Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mars 2022 3 02 /03 /mars /2022 08:00
LA MARCHE DU MONDE (2059) : MARDI 1er MARS 2022

Mardi 1er Mars 2022 - Volodymyr Zelensky assure au Parlement européen : «Personne ne va nous briser» :

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est adressé mardi au Parlement européen.

«Sans vous, l'Ukraine sera seule». Au lendemain de la signature de la demande officielle d'adhésion à l'Union européenne, le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est adressé au Parlement européen, plaidant pour une intégration rapide de son pays en guerre. «L'Europe sera beaucoup plus forte avec l'Ukraine en son sein», a-t-il assuré. «Nous nous battons pour notre survie [...] mais nous nous battons aussi pour être des membres égaux en droits de l'Europe», a-t-il poursuivi. «Donc prouvez que vous êtes avec nous, prouvez que vous ne nous abandonnez pas et que vous êtes vraiment des Européens», a martelé l'ancien humoriste, dont le discours était diffusé dans l'hémicycle de Bruxelles. Des affiches «We stand with Ukraine» avaient été installées par certains députés -un accueil qui tranche avec celui accordé au chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, dont les discours devant les Nations unies à Genève ont été boycottés par de nombreux représentants .

«Le choix européen de l'Ukraine, c'est le chemin sur lequel nous nous engageons aujourd'hui. Et j'aimerais entendre de vous aujourd'hui que l'Europe choisit l'Ukraine», a continué le président ukrainien, alors que la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a déclaré que l'Union européenne débloquerait 500 millions d'euros pour l'aide humanitaire à l'Ukraine. «La façon dont nous répondons aujourd'hui à ce que fait la Russie déterminera l'avenir du système international. Le destin de l'Ukraine est en jeu, mais notre propre destin est également dans la balance. Nous devons montrer la puissance qui réside dans nos démocraties», a-t-elle ajouté.

«Personne ne va nous briser», a promis Volodymyr Zelensky, se disant «sûr» d'une victoire ukrainienne dans le conflit alors que la Russie a ce mardi intensifié l'offensive, visant notamment Kharkiv . Les frappes sur la deuxième ville ukrainienne ont été qualifiées de «crime de guerre» et de «terrorisme d'État» par le président ukrainien. «Ils avancent sur la capitale comme sur Kharkiv. Voilà pourquoi la défense de la capitale est aujourd'hui la priorité clé», a complété celui qui a refusé les propositions d'exfiltration, restant dans la capitale.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2059) : MARDI 1er MARS 2022

Mardi 1er Mars 2022 - Sergueï Lavrov boycotté par les diplomates à l'ONU à Genève :

 De nombreuses délégations, dont les pays occidentaux, ont boycotté mardi deux interventions du chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov au siège de l'ONU à Genève, en solidarité avec Kiev.

Le ministre russe aurait dû venir en personne à Genève pour s'exprimer devant la Conférence du Désarmement et le Conseil des droits de l'homme (CDH), mais il a annulé lundi sa venue en invoquant les "sanctions anti-russes" qui lui interdisent le survol de l'Union européenne. Ses discours ont donc été transmis par vidéo. Mais peu avant la diffusion de sa vidéo, les diplomates ont quitté ostensiblement les débats, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Toute invasion constitue une violation des droits de l'homme", a déclaré l'ambassadeur de la France auprès de l'ONU à Genève, Jérôme Bonnafont, aux journalistes. "Il est donc important que le CDH montre par cette sortie de salle qu'il est uni autour de l'Ukraine, qu'il est uni avec le peuple ukrainien, qu'il agit de façon à ce que les violations des droits de l'homme soient dénoncées comme elles doivent l'être", a-t-il ajouté.

A l'extérieur de la Conférence du Désarmement, des applaudissements nourris ont accueilli le premier boycott, tandis qu'à l'extérieur du Conseil des droits de l'homme l'ambassadrice ukrainienne Yevheniia Filipenko était entourée de tous les diplomates sortis de la salle, autour d'un grand drapeau ukrainien.

Il est "important de montrer un geste de solidarité avec nos amis ukrainiens", a déclaré Yann Hwang, l'ambassadeur français auprès de la Conférence du Désarmement, instance multilatérale unique de la communauté internationale pour les négociations dans le domaine du désarmement.

Les débats mardi à la Conférence du Désarmement ont été précédés d'une minute de silence "pour les victimes" en Ukraine.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba s'est également adressé à la Conférence du Désarmement mardi. Dans un message vidéo, il a dénoncé les "crimes de guerre" commis par la Russie en Ukraine. "Les attaques aveugles russes contre les civils et les infrastructures essentielles constituent des crimes de guerre", a-t-il dit, avant de demander une séance plénière en urgence sur l'invasion russe en Ukraine. "L'agression russe est une menace mondiale. Par conséquent, la réponse à cette menace doit être mondiale", a-t-il demandé.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2059) : MARDI 1er MARS 2022

Mardi 1er Mars 2022 - La Russie continuera son offensive en Ukraine «jusqu'à ce que tous les objectifs» soient atteints :

Le ministre de la Défense russe a indiqué mardi que la Russie poursuivra son offensive en Ukraine jusqu'à ce que ses objectifs soient atteints..

"Les forces armées de la fédération de Russie continueront l'opération militaire spéciale jusqu'à ce que les objectifs fixés soient atteints", a-t-il dit, selon des propos retransmis à la télévision. Le ministre a invoqué la "démilitarisation" et la "dénazification" de l'Ukraine, affirmant que l'armée russe "n'occupe pas l'Ukraine" et que l'Occident "cherche à utiliser le peuple ukrainien" contre Moscou.

Alors que le nombre de victimes civiles en Ukraine grimpe, il a nié que les forces russes visent des infrastructures civiles ou des habitations, tout en affirmant que les forces ukrainiennes les utilisaient comme bouclier pour se protéger des attaques russes. "Des lance-roquettes multiples, des mortiers de gros calibre sont installés dans les cours d'immeubles près d'écoles et de jardins d'enfants", a dit Sergueï Choïgou.

Le président russe Vladimir Poutine avait formulé les mêmes accusations, nourrissant la crainte de la multiplication des attaques sur les zones urbaines.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2059) : MARDI 1er MARS 2022

Mardi 1er Mars 2022 - «Attention à ce que vous dites» : Medvedev répond sèchement à Le Maire :

La tension monte encore d’un cran entre la Russie et l’Europe. Mardi matin, le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire était l’invité de France Info. Il a mis en garde la Russie, annonçant vouloir «son effondrement économique» . Il est allé plus loin en annonçant que «le peuple russe en paiera aussi les conséquences». Bruno Le Maire a ainsi expliqué que de nouvelles sanctions pourront être prises prochainement «si nécessaires». «On en voit déjà les effets. Le trésor de guerre de Poutine est déjà réduit à presque rien. Nous allons provoquer l’effondrement de l’économie russe», a-t-il lancé. Confiant sur les résultats de ces mesures, le ministre français a ajouté que les Etats-Unis et l’Union Européenne sont «ensemble» et «de très loin», «le continent économique, financier le plus puissant de la planète».

Ces propos ont rapidement fait réagir le vice-président du Conseil de sécurité russe, Dmitri Medvedev. Sur Twitter, il a vivement répondu à la France, dans un tweet traduit en anglais et en français. «Un ministre français a dit aujourd'hui qu'ils nous avaient déclaré la guerre économique. Faites attention à votre discours, messieurs ! Et n'oubliez pas que les guerres économiques dans l'histoire de l'humanité se sont souvent transformées en guerres réelles», a-t-il sèchement répliqué alors que la Russie a annoncé dans le même temps que les troupes poursuivront leur offensive jusqu’à ce que les objectifs soient atteints.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2059) : MARDI 1er MARS 2022

Mardi 1er Mars 2022 - Guerre en Ukraine : Emmanuel Macron, son rare «message aux armées :

Emmanuel Macron a dit lundi soir aux armées françaises qu'il pouvait "compter" sur leur "grande vigilance" et leur "retenue nécessaire lors des possibles interférences" dans le conflit russo-ukrainie

"Je sais pouvoir compter sur vous pour faire preuve, dans l’exécution de vos missions, d’une grande vigilance et de la retenue nécessaire lors des possibles interférences". Emmanuel Macron a écrit un "message aux armées" diffusé par l'Elysée lundi. Il a évoqué l'offensive russe en Ukraine déclenchée jeudi comme "la plus grave et la plus désinhibée des manifestations de puissance du régime russe depuis la fin de l’URSS" tout en rappelant que les forces françaises connaissaient "régulièrement" des "frictions avec des forces russes, régulières ou irrégulières" en Atlantique, au Moyen-Orient, en Méditerranée et en Afrique.

"Récemment, le chef de l’Etat russe a choisi de conférer à la crise une dimension injustifiée", a souligné le président français, après que Vladimir Poutine a mis ses forces de dissuasion en état d'alerte et que son allié, le Bélarus, a organisé dimanche un référendum qui élimine l'obligation pour l'ex-république soviétique de rester une "zone sans nucléaire".

"Dans ce contexte de fortes tensions, la France sait pouvoir compter une nouvelle fois sur ses armées", a insisté le président, qui a exprimé aux militaires français sa "confiance" et sa "reconnaissance pour (leur) engagement". "Ensemble, nous ferons face à cette crise, maintiendrons nos postures permanentes" et "poursuivrons (...) nos engagements opérationnels", a-t-il conclu.

Les Européens et leurs alliés sont prêts à prendre des sanctions supplémentaires contre la Russie, a indiqué lundi soir l'Elysée, après une visioconférence qui réunissait les dirigeants français, américain, britannique, canadien, allemand, italien, japonais, polonais et roumain, ainsi que de l'UE et de l'Otan. Auparavant, Emmanuel Macron avait échangé pendant 1H30 avec Vladimir Poutine, lui demandant l'arrêt des frappes contre les civils et la sécurisation des axes routiers en Ukraine, des points sur lesquels le président russe "a confirmé sa volonté de s’engager", selon l'Elysée. Mais le chef de l'Etat a jugé le président russe "très déterminé et enfermé dans une logique de confrontation", a ajouté la présidence française.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2059) : MARDI 1er MARS 2022

Mardi 1er Mars 2022 - Opération de dépollution après l'échouement d'un pétrolier mauricien à La Réunion :

Des boulettes de fuel ont été repérées sur un site très touristique du littoral de Sainte-Rose (est) plus de trois semaines après l'échouement d'un bateau mauricien à 25 km de là.

Une opération de dépollution a débuté lundi à La Réunion sur un site très touristique du littoral de Sainte-Rose (est) où ont été repérées des boulettes de fuel, plus de trois semaines après l'échouement d'un bateau mauricien à 25 km de là. Pris dans l'énorme houle générée par le cyclone Batisrai , le souteur Tresta Star - qui voyageait à vide - s'était échoué le 3 février sur le littoral volcanique de Saint-Philippe, sur la côte sud de l'île. Les opérations de dépollution sont menées avec les moyens de l'organisation française de lutte contre les pollutions accidentelles marines, POLMAR Terre. C'est "Le Champlain", bâtiment de Soutien et d'assistance Outre-Mer de la Marine nationale, qui est engagé dans cette opération.

Le préfet de La Réunion, Jacques Billant, a activé ces moyens après la découverte, en début de semaine dernière, des boulettes de fuel sur le site touristique très fréquenté de l'Anse des Cascades à Sainte-Rose. Elles ont été trouvées après la dislocation d'une nappe d'hydrocarbure résiduel repérée le 18 février en provenance des soutes éventrées du bateau. Large de de 50 mètres et longue de 2,5 km, la nappe "s’est disloquée" depuis et "il n’est pas relevé à ce stade d’autre écoulement s’échappant du navire ni de trace d’irisation à proximité", a indiqué la préfecture dans un communiqué publié vendredi.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2059) : MARDI 1er MARS 2022

Mardi 1er Mars 2022 - Ukraine: La Suisse reprend "intégralement" les sanctions de l'UE contre la Russie :

La Suisse a endossé lundi "l'intégralité" des sanctions économiques très dures de l'Union européenne contre la Russie, choquée par la brutalité de l'assaut de Moscou sur l'Ukraine tout en assurant préserver sa neutralité. Le gouvernement fédéral "fait ce pas avec conviction, de manière réfléchie et sans équivoque", a insisté le président de la Confédération helvétique, Ignazio Cassis, lors d'un point de presse faisant suite à une réunion extraordinaire du gouvernement fédéral.

"La neutralité, ce n'est pas l'indifférence", avait dit M. Cassis dimanche pour préparer le terrain dans ce pays alpin très attaché à sa neutralité. Il a aussi proposé ses services pour trouver une sortie de crise. L'UE, qui n'avait pas fait mystère de son déplaisir quand Berne a fait mine de temporiser la semaine dernière, s'est réjouie de la décision parce que sans la Suisse les mesures auraient été "moins efficaces". Le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, y a vu "un signal important de la coordination étroite de la communauté internationale".

Autant de réactions qui en creux montrent la pression très forte à laquelle la Suisse était soumise pour se rallier. Ueli Maurer, le ministre suisse des Finances, a souligné que les avoirs des personnalités et entités russes qui se trouvent sur la liste noire de l'UE "étaient gelés avec effet immédiat". Les sanctions financières contre le président russe Vladimir Poutine, le Premier ministre Mikhail Michoustine et le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov sont mises en oeuvre sans délai, précise encore un communiqué du Conseil fédéral.

Pour sa part, la ministre de la Justice, Karin Keller-Sutter, a indiqué que cinq oligarques russes ou ukrainiens "très proches de Vladimir Poutine" et avec des liens économiques forts avec la Suisse étaient "immédiatement interdits d'entrer en Suisse". Ces personnes visées - dont la Suisse ne veut pas rendre les noms publics mais qui sont sur la liste noire européenne - n'ont pas de permis de résidence en Suisse, mais d'importants "liens économiques, surtout dans la finance et le négoce de matières premières", a-t-elle ajouté.

Comme l'UE l'avait fait dès dimanche, la Suisse a aussi fermé son espace aérien à tous les vols en provenance de la Russie et à tous les mouvements aériens d’avions russes, y compris des avions privés, "à l’exception des vols effectués à des fins humanitaires, médicales ou diplomatiques", précise un communiqué. La pression venait aussi de l'intérieur. La plupart des partis politiques, à l'exception du parti de droite radicale UDC, auquel appartient M. Maurer, réclamaient un geste plus fort.

Samedi entre 10.000 et 20.000 personnes, qui ont défilé pour soutenir le peuple ukrainien, ont réclamé aussi très vocalement des sanctions plus dures. Le Conseil fédéral précise néanmoins que "la Suisse continuera d’examiner individuellement chaque nouveau paquet de sanctions édictées par l’UE".

Si la Russie n'est que le 23e partenaire commercial de la Suisse, les banques du pays alpin comptent parmi les favorites des grosses fortunes pour placer leur argent. Selon les statistiques de la Banque des règlements internationaux, les engagements des banques suisses à l'égard de clients russes se montaient à 23 milliards de dollars au troisième trimestre 2021, dont 21,4 milliards sous la forme de dépôts. Des oligarques russes ont également des intérêts dans de grandes entreprises suisses.

De plus, 80% du négoce de pétrole et de gaz russes se fait en Suisse, selon les estimations citées par la presse helvétique. Le pays abrite de grandes sociétés de négoce des matières premières telles que Gunvor, Trafigura ou Glencore. Le ministre de l'Economie Guy Parmelin a reconnu que ces sanctions et la guerre n'allaient pas sans conséquences économiques pour la Suisse.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2059) : MARDI 1er MARS 2022

Mardi 1er Mars 2022 - Hong Kong pourrait se reconfiner, baisse des hospitalisations en France… le point sur le coronavirus

La situation en France

Le nombre de personnes infectées par le Covid et hospitalisées poursuivait lundi sa diminution lente mais continue au vu des chiffres quotidiens publiés par Santé publique France. Au total, 25.079 personnes infectées par le Covid-19 sont actuellement hospitalisées contre 25.277 dimanche, dont 2.456 (contre 2.491) en "réa". Le gouvernement a évoqué un passage sous le seuil des 1.500 malades en soins critiques d'ici mi-mars parmi les critères pour lever tout ou partie du pass vaccinal en vigueur depuis un mois.

Le ministre de la Santé Olivier Véran a aussi évoqué des contaminations en-dessous d'un taux d'incidence de 500 pour 100.000 habitants, contre 646 dans les derniers chiffres disponibles. Pour les nouveaux cas, 13.483 ont été confirmés lundi. Avec ce chiffre, la moyenne sur sept jours, qui donne une idée de l'évolution réelle de l'épidémie, décline légèrement à 57.034 cas contre 57.500 dimanche.

Le bilan humain de l'épidémie continue de s'alourdir: il y a eu 232 décès en 24 heures à l'hôpital. Depuis le début il y a plus de deux ans, 138.367 victimes ont été recensées en France. La vaccination continue à un rythme faible. Selon les chiffres de la Direction générale de la santé, 54,20 millions de Français ont reçu au moins une dose (80,4% de la population), 53,22 millions sont complètement vaccinés (78,9% de la population totale), et 38,97 millions ont reçu une dose de rappel.

Hong Kong sous grande tension sanitaire

Hong Kong pourrait imposer un confinement strict face au coronavirus comme en Chine avec l'obligation de rester chez soi, ont annoncé lundi les autorités alors que le centre financier voit sa stratégie "zéro Covid" en miettes et les cadavres s'accumuler dans les hôpitaux faute de place dans les morgues. La dirigeante de Hong Kong, Carrie Lam, avait précédemment exclu un confinement de la ville et ordonné aux 7,4 millions d'habitants de se faire dépister en mars.

Mais la ministre de la Santé Sophia Chan a affirmé lundi que cette option était possible. Interrogée à la radio pour savoir si le confinement était toujours exclu, elle a répondu: "non. Nous sommes toujours en discussion". "Du point de vue de la santé publique, pour tirer le meilleur effet du dépistage universel obligatoire, nous devons réduire les mouvements des personnes dans une certaine mesure", a-t-elle ajouté. "Les résidents doivent rester chez eux ou éviter les sorties autant que possible".

La veille, Li Dachuan, un haut fonctionnaire de Chine continentale impliqué dans un groupe de travail conjoint avec les autorités de Hong Kong, a décrit le confinement comme "l'approche la plus idéale et la meilleure pour obtenir le meilleur effet des tests universels". L'annonce ajoute à l'incertitude pour les habitants et les entreprises dans une ville qui, jusque là relativement épargnée par le coronavirus, découvre le chaos connu ailleurs dans le monde au début de la pandémie.

Deux années de politique stricte de "zéro Covid" ont permis de contenir en grande partie le coronavirus, mais l'arrivée du variant Omicron, hautement transmissible, a révélé les failles du système de santé de la ville et le manque de préparation face à une épidémie de masse. Hong Kong a enregistré 193.000 cas et 636 morts ces deux derniers mois contre 12.000 cas et 205 morts lors des premières années de pandémie.

Les hôpitaux sont mis à rude épreuve depuis plusieurs semaines et des responsables ont révélé dimanche que les corps s'y empilaient parce que les morgues étaient pleines. "En ce moment, nous sommes confrontés à un problème de transport des cadavres de l'hôpital à la morgue publique", a déclaré à la presse le directeur général de l'autorité hospitalière, Lau Ka-hin. Le taux moyen des décès sur sept jours à Hong Kong est actuellement d'environ huit pour un million d'habitants. À titre de comparaison, ce taux est de cinq pour un million d'habitants aux États-Unis, de 1,80 en Grande-Bretagne et de 1,36 à Singapour qui, comme Hong Kong, avait initialement opté pour le "zéro Covid" mais a récemment adopté une stratégie de réouverture au monde extérieur.

Dimanche, les autorités ont révélé que 91% des personnes décédées lors de la vague actuelle n'étaient pas complètement vaccinées. La grande majorité des personnes décédées sont des personnes âgées. Malgré des réserves de vaccin abondantes, le taux de vaccination des plus de 70 ans était faible à Hong Kong avant l'arrivée d'Omicron. La Chine prend de plus en plus de décisions concernant la réponse de Hong Kong au virus. Des équipes du continent construisent une série d'hôpitaux temporaires et de salles d'isolement pour les personnes contaminées. Parmi les conseillers du gouvernement hongkongais figure Liang Wannian, un haut fonctionnaire du continent dont le South China Morning Post a signalé l'arrivée lundi et qui est l'un des principaux artisans du confinement de deux mois à Wuhan au début de la pandémie.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2059) : MARDI 1er MARS 2022

Mardi 1er Mars 2022 - Présidentielle : au Conseil constitutionnel, dernière ligne droite pour les parrainages :

Il est 8 heures, la camionnette de La Poste se gare au coin de la rue Montpensier, devant le Conseil constitutionnel. Ce matin, une seule «cagette». À l’intérieur, 245 lettres. Le secrétaire général du Conseil, Jean Maïa, nous l’assure, il y a eu des matinées bien plus chargées, jusqu’à 9 ou 10 cagettes. Des lettres expédiées des quatre coins de France par certains des 42000 élus et contenant leur parrainage pour l’un des candidats à l’élection présidentielle. Une méthode franco-française. Une première salle sert à tamponner les lettres pour valider leur conformité et leur bonne réception. Un bruit entendu presque jusque dans la rue. À l’étage, plusieurs personnes sont également présentes pour traiter ces précieuses signatures. Chaque lettre est ouverte, puis rangée dans un casier au nom d’un candidat. Aujourd’hui (le 22 février, Ndlr) , parmi les présidentiables qui n’ont pas encore leurs 500 parrainages, c’est Jean-Luc Mélenchon qui détient la pile la plus épaisse. Le chef de file de la France Insoumise a passé le cap des 500 le 24 février.

L’aspect très conventionnel du processus laisse parfois place aux surprises. Des élus envoient la lettre remplie, mais sans aucun nom de candidat. Le but? «Éviter les pressions en pouvant dire "c’est bon, j’ai envoyé"», selon le secrétaire général. Une fois les parrainages triés par candidat, d’autres personnes se chargent de regarder s’il n’y a pas de problème d’orthographe, ni d’accroc sur un nom, tout en vérifiant que chaque case du formulaire est bien renseignée. Des élus, en proie au stress, se trompent... dans leur propre date de naissance. Une erreur qui s’est produite plusieurs fois, selon Jean Maïa.

Un si grand fardeau pour les élus? Certains prônent l’idée d’un parrainage citoyen, comme dans la plupart des pays qui pratiquent des élections au suffrage universel. L’arbitre du Conseil constitutionnel n’y est pas défavorable mais émet deux avertissements. D’abord, il réforme en début de quinquennat. Ensuite, il faudrait s’assurer qu’un citoyen qui parraine en ligne un candidat soit bien derrière son écran. On pourrait croire l’institution déconnectée d’Internet. En réalité les sages mettent à jour deux fois par semaine l’évolution des parrainages sur leur site.

À dix jours de la fin de la période d’envoi des formulaires, le Conseil en a reçu 9 000. «En 2017, 14 296 élus avaient parrainé un candidat. Nous pensons finir dans les mêmes proportions le 4 mars», indique Jean Maïa. En revanche, concernant la mise en place de la banque de parrainages de François Bayrou , Laurent Fabius, le président du Conseil constitutionnel, reste sceptique : «Le parrainage d’un maire doit être individuel. Ce sont les élus qui parrainent.» Il annoncera la liste des candidats à l’élection présidentielle le 7 mars.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2059) : MARDI 1er MARS 2022

Mardi 1er Mars 2022 - Aucun mort du covid-19 en Afrique du Sud pour la première fois depuis 2020 :

L'Afrique du Sud n'a enregistré aucun décès lié au Covid en 48 heures, une première depuis mai 2020 pour le pays officiellement le plus touché du continent, ont annoncé mardi les autorités sanitaires du pays. L'Institut national des maladies transmissibles (NICD) a annoncé la nouvelle dans son recensement quotidien des cas, remontés de tout le pays, déclenchant un optimisme prudent. La dernière fois que le pays n'avait aucun mort du Codi-19 à déplorer remonte au 12 mai 2020. "On observe que les hôpitaux n'ont quasiment plus de cas Covid", affirme à l'AFP Shabir Madhi, spécialiste des vaccins à l'Université de Witwatersrand. "Nous savons que les morts déclarées sont sous-estimées par un facteur de trois, mais même dans ce cas, le taux est particulièrement bas", ajoute-t-il, affirmant que ces résultats sont liés à la vaccination et aux vagues précédentes de la pandémie. "Le coût en vies humaines a été lourd, mais cela a permis à une grande partie de la population de développer une protection contre les formes graves de la maladie", ajoute-t-il.

Au moins 80% de la province densément peuplée de Gauteng, où est située Johannesburg, a déjà été infectée par Covid, une proportion qui, selon lui, reflète à peu près celle prévalant dans le pays.

Zimbabwe, Namibie, Angola, Mozambique et Eswatini n'ont signalé aucun décès lié au Covid sur les dernières 24 heures, même si ces pays voisins bénéficient d'un suivi santé moins développé. L'Afrique du Sud a perdu 100.000 personnes au Covid et compte près de 3,6 millions de personnes infectées.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2059) : MARDI 1er MARS 2022

Mardi 1er Mars 2022 - 660 000 réfugiés, le centre de Kharkiv bombardé… le point sur la guerre en Ukraine :

Le président du Conseil européen, Charles Michel, qui représente les 27 Etats membres de l'UE, a accusé mardi la Russie de "terrorisme géopolitique" pour son invasion de l'Ukraine, dans un discours au Parlement européen. "Ce n'est pas seulement l'Ukraine qui est attaquée. Le droit international, l'ordre international basé sur des règles, la démocratie, la dignité humaine sont aussi attaqués. C'est du terrorisme géopolitique pur et simple", a-t-il déclaré.

La Russie poursuivra son offensive en Ukraine jusqu'à ce que ses objectifs soient atteints , a annoncé mardi le ministre de la Défense Sergueï Choïgou, accusant une fois encore l'armée ukrainienne d'utiliser les civils comme "boucliers humains".

"Les forces armées de la fédération de Russie continueront l'opération militaire spéciale jusqu'à ce que les objectifs fixés soient atteints", a-t-il dit, selon des propos retransmis à la télévision. Le ministre a invoqué la "démilitarisation" et la "dénazification" de l'Ukraine, affirmant que l'armée russe "n'occupe pas l'Ukraine" et que l'Occident "cherche à utiliser le peuple ukrainien" contre Moscou.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a affirmé mardi que le bombardement russe de Kharkiv constituait un "crime de guerre", et souligné que la défense de la capitale Kiev était la "priorité". "La frappe contre Kharkiv est un crime de guerre. C'est du terrorisme d'Etat", a affirmé M. Zelensky dans une adresse vidéo publiée sur Telegram. "Ils avancent sur la capitale comme sur Kharkiv. Voilà pourquoi la défense de la capitale est aujourd'hui la priorité clé" de l'Ukraine, a-t-il ajouté.

Les chaînes YouTube des médias russes RT et Sputnik ont été bloquées dans toute l'Europe par la plateforme de vidéos "compte tenu de la guerre en cours en Ukraine", a annoncé YouTube mardi dans un courriel transmis à l'AFP. "Nous bloquons les chaînes YouTube de RT et Sputnik dans toute l'Europe, avec effet immédiat. Nos systèmes nécessitent un peu de temps avant d'être complètement opérationnels. Nos équipes continuent de surveiller la situation 24 heures sur 24 pour agir le plus rapidement possible", a indiqué YouTube.

Plus de 660.000 personnes fuyant l'invasion russe en Ukraine ont afflué vers les pays voisins , et les chiffres augmentent de façon "exponentielle", a indiqué le Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) mardi. "Nous avons maintenant plus de 660.000 réfugiés qui ont fui l'Ukraine vers les pays voisins au cours des six derniers jours seulement", a déclaré une porte-parole du HCR, Shabia Mantoo, lors d'un point de presse à Genève.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2059) : MARDI 1er MARS 2022

Mardi 1er Mars 2022 - Sondage de la présidentielle : Pas d’effet Ukraine pour Le Pen, Zemmour décroche :

La candidate du Rassemblement national ne pâtit pas de sa proximité avec Vladimir Poutine contrairement à Eric Zemmour. La première gagne un point (17% des intentions de vote) dans le sondage quotidien Ifop-Fiducial pour Paris Match-LCI-Sud-Radio. Le fondateur de «Reconquête!» recule d’ 1,5 point (13%).

Loin derrière Emmanuel Macron (28%, =), Marine Le Pen consolide sa deuxième place. Avec 17% des intentions (+1) des intentions de vote dans notre enquête quotidienne #LaPrésidentielleEnTempsRéel , la candidate du Rassemblement national se détache et lâche ses rivaux Eric Zemmour et Valérie Pécresse à 13% tous les deux. Elle n’avait jamais été si haute depuis la mi-février. Plus prudente qu’Eric Zemmour sur l’offensive de Poutine en Ukraine qu’elle a condamnée sans barguigner, la députée du Pas-de-Calais creuse l’écart de manière significative (au-delà de la marge d’erreur de ce sondage) à quarante jours du premier tour.

Derrière, l’ancien journaliste du Figaro paie l’addition de ses positions pro-Poutine : 2,5 points de perdus en deux jours. Un gadin exceptionnel dans ce type d’enquête qui confine à l’accident électoral. Ses dernières interventions dans les médias n’ont pas été comprises notamment ses propos sur les réfugiés ukrainiens qui fuient leur pays vers la Pologne. Sa baisse est marquée chez les personnes âgées, les CSP+ et les électeurs de François Fillon (-4). Les déboires de «Z» comme l’appellent ses partisans ne profitent pas à Valérie Pécresse, stable à 13%.

A gauche, la situation reste figée. Jean-Luc Mélenchon est bloqué à 10,5% (=). Il limite les dégâts sans parvenir à relancer véritablement sa campagne. Il maintient un écart conséquent avec l’écologiste Yannick Jadot (5%, =) talonné par le communiste Fabien Roussel (4,5%,=). Anne Hidalgo (2,5%) et Christiane Taubira (1,5%) continuent de faire de la figuration.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens