Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mai 2022 3 11 /05 /mai /2022 07:00
LA MARCHE DU MONDE (2126) : MARDI 10 MAI 2022

Mardi 10 Mai 2022 - Combats dans l'Est, frappes à Odessa... le point sur la guerre en Ukraine

Deux mois et demi après le début de la guerre en Ukraine, les forces russes poursuivent une offensive meurtrière dans l'est et le sud du pays, et le président russe Vladimir Poutine, célébrant la victoire de 1945 sur le nazisme , a affirmé lundi que son pays ne faisait que se "défendre" contre une "menace inacceptable" à ses frontières.

Le président russe s'efforce de placer le conflit en Ukraine dans la ligne de 1945, qualifiant sans cesse l'adversaire de néonazi, pour justifier l'invasion et alimenter le soutien des Russes à ce conflit. Voici un point de la situation à partir d'informations des journalistes de l'AFP sur place, de déclarations officielles ukrainiennes et russes, de sources occidentales, d'analystes et d'organisations internationales.

 

La Russie "se défend" en Ukraine, dit Poutine

Le président russe a proclamé lundi que son armée combattait en Ukraine pour défendre "la patrie" contre une "menace inacceptable", dans une allocution sur la place Rouge suivie de la traditionnelle parade militaire du 9 mai qui marque la victoire sur les nazis en 1945 et le sacrifice de millions de Soviétiques. "Une menace absolument inacceptable se constituait, directement à nos frontières", a-t-il affirmé, accusant de nouveau l'Ukraine de néonazisme et qualifiant son offensive de "riposte préventive" et de "seule bonne décision".

"Parler d'une action défensive est une absurdité flagrante, parler d'autre chose que d'une guerre préméditée" est "un affront à la vérité historique", a réagi lundi porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price.

 

Une loi d'assistance de la Seconde guerre mondiale réactivée

Le président des Etats-Unis Joe Biden a réactivé lundi une loi permettant d'accélérer l'envoi à l'Ukraine d'équipement militaire, le "Ukraine Democracy Defense Lend-Lease Act of 2022", "basé sur un programme de la Seconde guerre mondiale destiné à aider l'Europe à résister à Hitler", selon la Maison Blanche.

Ce dispositif a "été soutenu par presque tous les membres du Congrès" américain, selon la même source.

 

Réunion spéciale du Conseil des droits de l'homme

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU va organiser jeudi à la demande de Kiev, soutenue par des dizaines de pays, une session extraordinaire sur "la détérioration de la situation des droits humains en Ukraine" envahie par la Russie.

Il s'agit de la première réunion consacrée à ce sujet depuis que l'Assemblée générale de l'ONU a suspendu la Russie début avril, de la plus haute instance de l'organisation internationale en matière des droits de l'homme.

 

Des Ukrainiens envoyés en Russie contre leur gré (Pentagone)

Des Ukrainiens ont été "envoyés contre leur gré en Russie", a déclaré lundi le porte-parole du Pentagone, John Kirby, confirmant des informations des autorités ukrainiennes.

Selon une responsable du gouvernement ukrainien, Lioudmila Denissova, "plus de 1,19 million de nos citoyens, y compris plus de 200.000 enfants, ont été déportés vers la Fédération de Russie".

 

Combats dans l'Est, frappes à Odessa

Sur le terrain lundi, "des batailles très intenses se déroulaient autour de Roubijné et de Bilogorivka" dans la région de Lougansk (est), a indiqué le gouverneur Serguiï Gaïdaï.

Et dans le port d'Odessa, le président du Conseil européen Charles Michel a été contraint de se mettre à l'abri pendant une frappe alors qu'il effectuait une visite surprise de soutien, a rapporté lundi un responsable de l'UE.

La ville a été frappée lundi soir par une série de missiles, détruisant des bâtiments, mettant le feu à un centre commercial et tuant une personne, a indiqué son conseil municipal.

 

Milliers de morts

Il n'existe aucun bilan global des victimes civiles du conflit. Rien qu'à Marioupol, les autorités ukrainiennes ont parlé il y a plusieurs semaines de 20.000 morts. Et les enquêteurs ukrainiens affirment avoir identifié "plus de 8.000 cas" présumés de crimes de guerre. Sur le plan militaire, le ministère ukrainien de la Défense évalue les pertes russes à plus de 25.000 hommes, 199 avions et 1.130 chars depuis le début de l'invasion le 24 février.

Le Kremlin a récemment admis des "pertes importantes". Certaines sources occidentales évoquent jusqu'à 12.000 soldats russes tués. Le président Zelensky a déclaré qu'environ 2.500 à 3.000 soldats ukrainiens avaient été tués et quelque 10.000 blessés. Aucune statistique indépendante n'est disponible.

 

Millions de déplacés et réfugiés

Selon le Haut Commissariat aux réfugiés de l'ONU (HCR), plus de 5,4 millions d'Ukrainiens ont fui leur pays. Parmi eux, 90% de femmes et d'enfants, les hommes de 18 à 60 ans, susceptibles d'être mobilisés, n'ayant pas le droit de partir.

Plus de 7,7 millions d'Ukrainiens ont été déplacés à l'intérieur du pays, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2126) : MARDI 10 MAI 2022

Mardi 10 Mai 2022 - Philippines: victoire écrasante de Marcos Junior, fils de l'ancien dictateur, à la présidentielle :

Ferdinand Marcos Junior, fils et homonyme du défunt dictateur, a remporté mardi une victoire écrasante à la présidentielle aux Philippines, réinstallant son clan familial au sommet du pouvoir, 36 ans après la révolte populaire qui l'en avait chassé. Selon des résultats préliminaires portant sur la quasi-totalité des bureaux de vote, Marcos Junior, surnommé "Bongbong", a obtenu plus de 50% des suffrages et plus de deux fois plus de voix que sa principale rivale, la vice-présidente sortante Leni Robredo.

Dans une allocution mardi à l'aube, "Bongbong", 64 ans, s'est cependant abstenu de crier victoire. "Attendons que ce soit très clair, que le décompte atteigne 100% des voix, et alors nous pourrons célébrer", a-t-il dit. Dans la capitale, des centaines de partisans euphoriques ont tiré des feux d'artifice et parcouru les rues en agitant des drapeaux philippins.

Environ 67 millions de Philippins étaient appelés aux urnes pour ces élections générales, lors desquelles devaient également être désignés le vice-président ainsi que les députés, la moitié des sénateurs, les gouverneurs de province et des milliers d'autres élus locaux.

 

Torrents de désinformation

Le triomphe de Marcos Junior intervient après une campagne électorale marquée par des torrents de désinformation et par le soutien sans faille du président autoritaire sortant Rodrigo Duterte, dont la popularité reste forte. Depuis des années, des comptes pro-Marcos Junior ont envahi les réseaux sociaux, faisant passer auprès des jeunes Philippins les vingt ans de régime de son père (1965-1986) comme une ère dorée de paix et de prospérité pour l'archipel. Et en passant sous silence les dizaines de milliers d'opposants arrêtés, torturés ou tués, ou encore les milliards de dollars volés par le clan Marcos dans les caisses du pays pour son enrichissement personnel.

Le régime avait été renversé en 1986 par une immense révolte populaire, et la famille Marcos s'était exilée aux Etats-Unis, avant de revenir dans le pays pour y retisser patiemment un puissant réseau de soutien politique.

Moins d'un demi-siècle après leur chute, les Marcos feront leur retour en juillet au palais présidentiel de Malacanang à Manille, d'où "Bongbong" a promis de rétablir "l'unité" du pays pendant son mandat de six ans. Son triomphe est vécu comme un coup dur par les millions de Philippins progressistes, après six ans de gouvernement Duterte marqué par les violences, dont une guerre sanglante contre le trafic de drogue, et un autoritarisme accru. "Cette élection était notre grande chance pour un changement radical", regrette Mae Paner, un humoriste politique de 58 ans qui avait participé à la Révolution de 1986. "Il y aura plus de morts, plus de dettes, plus de faim. Les Marcos pratiqueront le vol", craint-il.

 

"Fraudeurs historiques"

Pour Bonifacio Ilagan, qui a enduré deux ans d'emprisonnement et de tortures sous Marcos-père, l'élection a mis à nu un profond malaise dans la société. Elle a, selon lui, révélé "la profondeur avec laquelle la supercherie des fraudeurs historiques s'est infiltrée dans la conscience des Philippins". Marcos Jr doit en grande partie sa victoire à une série de tractations en coulisses avec d'autres clans familiaux, et notamment à son alliance avec Sarah Duterte, fille du président sortant, qui briguait la vice-présidence et semblait également assurée de l'emporter. Leni Robredo, avocate et économiste de 57 ans qui avait promis de débarrasser le pays de la corruption et de la mainmise des dynasties politiques, a exprimé sa "claire déception".

Ces dernières semaines, sa campagne s'était transformée en un mouvement pro-démocratie, attirant près d'un million de personnes lors d'une seule manifestation à Manille. Craignant la colère des électeurs mécontents, dont beaucoup ont dénoncé des irrégularités, la police a lancé un appel à la retenue. La lourde défaite de l'opposition libérale va sans doute ouvrir, pour elle, une période d'introspection, estime Mark Thompson, directeur du Centre de recherche sur l'Asie du Sud-Est à la City University de Hong Kong. "Ils doivent montrer clairement qu'ils vont améliorer la vie du Philippin moyen", estime-t-il.

Marcos Junior, quant à lui, devra s'efforcer de satisfaire tous ceux qui ont voté pour lui par réaction contre les gouvernements démocratiques qui se sont succédé depuis la fin de la dictature, jugés incapables de redresser le niveau de vie des Philippins. "Il devra présenter un plan cohérent et détaillé pour remettre l'économie philippine sur les rails après les ravages de la pandémie", estime Peter Mumford, analyste d'Eurasia Group. Le tout en contentant aussi les puissantes dynasties politiques qui l'ont soutenu, et qui attendront de lui un retour d'ascenseur. Pour M. Mulford, "l'un des principaux points à surveiller sous son gouvernement sera l'aggravation de la corruption et du copinage" aux Philippines.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2126) : MARDI 10 MAI 2022

Mardi 10 Mai 2022 - Législatives : La liste de la majorité bientôt bouclée, photo de famille et team building :

Les candidats de la majorité présidentielle pour les législatives de juin sont réunis mardi près de Paris, alors que la macronie est sur le point de boucler sa liste de prétendants.

Team building, conseils pratiques, photo de famille et discours du chef: les candidats de la majorité présidentielle pour les législatives de juin sont réunis mardi près de Paris, alors que la macronie est sur le point de boucler sa liste de prétendants. Ces candidats de la maison commune Ensemble! ont été conviés aux Docks d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) pour une journée de formation, que va clore Emmanuel Macron.

Les principales figures de la macronie doivent y passer une tête, de François Bayrou à Edouard Philippe en passant par une flopée de ministres, candidats ou non, comme Olivier Véran, Jean-Michel Blanquer, Barbara Pompili, Eric Dupond-Moretti ou Clément Beaune. La journée a été ouverte par un discours du président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand, avant une photo de famille en rangs serrés. Au programme de cette session de retrouvailles: ateliers sur la stratégie de campagne ou la communication, avec à la clef des questions pratico-pratiques comme les professions de foi ou les attaques sur les réseaux sociaux.

Les 505 à avoir été fixés sur leur sort, après la parution de plusieurs salves d'investitures, ne sont pas tous présents mais l'organisation se prévaut de plus de 400 présents. Sur la ligne de départ pour la majorité: une très grosse majorité de sortants, répartis entre La République en marche, le MoDem et les partisans d'Edouard Philippe d'Horizons, alors que plus d'une trentaine de députés de la majorité élus en 2017 avaient indiqué ne pas vouloir rempiler. Quelques sortants non réinvestis pourraient cependant se présenter en dissidents.

 

Des prises parmi d'anciens adversaires LR à l'Assemblée

C'est le cas du député des Hauts-de-Seine Jacques Maire, à qui la porte-parole de LREM Prisca Thévenot a finalement été préférée. "On ne comprend pas. (...) Thévenot est parachutée. Elle ne connaît personne", selon l'entourage du sortant à l'AFP. Depuis une semaine, la macronie s'est enorgueillie de prises parmi d'anciens adversaires LR à l'Assemblée: le rallié de l'hiver Eric Woerth (Oise) suivi après la réélection d'Emmanuel Macron par Constance Le Grip (Hauts-de-Seine), Robin Reda (Essonne) ou Marine Brenier (Alpes-Maritimes).

De nouveaux ralliements pourraient-ils créer la surprise? S'il devrait rester logiquement quelque 70 candidats à investir pour pourvoir les 577 circonscriptions, c'est une liste de 50 à 65 noms que doit encore révéler la majorité présidentielle. Et, paradoxalement, ce sont les circonscriptions non pourvues qui seront les plus scrutées car la macronie entend favoriser plusieurs candidats en ne leur opposant aucun adversaire.

Qui pourrait être visé par ces mains tendues? Pour l'instant, les LR Damien Abad dans la cinquième circonscription de l'Ain, François Cornut-Gentille (Haute-Marne), Jean-Louis Thiériot (Seine-et-Marne), Nicolas Forissier (Indre), l'apparenté LR Jean-Carles Grolier (Sarthe) ou l'UDI Béatrice Descamps (Nord) ne connaissent pas leur adversaire de la majorité. De même, dans la circonscription du Touquet (Pas-de-Calais) où le couple Macron possède une maison, le sortant Robert Therry devra-t-il souffrir une concurrence de la majorité présidentielle, alors que son mentor et maire de la cité balnéaire, le LR Daniel Fasquelle, a multiplié les signes de rapprochement avec le président?

 

 Dix-huit membres du gouvernement adoubés

A gauche, ce sont les candidats sortants socialistes David Habib (Pyrénées-Atlantiques) ou Dominique Potier (Meurthe-et-Moselle) qui pourraient faire l'objet de la mansuétude macroniste.

Idem dans la Sarthe, où Sylvie Tolmont, successeure de la figure du PS Stéphane Le Foll - aujourd'hui pourfendeur de l'accord entre son parti et les mélenchonistes - pourrait recevoir un soutien tacite.

La majorité présidentielle doit par ailleurs encore trancher des situations pudiquement reconnues comme "délicates", avec certains de ses sortants à l'image écornée: entre autres, Stéphane Trompille (Ain) condamné pour harcèlement sexuel, le MoDem Michel Fanget (Puy-de-Dôme) condamné en première instance pour complicité d'escroquerie, la MoDem Sandrine Josso (Pays-de-Loire), poursuivie par une ancienne collaboratrice, ou l'ancienne secrétaire d'Etat MoDem Nathalie Elimas (Val-d'Oise), visée par une enquête pour harcèlement moral. Tous ont pourtant annoncé qu'ils entendaient se présenter à leur propre succession.

Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, pourrait par ailleurs être la dernière membre du gouvernement à être investie, alors qu'elle avait indiqué la semaine dernière toujours hésiter à se représenter dans la Somme. Avant elle, dix-huit membres du gouvernement ont déjà été adoubés.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2126) : MARDI 10 MAI 2022

Mardi 10 Mai 2022 - A Paris, un hôpital gériatrique va fermer, faute de soignants :

A Paris, l'hôpital La Collégiale va fermer ses portes à partir de juin, en raison de la pénurie chronique de soignants.

L'hôpital gériatrique La Collégiale, situé au cœur de la capitale, sera fermé à partir de juin sans date de réouverture à ce stade, et ses malades transférés dans d'autres établissements des Hôpitaux de Paris (AP-HP), a-t-on appris mardi de sources syndicales. Pas d'infirmières, pas d'hôpital. La pénurie chronique de soignants avait déjà conduit la direction de La Collégiale à fermer une unité de soins de longue durée (USLD) de 14 lits l'an dernier, puis une autre de 40 lits fin février.

Cet arrêt partiel va devenir total: les 80 lits restants vont être transférés la semaine du 30 mai au 3 juin, la plupart vers le site voisin de Broca et quelques-uns vers celui de Vaugirard, ont indiqué à l'AFP les responsables locaux de la CGT et FO. La décision doit être officiellement annoncée mercredi lors de deux réunions avec les personnels concernés, puis avec les familles des malades.

 

"La moitié des postes infirmiers vacants"

Contactée, l'AP-HP explique qu'"une solution doit être trouvée rapidement" car "la période estivale risque d'être particulièrement critique", avec déjà "la moitié des postes infirmiers vacants" en journée et "l'absence de perspectives de recrutements pérennes". Le "regroupement" envisagé "pour les mois à venir" assurerait "la continuité de la prise en charge" et "garantirait un fonctionnement sécurisé", ajoute l'institution, qui assure que "des travaux seront menés d'ici la rentrée de septembre" afin d'"étudier les réponses de plus long terme".

Mais pour Olivier Dahuron (CGT), "tout laisse penser que l'établissement ne rouvrira pas" après les vacances estivales, car "la direction ne s'est pas engagée sur une réouverture". "On vide l'hôpital mais on ne sait pas s'il y aura un retour", déplore également Sébastien Frisson (FO).

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2126) : MARDI 10 MAI 2022

Mardi 10 Mai 2022 - Adrien Quatennens sur le Nupes : «S’il y a des dissidences, il y aura des exclusions» :

Le député LFI du Nord et coordinateur de la France Insoumise Adrien Quatennens est revenu, mardi 10 mai sur Sud Radio, sur le désistement de Taha Bouhafs aux législatives mais aussi sur le programme de la Nupes.

Adrien Quatennens a débuté l’entretien sur le sujet brûlant de la semaine, à savoir l’abandon du militant Taha Bouhafs , lequel avait été investi par la France Insoumise dans la 14ème circonscription du Rhône. Pour le député, «il estime qu’il n’est pas en mesure de pouvoir se présenter, il y a un constat d’échec derrière tout cela. On peut s’inquiéter du fait que des habitants de cités populaires qui décident de s’engager dans la politique, qui n’ont pas la parole calibrée comme certains politiques, subissent des campagnes de calomnies comme celles qu’il a subies.»

La veille, le patron du PCF Fabien Roussel avait demandé au parti mélenchoniste de « revoir » la candidature du militant, lui qui a été condamné pour injure publique après avoir qualifié la policière Linda Kebbab d’«arabe de service». D’après Quatennens, il n’y a «pas [eu] de pression de la part de la France Insoumise», ajoutant que « ce n’est pas à nos partenaires de décider qui est ou n’est pas candidats. » Il a également dit qu’«il aurait été de bon augure de lui donner la parole.»

Le député a ensuite décidé de changer de sujet et déclaré que «le sujet important est ce que nous arrivons à faire, c’est-à-dire faire la démonstration que nous pouvons nous regrouper autour d’un programme de rupture, que pour des millions de femmes et d’hommes ont leur dise que c’est possible : blocage des prix, hausse du SMIC, planification écologique.»

Cette alliance, ou accord, d’après lui – et les commentateurs - «est inédit de par son ampleur […] 1,700 candidats se sont effacés pour permettre cet accord. Il faut les saluer car ils permettent le caractère historique de cet accord.» Adrien Quatennens a rappelé que «s’il y a des dissidences, il y aura des exclusions pour les personnes qui viendraient contrevenir à notre accord. » Pour lui, c’est simple : «Emmanuel Macron, peut-être parce qu’il craint ce que nous sommes en train de faire, nous montre que nous pouvons être majoritaire. Il fait son marché entre la planification écologique, les traités…»

 

"Nous ne sommes pas un parti d'extrême-gauche", a-t-il martelé

Si cette union de la gauche a été critiquée après avoir dit vouloir « désobéir à certains traités européens » , Quatennens a défendu cela : « Une PAC qui nous verse dix milliards mais fait la part belle à l’agriculture intensive, il faut la refonder. Nous lèverons ces obstacles en contournant les traités européens. Cela n’a rien d’inédit. Nous condamnons quand il y a désobéissance sur les droits fondamentaux comme en Hongrie ou en Pologne. »

Il en a profité pour rappeler le référendum de 2005 : « En 2005, les Français se sont prononcés sur la question des traités européens. Ils n’ont pas dit « non » à l’Europe, mais à cette construction européenne particulière qui empêche l’harmonisation sociale et fiscale. » Selon la NUPES, « l’union européenne telle qu’elle fonctionne aujourd’hui est dans une impasse. Si on intègre l’Ukraine, il y aura un effet de dumping. »

S’en est suivi les propositions du programme de la NUPES : « La hausse des prix est d’abord le fait d’une spéculation. Le carburant, avec des prix de deux euros environ le litre par exemple. Quand nous disons qu’il faut bloquer les prix, la charge revient aux fournisseurs, on a vu qu’ils avaient les reins solides et qu’ils se sont gavés. » Il a aussi parlé de la réforme des retraites, c’est-à-dire « 60 ans avec quarante annuités » sans « décote, qui est la double peine que l’on connait aujourd’hui.»

Et le grand chef Jean-Luc Mélenchon ? «Il ne souhaite pas être candidat aux législatives car il y a un avantage pendant la campagne qui est qu’il pourra se déplacer partout.» Il s’est enfin défendu du qualificatif d’«extrême-gauche» : «Nous ne sommes pas d’extrême-gauche, respectez que dans ce pays il y ait une extrême-gauche qui a le droit d’exister, qu’elle porte un nom : Lutte Ouvrière, Nouveau Parti Anticapitaliste. »

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2126) : MARDI 10 MAI 2022

Mardi 10 Mai 2022 - Ukraine : Jean Castex donne le départ d'un nouveau convoi humanitaire :

Jean Castex a donné mardi depuis l'Essonne le départ d'un nouveau convoi humanitaire à destination de l'Ukraine, composé principalement de véhicules de secours en tous genres, pour un montant de 2,7 millions d'euros, a constaté un journaliste de l'AFP. Ce troisième convoi depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine, qui s'est élancé autour de 10H00 de la plateforme logistique de Villabé, comprend 115 tonnes de matériels, offerts par un millier de collectivités locales et une cinquantaine d'entreprises.

Y figurent notamment six véhicules incendie, autant d'ambulances, neuf véhicules de protection civile, plus de 20.000 rations alimentaires ou encore 56.000 litres de produit pour lutter contre les feux d'hydrocarbure.

 

Eteindre des incendies, évacuer des blessés...

Acheminés par des dizaines de personnels de la protection civile salués par le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, ces véhicules permettront notamment d'éteindre les incendies, prendre en charge des personnes extraites des décombres ou évacuer des blessés, selon Stéphane Romatet, directeur du Centre de crise et de soutien du ministère des Affaires étrangères. Après un périple à travers l'Europe, l'ensemble sera remis à l'Ukraine à la frontière avec la Roumanie, d'ici 48 à 72 heures.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2126) : MARDI 10 MAI 2022

Mardi 10 Mai 2022 - Les prix des carburants repartent nettement à la hausse :

Les prix des carburants routiers vendus dans les stations-service françaises sont nettement repartis à la hausse la semaine dernière, dans le sillage des cours du brut, selon des chiffres officiels publiés lundi. Le litre de gazole, carburant le plus vendu en France, valait en moyenne 1,9438 euro le litre, en hausse de 6,23 centimes par rapport à la semaine précédente, selon des chiffres du ministère de la Transition écologique arrêtés vendredi. Le litre de super SP 95 a pour sa part atteint 1,8658 euro (+6,35 centimes) et celui de super SP 95-E10 1,8233 euro (+6,10 centimes).

Après avoir dépassé les 2 euros le litre courant mars, les prix des principaux carburants ont nettement reculé, notamment grâce à la remise de 15 à 18 centimes TTC par litre à la pompe mise en place par le gouvernement. Avant le début de l'invasion russe en Ukraine, les prix à la pompe étaient déjà orientés à la hausse et battaient des records depuis des semaines, sur fond de reprise économique mondiale et d'extractions de pétrole toujours limitées des grands pays producteurs.

Mais l'offensive russe a poussé les cours du brut à des sommets. Et cette tendance a de nouveau été accentuée récemment par le projet d'embargo européen sur l'or noir russe.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2126) : MARDI 10 MAI 2022

Mardi 10 Mai 2022 - Climat : une chance sur deux que le seuil de +1,5°C soit dépassé dans les 5 ans :

D'après un nouveau bulletin sur le climat publié mardi par l'Organisation météorologique mondiale (OMM) des Nations unies, la probabilité d'un dépassement temporaire du seuil de 1,5°C par rapport aux relevés préindustriels est de 50%.

Il y a une chance sur deux pour que la température mondiale annuelle moyenne soit temporairement supérieure de 1,5°C aux valeurs préindustrielles pendant l'une des cinq prochaines années au moins, a indiqué l'ONU mardi. Un franchissement temporaire de ce seuil sur une année n'est toutefois pas synonyme d'un dépassement durable de ce seuil, au sens où l'entend l'Accord de Paris sur le climat. Cet accord vise à contenir l'augmentation de la température moyenne mondiale nettement en dessous de 2 degrés Celsius par rapport aux niveaux préindustriels et si possible à 1,5 degré.

D'après un nouveau bulletin sur le climat publié mardi par l'Organisation météorologique mondiale (OMM) des Nations unies, la probabilité d'un dépassement temporaire du seuil de 1,5°C n'a cessé d'augmenter depuis 2015, année où ce risque était proche de zéro. Pour les années comprises entre 2017 et 2021, la probabilité de dépassement était de 10%. Elle est passée "à près de 50% pour la période 2022-2026", indique l'OMM. Mais il n'y a qu'une faible probabilité (10%) que la moyenne quinquennale dépasse le seuil de +1,5°C.

"Cette étude montre, avec une grande fiabilité scientifique, que nous nous rapprochons sensiblement du moment où nous atteindrons temporairement la limite inférieure de l'Accord de Paris. Le chiffre de 1,5°C n'est pas une statistique choisie au hasard. Il indique le point à partir duquel les effets du climat seront de plus en plus néfastes pour les populations et pour la planète entière", a expliqué le Secrétaire général de l'OMM, Petteri Taalas. "Tant que nous continuerons à émettre des gaz à effet de serre, les températures continueront à augmenter. Parallèlement, nos océans continueront à se réchauffer et à s'acidifier, la glace de mer et les glaciers continueront à fondre, le niveau de la mer continuera à s'élever et les conditions météorologiques extrêmes continueront à s'intensifier", a-t-il averti.

Il a souligné que le réchauffement de l'Arctique est "particulièrement marqué", alors même que les conditions qui prévalent dans cette région ont des répercussions sur la planète entière.

 

Année la plus chaude ?

Selon ce bulletin sur les prévisions annuelles à décennales du climat à l'échelle mondiale, établi par le Service météorologique du Royaume-Uni (Met Office) qui est le centre principal de l'OMM pour ce type de prévisions, il est très probable (93%) qu'au moins une des années comprises entre 2022 et 2026 devienne la plus chaude jamais enregistrée. Ce record est actuellement détenu par l'année 2016, qui avait été marquée par un puissant épisode El Niño, phénomène océanique naturel qui entraîne une hausse des températures.

Il est également probable à 93% que la moyenne de la température pour la période 2022-2026 soit supérieure à celle des cinq dernières années (2017-2021). Le Dr Leon Hermanson, du Met Office, a dirigé la publication du bulletin. Il estime que ces prévisions montrent "que la hausse de la température mondiale va se poursuivre".

Mais, a-t-il relevé, "une seule année de dépassement du seuil de 1,5°C ne signifie pas que nous aurons franchi le seuil emblématique de l'Accord de Paris; c'est toutefois le signe que nous nous rapprochons d'un cas de figure où le seuil de 1,5°C pourrait être dépassé pendant une période prolongée". En 2021, la température moyenne de la planète a dépassé de 1,11°C celle de l'ère préindustrielle de référence, selon un récent rapport de l'OMM sur l'état du climat mondial. La version finale du document sera publiée le 18 mai.

Selon l'OMM, les épisodes La Niña consécutifs du début et de la fin de 2021 ont entraîné un refroidissement des températures mondiales, "mais ceci n'est que temporaire et n'inverse nullement la tendance au réchauffement planétaire sur le long terme". L'apparition d'un épisode El Niño contribuerait immédiatement à l'augmentation des températures.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2126) : MARDI 10 MAI 2022

Mardi 10 Mai 2022 - Face au Covid-19, Pékin augment encore ses restrictions :

Des millions de Pékinois travaillent à domicile lundi à la suite d'un nouveau tour de vis des mesures anti-Covid, donnant à la capitale chinoise de 22 millions d'habitants des allures de ville fantôme. La Chine est confrontée depuis deux mois à sa pire vague épidémique depuis la flambée initiale du début 2020. Même si les chiffres de contamination restent minimes à l'échelle mondiale, les autorités appliquent strictement leur politique du zéro Covid et confinent des villes entières dès l'apparition de quelques cas.

Après Shanghai, la ville la plus peuplée du pays confinée depuis début avril, Pékin fait depuis une semaine l'objet de restrictions aux déplacements et de nombreux lieux publics (restaurants, cafés, salles de sport, gymnases...) sont fermés. Lundi, les autorités ont limité strictement l'accès aux services non essentiels dans le district de Chaoyang, le plus actif et le plus peuplé de la capitale, où certaines entreprises doivent limiter à 5% leur effectif normal. Résultat, le quartier commercial très animé de Sanlitun, dans l'est de Pékin, est désert lundi matin. La boutique Apple, habituellement très achalandée, a reçu l'ordre de fermer ses portes quelques minutes après l'ouverture. "Je ne me sens pas à l'aise avec si peu de gens autour de moi", déclare à l'AFP une agente d'entretien du nom de Wang, attendant de pouvoir entrer dans le restaurant qui l'emploie. "Je suis chargée de désinfecter, je ne peux pas travailler à domicile".

 

49 cas en 24 heures

Pékin a annoncé lundi 49 nouveaux cas de contamination pour les dernières 24 heures. Par ailleurs à Shanghai, le chiffre des nouvelles contaminations est tombé à moins de 4.000 lundi, après avoir dépassé les 25.000 fin avril. L'actuelle flambée épidémique a tué également plus de 500 personnes à Shanghai, selon un bilan officiel. Le total pour la Chine dépasse à peine 5.000 officiellement depuis le début de la pandémie. Certains habitants laissent percer leur exaspération après 40 jours de confinement, marqué parfois par des problèmes d'approvisionnement.

Dans le quartier de Zhuanqiao, des résidents se sont affrontés au cours du week-end à des fonctionnaires habillés en combinaison intégrale, selon une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux. "La police a agi dès que possible pour persuader les badauds de se disperser et ramener le calme", ont fait savoir les autorités locales. "D'après une enquête menée sur les lieux, les fauteurs de troubles avaient suffisamment de nourriture à la maison", a-t-on assuré de même source.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2126) : MARDI 10 MAI 2022
LA MARCHE DU MONDE (2126) : MARDI 10 MAI 2022
LA MARCHE DU MONDE (2126) : MARDI 10 MAI 2022
LA MARCHE DU MONDE (2126) : MARDI 10 MAI 2022
LA MARCHE DU MONDE (2126) : MARDI 10 MAI 2022
LA MARCHE DU MONDE (2126) : MARDI 10 MAI 2022
LA MARCHE DU MONDE (2126) : MARDI 10 MAI 2022

Mardi 10 Mai 2022 - Le prince Charles a remplacé la Reine au Parlement, Camilla et William à ses côtés :

Moment historique à la Chambre des Lords à Londres, ce mardi 10 mai 2022. Pour la première fois, le prince de Galles a ouvert le Parlement. Charles avait en effet été missionné par sa mère, la reine Elizabeth II , qui, en raison de ses problèmes actuels de mobilité, avait dû se résoudre, «à contrecœur», à ne pas officier pour la cérémonie très protocolaire qui marque le début de l’année parlementaire. Ce qu’elle n’avait fait qu’à deux reprises au cours de son règne de 70 années, lorsqu’elle était enceinte des princes Andrew et Edward, en 1959 et 1963.

En grand uniforme, l’héritier de la couronne britannique a donc lu le «discours de la Reine», à la place de la souveraine âgée de 96 ans. Rédigé par le gouvernement, celui-ci dévoile le programme législatif pour l’année à venir. S’il remplaçait très officiellement sa mère, le prince Charles n’a cependant pas pris place sur son trône. Il s’est assis sur celui du consort, plus petit, jadis réservé à son père le prince Philip et qu’il occupe depuis quelques années, à côté de sa mère. Laquelle était présente symboliquement à travers sa couronne impériale d’apparat, posée sur une table juste à côté, là où elle se trouve d’ordinaire.

 

William était présent pour la première fois

Comme l’on s’en doutait, le prince de Galles était accompagné de son épouse la duchesse de Cornouailles Camilla . Mais, l’on ne s’attendait pas à ce que le prince William soit également là. Une première pour le duc de Cambridge, deuxième dans l’ordre de succession à la couronne, et qui, comme son père, a franchi ce jour une nouvelle étape dans son futur rôle de roi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens