Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juin 2022 5 10 /06 /juin /2022 07:00
LA MARCHE DU MONDE (2151) : JEUDI 9 JUIN 2022

Jeudi 9 Juin 2022 -  Shanghai va reconfiner 2,7 millions d'habitants pour les dépister :

Shanghai a annoncé jeudi qu'elle allait confiner samedi un district de 2,7 millions d'habitants afin d'y dépister l'ensemble de la population, en dépit du déconfinement de la métropole chinoise amorcé depuis quelques jours.

La ville a levé la semaine dernière une grande partie des restrictions pesant sur ses 25 millions d'habitants, qui étaient confinés depuis au moins début avril afin d'affronter une flambée de Covid-19 - la plus virulente depuis 2020.

Mais le déconfinement n'est pas total: plusieurs centaines de milliers de personnes restent confinées dans leurs complexes résidentiels en raison de la détection de cas positifs.

Le district de Minhang, dans le sud-ouest de Shanghai, sera confiné samedi matin et ses habitants devront passer un test PCR, ont annoncé les autorités locales sur le réseau social WeChat.

"La fermeture sera levée après la collecte des échantillons", ont-elles ajouté, sans préciser de date ou d'heure précise, ni quelles mesures seront prises en cas de découverte de cas positifs.

En vertu de la stratégie sanitaire nationale zéro Covid, toutes les personnes testées positives sont en théorie placées en quarantaine.

 

Neuf contaminations mercredi

L'annonce de jeudi a ainsi suscité l'inquiétude des internautes quant à un potentiel reconfinement général de la ville.

"Est-ce que le verrouillage du district (de Minhang) sera vraiment levé après la collecte des échantillons ?", se demande un utilisateur du réseau social Weibo. "Qu'est-ce qu'il se passera s'il y a des résultats positifs? Le confinement va-t-il continuer?", s'inquiète un autre.

La mairie a démenti jeudi les rumeurs selon lesquelles le reste de Shanghai serait à nouveau confiné.

La confinement a porté un rude coup à l'économie mais la métropole reprend vie depuis quelques jours. Métros et bus circulent de nouveau, tandis que les Shanghaiens profitent des restaurants, bars et parcs de la ville.

Certains habitants sont cependant toujours coincés chez eux, ce qui suscite parfois des tensions avec les autorités.

Le ministère de la Santé a fait état jeudi de neuf nouveaux cas positifs la veille à Shanghai.

La capitale chinoise Pékin se rapproche doucement de la normalité après avoir fermé restaurants, bars, salles de sport et parcs le mois dernier pour éradiquer une flambée épidémique -de bien moindre ampleur toutefois qu'à Shanghai.

Le principal district de la ville, celui de Chaoyang, a cependant ordonné jeudi la fermeture des clubs et des bars après la détection de quelques cas, ont indiqué des médias officiels.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2151) : JEUDI 9 JUIN 2022

Jeudi 9 Juin 2022 -  Les Converse vertes, nouveau symbole de la lutte contre les armes à feu aux Etats-Unis

Mardi, Matthew McConaughey a prononcé un puissant discours à la Maison-Blanche, défendant un meilleur contrôle des armes à feu. Il a évoqué la jeune Maite Rodriguez, tuée dans la fusillade d’Uvalde, et qui portait ce jour-là une paire de Converse vertes.

Le jour où elle a été tuée, la jeune Matie Rodriguez portait à ses pieds ses chaussures préférées : des Converse vertes. Depuis mardi, elles sont devenues le symbole de la lutte pour un meilleur contrôle des armes à feu aux Etats-Unis. La petite fille est l’une des 21 victimes - 19 enfants et deux enseignantes - de la fusillade de l’école primaire d’Uvalde. Une tragédie qui a relancé l'impossible débat sur les armes dans le pays. Mardi, à la Maison-Blanche, Matthew McConaughey  a livré un puissant discours à ce sujet, et a choisi d’illustrer ses propos en évoquant la fameuse paire de chaussures de Maite.

Lui-même originaire d’Uvalde, au Texas, il était accompagné de son épouse Camila Alves, qui tenait dans ses mains des tennis vertes similaires à celles de l’enfant. «Ce sont les mêmes Converse qu’elle avait aux pieds, qui furent le seul moyen de l’identifier après la fusillade», a-t-il lancé devant les journalistes, pointant son doigt en direction de son épouse. «En raison de la largeur exceptionnelle des trous provoqués par un AR-15, la plupart des corps étaient tellement mutilés que seuls des tests ADN ou des Converse vertes ont permis de les identifier», a-t-il continué, le visage grave.

 

La mobilisation en ligne

Après la tuerie, les autorités avaient annoncé que l’identification des victimes serait compliquée, en raison de la gravité des blessures causées par le fusil d’assaut utilisé ce jour-là, un AR-15. Certains parents avaient dû fournir leur ADN, seul moyen pour eux de confirmer la mort de leur enfant. «Deux enfants ont eu le corps pulvérisé par les balles, ils ont été décapités, leur chair a été déchirée, à tel point que le seul moyen de les identifier était de reconnaitre les dessins ensanglantés présents sur le peu de vêtement qu’ils portaient encore», a déclaré un médecin qui a soigné les victimes, qui a témoigné devant le Congrès. Des détails insupportables qui poussent à la mobilisation contre les armes.

Depuis le discours de Matthew McConaughey, de nombreux internautes ont choisi de changer leur photo de profile en affichant des Converse vertes. D’autres ont annoncé avoir commandé une paire, alors que d’autres, encore, réclament à la marque de renommer ces chaussures du nom de la petite fille de 10 ans. Le mouvement March For Our Lives, né après la tragique fusillade du lycée de Parkland, en Floride, en 2018, a lui aussi décidé de faire de ces tennis leur nouveau symbole, l’affichant sur une affiche appelant à une grande manifestation le 11 juin prochain. «Nous marchons pour ceux qui ne le peuvent plus», est-il écrit.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2151) : JEUDI 9 JUIN 2022

Jeudi 9 Juin 2022 -  Bataille de Severodonetsk, «vague de faim»… le point sur la guerre en Ukraine

Les soldats ukrainiens livrent à Severodonetsk l'une des "batailles les plus difficiles" depuis le début de la guerre pour résister aux forces russes qui contrôlent désormais une grande partie de cette ville stratégique de l'Est où, selon le président Volodymyr Zelensky, se joue "le sort" de la région du Donbass. "Nous défendons nos positions, en infligeant des pertes importantes à l'ennemi. C'est une bataille très dure, très difficile, probablement une des plus difficiles de cette guerre", a affirmé le président ukrainien dans une vidéo diffusée mercredi soir.

Pour la Russie, mettre la main sur cette ville serait déterminant en vue d'une conquête de l'intégralité du vaste bassin houiller du Donbass, déjà en partie tenu par des séparatistes prorusses depuis 2014. "A bien des égards, le sort de notre Donbass se décide là", a estimé M. Zelensky?

Quelques heures plus tôt, Serguiï Gaïdaï, gouverneur de la région de Lougansk, avait affirmé que les forces de Moscou "contrôlaient une grande partie de Severodonetsk". "La zone industrielle est encore à nous, il n'y a pas de Russes là-bas. Les combats se déroulent uniquement dans les rues à l'intérieur de la ville", avait-il annoncé. La ville voisine de Lyssytchansk est entièrement contrôlée par l'armée ukrainienne mais subit des bombardements "puissants et chaotiques", a encore indiqué M. Gaïdaï, accusant les forces russes de viser "délibérément" les hôpitaux et les centres de distribution d'aide humanitaire. "Ils tirent avec du gros calibre, les destructions sont énormes", a-t-il ajouté.

 

"Personne pour m'aider"

Plus tôt dans la journée, M. Gaïdaï avait admis que les forces ukrainiennes devraient "peut-être se retirer" de Severodonetsk. Les forces de Moscou n'ont progressé que lentement jusqu'ici, faisant dire aux analystes occidentaux que l'invasion russe lancée le 24 février avait tourné à la guerre d'usure, avec des avancées limitées obtenues au prix de destructions massives et de lourdes pertes. Si beaucoup de civils ont évacué Severodonetsk et Lyssytchansk, plusieurs milliers y sont néanmoins restés --des personnes âgées, les gens s'occupant d'elles ou ceux n'ayant pas les moyens de partir ailleurs.

"Tous les jours, il y a des bombardements, tous les jours quelque chose brûle", témoigne Iouri Krassnikov, assis dans un quartier de Lyssytchansk aux nombreux immeubles endommagés et pavillons calcinés, alors que l'artillerie gronde non loin de là. "Il n'y a personne pour m'aider", se lamente ce retraité qui se sent abandonné. Face à la pression des troupes de Moscou, les Ukrainiens répètent avoir urgemment besoin d'armes plus puissantes.

La livraison de systèmes de lance-roquettes multiples, d'une portée de quelque 80 km, soit légèrement supérieure aux systèmes russes, a été annoncée par Washington et par Londres, mais on ignore quand les Ukrainiens pourront commencer à les utiliser. Ils se sont jusqu'ici contentés d'armes occidentales de moindre portée.

 

"Vague de faim"

Plus de 100 jours après l'offensive russe, les conséquences de la guerre continuent de s'aggraver dans le monde, tant sur le plan financier et alimentaire qu'énergétique, touchant 1,6 milliard de personnes, a alerté mercredi le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres. "L'impact de la guerre sur la sécurité alimentaire, l'énergie et les finances est systémique, grave et s'accélère". "Pour les populations du monde entier, la guerre menace de déclencher une vague sans précédent de faim et de misère, laissant dans son sillage le chaos social et économique", a averti M. Guterres "Il n'y a qu'un seul moyen d'arrêter cette tempête qui se prépare: l'invasion russe de l'Ukraine doit cesser".

Le blocage des ports ukrainiens par la flotte russe de la mer Noire --à commencer par celui d'Odessa, principal port du pays-- paralyse ses exportations de céréales, notamment de blé, dont elle était avant la guerre en passe de devenir le troisième exportateur mondial. Des pays africains et moyen-orientaux sont les premiers touchés et craignent de graves crises alimentaires. Quelque 20 à 25 millions de tonnes sont actuellement bloquées, des quantités qui pourraient tripler d'"ici l'automne" pour atteindre 75 millions de tonnes, selon le président ukrainien.

Alors que Moscou accuse les Occidentaux d'être à l'origine de cette pénurie en raison de leurs sanctions, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a rencontré mercredi son homologue turc Mevlut Cavusoglu à Ankara pour discuter de "corridors maritimes sécurisés" qui permettraient de reprendre les transports de céréales en mer Noire.

 

Inflation vertigineuse

A la demande de l'ONU, la Turquie a proposé son aide pour escorter les convois maritimes depuis les ports ukrainiens, malgré la présence de mines. Lors d'une conférence de presse, M. Lavrov a assuré que la Russie était "prête à garantir la sécurité des navires qui quittent les ports ukrainiens (...) en coopération avec nos collègues turcs". Pour M. Cavusoglu, la demande de Moscou de lever les sanctions qui frappent indirectement ses exportations agricoles, pour faciliter les exportations ukrainiennes, était "légitime".

Il a cité spécifiquement les exportations "de céréales et d'engrais" russes, qui ne sont pas directement visées par les sanctions occidentales mais qui sont de fait empêchées par la suspension des échanges bancaires et financiers. La hausse des prix touche aussi de plein fouet la Russie, où l'inflation a connu une hausse vertigineuse jusqu'à battre un record de vingt ans. Elle a cependant commencé à reculer en mai, atteignant tout de même 17,1% sur un an, selon des données officielles. De leur côté, les sanctions imposées à Moscou sont en train d'anéantir une quinzaine d'années de progrès économique de la Russie et trois décennies d'intégration avec l'Occident, selon un rapport de l'Institut de la Finance internationale (IFF) publié mercredi. L'IIF prévoit une contraction de l'économie russe de 15% cette année et de 3% supplémentaires en 2023. La guerre a poussé quelque 6,5 millions d'Ukrainiens à fuir leur pays et fait des milliers de morts: au moins 4.200 civils, selon le dernier bilan de l'ONU, qui estime les chiffres réels "considérablement plus élevés", et des milliers de militaires, même si les belligérants communiquent rarement sur leurs pertes.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2151) : JEUDI 9 JUIN 2022

Jeudi 9 Juin 2022 -  Kinder contaminés aux salmonelles : le parquet de Paris ouvre une enquête :

Le parquet de Paris a annoncé jeudi avoir ouvert une nouvelle enquête sur un possible scandale sanitaire, après des plaintes dénonçant une contamination aux salmonelles liée à la consommation de produits Kinder fabriqués dans une usine Ferrero belge.

Après les pizzas Buitoni, les chocolats Kinder: le parquet de Paris a annoncé jeudi avoir ouvert une nouvelle enquête sur un possible scandale sanitaire, après des plaintes dénonçant une contamination aux salmonelles liée à la consommation de produits Kinder fabriqués dans une usine Ferrero belge. Cette enquête préliminaire a été ouverte le 25 mai pour "tromperie aggravée par le danger pour la santé humaine", "atteintes involontaires à l'intégrité physique" et "mise en danger de la vie d'autrui".

Le Pôle santé publique du tribunal judiciaire de Paris s'est saisi "sur le fondement des retraits et rappels effectués par la société Ferrero, des éléments communiqués par Santé Publique France et de la plainte de l'association Foodwatch" de défense des consommateurs, déposée le 19 mai, a précisé le parquet à l'AFP. L'association a elle-même regroupé plusieurs plaintes de familles de victimes.

Cette nouvelle enquête sur la sécurité alimentaire intervient peu après celle visant les pizzas Buitoni commercialisées par le groupe Nestlé, à l'origine de plusieurs cas graves de contamination d'enfants par la bactérie Escherichia coli.

La salmonellose, due à une bactérie, provoque des symptômes proches de ceux d'une gastroentérite parfois aiguë: diarrhée et crampes abdominales, légère fièvre, vomissements.

Début avril, à l'approche des fêtes de Pâques, le géant italien de la confiserie Ferrero avait procédé au rappel de tous les produits fabriqués dans son usine d'Arlon, en Belgique, après le signalement de dizaines de cas de salmonellose possiblement liés à la consommation de ses produits chocolatés dans plusieurs pays d'Europe.

Etaient concernés les Kinder Surprise, Kinder Mini Eggs, Kinder Surprise Maxi 100 g et Kinder Schoko-Bons, dans tous les pays où ils sont distribués, et quelle que soit leur date de péremption.

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies a indiqué qu'au 3 juin, 392 cas confirmés et 22 probables de Salmonella Typhimurium monophasique avaient été identifiés dans les pays de l'Union européenne et en Grande-Bretagne.

Les enfants de moins de 10 ans ont été les principales victimes de cette infection, sans qu'aucun décès ne soit recensé à ce jour. Dans l'hexagone, Santé publique France a comptabilisé à la date du 2 juin 118 cas, donc 22 ont dû être un temps hospitalisés.

 

"Défaillances internes"

La justice belge a ouvert le 11 avril une enquête pour établir d'éventuelles responsabilités au sein de l'usine d'Arlon. Une enquête dirigée depuis le 19 avril par un juge d'instruction.

Le géant italien, aussi connu pour sa pâte à tartiner Nutella, a reconnu "des défaillances internes" qui ont entraîné "des retards dans la récupération et le partage d'informations dans les délais impartis".

Le groupe a été alerté le 23 mars par les autorités britanniques d'une possible contamination à la salmonelle de ses produits. Mais, selon les agences sanitaires de surveillance européennes, le premier cas détecté, en Angleterre, remontait au 21 décembre, sans que le lien avec les chocolats Kinder n'ait alors été établi.

Ferrero a assuré avoir, le 15 décembre, identifié et bloqué dans son usine belge des lots contaminés et dit avoir pris des mesures d'hygiène pour éliminer la présence de la bactérie.

 

Depuis début avril, plus de 3.000 tonnes de produits Kinder ont été retirés du marché en France.

L'usine d'Arlon a été perquisitionnée mercredi dans le cadre de l'enquête belge, ainsi que cinq autres sites Ferrero à Bruxelles et au Luxembourg.

D'après des enquêtes internes, la contamination proviendrait "d'un filtre situé dans une cuve à beurre laitier" et y serait arrivée "soit par des matières premières contaminées, soit par des personnes", avait indiqué fin mai le directeur général France de Ferrero, Nicolas Neykov, dans un entretien au Parisien.

Le groupe a reçu plus de 150.000 demandes de dédommagement et 90% de ces demandes ont été "satisfaites", avait-il précisé.

Ferrero a demandé la réouverture de l'usine d'Arlon dès le 13 juin. Le groupe, qui a reconnu des défaillances, annonce que 50% des contrôles sanitaires seront désormais réalisés par un laboratoire extérieur homologué alors que "pour l'heure" tout repose sur un système d'auto-contrôle en interne.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2151) : JEUDI 9 JUIN 2022

Jeudi 9 Juin 2022 -  «Menteur», «vous êtes abominable», Macron interpellé sur ses ministres accusés de viols :

Emmanuel Macron a été vivement interpellé, lors d'un déplacement à Gaillac (Tarn) jeudi sur le thème de la sécurité en zone rurale, par une jeune femme au sujet de deux ministres accusés de viols. "Vous mettez à la tête de l'Etat des hommes qui sont accusés de viol et de violences pour les femmes, pourquoi?", a lancé celle-ci, la vingtaine, lors d'un bain de foule du président.

Le chef de l'Etat avait fait arrêter le cortège et était descendu de voiture pour aller à la rencontre de plusieurs dizaines d'habitants postés derrière une barrière.

 

"Pour fonctionner en société vous devez avoir de la présomption d'innocence"

La libération de la parole, "je l'ai accompagnée et je continuerai de l'accompagner, de la protéger. En même temps, pour fonctionner en société vous devez avoir de la présomption d'innocence", a-t-il répondu.

Les cris de "menteur" et un "vous êtes abominable" ont alors retenti. Imperturbable, le chef de l'Etat a continué à serrer des mains. "Comment ça va?", "Vous allez bien?", s'est-il enquis auprès des habitants.

Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, avait été visé par une plainte pour viol, d'abord classée sans suite, puis relancée et pour laquelle le parquet a requis un non-lieu début 2022. Fraîchement nommé ministre des Solidarités, Damien Abad est quant à lui accusé de violences sexuelles , à la suite d'un courrier émanant de l'Observervatoire des violences sexistes et sexuelles, une association créée en février, dans le sillage du mouvement MeToo.

Dans ce dossier, le parquet de Paris n'a pas ouvert d'enquête préliminaire "en l'état", faute "d'éléments permettant d'identifier la victime des faits dénoncés". Les accusations contre Damien Abad, survenues juste après sa nomination, ont ravivé la colère des associations féministes, déjà très remontées après les accusations à l'encontre de Gérald Darmanin.

Cette affaire a plombé les premiers jours du nouveau quinquennat d'Emmanuel Macron, alors que le chef de l'Etat a pour la seconde fois fait de l'égalité entre les hommes et les femmes une priorité de son quinquennat. Des appels à la démission du ministre des Solidarités avaient aussitôt émané des rangs de l'opposition et des associations féministes. Ces dernières avaient notamment manifesté à Paris, à l'appel de l'Observatoire pour dénoncer "un gouvernement de la honte".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2151) : JEUDI 9 JUIN 2022

Jeudi 9 Juin 2022 -  Obsédé par sa sécurité, Jean-Luc Mélenchon réclame qu’on lui crée une «safe room»

À trois jours du premier tour des législatives, le leader des insoumis se voit à Matignon. Les questions de sécurité le hantent, pour la France, comme pour lui-même. Jean-Luc Mélenchon vit avec la peur d’être victime d’un fou, d’un de ces fanas d’ultradroite qui lui ont envoyé des balles glissées dans une enveloppe; les bains de foule sont toujours une épreuve, d’autant que sa demi-surdité de naissance renforce son sentiment de vulnérabilité. Il s’est ainsi constitué une petite armée: un service d’ordre national qui compte environ 300 bénévoles et un escadron de 30 personnes – les militants les plus sûrs – dirigé par Benoît Schneckenburger, ce prof de philo ceinture noire de karaté, très engagé jusqu’à la dernière campagne.

Ceux-là connaissent par cœur « le chef », anticipent quand il s’épuise, quand les groupies l’oppressent, qu’il faut l’exfiltrer sous peine de le voir pester contre une dame en fauteuil roulant qu’il a crue armée, hurler «bande d’incapables!», ordonner que sa sécurité soit illico renforcée et qu’on lui crée aussi à l’avenir une «safe room» en cas d’attaque massive.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2151) : JEUDI 9 JUIN 2022

Jeudi 9 Juin 2022 -  Tirs mortels de policiers à Paris: le conducteur du véhicule déféré :

Un magistrat va interroger jeudi en vue d'une mise en examen le conducteur du véhicule soupçonné d'un refus d'obtempérer lors d'un contrôle samedi à Paris au cours duquel des policiers ont tiré, tuant une des passagères, a appris l'AFP auprès de son avocat et du parquet de Paris. "La garde à vue a été levée et mon client a été déféré", a indiqué son avocat, Me Ibrahim Shalabi, lors d'une conférence de presse.

"La garde à vue de l'intéressé a été levée ce matin en vue d'une ouverture d'information judiciaire des chefs de tentative d'homicide volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique, refus d'obtempérer aggravés, conduite d'un véhicule malgré injonction de restituer son permis de conduire, récidive de conduite en ayant fait usage de stupéfiants et sous l'empire d'un état alcoolique", a indiqué le parquet de Paris à l'AFP. "Compte tenu de l'état de santé de l'intéressé, le magistrat instructeur se transportera dans la journée pour interrogatoire" à l'hôpital où le mis en cause a été admis, a ajouté cette source.

 

"Mal en point, mais son état s'améliore"

Lui-même grièvement blessé par les tirs des policiers, ce conducteur avait été placé mardi en garde en vue alors qu'il était déjà hospitalisé. Il est soupçonné d'avoir refusé d'obtempérer samedi en fin de matinée dans le XVIIIe arrondissement de Paris, alors que des fonctionnaires à VTT ont voulu contrôler deux fois son véhicule. Les fonctionnaires ont fait feu à neuf reprises, selon le parquet, l'ont atteint au niveau du thorax et ont touché à la tête sa passagère assise à l'avant, une jeune femme née en 2001, qui est décédée le lendemain.

Me Shalabi a souligné jeudi que les occupants de la voiture, qui sortaient de soirée, n'étaient pas recherchés et que le véhicule était bloqué par un bus lorsque la police a ouvert le feu. "La voiture ne pouvait pas circuler", a-t-il assuré. Interrogé sur l'état de santé du conducteur, sa sœur Sonia (prénom modifié) a répondu qu'il était "mal en point, mais son état s'améliore". "C'est vrai que mon frère a eu des problèmes avec la justice mais ça ne permet pas de justifier les violences qui ont été faites", a poursuivi Sonia devant la presse. "Il a refusé d'obtempérer par peur d'aller en prison (...) par peur que la police l'arrête car il n'avait pas son permis".

"Son passé judiciaire ne légitime pas les neuf balles tirées", a insisté la jeune femme. La garde à vue des trois policiers ayant fait usage de leur arme - deux hommes de 23 et 32 ans et une femme de 31 ans - a été levée mardi au bout de quarante-huit heures, pour "poursuite des investigations", sans poursuites à ce stade. Plusieurs associations ont appelé à un rassemblement samedi à Paris pour demander l'abrogation de l'article L435-1 du code de la sécurité intérieure qui règlemente l'usage des armes à feu par les forces de l'ordre.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2151) : JEUDI 9 JUIN 2022

Jeudi 9 Juin 2022 -  Centrale nucléaire du Tricastin : enquête sur des soupçons de dissimulation d'incidents :

Des incidents à la centrale nucléaire de Tricastin (Drôme) ont-ils été dissimulés ? Une juge d'instruction de Marseille mène des investigations autour de soupçons d'"obstacle au contrôle des enquêteurs" et "mise en danger d'autrui", après les accusations d'un ancien cadre d'EDF. Une information judiciaire contre X a été ouverte récemment au Pôle de santé publique de Marseille, visant une douzaine d'infractions au Code pénal et au Code de l'environnement pour des faits courant de début 2017 à fin 2021, a appris l'AFP auprès d'une source proche de l'enquête.

Parmi elles "non-déclaration d'incident ou d'accident", "mise en danger d'autrui", "faux et usage de faux", "déversement dans l'eau par violation manifestement délibérée d’une obligation de prudence d’une substance entraînant des effets nuisibles", "obstacle au contrôle des inspecteurs de la sûreté nucléaires" ou "harcèlement moral". Le parquet de Marseille a confirmé à l'AFP l'existence de cette information judiciaire. En plein débat sur la place du nucléaire en France qu'Emmanuel Macron souhaite accroître, "Hugo" (prénom d'emprunt), un ancien cadre de la centrale qui sollicite depuis le statut de lanceur d'alerte, avait déposé une simple plainte en octobre 2021 contre EDF et des membres de sa hiérarchie, les accusant de l'avoir placardisé pour avoir dénoncé une "politique de dissimulation" d'incidents de sûreté ces dernières années. D'après sa plainte, diverses anomalies - comme une surpuissance du réacteur n°1 en juin 2017 ou encore une inondation interne le 29 août 2018 sur la tranche n°3 - n'auraient pas été déclarées à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ou l'auraient été de façon à "minimiser les événements".

 

"Extrême gravité"

Confier d'emblée les investigations à une juge d'instruction "traduit l'extrême gravité des faits dénoncés par notre client, qui avait alerté en vain son employeur et averti le ministère de l'Ecologie", ont réagi auprès de l'AFP ses avocats Vincent Brengarth et William Bourdon. "L'ouverture d'une information judiciaire pour de telles qualifications, à l'encontre d'un opérateur économique de premier plan, constitue une décision exceptionnelle", estiment-ils.

Entré à EDF en 2004, Hugo devient chef de service à Tricastin en septembre 2016. Mais rapidement, selon sa plainte, le climat se révèle "particulièrement tendu, dans la perspective de la visite décennale", une étape déterminante pour obtenir l'autorisation de poursuivre l'exploitation au-delà de quarante ans. "Un certain nombre d'incidents au sein de la centrale ont eu lieu, contribuant à la dégradation des relations" entre Hugo et son supérieur hiérarchique, selon la plainte. Aujourd'hui en attente d'affectation, Hugo se dit toujours "passionné par le nucléaire". "Ce combat a renforcé ma volonté de me battre pour la sûreté des installations, qui concourt directement à la protection des populations et de la planète", estime-t-il. Sollicité par l'AFP, EDF n'a pas souhaité faire de commentaires.

 

"Arbitrage interne"

L'ASN n'a pas réagi dans l'immédiat mais en novembre, Christophe Quintin, inspecteur en chef de l'ASN, avait affirmé à l'AFP que les inspections à la centrale du Tricastin n'avaient "pas amené à constater d'événements qui auraient été masqués". Selon lui, il pouvait y avoir "un arbitrage interne à la centrale" sur les déclarations d'incident. La centrale nucléaire du Tricastin, mise en service en 1980 et 1981, est l'une des plus anciennes de France. L'ouverture de cette enquête intervient alors qu'EDF est confronté à de sérieux problèmes de corrosion de son parc nucléaire. A ce jour, 12 réacteurs sur 56 sont à l'arrêt pour un phénomène de "corrosion sous contrainte" (CSC) avérée ou soupçonnée, selon un dernier point de situation détaillé par le groupe le 19 mai dernier.

Ces difficultés, qui grèvent la situation financière de l'entreprise, tombent mal, à un moment où le groupe est confronté à toute une série de défis cruciaux pour son avenir: assurer la transition environnementale et la souveraineté énergétique de la France, revenue au premier plan avec la guerre en Ukraine. L'exécutif compte en effet sur EDF pour assurer la construction de six nouveaux réacteurs EPR, la prolongation du parc existant et le développement des énergies renouvelables. En février 2021, l'ASN a ouvert la voie à la poursuite de l'exploitation des plus vieux réacteurs, dont ceux de Tricastin, au-delà de quarante ans, enjoignant à EDF de réaliser des travaux pour améliorer leur sûreté.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2151) : JEUDI 9 JUIN 2022

Jeudi 9 Juin 2022 -  Stade de France: le préfet Lallement reconnaît «un échec» mais défend l’usage de gaz :

Le préfet de police de Paris Didier Lallement s'est expliqué jeudi lors de son audition devant le Sénat suite aux incidents survenus au Stade de France.

"Un échec" et des chiffres "pas parfaitement justes" : le préfet de police de Paris Didier Lallement a fait amende honorable jeudi lors de son audition devant le Sénat pour s'expliquer sur les incidents au Stade de France le 28 mai , imputés par les autorités aux supporters de Liverpool sans billet valide. Spectateurs sans billets qui escaladent les grilles, supporters et familles aspergés de gaz lacrymogènes, d'autres victimes de vols ou d'agressions: le dispositif de maintien de l'ordre lors de la finale de la Ligue des champions Real Madrid-Liverpool, match le plus important de la saison en Europe, fait depuis l'objet d'une vive polémique en France et en Angleterre.

"C'est à l'évidence un échec", a concédé Didier Lallement, mentionnant les personnes "bousculées ou agressées" et "l'image ébranlée" de la France, devant la commission des lois de la chambre haute. "C'est une blessure pour moi", a-t-il ajouté. L'audition du préfet intervient après celle, le 1er juin, des ministres des Sports Amélie Oudéa-Castéra et de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Ce dernier avait maintenu sa version , très critiquée, en réaffirmant que "35.000" supporters munis de billets falsifiés ou sans billet s'étaient présentés au Stade de France et auraient été "le mal racine" à l'origine des incidents. "J'assume complètement" ce chiffre "que j'ai donné au ministre", a dit M. Lallement, tout en reconnaissant s'être "peut-être trompé". "Je n'ai jamais prétendu qu'il était parfaitement juste", a-t-il ajouté, tout en maintenant qu'il y avait trop de monde par rapport à la capacité d'accueil du stade (79.000 places). Il a notamment réfuté avoir dit que ces supporters se trouvaient tous "devant les portes du stade", alors que plusieurs vidéos et témoignages ont démontré l'absence d'une présence massive de personnes autour du Stade de France après le début du match. Concernant l'usage de gaz lacrymogène sur les supporters, c'était "le seul moyen policier pour faire reculer une foule sauf à la charger", ce qui aurait été une "erreur grave", a insisté le préfet, qui s'est dit "désolé" pour "les gens de bonne foi".

 

Plaintes en Angleterre

Lors de son audition, Gérald Darmanin avait assuré avoir "demandé des sanctions" au préfet de police pour deux membres des forces de l'ordre, coupables selon lui d'une utilisation du gaz lacrymogène "contraire aux règles d'emploi". Les deux enquêtes administratives qui permettront de décider de ces sanctions sont "en cours", a indiqué à l'AFP l'entourage du ministre. "Les décisions prises" ont permis de préserver "l'intégrité physique des personnes et la tenue du match", s'est néanmoins félicité le préfet, rappelant que la grève du RER B avait provoqué un report massif de supporters aux points de contrôle à la sortie du RER D.

Le préfet de police a dit "encourager" les supporters à déposer plainte. Les autorités françaises n'ont pour l'instant pas communiqué de chiffres sur le nombre de signalements reçus via ce formulaire. Le club de Liverpool avait demandé à ses supporters présents sur place de partager leur expérience de la rencontre, recueillant très rapidement des milliers de réponses sur sa plateforme de collecte des témoignages. Le Real Madrid a de son côté demandé le 3 juin des "réponses" sur le traitement infligé à ses supporters durant la finale et appelé à "déterminer qui sont les responsables" des scènes chaotiques du Stade de France.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens