Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 février 2022 7 27 /02 /février /2022 08:00
LA MARCHE DU MONDE (2056) : DIMANCHE 26 FEVRIER 2022

Samedi 26 février 2022 - Sondage de la présidentielle : la crise ukrainienne renforce Macron et affaiblit Zemmour :

Emmanuel Macron demeure imperturbablement en tête des intentions de vote des Français depuis le début du rolling, avec environ un quart des suffrages exprimés, soit autant, si ce n’est plus que tous les candidats à sa gauche réunis. Plus précisément, son score s’élève 26% vendredi 25 février, soit une hausse de 1,5 point sur la semaine, après une érosion inverse de 26 à 24,5% en fin de semaine précédente. Cette dernière, survenue au moment où les efforts d’Emmanuel Macron pour trouver une issue positive à la crise russo-ukrainienne semblaient patiner, traduisait aux yeux de certains les difficultés du président à peser dans le grand jeu international. Force est de constater aujourd’hui que le décalage entre le volontarisme affiché par Emmanuel Macron et le manque de succès de ses initiatives ne constituent pas un angle d’attaque porteur à l’égard du candidat non déclaré. Au contraire, le passage du conflit larvé aux hostilités pourrait jouer en faveur du président sortant, à la fois en le distinguant de ses adversaires – dont certains sont déjà ramenés à des propos parfois ambigus à l’égard de la Russie, mais aussi grâce à un «effet drapeau» un phénomène qui s’est déjà produit et traduit par des hausses de popularité d’Emmanuel Macron à plusieurs reprises lors de la crise du Covid-19. Des éléments sur lesquels l’actuel locataire de l’Élysée peut capitaliser, d’autant que la situation internationale semble le contraindre à officialiser sa candidature à la toute dernière minute.

Le Pen vs Zemmour : duel pour le second tour

L’incertitude sur l’identité du challenger d’Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle est plus élevée que jamais. En effet, sur la dernière semaine, Marine Le Pen et Éric Zemmour n’ont pas cessé de se passer devant l’une l’autre. Ce tango des courbes d’intentions de vote, sur un intervalle d’un point, se termine cette semaine sur un avantage à la candidate du Rassemblement national, créditée de 16,5% des intentions de vote, contre 15,5% pour le leader de Reconquête!. Dans le détail, le candidat à la dynamique la plus marquée depuis le début du rolling représente toujours une menace structurelle pour Marine Le Pen, mais également pour Valérie Pécresse, dans la mesure où il capte une partie importante de leurs électorats respectifs (22% des électeurs de François Fillon et 30% de ceux de Marine Le Pen en 2017). Une hausse des intentions de vote en sa faveur se traduirait donc mécaniquement par un «siphonnage» des réserves de Marine Le Pen. Mais si les deux candidats d’extrême droite apparaissent aujourd’hui comme les prétendants les plus sérieux à l’accession au second tour, reste à voir quel sera l’impact du conflit russo-ukrainien sur leurs cotes respectives…

Le calvaire de Valérie Pécresse et de la gauche

… Car leur procès en russophilie représenterait aujourd’hui l’unique moyen pour Valérie Pécresse de remonter la pente et de rattraper ses concurrents de droite. La candidate des Républicains pâtit cette semaine des scores les plus faibles qu’elle a jamais enregistrés dans le rolling : 14% au premier tour et 42% au second tour face à Emmanuel Macron. Au premier tour, bien que l’écart avec Éric Zemmour demeure ténu (1,5 point), la courbe de Valérie Pécresse continue de tracer un faux plat. Au second tour, le fait qu’elle réalise des scores moins importants que Marine Le Pen traduit un déficit de crédibilité pour battre Emmanuel Macron, ce qui bat en brèche son argument de candidate la plus à même de l’emporter. Cet affaiblissement progressif de la candidature Pécresse (bien qu’elle parvienne toujours à mobiliser un électeur Fillon 2017 sur deux) se produit dans une séquence marquée par sa prestation critiquée au Zénith de Paris et, désormais, par l’enquête sur les irrégularités entourant la primaire des Républicains (20% des électeurs l’ont évoquée cette semaine). À gauche, Jean-Luc Mélenchon mène toujours la course en tête, avec 11% des intentions de vote, devant une gauche demeurant à la fois faible et fragmentée. Seule dynamique observée : celle de Fabien Roussel, qui a atteint jusqu’à 4,5% des intentions de vote cette semaine, pour s’établir aujourd’hui à 4%.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2056) : DIMANCHE 26 FEVRIER 2022

Samedi 26 février 2022 - Fabien Roussel se défend face aux accusations d’emploi fictif :

Mediapart a déclenché un tsunami au Parti Communiste. La raison ? Une enquête qui révèle que le candidat à la présidentielle aurait, de 2009 à 2014, été payé en tant qu’attaché parlementaire, sans avoir travaillé. Une nouvelle affaire Fillon ?

Fabien Roussel est colère. Et il a décidé de publier des témoignages de proches l’ayant vu travailler pour l’ancien député du Nord Jean-Jacques Candelier. Sur le site du candidat PCF, ses équipes ont publié un article titré « Transparence sur mon travail auprès du député Jean-Jacques Candelier », dans lequel il a expliqué être « profondément indigné, touché et affecté par ces accusations qui mettent en cause [s]on travail, toutes [s]es années de combats et [s]on intégrité ». Il a ensuite développé en retraçant son parcours d’attaché parlementaire, commencé en « mai 2009 », puis, alors qu’il est « élu en juin 2010 », il prend la décision, pour ne pas cumuler les salaires, d’« exerce[r] alors cette responsabilité bénévolement, avec d’autres ».

Il a également, en plus de détailler son CV et de publier des témoignages de collègues qui l’ont vu à l’œuvre, ses « fiches de paye », et bientôt tout son « patrimoine, car chaque candidat à la présidentielle doit le renvoyer au conseil constitutionnel. » Les témoignages de ses proches disent que Fabien Roussel a bien travaillé pour le député, notamment Dominique Ben, ancien « responsable du secteur politique et industriel du comité régional Nord-Pas-de-Calais, qui a affirmé avoir « travaillé avec lui sur de nombreux dossiers » ou encore la secrétaire de Jean-Jacques Candelier qui a confirmé les dires du candidat PCF et s’est dit « émue et fière qu’un ancien collègue se présente à la présidentielle. »

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2056) : DIMANCHE 26 FEVRIER 2022

Samedi 26 février 2022 - La production électrique bas carbone à 92% en 2021 en France :

La production d’électricité en France a été assurée l'an dernier à plus de 92% par des sources n’émettant pas de gaz à effet de serre, selon le bilan annuel publié vendredi par RTE, le gestionnaire du réseau électrique. Après une année 2020 atypique du fait du Covid, consommation et production d'électricité ont retrouvé des niveaux proches de 2019, à respectivement +1,7% et +4,5% sur un an.

La consommation (468 térawatts-heure, TWh) a été alimentée par la reprise économique. Le secteur industriel a appelé 8% de courant en plus qu'en 2020, avec cependant des différences selon les filières: +20% dans la sidérurgie, tandis que la construction automobile est toujours en retrait. Du côté de la production (522,9 TWh, soit -2,7% par rapport à 2019), 92% du volume est venu de sources décarbonées, avec un recours très limité à la production thermique fossile. L’intensité carbone du bouquet électrique français est ainsi l’une des plus faibles au monde (36 g CO2/kWh, six fois moins que la moyenne européenne).

La France a aussi gardé sa place de premier exportateur européen d’électricité, indique le bilan électrique national. Les échanges (87 TWh d’exports et 44 TWh d’imports) varient fortement selon les périodes et les frontières. Principale source de production, l'atome, a fourni 361 TWh (69% de l'électricité française). La production nucléaire est repartie à la hausse (+8 % par rapport à 2020, mais 5% en deçà des niveaux de 2019), malgré une faible disponibilité du parc en fin d’année.

L'année 2021 a aussi vu un développement inédit des capacités solaires (près de 2,7 GW supplémentaires, soit trois fois le rythme moyen des dernières années). Pour autant, la production renouvelable totale a marqué une baisse en 2021 liée à des conditions météorologiques défavorables pour l’éolien (36,8 TWh, -7%) et l’hydraulique(62,5 TWh, -5%). Quant à la production fossile (essentiellement gaz et charbon), elle a reculé de 8% par rapport à 2019 (3,4 TWh).

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2056) : DIMANCHE 26 FEVRIER 2022

Samedi 26 février 2022 - Volodymyr Zelensky a refusé d’être exfiltré : «J’ai besoin de munitions, pas d’un chauffeur» :

Téléphone à la main, bâtiments de Kiev en fond, Volodymyr Zelensky s’adresse directement aux Ukrainiens depuis l’invasion russe. A mesure que les forces russes s’approchent de la capitale, la sécurité du président ukrainien est au cœur des préoccupations, puisque les services de renseignements occidentaux redoutent que le Kremlin ne cherche à le remplacer à la tête du pays. Face à de telles menaces, les Américains ont proposé à l’ancien acteur de l’évacuer et de le placer en sécurité, mais se sont heurtés au refus de celui qui a été élu démocratiquement en 2019. «Le combat est ici. J’ai besoin de munitions, pas d’un chauffeur», a-t-il répondu, selon l’agence Associated Press .

«Nous avons tenu bon et repoussons avec succès les attaques ennemies», a-t-il déclaré, se félicitant ce samedi matin d’avoir «cassé le plan» russe, alors qu’il disait craindre vendredi soir que Kiev -où le couvre-feu a été durci- ne tombe dans la nuit. «C’est notre armée qui contrôle Kiev et les villes clés autour de la capitale», a-t-il poursuivi, précisant qu’«armes et équipements» des «partenaires» étaient en cours d’acheminement.

Selon le ministre ukrainien de la Santé Viktor Liachko, 198 civils dont trois enfants ont été tués et 1115 personnes ont été blessées, au troisième jour de l’offensive russe.

Vendredi, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian avait exprimé ses craintes pour la sécurité de Volodymyr Zelensky : «La sécurité du président Zelensky est un élément central de ce qui se passe», a-t-il déclaré, précisant que la France était «en mesure de l’aider si nécessaire». «C’est peut-être la dernière fois que vous me voyez vivant», avait prévenu l’ancien comédien jeudi, lors d’une discussion avec les dirigeants européens, selon la Première ministre suédoise Magdalena Andersson.

Le courage des Ukrainiens a également été salué par le prince William et son épouse Kate : «En octobre 2020, nous avons eu le privilège de rencontrer le président Zelensky et la Première dame pour en savoir plus de leur espoir et optimisme pour le futur de l’Ukraine. Aujourd’hui, nous nous tenons au côté du président et avec tout le peuple ukrainien qui se bat courageusement pour ce futur», ont-ils écrit samedi dans un tweet personnel, signé de leurs initiales.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2056) : DIMANCHE 26 FEVRIER 2022

Samedi 26 février 2022 - Kiev durcit le couvre-feu, toute personne dans la rue après 17 heures traitée en ennemi :

Le maire de la capitale ukrainienne a annoncé samedi un durcissement du couvre-feu en place en raison de l'invasion russe, avertissant que toute personne se trouvant dans la rue entre 17 heures et 8 heures serait traitée en ennemi.

"Tous les civils qui seront dans la rue pendant le couvre-feu seront considérés comme des membres des groupes de sabotage et de reconnaissance de l'ennemi", a indiqué Vitali Klitschko sur Telegram.

Imposé à Kiev jeudi après le déclenchement de l'offensive russe, le couvre-feu durait jusqu'ici de 22 heures à 7 heures.

M. Klitschko a également annoncé que le métro de la capitale était désormais transformé en refuge pour les habitants et n'allait plus pour l'instant assurer le service de transport.

Samedi, au troisième jour de l'invasion, Kiev était sous les tirs de missiles de Moscou et des combats se déroulaient dans la ville, selon les autorités ukrainiennes.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2056) : DIMANCHE 26 FEVRIER 2022

Samedi 26 février 2022 - Svetlana Tikhanovskaïa : «Je suis fascinée par le courage des Ukrainiens» :

Svetlana Tikhanovskaïa, opposante bélarusse en exil et considérée comme victorieuse de l’élection présidentielle contestée d’août 2020, a expliqué la situation actuelle, en plein conflit ukrainien.

« Je vois véritablement une personne, un politicien, qui se soucie du Bélarus et de l’Ukraine. Il est prêt à nous aider autant qu’il le peut. Je lui ai donné des informations sur le Bélarus, sur le fait que le régime a agi d’une façon qui nous place en guerre face à l’Ukraine. Mais le peuple bélarusse ne veut pas de cette guerre et considère les Ukrainiens comme nos voisins, nos amis. Nous avons parlé des soi-disant réformes au Bélarus et du referendum de demain sur la nouvelle constitution, proposée par le régime de Loukachenko. La Constitution actuelle est construite faiblement et cette réforme renforcerait le pouvoir de Loukachenko mais le plus important et inquiétant, et qui devrait inquiéter l’Occident, est le passage permettant l’accueil d’armes nucléaires russes sur notre territoire. Quand cette Constitution sera adoptée, cela deviendra une menace pour toute la région. Même si toute l’attention est portée sur l’Ukraine, ce qui est nécessaire car ce qu’il s’y passe est horrible, il faut penser au futur et à la sécurité. Je demande la poursuite de cette politique de non-reconnaissance des actions de Loukachenko et de son régime.

Nous avons également parlé d’accentuer la pression sur le régime de Loukachenko, en particulier avec les sanctions économiques, il faut combler toutes les failles qui restent. Loukachenko a fait de notre pays un agresseur, il doit en subir les conséquences. Mais il faut aussi apporter une aide urgente à la population, le nombre de prisonniers politiques grandit de jour en jour. Seul un soutien et une solidarité internationaux nous aideront à résister.

Loukachenko a pu rester au pouvoir après des élections frauduleuses uniquement grâce au soutien de Poutine. Maintenant, il paie ce soutien. Il a dit qu’il reconnaissait la Crimée comme un territoire russe et désormais, il loue notre terre pour le passage des chars russes, le ravitaillement des avions militaires, l’équipement militaire s’achemine par les aéroports bélarusses. Les médias d’État ne disent pas un mot de la guerre : Loukachenko veut que le pays reste stable, assure que le Bélarus ne participe pas à la guerre, il veut faire croire aux gens que tout va bien. Mais grâce aux médias indépendants qui ont fui à l’étranger et bénéficient d’un soutien international, nous pouvons montrer la vérité au peuple bélarusse.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2056) : DIMANCHE 26 FEVRIER 2022

Samedi 26 février 2022 - La juge afro-américaine Ketanji Brown Jackson nommée à la Cour suprême, une première :

Le président Joe Biden a nommé vendredi la juge afro-américaine Ketanji Brown Jackson à la Cour suprême des Etats-Unis, une première historique si la magistrate franchit avec succès l'étape de sa confirmation par le Sénat.

"Il est temps que nous ayons une cour qui reflète tous les talents et la grandeur de notre nation", a déclaré le dirigeant démocrate, en présentant formellement la magistrate lors d'une cérémonie à la Maison-Blanche.

La juge de 51 ans, aux "qualifications extraordinaires" selon M. Biden, a alors pris la parole, sous les yeux d'une autre femme incarnant le rêve américain pour les personnes issues de minorités: la vice-présidente Kamala Harris, de père jamaïcain et de mère indienne.

"J'espère simplement que ma vie, ma carrière, mon amour du pays et de la Constitution, et mon engagement pour l'Etat de droit et les principes sacrés sur lesquels cette nation s'est bâtie, seront sources d'inspiration pour les générations futures d'Américains", a dit Mme Jackson.

Etant donné la forte polarisation politique actuelle en Amérique, la magistrate peut s'attendre à être mise sur le gril quand elle passera son audition devant les élus du Congrès, dont certains ont déjà réagi négativement.

"La juge Jackson était le choix préféré des sombres intérêts financiers de l'extrême gauche", a ainsi critiqué le chef des sénateurs républicains, Mitch McConnell. "C'est l'un des esprits juridiques les plus brillants de notre nation", a au contraire assuré Joe Biden, la Maison-Blanche évoquant un moment "historique".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2056) : DIMANCHE 26 FEVRIER 2022

Samedi 26 février 2022 - La hausse du prix du fret menace la croissance :

Beaucoup l’ignorent, mais 90 % des produits que nous consommons transitent par la mer. Toutes les variations, à la baisse comme à la hausse, ne sont donc pas sans conséquences pour notre portefeuille. Un exemple, en 2020, envoyer 20 kilos de marchandises de Bangkok à Paris coûtait 100 euros contre… 1200 euros aujourd’hui.

Selon l’indice Freightos Baltic, la référence du prix moyen d’un conteneur de 20 pieds (33 mètres cubes) sur les principales routes maritimes a quintuplé en un an: 9000 euros pour un voyage de la Chine vers la côte ouest des États-Unis. Le voyage vers l’Europe dépasse, lui, les 13000 euros, contre à peine 1200 euros en 2019. Comme les armateurs sont quasiment à court de navires, que certains ports sont saturés et que la demande excède très nettement l’offre, la tendance haussière ne semble pas devoir s’arrêter.

Pourtant, lors de la pandémie, le transport maritime n’a pas trop mal tiré son épingle du jeu. Certes, des centaines de milliers de marins se sont retrouvés bloqués en mer, en raison des fermetures de frontières ou par manque d’avions pour retourner chez eux lors des changements d’équipage. Malgré la paralysie de nombreux ports, le transport de vrac, notamment de céréales, de charbon et minerai de fer, a progressé de 1,3%.

La crise du Covid-19 n’a pas non plus entamé le rôle incontournable de l’Asie, qui totalise 41% des chargements portuaires dans le monde, et même les deux tiers si l’on ne prend en compte que les conteneurs. Mais la pandémie a profondément désorganisé le secteur. « Des marchandises s’accumulaient d’un côté du globe, sans moyen de les transporter, tandis qu’un embouteillage de bateaux vides se créait de l’autre côté de la planète. Cela a déstabilisé la chaîne logistique. Ce qui se traduit par une pénurie de conteneurs, résume Paul Tourret, directeur de l’Institut supérieur d’économie maritime de Nantes.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2056) : DIMANCHE 26 FEVRIER 2022

Samedi 26 février 2022 - Rugby : la France donne la leçon à l'Ecosse :

Les Bleus de Fabien Galthié restent invaincus lors de ce tournoi des VI Nations après une démonstration d'efficacité en Ecosse (36-17).

Cette équipe de France est impressionnante, sûre de son rugby et capable de marquer à chaque action. Elle a encore démontré son efficacité samedi après-midi en Ecosse. Car si le XV du Chardon peine en ce début de tournoi, il avait terrassé les Bleus l'an passé au Stade France et reste redoutable dans son antre de Murrayfield. Il n'a pourtant fallu que quinze minutes aux hommes de Fabien Galthié pour prendre le large au tableau d'affichage grâce à deux essais sur tableau noir: le premier par Paul Willemse après une inspiration géniale d'Antoine Dupont (8e), le second par Yoram Moefana sur une combinaison parfaitement exécutée (13e). Bien sûr, les Ecossais réagissaient et répliquaient par un essai d'avant signé Rory Darge, mais les Bleus marquaient juste avant la mi-temps un troisième essai par Gaël Fickou sur un exploit personnel (10-19, mi-temps).

Au retour des vestiaires, les Français appuyaient encore sur l'accélérateur pour un récital aussi bien offensif que défensif. Jonathan Danty et surtout Damien Penaud, auteur d'un doublé et irrésistible sur son aile, gonflaient un peu le score. Les Ecossais marquaient un essai pour l'honneur en fin de match mais les Bleus pouvaient avoir le sourire. Non seulement ils ont pris leur revanche sur l'Ecosse qui s'était imposée l'an passé au Stade de France, mais ils ont encore un peu plus pris une option sur la victoire finale dans ce tournoi des VI Nations en décrochant le point de bonus offensif.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2056) : DIMANCHE 26 FEVRIER 2022

Samedi 26 février 2022 - Avant le Conseil de défense, Emmanuel Macron défend la Moldavie et la Georgie :

Emmanuel Macron lors du Conseil de défense du 26 février 2022.Emmanuel Macron lors du Conseil de défense du 26 février 2022.

"Nous nous tenons aux côtés de la Moldavie et de la Géorgie pour défendre leur souveraineté et leur sécurité", a dit M. Macron à la présidente moldave Maïa Sandu et à la présidente géorgienne Salomé Zourabichvili.

Le président Emmanuel Macron a affirmé samedi sa "détermination à soutenir nos partenaires du voisinage oriental" de l'UE "contre toute tentative de tensions et de déstabilisation", lors d'entretiens à propos de l'Ukraine avec les dirigeantes de la Géorgie et de la Moldavie, a rapporté l'Elysée. "Nous nous tenons aux côtés de la Moldavie et de la Géorgie pour défendre leur souveraineté et leur sécurité", a dit M. Macron à la présidente moldave Maïa Sandu et à la présidente géorgienne Salomé Zourabichvili, précisant qu'il avait convié cette dernière à Paris "en début de semaine prochaine".

Le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, avait jugé possible vendredi que l'offensive russe en cours en Ukraine s'étende à la Moldavie et à la Géorgie.

Ces deux ex-républiques soviétiques comportent toutes deux des territoires séparatistes totalement tournés vers Moscou. Celui de Transdniestrie, en Moldavie, comporte une base militaire proche de la ville ukrainienne d'Odessa.

"Nous voulons être aux côtés de ceux qui aujourd'hui craignent pour leur sécurité", a ensuite expliqué l'Elysée, citant également les pays des Balkans et le Kazakhstan, et précisant qu'il "y aura d'autres contacts avec les pays de l'environnement de la Russie au cours des prochaines heures et des prochains jours".

Emmanuel Macron a convoqué un conseil de défense samedi à 17H00 au vu des derniers développements sur le terrain. Les trois sujets qui doivent y être abordés sont le soutien à l’Ukraine, les sanctions à l’égard de la Russie, enfin "les initiatives diverses sur le plan international, la protection de la communauté française, et le soutien aux Ukrainiens qui se dirigent vers les frontières de leur pays", a expliqué l'Elysée.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2056) : DIMANCHE 26 FEVRIER 2022

Samedi 26 février 2022 - Covid-19 : le masque tombe lundi dans les lieux soumis au pass :

Le masque ne sera plus obligatoire dans les lieux soumis au pass vaccinal à partir de lundi, un nouvel assouplissement des restrictions sanitaires attendu alors que la pandémie décroit fortement.

Fini le masque dans les musées, cinémas, restaurants mais il restera obligatoire dans les transports, comme le train ou l'avion, où le pass est également exigé.Les règles changent aussi pour les personnes cas contacts et vaccinées. Désormais, un seul test est nécessaire (autotest, PCR ou antigénique) deux jours après avoir été déclaré cas contact, au lieu de trois actuellement. Si l'autotest est positif, un test antigénique ou PCR reste nécessaire pour confirmer le résultat. La durée d'isolement reste inchangée en cas de test positif.

Dans les écoles, après la zone B c'est la zone A, de retour de vacances, qui voit les contraintes s'alléger. Le protocole dans les écoles y passe au niveau 2, qui permet d'enlever le masque pendant la récréation et autorise davantage de brassage entre les élèves de même niveau.

A partir de lundi, un enfant déclaré cas contact ne devra plus faire qu'un seul autotest, deux jours après, avant de pouvoir revenir en classe s'il est négatif.

Des mesures justifiées, selon le gouvernement et le Haut conseil de la santé publique (HCSP), par la décrue épidémique et la baisse constante du nombre d'hospitalisations depuis le pic atteint fin janvier.

Face aux députés jeudi, Olivier Véran a répété "envisager une levée du pass à la mi-mars" si la trajectoire de décrue se confirme, notamment en terme d'hospitalisations. Le ministre de la Santé a considéré avec "vigilance" et "optimisme" le retour à une vie "normale", qui pourrait être envisagé "dans les prochaines semaines".

La décrue de la cinquième vague entamée à l'automne dernier se poursuit: 25.484 personnes infectées par le Covid-19 étaient hospitalisées vendredi, soit 634 de moins que la veille.

Parmi les patients à l'hôpital, 2.546 sont pris en charge dans les services de soins critiques accueillant les formes les plus graves, soit 110 de moins en 24 heures.

Le gouvernement a évoqué un passage sous le seuil des 1.500 malades en soins critiques d'ici mi-mars parmi les critères pour lever tout ou partie du pass vaccinal.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2056) : DIMANCHE 26 FEVRIER 2022

Samedi 26 février 2022 - Au Salon de l'agriculture, Jean Castex remplace Emmanuel Macron :

Du fromage, un rhum, des rillettes, un rhum, un acra, un troisième verre, et ainsi de suite: après la visite éclair d'Emmanuel Macron , Jean Castex devait faire le tour de l'horloge, samedi, au Salon de l'agriculture, un incontournable de la campagne électorale où il a pu mesurer sa popularité.

Malheur à celui qui lui demande s'il s'agit de sa première fois au Salon: "Vingt-et-une fois! J'ai compté! Quand je venais ici étudiant, j'avais l'impression d'être dans mon Gers natal..."

Reste que, nommé à Matignon en juillet 2020, la visite est sa première ès qualité de Premier ministre, pandémie oblige. Un agneau du Quercy dans les bras, le chef du gouvernement dit "comprendre" les agriculteurs.

"Avec l'Ukraine, on a une crise nouvelle qui est devant nous, une crise sanitaire qui n'est pas complètement terminée, la philosophie est la même: on ne laissera pas tomber ni les agriculteurs, ni les autres", martèle-t-il après avoir caressé derrière l'oreille une vache abondance, "car il faut le faire toujours là où elle ne peuvent pas se gratter".

Jean Castex se veut un spécialiste, ou presque. "On a tous un grand-père, ou un oncle, ou quelqu'un dans sa famille qui a été agriculteur dans ce pays", glisse-t-il. En même temps qu'il convoque son "beau-frère éleveur dans les Pyrénées-Orientales" stand après stand, une fois pour préciser que son exploitation "est à 1.400 m d'altitude", une autre pour expliquer qu'il "est passé du tout-lait au tout-viande".

D'abord annoncée dans le courant de la semaine prochaine, la déambulation de près de douze heures du Premier ministre a finalement été avancée au premier jour d'ouverture du Salon. Il s'agissait de rattraper le faux-bond du président de la République, qui devait y passer la journée mais qui s'est résolu à ne s'y rendre que brièvement à l'heure du laitier.

Un lot de consolation, Jean Castex? Pas si sûr. L'ancien maire de Prades a pu goûter sa popularité, se faire réclamer des dizaines de photos, quand il n'est pas applaudi par des grappes de passants au gré des allées du Salon. Devant des cochons, il est interpellé par l'autoproclamé "agriculteur de France le plus suivi sur TikTok". Du tac au tac: "Mes filles sont des fans de TikTok!".

Un groupe de vingtenaires: "Merci de venir nous voir ! On vient de Toulouse, on vous adore ! Toulouse en force!" Le passionné de rugby qui vit à Matignon taquine: "Le Stade Toulousain est quand même un peu, hein... Bref, et donc, il faut tenir!".

Tenir, telle la majorité dont il est le chef, à six semaines du premier tour de l'élection présidentielle, alors qu'Emmanuel Macron fait la course en tête dans les sondages mais ne s'est toujours pas déclaré candidat - le Conseil constitutionnel a fixé la date-butoir à vendredi prochain.

Alors que le ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie, se dévoue pour prendre une énième photo du chef du gouvernement avec une famille bretonne, un visiteur donne de la voix: "M. le Premier ministre, bon courage pour la France et merci!"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens