Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 avril 2022 6 16 /04 /avril /2022 07:00
LA MARCHE DU MONDE (2101) : VENDREDI 15 AVRIL 2022

Vendredi 15 Avril 2022 –  Le croiseur Moskva a coulé, menace nucléaire... le point sur la guerre en Ukraine

Le Moskva, vaisseau amiral russe en mer Noire , a coulé jeudi

après avoir été touché par un missile ukrainien selon Kiev, en raison d'un incendie accidentel selon Moscou, un déboire majeur laissant craindre une escalade du conflit alors que la Russie accuse l'Ukraine de bombarder des villages sur son sol. "Lors du remorquage du croiseur Moskva vers le port de destination, le navire a perdu sa stabilité en raison de dommages à la coque subis lors de l'incendie à la suite de la détonation de munitions. Dans des conditions de mer agitée, le navire a coulé", a déclaré jeudi soir le ministère russe de la Défense. Il avait auparavant indiqué que l'incendie à bord était "circonscrit" et que le croiseur "gardait sa flottabilité", tout en affirmant enquêter sur les causes du sinistre.

La perte de ce navire de commandement est "un coup dur" porté à la flotte russe dans la région , a déclaré jeudi le porte-parole du Pentagone John Kirby, avec "des conséquences sur leurs capacités" de combat, le navire étant un "élément-clé de leurs efforts pour établir une domination navale en mer Noire".

Le Moskva "assurait la couverture aérienne des autres vaisseaux pendant leurs opérations, notamment le bombardement de la côte et les manoeuvres de débarquement", a détaillé de son côté le porte-parole de l’administration militaire régionale d'Odessa Sergueï Bratchouk, sur Telegram. Quelles que soient les circonstances du naufrage, il s'agit pour la Russie de l'un de ses plus gros revers et d'une humiliation majeure. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a enfoncé le clou dans son message vidéo rituel du soir en faisant référence aux Ukrainiens comme "ceux qui ont montré que les navires russes ne peuvent qu'aller au fond".

 

"Génocide"

Dans la nuit de mercredi à jeudi, le ministère russe de la Défense avait reconnu que ce navire lance-missiles de 186 mètres de longueur avait été "gravement endommagé" par un incendie qui a provoqué l'explosion de munitions et que son équipage de plus de 500 hommes avait été évacué. Le gouverneur ukrainien de la région d'Odessa, Maxime Martchenko, a affirmé de son côté que les forces armées ukrainiennes avaient frappé le Moskva avec des missiles de croisière Neptune de fabrication ukrainienne, lui infligeant d'"importants dégâts".

Les revers militaires en Ukraine pourraient inciter le président russe Vladimir Poutine à recourir à une arme nucléaire tactique ou de faible puissance dans ce pays, a prévenu jeudi William Burns, le chef de la CIA, principale agence de renseignement américaine. Mais "nous n'avons pas vraiment constaté de signes concrets comme des déploiements ou des mesures militaires qui pourraient aggraver nos inquiétudes", a-t-il toutefois insisté. Traduisant dans les mots le niveau d'hostilité extrême atteint dans ce conflit, autant que la gravité des atrocités imputées aux forces russes, le Parlement ukrainien a voté jeudi une résolution qualifiant l'offensive russe de "génocide". "Les agissements de la Russie visent à anéantir de façon systématique et cohérente le peuple ukrainien, à le priver du droit à l'autodétermination et à un développement indépendant", explique le texte.

 

"Attaques terroristes"

En retour, la Russie a accusé l'Ukraine d'avoir bombardé des villages russes frontaliers. Le Comité d'enquête russe a affirmé que deux hélicoptères ukrainiens "équipés d'armes lourdes" étaient entrés en Russie et avaient procédé à "au moins six frappes sur des immeubles d'habitation dans le village de Klimovo", dans la région de Briansk. Sept personnes, dont un bébé, ont été blessées "à des degrés divers", selon ces accusations russes, dont le bien-fondé est impossible à vérifier de manière indépendante.

Le Conseil national de sécurité et de défense ukrainien a rejeté ces affirmations, accusant les services secrets russes de mener des "attaques terroristes" dans la région frontalière pour alimenter "l'hystérie anti-ukrainienne". La Russie, dont l'offensive massive annoncée dans le Donbass n'a toujours pas commencé et qui peine à prendre le contrôle total de Marioupol, un port stratégique de la mer d'Azov, a menacé de frapper des "centres de prise de décision" à Kiev. "Nous voyons des tentatives de sabotage et de frappes des forces ukrainiennes sur des cibles sur le territoire de la Fédération de Russie", a déclaré Igor Konachenkov, le porte-parole du ministère russe de la Défense. "Si de tels événements se poursuivent, des frappes seront menées par l'armée russe sur des centres de prise de décision, y compris à Kiev, ce que l'armée russe s'est retenue de faire jusqu'à présent", a-t-il mis en garde.

Le président Zelensky est resté depuis le début de la guerre retranché avec son administration dans le centre de la capitale, d'où il n'a cessé de réclamer aux Occidentaux des livraisons d'armements lourds qui font défaut pour résister à la puissance de feu des Russes. "La Russie a amené des milliers de chars, de pièces d'artillerie et de toutes sortes d'armes lourdes dans la région, espérant tout simplement écraser notre armée", a martelé jeudi son ministre des Affaires étrangères Dmytro Kuleba.

 

"Calcinés"

Le président américain Joe Biden, qui s'y refusait jusqu'à présent, a accédé mercredi à la demande ukrainienne, promettant une nouvelle aide militaire massive, de 800 millions de dollars, comprenant des blindés et des canons de longue portée. Son homologue français Emmanuel Macron, interpellé par Volodymyr Zelensky sur son refus de reprendre à son compte le mot "génocide" utilisé par Joe Biden pour justifier son aide militaire, souligne de son côté que "les Etats qui considèrent que c'est un génocide se doivent par les conventions internationales d'intervenir". "Est-ce que c'est ce que les gens souhaitent? Je ne crois pas", a commenté M. Macron.

C'est à Marioupol (sud-est) que pourrait être enregistré dans l'immédiat le plus lourd bilan humain de cette guerre. Les autorités ukrainiennes ont évoqué quelque 20.000 morts. Galina Vassilieva, 78 ans, y pointe du doigt un immeuble de neuf étages totalement brûlé: "Regardez nos beaux bâtiments!", s'exclame-t-elle. "Les gens sont calcinés à l'intérieur", raconte cette retraitée en faisant la queue devant un camion de séparatistes pro-russes distribuant de l'aide humanitaire. La cité portuaire martyre, que l'AFP a pu voir à l'occasion d'un voyage de presse organisé cette semaine par l'armée russe, a subi un déluge de feu, qui a ravagé les infrastructures et les habitations du demi-million de personnes qui y vivaient lorsque Vladimir Poutine a lancé son offensive contre l'Ukraine le 24 février.

Aujourd'hui, après plus de quarante jours, les combats sont limités à la vaste zone industrielle proche du bord de mer, les forces russes et leurs alliés séparatistes de Donetsk ayant imposé puis resserré peu à peu leur terrible siège. La conquête de cette ville permettrait aux Russes de consolider leurs gains territoriaux en reliant la région du Donbass, en partie contrôlée par des séparatistes prorusses depuis 2014, à la Crimée annexée la même année. Les bombardements continuent également dans la partie orientale de l'Ukraine. Selon le gouverneur de la région, plus de 500 civils dont 24 enfants ont été tués dans la région de Kharkiv (nord-est) depuis le début de l'invasion russe. Des analystes considèrent que le président russe Vladimir Poutine, embourbé face à la résistance acharnée des Ukrainiens, veut obtenir une victoire dans le Donbass avant le défilé militaire du 9 mai marquant sur la Place Rouge la victoire soviétique sur les nazis en 1945.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2101) : VENDREDI 15 AVRIL 2022

Vendredi 15 Avril 2022 –  Guerre en Ukraine: La Russie frappe l'usine des missiles «Neptune» :

Au lendemain du naufrage de son vaisseau amiral en mer Noire, la Russie a promis vendredi d'intensifier ses frappes sur Kiev en réponse à des attaques qu'elle qualifie de "terroristes", la première visant le fabricant des missiles Neptune avec lesquels les Ukrainiens affirment avoir coulé le "Moskva".

"Le nombre et l'ampleur des frappes de missiles sur des sites de Kiev vont augmenter en réplique à toutes les attaques de type terroriste et aux sabotages menés en territoire russe par le régime nationaliste de Kiev", a mis en garde le ministère russe de la Défense.

Dans la nuit, c'est une usine de missiles de la région de Kiev qui a été touchée par une frappe russe, ont constaté vendredi des journalistes de l'AFP sur place. Le ministère russe a de son côté annoncé la destruction d'un atelier de production de missiles dans l'usine Vizar située dans la banlieue de Kiev.

L'usine Vizar est l'une des usines ukrainiennes qui fabriquent ces missiles, indique sur son site internet UkrOboronProm, la holding d'Etat qui chapeaute les usines d'armement ukrainiennes.

Un atelier de l'usine et un immeuble administratif la jouxtant, situés dans la localité de Vychnevé, à une trentaine de kilomètres au sud-ouest de la capitale ukrainienne, ont été gravement endommagés, a constaté l'AFP. Une cinquantaine de véhicules garés sur le parking à proximité ont aussi eu leurs vitres soufflées.

Un artisan, Andrii Sizov, 47 ans, a confié à l'AFP avoir été avoir entendu "cinq frappes". "Pour moi, c'est la facture pour la destruction du Moskva", a-t-il dit. La Russie a affirmé jusqu'à présent que le croiseur Moskva, navire amiral de sa flotte de la mer Noire, avait subi mercredi un incendie et des détonations de ses propres munitions. Le navire a coulé jeudi. Les Ukrainiens ont eux affirmé avoir frappé le navire avec des missiles de croisière de fabrication nationale Neptune, infligeant un revers considérable et une humiliation majeure à l'armée russe.

La Russie a par ailleurs affirmé jeudi que l'Ukraine avait bombardé des villages russes frontaliers, notamment par une incursion d'hélicoptères de combat en territoire russe. Kiev a rejeté ces accusations, et accusé en retour les services spéciaux russes de mener "attaques terroristes" dans la région frontalière pour alimenter "l'hystérie anti-ukrainienne". Le Comité d'enquête russe a affirmé que deux hélicoptères ukrainiens "équipés d'armes lourdes" étaient entrés en Russie et avaient procédé à "au moins six frappes sur des immeubles d'habitation dans le village de Klimovo", dans la région de Briansk.

La perte du croiseur Moskva est "un coup dur" porté à la flotte russe dans la région, a déclaré jeudi le porte-parole du Pentagone John Kirby, avec "des conséquences sur leurs capacités" de combat. Le navire "assurait la couverture aérienne des autres vaisseaux pendant leurs opérations, notamment le bombardement de la côte et les manoeuvres de débarquement", a détaillé de son côté le porte-parole de l’administration militaire régionale d'Odessa Sergueï Bratchouk.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a enfoncé le clou dans un message vidéo jeudi soir, déclarant que les Ukrainiens avaient "montré que les navires russes ne peuvent qu'aller au fond". Les revers militaires en Ukraine pourraient inciter le président russe Vladimir Poutine à recourir à une arme nucléaire tactique ou de faible puissance dans ce pays, a prévenu jeudi William Burns, le chef de la CIA, principale agence de renseignement américaine.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2101) : VENDREDI 15 AVRIL 2022

Vendredi 15 Avril 2022 –  La Russie va intensifier les frappes sur Kiev en réplique aux attaques en territoire russe :

La Russie a annoncé vendredi avoir détruit une usine d'armement en banlieue de Kiev et assuré que les frappes sur la capitale ukrainienne allaient être intensifiées pour répondre aux attaques menées en territoire russe dont elle accuse l'Ukraine. Ces déclarations semblent annoncer un nouveau changement d'approche de la Russie qui, après avoir échoué à vaincre les défenseurs de Kiev, avait annoncé fin mars qu'elle allait se concentrer sur l'est de l'Ukraine et avait retiré ses forces menant l'assaut contre la capitale ukrainienne.

"Le nombre et l'ampleur des frappes de missiles sur des sites de Kiev vont augmenter en réplique à toutes les attaques de type terroriste et aux sabotages menés en territoire russe par le régime nationaliste de Kiev", a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov. Il a par ailleurs indiqué que la Russie avait détruit un atelier de production de missiles sol-air dans l'usine Vizar près de Kiev au moyen d'un missile de croisière Kalibr.

Jeudi, les gouverneurs de deux régions russes frontalières de l'Ukraine avaient accusé les forces ukrainiennes d'avoir bombardé deux villages en territoire russe, Klimovo et Spodariouchino, faisant sept blessés. A Klimovo, l'attaque a été menée par deux hélicoptères ukrainiens, ont affirmé les autorités russes, des accusations démenties par Kiev et invérifiables de manière indépendante. Vendredi, M. Konachenkov a néanmoins affirmé qu'un des hélicoptères ayant mené ce raid avait été détruit par un missile tiré par le système de défense anti-aérienne S-400, alors qu'il retournait à sa base en Ukraine. Par ailleurs, le porte-parole russe a affirmé que l'artillerie de Moscou avait tué des "mercenaires polonais" dans le nord-est de l'Ukraine, ce qui risque de renforcer les tensions déjà vives entre Moscou et Varsovie. "Un détachement de mercenaires d'une compagnie militaire privée polonaise (...) a été liquidé dans le village d'Izioumske, dans la région de Kharkiv. Jusqu'à 30 mercenaires polonais ont été éliminés", a affirmé M. Konachenkov. La Russie mène une offensive militaire en Ukraine depuis le 24 février.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2101) : VENDREDI 15 AVRIL 2022

Vendredi 15 Avril 2022 –  Une adhésion de la Finlande et de la Suède à l'Otan aurait «des conséquences», prévient Moscou :

Une adhésion à l'Otan de la Suède et de la Finlande aurait des conséquences pour ces pays et la sécurité européenne, a mis en garde vendredi le ministère russe des Affaires étrangères. Ces pays "doivent comprendre les conséquences d'une telle mesure pour nos relations bilatérales et pour l'architecture sécuritaire européenne dans son ensemble", a déclaré la porte-parole du ministère, Maria Zakharova (photo), dans un communiqué. "Etre membre de l'Otan ne peut renforcer leur sécurité nationale. De facto, (la Finlande et la Suède) seront la première ligne de l'Otan", a-t-elle encore indiqué. Helsinki et Stockholm réfléchissent à rejoindre l'Alliance atlantique en réaction à l'offensive militaire russe contre l'Ukraine.

Jeudi, déjà, l'ex-président russe et actuel numéro deux du Conseil de sécurité de Russie Dmitri Medvedev a affirmé que si la Finlande ou la Suède rejoignaient l'Otan, la Russie renforcerait ses moyens militaires, notamment nucléaires, en mer Baltique et près de la Scandinavie. La Finlande, qui a quelque 1.300 km de frontière avec la Russie, décidera "d'ici quelques semaines" sur une candidature à l'Otan, selon sa Première ministre.

La Suède n'exclut pas elle non plus de rejoindre l'alliance militaire occidentale, mais semble plus en retrait que sa voisine. La Russie considère l'Alliance comme une menace existentielle, et son offensive en Ukraine a été notamment justifiée par le Kremlin par les ambitions atlantistes de Kiev et le soutien politique et militaire occidental à ce voisin de la Russie.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2101) : VENDREDI 15 AVRIL 2022

Vendredi 15 Avril 2022 –  Interdiction du voile : Emmanuel Macron et Marine Le Pen cultivent leurs divergences :

Emmanuel Macron et Marine Le Pen assument leurs divergences sur le port du voile, qui s'invite à nouveau dans le débat.

Interpellés à plusieurs reprises durant l'entre deux tours sur l'interdiction du voile promise par la candidate RN, Emmanuel Macron et Marine Le Pen assument leurs divergences sur ce thème controversé qui s'invite à nouveau dans le débat. Après le président-sortant lors d'un bain de foule à Strasbourg mardi, c'est la candidate RN qui vendredi sur un marché de Pertuis (Vaucluse) a fait face à une femme voilée contestant son projet d'interdiction du voile dans l'espace public.

Les deux candidats sont à fronts renversés sur un sujet qui permet de souligner pour l'un son attachement strict à la laïcité dans l'esprit de la loi de 1905, pour l'autre la lutte contre l'islamisme. Mais les deux prétendants à l'Elysée jouent aussi les équilibristes.

Dans la capitale alsacienne, Emmanuel Macron, interpellé sur son "féminisme" par une jeune femme voilée, a jugé "beau" que son interlocutrice qui déclare porter ce signe religieux "par choix", puisse lui poser une telle question. "C'est la meilleure réponse à toutes les bêtises que je peux entendre", a souligné le candidat taclant au passage Marine Le Pen.

Deux jours plus tard au Havre , il faisait mine d'interroger : "il n'y a aucun pays au monde qui interdit le voile sur la voie publique, vous voulez être le premier?" Un clin d'oeil à l'électorat musulman qui a largement voté en faveur de Jean-Luc Mélenchon au premier tour (69%) selon un sondage Ifop pour La Croix.

Emmanuel Macron se pose en champion de la défense de toutes les libertés religieuses: "si la candidate d'extrême droite Marine Le Pen interdit le voile, de par notre Constitution, elle va devoir interdire la kippa, elle va devoir interdire la croix, elle va devoir interdire les autres signes religieux". Mais le candidat cherche également à solder les critiques provoquées par sa loi dite de "lutte contre le séparatisme" accusée d'avoir alimenté la défiance à l'égard de l'islam, ce dont la majorité s'est toujours défendue.

 

"L'interdiction du voile est essentielle", selon Le Pen

C'est justement au moment des débats autour de cette loi que Marine Le Pen avait proposé une kyrielle de mesures "visant à combattre les idéologies islamistes", parmi lesquelles l'interdiction du voile reprise dans son programme présidentiel. Marine Le Pen propose de sanctionner d'une amende le port du voile dans l'espace public qu'elle assimile à un "uniforme" islamiste. "Les femmes qui ne le portent pas sont isolées, victimes de pression, insultées", égrène la candidate RN.

Confrontée à une femme voilée dans le Vaucluse, elle est restée droite dans ses bottes sans cependant vouloir trop prolonger l'échange. "L'interdiction du voile est essentielle", a-t-elle mis en avant vendredi sur BFMTV, rétro-pédalant sur des propos tenus quelques secondes plus tôt où elle affirmait qu'il n'était pas "l'élément le plus fondamental, urgent" de sa proposition de loi.

Dans son propre camp, la mesure ne fait pas l'unanimité. "C'est une erreur" et "pas possible à mettre en oeuvre", a glissé Robert Ménard, maire de Béziers et soutien de Marine Le Pen.

Nourrie par les critiques du camp Macron, l'émergence de cette thématique la renvoie au volet identitaire de son projet présidentiel susceptible de la rendre plus clivante aux yeux des abstentionnistes ou d'une partie des électeurs de Jean-Luc Mélenchon dont elle guigne les suffrages pour l'emporter au second tour. Polémique autour du voile par une étudiante à l'Assemblée nationale, question autour du port du voile dans les compétitions sportives ou volonté de l'interdire pour les jeunes filles: le quinquennat n'a pas été avare en controverses autour de ce signe religieux qui creuse de profondes fractures en France depuis l'affaire de Creil (Oise) en 1989 où trois adolescentes avaient été exclues d'un collège pour port du voile.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2101) : VENDREDI 15 AVRIL 2022

Vendredi 15 Avril 2022 –  Présidentielle : En une semaine, EELV a déjà récolté plus de 1,2 million de dons :

EELV, qui a lancé dimanche soir un appel aux dons pour rembourser la campagne présidentielle après l'échec de son candidat Yannick Jadot , a récolté plus de 1,2 million d'euros en une semaine, a annoncé le secrétaire national du parti Julien Bayou vendredi. Après un appel urgent aux dons pour récolter 2 millions d'euros d'ici 5 semaines, "nous avons déjà collecté 1,230 million d'euros", a expliqué Julien Bayou lors d'une conférence de presse, évoquant "un immense soulagement" et "un immense effort de solidarité". L'échec de la présidentielle, où Yannick Jadot n'a pas réussi à atteindre le seuil des 5% de voix nécessaires pour se faire rembourser par l'Etat ses frais de campagne, "nous prive au total de 5 millions d'euros", a rappelé M. Bayou, mais il y a d'abord une première échéance de 2 millions à rembourser d'ici fin mai.

 

"Une multitude de dons à 3 euros"

"Après le vote utile, le chèque utile", a-t-il souligné en précisant que les dons venaient d'électeurs ayant voté Jadot, mais aussi de ceux qui se sont tournés au dernier moment vers Jean-Luc Mélenchon, le candidat LFI arrivé en tête de la gauche, avec près de 22% des voix. Le parti a reçu en une semaine "plus de 20.000 dons" d'un montant moyen d'environ 50 euros, mais aussi pour la première fois "un don à 7.499 euros", le maximum qu'un particulier puisse donner à un parti.

Il y a aussi "une multitude de dons à 3 euros". L'eurodéputé David Cormand avait expliqué que si "chacun de nos 1,5 million d'électeurs" faisait "un don de trois euros", le parti pouvait s'en sortir. "Cette collecte doit continuer", a insisté Julien Bayou. "Nous sommes très loin d'être tirés d'affaire".

Au total, les dépenses de campagne, qui ont été "freinées dans la dernière ligne droite", atteignent "un peu plus de 6 millions d'euros", ce qui en fait une campagne "pas exubérante", mais "pas une campagne à l'économie non plus", dit-il. Les recettes se sont montées à 1 million d'euros, avec "la dotation de l'Etat et 200.000 euros de dons collectés avant le 1er tour". Julien Bayou a assuré que la campagne des législatives avait été "provisionnée".

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2101) : VENDREDI 15 AVRIL 2022

Vendredi 15 Avril 2022 –  Choqué par le salaire de Tavares, Macron favorable à des «plafonds européens» de rémunération :

Emmanuel Macron a jugé vendredi "choquant et excessif" le montant "astronomique" du salaire du directeur général du groupe automobile Stellantis, Carlos Tavares , et s'est prononcé pour des "plafonds" de rémunération, au niveau de l'UE.

"Il faut mener le combat en européen pour qu'on ait des rémunérations qui ne peuvent pas être abusives", a ajouté sur Franceinfo le président de la République française, candidat à sa réélection le 24 avril. "Il faut à un moment se donner des plafonds et avoir une gouvernance pour notre Europe qui rendent les choses acceptables, sinon la société, à un moment donné, explose", a-t-il expliqué.

"Là on est sur des montants qui sont astronomiques et sans l'encadrer dans une fourchette, on doit pouvoir mettre un plafond, si on le fait au niveau européen, ça peut marcher", a estimé le chef de l'Etat, en rappelant que "Stellantis a son conseil d'administration et sa gouvernance aux Pays-Bas".

 

19 millions d'euros

"Ce qu'il faut qu'on puisse faire, c'est comme on l'a fait avec l'impôt minimal et la lutte contre l'évasion, qu'on convainque nos partenaires européens de porter une réforme qui permettent d'encadrer, à un moment donné, la rémunération de nos dirigeants", a- t-il argumenté.

"Bien sûr que c'est choquant, c'est encore plus choquant d'ailleurs quand ce sont des chefs d'entreprise qui ont mis leur société en difficulté", a réagi l'autre finaliste Marine Le Pen, sur BFMTV.

Les millions d'euros de primes attribuées aux dirigeants du groupe automobile Stellantis (Peugeot, Citroën, Fiat...) pour l'année 2021 sont contestés par des actionnaires, des syndicats et jusque dans le champ politique, à quelques jours du second tour de la présidentielle française.

Les performances de l'année 2021 ayant été exceptionnelles, le directeur général, Carlos Tavares, devrait toucher à terme un total de 19 millions d'euros pour l'exercice.

 

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2101) : VENDREDI 15 AVRIL 2022

Vendredi 15 Avril 2022 –  Jean Lassalle donne 10 euros à Pécresse, Hidalgo et Jadot, sous la barre des 5% au premier tour :

Le candidat de Résistons! a aidé modestement les candidats PS, EELV et LR, sous la barre des 5% au premier tour de la présidentielle. Une «manière de faire du bien avec humanité», dit-il à Paris Match.

«On a souvent besoin d’un plus petit que soi.». Jean Lassalle , qui a pris la tête des «petits candidats» à la présidentielle en récoltant 3,1% des suffrages au premier tour, annonçait en début de semaine vouloir faire un «don équivalent» au PS, EELV et LR. Leurs candidats n’ayant pas réussi à récolter plus de 5% des suffrages, ces partis ne pourront pas bénéficier du remboursement de leurs frais de campagne . Dès le dimanche soir et l’annonce des résultats, Yannick Jadot invitait ses soutiens à se rendre sur une plateforme de dons. Le lendemain, c’est Valérie Pécresse qui lançait un appel, précisant au passage s’être endettée personnellement à hauteur de 5 millions d’euros.

 

"Même un de mes fils a proposé également de faire un don!"

Leur appel a été entendu par le député des Pyrénées Atlantiques. L’idée s’est présentée naturellement au sein de son équipe de campagne : «L’un d’entre nous a remarqué que Valérie Pécresse, la candidate LR, faisait un appel aux dons [...] nous nous sommes concertés et l’idée de la soutenir financièrement a émergé», explique-t-il à Paris Match. Il ajoute : «Même un de mes fils a proposé également de faire un don ! [...] donc manifestement, on a pu faire des dons pour tout le monde.»

Tout en ne dévoilant pas la somme, le candidat de Résistons! nous expliquait avoir fait un don «à taille humaine» : «C’est comme une bouée de sauvetage [...] un petit candidat doit aussi montrer qu’il a du cœur». Pour l’élu béarnais, il s’agissait surtout d’un «don de générosité», une «manière de faire du bien avec humanité.». Il a finalement dévoilé le montant jeudi dans un communiqué : «un chèque de 10 euros a été envoyé» à la LR Valérie Pécresse (4,78%), l'écologiste Yannick Jadot (4,63%) et la socialiste Anne Hidalgo (1,75%).

Le candidat qui avait qualifié la campagne présidentielle de «campagne de merde» et menacé de la quitter, a triplé son score par rapport à 2017. Pour l’élu béarnais qui se déplaçait à bord d’un bus à son effigie, cela s’explique par sa proximité avec les citoyens : «J’ai toujours été à la rencontre des autres ma vie durant. Je me suis toujours battu contre les scandales et les injustices [...] A vrai dire, je ne suis pas rentré dans le moule de la politique.» L’ancien berger devenu maire puis député prouve ainsi «qu’on peut très bien rester proche des gens et les écouter».

Jean Lassalle a su rassembler au sein de son électorat des profils assez équilibrés. Selon le sondage «jour du vote» de l’Ifop-Fiducial du 10 avril 2022, le candidat réunit au sein de son électorat 74% d’actifs, en hausse par rapport à 2017 (66,4%). Certains militants le présentent comme le candidat de la ruralité, puisqu’il rassemble parmi ses électeurs 88% de personnes originaires de Province. Les électeurs de Jean Lassalle sont d’ailleurs 54% à être sans sympathie partisane, la plupart ayant voté autant à gauche qu’à droite en 2017. Jean Lassalle a su également réunir les abstentionnistes, puisque 7% des Français qui ont voté Jean Lassalle en 2022 s’étaient abstenus au 1er tour de 2017.Il s’est retrouvé en tête dans plus de 234 villes, notamment dans le Sud-Ouest et en Corse. Une hausse par rapport à 2017, où le candidat était présent dans plus de 78 communes. Parmi elles, on retrouve bien sûr la ville de Lourdios-Ichère, le fief du député, où il a récolté 65,49% des voix.

Pour le deuxième tour, qui oppose Emmanuel Macron à Marine Le Pen, Jean Lassalle n’a pas donné de consigne de vote mais indiqué qu’il voterait blanc . Il «fait totalement confiance» à ses électeurs dans leur choix. Quant à la suite et aux législatives de juin, il émet quelques doutes. «J’y réfléchis, je n’ai pas pris ma décision», confie-t-il à Paris Match. En cause ? Sa faible représentativité à l’Assemblée Nationale : «J’ai été très peu interrogé, je n’aimais pas que le Parlement serve uniquement de chambre d’enregistrement…Avec les conseils de défense mis en place par Emmanuel Macron, je n’arrivais pas à y voir mon utilité.»

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2101) : VENDREDI 15 AVRIL 2022

Vendredi 15 Avril 2022 –  Sondage de la présidentielle : Emmanuel Macron renforce son avance :

Au Havre jeudi auprès d’Edouard Philippe, son ancien Premier ministre, Emmanuel Macron renforce son avance dans le sondage quotidien Ifop-Fiducial pour Paris Match, LCI et Sud Radio . Il gagne un demi-point (53,5%) et possède désormais sept points d’avance sur sa rivale du Rassemblement nationale Marine Le Pen. Désormais pleinement sur le terrain - il multiplie les déplacements après en avoir fait l’économie avant le premier tour -, le président sortant est dans une dynamique positive à moins que ce soit les appels à voter contre Marine Le Pen, soit en votant pour lui, soit en s’abstenant qui commence à faire infléchir les militants déçus des candidats éliminés dès le premier tour.

 

L’électorat de Yannick Jadot semble se mobiliser davantage pour Emmanuel Macron

Dans le détail, si les électeurs qui ont voté pour Jean-Luc Mélenchon et Valérie Pécresse sont de plus en plus nombreux à déclarer s’abstenir - 45% pour le premier, 34% pour la seconde -, l’électorat de Yannick Jadot semble lui se mobiliser davantage en faveur d’Emmanuel Macron, passant de 39% le lendemain du premier tour à 62% aujourd’hui. On remarque aussi un fléchissement inattendu parmi les électeurs d’Eric Zemmour au premier tour. Lundi, ils étaient 85% à se déclarer en faveur de Marine Le Pen, ils ne sont plus que 82% ce jeudi.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2101) : VENDREDI 15 AVRIL 2022
LA MARCHE DU MONDE (2101) : VENDREDI 15 AVRIL 2022
LA MARCHE DU MONDE (2101) : VENDREDI 15 AVRIL 2022
LA MARCHE DU MONDE (2101) : VENDREDI 15 AVRIL 2022
LA MARCHE DU MONDE (2101) : VENDREDI 15 AVRIL 2022

Vendredi 15 Avril 2022 –  Emmanuel Macron retrouve Edouard Philippe pour faire campagne sur l'écologie :

Emmanuel Macron était jeudi au Havre, sur les terres de son ancien Premier ministre Edouard Philippe, pour faire campagne sur l'écologie, décidé à "convaincre" en particuliers les électeurs de gauche. "Sortir du renouvelable est une aberration complète, nous serions le seul pays au monde à le faire", s'est-il insurgé sur France Bleu. "La stratégie de l’extrême droite du tout nucléaire est irréaliste et à mes yeux totalement folle", a-t-il renchéri en visitant le site de Siemens Gamesa qui fabrique des éoliennes offshore.

"Dans le projet de Madame Le Pen, avec stupeur, j'ai en effet découvert (...) qu'on dépenserait des centaines de millions d'euros à démonter des éoliennes existantes, ce qui, je dois le dire, est un usage de l'argent du contribuable qui m'interroge", a-t-il ajouté, à dix jours du second tour de la présidentielle. "Je vais essayer de convaincre tous les électeurs", a-t-il affirmé, visant ceux de Jean-Luc Mélenchon - arrivé en tête au Havre au premier tour - et de l'écologiste Yannick Jadot. "Mais la stratégie du tout renouvelable (défendue par Jan-Luc Mélenchon, NDLR) ne marche pas non plus, il faudrait couvrir le pays d'énergie renouvelables", a-t-il plaidé.

 

"Au 2e tour, vous éliminez le projet qui vous plaît le moins"

Emmanuel Macron a tenu à rappeler ses points d'accord avec la gauche sur l'écologie. "Avec le projet de M. Jadot, de M. Mélenchon et c'est vrai aussi pour Mme Hidalgo, nous avions un accord sur le fait que l'Accord de Paris devait être notre cadre, et le Green Deal européen. Mais l'extrême droite de Marine Le Pen a un projet qui est de sortir des Accords de Paris et du Green Deal européen".

"Au 2e tour, vous éliminez le projet qui vous plaît le moins. Mais il n'y a pas de pureté ! Je ne vais pas demain proposer le projet de Jean-Luc Mélenchon ou de Yannick Jadot. Mais si je peux ajouter telle ou telle chose, par respect, si je trouve une cohérence avec le mien, je le ferai", a-t-il assuré.

Quant au moratoire sur l'éolien préconisé par Marine le Pen, s'il était appliqué "ce site fermerait dans l'heure", a martelé Emmanuel Macron, en visitant le plus gros projet industriel français dédié aux renouvelables, qui doit créer 750 emplois, en compagnie d'Edouard Philippe.

 

"Marine Le Pen assume d'avoir un programme très clairement climato-sceptique"

En plus de relancer le nucléaire, le programme d'Emmanuel Macron est d'installer 50 parcs éoliens en mer, d'une puissance totale de 40 GW. Il s'est engagé à ne pas ouvrir des parcs "sans concertation" notamment avec les pêcheurs. "Je pense que Marine Le Pen assume d'avoir un programme très clairement climato-sceptique", a-t-il conclu.

Le programme de la candidate du RN prévoit "un moratoire sur l'éolien et le solaire" et pour l'éolien de lancer le démantèlement progressif des sites en commençant par ceux qui arrivent en fin de vie". Et que "toutes les subventions dédiées à promouvoir ces procédés seront suspendues".

Après avoir assisté aux opérations de manutention d'un porte-conteneurs, Emmanuel Macron a aussi estimé que le port du Havre, premier de France, serait pénalisé par la "préférence nationale" réclamée par Marine le Pen, et "bouleverserait l'activité du port" qui deviendrait "totalement non compétitif" pour accueillir les conteneurs. "Qui paiera à la fin? C'est le consommateur", a-t-il ajouté.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2101) : VENDREDI 15 AVRIL 2022

Vendredi 15 Avril 2022 –  La Sorbonne évacuée après avoir été occupée par des étudiants :

La Sorbonne, occupée par des étudiants qui voulaient faire entendre leur voix dans l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle française , a été évacuée dans la nuit, a annoncé vendredi le rectorat, qui a "condamné avec la plus grande fermeté cette occupation illégale". "Dans la nuit du 14 au 15 avril, les personnes occupant le site de la Sorbonne depuis le mercredi 13 avril ont quitté les lieux", a indiqué le rectorat dans un communiqué.

Il a condamné "avec la plus grande fermeté cette occupation illégale qui a conduit à des violences inacceptables et à des dégradations importantes (bris de verre, portes fracturées, carreaux cassés, mur abattu, destruction des dispositifs de sécurité incendie, destruction de matériel pédagogique, multiples graffiti y compris sur le patrimoine historique)".

Ces dégradations "imposent, à ce stade, le maintien d'une fermeture totale du site", précise le communiqué, affirmant que "l'ensemble des équipes du rectorat reste mobilisé aux côtés des universités" concernées "afin que la Sorbonne retrouve son fonctionnement habituel". Depuis mercredi, des centaines d'étudiants se mobilisent à Paris, Nancy ou Reims, pour protester contre le résultat du premier tour de l'élection présidentielle et alerter sur les questions écologiques et sociales. Une partie des étudiants qui occupaient la Sorbonne, dans le centre de Paris, avaient quitté les bâtiments de l'université jeudi en début de soirée tandis que d'autres étaient restés sur place, après une journée de rassemblements émaillés d'incidents. A quelques rues de là, à Sciences Po Paris, quelque 150 étudiants ont bloqué jeudi l'entrée de l'école. Des banderoles indiquaient: "Pas de quartier pour les fachos, pas de fachos dans nos quartiers" ou "Non à l'extrême droite".

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2101) : VENDREDI 15 AVRIL 2022

Vendredi 15 Avril 2022 –  Plus d'une centaine de blessés lors de heurts sur l'Esplanade des Mosquées à Jérusalem :

Des affrontements entre manifestants palestiniens et policiers israéliens sur l'Esplanade des Mosquées à Jérusalem, les premiers sur place depuis le début du ramadan, ont fait plus d'une centaine de blessés vendredi sur fond de crainte d'un embrasement dans les Territoires palestiniens occupés. "Cent dix-dept blessés ont été transférés" dans des hôpitaux de Jérusalem et des "dizaines" d'autres ont été traités sur le site, a indiqué à l'AFP un responsable du Croissant-Rouge palestinien à propos de ces violences dans la Vieille Ville de Jérusalem, située dans un secteur occupé depuis 1967 par Israël. De son côté, la police israélienne a fait état d'au moins trois blessés dans ses rangs lors de ces heurts qui étaient pour l'essentiel terminés vers 9H30 locales (6H30 GMT) sur l'esplanade.

Troisième lieu saint de l'islam, l'Esplanade des Mosquées --nommée aussi Mont du Temple par les juifs-- est située dans la Vieille Ville à Jérusalem-Est, théâtre de nombreux affrontements violents entre policiers israéliens et manifestants palestiniens. Lors du ramadan en 2021, mois sacré des musulmans, des manifestations nocturnes à Jérusalem et des heurts jusque sur l'esplanade s'étaient mués en onze jours de guerre entre le mouvement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, et Israël. Vendredi, des témoins ont fait état de jets de pierre de Palestiniens en direction des forces de l'ordre israéliennes et de tirs de balle en caoutchouc et de grenades assourdissantes vers des manifestants palestiniens.

Vers 4H00 du matin, "des dizaines de jeunes émeutiers masqués", certains s'affichant avec des drapeaux du mouvement islamiste armé Hamas, ont "amorcé une procession" sur l'Esplanade des Mosquées, et lancé des pierres en direction du Mur des Lamentations adjacent, plus important lieu de prière de la tradition juive, a indiqué la police israélienne disant être intervenue pour "rétablir l'ordre".

Selon un photographe de l'AFP sur place, les affrontements étaient nourris et plus d'une centaine de Palestiniens lançaient des projectiles en direction des forces de l'ordre israéliennes. "Nous n'avons aucun intérêt à ce que le Mont du Temple devienne le centre de violences. Cela nuirait à la fois aux musulmans sur place et aux juifs au Mur des Lamentations", a commenté le ministre israélien de la sécurité publique Omer Bar-Lev. La Jordanie administre l'Esplanade des Mosquées, où sont situées la mosquée al-Aqsa et le dôme du rocher, mais l'accès à ce lieu est contrôlé par Israël. Peu avant le début du mois du ramadan cette année, le 2 avril, de hauts responsables israéliens et jordaniens avaient multiplié les pourparlers afin de garantir à la fois la liberté de culte et la sécurité du site dans l'espoir d'éviter de nouveaux heurts.

 

De Tel-Aviv à la Cisjordanie

Ces affrontements sur l'Esplanade des Mosquées sont les premiers cette année depuis le début du ramadan, période de grands rassemblements pour les musulmans sur ce lieu sacré, qui sert aussi parfois de caisse de résonance au conflit israélo-palestinien. Et ce weekend, en plein ramadan, les autorités craignaient des dérapages dans la ville sainte avec le début des célébrations chrétienne de Pâques et juive de Pessah, accompagnée de prières au Mur des Lamentations, rare coïncidence des calendriers entre les trois grandes religions monothéistes. D'autant que les violences se multiplient ces dernières semaines en Israël et en Cisjordanie occupée.

Depuis le 22 mars, Israël a été frappé par quatre attaques, les deux premières menées par des Arabes israéliens liés à l'organisation jihadiste Etat islamique (EI), et dont les trois auteurs ont été tués par les forces israéliennes. Deux autres attaques ont été perpétrées dans la région de la métropole Tel-Aviv par des Palestiniens originaires du secteur de Jénine, en Cisjordanie. Ces attaques ont fait quatorze morts en Israël. En outre, 22 Palestiniens, dont des assaillants, ont été tués depuis cette date dans des violences, liées notamment à des "opérations de contreterrorisme" en Cisjordanie, selon un décompte de l'AFP. Jeudi, trois Palestiniens ont été tués dans des opérations israéliennes en Cisjordanie ayant fait aussi de nombreux blessés dont l'un a finalement succombé vendredi à ses blessures, a indiqué le ministère palestinien de la Santé.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2101) : VENDREDI 15 AVRIL 2022

Vendredi 15 Avril 2022 –  L'Insee confirme l'accélération de l'inflation à 4,5% en mars en France :

L'inflation a atteint 4,5% sur un an en mars, un niveau inédit depuis les années 1980, a indiqué vendredi l'Insee, confirmant sa première estimation publiée fin mars, ce qui ouvre la voie à une revalorisation automatique du Smic au 1er mai. Après 3,6% en février, la hausse de l'indice des prix à la consommation s'est établie à 4,5% en mars. Comme ces derniers mois, cette accélération de l'inflation s'explique par la hausse des prix de l'énergie, qui ont encore progressé de 29,2% en mars, après +21,1% en février. Ils sont notamment tirés par les produits pétroliers (+43,5%), conséquence des tensions sur les marchés depuis le début de l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

L'augmentation des prix de l'alimentation s'est aussi accrue, avec une hausse de 2,9%, après 2,1% en février. Les produits frais connaissent en particulier une augmentation de 7,6% sur un an. À l'inverse, les prix des produits manufacturés ont un peu ralenti (+2,1%, après +2,2% en février). L'indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH), qui sert de base de comparaison au niveau européen, s'affiche en hausse de 5,1% sur un an, après +4,2% en février.

Cette forte inflation va entraîner une revalorisation automatique du Smic au 1er mai prochain. Fin mars, le ministère du Travail avait indiqué qu'elle serait comprise entre 2,4 et 2,6%, soit entre 30 et 35 euros brut par mois. Le Smic s'élève actuellement à 1.603 euros brut par mois.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2101) : VENDREDI 15 AVRIL 2022

Vendredi 15 Avril 2022 –  Légère baisse des contaminations, mise en garde de l’OMS… le point sur le coronavirus

 

La situation en France

Les contaminations au Covid refluent très légèrement , tout en restant à près de 130.000 par jour en moyenne sur une semaine, selon les chiffres officiels publiés jeudi. L'agence Santé publique France a enregistré 137.342 cas en 24 heures, soit environ 9.000 de moins que la veille et 21.000 de moins qu'il y a une semaine.

La moyenne des infections sur les sept derniers jours s'établit à 128.305, contre 131.369 mercredi et 133.488 il y a une semaine. Ce léger reflux peut laisser espérer un relâchement prochain de la tension hospitalière. On compte actuellement 24.828 malades infectés par le Covid dans les hôpitaux français, soit 50 de plus que mercredi et 1.556 de plus qu'il y a une semaine.

Parmi ces patients, 1.648 sont pris en charge dans les services de soins critiques, qui soignent les cas les plus graves. Cet indicateur toujours très surveillé est, lui, quasiment stable depuis deux semaines. La maladie a emporté 133 personnes au cours des dernières 24 heures, portant le bilan total des décès à 144.910 morts depuis le début de l'épidémie il y a plus de deux ans.

 

Le Covid peut encore provoquer de grandes épidémies

La maladie de Covid-19 est loin d'être endémique et peut encore provoquer "de grandes épidémies", ont indiqué des responsables de l'Organisation mondiale de la santé jeudi. "Nous sommes toujours au milieu de cette pandémie, nous aimerions tous que ce ne soit pas le cas, mais nous ne sommes pas à un stade endémique", a déclaré la responsable de la lutte contre le Covid pour l'OMS, Maria Van Kerkhove.

Lors d'une session de questions/réponses sur les réseaux sociaux, elle a annoncé avoir elle-même contracté le virus, et se trouve en quarantaine, aux Etats-Unis. Depuis Genève, Michael Ryan, le responsable des urgences de l'OMS, a renchéri: "Je ne pense pas que nous soyons proche d'une situation endémique avec ce virus". "Il ne suit pas encore totalement une cadence temporelle, ou un schéma saisonnier, (...) et la maladie reste donc assez volatile", a-t-il déclaré pendant la session. "Elle est toujours capable de provoquer de grandes épidémies comme nous l'avons vu, et même au sein des populations qui ont été précédemment exposées", a-t-il dit. M. Ryan a souligné que lorsqu'une maladie devient endémique cela ne signifie pas pour autant que la maladie n'est pas grave. "La tuberculose est endémique, le paludisme est endémique... elles tuent des millions de personnes chaque année. S'il vous plaît, ne croyez pas qu'endémique signifie 'c'est fini' et 'c'est bénin'", a-t-il insisté.

Une fois que certaines maladies deviennent, au fil du temps, endémiques, a-t-il également indiqué, elles tendent à devenir des maladies infantiles, comme la rougeole et la diphtérie. Mais si les niveaux de vaccination diminuent au sein de la population - comme cela est le cas pour la rougeole, "nous voyons que les épidémies repartent parce que les niveaux de protection de la population baisse", a observé le responsable de l'OMS. Le Comité d'urgence de l'OMS sur le Covid-19 a été cette semaine unanime à estimer que ce n'était pas "le moment de baisser la garde". Le directeur général de l'organisation, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a donc maintenu mercredi l'urgence de santé publique de portée internationale pour le Covid-19, le niveau d'alerte le plus élevé de l'OMS. Selon le dernier rapport hebdomadaire sur la situation épidémiologique publié mardi par l'OMS, le nombre de cas de Covid a continué à baisser pour la troisième semaine consécutive. Le nombre de décès a aussi reculé par rapport à la semaine précédente.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens