Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mai 2022 2 24 /05 /mai /2022 07:00
LA MARCHE DU MONDE (2136) : LUNDI 23 MAI 2022

Lundi 23 Mai 2022 -  Ukraine: Zelensky réclame à Davos des sanctions «maximum» contre la Russie :

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a réclamé lundi à Davos davantage d'armes et des sanctions « maximum » contre Moscou, avec notamment un arrêt complet du commerce avec la Russie qui a envahi son pays il y a trois mois.

« Les sanctions (...) devraient être maximum, pour que la Russie et tout autre agresseur potentiel qui veut conduire une guerre brutale contre son voisin connaisse clairement les conséquences immédiates de ses actions », a-t-il dit lors d'une intervention en visioconférence à la réunion annuelle du Forum économique mondial (WEF). « Il ne devrait y avoir aucun commerce avec la Russie », a-t-il insisté, réclamant entre autres « un embargo sur le pétrole russe » et des mesures contre « toutes les banques russes, sans exception » et appelant à « créer un précédent pour le retrait complet de toutes les entreprises étrangères du marché russe ».

 

« L'Ukraine a besoin de toutes les armes que nous demandons, pas seulement celles qui ont été fournies » dit Zelensky

Les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont renoncé à importer du pétrole russe. Mais l'Union européenne, dont certains pays sont très dépendants des hydrocarbures russes, a du mal à se mettre d'accord. M. Zelensky a aussi réclamé davantage d'armes pour son pays, regrettant que le soutien de la communauté internationale n'ait pas toujours été assez rapide. « Si nous avions reçu 100% de nos besoins en février, le résultat aurait été des dizaines de milliers de vies sauvées. C'est pourquoi l'Ukraine a besoin de toutes les armes que nous demandons, pas seulement celles qui ont été fournies. C'est pourquoi l'Ukraine a besoin de financement », a-t-il dit.

L'Ukraine est représentée en force cette année à la réunion du WEF à Davos, où nombre de responsables politiques ukrainiens ont fait le voyage en personne. Le fondateur du WEF Klaus Schwab s'est félicité d'une « délégation particulièrement forte d'Ukrainiens parmi nous ».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2136) : LUNDI 23 MAI 2022

Lundi 23 Mai 2022 -  Verdict pour crime de guerre, le Donbass souffre de plus en plus…le point sur la guerre en Ukraine :

La situation devient "de plus en plus difficile" pour les Ukrainiens dans le Donbass où Moscou bombarde Severodonetsk "24 heures sur 24", alors qu'est attendu lundi à Kiev le verdict dans le premier procès pour crimes de guerre contre un soldat russe. Moscou continue à intensifier sa puissance de feu le Donbass. On y trouve, selon Serguiï Gaïdaï, gouverneur de la région de Lougansk, les unités retirées de la région de Kharkiv (nord-est), les assaillants du siège de Marioupol (sud-est), les milices des républiques séparatistes de Donetsk et Lougansk, les forces tchétchènes et des troupes mobilisées en renfort depuis la Sibérie et l'Extrême-Orient russe.

"Toutes les forces russes sont concentrées dans les régions de Lougansk et Donetsk", a affirmé M. Gaïdaï sur Telegram. Idem en matière d'armement. "Tout est concentré ici", a ajouté le gouverneur, y compris les fameux complexes antiaériens et antimissiles S-300 et S-400, équivalent des Patriot américains. Point crucial de cette bataille du Donbass, Severodonetsk, dans la région de Lougansk, est sous le feu de Moscou "24 heures sur 24", s'est indigné M. Gaïdaï. "Ils utilisent la tactique de la terre brûlée, ils détruisent délibérément la ville" avec des bombardements aériens, des lance-roquettes multiples, des mortiers ou des chars qui tirent sur les immeubles, a-t-il ajouté.

L'armée ukrainienne a annoncé dimanche sur Facebook au moins sept civils tués et huit autres blessés dans des bombardements sur 45 communes de la région de Donetsk. Le sort de Severodonetsk ressemble à celui de Marioupol, qui présente aujourd'hui un paysage apocalyptique après plusieurs semaines de siège. Plusieurs quartiers ne sont qu'un enchevêtrement de tôles et de débris, de barres d'immeubles éventrées par les missiles et les obus. Des centaines de milliers d'habitants ont fui. D'autres sont morts. Un bilan inconnu mais sans doute énorme.

 

Verdict

"Que puis-je encore espérer? Que dire quand la maison est détruite, quand la vie est détruite?", dit Angela Kopytsa, ancienne puéricultrice de 52 ans rencontrée par l'AFP lors d'un voyage de presse organisé par le ministère russe de la Défense. A Kiev, le verdict dans le premier procès pour crimes de guerre doit être rendu lundi. Un soldat russe de 21 ans est accusé d'avoir tué un civil de 62 ans qui poussait son vélo tout en téléphonant.

Lors du procès la semaine dernière, Vadim Chichimarine s'est dit "sincèrement désolé" et a "demandé pardon" à la veuve de la victime, justifiant son acte par les "ordres" reçus à ce moment-là. Le procureur a requis la prison à vie. Selon le Parquet ukrainien, le pays a ouvert plus de 12.000 enquêtes pour crimes de guerre depuis le 24 février, début de l'invasion russe.

Le président ukrainien poursuit, lui, sa tournée de visioconférence auprès des dirigeants du monde. Volodymyr Zelensky s'exprimera lundi devant le Forum économique mondial (WEF), qui se réunit de nouveau à Davos après deux ans de suspension due à la pandémie. Il devrait profiter de cette tribune pour appeler à davantage d'aides, financières et militaires. Si cette intervention se fera sur écran, plusieurs dirigeants ukrainiens seront présents dans la station suisse, parmi lesquels le ministre des Affaires étrangères Dmytro Kouleba ou le maire de Kiev Vitali Klitschko.

Ces Ukrainiens ne rencontreront pas de Russes, exclus du WEF. La "maison russe" habituellement ouverte dans la ville pendant le Forum sera remplacée par une "maison des crimes de guerres russes", où seront organisés divers événements de soutien avec des personnalités ukrainiennes. Face au gratin de l'économie mondiale, M. Zelensky pourrait aussi évoquer la volonté de Kiev d'adhérer à l'Union européenne, sujet qui divise les membres de l'UE.

 

Table des négociations

Le président polonais Andrezj Duda a en effet apporté dimanche son soutien à la candidature de l'Ukraine, lors de son discours devant le Parlement ukrainien, le premier pour un chef d'Etat depuis la guerre. "Il faut respecter" les peuples qui "versent leur sang" pour appartenir à l'Europe, a-t-il lancé, visant le président français Emmanuel Macron et sa proposition de "Communauté politique européenne", ainsi que le chancelier allemand Olaf Scholz opposé à l'octroi à l'Ukraine d'un "raccourci" dans l'adhésion à l'UE. Le ministre français délégué aux Affaires européennes, Clément Beaune, a encore défendu ces positions dimanche, soulignant que l'adhésion de l'Ukraine à l'UE prendrait "sans doute 15 ou 20 ans".

Les Russes se disent, eux, disposés à revenir à la table des négociations, faisant porter la responsabilité de l'arrêt des discussions sur Kiev. "Pour notre part, nous sommes prêts à continuer le dialogue", a affirmé dimanche Vladimir Medinski, conseiller du Kremlin chargé des négociations avec Kiev, dans un entretien avec la télévision bélarusse. "Le gel des pourparlers a été entièrement une initiative de l'Ukraine", a-t-il ajouté, estimant que la balle était "dans leur camp". Les deux belligérants avaient entamé des discussions après l'échec de Moscou à prendre Kiev. Celles-ci avaient toutefois fait long feu, malgré plusieurs rencontres en Turquie.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2136) : LUNDI 23 MAI 2022

Lundi 23 Mai 2022 -  Opposé à la guerre, un diplomate russe démissionne avec fracas à Genève :

Un diplomate russe basé à Genève et opposé à la guerre contre l'Ukraine a annoncé avec fracas sa démission, affirmant dans une lettre rendue publique que "jamais" il n'avait eu "autant honte" de son pays, selon plusieurs sources concordantes.

Boris Bondarev, Conseiller auprès de la Représentation permanente russe a envoyé un courriel à des collègues diplomates pour annoncer sa décision, qui a été révélée par l'ONG UN Watch et confirmée par plusieurs sources diplomatiques.

"Durant les 20 ans de ma carrière diplomatique j'ai vu différents tournants dans notre politique étrangère mais jamais je n'ai eu autant honte de mon pays que le 24 février de cette année" quand la Russie a envahi l'Ukraine, écrit M. Bondarev.

M. Bondarev - dont le nom apparaît bien dans l'annuaire officiel des diplomates auprès de l'ONU à Genève - dit avoir travaillé au ministère russe des Affaires étrangères depuis 2002 et depuis 2019 au bord du Léman.

 

"Encourager plus de diplomates russes à faire défection"

"La guerre agressive déclenchée par Poutine contre l'Ukraine, et de fait contre le monde occidental, n'est pas seulement un crime contre le peuple ukrainien mais aussi, peut-être le plus grave crime contre le peuple russe, avec une lettre Z en caractère gras barrant tous nos espoirs et perspectives d'une société libre et prospère dans notre pays", peut-on lire dans cette lettre, publiée par l'ambassadeur des Pays-Bas au désarmement, Robert Gabrielse, accompagné d'un "Courageous!".

Cette démission qui, selon plusieurs sources, n'est pas la première d'un diplomate russe pour les mêmes raisons, mais est sans doute la plus publique, devrait encourager d'autres collègues à suivre l'exemple, a souligné le directeur de UN Watch, Hillel Neuer.

"Les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l'UE devraient prendre la tête du monde libre et créer un programme pour encourager plus de diplomates russes à faire défection en offrant protection et sécurité financière et un endroit où s'installer à ces diplomates et leur famille", a-t-il ajouté.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2136) : LUNDI 23 MAI 2022

Lundi 23 Mai 2022 -  Pour Olivier Faure, Macron traite «les citoyens comme une part de marché» :

Le premier secrétaire national du PS est revenu, lundi 23 mai sur France Inter, sur les accusations de viol contre Damien Abad, la nomination de Pap Ndiaye mais aussi le programme de la NUPES lors des législatives, notamment sur sujet des retraites.

Olivier Faure a débuté l’entretien en revenant sur les accusations de viol dont fait l’objet le transfuge des LR Damien Abad : « Ce qui se passe est sérieux, et depuis l’avènement de MeToo, on prête une attention nouvelle à la parole des femmes. Voilà des millénaires que le viol et l’agression sexuelle est minimisé, et on a l’impression que quelque chose se passe […] La parole des femmes doit être entendue, et on doit prendre des décisions. »

Il a également ajouté qu’« il y a des signaux clairs à donner car on sait très bien que la plupart des femmes ne portent pas plainte, ou ne vont pas jusqu’au bout. Il faut leur dire de ne plus avoir peur de porter plainte. » Pour lui, comme pour les politiques de la NUPES, « cela veut dire que lorsqu’il y a des témoignages saisissants, concordants, qui racontent une façon de procéder et si j’ai bien lu l’article, il y a des présomptions qui existaient au sein des LR où on avait un homme qui avait des rapports compliqués avec les femmes. »

Si la plainte contre Damien Abad « a été classée sans suite », Olivier Faure a parlé d’une « enquête [qui] a été bâclée » et a dit que « c’est une situation où les crimes sont trop pris à la légère dans la chaîne pénale. » S’il était Premier ministre, le secrétaire national du PS n’aurait « pas de raison de penser qu’elles mentent », précisant « que la parole des femmes doit être respectée, et donc qu’il ne peut être au gouvernement pour le moment. » Il a aussi donné en contre-exemple l’affaire Taha Bouhafs : « Vous avez remarqué que les mêmes ont attaqué et reproché à un candidat NUPES ces agissements, or nous l’avons écarté en cinq jours […] Je sais que cela peut parfois fragiliser le principe de la présomption d’innocence, mais la parole des femmes doit être entendue alors qu’on l’avait minimisée. »

 

« Le quoi qu’il en coûte, on le fait payer aux chômeurs et à ceux qui ne le peuvent pas. »

Il s’est ensuite attaqué au gouvernement Macron : « Ce sont des gens soumis à la volonté du seul chef de l’Etat. On a un gouvernement qui a une feuille de route pour le moins floue. Le président a cherché à enjamber la présidentielle et maintenant les législatives. » Sur la nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’Education nationale , Olivier Faure a campé sur ses positions : « Pap Ndiaye, c’est le contraire de ce qu’a été Jean-Michel Blanquer à la tête du ministère lors des dernières années. Il nous a expliqué qu’il était en croisade contre l’indigénisme, le wokisme et l’intersectionnalité, or c’est celui qui a amené la pensée woke en France qui est ministre de l’Education. Je ne sais pas ce que fera Pap Ndiaye, mais on a du mal à comprendre la ligne politique de ce gouvernement et d’Emmanuel Macron. »

Olivier Faure a critiqué le fait qu’Emmanuel Macron se fiche des citoyens, s’adressant directement à eux : « Vous n’êtes pas des citoyens mais une part de marché. Il se comporte avec vous comme quelqu’un du marketing, mais la seule politique qu’il conduit est la politique qu’il choisit lui-même. »

Le gouvernement Borne est-il de gauche ? « Je ne crois pas que la retraite à 65 ans soit une triangulation à gauche » a-t-il commencé, avant de poursuivre : « Le premier effet de ce renouveau à gauche, qui fait que nous sommes en tête dans les sondages, cela fait bouger le gouvernement. On nous parle de blocage des prix, et la pression que nous mettons remet déjà au cœur du sujet la question du pouvoir d’achat. Je souhaite que l’on puisse sérieusement parler salaires. »

Quid de la réforme des retraites ? « Pour celles et ceux qui ont commencé à travailler tôt ou qui ont eu des métiers pénibles, ils pourraient partir plus tôt […] L’injustice aujourd’hui de la réforme que propose Emmanuel Macron, c’est que ces gens vont cotiser pour tous ceux qui ont fait des études longues et alors même que leur espérance de vie est inférieure à celle des cols blancs. »

Olivier Faure a conclu son entretien en disant que « les Français et Françaises, majoritairement, ne voulaient pas de cette réforme. La réalité est que l’on sait très bien où ils veulent aller […] Le quoi qu’il en coûte, on le fait payer aux chômeurs et à ceux qui ne le peuvent pas. »

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2136) : LUNDI 23 MAI 2022

Lundi 23 Mai 2022 -  Premier conseil des ministres du nouveau gouvernement :

"Agir" pour "rassembler le pays" face à des "défis inédits": Emmmanuel Macron a donné le ton lundi en ouvrant le premier Conseil des ministres du nouveau gouvernement d'Elisabeth Borne , dans une ambiance plombée par les accusations de viol visant Damien Abad . "Le gouvernement que vous constituez est avant toute chose (...) un gouvernement pour agir", a lancé le chef de l'Etat, pointant "un contexte inédit" avec la crise du Covid-19, "dont nous sortons à peine si tant est qu'elle soit totalement terminée", la guerre en Ukraine et des "défis inédits" pour la société française.

"Agir donc rassembler notre pays, (avec) un gouvernement qui lui ressemble", a-t-il dit dans son début de prise de parole, exceptionnellement retransmis, en saluant des ministres venus du monde politique comme de la société civile. Un "gouvernement tout à la fois de continuité, de nouveautés", a-t-il asssuré avec, assise à sa gauche, la nouvelle ministre des Affaires étrangères Catherine Colonna, diplomate de carrière et ex porte-parole de Jacques Chirac à l'Elysée, et à sa droite Bruno Le Maire, reconduit à l'Economie et aux Finances et désormais numéro deux du gouvernement. "L'action qui sera la nôtre sera tout à la fois de consolider ce qui a été fait durant les cinq années qui viennent de s'écouler, car un deuxième mandat n'est pas un mandat pour refaire ou défaire (..) et de pouvoir bâtir une action nouvelle sur le fond et sur la forme, c'est-à-dire de pouvoir embrasser des défis nouveaux", a-t-il martelé.

Les nouveaux venus, dans un gouvernement dont une bonne partie des visages sont très familiers (14 sur un total de 28 membres étaient déjà dans le gouvernement de Jean Castex), ont foulé le gravier de l'Elysée peu avant 10H00 sous un ciel gris, ponctué de quelques gouttes.

Le nouveau ministre de l'Education nationale, l'universitaire Pap Ndiaye, a franchi le perron d'un pas lent et posé, en souriant. Seule véritable surprise du nouvel exécutif, sa nomination a suscité un tombereau de réactions furieuses à l'extrême droite qui l'accuse de "vouloir déconstruire le pays". L'équipe d'Elisabeth Borne fait son entrée sur scène à moins de trois semaines des législatives des 12 et 19 juin. Son sort est donc donc suspendu à l'issue du scrutin qui définira la nouvelle majorité. La moitié des membres du gouvernement (14 sur 28) sont en lice et devront quitter le gouvernement s'ils sont battus. Période de réserve électorale oblige, les membres du gouvernement sont en outre contraints à partir de lundi à une grande parcimonie dans leurs prises de parole.

 

Borne "pas au courant"

Ecole, santé, transition écologique mais aussi la lutte contre l'inflation sont au menu du gouvernement. Et "le premier texte examiné par la nouvelle Assemblée nationale sera donc sur le pouvoir d'achat", priorité des Français, a confirmé Mme Borne dans un entretien au Journal du Dimanche. Prolongation du bouclier tarifaire, chèque alimentation, relèvement du point d'indice des fonctionnaires, suppression de la redevance audiovisuelle sont prévus dans ce projet de loi rectificatif du budget 2022.

En attendant, l'exécutif est d'entrée confronté à la polémique grandissante sur Damien Abad, ex-patron des députés LR à l'Assemblée et principale prise de guerre de la Macronie depuis la victoire du président sortant le 24 avril. Nommé ministre des Solidarités, de l'Autonomie et des Personnes handicapées, Damien Abad, lui-même handicapé, fait face à de graves accusations de viols sur deux femmes en 2010 et en 2011 dans un article publié samedi par Médiapart, ce qu'il nie "avec la plus grande force".

Deux plaintes ont déjà été classées mais la justice dit analyser un nouveau signalement de l'Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Le secrétaire national du PS Olivier Faure a invité lundi la Première ministre à se séparer de Damien Abad car "la parole des femmes doit être respectée". "Elisabeth Borne devrait lui dire qu'il n'a pas sa place", a tancé l'écologiste Sandrine Rousseau, candidate de la Nouvelle union populaire écologiste et sociale (Nupes) aux législatives. "Il y a des gens qui accusent, ça ne veut pas dire qu’ils ou elles ont raison", a au contraire fait valoir l'ex-candidat d'extrême droite à la présidentielle, Eric Zemmour. "Pas au courant" de ces affaires avant leur révélation par Médiapart, Elisabeth Borne a promis de tirer "toutes les conséquences" en cas de "nouveaux éléments" et de saisine de la justice, à l'occasion d'un déplacement dans le Calvados où elle brigue un premier mandat de député.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2136) : LUNDI 23 MAI 2022

Lundi 23 Mai 2022 -  Début des plaidoiries des parties civiles au procès des attentats de novembre 2015 :

Une « inédite » plaidoirie collective, pour un procès hors norme. Au procès des attentats qui ont fait 130 morts en France le 13 novembre 2015, les avocats des parties civiles, rescapés ou proches des victimes, ont commencé lundi leurs plaidoiries, prévues pour durer jusqu'à début juin.

« Comment en quelques minutes, vous dire l'infinie diversité des victimes et le lien qui les rassemble? C'est infaisable. Nous allons donc vous présenter autre chose, une autre forme de plaidoirie, inédite, à laquelle ont participé une centaine d'avocats », a déclaré Me Frédérique Giffard face à la cour d'assises spéciale de Paris. Ces avocats, qui représentent environ deux tiers des près de 2.400 parties civiles au procès, ne plaideront pas pour leur client mais pour « la communauté » des parties civiles, dans une plaidoirie organisée par thèmes.

Pendant cinq jours, les avocats doivent se succéder à la barre pour traiter de sujets transversaux comme "le détournement de la religion" ou « la musique comme instrument de la terreur » (lundi); « la salle de concert du "Bataclan », « le Stade de France » et « les terrasses », les différents lieux des attaques à Paris et en banlieue (mardi); ou encore « le stress post-traumatique », « les addictions », « la culpabilité du survivant » (mercredi). Cette volonté de « coordination » qui vise à ne pas créer d' « inégalité des armes » face aux accusés dans le box, a poussé plus d'une centaine d'autres avocats à renoncer volontairement à plaider pour s'en remettre à leurs confrères.

« Monsieur le président, au début de cette audience, vous avez attiré notre attention à tous sur la nécessité, bien que ce procès soit sans précédent, de rester dans la norme. Il y avait un point qui était important : c'était le respect des droits de la défense, » a annoncé Me Giffard. « Ça fait six ans qu'on compose pour que nos clients ne soient pas doublement éprouvés: d'abord parce qu'ils étaient au mauvais endroit au mauvais moment », le soir du 13 novembre 2015, et ensuite de ne pas souffrir « d'avoir été trop nombreux pour pouvoir être chacun une victime à part entière ».

 

La cour pourrait commencer son délibéré le 27 juin, après « le dernier mot » des accusés, pour un verdict attendu le 29 juin

« Nous garderons tous comme boussole la dignité avec laquelle les victimes se sont exprimées », a-t-elle promis. Tous les jours, avant le début des plaidoiries, des avocats prendront brièvement la parole pour évoquer la mémoire de victimes. Ce lundi, les histoires de Christopher, Thibault, Charlotte et Emilie, Fabrice, Stéphane, Mathieu, Estelle et Marion.

Certains avocats ont préféré ne pas s'associer à leurs confrères ni renoncer à la parole. Ils s'exprimeront à titre individuel à partir du 1er juin. Les plaidoiries des parties civiles devraient durer au moins jusqu'au 7 juin. Les réquisitions des avocats généraux du Parquet national antiterroriste sont prévues du 8 au 10 juin avant que la parole ne soit laissée à la défense à partir du 13 juin.

La cour pourrait commencer son délibéré le 27 juin, après « le dernier mot » des accusés, pour un verdict attendu le 29 juin. Vingt accusés, dont six jugés par défaut, comparaissent devant la cour d'assises spéciale de Paris depuis le 8 septembre pour leur implication dans les attaques. Douze encourent la perpétuité, parmi lesquels le seul membre en vie des commandos, Salah Abdeslam.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2136) : LUNDI 23 MAI 2022

Lundi 23 Mai 2022 -  Le nouvel archevêque de Paris, Laurent Ulrich, prend ses fonctions :

Laurent Ulrich, le nouvel archevêque de Paris, prend ses fonctions ce lundi, dans un diocèse réputé difficile à gouverner, marqué par la démission de son prédécesseur.

Des vêpres et une messe d'accueil: Laurent Ulrich, le nouvel archevêque de Paris, prend ses fonctions ce lundi, dans un diocèse réputé difficile à gouverner, marqué par la démission de son prédécesseur. Nommé par le souverain pontife le mois dernier, Mgr Ulrich, âgé de 70 ans, succède à Michel Aupetit, après sa démission, acceptée début décembre. Ce dernier était contesté pour sa gestion des ressources humaines et plusieurs journaux lui avaient prêté une relation amoureuse avec une femme qu'il avait catégoriquement démentie.

Symbole de l'importance qu'il porte à ce monument, le nouvel archevêque doit d'abord célébrer, à 16h, les vêpres sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Puis il se recueillera à l'intérieur du monument, au milieu des échafaudages, l'édifice étant toujours en restauration depuis l'incendie d'avril 2019 qui a partiellement détruit ce joyau de l'art gothique.

C'est à 18h30 qu'aura lieu la messe d'accueil, à l'église Saint-Sulpice (VIe arr), devant quelque 2.000 personnes. Les quelque 500 prêtres du diocèse et les diacres ont été invités, selon le diocèse. Autorités, fidèles, et une quarantaine d'évêques seront présents Archevêque de Lille depuis 2008, le prélat avait d'abord été étonné de sa nomination. Passé l'effet de surprise, "je commence mon ministère avec le sentiment intérieur d'une paix profonde", a-t-il confié à l'AFP.

 

"Besoin de tous"

Le diocèse de Paris est le plus important de France, avec plus de 500 prêtres en activité, une centaine de paroisses, des laïcs salariés ou bénévoles engagés dans divers mouvements et missions (SDF, migrants...). Comme le président de la Conférence des évêques de France (CEF) - actuellement Eric de Moulins-Beaufort - le nouvel archevêque est celui qui incarne le premier culte français auprès des autorités politiques, de la société civile et des médias.

Impliqué dans la cause des migrants, homme à la fibre sociale et aux talents d'organisateur reconnus, Mgr Ulrich présente un profil modéré au sein de l'épiscopat catholique, épousant sans réticence les orientations du pape François. Mgr Ulrich, qui n'est pas du sérail parisien, devra s'attaquer en priorité à apaiser et restaurer l'unité au sein des prêtres et des fidèles de la capitale, dans un diocèse divisé, où les critiques sur le management de Michel Aupetit s'étaient multipliées ces derniers mois. "Il y a dans l'Eglise des groupes variés (...), je vais les rencontrer, être à l'écoute le plus possible. Dans l'Eglise, on a besoin de tous", a souligné le prélat.

Parmi les dossiers dont il hérite, figure également la poursuite du chantier de restauration de Notre-Dame de Paris, ce en dialogue avec l'Etat, et sous le regard attentif des fidèles et des nombreux donateurs. "C'est une grâce qui est faite à l'Eglise de Paris et son archevêque que de recevoir cette cathédrale, dans l'état où elle est, et de l'amener vers la reprise du culte en 2024 et l'ouverture au public. Cela me réjouit beaucoup", a-t-il également confié. Natif de Dijon, détenteur d'une double maîtrise de philosophie et de théologie, Laurent Ulrich a été ordonné prêtre en 1979 et nommé évêque de Chambéry en 2000.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2136) : LUNDI 23 MAI 2022
LA MARCHE DU MONDE (2136) : LUNDI 23 MAI 2022
LA MARCHE DU MONDE (2136) : LUNDI 23 MAI 2022
LA MARCHE DU MONDE (2136) : LUNDI 23 MAI 2022
LA MARCHE DU MONDE (2136) : LUNDI 23 MAI 2022

Lundi 23 Mai 2022 -  Plusieurs centaines de bébés de tortues géantes relâchées dans le Mékong :

Plusieurs centaines de bébés de tortues géantes asiatiques ont été relâchés lundi dans le Mékong au Cambodge pour célébrer la Journée mondiale de cet animal. Victime du braconnage et de la collecte illégale de ses œufs pour l'alimentation, la tortue géante de Cantor à carapace molle est sur la liste des espèces "en danger critique d'extinction" de l'Union internationale pour la conservation de la nature.

L'ONG américaine Wildlife Conservation Society (WCS) a coordonné la libération de 580 bébés qui pourront atteindre 2 mètres à l'âge adulte et peser plus de 100 kilos. Des moines ont béni les bébés avant d'aider des locaux et les défenseurs de l'environnement à les relâcher dans les eaux boueuses du Mékong.

La tortue géante de Cantor passe 95% de sa vie enterrée et immobile, laissant seulement dépasser du sable ses yeux et le bout de sa gueule. Elle fait surface seulement deux fois par jour pour respirer. Cette espèce a disparu dans une grande partie du Vietnam et de la Thaïlande. Au Cambodge, quelques individus sont réapparus à partir de 2007. Depuis "des progrès significatifs" ont été réalisés dans le royaume pour protéger cet animal même si des efforts restent à faire, a relevé dans un communiqué Ken Sereyrotha, directeur du programme national de WCS Cambodge. Les autorités cambodgiennes et la WCS ont notamment mis en place un programme communautaire de protection des nids qui a permis de récupérer plus de 2.000 œufs cette année. "Toutes les parties prenantes doivent poursuivre leurs efforts pour conserver les espèces menacées, et ceux qui en font encore le commerce s'exposeront à des poursuites judiciaires", a souligné Ouk Vibol, directeur du département des pêches.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2136) : LUNDI 23 MAI 2022

Lundi 23 Mai 2022 -  Une violente tempête de grêle s'abat sur l’Indre :

Dans le département de l'Indre, des orages accompagnés de chutes de grêles ont ravagé plusieurs maisons et des véhicules notamment à Blanc, à Neuillay-les-bois, à Châteauroux et à Poinçonnet.

Environ 340 habitations de l'Indre ont été endommagées par de violents orages accompagnés de grêles qui ont aussi brisé les vitres des voitures dans la nuit de dimanche à lundi, a annoncé la préfecture lundi dans un communiqué. «Le Service départemental d’incendie et de secours a traité 250 interventions, sur 15 communes, mobilisant en tout 130 sapeurs-pompiers. La majorité des interventions concerne des opérations relatives à des toitures détériorées par la grêle et des infiltrations d’eaux», a détaillé la préfecture, qui a fait état de 1.200 appels au secours. «Aucun blessé grave n’a été recensé» mais «une famille de 6 personnes a été hébergée dans un gymnase par la ville de Châteauroux», est-il précisé.

Les communes du Blanc, de Neuillay-les-bois, Châteauroux et du Poinçonnet ont été les plus touchées. Les 320 foyers touchés par des coupures d'électricité devraient être rétablis dans la journée, selon Enedis. A Châteauroux, le maire Gil Avérous (LR) a fait état de «toitures éventrées, avec des infiltrations d’eau». «Il a plu très fort. Dans ma rue, il y avait plusieurs centimètres d’eau sur la route. D’ailleurs, un rond-point est toujours inondé ce (lundi) matin», a déclaré l'élu à l'AFP.

«J’ai sillonné les rues de Châteauroux: au moins quatre véhicules sur cinq ont été touchés, avec les vitres explosées. J’ai vu un concessionnaire, avec les larmes aux yeux. Toutes les voitures sur son parking ont été martelées», a poursuivi M. Avérous. «Un Ehpad a eu beaucoup d’inondations, mais il n’a finalement pas été évacué», a-t-il ajouté.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2136) : LUNDI 23 MAI 2022

Lundi 23 Mai 2022 -  Starbucks quitte définitivement la Russie, fermant ses 130 cafés sous licence :

Starbucks, qui avait temporairement fermé les 130 établissements portant son nom en Russie après l'invasion de l'Ukraine, a annoncé lundi avoir pris la décision de quitter définitivement le pays, s'inscrivant ainsi dans le sillage d'autres multinationales comme McDonald's .

La chaîne américaine connue pour ses lattes et frappuccinos avait ouvert son premier café en Russie en 2007 et y opérait via un partenaire, un groupe koweïtien, qui possédait et gérait les établissements sous licence.

"Nous condamnons les attaques non provoquées, injustes et horribles contre l'Ukraine par la Russie", avait écrit début mars le directeur général du groupe d'alors, Kevin Johnson, dans un message aux employés. Il avait quelques jours plus tard indiqué que son partenaire avait accepté de suspendre avec effet immédiat toutes ses opérations dans le pays.

Starbucks va continuer à payer les quelque 2000 employés travaillant en son nom pendant six mois, a souligné l'entreprise dans un message sur son site. Elle n'a pas précisé l'impact financier de cette décision sur ses comptes.

 

McDonald's, Renault ont aussi quitté la Russie

Les grandes entreprises occidentales se sont retrouvées sous une forte pression après le début de la guerre en Ukraine et l'imposition de sanctions économiques, pour prendre leur distance avec Moscou pour des raisons éthiques ou des difficultés à opérer les activités.

Après plus de 30 ans de présence en Russie et près de 850 restaurants, McDonald's a ainsi annoncé mi-mai son départ définitif du pays et a revendu ses activités, mais pas le nom de la marque, à un homme d'affaires russe.

Le constructeur français Renault, leader dans le pays avec la marque Lada qu'il avait redressée, a aussi cédé ses actifs à l'État russe tandis que le géant pétrolier ExxonMobil a prévu de se retirer de son dernier grand projet dans le pays, Sakhalin-1.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2136) : LUNDI 23 MAI 2022

Lundi 23 Mai 2022 -  Kylian Mbappé a consulté Macron et apprécié ses «bons conseils» :

Kylian Mbappé, qui a choisi samedi de prolonger au Paris SG jusqu'en 2025 en repoussant les avances du Real Madrid , a reconnu lundi avoir consulté Emmanuel Macron sur le sujet, appréciant les "bons conseils" du président français, qui voulait que l'attaquant "reste". "On a échangé pas mal de fois. On va dire que c'était des bons conseils. Il voulait que je reste, ça fait partie des négociations", a déclaré Mbappé lors d'un entretien avec plusieurs médias dont l'AFP, organisé après une conférence de presse au Parc des Princes. "Il fait partie des différentes personnes avec qui j'ai parlé pour du foot! C'est là qu'on voit que le foot a changé et qu'il a une place importante dans la société. C'est important de savoir aussi rester à sa place malgré l'importance qu'on peut me donner dans le pays", a-t-il fait valoir.

Au terme d'un long feuilleton, Kylian Mbappé (23 ans) a fini par prolonger jusqu'en 2025 son contrat qui s'achevait en juin, malgré la convoitise du Real Madrid qui croyait pouvoir attirer le champion du monde 2018. Une "décision difficile" que l'attaquant a justifiée lundi par son envie de continuer à porter haut les couleurs du football français. "J'ai choisi de rester dans mon pays. Je suis Français et en tant que Français j'ai envie de continuer un peu, mener la France vers les sommets et tirer ce championnat et ce club", a-t-il dit en conférence de presse.

 

"La tête sur les épaules"

Mbappé a souvent eu l'occasion d'échanger avec le chef de l'Etat, qui l'avait décoré en 2019 de la Légion d'honneur à la suite du sacre des Bleus au Mondial-2018 en Russie. Emmanuel Macron avait d'ailleurs loué en janvier, dans les colonnes du quotidien L'Equipe, l'attitude de Mbappé qui, "loin des dérives" de la célébrité, garde "la tête sur les épaules" et s'engage hors du sport "pour la vaccination" et "contre la violence". "Je suis sûr d'une chose: il continuera de nous étonner", avait écrit le chef de l'Etat dans une tribune publiée par le quotidien sportif à l'occasion de la sortie du classement des "30 qui font le foot français", dont la première place était occupée par l'attaquant des Bleus et du Paris Saint-Germain.

En 2021, Macron avait également échangé avec Mbappé dans le cadre d'un "concours d'anecdotes" avec deux youtubeurs stars à l'Elysée, émaillé de références au foot, entre le président, fan déclaré de Marseille, et McFly et Carlito, qui supportent le PSG. Le chef de l'Etat avait appelé l'attaquant des Bleus, qui, au téléphone, avait dit, amusé, qu'il était "impossible" pour lui de jouer pour le club rival marseillais.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2136) : LUNDI 23 MAI 2022

Lundi 23 Mai 2022 -  Le vaccin Pfizer efficace pour les moins de 5 ans avec trois doses, dit Pfizer-BioNTech :

Le vaccin anti-Covid de l'alliance Pfizer-BioNTech est sûr et efficace pour les enfants âgés de six mois à cinq ans avec l'injection de trois doses, ont indiqué lundi les deux entreprises dans un communiqué. Pfizer-BioNTech a dit avoir évalué trois doses, administrées à raison de trois microgrammes chacune, dans le cadre d'un essai clinique et a constaté que le vaccin provoquait une forte réponse immunitaire. Les effets secondaires étaient similaires dans les groupes vaccin et placebo. L'efficacité s'est élevée à 80,3%, selon une estimation préliminaire.

"Nous sommes heureux que notre formule pour les plus jeunes enfants, que nous avons soigneusement mesurée à un dixième de la dose pour les adultes, ait été bien tolérée et ait produit une forte réponse immunitaire", a commenté Albert Bourla, PDG de Pfizer, cité dans un communiqué.

 

477 décès chez les moins de cinq ans aux Etats-Unis

Cette annonce intervient alors que l'Agence américaine du médicament (FDA) prévoit trois réunions en juin pour étudier l'autorisation du vaccin Pfizer chez les enfants de moins de 5 ans, et de celui de Moderna pour les moins de 6 ans. La FDA devait initialement évaluer le vaccin Pfizer administré en deux doses en février mais les données avaient montré qu'il ne provoquait pas une réponse immunitaire suffisamment forte chez les enfants âgés de deux à quatre ans. Elle a alors demandé à voir les données portant sur une troisième injection. Les enfants les plus jeunes représentent la seule tranche d'âge à ne pas être encore éligible aux vaccins contre le coronavirus dans la plupart des pays.

Un état de santé grave lié au Covid-19 est très rare chez les moins de cinq ans. Aux Etats-Unis, 477 décès ont été enregistrés dans cette tranche d'âge depuis le début de la pandémie, soit environ 0,1% de tous les décès. Par ailleurs, comme les adultes, certains enfants ayant été infectés par le coronavirus peuvent développer un Covid long, avec des symptômes nouveaux, continus ou récurrents, notamment la confusion mentale et la fatigue.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2136) : LUNDI 23 MAI 2022

Lundi 23 Mai 2022 -  Novak Djokovic en quête d’un sacre et de rédemption à Roland-Garros :

En janvier dernier, les yeux du monde entier étaient rivés sur Novak Djokovic . Arrivé à Melbourne pour participer à l’Open d’Australie, il avait été placé dans un centre de rétention en raison de son statut vaccinal non valable, dans une période encore rythmée par la crise sanitaire. Après plusieurs jours de chaos au cours desquels les accusations s’étaient accumulées contre lui, il avait fini par être expulsé du pays. Au cœur des débats entre ceux le défendant et le présentant comme un héros du monde libre (son père l’avait qualifié de «Spartacus du nouveau monde ») et ceux le critiquant pour son refus de se faire vacciner contre le covid-19, «Nole» a récemment confié à Tennis Channel avoir subi un «traumatisme». «Dans les mois suivants, j'ai senti que les traces émotionnelles et mentales de ce qui s'était passé étaient encore là. Je n'avais jamais vécu une situation pareille».

S’il va pouvoir défendre son titre à Paris, en février dernier, il s’était cependant dit prêt à ne pas participer à Roland-Garros et Wimbledon si l’obligation vaccinale était encore imposée.«Oui, c'est le prix que je suis prêt à payer», avait-il dit dans une interview à la BBC , affirmant ne pas être «contre la vaccination» mais pour «la liberté de choisir ce que l'on met dans son propre corps». Finalement, la question a arrêté de se poser pour lui, lorsque France et Angleterre ont levé pas à pas les restrictions sanitaires.

Adulé ou détesté, le Serbe va donc tenter, à Paris, de faire oublier les polémiques passées. Et c’est ce lundi soir, lors de la session nocturne du court Philippe-Chatrier, que le numéro 1 mondial va faire ses grands débuts dans la compétition. A la poursuite d’un nouveau titre, il affrontera le Japonais Yoshihito Nishioka. Et malgré une personnalité qui ne laisse personne indifférent, il sait qu’en France, il jouit d’une cote de popularité exceptionnelle. Samedi, alors qu’il participait à la traditionnelle Journée des Enfants , il a fait carton plein. D’abord, son entraînement sur le court Suzanne-Lenglen a rassemblé des milliers de personnes venues l’encourager. Puis, il s’est amusé sur le court central au son de Bob Sinclar, sous les hourras des visiteurs. Qu’importent les controverses, le public n’a pas manqué de lui réserver une ovation, recevant en échange le sourire du joueur. Dans les allées, les plus jeunes ne cachaient non plus leur impatience à l’idée de le voir sur le terrain. «C’est Novak, c’est Novak!», entendait-on ici et là.

 

Il a célébré dimanche son anniversaire

En quête de rédemption sportive, les derniers mois n’ont pas été faciles pour Novak Djokovic. Après l’Australie, il s’est tenu à l’écart avant de revenir à Monte-Carlo, où il s’est incliné d’entrée. Suivirent ensuite Belgrade et Madrid, où il s’est peu à peu remis en jambe, sans toutefois parvenir à se hisser en finale. C’est à Rome que tout a changé. En Italie, il a battu Stefanos Tsitsipas et s’est offert le premier titre de sa saison. «Sa victoire à Rome va booster sa confiance mais je pense aussi qu'il est habité par un sentiment de revanche après tout ce qui lui est arrivé ces derniers mois. Cela va lui donner de la force. Il vient à Roland-Garros pour défendre son titre, après avoir été empêché de défendre sa couronne à l'Open d'Australie. Ce n'est pas rien pour lui», a déclaré Mats Wilander, cité par Eurosport. «C’est comme dans les films au cinéma avec Spider-Man ou Superman. Les héros sont parfois en fâcheuse posture. Mais ils finissent toujours par ressurgir», a de son côté expliqué à «L’Equipe » son entraîneur Goran Ivanisevic, jamais avare de bon mots pour parler de son champion.

Et s’il fallait une preuve de plus qu’à Roland-Garros, le «Djoker» se sent bien, dimanche, pour son anniversaire, il a soufflé ses bougies avec le sourire. Pour ses 35 ans, il a même reçu une trottinette électrique en cadeau, des mains de Gilles Moretton, président de la Fédération Française de tennis et d’Amélie Mauresmo, directrice du tournoi. «Ok, on est prêt. Au revoir», a-t-il plaisanté, casque sur la tête avant de s’en aller au guidon de son engin. Vers un nouveau sacre ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens