Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mai 2022 7 29 /05 /mai /2022 07:00
LA MARCHE DU MONDE (2140) : SAMEDI 28  MAI 2022

Samedi 28 Mai 2022 -  Le Donbass bientôt encerclé par l'armée russe, schisme au sein de l'église orthodoxe... le point sur la guerre en Ukraine

Kiev s'est engagé a "tout faire" pour défendre le Donbass, où l'armée russe a intensifié son offensive, poussant les forces ukrainiennes à envisager un retrait stratégique sur certaines lignes de front dans cette région de l'est du pays afin d'éviter un encerclement.

"La situation dans le Donbass est très, très difficile", a déclaré vendredi le président Volodimyr Zelensky dans une adresse vidéo. "Nous protégeons notre terre est faisons tout pour renforcer" la défense de cette région, a-t-il assuré. La défense territoriale de l'autoproclamée "république" séparatiste prorusse de Donetsk (est) a indiqué sur Telegram avoir "pris le contrôle complet" de la localité-clé de Lyman, avec "l'appui" de l'armée russe.

Ni l'armée russe, ni celle ukrainienne n'ont immédiatement commenté cette information, que l'AFP n'a pu vérifier de source indépendante. Mais le président Zelensky a rétorqué: "Si les occupants pensent que Lyman et Severodonetsk seront les leurs, ils se trompent. Le Donbass sera ukrainien".

Depuis la chute de Marioupol, c’est sur cette ville du Donbass que s’acharne l’armée de Poutine: 4 000 obus quotidiens. Après l'offensive infructueuse sur Kiev et Kharkiv (nord-est) au début de la guerre lancée par la Russie le 24 février, les forces russes sont concentrées dans l'est de l'Ukraine, avec l'objectif affiché de prendre le contrôle total du bassin minier du Donbass, partiellement contrôlé depuis 2014 par des séparatistes prorusses soutenus par Moscou.

Un responsable policier de la république séparatiste prorusse de Lougansk, cité par l'agence Ria Novosti, a affirmé vendredi que "la ville de Severodonetsk est actuellement encerclée", et que les troupes ukrainiennes y sont piégées.

Faux, a rétorqué le gouverneur de Lougansk, Serguiï Gaïdaï, jugeant même erroné de dire que la région va tomber sous le "contrôle entier de l'ennemi" russe dans "un, deux ou trois jours".

"Le plus probablement ils ne vont pas" s'en emparer, mais "peut-être, pour éviter d'être encerclées il pourrait y avoir un ordre de retrait donné à nos troupes", a-t-il cependant admis.

 

Schisme des églises orthodoxes

Sur le front religieux, la branche moscovite de l'Eglise orthodoxe ukrainienne a coupé les ponts avec les autorités spirituelles russes, qui soutiennent le président russe Vladimir Poutine - une initiative historique.

A l'issue d'un concile, a été prononcée "la pleine indépendance et l'autonomie de l'Eglise orthodoxe ukrainienne", selon un communiqué, qui précisé que les relations de l'Eglise ukrainienne avec sa direction moscovite étaient "compliquées ou inexistantes" depuis le début du conflit.

Cette initiative est le second schisme orthodoxe en Ukraine en quelques années. Une partie de l'Eglise ukrainienne, représentée par le patriarcat de Kiev, avait déjà rompu avec Moscou en 2019 à cause de l'ingérence du Kremlin dans le pays.

L’Ukraine est centrale pour l'Eglise orthodoxe russe, dont certains des monastères les plus importants sont situés dans ce pays.

 

- "Génocide" dans le Donbass -

Dans son message vidéo quotidien, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé jeudi soir Moscou de "génocide" dans le Donbass, où les forces russes procèdent à des "déportations" et des "tueries de masse de civils".

Le président américain Joe Biden a lui aussi employé cette expression.

De son côté, Moscou a justifié son invasion de l'Ukraine par un "génocide" que mèneraient les Ukrainiens contre la population russophone du Donbass.

Depuis La Haye (Pays-Bas), le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Karim Khan, a appelé la Russie à coopérer dans l'enquête, qu'il avait ouverte quatre jours après l'invasion russe, sur les crimes de guerre et crimes contre l'humanité présumés commis en Ukraine. Ni la Russie ni l'Ukraine ne sont membres de la CPI, mais Kiev a accepté la compétence de la Cour.

 

La guerre se poursuit aussi dans le reste de l'Ukraine.

Les forces russes ont massé 30 chars T-62 ainsi que d'autres blindés et des systèmes de missiles Grad dans la région de Kherson (sud), pilonnée par des hélicoptères Mi-8, a indiqué samedi le Commandement Sud de l'armée ukrainienne sur Facebook.

 

- Kiev réclame des lance-roquette multiples américains -

Dans ce contexte, Kiev à une nouvelle fois réclamé vendredi davantage d'armes aux Occidentaux.

"Certains partenaires évitent de donner les armes nécessaires par peur de l'escalade. Escalade, vraiment? La Russie utilise déjà les armes non nucléaires les plus lourdes, brûle les gens vivants. Peut-être qu'il est temps (...) de nous donner des (lance-roquette multiples) MLRS?" a tweeté Mykhaïlo Podoliak, conseiller de la présidence ukrainienne.

Le porte-parole du Pentagone John Kirby n'a pas confirmé l'existence d'un tel projet, une perspective évoquée par la presse américaine. "Nous restons engagés à les aider l'emporter sur le champ de bataille", s'est-il borné à déclarer.

 

- Pont ferroviaire -

Alors que l'Ukraine, grande puissance agricole, ne peut plus exporter ses céréales en raison du blocage de ses ports, Vladimir Poutine a rejeté vendredi toute responsabilité russe dans la crise alimentaire mondiale lors d'un entretien téléphonique avec le chancelier autrichien Karl Nehammer, selon un communiqué du Kremlin.

Jeudi, le président russe avait proposé d'aider à "surmonter la crise alimentaire" - à condition que les sanctions occidentales contre Moscou soient préalablement levées, ce qui lui a valu des accusations de chantage.

Pour aider Kiev à contourner le blocus russe, l'Allemagne a notamment mis sur pied un "pont ferroviaire" avec l'Ukraine, réservant des trains au transport du blé ukrainien vers l'Europe de l'Ouest, selon le prochain chef des forces américaines en Europe, le général Chris Cavoli.

Dans ce contexte, le président Zelensky devrait s'adresser lundi par visioconférence aux dirigeants de l'UE réunis à Bruxelles. Ils devraient aborder à nouveau le projet d'embargo de l'UE sur le pétrole russe, toujours bloqué par la Hongrie.

Le ministre russe des Finances, Anton Silouanov, a déclaré vendredi soir dans un entretien télévisé que la Russie devrait engranger cette année 1.000 milliards de roubles (13,7 milliards d'euros) supplémentaires de ses exportations d'hydrocarbures, dont les prix flambent. Une partie sera allouée à la poursuite de l'offensive en Ukraine, selon lui.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2140) : SAMEDI 28  MAI 2022

Samedi 28 Mai 2022 -  Ukraine: Scholz et Macron demandent à Poutine des «négociations sérieuses» avec Zelensky :

Lors d'un entretien de 80 minutes avec le président russe, les deux dirigeants "ont insisté sur un cessez-le-feu immédiat et un retrait des troupes russes", indique un communiqué de la chancellerie allemande. MM. Macron et Scholz ont "appelé le président russe à des négociations directes sérieuses avec le président ukrainien et à une solution diplomatique du conflit".

Cet entretien, qui s'est tenu à la demande de MM. Macron et Scholz selon la chancellerie, a été "consacré à la poursuite de la guerre russe contre l'Ukraine et aux efforts pour y mettre fin".

Le chancelier allemand et le président français ont en outre "appelé le président russe à veiller à une amélioration de la situation humanitaire de la population civile".

Les deux dirigeants occidentaux ont "pris note positivement de l'engagement du président russe de traiter les combattants capturés conformément au droit international humanitaire, en particulier aux conventions de Genève, et de garantir un accès sans entrave au Comité international de la Croix-Rouge.

"La situation alimentaire mondiale, particulièrement tendue en raison de la guerre d'agression russe", a également été abordée lors de la discussion.

"Le président Poutine a assuré vouloir permettre l'exportation de céréales depuis l'Ukraine, notamment par voie maritime", affirme la chancellerie.

Le président russe s'est "engagé à ce que la Russie ne profite pas de l'ouverture de la ceinture de mines mise en place pour protéger les ports ukrainiens, afin de permettre l'exportation de céréales par bateau, pour mener des actions offensives", assure la chancellerie allemande, précisant que les trois dirigeants étaient d'accord sur le "rôle central" que doivent jouer les Nations unies pour garantir les exportations.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2140) : SAMEDI 28  MAI 2022

Samedi 28 Mai 2022 -  Ukraine, dans l'enfer de Severodonetsk :

Depuis la chute de Marioupol, c’est sur cette ville du Donbass que s’acharne l’armée de Poutine: 4 000 obus quotidiens.

C’est un tonnerre qui ne s’arrête jamais. Il fait partie du décor, à longueur de jours et de nuits, et seule une variation d’intensité rappelle qu’il faut courir vers les abris. Mais, parfois, il est trop tard. Comme à l’école no 18. Quand l’obus a tapé l’étage, trois personnes qui étaient dans la cour n’ont pas eu le temps de rejoindre les sous-sols. Elles sont mortes où, quelques jours plus tôt, Valia, gamine bavarde d’une dizaine d’années, fière de ses boucles d’oreilles en or, avait été filmée racontant que la vie, bien sûr, était difficile à Severodonetsk , mais amusante aussi, avec tous les autres enfants réfugiés dans l’école…

Qu’est-elle devenue, Valia, dans cette musique ininterrompue qui annonce que la pince russe se resserre sur Severodonetsk comme le casse-noix sur la coque ? Matthias Bruggmann, photographe suisse de 44 ans, a enregistré ce bruit de percussion qui accompagne toute sortie dans ce qui est encore la capitale ukrainienne de l’oblast de Louhansk, à 30 kilomètres seulement de la frontière (non reconnue) d’une république autoproclamée qui revendique le même nom. Il a choisi de suivre un drôle de bataillon, un corps hétéroclite de civils composé, entre autres, du claviériste d’un groupe punk, de sa compagne travailleuse sociale, d’une employée de supermarché, d’une pharmacienne, d’un retraité de la marine marchande et d’un champion de taekwondo, accompagné de son chien sharpeï.

« Des vrais, des purs », s’émeut-il. Mais des fauchés… Ils sont équipés de vieilles voitures dont les pneus ne cessent d’éclater sur les débris de ferraille. Et c’est ainsi que, malgré les bombes, et souvent sous les bombes, ils font du porte-à-porte pour amener des vivres, convaincre une babouchka qui n’a plus toute sa tête, une femme enceinte effrayée à l’idée d’accoucher sur la route, qu’il est temps de partir, qu’il n’y a de place pour personne ici, pas plus pour les vieux, les pauvres, les malades, que pour les têtus ou les inconscients… « Le Donbass, c’est l’enfer ! » a annoncé le président Zelensky. Qu’ils se sentent ukrainiens ou même russes, tous les habitants de Severodonetsk sont traités à égalité sous un déluge de 4 000 obus quotidiens. L’herbe repoussera-t-elle où les armées de Vladimir Poutine sont passées ?

On dirait que rien ne change sous ces latitudes. Ici ont longtemps vécu les Cosaques zaporogues, ces paysans guerriers qui élisaient chaque année leur chef. Rien ne le distinguait que la hauteur de sa toque. Et lorsque la campagne s’annonçait, contre les Tatares le plus souvent, aucun gendarme n’avait besoin de sonner la mobilisation. Trois ou quatre siècles après leur disparition, Arthur Quesnay, docteur en sciences politiques de retour du Donbass, coauteur d’une tribune parue dans « Le Monde » sur l’urgence de l’aide à apporter, est encore étonné par l’efficacité de cette « organisation horizontale ». Il note, certes, le surprenant pouvoir de résilience de l’État, jamais K.-O. malgré la violence des coups : « La police, les pompiers, tout cela continue de fonctionner. » Mais ce qui le sidère le plus, c’est la mobilisation de ces réseaux, structurés par les municipalités. À côté, les grandes ONG, « sous parapluie de l’Onu », ressemblent à de gros hannetons alourdis par leur administration.

Seuls les plus pauvres, les plus vieux, les plus malades sont restés. Ils doivent subsister dans une ville retournée à l’âge de pierre

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2140) : SAMEDI 28  MAI 2022

Samedi 28 Mai 2022 -  L'Eglise orthodoxe d'Ukraine, jusqu'ici affiliée à Moscou, annonce rompre avec la Russie :

La branche moscovite de l'Eglise orthodoxe ukrainienne a annoncé vendredi rompre avec la Russie après que cette dernière a envahi l'Ukraine, déclarant « sa pleine indépendance » des autorités spirituelles russes, une initiative historique.

« Nous ne sommes pas d'accord avec le patriarche moscovite Kirill (...) en ce qui concerne la guerre en Ukraine  », a expliqué dans un communiqué l'Eglise ukrainienne, à l'issue d'un concile consacré à « l'agression » russe contre son pays, durant lequel elle a prononcé « la pleine indépendance et l'autonomie de l'Eglise orthodoxe ukrainienne ». La branche moscovite de l'Eglise orthodoxe d'Ukraine était jusqu'ici subordonnée au patriarche russe Kirill, qui a clairement exprimé son soutien à l'offensive du président russe Vladimir Poutine contre l'Ukraine.

 

Des centaines de ses prêtres avaient signé récemment une lettre ouverte appelant à faire juger Kirill par un tribunal religieux

« Le concile condamne la guerre, qui est une violation du commandement de Dieu « Tu ne tueras point », et exprime ses condoléances à tous ceux qui souffrent à cause de la guerre », ajoute le communiqué. Selon l'Eglise d'Ukraine, ses relations avec sa direction moscovite était « compliquées ou inexistantes » depuis que la loi martiale a été déclarée en Ukraine. Cette initiative est le second schisme orthodoxe en Ukraine en quelques années. Une partie de l'Eglise ukrainienne avait déjà rompu avec Moscou en 2019 à cause du rôle du Kremlin dans le pays.

L'invasion décidée par Vladimir Poutine et le soutien de Kirill à la guerre avait placé l'Eglise ukrainienne encore rattachée à Moscou dans une situation de plus en plus intenable. Des centaines de ses prêtres avaient signé récemment une lettre ouverte appelant à faire juger Kirill par un tribunal religieux à cause de ses positions sur le conflit. L'Ukraine est centrale pour l'Eglise orthodoxe russe, dont certains des monastères les plus importants sont situés dans ce pays.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2140) : SAMEDI 28  MAI 2022

Samedi 28 Mai 2022 -  En visite en Chine, la chef des droits de l'Homme de l'ONU se défend de toute complaisance

La chef des droits de l'Homme de l'ONU, Michelle Bachelet, assure avoir parlé avec "franchise" aux dirigeants communistes de la campagne actuellement menée au Xinjiang (nord-ouest) au nom de l'antiterrorisme. Elle  a affirmé samedi en Chine que sa visite n'était "pas une enquête", mais a exhorté Pékin à arrêter les mesures "arbitraires" visant la minorité musulmane des Ouïghours .

Lors d'une conférence de presse en ligne organisée à la fin de son séjour, Michelle Bachelet a également assuré avoir "entendu" ceux qui, ces derniers jours, lui reprochaient son manque de critiques envers le gouvernement chinois.

L'ex-présidente chilienne de 70 ans a par ailleurs affirmé avoir parlé avec "franchise" aux dirigeants communistes de la campagne actuellement menée au Xinjiang (nord-ouest) au nom de l'antiterrorisme.

 

La Chine dément toute "stérilisation forcée

Cet immense territoire chinois a longtemps été le théâtre d'attentats sanglants visant des civils et commis, selon les autorités, par des séparatistes et islamistes ouïghours - le principal groupe ethnique de la région. Le Xinjiang, où habitent 26 millions de personnes, fait ainsi l'objet depuis quelques années d'une surveillance draconienne.

Des études occidentales accusent Pékin d'avoir interné plus d'un million de Ouïghours et de membres d'autres groupes ethniques musulmans dans des "camps de rééducation", voire d'imposer du "travail forcé" ou des "stérilisations forcées". Les Etats-Unis évoquent un "génocide".

La Chine dénonce des rapports biaisés et parle de "centres de formation professionnelle" destinés à développer l'emploi et à éradiquer l'extrémisme. Elle dément toute "stérilisation forcée", disant uniquement appliquer la politique nationale de limitation des naissances.

Plusieurs associations de défense des droits de l'Homme et de membres de la diaspora accusent Pékin d'avoir pris dans les mailles de sa campagne antiterroriste un certain nombre de personnes n'ayant commis aucun crime. Selon eux, des Ouïghours auraient été internés sur la seule base d'un extrémisme supposé, en raison d'une barbe trop longue, d'un voyage suspect à l'étranger ou de croyances religieuses jugées trop poussées.

 

Michelle Bachelet a ainsi appelé samedi la Chine à arrêter les mesures "arbitraires et sans discernement" de sa campagne antiterroriste au Xinjiang, tout en dénonçant les "actes violents d'extrémisme".

L'ex-présidente chilienne est dans le collimateur d'organisations de défense des droits de l'Homme, des Etats-Unis et de Ouïghours basés à l'étranger. Ils lui reprochent de ne pas suffisamment critiquer Pékin et de se laisser entraîner, avec sa visite, dans une opération de communication orchestrée par le Parti communiste chinois (PCC).

Les médias officiels chinois ont ainsi rapporté cette semaine qu'elle aurait loué les progrès de la Chine en matière de droits de l'Homme. Les services onusiens n'ont ni démenti ni confirmé ces propos.

"Cette visite n'était pas une enquête", a rappelé la Haute-Commissaire samedi. Elle a défendu son séjour, assurant avoir pu avoir avec les personnes qu'elle voulait rencontrer au Xinjiang un accès "non supervisé" par les autorités.

 

Beaucoup de familles ouïghoures disent n'avoir pas de nouvelles de leurs proches emprisonnés.

"Cette question et d'autres ont été soulevées avec les autorités", a déclaré Michelle Bachelet, ajoutant qu'elle avait "soulevé beaucoup de cas, des cas très importants".

Cette visite était la première d'un Haut-Commissaire aux droits de l'Homme en 17 ans. Elle fait suite à d'âpres négociations entre les Nations unies et Pékin.

La délégation onusienne, au nom de la situation épidémique en Chine, était dans une bulle sanitaire qui a tenue Mme Bachelet à l'écart de la presse étrangère

Michelle Bachelet s'est rendue au Xinjiang dans la capitale régionale Urumqi et à Kashgar, ville où la population ouïghoure est particulièrement importante. Mais aucun détail de son itinéraire n'a été rendu public.

Le gouvernement du Xinjiang lui a, selon elle, assuré que le réseau de "centres de formation professionnelle" avait été "démantelé". Michelle Bachelet a déclaré avoir visité l'un de ces anciens centres.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2140) : SAMEDI 28  MAI 2022

Samedi 28 Mai 2022 -  Tuerie d'Uvalde : Trump justifie d'armer les citoyens face au «mal» :

L'ancien président Donald Trump a appelé vendredi à "armer les citoyens" pour combattre le "mal dans notre société", à l'origine selon lui de l'effroyable tuerie dans une école primaire au Texas. Le milliardaire républicain s'exprimait devant le premier lobby américain des armes, qui hasard du calendrier, tenait sa convention annuelle à quelques centaines de kilomètres de la ville texane où a eu lieu la fusillade qui a coûté la vie à 19 enfants et deux enseignantes.

"L'existence du mal dans notre société n'est pas une raison pour désarmer des citoyens respectueux de la loi", a déclaré l'ancien président. "L'existence du mal est la raison pour laquelle il faut armer les citoyens respectueux de la loi", a-t-il assuré.

Donald Trump a accusé son successeur Joe Biden et le parti démocrate d'exploiter politiquement "les larmes des familles" endeuillées en essayant de faire adopter des lois sur les armes à feu. Aux appels à limiter le nombre d'armes à feu, les conservateurs opposent l'argument de mieux traiter les problèmes de santé mentale aux Etats-Unis, un point sur lequel Donald Trump a particulièrement insisté vendredi.

 

"Il brûlera en enfer"

Le tireur était un "lunatique hors de contrôle" a ainsi estimé l'ancien locataire de la Maison Blanche. "Il brûlera en enfer", a-t-il promis. L'ancien magnat de l'immobilier a aussi appelé à renforcer la sécurité dans les écoles américaines, suggérant d'installer des "clôtures robustes" et des détecteurs de métaux devant les établissements et d'armer les instituteurs.

Quelques minutes plus tôt, lors de la même convention de la National Rifle Association (NRA), le sénateur du Texas Ted Cruz avait jugé qu'une confiscation ou une interdiction des armes aux Etats-Unis mènerait à une hausse de la criminalité.

"Beaucoup plus de mères célibataires seraient agressées, violées ou assassinées dans le métro", a-t-il martelé

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2140) : SAMEDI 28  MAI 2022

Samedi 28 Mai 2022 -  Tuerie d'Uvalde : les témoignages des enfants survivants confirment l'attentisme de la police :

A la veille de la visite du président Joe Biden, les premiers témoignages d'enfants ayant survécu à la tuerie d'Uvalde émergeaient samedi, décrivant l'horreur dans cette école texane où un tireur a tué 19 jeunes élèves et deux enseignantes.

La veille, les autorités texanes avaient fait leur mea culpa, admettant que la police avait pris une "mauvaise décision" en n'entrant pas rapidement dans le bâtiment.

Il a fallu attendre environ une heure, mardi, pour que la police mette fin au massacre, malgré plusieurs appels passés par des enfants, demandant une intervention. Les 19 agents sur place attendaient l'intervention d'une unité spécialisée de la police aux frontières.

A l'intérieur, les enfants étaient enfermés avec le tireur, Salvador Ramos, âgé d'à peine 18 ans. En entrant dans la salle, ce dernier avait fermé la porte, disant aux enfants: "vous allez tous mourir", avant d'ouvrir le feu, a raconté un survivant, Samuel Salinas, 10 ans, à la chaîne ABC vendredi.

 

"Rester calme"

Miah Cerrillo, 11 ans, a tenté d'échapper à l'attention de Salvador Ramos de la même façon. La fillette s'est couverte du sang d'un camarade, dont le cadavre se trouvait à côté d'elle, a-t-elle expliqué à CNN, dans un témoignage non filmé. Elle venait de voir l'adolescent abattre son institutrice, après lui avoir dit "bonne nuit".

Un autre élève, Daniel, a raconté au journal Washington Post que pendant que les victimes attendaient que la police vienne les sauver, personne ne criait. "J'étais effrayé et stressé, parce que les balles m'ont presque touché."

Sa professeure, qui a été blessée pendant l'attaque mais a survécu, chuchotait aux élèves de "rester calmes" et de ne "pas bouger".

Une enfant, elle aussi touchée par une balle, avait doucement demandé à son enseignante d'appeler la police, disant qu'elle "saignait beaucoup", a relaté Daniel, qui ne peut plus dormir seul et fait des cauchemars.

Les enfants qui ont survécu "sont traumatisés, et ils devront vivre avec ça toute leur vie", a déclaré sa mère, Briana Ruiz.

 

Ces témoignages n'ont fait qu'accentuer la polémique autour de la réaction des forces de l'ordre.

Pressé par les journalistes d'expliquer leur délai d'intervention très critiqué, Steven McCraw, directeur du département de la sécurité publique du Texas, a affirmé vendredi que les forces de l'ordre pensaient "qu'il n'y avait peut-être plus de survivant".

La police a pourtant reçu de nombreux appels de plusieurs personnes se trouvant dans les deux salles de classe touchées, dont un d'une enfant à 12H16, plus d'une demi-heure avant l'intervention de la police à 12H50, prévenant que "huit à neuf élèves étaient vivants", a déclaré M. McCraw.

Dimanche, le président des Etats-Unis et son épouse Jill Biden se rendront à Uvalde, pour "partager le deuil" des habitants de cette petite ville bouleversée par l'un des pires massacres par arme à feu des dernières années dans le pays.

Le président démocrate, qui a régulièrement dénoncé l'"épidémie" de violence par arme à feu, n'a pour l'instant pas réussi à faire passer une législation d'ampleur sur la régulation des armes.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2140) : SAMEDI 28  MAI 2022

Samedi 28 Mai 2022 -  Burkina Faso : des partisans du président renversé dénoncent une «prise en otage». :

Des centaines de partisans de l'ex-président du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré, renversé par un putsch en janvier , se sont rassemblés samedi à Ouagadougou pour dénoncer sa "prise en otage" et exiger sa "libération totale et sans conditions", a constaté un journaliste de l'AFP.

D'abord retenu dans une villa de Ouaga 2000, un quartier huppé de Ouagadougou après le putsch du 24 janvier, M. Kaboré avait été autorisé à regagner début avril son domicile privé dans la capitale burkinabè, mais ne jouit pas de sa liberté, selon ses partisans

"Un citoyen burkinabè, de surcroit un ancien chef d'Etat, est détenu chez lui à la maison, réquisitionnée et transformée en une prison", a affirmé Désiré Guinko, porte-parole d'une coordination d'organisations pro-Kaboré à l'origine du rassemblement.

Il a dénoncé "la prise en otage du président Kaboré" et averti que "si dans un bref délai" il n'était pas libéré "sans conditions", "la lutte pacifique s'étendra dans toutes les 45 provinces du pays".

La coordination avait initialement prévu une manifestation dans les rues de Ouagadougou près du domicile de M. Kaboré, interdite par les autorités. Ils ont dû opter pour un rassemblement dans une salle de conférence de la capitale qui ne pouvait contenir tout le monde, et de nombreuses personnes ont été contraintes de rester à l'extérieur.

Le pays fait face depuis mi-mars à une recrudescence d'attaques de jihadistes présumés qui ont fait plus de 200 morts, civils et militaires.

On pouvait y lire une banderole sur laquelle était écrite: "Détention arbitraire du président Roch Marc Christian Kaboré, la prise en otage n'a que trop duré".

M. Guinko a rappelé que les militaires avaient pris le pouvoir en affirmant "vouloir ramener la quiétude et la sécurité, mais le constat est fait par tout le monde: le résultat est négatif, en quatre mois de gestion du pouvoir, sur le plan sécuritaire, c'est un désastre". "Dans un contexte pareil, il faut œuvrer à l'unité nationale, on ne peut pas oeuvrer à la division, à la diversion, aux intimidations et aux arrestations", a-t-il ajouté.

Accusé de ne pas avoir su endiguer la violence jihadiste qui mine le Burkina Faso depuis 2015, Roch Marc Christian Kaboré a été renversé par une junte militaire conduite par le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, aujourd'hui président de transition.

Après une courte accalmie suivant sa prise de pouvoir, M. Damiba fait face depuis mi-mars à une recrudescence d'attaques de jihadistes présumés qui ont fait plus de 200 morts, civils et militaires.

La libération de M. Kaboré a été réclamée à plusieurs reprises par la Communauté des Etats d'Afrique de l'ouest (Cédéao), l'ONU et l'Union africaine.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2140) : SAMEDI 28  MAI 2022

Samedi 28 Mai 2022 -  Danone augmente ses exportations de lait infantile aux Etats-Unis, victimes de pénurie :

Le groupe français d'agroalimentaire Danone a indiqué vendredi avoir « plus que doublé » ces derniers mois ses exportations de lait infantile de la marque Neocate vers les États-Unis, frappés de pénurie, et s'apprête à envoyer 500.000 boîtes supplémentaires fin juin.

« Notre engagement aujourd'hui est de fournir 500.000 boîtes en plus de ce que nous avons fourni aux États-Unis au cours des derniers mois", a dit à l'AFP un porte-parole de la division "nutrition spécialisée" du groupe, qui refuse cependant de communiquer la quantité totale des livraisons. Ces boîtes supplémentaires de Neocate, destinées aux bébés souffrant d'une allergie au lait de vache ou aux protéines alimentaires, doivent arriver aux Etats-Unis d'ici à fin juin pour être distribuées auprès des familles début juillet. La quantité de produit annoncée doit permettre la préparation de 5 millions de biberons d'environ 250 millilitres.

 

Danone a réalisé 20% de son chiffre d'affaires aux États-Unis en 2021, mais ne détient que 5% de parts de marché sur le lait infantile

Les États-Unis connaissent depuis plusieurs mois une pénurie de lait pour bébé, causée par des problèmes d'approvisionnement et de main-d'œuvre liés au Covid-19, puis aggravée par la fermeture, en février, d'une usine du fabricant Abbott dans le Michigan, après un rappel de produits soupçonnés d'avoir provoqué la mort de deux nourrissons. Pour répondre aux besoins du marché américain tout en continuant à approvisionner les autres pays où la marque Neocate est distribuée, Danone a indiqué avoir augmenté la production de cette marque dans une usine en Angleterre.

« Danone discute actuellement avec la FDA (administration américaine des aliments et des médicaments) et la Maison Blanche de la possibilité d'importer aux États-Unis des préparations non médicales pour bébés qui ne sont actuellement pas disponibles dans le pays", a ajouté l'industriel français. Danone a réalisé 20% de son chiffre d'affaires aux États-Unis en 2021, mais ne détient que 5% de parts de marché sur le lait infantile. Son concurrent Nestlé a acheminé vers les Etats-Unis plus de 31 tonnes de boîtes de lait infantile dimanche, depuis la Suisse et les Pays-Bas .

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2140) : SAMEDI 28  MAI 2022

Samedi 28 Mai 2022 -  Selon Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière), Jean-Luc Mélenchon «balade» les électeurs :

La porte-parole de Lutte ouvrière, Nathalie Arthaud, a jugé samedi que le leader de LFI Jean-Luc Mélenchon "balade les travailleurs d'illusion électorale en illusion électorale", appelant à voter pour les candidats de LO aux législatives de juin afin de "changer les choses".

"Après sa défaite à la présidentielle, maintenant (Jean-Luc Mélenchon) explique que, finalement, il faut qu'il fasse l'union avec le Parti socialiste, qu'il a vilipendé, qu'il a dénoncé depuis toujours", a épinglé sur France 2 la dirigeante trotskiste, qui était elle aussi candidate à l'Elysée et ne participe pas à l'union Nupes à gauche pour le scrutin des 12 et 19 juin.

"Je ne suis pas d'accord avec Jean-Luc Mélenchon, s'il s'agit de dire que ce seront quelques députés de plus qui vont protéger le monde du travail. C'est ça la raison de notre présence: il faut que les travailleurs réalisent la force qu'ils ont de changer les choses, eux-mêmes en s'organisant", a-t-elle poursuivi.

 

"On est dans un bateau qui prend l'eau de toutes parts"

LO présente des candidats dans toutes les circonscriptions de métropole, ainsi qu'en Guadeloupe, en Martinique et à La Réunion, "des femmes et des hommes du monde du travail, des ouvriers, des aides à domicile, des facteurs, des enseignants" et des personnes qui "galèrent entre périodes d'activité et de chômage", a exposé Mme Arthaud. Et d'insister: "Il n'y a aucun carriériste, aucun qui soit prêt à vendre son programme ou ses convictions pour une place".

"L'avenir du monde du travail dépend des luttes que nous serons capables nous-mêmes de mener", a-t-elle martelé, en défendant notamment l'indexation des salaires sur l'inflation. Elle a critiqué au passage M. Mélenchon, qui a revu à la hausse l'augmentation du Smic qu'il préconise, à 1.500 euros net mensuels: "Ca sera dépassé dans quelques mois".

"On est dans un bateau qui prend l'eau de toutes parts, qui est en train de sombrer et là on nous parle de : +Est-ce qu'il n'y aurait pas un capitaine qui saurait un petit peu mieux naviguer+", a-t-elle ajouté, préconisant plutôt de "remettre en cause ceux qui dominent, ceux qui spéculent aujourd'hui, ceux qui nous font les poches".

A Presles (Val-d’Oise) se tient ce week-end la "Fête de Lutte ouvrière", avec deux meetings de Mme Arthaud samedi et dimanche.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2140) : SAMEDI 28  MAI 2022

Samedi 28 Mai 2022 -  Pouvoir d’achat, santé, climat : les trois urgences d’Elisabeth Borne :

Depuis le perron de Matignon, la Première ministre Elisabeth Borne a fait part de sa ligne de route transmise aux ministres vendredi matin. L’ancienne ministre du Travail a fixé trois urgences à traiter dès les jours à venir : pouvoir d’achat, santé et climat. «Ma volonté est de faire vivre un collectif. (…) Cela nous permet de fixer un cadre commun à notre action pour partager la nouvelle méthode voulue par le président de la République : concertation, co-construction et résultats» a-t-elle ajouté. Elle a appuyé l’idée que chaque journée devait être «utile» et que les premières semaines devaient être «consacrées à répondre aux urgences des Français».

Pour le pouvoir d’achat, la Première ministre a demandé à rédiger des «lois d’urgence» qui seront les premiers textes examinés par la nouvelle Assemblée. «Il ne faut ni oubliés, ni angles morts. Outre les retraités, les salariés, les indépendants, les agents publics, j’ai demandé à mes ministres d’avoir une attention particulière pour les étudiants» a-t-elle insisté.

Concernant la santé, elle a demandé à répondre à très court terme au «défi du manque de personnel dans les services hospitaliers et les établissements médicaux sociaux». La Première ministre a demandé aux ministres concernés de lui faire des «propositions très rapidement pour prendre des mesures pour l’été».

 

Climat, la 3ème jambe des urgences

Alors que l’on aurait pu croire qu’Elisabeth Borne aurait classé l’Ecologie en urgence principale, le climat sera sa troisième urgence. Elle a rappelé qu’elle était en charge de la planification écologique. «Je compte mener ce chantier à marche rapide avec la ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires (Amélie de Montchalin, Ndlr) et la ministre de la Transition énergétique (Agnès Pannier-Runacher, Ndlr)», a-t-elle assuré. Mais la cheffe du gouvernement a fait part à l’ensemble de ses ministres que «tous les ministères doivent se mobiliser pour faire face au défi climatique et participer à la planification écologique».

Pour conclure, Elisabeth Borne a annoncé qu’un séminaire gouvernemental avec Emmanuel Macron était prévu d’ici la fin juin.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2140) : SAMEDI 28  MAI 2022

Samedi 28 Mai 2022 -  Le G7 s'engage à cesser les subventions aux énergies fossiles à l'étranger ;

Les pays du G7 se sont engagés vendredi à décarboner la majorité de leur secteur électrique « d'ici 2035 », ainsi qu'à mettre fin à tout financement international des projets liés aux énergies fossiles dès cette année.

« Nous nous engageons à atteindre un secteur de l'électricité majoritairement décarboné d'ici 2035 », ont-ils déclaré dans une déclaration publiée à l'issue d'une réunion des ministres du Climat et de l'Energie à Berlin. Pour atteindre cet objectif, les pays s'engagent « à soutenir l'accélération de la sortie mondiale du charbon » et à « développer rapidement les technologies et les politiques nécessaires à la transition vers une énergie propre ». C'est la première fois que les sept puissances industrielles (États-Unis, Japon, Canada, France, Italie, Royaume-Uni, Allemagne) s'engagent ensemble sur un tel objectif.

 

Les Etats du G7 ont rappelé leur objectif de supprimer toute subvention directe à des énergies fossiles « d'ici 2025 »

Les ministres ont également promis de mettre un terme au financement à l'étranger de projets d'énergies fossiles sans technique de capture du carbone d’ici « fin 2022 ». Cette annonce a été permise grâce à un revirement du Japon, dernier pays du groupe qui refusait de s'engager sur cette question. Une vingtaine de pays, dont les autres Etats du G7, avaient déjà signé une déclaration en ce sens en novembre dernier, lors de la COP 26 à Glasgow. « Il est bien que le Japon, premier financeur des combustibles fossiles au monde, ait rejoint les autres pays du G7 », commente auprès de l'AFP Alden Meyer, expert pour le Think Tank européen E3G.

Les Etats du G7 ont également rappelé leur objectif commun de supprimer toute subvention directe à des énergies fossiles « d'ici 2025 ». « Récompenser un comportement nuisible au climat par des subventions (...), c'est absurde et cette absurdité doit être éliminée », a commenté Robert Habeck le ministre allemand de l'Economie et du Climat, lors d'une conférence de presse vendredi. Selon l'ONG Oil Change International, entre 2018 et 2020, les seuls pays du G20 ont financé de tels projets à hauteur de 188 milliards de dollars, principalement via des banques multilatérales de développement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens