Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mai 2022 6 14 /05 /mai /2022 07:00
LA MARCHE DU MONDE (2129) : VENDREDI 13 MAI 2022

Vendredi 13 Mai 2022 - Crimes de guerre, 6 millions de personnes ont fui… le point sur la guerre en Ukraine :

Les accusations de crimes de guerre s'accumulaient vendredi contre l'armée russe en Ukraine, notamment le déplacement de force de milliers de personnes dans des "camps de filtration", alors que plus de six millions d'Ukrainiens ont fui leur pays depuis le début de la guerre . Les chaînes américaine CNN et britannique BBC ont diffusé jeudi des images de vidéosurveillance les décrivant comme le meurtre de deux civils ukrainiens, sans armes, abattus par des soldats russes dans la banlieue de Kiev, le 16 mars. Les militaires les fouillent avant de partir le long d'un commerce, puis ils reviennent sur leurs pas et leur tirent dans le dos.

Selon CNN, le Parquet ukrainien enquête sur ces faits sur la base d'accusations de crimes de guerre. L'AFP n'a pas été en mesure de vérifier les images de façon indépendante. Cette vidéo s'ajoute aux nombreux témoignages sur les exactions dont sont accusées les troupes russes en Ukraine. "Les militaires (russes) ont bombardé une maison d'habitation avec un char. Deux hommes et une femme ont été tués", a ainsi indiqué le parquet de la région de Kharkiv, dans l'est du pays, précisant que leurs corps, enterrés par les voisins dans la cour de leur maison, ont été exhumés mercredi. A l'arrivée du char, les habitants "se sont mis à rentrer dans la maison pour se cacher. Il a tiré dans la porte juste après. Quatre personnes sont mortes, deux ont été blessées", a raconté en pleurs à l'AFP Olga Karpenko, 52 ans, dont la fille est l'une des victimes, tuée par un éclat d'obus. Les actes de l'armée russe feront l'objet d'investigations, notamment de la commission spéciale du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, qui en a reçu le feu vert jeudi, de la Cour pénale internationale et des autorités ukrainiennes. A New York, des représentants de l'ONU ont réclamé l'arrêt des bombardements d'écoles en Ukraine, tout en dénonçant leur utilisation à des fins militaires.

 

"Camps de filtration"

Comme en écho, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a encore dénoncé jeudi soir l'attaque d'écoles par les Russes dans la région de Cherniguiv. Outre ces allégations, les Etats-Unis ont accusé jeudi l'armée russe d'avoir transféré, "de force", "plusieurs milliers" d'Ukrainiens dans des "camps de filtration", les soumettant à un traitement "brutal". Moscou aurait aussi déplacé "au moins plusieurs dizaines de milliers d'autres (Ukrainiens) en Russie ou dans des territoires contrôlés par la Russie", a ajouté l'ambassadeur américain auprès de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), Michael Carpenter.

Kiev a avancé le nombre de 1,2 million de personnes déportées par Moscou en Russie. L'Ukraine a aussi vu plus de six millions des siens fuir le pays, dont plus de la moitié -3,27 millions- vers la Pologne, a souligné le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) à Genève, relevant toutefois que le flot de ces départs s'est considérablement tari au fil des semaines. La tendance s'est même inversée.

Depuis qu'est passé le 9 mai, lorsque l'Ukraine redoutait une action militaire d'éclat de la Russie qui marque ce jour-là l'anniversaire de la victoire sur l'Allemagne nazie, les retours se sont accélérés, avec 34.000 retours en Ukraine contre 29.000 départs à l'étranger ce mardi, selon les chiffres des garde-frontières ukrainiens. "Je suis reconnaissante envers les gens à l'étranger mais mon foyer me manquait. Ma mère est ici avec mon chien", a expliqué à l'AFP, sur le quai de la gare de Kiev, Maria Pchenytchna, 16 ans, qui avait quitté son domicile fin février à la va-vite. Le solde global reste cependant encore largement négatif - avec 5,9 millions de départs pour 1,56 million de retour, toujours selon les garde-frontières.

Plus de huit millions de personnes ont été déplacées à l'intérieur même de l'Ukraine, qui comptait avant le conflit 37 millions d'habitants, hors Crimée, annexée par la Russie en 2014, et les zones de l'est contrôlées par des séparatistes prorusses. Sur le terrain, les combats se poursuivent dans le Donbass, où la Russie ne progresse que lentement, et essaie notamment de prendre "le contrôle total" des localités de Roubijné et de Severodonetsk, selon la présidence ukrainienne.

Kiev a aussi commencé des "pourparlers difficiles" avec la Russie pour l'évacuation de 38 soldats ukrainiens grièvement blessés, qui se trouvent dans les sous-sols de l'aciérie Azovstal, dernière poche de résistance ukrainienne à Marioupol, assiégée par les forces russes. "Nous travaillons étape par étape", a déclaré la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk sur Telegram, réfutant le chiffre de 500 à 600 personnes avancé par certains médias.

 

Sommet du G7

Mme Verechtchouk avait indiqué mardi à l'AFP que "plus d'un millier" de militaires ukrainiens dont "des centaines de blessés" se trouvaient toujours dans l'immense complexe Azovstal, après l'évacuation de tous les civils la semaine passée avec l'aide de l'ONU. C'est dans ce contexte que se réunissent vendredi en Allemagne les ministres des Affaires étrangères du G7, rejoints par leurs homologues ukrainien Dmytro Kuleba et moldave Nicu Popescu.

Au menu du sommet figure la façon dont les sept puissances parmi les plus riches de la planète (Allemagne, France, Italie, Canada, Etats-Unis, Japon et Royaume) peuvent soutenir davantage Kiev dans sa résistance à l'invasion russe, ainsi que la Moldavie.La Russie est soupçonnée de vouloir faire avancer ses troupes jusqu'à la Transdniestrie, une région séparatiste prorusse sur le territoire moldave. La question des sanctions et des perturbations dans les fournitures de gaz devrait aussi être abordée.

"L'Europe doit couper l'oxygène énergétique" à la Russie et "se débarrasser de sa dépendance du gaz russe", a exhorté jeudi M. Kouleba. Les 27 Etats de l'UE s'efforcent de réduire leur dépendance aux hydrocarbures russes depuis le début du conflit, mais n'ont pas réussi pour l'instant à s'entendre concernant un arrêt progressif des achats de pétrole russe.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2129) : VENDREDI 13 MAI 2022

Vendredi 13 Mai 2022 - Poutine : enquête sur le tsar parano : Personne ne comprend le jeu du maître du Kremlin, de plus en plus isolé malgré sa garde rapprochée.

C’est un rituel. Quand le 9 mai se profile, au cœur des vacances de printemps, les Moscovites fuient la capitale pour trouver refuge dans leur datcha ou partir en voyage. Il est vrai qu’elle prend alors des allures provinciales qu’ils goûtent peu. Elle tombe aux mains des dizaines de milliers de personnes qui affluent de toute la Russie pour assister à la traditionnelle parade militaire et participer à la marche du Régiment immortel, qui honore la mémoire des 27 millions de Soviétiques morts pendant la Seconde Guerre mondiale.

Mais cette année ne ressemble à aucune des 76 qui l’ont précédée depuis la victoire des Alliés contre l’Allemagne nazie. En ce 9 mai 2022, de façon totalement incompréhensible pour un esprit occidental, la Russie prétend être de nouveau en guerre contre le nazisme. « Aujourd’hui, nos soldats, comme leurs ancêtres, se battent pour libérer la mère patrie de la crasse nazie, avec la certitude que, comme en 1945, la victoire sera à nous », affirme ainsi Vladimir Poutine dans les vœux martiaux qu’il vient d’adresser à ses compatriotes.

Combien sont-ils à croire à ce récit ? Nul ne le sait. Mais un fait est d’ores et déjà établi : près de 4 millions de personnes ont quitté la Russie (144 millions d’habitants) durant les trois premiers mois de 2022. Récemment rendu public – de façon surprenante – par le Service fédéral de sécurité (FSB), héritier du défunt KGB, le chiffre impressionne.

Le 24 février dernier, dès l’annonce du lancement de « l’opération militaire spéciale » en Ukraine, une partie de la société russe a considéré que le pays courait à la catastrophe et qu’aucune vie décente – sans parler de l’avenir – n’y serait possible avant longtemps. Elle a aussitôt voté avec ses pieds. Direction la Géorgie, l’Arménie, le Kazakhstan, le Tadjikistan, l’Ouzbékistan…

Pour les Russes candidats au départ, ces anciennes républiques soviétiques ont l’avantage d’être accessibles sans visa. On y parle couramment la langue de Pouchkine, la vie n’y est pas chère, et la mère patrie pas si éloignée en cas de besoin. « Je fais un aller-retour à Tbilissi ce week-end, raconte Elena*, une photographe moscovite âgée de 21 ans. Ma sœur aînée s’y est installée avec son compagnon à la fin de février. Je dois leur apporter des affaires qu’ils n’ont pas pu prendre avec eux, et de l’argent [les cartes de crédit russes ne fonctionnent plus à l’étranger]. »

La nouvelle génération de dissidents lui ressemble : ce sont en grande partie de jeunes urbains, souvent des travailleurs indépendants ou des salariés de la tech, des médias, des arts et de la finance. Les plus « mondialisés » des Russes, en somme, pour ne pas dire les plus occidentalisés. Impossible pour eux de vivre dans un pays déconnecté du monde, dont Twitter, Facebook, TikTok et Instagram sont désormais bannis. Certains ont même délocalisé leur entreprise et leurs salariés. Une véritable hémorragie de cerveaux et de compétences que le pouvoir, à l’instar de la résistance que son armée rencontre en Ukraine, n’avait visiblement pas anticipée.

 

À Moscou, même les murs ont des oreilles. Tout le monde chuchote

« La plupart de mes amis et de mes relations sont partis », constate avec inquiétude Alexandre*, un journaliste chevronné qui, jusqu’à présent, affichait une opposition modérée au Kremlin et à son chef. Comme lui, beaucoup ont cru qu’on pouvait, malgré tout, jouer avec les marges du système, exercer contre lui une critique feutrée et intelligente en s’appuyant, notamment, sur ses différents courants et ses divisions internes. Cela a longtemps permis de passer entre les gouttes de la répression politique et d’éviter les ennuis. Mais le temps du jeu du chat et de la souris avec les autorités est révolu. Il a pris fin le 17 janvier 2021, jour de l’arrestation du principal opposant au pouvoir, Alexeï Navalny. Depuis cette date, le régime s’est efforcé d’éteindre toute parole critique. L’invasion de l’Ukraine était-elle déjà planifiée à cette époque ? Toujours est-il que médias, universités, ONG et réseaux sociaux sont rapidement devenus des cibles à bâillonner. « Il n’y a plus de presse indépendante, je ne sais vraiment pas pour qui travailler, se désole Alexandre, à présent au chômage. Pour l’instant, nous vivons sur le salaire de ma femme et sur nos économies. Sans les enfants, nous serions, nous aussi, déjà loin de Moscou. »

Combien de Russes approuvent l’intervention militaire en Ukraine décidée par Vladimir Poutine ? Difficile à dire : le pays est immense et la parole, désormais confisquée. Sans compter que beaucoup n’ont pas encore conscience des conséquences des sanctions économiques occidentales, dont les plus lourdes devraient se faire ressentir à partir de la fin de l’année. Le maire de Moscou, Sergueï Sobianine, prévoit déjà la perte de 200 000 emplois dans la capitale.

Au mois d’avril, selon le très sérieux centre Levada, plus de 80 % des sondés soutenaient l’action du président russe. « Mais comment voulez-vous que les gens répondent à une question sur le pouvoir au moment où l’on envoie leurs enfants mourir en Ukraine, et quand les grands médias, qui sont aux ordres, leur assènent qu’il n’y a que deux camps, celui des patriotes et celui des traîtres ? » s’emporte Alexandre.

Il est vrai que la télévision publique ne fait pas dans la dentelle : selon les jours, lors des émissions de grande écoute, stérilisation forcée, déportation et colonie pénitentiaire sont promises aux ennemis intérieurs et extérieurs de la Russie par des débatteurs de plus en plus virulents.

 

En trois mois, 4 millions de personnes ont quitté la Russie

« Il », « lui », « le patron »… Aujourd’hui, à Moscou, peu de monde ose encore prononcer le nom de Vladimir Poutine. Même dans l’intimité d’un appartement, d’un salon ou d’une cuisine, vos interlocuteurs hésitent. On préfère vous indiquer silencieusement, de la main, la direction que vous devinez être celle du Kremlin, ou bien on lève l’index vers le plafond, vers un sommet imaginaire, celui de la verticale du pouvoir d’où « il » trône. Tout le monde comprend. Au-delà du patronyme à ne pas prononcer, quand la discussion devient sensible, il n’est pas rare qu’on se penche pour chuchoter à votre oreille ou qu’on s’empare d’un bout de papier et d’un stylo pour vous communiquer une information. Au restaurant, les téléphones portables restent le plus souvent au vestiaire, au fond d’une poche de veste ou de manteau, loin des conversations. On n’est jamais trop prudent.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2129) : VENDREDI 13 MAI 2022

Vendredi 13 Mai 2022 - «Je suis partie marcher dans la nature», Valérie Pécresse sort du silence après la présidentielle :

Valérie Pécresse (LR) a reconnu vendredi avoir "beaucoup appris" à défaut d'avoir "gagné" à la présidentielle, où elle n'a recueilli que 4,78% des suffrages au premier tour.

"En politique, soit on gagne, soit on apprend. On va dire que j'ai beaucoup appris", a déclaré en souriant la présidente de la région Ile-de-France devant la presse à Versailles.

 

Un million manquant pour le "Pécressethon"

Un mois après sa défaite, l'ex-candidate des Républicains a indiqué avoir "repris (son) souffle". "Je suis partie marcher dans la nature, c'est ce qui ressource le mieux, je vous assure", a-t-elle ajouté, en marge de l'inauguration de la Biennale d'architecture et de paysage (Bac) de Versailles. Dans son discours, Valérie Pécresse a affirmé sa détermination à "accélérer le rythme de la transition écologique" pour la région, en plaidant pour "une écologie des résultats" et non "punitive".

Le 10 avril, Valérie Pécresse n'avait obtenu que 4,78% des voix, sous les 5% nécessaires pour obtenir un remboursement de ses frais de campagne pour lesquels elle s'est "endettée personnellement à hauteur de cinq millions d'euros". L'appel de dons qu'elle a lancé pour combler ce trou, qui devait s'interrompre lundi, a été prolongé jusqu'au 31 mai, avec l'objectif de réunir le million d'euros qui manque, les sommes promises jusqu'à présent atteignant les 4 millions, selon son entourage.Z4

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2129) : VENDREDI 13 MAI 2022

Vendredi 13 Mai 2022 - Zelensky estime que Macron essaye de dialoguer avec Poutine «en vain» :

Emmanuel Macron essaye "en vain" de dialoguer avec son homologue russe Vladimir Poutine, a estimé le président ukrainien Volodymyr Zelensky , jugeant "pas correct" que le président français soit prêt, selon lui, à "faire des concessions diplomatiques" à la Russie.

"Il ne faut pas chercher une porte de sortie pour la Russie, et Macron le fait en vain", a regretté Volodymyr Zelensky jeudi soir sur la chaîne de télévision italienne RAI 1, selon des images diffusées vendredi sur sa chaîne Telegram. "Je sais qu'il voulait obtenir des résultats dans la médiation entre la Russie et l'Ukraine, mais il n'en pas a eu", a-t-il asséné. "Jusqu'à ce que la Russie elle-même veuille et comprenne qu'elle a besoin (de la fin de la guerre, ndlr), elle ne cherchera aucune issue", a ajouté le président ukrainien.

 

La paix devra se construire sans "humilier" la Russie, considère Macron

Emmanuel Macron avait affirmé lundi que, pour mettre fin à la guerre menée en Ukraine par l'armée russe, la paix devra se construire sans "humilier" la Russie. Pour Volodymyr Zelensky toutefois, "Macron n'a pas besoin de faire des concessions diplomatiques (à la Russie) maintenant".

Il a jugé cette démarche "pas très correcte" pour, à ses yeux, permettre à M. Poutine de "sauver la face", au moment où les Russes tentent toujours de prendre le contrôle du sud et de l'est de l'Ukraine. Le président ukrainien a par ailleurs estimé que "le temps de se mettre autour d'une table avec la Russie est terminé". "Ce n'est plus possible", a-t-il lâché.

"Le président de la République n'a jamais rien discuté avec Vladimir Poutine sans l'accord du président Zelensky. Il a toujours dit que c'était aux Ukrainiens de décider des termes de leur négociation avec les Russes", s'est défendu de son côté l'Elysée vendredi. Après plusieurs sessions de pourparlers entre Kiev et Moscou au mois de mars, les discussions sont depuis à l'arrêt, les positions des deux parties étant trop éloignées. "Aujourd'hui, le dialogue (avec Moscou, ndlr) doit être pragmatique", a-t-il ajouté. Volodymyr Zelensky a toutefois une nouvelle fois répété son envie de rencontrer Vladimir Poutine, "mais seulement avec lui, sans aucun médiateur". "Et avec une approche de dialogue, pas (en lançant) des ultimatums", a-t-il précisé.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2129) : VENDREDI 13 MAI 2022

Vendredi 13 Mai 2022 - Le retour politique de Manuel Valls fait grincer des dents chez ses opposants et dans la majorité :

Quatre ans après avoir quitté la vie politique française pour une aventure à Barcelone qui a viré au fiasco, l'ex-Premier ministre Manuel Valls veut revenir, mais son investiture pour représenter les Français de l'étranger fait grincer des dents chez ses opposants et dans la majorité.

"Ma seule candidature a mis les projecteurs sur les Français de l'étranger", explique dans un entretien avec l'AFP à Madrid Manuel Valls, investi par la majorité présidentielle dans la petite cinquième circonscription des Français de l'étranger, qui regroupe l'Espagne, le Portugal, Monaco et Andorre. Soit environ 120.000 électeurs inscrits. Pour cet ancien poids lourd du parti socialiste, qui avait quitté coup sur coup en 2018 l'Assemblée nationale pour tenter de conquérir en vain la mairie de Barcelone, sa ville natale, puis en 2021 son poste de conseiller municipal de la métropole catalane, il fallait en passer par les urnes pour revenir.

 

 Se représenter dans l'Essonne "n'avait pas de sens"

"Tout le monde sait que j'habite entre Barcelone, Minorque et Paris", lance Manuel Valls, 59 ans, ancien chef de gouvernement de François Hollande (2014-2016), qui revendique son "ancrage" et sa "double culture" franco-espagnole. Se représenter dans l'Essonne, où il avait été élu à quatre reprises, mais sur le fil lors de sa dernière campagne en 2017, "n'avait pas de sens", dit-il. "J'avais passé la main. Pas plus que ça n'avait de sens dans une autre circonscription de l'Hexagone", explique-t-il.

Sans doute d'ailleurs y aurait-il été une cible privilégiée de la Nouvelle union populaire, écologique et sociale (Nupes), l'alliance de gauche forgée par Jean-Luc Mélenchon autour de La France insoumise (LFI).

"Je veux faire bénéficier les Français de mon expérience et de mon influence, (...) de ma voix forte", martèle Manuel Valls. Ses thèmes de prédilection, "la sécurité, la laïcité, le vivre-ensemble, l'égalité femmes-hommes", n'ont pas changé.

 

Le député LREM sortant maintient sa candidature

L'annonce le 5 mai de son investiture pour les législatives de juin a fait l'effet d'une bombe dans cette cinquième circonscription, surtout chez les Français résidant en Espagne. Stéphane Vojetta, le député sortant, qui portait les couleurs de La République en marche (LREM), a décidé de se maintenir et se présente comme le candidat "naturel (refusant) les parachutages et les soubresauts de l'ancien monde", tout en restant "un soutien loyal" d'Emmanuel Macron.

"Manuel Valls, c'est une personne que je respecte (...) mais malheureusement, j'ai pu constater assez tristement la détérioration de son image" et "son manque de popularité", affirme à l'AFP cet ancien banquier d'affaires de 47 ans. L'ancien Premier ministre, lui, ne semble pas inquiet par cette candidature "dissidente", alors que les Français d'Espagne ont voté à 83,6% pour Emmanuel Macron le 24 avril, même s'il reconnaît que "rien n'est gagné d'avance". Et de pointer du doigt un seul adversaire: "le mélenchonisme".

 

En cas d'échec, il ne sera "ni aigreur, ni amertume, ni rancœur"

Au sein de la majorité, Manuel Valls bénéficie de nombreux soutiens, à l'instar de Stanislas Guérini, le patron de LREM: "Sa voix porte. Tout le monde n'a pas été Premier ministre. A ce titre, c'est un atout pour la majorité". Guillaume Gouffier-Cha, député LREM du Val-de-Marne, en convient, estimant que la voix de Manuel Valls "compte encore, notamment dans ces moments de crise internationale". A l'évocation de son nom, un troisième député LREM, représentant de l'aile gauche du parti, lève les yeux au ciel: "Il va perdre", lâche-t-il sous le couvert de l'anonymat, visiblement peu enthousiaste à l'idée de siéger au côté de l'ex-socialiste.

La candidature de Manuel Valls à l'Assemblée nationale française n'a, pour l'heure, pas suscité un énorme intérêt dans la presse espagnole, mais les quelques commentaires ne sont lui guère favorables. "Tout montre que Valls ne pourra pas battre (le député sortant Stéphane Vojetta) et que ce sera la fin d'un opportuniste qui n'a pas eu la sagesse, le courage et la dignité de se retirer à temps", affirmait vendredi le quotidien conservateur ABC dans un éditorial cinglant intitulé: "dernière opportunité pour un opportuniste". L'intéressé, lui, promet qu'en cas d'échec, il ne sera "ni dans l'aigreur, ni dans l'amertume, ni dans la rancœur".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2129) : VENDREDI 13 MAI 2022
LA MARCHE DU MONDE (2129) : VENDREDI 13 MAI 2022
LA MARCHE DU MONDE (2129) : VENDREDI 13 MAI 2022
LA MARCHE DU MONDE (2129) : VENDREDI 13 MAI 2022

Vendredi 13 Mai 2022 - Shireen Abu Akleh, «la voix de la Palestine», un enterrement sous haute tension à Jérusalem :

Des milliers de Palestiniens ont dit adieu vendredi à Jérusalem à une de leurs journalistes vedettes, Shireen Abu Akleh, tuée d'une balle dans la tête en Cisjordanie occupée où elle couvrait un raid militaire israélien, sur fond de violences persistantes.

Dans la région de Jénine en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967, des heurts ont éclaté lors d'une nouvelle opération de l'armée israélienne; un soldat israélien a été tué alors que 13 Palestiniens ont été blessés, selon des sources officielles.

C'est dans le camp de réfugiés de Jénine que la journaliste d'Al Jazeera, la TV du Qatar, Shireen Abou Akleh, a été atteinte mortellement d'une balle dans la tête alors qu'elle couvrait un autre raid israélien. Elle portait un gilet pare-balles siglé "presse" et un casque de reportage.

Israël, après avoir dit que la journaliste avait "probablement" succombé à un tir palestinien, a ensuite affirmé ne pas écarter que la balle ait été tirée par ses soldats. L'Autorité palestinienne, Al Jazeera et le gouvernement du Qatar ont accusé l'armée israélienne de l'avoir tuée.

Vendredi, une marée humaine a participé à ses funérailles à Jérusalem. Des violences ont éclaté à la sortie du cercueil de la journaliste de l'hôpital, la police israélienne dispersant une foule brandissant des drapeaux palestiniens. Des images retransmises par des télévisions locales montrent le cercueil manquer de tomber au sol. Il a finalement été transporté vers la Vieille Ville où une messe a été prononcée dans une église grecque-catholique comble.

Les ruelles du quartier chrétien à ses abords débordaient de badauds venus participer aux obsèques de la reporter américano-palestinienne de 51 ans qui avait grandi à Jérusalem-Est, secteur palestinien de la ville occupé et annexé par Israël. La foule a suivi le cercueil jusqu'au cimetière.

 

Des violences à Jénine

Les funérailles de l'icône du journalisme palestinien ont eu lieu alors que de nouveaux heurts ont éclaté près et dans le camp de Jénine, un bastion des factions armées palestiniennes d'où étaient originaires des auteurs d'attaques meurtrières ces derniers mois en Israël. L'armée israélienne y a lancé plusieurs opérations pour appréhender selon elle des Palestiniens recherchés.

Vendredi, un soldat israélien a été tué lors d'une opération à Burqin près de Jénine "contre des terroristes", selon un communiqué officiel.

Dans le camp de Jénine, 13 Palestiniens ont été blessés dont deux grièvement par balle, selon le ministère de la Santé palestinien.

Le décès de Shireen Abu Akleh a suscité une vague d'émotion dans les Territoires palestiniens, dans le monde arabe où ses reportages ont été suivis pendant plus de deux décennies, en Europe et aux Etats-Unis. Plusieurs appels à une enquête "transparente" ont été lancés.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a dit jeudi refuser une enquête conjointe avec Israël. "Les autorités israéliennes ont commis ce crime et nous ne leur faisons pas confiance."

 

Les accusations d'Al Jazeera

Al Jazeera a accusé les forces israéliennes d'avoir tué "de façon délibérée" sa journaliste vedette.

Jeudi, des milliers de Palestiniens de Cisjordanie lui ont rendu hommage. Le portrait de la journaliste, la septième tuée dans les Territoires palestiniens depuis 2018 selon Reporters sans frontières (RSF), a été brandi lors de rassemblements en Turquie, au Soudan et au Liban, et projeté sur un immeuble de Doha, la capitale du Qatar.

Plusieurs manifestations ont également éclaté spontanément à travers les Territoires palestiniens pour protester contre sa mort.

Sur le toit d'un immeuble de la place centrale de Ramallah en Cisjordanie, l'immense panneau publicitaire affiche désormais un portrait de la journaliste, accompagné d'un sobre message: "Au revoir Shireen, au revoir la voix de la Palestine".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2129) : VENDREDI 13 MAI 2022

Vendredi 13 Mai 2022 - Pensionnats autochtones : le pape va se rendre au Canada pour présenter ses excuses :

Le pape François, 85 ans, se rendra du 24 au 30 juillet au Canada où il devrait renouveler ses excuses historiques pour les violences perpétrées pendant des décennies dans des pensionnats pour autochtones administrés par l'Eglise. Le souverain pontife "accomplira un voyage apostolique au Canada du 24 au 30 juillet prochain, visitant les villes d'Edmonton, Québec et Iqaluit", a annoncé dans un communiqué le directeur du service de presse du Saint-Siège, Matteo Bruni.

Début avril, François avait déjà présenté ses "excuses" lors d'une audience au Vatican devant des délégations des Métis, Inuits et des Premières nations, en demandant "pardon à Dieu pour la conduite déplorable de ces membres de l'Eglise catholique". Jorge Bergoglio avait alors exprimé sa volonté de se rendre au Canada aux alentours de la Sainte-Anne - célébrée le 26 juillet et qui occupe une place importante dans les cultures autochtones - pour exprimer sa "proximité" avec ces peuples amérindiens.

La découverte de centaines de sépultures d'enfants anonymes ces derniers mois a secoué le Canada et beaucoup de survivants attendaient un geste fort du pape. En septembre, l'Église catholique du Canada avait présenté des excuses officielles aux peuples autochtones.

Entre la fin du XIXe siècle et les années 1980, quelque 150.000 enfants autochtones ont été enrôlés de force dans plus de 130 pensionnats à travers le pays, où ils ont été coupés de leur famille, de leur langue et de leur culture. Des milliers n'en sont jamais revenus. Les autorités estiment leur nombre entre 4.000 et 6.000. En 2015, une commission d'enquête nationale avait qualifié ce système de "génocide culturel".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2129) : VENDREDI 13 MAI 2022

Vendredi 13 Mai 2022 - Le cheikh Khalifa ben Zayed Al-Nahyane est mort :

Le président des Emirats arabes unis cheikh Khalifa ben Zayed Al-Nahyane, qui avait accompagné ces deux dernières décennies l'ascension fulgurante de son pays sur la scène internationale, est décédé, ont annoncé vendredi les autorités. Le gouvernement du pays du Golfe a décrété "un deuil officiel et les drapeaux mis en berne" pour une durée de 40 jours, a indiqué l'agence de presse officielle WAM. Le chef de l'Etat défunt s'était fait rare en public depuis un AVC en janvier 2014.

Né en janvier 1948, cheikh Khalifa a succédé en 2004 à son père, cheikh Zayed ben Sultan Al-Nahyane, président et père-fondateur des Emirats arabes unis, riche Etat du Golfe regroupant sept émirats dont Dubaï et la capitale Abou Dhabi. Mais depuis l'AVC de 2014, son célèbre demi-frère, Mohammed ben Zayed, prince héritier d'Abou Dhabi surnommé "MBZ", conduit les affaires du pays et reste considéré comme le dirigeant de facto de la monarchie pétrolière à l'influence grandissante.

Après l'établissement en 1971 de la fédération, qui comprend Abou Dhabi et Dubaï, cheikh Khalifa a été désigné vice-Premier ministre du nouvel Etat. Il a présidé ensuite le Conseil supérieur du pétrole, organisme doté de larges pouvoirs dans le domaine énergétique.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2129) : VENDREDI 13 MAI 2022

Vendredi 13 Mai 2022 - Elon Musk annonce la suspension du rachat de Twitter, qui s'effondre à Wall Street :

Le patron de Tesla et homme le plus riche de la planète, Elon Musk , a indiqué vendredi suspendre le rachat de Twitter dans l'attente de détails sur la proportion de faux comptes sur le réseau social. L'action du groupe, cotée au New York Stock Exchange, plongeait d'environ 20% après cette annonce dans les échanges électroniques précédant l'ouverture de Wall Street. "L'acquisition de Twitter est suspendue de manière temporaire dans l'attente de détails sur le fait que les spams et les faux comptes représentent bien moins de 5% du nombre d'utilisateurs", a écrit M. Musk sur la plateforme, où il compte près de 93 millions d'abonnés. Contacté par l'AFP, Twitter n'a pas réagi dans l'immédiat.

Le conseil d'administration du réseau social aux gazouillis a accepté fin avril une offre de rachat de 44 milliards de dollars formulée par le fantasque dirigeant d'origine sud-africaine. M. Musk a promis de débarrasser Twitter des spams, d'authentifier les utilisateurs et de renforcer la transparence sans préciser comment il comptait mettre en œuvre ce projet. L'entreprise a indiqué début mai, lors de la présentation de ses résultats trimestriels, compter en moyenne 229 millions d'utilisateurs quotidiens dit monétisables, c'est-à-dire exposés à de la publicité. Elle avait estimé à cette occasion que moins de 5% d'entre eux étaient des spams ou de faux comptes.

M. Musk a également affirmé vouloir faire de la plateforme un bastion de la liberté d'expression et s'est dit prêt à réintégrer l'ancien président américain Donald Trump, dont le compte a été suspendu définitivement après l'attaque du Capitole en janvier 2021. Depuis l'offre d'acquisition du patron de Tesla et SpaceX, la valeur boursière de Twitter a fondu de plusieurs milliards de dollars. Le titre s'échangeait vendredi à un peu plus de 36 dollars, bien en-dessous du prix d'achat de 54,20 dollars par action proposé par le milliardaire.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2129) : VENDREDI 13 MAI 2022

Vendredi 13 Mai 2022 - Covid-19: près d'un million de possibles réinfections en France :

La France approche du million de cas possibles de réinfections par le Covid-19, avec la flambée de contaminations liées au variant Omicron, a indiqué vendredi Santé publique France. "Les résultats obtenus sur les prélèvements compris entre le 2 mars 2021 et le 24 avril 2022 montrent 961.550 cas possibles de réinfection identifiés, dont 96,7% depuis le 06 décembre 2021", selon l'agence sanitaire. Santé Publique France parle de réinfection possible lorsqu'un premier épisode de Covid est suivi d'un deuxième, à condition qu'ils soient espacés d'au moins 60 jours.

Deux catégories ont été plus touchées: les adultes âgés de 18 à 40 ans, et les professionnels de santé. C'est le possible reflet d'une plus grande exposition au risque, d'une moindre adoption des mesures de prévention ou d'une moindre couverture vaccinale. Les femmes ont été un peu plus réinfectées que les hommes. L'écrasante majorité des deuxièmes épisodes est survenue lors de la cinquième vague de la pandémie. Le variant Omicron, très contagieux, est en cause dans une quasi totalité des réinfections possibles (près de 93%), selon les résultats de criblage disponibles et interprétables.

 

Une augmentation régulière

"Après une courte stabilisation début janvier 2022, la proportion des cas possibles de réinfection rapportés à l’ensemble des cas de Covid-19 a régulièrement augmenté" et a représenté 6,9% la semaine du 19 avril, a noté Santé publique France. Le rebond de la circulation du Sars-Cov-2 au printemps et l'émergence du sous-lignage d’Omicron BA.2, plus transmissible que BA.1 et devenu majoritaire, sont "deux facteurs pouvant jouer un rôle dans la tendance actuelle à l'augmentation du nombre de réinfections". "Il semble de plus vraisemblable que la diminution de la protection immunitaire post-infectieuse ou post-vaccinale au cours du temps dans la population française amplifie ce phénomène", écrit SPF. Le délai moyen entre les deux épisodes d’infection est d'un peu plus de 7 mois.

Santé publique France a rappelé les limites sur ses évaluations de réinfections, par manque de données cliniques, virologiques ou épidémiologiques. Au regard de la description des cas de réinfections précoces dans le monde, l'agence française s'est aussi interrogée sur un abaissement à 30 jours du délai pris en compte entre deux épisodes de Covid. Mais "l'analyse des réinfections possibles survenues entre 30 et 59 jours montre qu’il est délicat de les prendre en compte". "Le plus probable est que ce soit des cas d'infection prolongée plutôt que des cas de réinfection", a précisé SPF lors d'un point presse.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2129) : VENDREDI 13 MAI 2022

Vendredi 13 Mai 2022 - La Corée du Nord annonce son premier mort du Covid et la «propagation» nationale du virus :

La Corée du Nord a annoncé vendredi son premier mort du Covid-19, précisant que le virus s'est déjà répandu à travers tout le pays et que des dizaines de milliers de personnes sont actuellement "isolées et soignées". Ce pays reclus avait fait état jeudi de ses premiers cas de coronavirus, déclarant passer en mode "prévention d'urgence maximale des épidémies", après que des personnes ont été testées positives au sous-variant BA.2 d'Omicron.

L'agence de presse officielle KCNA a affirmé vendredi que le leader Kim Jong Un s'était rendu au siège national de la prévention des épidémies où il a "pris connaissance de la propagation du Covid-19 dans tout le pays". Six personnes victimes de "fièvre" sont mortes dans le pays, dont une testée positive au sous-variant BA.2 d'Omicron, a indiqué KCNA. "Une fièvre dont la cause n'a pu être identifiée s'est propagée de manière explosive dans tout le pays à partir de la fin avril", selon KCNA.

"Plus de 350.000 personnes ont présenté de la fièvre en peu de temps et au moins 162.200 d'entre elles sont complètement guéries", a détaillé la même source. "Rien que le 12 mai, quelque 18.000 personnes ont eu de la fièvre à travers tout le pays et, à l'heure actuelle, 187.800 personnes sont isolées et soignées". Aucun des 25 millions d'habitants n'est vacciné contre le coronavirus, Pyongyang ayant rejeté les offres de vaccination de l'Organisation mondiale de la santé, de la Chine et de la Russie.

Kim Jong Un, qui est apparu pour la première fois à la télévision portant un masque, a présidé jeudi une réunion d'urgence du bureau politique sur la situation épidémique. Il a ordonné des mesures de confinement pour tenter d'enrayer la propagation du virus.

"C'est le défi le plus important et la tâche la plus importante auxquels notre parti doit faire face pour inverser rapidement cette situation de crise sanitaire", a affirmé KCNA. La Corée du Nord, qui a été l'une des premiers pays au monde à fermer ses frontières en janvier 2020 après l'apparition du virus dans la Chine voisine, s'est longtemps vantée de sa capacité à tenir le virus à distance. Elle n'avait jusqu'à présent signalé aucun cas confirmé de Covid-19 à l'OMS.

 

Crise sanitaire majeure?

Le virus pourrait s'être déjà propagé à travers le pays, selon des analystes, à l'occasion notamment d'importants événements en avril à Pyongyang, en particulier un défilé militaire le 25 avril lors duquel ni les participants ni les spectateurs ne portaient de masque. "L'organisation d'une parade militaire à laquelle a assisté une grande foule, alors que l'Omicron faisait rage en Chine voisine, montre que Pyongyang était trop confiant dans ses capacités à combattre et à prévenir le virus", a affirmé à l'AFP Cheong Seong-chang, spécialiste de la Corée du Nord à l'Institut Sejong.

Le pays pourrait faire face à une crise sanitaire majeure, Omicron étant hautement transmissible, a-t-il estimé, rappelant que Pyongyang a fait état de près de 20.000 cas en une seule journée. "Si le nombre de décès dus à Omicron monte en flèche, Pyongyang pourrait être amené à demander le soutien de la Chine" voisine, a-t-il ajouté. Pékin a offert jeudi son aide à la Corée du Nord dont les infrastructures sanitaires sont notoirement défaillantes. La Chine, seule grande économie du monde à maintenir une politique zéro Covid , est cependant aux prises avec de multiples foyers d'Omicron en dépit de stricts confinements et de dépistages massifs à travers le pays.

M. Kim a ordonné des mesures de "confinement" et ordonné que "les personnes atteintes doivent être isolées et traitées de manière responsable", a rapporté KCNA. Quelques heures après avoir fait état de ses premiers cas de Covid jeudi, la Corée du Nord avait tiré des missiles balistiques. L'administration du nouveau président sud-coréen Yoon Suk-yeol a fustigé ces nouveaux essais qui font partie d'une "provocation permanente de tir de missiles balistiques, malgré l'irruption du coronavirus".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2129) : VENDREDI 13 MAI 2022

Vendredi 13 Mai 2022 - Législatives: Eric Zemmour candidat dans le Var, à Saint-Tropez :

L'ancien candidat d'extrême droite à la présidentielle Eric Zemmour (Reconquête!) se présente aux législatives dans la 4e circonscription du Var, celle de Saint-Tropez, a-t-il annoncé jeudi après une information de Var Matin.

"Reconquête est de retour partout en France. Je mènerai notre beau et grand combat aux côtés de nos 550 candidats. Je me présente dans la 4e circonscription du Var", a tweeté Eric Zemmour, qui avait recueilli 7,07% des voix à la présidentielle.

Il tiendra un meeting ce jeudi soir à Cogolin à 18H00. Le président du parti Reconquête! avait obtenu 14,7% des voix au premier tour de la présidentielle dans cette circonscription, contre 32,2% pour Marine Le Pen et 24,1% pour Emmanuel Macron.

Il aura notamment face à lui un candidat du RN, Philippe Lottiaux, et la députée sortante macroniste Sereine Mauborgne. L'insoumise Sabine Cristofani-Viglione tentera également sa chance.

L'ancien éditorialiste du Figaro et de CNews a longuement hésité avant de se présenter à un scrutin qui s'annonce compliqué pour son camp.

Il a réclamé à plusieurs reprises un accord avec le RN, en vain. Si Eric Zemmour "se présente, il part au carton", avait commenté le président du RN Jordan Bardella mercredi.

Parisien, Eric Zemmour a finalement laissé ses lieutenants, Sébastien Pilard (ex-LR) et Garen Shnorhokian, se lancer dans la 14e et la 4e circonscription de la capitale. Il opte pour le Var, un des territoires parmi lesquels il a fait ses meilleurs scores.

Son chef de file du mouvement de jeunesse Stanislas Rigault est à quant à lui candidat dans le Vaucluse voisin, dans la 2e circonscription.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens