Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 avril 2022 2 12 /04 /avril /2022 07:00
LA MARCHE DU MONDE (2097) : LUNDI 11 AVRIL 2022

Lundi 11 Avril 2022 –  Au lendemain du premier tour, Macron évolue sur les retraites, Le Pen appelle à contenir l'inflation :

Au premier jour de la camapgne de l'entre-deux-tours, les finalistes Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont déplacés, l'un dans les Hauts-de-France, l'autre dans l'Yonne.

Emmanuel Macron s'est dit prêt lundi, au premier jour de la campagne du second tour, à "bouger" sur sa réforme des retraites, un sujet qu'il a longuement évoqué lors d'un déplacement dans le nord de la France, tandis que sa rivale Marine Le Pen a mis en garde contre la montée de l'inflation. A Carvin, dans le Pas-de-Calais, Emmanuel Macron a déclaré être prêt à "ouvrir la porte" à un report de l'âge de départ à 64 ans, plutôt qu'à 65 ans comme cela figure dans son programme, "s'il y a trop de tensions" et que cela peut "bâtir un consensus". "Je suis prêt à bouger le rapport au temps et dire qu'on ne fait pas forcément une réforme jusqu'en 2030 si je ressens trop d'angoisse chez les gens. Parce qu'on ne peut pas dire le dimanche soir 'je veux rassembler' et quand on va écouter les gens dire 'je ne bouge pas'", a-t-il souligné.

Plus tôt, à Denain, une des villes les plus pauvres de France, il a été assailli d'interpellations et de questions sur le sujet. Une femme lui a lancé: "J'ai voté pour vous mais je le regrette, vous n'aimez pas beaucoup les retraités". Bains de foule sous un soleil printanier, interviews à la chaîne, notamment sur la banquette d'un bistrot, rencontre avec des ouvriers: après une campagne de premier tour jugée trop légère, le président-candidat a mis le turbo. "Je me battrai de toutes mes forces et j'irai convaincre", a-t-il dit à la Voix du Nord, étrillant au passage sa rivale, une "démagogue qui dit aux gens ce qu'ils ont envie d'entendre au moment où ils veulent l'entendre", et qui est "dépendante de la Russie", a-t-il accusé.

Pour sa rivale d'extrême droite, pas question de laisser le champ libre à son adversaire. Elle a effectué un déplacement surprise dans l'Yonne lundi, pointant la montée de l'inflation. Après une rencontre avec un agriculteur céréalier, elle a appelé à prendre "des mesures d'urgences" contre l'inflation qui va s'aggraver. Elle a rappelé sa proposition de baisser la TVA de 20 à 5,5% sur les produits de l'énergie. Marine Le Pen a accusé son adversaire d'être "100%" responsable des crises, comme celle des "gilets jaunes", et de ne pas anticiper celle de l'inflation. "On est clairement au bout du système", a-t-elle assurée. "Il faut vraiment remettre tout à plat".

Pour le directeur d'Ipsos, Brice Teinturier, "Emmanuel Macron part avec un petit avantage. Mais on est loin de ce que nous avions en 2017. Et là, très clairement, c'est Jean-Luc Mélenchon, ou plutôt son électorat, qui détient en grande partie la clé de ce second tour". Selon le sondage quotidien Ifop-Fiducial , Emmanuel Macron l'emporterait le 24 avril avec 52,5% des suffrages contre 47,5% pour Mme Le Pen.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2097) : LUNDI 11 AVRIL 2022

Lundi 11 Avril 2022 –  Endettée, Pécresse lance un appel aux dons :

«Il en va de la survie des Républicains» : Parce qu’elle n’a récolté que 4,8% des votes à la présidentielle, Valérie Pécresse ne pourra pas se faire rembourser sa campagne. Lundi, elle a lancé un appel aux dons à ses électeurs afin de l’aider financièrement. «La situation financière de ma campagne est désormais critique. Nous n’avons pas atteint les 5% qui nous permettraient d’obtenir les 7 millions de remboursement de l’Etat que nous escomptions», a-t-elle déclaré depuis le QG des Républicains face aux journalistes. «Ces 7 millions de remboursement manquent pour boucler la campagne. Les républicains ne peuvent pas faire face à ces dépenses», a-t-elle poursuivi.

La candidate qui a terminé cinquième derrière Emmanuel Macron, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et Eric Zemmour, a continué en indiquant s'être elle-même endettée personnellement à hauteur de 5 millions d’euros. «C’est pour cela que je lance ce matin un appel national aux dons. La voix marquée par l'émotion, elle s'est adressée devant les médias à «tous ceux qui ont apporté leurs suffrages mais aussi à tous ceux qui ont préféré hier le vote utile et enfin à tous les Français qui sont attachés au pluralisme politique et à la liberté d’expression». «J’ai besoin de votre aide d’urgence, d’ici le 15 mai, pour boucler le financement de cette campagne présidentielle», conclut Valérie Pécresse, ajoutant l’air grave qu’il en «va de la survie des Républicains».

Lors de son discours à l’issue des résultats, Valérie Pécresse a déploré avoir été victime du «vote utile» . «J’ai dû batailler sur deux fronts, contre le camp du président sortant et celui des extrêmes. Malgré la passion qui m’anime, je n’ai pas réussi lors de cette campagne atrophiée. Ce soir, le vote utile a joué à plein. Ce résultat est une déception personnelle et collective. Je reste persuadée que notre projet est le bon pour la France. Il faut remettre de l’ordre dans notre pays», a-t-elle commenté. Elle a toutefois indiqué qu’elle voterait pour Emmanuel Macron au second tour.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2097) : LUNDI 11 AVRIL 2022

Lundi 11 Avril 2022 –  Chez les sénateurs LR, Gérard Larcher votera Macron, Bruno Retailleau votera blanc :

Le groupe Les Républicains du Sénat s'est pleinement saisi de la liberté de choix laissée par le parti pour le second tour de l'élection présidentielle: le président du Sénat Gérard Larcher votera pour Emmanuel Macron et le président du groupe Bruno Retailleau votera blanc. "Le groupe est totalement uni derrière la ligne de notre famille politique", a déclaré M. Retailleau à l'AFP à l'issue d'une réunion au Sénat lundi après-midi qui a duré deux heures et demie.

 

"Nous ne sommes pas solubles non plus dans le macronisme"

"On ne peut pas voter Marine Le Pen, mais on laisse à chacun cette liberté de choix, soit de se servir du bulletin de vote d'Emmanuel Macron contre Mme Le Pen, ou bien de voter blanc. Moi je ne crois plus aux consignes de vote", a-t-il poursuivi, précisant que lui-même voterait blanc. "Pas question de donner une voix à Marine Le Pen, mais nous ne sommes pas solubles non plus dans le macronisme", a-t-il insisté.

"Je voterai le 24 avril Emmanuel Macron", a annoncé de son côté Gérard Larcher dans un communiqué, à l'issue de la réunion, défendant un choix qui correspond "aux valeurs" qu'il porte et à son "parcours". "Ce n'est ni un quitus, ni un ralliement", a-t-il ajouté, soulignant qu'"au lendemain d'une défaite électorale historique" de LR au premier tour dimanche, où Valérie Pécresse s'est contentée de 4,78% des voix, "il est indispensable de conserver dans notre pays une démocratie vivante et donc de préserver une opposition républicaine".

"Le Sénat a une histoire propre. Il est indépendant et non aligné. Il est le seul contre-pouvoir institutionnel et n'a cessé de le démontrer dans ce quinquennat", a développé le président du Sénat. "Que deviendrait notre République si demain le Sénat devait être une deuxième chambre d’enregistrement du pouvoir exécutif ? (...) Que serait notre démocratie sans le verrou constitutionnel du Sénat ?", a-t-il interrogé.

Pour Bruno Retailleau, "on va se battre pour les élections législatives et puis ensuite il faudra refonder, profondément, parce que on ne sait plus parler aux Français".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2097) : LUNDI 11 AVRIL 2022

Lundi 11 Avril 2022 –  Au bureau politique des LR : dettes, angoisses et rempart républicain :

Suite à la débâcle du premier tour (4,8%), les cadres de la droite républicaine se sont réunis à leur siège du XVème arrondissement. Et l’ambiance était pour le moins tendue.

La rue de Vaugirard est bloquée ce lundi 11 avril. Des voitures de police, garées en rang d’oignon, séparent la route en deux, des journalistes télé relisent inlassablement leurs prompteurs, les badauds s’arrêtent un instant, photographient la scène puis reprennent leur chemin. La presse a fait le déplacement en nombre pour assister à ce qui semble être une répétition mortuaire. Les Peugeot noires s’arrêtent par à-coups : descendent Julien Aubert – « le parti n’est pas mort » -, Rachida Dati, Damien Abad, Gérard Larcher, Philippe Juvin, Aurélien Pradié – « J’espère que Macron a mal dormi car il a de la boue sur son costard ». Puis viennent Ciotti, Bellamy, Retailleau, Bertrand, Platret, Wauquiez, Fasquelle et enfin Valérie Pécresse.

La candidate LR, devant la cohue, s’arrête et lit une bafouille aux allures de testament : « Sept millions d’euros manquent. Les LR ne peuvent pas faire face. Je me suis endettée de cinq millions d’euros à titre personnel. Nous organisons un appel aux dons d’ici au 15 mai […] Il en va de la survie des LR. »

 

«Nous ne sommes ni fongibles dans le macronisme, ni dans le lepénisme», assure Christian Jacob

Les élus se retirent, des heures durant, puis, à 13h15, les journalistes sont enfin acceptés dans l’enceinte. La conférence de presse commence. Christian Jacob, président des Républicains, arrive et récite le compte-rendu : « Nous avons réuni un conseil stratégique et avons, en instance, adopté la motion à une large majorité concernant le vote pour Emmanuel Macron au second tour ; sur 130 personnes : 13 abstentions, 1 contre, le reste pour. » Il a également expliqué que « par cynisme, Emmanuel Macron veut nous emmener sur un parti unique », le taxant d’ « irresponsable » et a ajouté : « Notre famille ennemie est le Rassemblement National et nous ne voulons aucune voix pour Marine Le Pen. Nous ne sommes ni fongibles dans le macronisme, ni dans le lepénisme. »

Au sujet des finances exsangues, Christian Jacob a dit que « les comptes de campagne sont en cours de bouclage aujourd’hui », que le parti « ne s’[était] pas mis dans cette perspective » et que « LR prendra toute sa part. » Sur l’avenir du parti, le président s’est montré philosophe : « LR a un avenir car la vie politique ce sont aussi des échecs, parfois cinglants. » Dont acte.

Christian Jacob a sauvé son poste alors qu’il aurait dû, après une telle défaite, présenter sa démission !.. LR a combattu Macron pour de sordides histoire de boutique y compris sur des projets que Les Républicains avaient eux-mêmes défendu : la réforme des retraites par exemple. Les Français ont bonne mémoire et la pauvre Valérie Pécresse a payé au prix fort les erreurs d’un parti qui rêve encore de sa grandeur passée.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2097) : LUNDI 11 AVRIL 2022

Lundi 11 Avril 2022 –  Pour Jean-Marie Le Pen, sa fille Marine «peut» et «doit gagner» :

Au lendemain du premier tour, qui a qualifié Emmanuel Macron et Marine Le Pen, comme en 2017, Jean-Marie Le Pen considère que sa fille Marine «peut gagner, mais elle le doit pour l’avenir de la France et le bonheur des Français»

S’exprimant depuis son domicile à Montretout, l’ancien président du Front national estime que la candidate Marine Le Pen «s’est hissée au premier tout d’une façon indiscutable à la tête de l’opposition à Macron». «Tous les Français qui rejettent le président de la République et sa politique qu’il entend continuer au cours d’un deuxième mandat voteront pour Marine Le Pen», assure-t-il sur BFM TV. Il «pense» que la mobilisation sera plus ample le 24 avril. «Dimanche était le premier jour de beau temps, il y a un certain nombre de gens qui ont pensé qu’ils règleraient leurs comptes politiques au deuxième tour», analyse-t-il, appelant les Français à la mobilisation «pour décider de l’avenir de la France». «Ce n’est pas un grand effort quand même», souligne le patriarche.

 

Zemmour "a eu la délicatesse et le cran de se désister en faveur de Marine Le Pen "

Pour Jean-Marie Le Pen, l’élection de sa fille représentera «un changement», tandis que la réélection d'Emmanuel Macron sera, selon lui , «la continuité du déclin».

Quant à sa petite-fille, Marion Maréchal, qui a rejoint la campagne d’Eric Zemmour, campagne qui s’est terminé autour de 7% des suffrages, Jean-Marie Le Pen est indulgent. «Zemmour avait défendu un programme courageux, dit-il à propos du candidat Reconquête!. Il a obtenu un résultat non négligeable. Il a eu aussi la délicatesse et le cran de se désister en faveur de Marine Le Pen et je pense que ce désistement l’assure de la victoire au deuxième tour entre autre». Et d'ajouter : «Je pense qu’il y a d’autres gens qui ont voté pour d’autres candidats et qui se rapprocheront de la candidate qui est la seule alternative à la politique de Macron».

Dans une récente interview, Marine Le Pen s'était montré aussi indulgente vis-à-vis de sa nièce, qu'elle a élevé. «Je ne sais pas quelle est la part de politique et la part de personnel. Ce n’est pas facile d’être la nièce de Marine, la petite-fille de Jean-Marie et d’avoir fait de la politique. Je le comprends, disait-elle dans les colonnes de "Closer". Mais quelle est la part de conviction politique et le besoin de voler de ses propres ailes?». Elle disait n’avoir plus «aucun contact avec Marion», mais ajoutait-elle «ça ne veut pas dire que je n’en aurai plus». «Dans notre famille, rien n’est jamais définitif. Les liens familiaux sont trop importants».

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2097) : LUNDI 11 AVRIL 2022

Lundi 11 Avril 2022 –  En vue du second tour, Marine Le Pen vante son «expérience» d'il y a cinq ans qui va lui être «très utile» :

Marine Le Pen , qui entame lundi sa deuxième campagne de second tour face à Emmanuel Macron, a vanté à son QG son "expérience" d'il y a cinq ans qui va lui être, selon elle, "très utile". "Nous abordons ce second tour avec une expérience. Celle d'il y a cinq ans va être très utile", a déclaré la candidate du Rassemblement national en ouverture d'une réunion avec la direction du parti, au début de laquelle la presse était conviée. "Je repensais hier soir aux nombreux obstacles que nous avons dû surmonter pour arriver au résultat d'hier soir, ce qui prouve qu'il ne faut jamais perdre sa persévérance, quand on sait qu'on a raison", a ajouté la prétendante d'extrême droite, qui en est à sa troisième campagne présidentielle.

"Il faut continuer à se battre, envers et contre tout, malgré la concurrence, malgré parfois quelques comportements personnels d'anciens amis qui nous ont déçus, malgré les difficultés qui ont été mises sur notre route pour trouver les moyens de financement de la campagne", a-t-elle souligné, en faisant allusion notamment à son rival d'extrême droite Éric Zemmour que plusieurs élus du RN ont rejoint. Il a terminé au premier tour avec 7,07% des voix, quand elle en a réuni 23,15%. "Ça paraît loin quand on est en campagne, tout ça paraît très loin, mais nous avons surmonté tous ces obstacles grâce à nos convictions et grâce aussi évidemment à notre expérience", a-t-elle fait valoir. Et d'insister: "Nous sommes arrivés dans le cadre de ce second tour sans avoir perdu notre sérénité, notre calme, notre détermination, la conviction absolue que nous pouvons gagner cette élection présidentielle".

 

Des conférences de presse d'ici le 24 avril

Après cette réunion, Marine Le Pen a annoncé un déplacement non prévu chez un agriculteur céréalier dans l'Yonne, alors que son adversaire sillonnait ses terres dans les Hauts-de-France. Elle tiendra d'ici le 24 avril des "conférences de presse, dans l'objectif d'expliquer précisément aux Français qui vont être très largement désinformés entre les deux tours, quel est notre projet", a-t-elle précisé.

Qualifiée dimanche pour le second tour derrière Emmanuel Macron, qui a réuni 27,85% des voix, Marine Le Pen avait appelé les électeurs de droite comme de gauche à la "rejoindre", en vantant un projet de "justice sociale" et de "protection", clin d’œil appuyé au candidat de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon, qui a réuni près de 22%

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2097) : LUNDI 11 AVRIL 2022

Lundi 11 Avril 2022 –  Présidentielle : Xavier Bertrand, Rachida Dati et Michel Barnier votent Macron :

Le président de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand, son ancien rival de la primaire Les Républicains Michel Barnier et l'ancienne ministre Rachida Dati ont appelé lundi à barrer la route à Marine Le Pen grâce au "bulletin Macron". "Je mettrai un bulletin Macron, parce qu'il ne faut pas tergiverser (….) si on veut éviter Le Pen, le Front national à la tête de la France, il n'y a que le bulletin Macron qui pourra l'empêcher, ni le vote blanc ni l’abstention", a expliqué sur RTL Xavier Bertrand.

"Le FN sera incapable de relever les défis de notre pays, il y a une crise internationale, économique, ceux qui sont les moins qualifiés pour ça, c’est le FN (…) elle n'a aucune réponse, elle se nourrit du malheur des gens", a déploré le président de la région où Marine Le Pen a réalisé son meilleur score (33,35%). "Notre famille politique doit forcément se reconstruire (…) mais l’urgence aujourd’hui c’est d’empêcher le FN", a-t-il ajouté. "Moi, je vais voter pour lui (Macron) sans état d’âme", a abondé sur France Inter Michel Barnier.

 

 L’erreur de Monsieur Macron c’est d’avoir voulu faire le vide entre lui et les extrêmes

"La droite (est aujourd’hui) en partie chez Zemmour, peut-être chez Le Pen et une grande partie chez Emmanuel Macron. Je pense que ce n’est pas bien pour l’équilibre du pays. Le pays a besoin de respiration et de pôles et d’équilibre. L’erreur de Monsieur Macron c’est d’avoir voulu faire le vide entre lui et les extrêmes. Il y est parvenu, mais il faut faire attention", a ajouté l'ancien commissaire européen. "L'enjeu aujourd'hui, c'est de pouvoir faire barrage et faire battre l'extrême droite qui est à la porte du pouvoir", a analysé sur Franceinfo Rachida Dati.

"On est sur un débat vital pour la France, c'est un courant politique qui n'est pas pour la paix civile, qui porte une politique du bouc émissaire, c'est tout, c'est tout le contraire de ma vie", a-t-elle expliqué, voulant que "la France ne fasse pas ce saut dans le vide". "Quelles seront les premières victimes de l'extrême droite, ce seront les plus fragiles, les plus modestes, les classes populaires, les classes moyennes, ceux qui n'auront pas d'autre choix que de subir ce courant politique", a ajouté l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy.

La droite traditionnelle a connu un crash historique dimanche au premier tour de la présidentielle, Valérie Pécresse tombant à moins de 5% des voix selon les estimations, ce qui complique l'avenir des Républicains, forcés à la refondation sous peine de disparaître.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2097) : LUNDI 11 AVRIL 2022

Lundi 11 Avril 2022 –  Présidentielle : Marion Maréchal doute que Le Pen gagne sans« alliances» à droite :

Marion Maréchal , soutien d'Eric Zemmour et nièce de Marine Le Pen, a douté lundi de la capacité de la candidate RN à l'emporter face à Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle si elle ne scelle pas "des alliances" à droite.

Interrogée sur Europe 1 pour savoir si Marine Le Pen peut être élue présidente, Marion Maréchal a répondu: "Je ne sais pas. Je crois sincèrement que Reconquête! peut transformer la vie politique sur le moyen et long termes". "Je ne sais pas si Marine Le Pen peut gagner si je m'en tiens aux sondages - puisque maintenant manifestement c'est ça qui détermine l'élection", a-t-elle ajouté en ironisant. "Il y a semble-t-il une chance. Pour ça il faut avoir des conditions de rassemblement à l'entre deux tours. Ca ne peut pas passer que par un dialogue avec la gauche populaire souverainiste, ça doit passer aussi par des alliés, et des coalitions et des alliances" à droite, a-t-elle développé. "La balle est dans son camp et se contenter de faire un gouvernement d'union avec des gens de gauche comme Arnaud Montebourg m'apparaît être un fantasme totalement irréalisable: ces gens ne viendront jamais", a-t-elle insisté. Sans citer le nom de l'ex-ministre socialiste, Marine Le Pen avait indiqué jeudi qu'elle n'excluait pas, si elle était élue, la participation à un gouvernement "d'union nationale" de gens venus "de la gauche chevènementiste, c'est-à-dire d'une gauche souverainiste".

 

"Des patriotes il y en a à droite, il y en a à gauche"

"Reconquête! devient ce matin le seul grand parti de droite, qui va reconstruire la droite française autour d'Eric Zemmour", a plaidé sur France 2 Guillaume Peltier, porte-parole d'Eric Zemmour qui a appelé dimanche soir ses électeurs à voter pour Marine Le Pen au second tour, malgré leurs "désaccords". Interrogé sur France Inter pour savoir si le RN tendrait la main au candidat Reconquête! pour les législatives, le président du parti Jordan Bardella a répondu par la négative: "Nous allons tendre la main d'abord à l'élection présidentielle à l'ensemble des Français, mais on n'est pas dans l'alliance d'appareils, on n'est pas dans la combine", a-t-il affirmé. "Le temps des législatives viendra. Il y a des patriotes sincères évidemment chez Eric Zemmour qui vont nous rejoindre, à qui nous tendons la main (...) mais pas que. Des patriotes il y en a à droite, il y en a à gauche", a-t-il estimé.

Interrogée par ailleurs pour savoir si elle se présenterait aux législatives des 12 et 19 juin, Marion Maréchal, enceinte de six mois, a indiqué qu'elle n'était "pas sûre de pouvoir y aller pour des raisons personnelles", mais qu'elle sera "partie prenante".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2097) : LUNDI 11 AVRIL 2022

Lundi 11 Avril 2022 –  Zelensky craint des «dizaines de milliers de morts» à Marioupol :

 Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’adressant au Parlement de la Corée du Sud a déclaré lundi qu'il pensait que des "dizaines de milliers" de personnes avaient été tuées dans la ville de Marioupol assiégée par l'armée russe, et demandé à la Corée du Sud une assistance militaire.

M. Zelensky a affirmé que la Russie avait "complètement détruit" ce port situé dans le sud-est de l'Ukraine. "C'était une ville d'un demi-million d'habitants. Les occupants l'ont assiégée et n'ont même pas permis d'y acheminer l'eau et les vivres. Les Russes ont complètement détruit Marioupol et l'ont réduite en cendres. Au moins des dizaines de milliers de citoyens de Marioupol ont dû être tués", a-t-il déclaré. Le président ukrainien a accusé la Russie de vouloir faire de Marioupol "un exemple", appelant la Corée du Sud à aider son pays à combattre l'invasion russe en lui fournissant des équipements militaires, "des avions aux tanks".

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2097) : LUNDI 11 AVRIL 2022

Lundi 11 Avril 2022 –  Des gendarmes français en Ukraine pour enquêter sur les «crimes de guerre» :

Des gendarmes français sont arrivés à Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine, pour assister leurs homologues ukrainiens "dans les investigations des crimes de guerre commis autour de Kiev" , a annoncé lundi l'ambassadeur de la France en Ukraine. Il s'agit de la "première" unité étrangère "à apporter une telle aide", a affirmé sur Twitter Etienne de Poncins. "Fier d'accueillir à Lviv le détachement des gendarmes techniques et scientifiques venu assister leurs camarades dans les investigations des crimes de guerre commis autour de Kiev", a-t-il écrit. "Ils seront à pied d'oeuvre dès demain."

L'ambassadeur a accompagné son tweet d'une photo montrant une quinzaine de gendarmes -- dont une femme -- en uniformes bleus, posant devant un camion blanc de l'Institut de Recherches criminelles de la Gendarmerie nationale (IRCGN), sur lequel est inscrit "Laboratoire mobile ADN". "Solidarité", a déclaré M. de Poncins, ajoutant les émoticônes des drapeaux français et ukrainiens. Le tweet était traduit également en ukrainien.

Dimanche, la justice ukrainienne a affirmé que 1.222 personnes avaient été tuées dans la région de Kiev depuis le début de l'invasion, sans préciser s'il s'agissait uniquement de civils. Les images de vingt cadavres vêtus de vêtements civils dans une rue -l'un les mains liés dans le dos- à Boutcha, dans le nord-ouest de Kiev, ont fait le tour du monde, les autorités ukrainiennes dénonçant un "crime de guerre" de l'armée russe. Le Kremlin, de son côté, assure qu'il s'agit d'une "mise en scène" orchestrée par les Ukrainiens et destinée à lui nuire. Vendredi, le président français Emmanuel Macron a affirmé que la France était en train de "rassembler les preuves" contre "des crimes de guerre des Russes" en Ukraine. Il avait alors annoncé l'envoi de gendarmes et magistrats français dans le pays.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2097) : LUNDI 11 AVRIL 2022

Lundi 11 Avril 2022 –  Guerre en Ukraine: Société Générale va se retirer de Russie :

La banque française Société Générale, qui poursuivait ses activités en Russie depuis le début de l'invasion de l'Ukraine le 24 février , a annoncé lundi y mettre fin via la cession prévue de la totalité de sa participation dans Rosbank. Très impliquée en Russie, Société Générale était exposée à hauteur de 18,6 milliards d'euros, dont 15,4 milliards pour Rosbank.

Dans un communiqué, le groupe indique avoir signé "un accord en vue de céder la totalité de sa participation" dans Rosbank, poids lourd du secteur bancaire russe dans lequel il était actionnaire majoritaire, ainsi que ses filiales d’assurance en Russie au fonds d'investissement Interros Capital, le précédent actionnaire de Rosbank. "Avec cet accord, conclu au terme de plusieurs semaines de travail intensif, le groupe se retirerait de manière effective et ordonnée de Russie en assurant une continuité pour ses collaborateurs et ses clients", met en avant la banque.

Société générale souligne que la transaction "envisagée" reste soumise à l'approbation des autorités compétentes en matière réglementaire et de droit de la concurrence, et que sa finalisation "devrait intervenir dans les prochaines semaines". Dans ses comptes, cette cession "devrait conduire à un impact négatif de 3,1 milliards d'euros, soit 2,2 milliards de dépréciation et 1,1 milliard d'"élément exceptionnel".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2097) : LUNDI 11 AVRIL 2022

Lundi 11 Avril 2022 –  Présidentielle : après le score sous les 5%, les Verts doivent trouver «deux millions d'euros» :

La situation financière d'EELV, dont le candidat à la présidentielle Yannick Jadot a enregistré un faible score entre 4 et 5% au premier tour, est "critique", avec deux millions d'euros à trouver d'ici la fin mai, a indiqué lundi son secrétaire national Julien Bayou, appelant les électeurs à soutenir le parti écologiste.

Les candidats affichant un score inférieur à 5% ne sont pas remboursés de leurs frais de campagne. Cherz EELV, "la situation est critique, le fait de rater la barre des 5% nous met dans une très très grande difficulté", a indiqué M. Bayou sur France Inter.

 

Des dépenses pour la campagne de premier tour "aux alentours de 6 millions d'euros"

"On avait fort heureusement baissé la voilure et dépensé moins que ce que nous avions prévu", a-t-il ajouté, évoquant des dépenses pour la campagne de premier tour "aux alentours de 6 millions d'euros".

Mais "dans l'immédiat, nous avons une échéance majeure à la fin du mois de mai et donc nous devons trouver 2 millions d'euros dans les cinq semaines qui viennent. On s'adresse aux personnes qui ont pu soutenir Yannick Jadot" mais aussi "aux personnes qui auraient voulu voter Yannick Jadot et peut-être ont voté pour un autre candidat. On a besoin de ce soutien pour continuer à faire vivre l'écologie", a-t-il plaidé.

Revenant sur les raisons de l'échec du candidat écologiste, il a souligné qu'"on a senti un immense rouleau compresseur du vote soi disant utile qui a effrité, affaissé, les intentions de vote pour Yannick Jadot", alors que le candidat LFI Jean-Luc Mélenchon se place troisième avec près de 22% des voix. "On le paie aujourd'hui, mais c'est une plus grande inquiétude encore de mesurer que l'extrême droite est aux portes du pouvoir dans ce pays", a ajouté M. Bayou, appelant de nouveau à "faire battre l'extrême droite" en "utilis(ant) le bulletin Macron" au second tour.

Voter Macron au second tour toutefois "ne vaut pas soutien, ne vaut pas quitus", a-t-il prévenu. Les législatives de juin constitueront un "troisième tour" qui permettra d'"envoyer des députés écologistes à l'Assemblée" pour "éviter un quinquennat d'inaction climatique à nouveau".

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2097) : LUNDI 11 AVRIL 2022

Lundi 11 Avril 2022 –  Elizabeth II épuisée après le covid, la Chine répond aux Etats-Unis… le point sur le coronavirus

La reine Elizabeth II s’est sentie épuisée après avoir attrapé le covid

La reine Elizabeth II s'est sentie "épuisée" après qu'elle a attrapé le Covid en février, a révélé la monarque de bientôt 96 ans lors d'une visioconférence où elle s'adressait à des soignants britanniques mobilisés pendant la pandémie. Elizabeth II avait été testée positive au Covid en février et présentait selon Buckingham Palace des "symptômes légers".

Le virus rend "très fatigué et épuisé, n'est ce pas?", a-t-elle dit mercredi en s'adressant à Asef Hussain, un ancien patient atteint du Covid, à l'occasion de l'inauguration virtuelle d'une unité de soin à son nom au Royal London Hospital dans la capitale britannique.

Déjà avant d'attraper le Covid, la souveraine avait considérablement allégé son agenda depuis une nuit d'hospitalisation en octobre dont la nature n'a jamais été révélée. Elle s'est repliée depuis le début de la pandémie au château de Windsor, à une quarantaine de kilomètres de Londres, et peine désormais à se déplacer. La semaine dernière, elle a participé à une cérémonie religieuse en hommage à son époux le prince Philip, décédé il y a un an, marquant son grand retour devant ses sujets après des mois d'absence. A la fin de la rencontre avec les soignants, Elizabeth II a discuté avec l'équipe de construction ayant mis sur pied en quelques semaines l'unité de soin pour faire face à l'augmentation du nombre de malades. "C'est intéressant, quand il y a quelque chose de vital, tout le monde travaille ensemble. C'est merveilleux, n'est ce pas?", a-t-elle dit.

Le personnel du système de santé publique britannique, le NHS, a été mis sous pression pendant la pandémie, entre longues gardes, équipements étouffants et risque d'attraper le virus et de contaminer sa famille. Quelque 33.000 employés médicaux du NHS ont démissionné entre juillet et septembre 2021, dont près de 7.000 en quête d'un meilleur équilibre de vie, selon des statistiques officielles. C'est près du double du dernier trimestre 2019, juste avant la pandémie.

 

Pékin dénonce les "accusations" des États-Unis concernant le Covid-19 à Shanghai

La Chine a accusé les États-Unis d'avoir porté des "accusations sans fondement" sur sa politique de lutte contre la pandémie de Covid-19, après que l'augmentation des cas à Shanghai a conduit le consulat américain dans cette ville à autoriser le "départ volontaire" de diplomates non essentiels. Confrontée à la pire vague du virus en Chine depuis le début de l'épidémie, Shanghai, la capitale économique du pays, est en confinement total ou partiel depuis deux semaines. En vertu de mesures sanitaires très strictes, les 25 millions de Shanghaïens sont contraints de rester chez eux.

Les autorités chinoises continuent de défendre leur stratégie "zéro Covid", avec des confinements dès l'apparition de quelques cas. A Shanghai, elles ont mis en place un temps une politique très controversée consistant à séparer les enfants positifs au coronavirus de leurs parents testés négatifs, qu'elles ont assouplies face aux critiques. Dans un nouvel avertissement aux voyageurs américains, le département d'Etat a également recommandé vendredi de "ne pas se rendre" à Shanghai, "en raison des restrictions liées au Covid-19, notamment le risque de séparation entre les parents et leurs enfants". En réponse, Pékin a exprimé "un fort mécontentement et une ferme opposition aux accusations sans fondement de la partie américaine concernant la politique de contrôle des épidémies de la Chine", selon un communiqué publié samedi sur le site internet du ministère des Affaires étrangères

"Il s'agit de la décision des États-Unis. Cependant, il faut souligner que la politique chinoise de contrôle des épidémies est scientifique et efficace", a déclaré le porte-parole du ministère, Zhao Lijian, ajoutant que Pékin avait déposé des "protestations solennelles" auprès de ses homologues américains. "Nous avons toute confiance dans le fait que Shanghai et d'autres endroits surmonteront ce cycle de l'épidémie", a-t-il ajouté. La Chine mène une politique de confinement rapide, de tests de masse et de restrictions de voyages pour enrayer la propagation du virus. Shanghai, sous l'effet d'une vague alimentée par le variant Omicron, a fait état dimanche d'un nombre record de 24.943 nouvelles infections, pour la plupart asymptomatiques, représentant plus de 90% du total national. Les autorités ont préparé des dizaines de milliers de nouveaux lits dans plus de 100 hôpitaux de fortune dans le cadre d'une politique d'isolement de toute personne testée positive au virus, qu'elle présente ou non des symptômes. De nombreux habitants ont commencé à s'irriter des restrictions et exprimé leur colère via les réseaux face aux pénuries de nourriture et aux mesures draconniennes prises pour endiguer l'épidémie, comme le fait qu'un agent de santé ait matraqué à mort un corgi, un petit chien.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2097) : LUNDI 11 AVRIL 2022

Lundi 11 Avril 2022 –  Plus de 4,5 millions de réfugiés, civils tués... le point sur la guerre en Ukraine

 

10 civils tués et 11 blessés

Dix civils ont été tués et au moins 11 blessés dans des frappes samedi autour et au sud-est de Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine, a annoncé dimanche dans la soirée le gouverneur de la région.

 

5.600 enquêtes pour crimes de guerre

L'Ukraine a ouvert 5.600 enquêtes pour crimes de guerre présumés sur son territoire depuis le début de l'invasion russe, a indiqué dimanche la procureure générale du pays Iryna Venediktova sur la chaîne britannique Sky News. Plus de 1.200 corps ont été découverts à ce jour dans la région de Kiev, en partie occupée pendant plusieurs semaines par les forces russes, a-t-elle dit, sans préciser si ces corps étaient exclusivement ceux de civils. Le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba a appelé de son côté les scientifiques à étudier les effets de la propagande russe qui a, selon lui, préparé le terrain pour les atrocités de Boutcha, au nord-ouest de Kiev.

 

Le chancelier autrichien rencontre Poutine lundi

Le chancelier autrichien Karl Nehammer doit devenir lundi le premier dirigeant européen à rencontrer le président Vladimir Poutine à Moscou depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine le 24 février, a annoncé la chancellerie à l'AFP dimanche. Le conflit en Ukraine sera par ailleurs au menu d'un échange virtuel lundi entre Joe Biden et le Premier ministre indien Narendra Modi, a annoncé la Maison Blanche.

 

UE: nouvelles sanctions discutées lundi

Les ministres des Affaires étrangères de l'UE vont discuter lundi à Luxembourg d'un 6e paquet de sanctions contre Moscou, mais l'arrêt des achats de pétrole et de gaz pour cesser de financer l'effort de guerre russe divise les 27. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky ne cesse de demander à ses interlocuteurs européens "l'adoption de sanctions puissantes". Il réclame un arrêt des achats de pétrole et de gaz et la fourniture d'armes lourdes pour résister à l'offensive annoncée dans la région du Donbass (est).

 

Contraction de 45,1% du PIB ukrainien

L'économie de l'Ukraine va se contracter de 45,1% cette année en raison de la guerre menée par la Russie dont le PIB devrait lui-même s'effondrer de 11,2%, selon les dernières prévisions de la Banque mondiale publiées dimanche.

Toute la région subit les conséquences économiques de ce conflit: l'institution table ainsi sur une contraction de 4,1% du PIB pour les pays émergents et en développement d'Europe et d'Asie centrale. La seule Europe de l'Est devrait subir une récession de 30,7%.

 

Evacuation de Kramatorsk

Deux jours après le massacre de la gare de Kramatorsk (Est), où 52 civils dont cinq enfants qui se préparaient à fuir ont été tués dans une frappe attribuée à un missile russe, l'évacuation de la population se poursuit. Dimanche, la vice-Première ministre ukrainienne, Iryna Verechtchouk, a par ailleurs indiqué que 4.532 civils avaient pu être évacués la veille de zones menacées par les combats.

 

Manifestations prorusses en Allemagne

Plusieurs rassemblements prorusses controversés se sont tenus ce week-end en Allemagne à l'initiative de l'importante communauté russophone du pays, qui s'estime victime de discriminations depuis l'invasion de l'Ukraine par les troupes de Moscou.

La multiplication de manifestations dénonçant la "russophobie" dans ce pays qui compte 1,2 million de personnes originaires de Russie et qui aurait gagné l'Allemagne a provoqué un vif débat dans le pays, car les autorités y voient un danger d'instrumentalisation et de propagande pour les thèses défendues par Moscou dans la guerre.

 

Appel du patriarche russe

Le Patriarche orthodoxe Kirill, l'un des piliers du régime de Vladimir Poutine, a appelé dimanche à "faire corps" autour du Kremlin pour combattre les "ennemis extérieurs et intérieurs" de la Russie.

 

Le pape demande une trêve

Le pape François a appelé dimanche depuis la place Saint-Pierre à une "trêve de Pâques" en Ukraine "pour arriver à la paix à travers de véritables négociations".

 

Couvre-feu à Odessa

Un couvre-feu est en vigueur depuis samedi soir et jusqu'à lundi matin à Odessa, le grand port ukrainien sur la mer Noire, face à la "menace" de frappes de missiles, selon les autorités locales. Sept missiles se sont abattus dans la nuit de samedi à dimanche sur la région de Mykolaïv, à une centaine de kilomètres au nord-est d'Odessa, selon le commandement militaire local.

 

Plus de 4,5 millions de réfugiés

Plus de 4,5 millions de réfugiés ukrainiens ont fui leur pays depuis le 24 février, selon les chiffres du Haut commissariat aux réfugiés (HCR).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens