochés, il est notamment soupçonné d'avoir fusillé des prisonniers soviétiques, d'"aide et de complicité de meurtres systématiques" par gaz de type Zyklon B et "par détention de prisonniers dans des conditions hostiles".

Entre son ouverture en 1936 et sa libération par les Soviétiques le 22 avril 1945, le camp de Sachsenhausen a vu passer quelque 200.000 prisonniers, principalement des opposants politiques, des juifs et des homosexuels. Des dizaines de milliers d'entre eux ont péri, victimes principalement d'épuisement dû au travail forcé et aux cruelles conditions de détention. Après avoir longtemps montré peu d'empressement à juger tous les auteurs de crimes nazis, l'Allemagne élargit depuis dix ans ses investigations. Gardiens de camps et autres exécutants de la machinerie nazie peuvent être poursuivis du chef d'accusation de complicité de meurtre. Ces dernières années, quatre anciens SS ont été condamnés à ce titre.

Ce procès tardif permet de "réaffirmer la responsabilité politique et morale des individus dans un contexte autoritaire, et dans un régime criminel, à l'heure où l'extrême droite néo-fasciste se renforce partout en Europe", dit à l'AFP Guillaume Mouralis, directeur de recherche au CNRS et membre du Centre Marc Bloch à Berlin.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2166) : MARDI 28 JUIN 2022

Mardi 28 Juin 2022 – Le salaire des fonctionnaires va être revalorisé dès le 1er juillet :

Le salaire des 5,7 millions d'agents publics va être revalorisé de 3,5% dès le 1er juillet, a annoncé mardi le ministère de la Fonction publique à l'AFP. Ces 3,5%, qui constituent selon le ministère la plus forte hausse en pourcentage depuis 37 ans, "s'additionnent" à l'augmentation moyenne de 1,5% constatée chaque année sur les traitements des fonctionnaires et contractuels.

Grâce à la mesure, "plus aucun agent" ne sera rémunéré au niveau du Smic dès le 1er juillet, a assuré le ministère, alors que la reprise de l'inflation avait précipité près de 700.000 agents dans cette situation.

Alors que l'inflation a atteint 5,2% sur un an en mai selon l'Insee, les services du ministre Stanislas Guerini insistent sur la complémentarité de ces augmentations "naturelles" et du dégel de 3,5% du point d'indice, le mécanisme qui sert de base au calcul de la rémunération des agents publics. Concrètement, cette revalorisation se verra sur la fiche de paie des agents publics au mois de juillet ou au mois d'août avec effet rétroactif pour le mois de juillet, a indiqué l'entourage de Stanislas Guerini.

 

Quatre mesures additionnelles pour soutenir le pouvoir d'achat des agents

Le premier dégel du point d'indice depuis février 2017 représentera un coût total de 7,5 milliards d'euros, réparti entre l'Etat et les collectivités, selon le ministère. Stanislas Guerini a également annoncé quatre mesures additionnelles pour soutenir le pouvoir d'achat des agents, via des primes, des aides au transport et à la restauration et des mesures visant les agents de catégorie B.

Si l'augmentation de 3,5% consentie mardi rompt avec une décennie pauvre en mesures salariales générales, le syndicat CGT des agents de l'Etat a immédiatement jugé qu'elle "ne permet pas de stabiliser le pouvoir d'achat de millions d'agents" publics. "Pour nous, le minimum est (une augmentation) de 10% avec rétroactivité au 1er janvier 2022 et indexation à l'inflation", a fait valoir Céline Verzeletti, co-secrétaire générale de l'UFSE-CGT.

"Les mesures annoncées aujourd'hui sont un premier pas, non négligeable. Une hausse de la valeur du point d'indice de 3,5% est inédite", a salué pour sa part la CFDT Fonctions publiques. "Mais le contexte d'inflation est tout aussi inédit", a d'emblée tempéré Mylène Jacquot, secrétaire générale du deuxième syndicat de la fonction publique.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2166) : MARDI 28 JUIN 2022

Mardi 28 Juin 2022 – Présidence Assemblée nationale : Yaël Braun-Pivet favorite :

La Première ministre Elisabeth Borne poursuit mardi ses tractations pour éviter les blocages en l'absence de majorité absolue à l'Assemblée nationale, mais le camp Macron devrait toutefois parvenir à faire élire au perchoir Yaël Braun-Pivet, première femme à ce poste.

Après ses premières consultations avec les présidents de groupes de la majorité, Aurore Bergé (Renaissance), Jean-Paul Mattéi (Modem) et Laurent Marcangeli (Horizons),la Première ministre Elisabeth Borne entre dans le dur mardi en rencontrant à tour de rôle les chefs des groupes LR, socialiste, communiste et écologiste de l'Assemblée.

Dans une lettre qu'elle leur a adressée lundi, la Première ministre prend acte de leur refus "d'entrer dans une dynamique de construction de coalition ou d'accord global avec le groupe majoritaire" mais ajoute qu'elle souhaiterait cependant "approfondir notre discussion pour mieux identifier les points essentiels de convergences et de désaccords". Elle ne renonce pas à un accord de gouvernement, précise son entourage à l'AFP.

Dès 9H00, elle recevra Olivier Marleix (LR), puis Boris Vallaud à 19H00 et Julien Bayou et Cyrielle Chatelain (EELV) à 20H00. Elisabeth Borne a été chargée par le chef de l'Etat, qui lui a renouvelé sa confiance samedi, de trouver un "accord de gouvernement" ou des "majorités de projet", pour tenter de débloquer la situation et réussir à faire adopter des projet de lois, dont le premier, sur le pouvoir d'achat, courant juillet.

Un décret du chef de l'Etat convoquant le parlement en session extraordinaire et fixant les textes qui seront examinés est attendu "dans les prochaines heures", précise la lettre de Mme Borne, évoquant les mesures en faveur du pouvoir d'achat et le projet de loi de finance rectificative.

 

Macron attend une feuille de route

La Première ministre, qui dirige mardi une réunion sur le Covid-19 en visioconférence avec les préfets et les directeurs des ARS, évoque aussi le projet de loi "maintenant provisoirement un dispositif de veille et de sécurité sanitaire" face au rebond des cas de Covid.

Emmanuel Macron , qui se rend à Madrid où les 30 Etats membres de l'Otan doivent notamment discuter de la guerre en Ukraine, a dit à l'AFP attendre à son retour jeudi "des propositions "pour une feuille de route" et la composition d'un nouveau gouvernement prévu pour début juillet.

Pour l'heure, les partis d'oppositions ont d'emblée tous exclu de rentrer dans le gouvernement. Mme Borne dit pouvoir compter sur 252 députés, soit sept de plus que les 245 de la majorité présidentielle, mais loin des 289 nécessaires pour avoir une majorité absolue.

"Les Républicains ne seront ni dans la position de l'obstruction, ni dans celle de la compromission", a réaffirmé le député LR Julien Dives sur France info, précisant que son parti traiterait "cas par cas, texte par texte, projet par projet".

 

16e législature

"Ce que j'attends c'est qu'ils ouvrent enfin les oreilles, et qu'ils n'écoutent pas que de l'oreille droite mais un peu de l'oreille gauche", a déclaré sur BFMTV Ian Brossat, bras droit du chef du PCF Fabien Roussel. Ce dernier qui avait paru favorable à une participation à un gouvernement, a dû assurer lundi que ce n'était "pas du tout à l'ordre du jour".

Mathilde Panot (LFI) devrait être reçue mercredi à 16H00. LFI et le Rassemblement national ont d'ores et déjà été exclus de tout projet de coalition par Emmanuel Macron ne les considère pas comme des "partis de gouvernement".

"Nous sommes satisfaits d'être consultés", a déclaré l'Insoumise Daniele Simmonet sur BFMTV, rappelant que son groupe exige que la Première ministre se soumettre à un vote de confiance, lors de son discours de politique générale, le 5 juillet.

Les députés lancent officiellement mardi la 16è législature mardi, avec l'élection à partir de 15H00 de la présidence de l'Assemblée nationale, avant celles, dans les jours suivants, des principales instances de l'institution, donc la commission clef des Finances, que se disputent la Nupes et le RN.

Les macronistes devraient, sauf surprise, faire élire au perchoir l'une des leurs, Yaël Braun-Pivet, qui serait la première femme à occuper ce poste, seule une majorité relative suffisant en cas de 3e tour. L'éphémère ministre des Outre-Mer (un mois), qui a quitté le gouvernement ce week-end après avoir été investie par son groupe, devrait succéder à Richard Ferrand (LREM), battu au second tour des législatives.

D'autres candidats devraient se présenter, comme Annie Genevard (LR) ou Sébastien Chenu (LR), et certainement un candidat de l'union de la gauche.

Les différents groupes parlementaires, a priori 10 avec le nouveau groupe "Utiles", ont par ailleurs jusqu'à 18H00 pour se déclarer officiellement et remettre à la présidence de l'Assemblée la liste de leurs membres, ce qui permettra enfin à la majorité et à l'opposition de se compter.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2166) : MARDI 28 JUIN 2022

Mardi 28 Juin 2022 – France : le moral des ménages poursuit sa baisse en juin :

Le moral des ménages en France a poursuivi en juin sa baisse pour le sixième mois consécutif, les ménages affichant leur pessimisme sur leur situation financière et l'évolution du niveau de vie, a rapporté mardi l'Insee.

L'indicateur qui synthétise la confiance des ménages perd trois points et tombe à 82, bien en dessous de la moyenne de longue période qui est de 100, et perdant trois points sur un mois, précise l'Institut national de la statistique. Le solde d'opinion des Français sur leur situation financière passée perd deux points par rapport au mois de mai, et les perspectives d'évolution de cette même situation baissent d'un point.

La proportion de ménages qui estiment opportun de faire des achats importants recule elle de cinq points. La part des ménages qui considèrent que le niveau de vie s'est amélioré au cours des douze derniers mois diminue, tout comme la part de ceux qui estiment que ce niveau va s'inscrire en hausse au cours des douze mois qui viennent, détaille encore l'Insee dans son communiqué.

La part des ménages qui considèrent que les prix ont augmenté au cours des douze derniers mois est au plus haut depuis l'été 2008, à la veille de la crise financière. Mais les Français paraissent moins craindre l'inflation à venir, la part de ceux qui estiment que les prix vont accélérer au cours des douze prochains mois continuant de baisser. Enfin, la crainte du chômage rebondit légèrement , mais reste à un niveau très bas.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2166) : MARDI 28 JUIN 2022
LA MARCHE DU MONDE (2166) : MARDI 28 JUIN 2022
LA MARCHE DU MONDE (2166) : MARDI 28 JUIN 2022
LA MARCHE DU MONDE (2166) : MARDI 28 JUIN 2022
LA MARCHE DU MONDE (2166) : MARDI 28 JUIN 2022
LA MARCHE DU MONDE (2166) : MARDI 28 JUIN 2022
LA MARCHE DU MONDE (2166) : MARDI 28 JUIN 2022

Mardi 28 Juin 2022 – En images, la «plus belle mosaïque du monde» exposée à Lod :

 Le musée archéologique de la ville israélienne de Lod, inauguré lundi, va exposer une mosaïque romaine datée du IIIe ou du IVe siècles de notre ère, mise au jour dans cette ville et décrite comme "l'une des plus belles au monde". Ce pavement de mosaïque remarquable, a été découvert en 1996 sous deux mètres de terre lors de fouilles archéologiques de sauvetage. Son état de conservation est excellent.

Décrite par les autorités archéologiques comme "l'une des plus belles" jamais trouvées en Israël et dans le monde, cette mosaïque de près de 17 mètres de long sur 9 mètres de large offre un riche décor d'animaux, dans une trame géométrique. "Elle comprend des surfaces colorées représentant des fruits, des mammifères, des oiseaux, des poissons, de la flore et même des voiliers", indiquel'Autorité israéliennes des antiquités (AIA)

Depuis sa découverte, elle a été présentée au musée du Louvre à Paris, au Metropolitan à New York, ou encore à l'Hermitage à Saint-Pétersbourg. De retour en Israël, elle sera exposée dans le Lod Mosaic Archaeological Center construit spécialement pour l’accueillir. "Nous allons permettre aux gens de tout le pays et du monde de voir cet incroyable trésor ici dans son emplacement d'origine, exactement là où il a été trouvé", a déclaré le maire de Lod Leon Revivo à l'occasion de l'inauguration du centre. Selon les autorités archéologiques, elle pavait le sol de la salle à manger d'une grande villa qui se dressait aux époques romaine et byzantine.

Pour l'archéologue Hagit Torge de l'Autorité des antiquités, la mosaïque est "la plus luxueuse que nous ayons ici en Israël de cette période". "Elle est unique tant dans sa forme que dans son style et montre que les artistes qui réalisaient ce type d'oeuvre à Carthage et en Sicile voyageaient à travers le monde romain", a-t-elle dit à l'AFP.

Lod, appelée Diospolis à l'époque romano-byzantine et aujourd'hui située tout près de l'aéroport international de Tel-Aviv, était une capitale locale dont l'influence a décliné au profit de sa voisine Ramla après la conquête musulmane. La mosaïque sera accessible au public dès cet été dans le nouveau centre qui abrite également une autre mosaïque du même genre découverte en 2014. "Nous espérons qu'il deviendra une grande attraction touristique", a déclaré à l'AFP lors de l'inauguration Shelby White qui a contribué financièrement à la construction du centre.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2166) : MARDI 28 JUIN 2022

Mardi 28 Juin 2022 – Des stations services Total bloqués par des grévistes :

Une douzaine de stations-service du réseau Argedis, filiale de TotalEnergies, étaient bloquées mardi matin, à l'initiative de la CGT, qui réclame des augmentations de salaires tenant compte de l'inflation, a indiqué le syndicat. "Les collègues ont voté la reconduction de la grève", faute de discussions lundi sur les salaires, a indiqué à l'AFP Djamila Mehidi, déléguée syndicale CGT d'Argedis. "On avait lundi une réunion de négociations sur l'intéressement, je pensais qu'on allait parler de la grève" qui a eu lieu vendredi, lors de laquelle quelques stations avaient déjà été bloquées, a indiqué l'élue, déplorant l'absence d'échanges sur ce sujet.

 

185 stations-service sur les grands axes routiers

Argedis, filiale à 100% de TotalEnergies, exploite 185 stations-service sur les grands axes routiers et en zones péri-urbaines. Elle emploie quelque 3.200 salariés, "les plus mal payés de la compagnie TotalEnergies", selon la CGT.

Les stations-service du Mans, Keskastel et Ostwald (Bas-Rhin), Lançon Est et Ouest (Bouches-du-Rhône), Rouillé Pamproux (Vienne/Deux-Sèvres), La Couette (Eure-et-Loir), Le Caylar (Hérault), l'Estalot (Gironde), Ceignes Cerdon (Ain), la Couline (Yonne) et Porte Corrèze étaient bloquées, selon la CGT.

"Aucune distribution de carburant, ni vente en boutique n'aura lieu sur ces relais", affirme Mme Mehidi. Contactée par l'AFP, la direction n'avait pas réagi dans l'immédiat. Concernant le reste du groupe et ses autres filiales en France, qui ont également fait grève vendredi pour les salaires, une réunion de la CGT devait avoir lieu mardi pour décider d'éventuelles nouvelles actions. Compte tenu du contexte inflationniste, le groupe avait indiqué jeudi qu'il envisageait "d'anticiper" au dernier trimestre 2022 la tenue des négociations annuelles obligatoires qui ont lieu habituellement en début d'année.

80% des salariés du collège employés du réseau Argedis perçoivent moins de 1.500 euros et sont éligibles à la prime d'activité, dénonce la CGT.

La grogne est d'autant plus forte dans le groupe que TotalEnergies a profité, comme les autres géants du secteur, de la flambée des cours du pétrole.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens