Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 avril 2022 3 06 /04 /avril /2022 07:00
LA MARCHE DU MONDE (2092) : MARDI 5 AVRIL 2022

Mardi 5 Avril 2022 –  Sondage de la présidentielle : Le Pen et Mélenchon boostés par le vote utile, l'érosion Macron

A cinq jours du premier tour de l'élection présidentielle, l'effet vote utile joue à plein dans le dernier sondage Ifop-Fiducial. Marine Le Pen (23%, +1) et Jean-Luc Mélenchon (16,5%) réalisent leur meilleur score alors que les intentions de vote d'Emmanuel Macron faiblissent de 0,5 point (27%).

Le suspense pour la première place du premier tour de la présidentielle est-il relancé? Dans le dernier sondage Ifop-Fiducial pour Paris Match, LCI et Sud Radio, le président sortant Emmanuel Macron ne compte plus que 4 points d'avance sur sa rivale du Rassemblement national Marine Le Pen (27% contre 23%). Emmanuel Macron ne profite pas de l'effet meeting et perd encore un demi-point alors que Marine Le Pen gagne encore un point ce mardi pour atteindre son plus haut score depuis le début de notre consultation le 10 janvier dernier. Le 11 mars dernier, il comptait 13,5 points d'avance...

 

Pécresse et Zemmour en baisse

Derrière les deux de tête, Jean-Luc Mélenchon lui aussi est en dynamique. Le leader de la France insoumise gagne encore 1 point aujourd'hui pour atteindre 16,5% des intentions de vote au premier tour. Il est encore loin du second tour, puisque Marine Le Pen progresse en parallèle mais se rapproche de son score au premier tour de 2017 (19,58 %) et ce malgré la présence du candidat communiste Fabien Roussel qui compte toujours 3% des intentions de vote. Marine Le Pen (84% de sureté du choix), Emmanuel Macron (81%) et Jean-Luc Mélenchon (77%) peuvent compter sur une grande sûreté du choix.

Le trio s'est clairement détaché, signe que le vote utile joue à plein à quelques jours du scrutin. Valérie Pécresse (LR) et Eric Zemmour (Reconquête!) sont désormais à moins de 10% des intentions de vote. Ils perdent chacun 0,5 point et sont désormais à 9,5%.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2092) : MARDI 5 AVRIL 2022

Mardi 5 Avril 2022 –  Nathalie Arthaud : «Quand on est blindé de millions, on s’en sort dans n’importe quelle crise» :

La candidate Lutte Ouvrière Nathalie Arthaud a fait part, mardi 5 avril sur CNews, de ses critiques contre le gouvernement Macron et donné son avis sur la crise ukrainienne.

Nathalie Arthaud a expliqué au micro de Laurence Ferrari sur CNews que, sur la question de la guerre en Ukraine, « ni Biden ni Macron n’est en mesure de l’arrêter », ajoutant que « [s]es espoirs reposent sur la population russe qui n’a pas voulu de cette guerre et voit aujourd’hui revenir les morts » mais aussi que « la société doit se mobiliser contre ce dictateur qui se moque littéralement de la vie des êtres humains.

Pour elle, « les puissances occidentales font partie du problème. Ceux qui se posent en sauveurs de l’Ukraine ont joué avec la peau du peuple ukrainien. C’est le résultat de la pression exercée par l’OTAN. » La candidate révolutionnaire a tablé sur une révolte populaire afin d’endiguer la guerre : « Toutes les périodes dramatiques sont arrêtées par des révoltes. Ces guerres sont des souffrances sans nom. Tout cela amène la population à prendre son sort en main. Il faut se poser la même question ici. »

 

«On ne demande pas la charité ou l’aumône»

Elle a ensuite tenté un parallèle entre la guerre en Ukraine et la crise sociale en France avant d’être reprise de volée par la journaliste, se raccrochant aux branches tant qu’elle put : « Ceux qui gouvernent en France se moquent littéralement des difficultés qu’on a au quotidien pour vivre […] Neuf millions de personnes qui doivent aller à l’aide alimentaire pour se nourrir. On est dans une situation indigne. De l’argent il y en a. »

Nathalie Arthaud a vertement critiqué la politique d’Emmanuel Macron, surtout les chèques qu’il a distribué avant le premier tour : « Les aides ne sont pas suffisantes et ce n’est pas ce qu’il faut. Quand on travaille du matin au soir, quand on porte la société, on ne demande pas la charité ou l’aumône, mais vivre dignement par son salaire. » Elle est revenue sur « les spéculateurs à Chicago ou Londres [qui] sont des criminels car ; en faisant flamber le cours du blé, ils vont affamer des centaines de millions de femmes et d’hommes. » La candidate a également vu d’un mauvais œil les trop fortes sanctions : « Les sanctions, ça va être moins de médicaments, des pénuries de produits essentiels, et ce sont les plus pauvres qui vont le payer. Quand on est blindé de millions on s’en sort dans n’importe quelle crise. »

Dans un Verbatim révolutionnaire, la camarade Arthaud a dit « condamne[r] l’agression russe », tout en « condamn[ant] aussi les manœuvres et arrière-pensées du camp impérialiste dans cette région car ils n’ont pas cessé à s’étendre et de bouger leurs pions. » Elle a ajouté : « Quand on dit pays souverain, comme en France, on est souverain de quoi ? Ils sont sur la dépendance des plus riches. »

Et sur son plan d’augmenter le SMIC à 2,000 net ? N’a-t-elle pas peur de faire fuir les entrepreneurs et les entreprises ? « Les petites entreprises servent d’alibi pour les plus grosses lesquelles imposent les salaires les plus bas. Les difficultés des petites entreprises sont les donneurs d’ordres, les banquiers qui sont au-dessus […] Les travailleurs, producteurs et petits artisans aussi vivre de leur travail. »

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2092) : MARDI 5 AVRIL 2022

Mardi 5 Avril 2022 –  Les anciens présidents brésiliens Lula et Rousseff soutiennent Mélenchon :

Les anciens présidents brésiliens de gauche Lula (2003-2011), candidat à la présidentielle de son pays en octobre, et Dilma Rousseff (2011-2016) soutiennent Jean-Luc Mélenchon pour la présidentielle française, a annoncé la campagne de l'Insoumis mardi.

Ces deux figures de la gauche sur le plan international ont justifié leur soutien par leur "gratitude" envers Jean-Luc Mélenchon, qui avait rendu visite en 2019 à Lula lorsqu'il était en prison pour des accusations de corruption, finalement invalidée

"Nous exprimons notre reconnaissance et notre gratitude pour la solidarité sans restriction que les camarades de La France insoumise ont toujours manifestée au Parti des Travailleurs et au peuple brésilien dans les moments les plus difficiles pour la démocratie dans notre pays", écrivent-ils dans un communiqué traduit sur le site du Parlement de l'Union populaire.

"Nous n’oublierons pas leur position ferme face au coup d’Etat contre la Présidente Dilma et la condamnation injuste et illégale du Président Lula", ont précisé les deux anciens chefs de l'Etat.

"Nous souhaitons au camarade Jean-Luc Mélenchon et à LFI de réussir les journées électorales de cette semaine, qui s’inscrivent dans la lutte pour la paix, l’autodétermination des peuples, la justice et l’égalité des droits", ont-ils conclu.

Une fois libre, Lula avait rendu visite à Jean-Luc Mélenchon à Paris en 2021, après avoir été reçu à l'Elysée . Mais il avait aussi été reçu en 2020 par la maire de Paris et candidate socialiste Anne Hidalgo. Lula est candidat à la présidentielle brésilienne d'octobre 2022.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2092) : MARDI 5 AVRIL 2022

Mardi 5 Avril 2022 –  Jean-Luc Mélenchon sur les riches : «Ils auraient tort de s’enfuir car je les rattraperai» :

Jean-Luc Mélenchon est apparu détendu au micro de Sud Radio ce mardi 5 avril. Coutumier des déclarations chocs, y compris à l’encontre des journalistes, il parait serein, souriant, tranquille. L’entretien a commencé sur la campagne présidentielle en tant que telle : « L’élection a eu du mal à se mettre en route. On est encore décalé par rapport aux effets de 2017 […] Il faut admettre que deux évènements aussi énormes que le Covid et la guerre, tout le monde est un peu sidéré par cela, donc on a pu aussi s’exprimer sur des sujets qui d’habitude ne passionnent pas : l’international, les services publics notamment. »

Le candidat de l’Union Populaire a également expliqué, au sujet de la Russie, qu’il est « non-aligné » et « très vigilant sur l’ordre du monde ». S’il a, par le passé eu des propos plutôt pro-russes, il s’est justifié en disant qu’ « il y a plus de dix ans que je dis que cela va mal tourner. J’ai tout de suite condamné l’invasion russe par ailleurs. » Il n’a pas mâché ses mots sur les crimes commis à Boutcha : « Nous sommes dans des tueries qu’on appelle des crimes de guerre, d’une sauvagerie absolue. Je tiens à la règle de conduite sur la vérification des informations, mais on a compris maintenant, ce sont des crimes de guerre. »

S’en est suivi des questions sur l’écologie et plus particulièrement le nucléaire. Jean-Luc Mélenchon a déclaré qu’il ne « [s]e lance pas dans une compétition avec EELV ; ils font leur travail, je fais le mien. » Pour lui, « tous les partis sont devenus écologistes, certains de façade. Il y a une écologie de marché et une écologie collectiviste. » Quant au nucléaire, le candidat a affirmé que ce « n’est pas une affaire écologique mais une affaire concrète » et ajoutant : « Il est trop dangereux pour que l’on continue, il ne nous rend pas indépendants – il n’y a pas d’uranium en France, et ce n’est pas une énergie si stable. Les amis du nucléaire oublient un détail qui est que le changement climatique les concerne aussi. Si les rivières baissent de niveau et qu’il n’y a plus d’eau on ne peut plus refroidir les centrales. »

«Vous n’avez pas le droit d’envoyer quelqu’un de douze ans en apprentissage», a-t-il expliqué

Son refus du nucléaire, dixit Mélenchon, est aussi une question de sécurité : « Le président est en plus chef des armées ; je ne peux pas, surtout après l’Ukraine, faire comme si je n’avais pas vu que les centrales sont des cibles et des enjeux pour la sécurité du pays. » Afin de remédier à cela, il a expliqué qu’« il s’agit de produire massivement des énergies alternatives, comme la dizaine voire vingtaine de parcs d’éoliennes offshore à vingt bornes de la côte pour que l’on puisse recueillir l’énergie dont on a besoin. »

Et les retraites dans tout cela ? « Emmanuel Macron ne sait pas bien calculer car il dit qu’il faut partir plus tard à la retraite pour financer le passage à la retraite minimum de 1,000 euros […] Il dit faire un cadeau de 1,000 euros à chaque retraite, mais c’est déjà prévu dans la loi depuis 2003, donc il aurait pu le faire dans les cinq années de son mandat sans que cela ne lui coûte le moindre effort. »

Et la formation des enfants à douze ans comme l’a proposé Emmanuel Macron ? « Vous n’avez pas le droit d’envoyer quelqu’un de douze ans en apprentissage car c’est un contrat de travail. Or, les conventions internationales interdisent que l’on envoie au travail avant l’âge de fin de la scolarité, c’est-à-dire seize ans. »

Autre point abordé : la potentielle fuite des riches s’il arrivait un jour au pouvoir. Jean-Luc Mélenchon a tenté de les rassurer : « Ils auraient tort de s’enfuir car de toute façon je les rattraperai grâce à l’import universel et je ferai comme aux Etats-Unis ; vous pouvez même aller en enfer, je vous retrouve pour que vous payez la part que vous devez à votre patrie. »

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2092) : MARDI 5 AVRIL 2022

Mardi 5 Avril 2022 –  Airbus lance le super-cargo… à voile :

L’avionneur a décidé de réduire la voilure de son empreinte carbone sur mer. Son navire sera désormais équipé d’une voile pour se rendre dans son usine d’assemblage, en Alabama. Et ainsi diminuer les émissions de CO2. Audacieux et opportun.

L’expérience a déjà été tentée. Avec succès. Il est possible d’augmenter la vitesse de croisière des super-cargos tout en réduisant leur consommation de fuel. Grâce à l’apport, tout simple, d’une voile. Immense, en raison de la taille des navires sur lesquels elle sera utilisée. Le procédé est tellement efficace que des industriels n’hésitent pas à adopter, dès à présent, ce système d’appoint. Comme Airbus, qui s’est associé avec une jeune entreprise toulousaine, au système novateur.

 

Le déploiement de la voile est automatique

Comme l’explique Vincent Bernatets, le fondateur d’Airseas, basé à Nantes, « il manquait un élément clé pour voir l’idée se généraliser : rendre automatique le déploiement de la voile. Notre solution permet aux capitaines de navire de n’avoir plus qu’à appuyer sur un bouton pour sortir ou rentrer l’aile, qui ressemble à celle d’un kitesurf. En cela, nous proposons une véritable rupture technologique en apportant le savoir-faire de l’aéronautique, en matière de commandes de vol, à l’industrie navale. »

La voile, truffée de capteurs et contrôlée par un logiciel, s’adaptera aux variations du vent en temps réel. Outre l’automatisation, le secret tient également à son mouvement, une fois en l’air. En effet, le système de câblage lui imposera un mouvement en forme de 8 dans le ciel. Ce qui permet d’obtenir une puissance de traction du bateau multipliée entre cinq et dix fois, par rapport à une aile immobile, soit 100 tonnes. Le slogan d’Airbus, « We make it fly », prend désormais un tout autre sens.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2092) : MARDI 5 AVRIL 2022

Mardi 5 Avril 2022 –  Guerre en Ukraine : selon l'Otan, la Russie veut prendre «le contrôle de l'ensemble» du Donbass :

La Russie se renforce pour "prendre le contrôle de l'ensemble du Donbass", dans l'est de l'Ukraine, et réaliser "un pont terrestre avec la Crimée", annexée par Moscou en 2014, a affirmé mardi le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg. "Nous sommes dans une phase cruciale de la guerre", a-t-il averti au cours d'une conférence de presse à la veille d'une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'Alliance.

 

Dans la nuit de lundi à mardi, les sirènes d'alerte ont retenti du nord au sud du pays

Pour la Maison Blanche, cette nouvelle phase de la guerre en Ukraine "pourrait durer des mois ou plus". La Russie "est en train de repositionner ses forces pour concentrer son offensive sur l'est et des parties du sud de l'Ukraine". Elle "a essayé de soumettre toute l'Ukraine et a échoué", a jugé lundi M. Sullivan. Selon le conseiller à la sécurité nationale à la Maison Blanche, "Moscou va continuer les frappes aériennes et les tirs de missiles sur le reste du pays pour causer des dégâts militaires et économiques et aussi, clairement, pour semer la terreur".

Les habitants de la capitale ukrainienne ayant fui l'invasion russe ont été appelés lundi par son maire Vitali Klitschko à ne pas y retourner avant "au moins une semaine", des bombardements russes pouvant encore, selon lui, s'y produire. Dans la nuit de lundi à mardi, les sirènes d'alerte ont retenti du nord au sud du pays, à Kiev, Odessa ou encore Kharkiv, deuxième ville du pays.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2092) : MARDI 5 AVRIL 2022

Mardi 5 Avril 2022 –  Trois nouvelles enquêtes ouvertes en France pour «crimes de guerre» en Ukraine :

Le parquet national antiterroriste (Pnat) français a annoncé mardi avoir ouvert trois nouvelles enquêtes pour "crimes de guerre", pour des faits commis au préjudice de ressortissants français en Ukraine depuis l'invasion de la Russie . Les faits visés auraient été commis à Marioupol (sud de l'Ukraine) entre le 25 février et le 16 mars, à Gostomel (région de Kiev) entre le 1er et le 12 mars et Tcherniguiv (nord) depuis le 24 février, date à laquelle les troupes russes ont envahi l'Ukraine, a précisé le Pnat, compétent pour ce type d'infraction, dans un communiqué.

"Ils sont susceptibles d'être qualifiés de crimes de guerre matérialisés par des atteintes volontaires à l'intégrité psychique, des attaques délibérées contre des personnes civiles ne prenant pas part aux hostilités, des privations délibérées de biens indispensables à la survie de personnes civiles et/ou des attaques délibérées contre des biens à caractère civil, des vols, destructions et détériorations de biens", a expliqué le parquet antiterroriste.

Les investigations ont été confiées à l'Office central de lutte contre les crimes contre l'humanité, les génocides et les crimes de guerre (OCLCH). Le Pnat avait déjà ouvert une enquête après le décès de Pierre Zakrzewski, un journaliste franco-irlandais, le 14 mars près de la capitale ukrainienne. La justice française ne peut ouvrir des enquêtes pour des faits commis en dehors du territoire français que si une victime est française, si l'auteur du crime de guerre allégué est français ou si l'auteur de l'infraction a sa résidence habituelle sur le sol français.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2092) : MARDI 5 AVRIL 2022

Mardi 5 Avril 2022 –  Guerre en Ukraine : von der Leyen et Borrell vont se rendre à Kiev :

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen se rendra "cette semaine" à Kiev, accompagnée du chef de la diplomatie de l'UE Josep Borrell, a annoncé mardi son porte-parole.

"La présidente @vonderleyen et le Haut Représentant @JosepBorrellF se rendront cette semaine à Kiev pour rencontrer le président @ZelenskyyUa avant l'événement #StandUpForUkraine qui aura lieu samedi à Varsovie", a précisé le porte-parole Eric Mamer sur son compte Twitter. Cet événement doit permettre de recueillir des fonds en faveur des réfugiés ukrainiens.

"J'attends son arrivée dans les prochains jours, nous ne savons pas encore à quel moment", a précisé mardi le président ukrainien au cours d'une rencontre avec la presse. "Avant-hier, nous nous sommes mis d'accord avec l'Union européenne sur le fait qu'il y aura une commission d'enquête internationale" sur les crimes de guerre dont les forces russes sont accusées en Ukraine.

"L'UE est prête a envoyer des équipes d'enquêteurs sur le terrain", a annoncé lundi Ursula von der Leyen. Volodymyr Zelensky va s'exprimer mardi devant le Conseil de sécurité de l'ONU. Il a accusé les forces russes d’avoir tué de nombreux civils dans l'est de l'Ukraine, notamment à Boutcha, mais le Kremlin a démenti toute responsabilité. Le déplacement de Mme von der Leyen suit de quelques jours la visite à Kiev de la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola.

Il avait été annoncé lundi soir par le Premier ministre Slovène Janez Jansa, mais la Commission européenne avait alors refusé de le confirmer. Janez Jansa a participé le 15 mars avec ses homologues polonais Mateusz Morawiecki et tchèque Petr Fialac au premier déplacement effectué par des dirigeants de l'UE dans la capitale ukrainienne assiégée depuis le début de l'invasion russe le 24 février.

Le chancelier autrichien Karl Nehammer prévoit également de se rendre à Kiev "dans les prochains jours" pour y rencontrer le président, selon un communiqué. Il s'agit de "fournir rapidement une aide humanitaire supplémentaire".

Les Etats membres discutent d'un nouveau paquet de sanctions économiques pour tenter de bloquer la machine de guerre russe, mais ils sont divisés sur les mesures touchant aux achats de pétrole, de gaz et de charbon. La Russie est le premier fournisseur d'énergies fossiles de l'UE. Elle représente à elle-seule environ 45% des importations de gaz et de charbon, et 25% de celles de pétrole.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2092) : MARDI 5 AVRIL 2022

Mardi 5 Avril 2022 –  Corée du Nord : l'arme nucléaire pourrait éliminer le Sud, prévient la soeur de Kim Jong-un :

La Corée du Nord fera usage de l'arme nucléaire pour "éliminer" l'armée sud-coréenne si celle-ci lance une attaque préventive, a assuré mardi la soeur influente du dirigeant Kim Jong Un. Cet avertissement de Kim Yo Jong , relayé par les médias publics, constitue sa deuxième réaction furieuse en trois jours aux propos du ministre sud-coréen de la Défense Suh Wook la semaine dernière.

Suh Wook avait déclaré vendredi que son pays disposait de missiles "capables de frapper précisément et rapidement n'importe quelle cible en Corée du Nord", alors que Pyongyang multiplie ces derniers mois les essais de missiles balistiques et menace de reprendre ses essais nucléaires.

En réponse, Kim Yo Jung a déclaré mardi que c'était une "très grosse erreur" pour ce "fou" de Suh Wook d'avoir discuté d'une attaque préventive contre une puissance nucléaire, selon l'agence de presse nord-coréenne KCNA. "Si la Corée du Sud opte pour une confrontation militaire avec nous, notre force de combat nucléaire devra inévitablement remplir sa mission", a prévenu Kim Yo Jong.

Cette conseillère politique clé à Pyongyang a rappelé que la "mission première" des forces nucléaires de son pays était de servir de moyen de dissuasion, mais que si un conflit armé devait éclater, ces armes seraient utilisées pour "éliminer les forces armées de l'ennemi lors d'une frappe".

En cas d'"attaque épouvantable", les forces sud-coréennes connaîtraient un "destin misérable qui n'est rien d'autre que la destruction totale et la ruine", a-t-elle avancé.

 

L'option d'une frappe préventive n'est pas exclue, a prévenu le nouveau présidente sud-coréen

"Nous ne (les) considérons pas comme un adversaire pour nos forces armées", a-t-elle déclaré, en faisant référence à l'armée sud-coréenne. Mme Kim avait déjà fustigé dimanche les "remarques imprudentes" de M. Suh, avertissant que le Sud devait "se discipliner s'il veut éviter le désastre". L'équipe de transition du président élu Yoon Suk-yeol a assuré mardi que l'option d'une frappe préventive n'était pas exclue, si nécessaire, une position déjà tenue par M. Yoon pendant la campagne.

"Les frappes préventives sont une des actions qui sont acceptées dans le monde entier, y compris à l'ONU, comme option viable (...) lorsqu'une menace persiste", a déclaré mardi à la presse le porte-parole Kim Eun-hye.

La Corée du Nord avait suspendu ses essais nucléaires et de missiles à longue portée lorsque Kim Jong Un et le président américain de l'époque, Donald Trump, avaient entamé des pourparlers très médiatisés, qui avaient échoué en 2019. Les négociations sont depuis lors au point mort.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2092) : MARDI 5 AVRIL 2022

Mardi 5 Avril 2022 –  Zelensky devant l'ONU, diplomates expulsés... le point sur la guerre en Ukraine

Zelensky devant l'ONU

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky va s'exprimer mardi devant le Conseil de sécurité de l'ONU, après la découverte de massacres imputés aux forces russes près de Kiev, et notamment à Boutcha où il s'est rendu lundi . Le dirigeant, qui a dénoncé des "crimes de guerre" et un "génocide" après la mise à jour de dizaines de cadavres portant des vêtements civils à Boutcha et dans d'autres localités près de la capitale ukrainienne, interviendra devant le Conseil de sécurité pour la première fois depuis l'invasion de son pays par la Russie, a indiqué le Royaume-Uni qui préside actuellement cette instance des Nations unies.

La Russie a protesté de son côté contre le refus de la Grande-Bretagne, selon elle, de réunir à sa demande le Conseil de sécurité, sur la situation à Boutcha, a indiqué l'agence Tass. Dans une vidéo diffusée dans la nuit de lundi à mardi, M. Zelensky a confirmé son intervention par vidéo devant l'ONU, dont on ne sait pas si elle aura lieu en direct ou en différé. "Le temps viendra quand chaque Russe apprendra toute la vérité sur qui d'entre leurs compatriotes a tué. Qui a donné les ordres", a-t-il déclaré dans cette vidéo, appelant à renforcer les sanctions contre Moscou et à livrer davantage d'armements à son pays.

Plus tôt lundi, portant un gilet pare-balles, il s'était rendu à Boutcha où des dizaines de cadavres ont été retrouvés dans cette petite localité située à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Kiev, après le retrait des forces russes.

"Vous êtes ici et vous pouvez voir ce qui s'est passé. Nous savons que des milliers de personnes ont été tuées et torturées, ont eu des membres déchirés, des femmes ont été violées et des enfants tués", a-t-il déclaré lors d'un point de presse improvisé, après avoir fait quelques mètres dans une rue du centre-ville, jonchée de carcasses déchiquetées de véhicules de transports de troupes et de blindés russes, au milieu de maisons détruites. La Russie a nié toute responsabilité, assurant lundi qu'elle allait présenter des "documents" montrant, selon elle, la "vraie nature" des événements intervenus à Boutcha.

 

"Criminel de guerre"

La découverte de ces "crimes de guerre" a provoqué l'indignation des alliés occidentaux de l'Ukraine qui ont promis de nouvelles sanctions "cette semaine" contre la Russie. "Il faut qu'il rende des comptes", a affirmé lundi le président américain Joe Biden, à propos de son homologue russe Vladimir Poutine, en répétant qu'il le considérait comme un "criminel de guerre". Le gouvernement américain a par ailleurs indiqué qu'il s'efforcerait d'obtenir cette semaine la suspension de la Russie du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU. Un vote de l'Assemblée générale de l'ONU pour décider de cette suspension pourrait intervenir dès jeudi, selon Wahington. La Russie a réagi en qualifiant cette démarche d'"incroyable" et en jugeant qu'elle ne faciliterait pas les "pourparlers de paix" entre Russes et Ukrainiens.

Le conseiller à la Sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, a dit de son côté que les discussions entre alliés sur de nouvelles sanctions portaient notamment sur de possibles mesures "en lien avec l'énergie", sujet très sensible pour les Européens, très dépendants du gaz russe. L'Allemagne a ainsi précisé lundi qu'elle ne pouvait pas se passer des livraisons de gaz russe "à court terme", par la voix de son ministre des Finances, Christian Lindner.

La présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, avait appelé plus tôt les dirigeants des 27 à instaurer des "embargos contraignants" sur les importations énergétiques russes. Les Européens ont également réagi en annonçant l'expulsion concertée de dizaines de diplomates russes , une quarantaine pour l'Allemagne et 35 pour la France. Cette expulsion "inamicale" va "détériorer" les relations avec la Russie, a réagi Moscou apr-ès l'annonce de Berlin.

 

Equipe "conjointe"

L'UE met également en place une équipe "conjointe avec l'Ukraine pour (...) enquêter sur les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité", a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui s'est entretenue lundi avec M. Zelensky, selon ce dernier. L'UE souhaite unir ses forces avec la Cour pénale internationale (CPI) qui enquête depuis le 3 mars sur des allégations de crimes de guerre en Ukraine. Après le retrait russe autour de Kiev, l'Ukraine se prépare désormais à une "attaque massive" dans la région de Lougansk, dans l'est de l'Ukraine, a annoncé lundi son gouverneur, Serguiï Gaïdaï.

Et en attendant le rouleau compresseur russe, le Donbass sous contrôle ukrainien se vide de sa population. Femmes, enfants, personnes âgées... Ils étaient des centaines ce weekend et ce début de semaine à attendre leur train à la gare de Kramatorsk, capitale régionale de fait, depuis octobre 2014, du territoire encore sous contrôle de Kiev.

Les deux tiers des forces russes qui occupaient la région de Kiev depuis le début de l'invasion se sont repliées au Bélarus, a indiqué lundi un haut responsable du Pentagone, selon lequel il s'agit vraisemblablement d'une réorganisation avant un nouvel assaut ailleurs en Ukraine.

 

"Repositionner ses forces"

Et pour la Maison Blanche, cette nouvelle phase de la guerre en Ukraine "pourrait durer des mois ou plus". La Russie "est en train de repositionner ses forces pour concentrer son offensive sur l'est et des parties du sud de l'Ukraine". Elle "a essayé de soumettre toute l'Ukraine et a échoué", a jugé lundi M. Sullivan. Selon le conseiller à la sécurité nationale à la Maison Blanche, "Moscou va continuer les frappes aériennes et les tirs de missiles sur le reste du pays pour causer des dégâts militaires et économiques et aussi, clairement, pour semer la terreur".

Les habitants de la capitale ukrainienne ayant fui l'invasion russe ont été appelés lundi par son maire Vitali Klitschko à ne pas y retourner avant "au moins une semaine", des bombardements russes pouvant encore, selon lui, s'y produire. Dans la nuit de lundi à mardi, les sirènes d'alerte ont retenti du nord au sud du pays, à Kiev, Odessa ou encore Kharkiv, deuxième ville du pays.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2092) : MARDI 5 AVRIL 2022

Mardi 5 Avril 2022 –  Une grosse prise de participation d'Elon Musk propulse Twitter en Bourse :

Elon Musk, qui est l'homme le plus riche de la planète, a acquis près de 73,5 millions d'actions de Twitter, soit 9,2% du capital de l'entreprise.

Elon Musk , le fantasque patron du fabricant de véhicules électriques Tesla et de la société de vols spatiaux SpaceX, mettait Twitter en orbite lundi après avoir rendu publique une importante prise de participation dans le réseau social, qu'il accuse pourtant de restreindre la liberté d'expression. A la mi-séance à Wall Street, l'action de la plateforme s'envolait de plus de 25%, à 49,23 dollars.

Selon un document déposé auprès de la SEC, le régulateur boursier américain, M. Musk, qui est l'homme le plus riche de la planète, a acquis près de 73,5 millions d'actions de Twitter, soit 9,2% du capital de l'entreprise.

Cela fait de lui le plus gros actionnaire du groupe devant le fonds d'investissement Vanguard (8,8%) et la banque Morgan Stanley (8,4%), d'après les données de Bloomberg. En se basant sur le prix de clôture de vendredi de l'action de Twitter, l'investissement du milliardaire d'origine sud-africaine s'élève à près de 2,9 milliards de dollars.

M. Musk s'exprime très fréquemment sur la plateforme, où il compte un peu plus de 80 millions d'abonnés, et ses annonces sur ce réseau suscitent souvent des polémiques.

A l'été 2018, il avait notamment publié un tweet où il assurait disposer des financements appropriés pour retirer Tesla de la Bourse new-yorkaise, sans en apporter la preuve.

Après une nouvelle publication malencontreuse début 2019, il avait accepté que ses messages directement liés à l'activité du fabricant de véhicules électriques soient pré-approuvés par la SEC.

 

"Liberté d'expression"

Le patron-milliardaire est par ailleurs critique des mesures mises en place par Twitter pour modérer certains contenus jugés inappropriés. Fin mars, M. Musk a publié deux sondages sur le réseau social, l'un pour demander à ses abonnés s'ils pensaient que l'algorithme de Twitter devrait être en code source ouvert ("open source"), l'autre pour savoir s'ils jugeaient que l'entreprise respectait la liberté d'expression. Les votants avaient très largement répondu "oui" à la première question et "non" à la seconde.

"Etant donné que Twitter agit de facto comme une place publique, son incapacité d'adhérer aux principes de la liberté d'expression mine foncièrement la démocratie", a tweeté le patron de Tesla suite aux résultats. "Une nouvelle plateforme est-elle nécessaire?", avait-il questionné.

Twitter est régulièrement accusé de censure par de nombreuses voix conservatrices aux Etats-Unis, notamment depuis la suspension du compte de Donald Trump l'an passé. Les démocrates et de nombreuses ONG lui reprochent au contraire de laisser passer trop de messages relevant de la haine ou du racisme.

A l'instar de Facebook et de YouTube, le réseau à l'oiseau bleu estime que l'ancien président a encouragé ses partisans à la violence avant l'assaut du Capitole, le 6 janvier 2021. En réponse à son éviction, M. Trump a lancé en février sa propre plateforme, Truth Social.

Lundi, la députée Marjorie Taylor Greene, très proche de l'ex-locataire de la Maison Blanche, s'est demandée si l'investissement de M. Musk marquerait le "retour de la liberté d'expression" sur Twitter. "Cela demandera du courage car le régime investit lourdement dans une certaine industrie et des menaces viendront sans nul doute", a tweeté l'élue.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2092) : MARDI 5 AVRIL 2022

Mardi 5 Avril 2022 –  Prix alimentaires: toujours plus chers ! Avis de forte hausse des prix à prévoir en grande surface.

Les Français vont devoir acheter moins et se tourner vers les marques des distributeurs.

Les étiquettes vont encore valser au printemps. Scénario probable : café, +30 % ; pâtes alimentaires, +10 % ; huiles, +8 %... Après des années de stagnation voire de baisse, les prix des denrées alimentaires repartent à la hausse depuis un an. « Avant l’Ukraine, les raisons de voir les produits de grande consommation augmenter étaient déjà nombreuses, explique Emily Mayer, de la société d’études IRI. On peut citer les déséquilibres provoqués par la pandémie, les aléas climatiques de 2021, la flambée des coûts de l’énergie, des transports, des emballages et de certaines matières premières agricoles. » Ainsi, l’huile de tournesol a augmenté de 50% ces six dernières semaines. « Ces facteurs amènent à une inflation de 3 à 5% des prix en 2022, analyse le spécialiste de la grande distribution et ex-patron d’hyper- marché Philippe Goetzmann. La guerre en Ukraine et l’effet Egalim 2 pourraient ajouter quelques points. » Cette loi promulguée en octobre 2021 est censée mieux rémunérer les agriculteurs et les industriels, au terme de négociations qui viennent de s’achever avec les grandes surfaces. L’impact sur les étiquettes devrait surtout frapper les grandes marques.

 

Un effet gilets jaunes dans l'assiette

Le coup de chaud concernerait tout le monde, mais en premier chef les produits liés aux céréales. Les cours de ces matières premières ont presque doublé en quelques mois. Pour le blé et le maïs, dont 30% de la production mondiale proviennent d’Ukraine et de Russie, la situation est critique. Les pâtes, produites à partir de céréales cuites et fortes consommatrices en énergie, ont déjà vu leur prix bondir de 13 % en un an. Voire de 50% pour les produits haut de gamme. Les viandes, victimes collatérales de la hausse des engrais et des céréales, vont aussi connaître une notable augmentation.

L’impact pour les ménages sera important. Si la nourriture représente 12 à 14% du budget d’une famille, elle peut atteindre 18% chez les moins riches, ceux qui touchent moins de 1 180 euros par mois. « Ces ménages pourraient avoir un sentiment de déclassement alimentaire, par exemple, en devant remplacer l’entrecôte par les côtes de porc », alerte Philippe Goetzmann. Une sorte d’effet gilets jaunes dans l’assiette. L’État, qui va dégainer son chèque alimentaire, l’a compris. Pour éviter l’érosion de leur clientèle, les grandes surfaces devraient, elles, communiquer sur les non-hausses de prix de leurs produits maison. Une ruée vers les marques de distributeurs voire vers les premiers prix est à prévoir. Mais les grands gagnants seront les super-discounters, comme le néerlandais Action ou le danois Normal : décor spartiate, assortiment réduit, zéro pub mais des prix plus bas que bas.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2092) : MARDI 5 AVRIL 2022

Mardi 5 Avril 2022 –  Hospitalisations toujours en hausse, l’Afrique du Sud lève les restrictions… le point sur le coronavirus

La situation en France

Les hospitalisations liées au Covid-19 et les contaminations continuent de progresser , confirmant le léger rebond de la cinquième vague de la pandémie amorcé fin mars, selon les chiffres officiels publiés lundi. Actuellement 22.835 malades du Covid sont traités dans les hôpitaux français, contre 22.251 dimanche et 21.073 il y a une semaine. Sur les sept derniers jours, 8.513 hospitalisations ont été enregistrées, contre 6.968 le lundi précédent.

Ce chiffre reste encore loin du récent pic de la vague atteint début février (plus de 33.350), mais confirme une légère remontée de la cinquième vague observée depuis fin mars. La pression reste contenue sur les services de soins critiques, qui soignent les cas les plus graves de la maladie. Lundi, 1.541 patients étaient pris en charge dans ces services (dont la réanimation), un chiffre stable depuis plusieurs jours. En revanche, sur les sept derniers jours, 770 nouveaux patients Covid ont été admis dans ces services, contre 612 le lundi précédent.

Les contaminations au virus Sars-CoV-2 restent à un niveau élevé, avec une moyenne sur sept jours de plus de 138.000 cas quotidiens, soit 10.000 de plus qu'il y a une semaine - 27.648 cas positifs ont été enregistrés ce lundi mais au sortir d'un week-end, cet indicateur n'est pas significatif sur une seule journée. En 24 heures, la maladie a emporté 147 personnes, portant le bilan de la pandémie à 142.655 décès depuis un peu plus de deux ans.

 

Fin des restrictions en Afrique du Sud

Le président Cyril Ramaphosa a annoncé lundi que toutes les restrictions légales liées à la pandémie de Covid-19 prendraient fin à minuit, soulignant qu'il était temps de relancer la croissance économique. Le rythme des nouvelles infections et des morts dues au virus a nettement ralenti en Afrique du Sud depuis la mi-février. Selon M. Ramaphosa, le taux de mortalité est passé d'une moyenne quotidienne de 420 en juillet de l'année dernière à seulement 12 la semaine dernière.

"Nous espérons que le pire est derrière nous, et que les jours meilleurs nous attendent", a-t-il déclaré en annonçant la levée des dernières restrictions à partir de minuit. "Il est maintenant temps de faire prospérer notre économie et de créer des emplois (...), de remettre notre pays sur les rails. Il est maintenant temps de guérir, de récupérer et de reconstruire", a-t-il déclaré dans un discours télévisé à la nation.

La situation économique de l'Afrique du Sud a été aggravée par la pandémie, le taux de chômage ayant atteint un record de 35,3 % au cours du dernier trimestre en 2021. "Bien que la pandémie ne soit pas terminée, et bien que nous restons prudents, nous pouvons être sûrs que nous sommes maintenant dans une meilleure position que nous ne l'avons été à n'importe quel autre moment au cours des 750 derniers jours", a déclaré M. Ramaphosa. Cependant, certaines mesures "transitoires" telles que le port du masque dans les espaces publics couverts resteront en place pendant les 30 prochains jours. L'Afrique du Sud est le pays du continent ayant le plus souffert de la pandémie avec plus de 3,7 millions de personnes atteintes par le coronavirus. Selon les derniers chiffres officiels, la pandémie y a fait près de 99.900 morts pour une population totale de 59 millions d'habitants.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2092) : MARDI 5 AVRIL 2022

Mardi 5 Avril 2022 –  Ariane 6 invitée au festin spatial d'Amazon :

Le mastodonte américain du commerce en ligne a officialisé mardi matin "la signature d'accords avec Arianespace, Blue Origin et United Launch Alliance (ULA) pour le lancement de milliers de satellites.

Des milliers de satellites pour l'internet haut débit à mettre sur orbite en cinq ans: c'est à un festin spatial qu'Amazon a convié mardi trois sociétés de lancement, dont Arianespace qui voit ainsi presque tripler son carnet de commandes pour Ariane 6. Le mastodonte américain du commerce en ligne, diversifié dans les services informatiques, a officialisé mardi matin "la signature d'accords avec Arianespace, Blue Origin et United Launch Alliance (ULA) pour la fourniture de services de lancement de charges lourdes dans le cadre du projet Kuiper, l'initiative d'Amazon visant à accroître l'accès mondial au haut débit grâce à une constellation de satellites en orbite terrestre basse", à environ 600 km d'altitude.

"Les contrats prévoient jusqu'à 83 lancements sur une période de cinq ans, permettant à Amazon de déployer la majorité de sa constellation de 3.236 satellites", a précisé l'entreprise dans un communiqué, en revendiquant "la plus grande acquisition commerciale de lanceurs de l'histoire".

 

Concurrence affûtée

Le contrat triple presque le carnet de commandes d'Ariane 6, qui était jusqu'ici de 11 tirs. "Pour nous 18, c'était le bon chiffre, à la fois on voulait quelque chose d'absolument massif et ça l'est, c'est de loin le contrat le plus important que nous ayons jamais signé, et en même temps on voulait évidemment tenir nos engagements et garder de la disponibilité pour d'autres clients", outre les quatre lancements annuels destinés aux institutions européennes, a expliqué M. Israël à l'AFP à Colorado Springs (Colorado, ouest) en marge d'un congrès réunissant les grands acteurs du secteur spatial.

Ni le montant du contrat, ni le début de sa mise en œuvre n'ont été précisés par Amazon ou Arianespace. Mais M. Israël a dit s'attendre à "six (tirs) par an sur trois ans". Chaque Ariane 6 emportera environ 35 satellites Kuiper.

Amazon avait déjà dit investir "plus de 10 milliards de dollars" dans le projet, un montant à comparer aux 14,3 milliards de dollars de bénéfice net que le colosse de la vente sur internet a engrangé pour le seul quatrième trimestre 2021.

L'entreprise veut ainsi "fournir un haut débit à faible latence à un large éventail de clients, comprenant les foyers individuels, les écoles, les hôpitaux, les entreprises, les organismes gouvernementaux, les équipes de secours, les opérateurs mobiles et d'autres organisations travaillant dans des endroits dépourvus de connexion internet fiable".

Kuiper s'appuiera, outre sur le service d'informatique dématérialisée ("cloud") Amazon Web Services (AWS), sur "l'expérience d'Amazon dans la production d'appareils et de services à faible coût, tels que Echo et Kindle, afin de fournir un service à un prix abordable et accessible pour les clients", a promis la firme basée à Seattle dans le nord-ouest des Etats-Unis.

Aussi énorme qu'il soit, le projet d'internet haut débit par satellite d'Amazon n'est pas le premier. Le milliardaire Elon Musk, rival de M. Bezos, est en train de déployer son réseau Starlink, qui revendique plus de 100.000 abonnés. La société britannique OneWeb, reprise après une faillite, a déjà envoyé quelque 428 des 648 satellites prévus pour son propre service.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens