Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 février 2022 1 28 /02 /février /2022 08:00
LA MARCHE DU MONDE (2057) : DIMANCHE 27 FEVRIER 2022

Dimanche 27 février 2022 - A la frontière polonaise, les réfugiés ukrainiens accueillis avec émotion :

Des milliers de bénévoles polonais et des Ukrainiens vivant en Pologne aident les réfugiés qui arrivent en nombre pour fuir les combats.

Émue aux larmes, Katarzyna Jasinska, 25 ans, tend une veste chaude pour enfant à un Ukrainien venant d'entrer en Pologne par le passage frontalier de Medyka (est). "Il y en a qui sont venus sans rien du tout ou juste avec un sac à main. En fuyant, ils n'ont pas eu le temps d'emmener quoi que ce soit avec eux. Certains sont blessés. Ils ont simplement besoin de tout", dit cette technicienne vétérinaire, originaire de Tychy dans le sud de la Pologne, "C'est une tragédie inimaginable".

Autour d'elle, des dizaines de grands sacs en plastique posés à même le sol, remplis de vêtements qu'elle distribue à qui en a besoin. Katarzyna fait partie des milliers de bénévoles polonais et des Ukrainiens vivant en Pologne qui, sans attendre, se sont lancés à aider les réfugiés.

Samedi, ces derniers étaient déjà plus de 150.000 à avoir traversé la frontière polonaises depuis que leur pays fut agressé par la Russie. Et leur nombre ne cesse d'augmenter d'heure en heure. À Medyka, la file d'arrivants semble interminable, composée pour la plupart de femmes et d'enfants qui entrent en Pologne au bout de dizaines d'heures passées à attendre du côté ukrainien de la frontière.

"Les gens ont surtout besoin de vestes chaudes, de bonnets, de gants, mais aussi de vêtements pour enfants", explique-t-elle, alors que les températures descendent au-dessous du zéro, la nuit.

Après avoir réussi à traverser la frontière, les réfugiés sont pris en charge, soit par les membres de leur familles ou compatriotes qui vivent en Pologne - la communauté ukrainienne compte en Pologne environ un million de personnes -, soit par des bénévoles polonais.

Le long de l'allée menant du passage frontalier, des jeunes distribuent des boissons et de la nourriture gratuite, des vêtements, des couches-culottes et même des poussettes pour enfants. Sur le stand d'un opérateur de téléphonie, les Ukrainiens chargent leurs portables et peuvent se munir d'une carte téléphonique gratuite. Pour l'obtenir, il suffit de présenter son passeport ukrainien.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2057) : DIMANCHE 27 FEVRIER 2022

Dimanche 27 février 2022 - Guerre en Ukraine : 9.500 soldats français mobilisés ou d'alerte, de nouvelles sanctions financières :

Plus de 9.500 soldats français seront directement mobilisés ou d'alerte dans le cadre de l'invasion russe de l'Ukraine en fin de semaine prochaine, a-t-on appris samedi auprès de l'état-major français. "On aura plus de 1.500 militaires français directement impliqués dans les missions de renforcement de la posture de l’Otan sur le flanc Est", a indiqué à l'AFP l'état-major.

Quelque 500 soldats seront déployés en Roumanie, en plus des 300 déjà actifs en Estonie, où une centaine d'autres accompagneront l'arrivée prochaine de 4 avions de chasse Mirage 2000-5 destinés à "renforcer la défense aérienne des pays baltes", a détaillé cette source militaire.

Quelque 600 soldats sont également mobilisés en France pour des vols au-dessus de la Pologne, a-t-elle ajouté. "Depuis le 24 février, la France participe à la défense du ciel polonais avec deux missions par jour", a-t-on précisé à l'état-major.

Environ 8.000 militaires français sont en outre "d’alerte dans le cadre de la force de réaction rapide de l’Otan" dont la France assume le commandement en 2022, de même source.

Après l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014, l'Otan a déployé des groupements tactiques multinationaux dans les trois Pays baltes et la Pologne, pour une mission permanente de "présence renforcée avancée" (Enhanced Forward Presence, EFP), assumée par plusieurs pays membres.

Alors que la France sera le "pays leader" du déploiement en Roumanie, le chef d'état-major des armées françaises, le général Thierry Burkhard insistait vendredi soir sur "le message d'une solidarité stratégique de l'ensemble des membres de l'Otan", mais aussi sur "un vrai signal de fermeté et sans ambiguïté vis-à-vis de la Russie".

La France a décidé de livrer davantage d'équipements militaires de défense à l'Ukraine dans sa lutte contre l'invasion de l'armée russe, a également annoncé samedi l'Elysée.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2057) : DIMANCHE 27 FEVRIER 2022

Dimanche 27 février 2022 - Pour Eric Zemmour, il ne faut pas «ostraciser la Russie» :

Après une salve d’applaudissements, un exposé sur la Savoie avec des références au général de Gaulle, Eric Zemmour a expliqué qu’ « aujourd’hui, plus que jamais, nous devons vouloir la paix. En Europe, en France, la tranquillité pour nos vies et le calme à nos frontières. » S’en est suivi une charge contre l’ « expansion ininterrompue de l’OTAN à l’Est », qui, selon lui, est ce qui a causé l’invasion russe en Ukraine, car « c’est un motif d’inquiétude pour les Russes et ils sont prêts à se battre pour l’empêcher. »

Le candidat a également critiqué le rôle des Etats-Unis, responsables selon lui de vouloir étendre sans cesse l’OTAN et qui a décidé de ne pas aider les Ukrainiens. Il en a donc appelé à la France à ne pas céder et à n’« être soumis à personne : ni aux Etats-Unis, ni à la Russie, ni à aucun autre pays du monde. » Rappelant que notre pays se doit d’être indépendant, il a fait un parallèle entre l’état actuel du monde et a salué la démarche de Nicolas Sarkozy en Géorgie en 2008, lequel avait réussi à faire signer un cessez-le-feu avec la Russie.

Éric Zemmour a aussi parlé d’ « humiliation » en parlant de la rencontre entre Vladimir Poutine et Emmanuel Macron, sous les sifflets des militants venus en nombre. Après un développement sur l’ONU, la défense nationale et les conflits dans le monde, l’ancien journaliste s’est dit, citant de Gaulle, favorable à un rapprochement avec la Russie : « Nous connaissons les Russes et la Russie nous connait. Nous savons qu’ils n’hésitent pas à agresser et à faire la guerre. La Russie de Poutine vit au 19ème siècle et conçoit la guerre comme un moyen de défendre sa vision stratégique. » Prenant en contre-exemple les pays d’Europe de l’Ouest, lesquels ont décidé de ne plus faire la guerre, il a expliqué, au vu d’autres pays du monde qui, eux se battent, que nous devons « en tirer des leçons. » Il a également fait l’éloge de la diplomatie, tout en disant qu’il ne fallait pas « ostraciser la Russie ».

Vint ensuite des critiques violentes contre Emmanuel Macron, « empêtré dans l’OTAN et la chimérique défense européenne. » Condamnant, comme tous les autres candidats à la présidentielle, l’invasion russe, qualifiant le tout de « tragédie », Éric Zemmour en a profité pour rendre hommage aux frontières, riant des élites qui veulent un monde « sans frontières et qui se sont trompées depuis des années » mais, devant la foule qui scande des « Zemmour président » et autres « ben voyons », le candidat d’extrême-droite a parfois eu du mal à finir ses phrases. Pour lui, nous vivons dans « un monde d’empires qui ont été humiliés par le passé », appuyant son propos en parlant de « nouvelles guerres de civilisations », catastrophes que « nos élites n’ont pas vues. »

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2057) : DIMANCHE 27 FEVRIER 2022

Dimanche 27 février 2022 - Reportage : au Pérou, face à une vague de pollution et de déni :

Face à la marée noire, le Pérou décrète l’urgence écologique mais agit peu.

Le pétrole a commencé à s’infiltrer. « Crudo » (« le brut »), dit-on au Pérou . Cet or noir qu’on sait, désormais, être le poison de l’environnement. En pleine mer, les nappes d’hydrocarbure brut ont dérivé sur des dizaines de kilomètres – 140, officiellement. Elles se sont approchées d’îles sauvages, une réserve nationale célèbre pour sa grande biodiversité. Un lieu de reproduction d’oiseaux protégés, de lions de mer et de manchots de Humboldt, espèce en voie d’extinction. Les volatiles se sont posés sur l’eau souillée, ont plongé pour trouver leur nourriture, sont remontés plus lourds. À force, « leurs plumes ont perdu leur pouvoir imperméabilisant, elles ont cessé de les protéger du froid et ils sont morts d’hypothermie », s’attriste Giancarlo, un jeune vétérinaire péruvien.

Chaque jour, il patrouille en mer à la recherche de dépouilles flottantes ; il en trouve au moins dix, parfois trente. Et il sait que ce n’est pas fini. Selon les autorités péruviennes, sont touchés les quelque 512 hectares de cette aire naturelle ainsi que la zone protégée d’Ancon, qui abrite elle aussi une inestimable biodiversité « sur 1 758 hectares ». Des eaux très poissonneuses, réputées pour la profusion de leurs anchois, une espèce essentielle dans la chaîne alimentaire. À travers eux, le pétrole s’accumule dans les estomacs de leurs prédateurs et continue à tuer. Mais la mort ne s’arrête pas aux limites de l’océan. Au rythme des marées, elle se répand sur le sable qui laisse passer dans les sous-sols une partie du pétrole. Celui-ci file alors jusqu’aux nappes phréatiques, atteint les rivières. « Les effets se feront sentir sur la biodiversité pendant au moins dix ans », se lamente Jorge, garde-chasse de la réserve nationale. Le gouvernement péruvien a décrété une urgence environnementale de quatre-vingt-dix jours dans la zone touchée.

L’histoire aurait pu s’écrire autrement. Elle est le résultat d’une longue suite de négligences, de mensonges, de mauvaises décisions, favorisée par un gouvernement faible dans un pays où la corruption est élevée. Tout commence le 15 janvier dernier. Ce jour-là, le groupe espagnol Repsol signale aux autorités péruviennes « un déversement de pétrole de 2,5 mètres carrés et de 0,16 baril », dixit le ministère de l’Environnement. Une petite fuite de rien du tout survenue lors du déchargement du tanker italien « Mare Doricum » à la raffinerie de La Pampilla, à une vingtaine de kilomètres au nord de Lima. Un « incident rapidement surmonté », déclare le lendemain à la presse le groupe pétrolier.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2057) : DIMANCHE 27 FEVRIER 2022

Dimanche 27 février 2022 - Guerre en Ukraine : La France ferme son espace aérien «aux avions et compagnies aériennes russes» :

La France va fermer son espace aérien "aux avions et compagnies aériennes russes" à compter de dimanche soir, a annoncé sur Twitter le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari.

La France emboîte le pas à de nombreux autres pays européens qui ont pris une mesure similaire en représailles à l'invasion de l'Ukraine par la Russie face à laquelle "l'unité de l'Europe est totale", a souligné le ministre.

De l'Allemagne à la Suède en passant par la Belgique, la Pologne ou l'Estonie, les pays européens ont chacun leur tour annoncé dimanche la fermeture de leur espace aérien aux avions russes. L'Italie a demandé à l'ensemble des Etats membres de l'Union européenne de suivre le mouvement. La France aussi a réclamé "une coordination européenne rapide sur le sujet". Lors de la réunion prévue dimanche des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne, "nous pousserons pour une fermeture à l'échelle de l'UE", a déclaré de son côté sur Twitter le chef de la diplomatie danoise Jeppe Kofod.

En représailles, Moscou a commencé à interdire le survol de son territoire aux avions liés aux pays européens ayant annoncé de telles décisions ces derniers jours, comme le Royaume-Uni, la Lettonie, la Lituanie, l'Estonie, la Slovénie, la Bulgarie, la Pologne et la République tchèque.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2057) : DIMANCHE 27 FEVRIER 2022

Dimanche 27 février 2022 - Guerre en Ukraine : Zelensky prêt à des négociations avec Moscou, mais pas au Bélarus :

Le président ukrainien a rejeté dimanche la proposition russe de pourparlers à Gomel au Bélarus, car ce pays sert de base arrière à l'invasion de l'Ukraine, affirmant que "n'importe quelle autre ville" hors du Bélarus conviendrait. "Varsovie, Bratislava, Budapest, Istanbul, Bakou. Nous les avons toutes proposées. Et n'importe quelle autre ville nous conviendrait du moment qu'on ne nous tire pas des roquettes dessus depuis son territoire ", a affirmé Volodymyr Zelensky dans une vidéo en ligne.

S'adressant aux Bélarusses dans cette allocution, il fait remarquer que "si de votre territoire il n'y avait pas d'actions offensives, on aurait pu parler à Minsk". Vendredi déjà, la Russie avait dit vouloir négocier avec les Ukrainiens mais uniquement au Bélarus, bien que l'invasion du nord de l'Ukraine et l'offensive sur Kiev soit partie de ce pays. Dimanche, le Kremlin a récidivé.

Une délégation de représentants des "ministères des Affaires étrangères, de la Défense et d'autres services, notamment de l'administration présidentielle est arrivée au Bélarus pour des négociations avec les Ukrainiens", selon le porte-parole de la présidence russe, cité par les agences nationales. En outre, au moment où ses services évoquaient des pourparlers vendredi, le président Vladimir Poutine avait appelé l'armée ukrainienne à faire un coup d'État et traité les autorités du pays de "clique de drogués et néonazis".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2057) : DIMANCHE 27 FEVRIER 2022

Dimanche 27 février 2022 - Reflux en France, la reine Elizabeth II toujours malade... le point sur le coronavirus

La situation en France

- Le lent reflux de la 5e vague continue en France : Le reflux épidémique a continué vendredi dans les hôpitaux en France, avec une nouvelle baisse du nombre de malades du Covid-19, mais aussi du côté des contaminations, selon les chiffres quotidiens publiés par Santé publique France.

La décrue de la cinquième vague entamée à l'automne dernier, d'abord portée par le variant Delta puis par son très contagieux successeur Omicron, se poursuit: 25.484 personnes infectées par le Covid-19 sont actuellement hospitalisées, soit 634 de moins que la veille.

Le masque ne sera plus obligatoire dans les lieux soumis au pass vaccinal à partir de lundi, un nouvel assouplissement des restrictions sanitaires attendu alors que la pandémie décroit fortement. Fini le masque dans les musées, cinémas, restaurants mais il restera obligatoire dans les transports, comme le train ou l'avion, où le pass est également exigé.

- Une réception diplomatique prévue mercredi avec Elizabeth II annulée

Une réception diplomatique prévue mercredi avec la reine Elizabeth II, testée positive au Covid-19 dimanche dernier, a été annulée sur "avis" du gouvernement, a annoncé samedi le palais de Buckingham, dans un contexte d'invasion russe en Ukraine. "La reine a accepté l'avis de la ministre des Affaires étrangères selon lequel la réception diplomatique prévue à Windsor le mercredi 2 mars devait être reportée", a indiqué le palais dans un bref communiqué.

Aucune raison n'a été donnée pour cette décision, alors que la souveraine de 95 ans a annulé plusieurs engagements cette semaine car souffrant de symptômes "légers" du Covid et que les services diplomatiques sont très occupés par l'invasion russe en Ukraine.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2057) : DIMANCHE 27 FEVRIER 2022

Dimanche 27 février 2022 - Corée du Nord : un tir de missile en mer du Japon, les Etats-Unis accusés pour l'Ukraine :

La Corée du Nord a tiré dimanche un missile balistique, le huitième cette année, après un mois d'accalmie pendant les Jeux olympiques de Pékin et au moment où l'attention internationale est focalisée sur l'Ukraine.

L'armée sud-coréenne a "détecté un missile balistique lancé en direction de la mer de l'Est" (la mer du Japon), a indiqué l'armée sud-coréenne dans un communiqué. Le projectile, lancé à 22H52 GMT samedi depuis Sunan, dans les environs de Pyongyang, a parcouru environ 300 km à une altitude maximale de 620 km, a-t-elle ajouté. La présidence sud-coréenne a exprimé sa "profonde préoccupation" face à ce lancement survenant "au moment où le monde s'efforce d'arrêter la guerre en Ukraine".

En janvier, la Corée du Nord avait effectué sept tirs , un nombre record en un mois, y compris celui de son plus puissant missile depuis 2017, alors que les négociations avec les Etats-Unis sont au point mort. Le régime a aussi averti qu'il pourrait renoncer à son moratoire auto-imposé sur les tests de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) et les essais nucléaires.

La Corée du Nord s'est abstenue de tout test d'armes pendant les Jeux olympiques d'hiver de Pékin, peut-être par respect pour son voisin et allié chinois. Cependant, alors que l'attention de la communauté internationale est focalisée sur la guerre en Ukraine, beaucoup d'analystes s'attendaient à ce que Pyongyang en profite pour reprendre ses tirs.

"Ils se sont retenus de toute provocation pendant les Jeux de Pékin pour ménager leurs relations avec la Chine. Mais alors que l'intérêt des Etats-Unis s'est tourné vers l'Europe avec la crise en Ukraine et que le Conseil de sécurité s'avère incapable de fonctionner, Pyongyang a saisi l'occasion", a expliqué cet analyste.

Samedi, la Corée du Nord a jugé les Etats-Unis responsables de la guerre en Ukraine, dans sa première réaction officielle après l'invasion russe. "La cause profonde de la crise ukrainienne réside (...) dans l'autoritarisme et l'arbitraire des Etats-Unis", a affirmé un message publié sur le site du ministère nord-coréen des Affaires étrangères. "La Corée du Nord n'allait pas faire plaisir à quiconque en restant tranquille pendant que le reste du monde s'occupe de l'agression de la Russie contre l'Ukraine", a estimé pour sa part Leif-Eric Easley, professeur à l'Université Ewha de Séoul.

Alors que l'économie nord-coréenne pâtit des sanctions internationales et de l'isolement draconien que s'est imposé le pays pour se protéger de la pandémie, "la force et la légitimité du régime de Kim dépendent désormais de tests de missiles toujours meilleurs", a-t-il ajouté.

Cette nouvelle démonstration de force de Pyongyang intervient alors que la Corée du Sud s'apprête à élire son prochain président le 9 mars.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2057) : DIMANCHE 27 FEVRIER 2022

Dimanche 27 février 2022 - L'Ukraine reprend le contrôle de Kharkiv, des pourparlers à la frontière... le point sur le conflit ukrainien :

La présidence de l'Ukraine a indiqué dimanche avoir accepté des pourparlers avec la Russie et qu'ils se dérouleront à la frontière avec le Bélarus, près de Tchernobyl, une décision après une médiation du président bélarusse Alexandre Loukachenko. "La délégation ukrainienne rencontrera la (délégation) russe sans fixer de conditions préalables sur la frontière ukraino-bélarusse, dans la région de la rivière Pripiat", a déclaré la présidence sur les réseaux sociaux.

Les forces ukrainiennes ont affirmé dimanche avoir repoussé une percée russe à Kharkiv, deuxième ville d'Ukraine où se déroulent des combats de rue, et le nombre de réfugiés approche les 400.000 alors que la pression internationale sur la Russie s'accroît.

Au quatrième jour de l'offensive russe, les forces ukrainiennes ont le plein contrôle de Kharkiv, ville du Nord-Est de 1,4 million d'habitants à la frontière russe, selon le gouverneur local Oleg Sinegoubov. Kharkiv est sous notre contrôle total" a écrit M. Sinegoubov sur les réseaux sociaux, assurant qu'une "élimination des ennemis dans la ville" était en cours.

Dans la matinée, un journaliste de l'AFP avait fait état de combat de rues et vu des blindés russes, abandonné ou en feu. Plusieurs pays dont l'Allemagne, l'Italie, les pays scandinaves et la Belgique ont annoncé dimanche à leur tour la fermeture de leur espace aérien aux avions russes dont Paris étudie "le principe". La veille, les Occidentaux ont exclu des banques russes de la plateforme interbancaire Swift, une décision à laquelle s'est associé dimanche le Japon, et annoncé livrer davantage d'armes à l'Ukraine.

L'Ukraine a saisi la Cour internationale de justice de La Haye pour qu'elle ordonne à Moscou de cesser les hostilités, selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2057) : DIMANCHE 27 FEVRIER 2022

Dimanche 27 février 2022 - Guerre en Ukraine : Poutine annonce mettre en alerte la «force de dissuasion» nucléaire russe :

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé dimanche mettre en alerte la "force de dissuasion" de l'armée russe, qui peut comprendre une composante nucléaire, au quatrième jour de l'invasion de l'Ukraine par Moscou. "J'ordonne au ministre de la Défense et au chef d'état-major de mettre les forces de dissuasion de l'armée russe en régime spécial d'alerte au combat", a déclaré M. Poutine lors d'un entretien avec ses chefs militaires retransmis à la télévision.

"C'est compris", a acquiescé le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou. M. Poutine a justifié cette décision par les "déclarations belliqueuses de l'Otan" envers la Russie. Il a également critiqué les sanctions économiques prises à l'encontre de la Russie pour son invasion de l'Ukraine, selon lui "illégitimes". Les forces de dissuasion russes sont un ensemble d'unités dont le but est de décourager une attaque contre la Russie, "y compris en cas de guerre impliquant l'utilisation d'armes nucléaires", selon le ministère de la Défense.

Ces forces sont équipées de missiles, de bombardiers stratégiques, de sous-marins et de navires de surface. Sur le plan défensif, elles comprennent un bouclier anti-missile, des systèmes de contrôle spatiaux, de défense antiaérienne et antisatellite.

La Russie a lancé jeudi une invasion de l'Ukraine, provoquant une onde de choc internationale.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2057) : DIMANCHE 27 FEVRIER 2022

Dimanche 27 février 2022 - A Orlando, Trump encense Poutine et éreinte les leaders occidentaux «si bêtes» :

Pour Donald Trump, l'offensive russe en Ukraine ne serait pas arrivée si l'élection américaine de 2020 n'avait pas été truquée.

L'ex-président américain Donald Trump a fait l'éloge de l'"intelligent" Vladimir Poutine et critiqué les dirigeants occidentaux "si bêtes" à ses yeux, samedi soir à la grande convention annuelle des conservateurs américains, à Orlando (Floride). L'Otan, a-t-il dit, "a l'air tout sauf intelligente" en frappant la Russie de sanctions au lieu de se décider à la "réduire en miettes - au moins psychologiquement".

"Le problème n'est pas que Poutine soit intelligent, parce que bien sûr il est intelligent", a-t-il poursuivi. "Le vrai problème est que nos dirigeants soient si bêtes", a-t-il dit, en imputant l'invasion de l'Ukraine par la Russie à la "faiblesse" de son successeur Joe Biden.

Il a aussi qualifié Volodymyr Zelensky d'"homme courageux", tout en affirmant la contrevérité selon laquelle le président ukrainien l'aurait disculpé du scandale qui a conduit à son premier procès en destitution. "Comme tout le monde le comprend, cet horrible désastre ne se serait jamais produit si notre élection n'avait pas été truquée", a aussi lancé l'ex-président au cours de son discours de 86 minutes, en reprenant l'une de ses antiennes favorites mais sans apporter de preuve.

Le milliardaire républicain de 75 ans s'est attiré le plus d'applaudissements quand il a taxé de "connerie" le fait que les démocrates se présentent comme le parti de la démocratie, et quand il a raconté que le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, "venait à la Maison Blanche et me léchait le cul".

Il a fait des allusions à une éventuelle candidature en 2024, comme lorsqu'il a dit : "Nous l'avons fait deux fois et nous le referons", en présentant sa défaite de 2020 comme une victoire - mais il a laissé le public dans l'incertitude quant à sa volonté de défier personnellement Joe Biden pour le prochain mandat présidentiel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens