Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 janvier 2022 5 21 /01 /janvier /2022 23:24
LA MARCHE DU MONDE (2019) : JEUDI 20 JANVIER 2022

Jeudi 20 Janvier 2022 - Le point du corona virus le 19 janvier 2022 au soir :

Les hôpitaux français continuent à accueillir de plus en plus de personnes hospitalisées avec le Covid-19, mais les services de soins critiques suivent la tendance inverse, montrent mercredi les chiffres quotidiens des autorités sanitaires. Actuellement, selon l'agence Santé publique France, 27.230 personnes sont hospitalisés avec un diagnostic positif au Covid, un chiffre qui progresse constamment depuis le début d'année alors que les contaminations flambent sur fond d'explosion du variant Omicron.

Lors des dernières 24 heures, 436.167 personnes ont été testées positives, contre 464.769 la veille. Cela porte la moyenne sur les sept derniers jours à 320.069 cas quotidiens contre 287.603 le mardi précédent. Ce calcul permet de lisser les écarts observés d'un jour à l'autre, souvent artificiellement créés par des problèmes de collecte de données. Sur les dernières 24 heures, 3.187 personnes ont été admises à l'hôpital. Ce dernier chiffre est plus élevé qu'une semaine plus tôt, signe que la pression ne donne pas signe de se calmer pour l'hôpital dans son ensemble. En revanche, la situation s'allège pour les services de soins critiques, qui hébergent les cas les plus graves. Ils accueillent actuellement 3.852 personnes, un chiffre qui décline depuis plusieurs jours.

Lors des dernières 24 heures, ces services ont enregistré 330 admissions. Comme depuis plusieurs jours, ce chiffre s'inscrit en baisse par rapport à une semaine plus tôt. Le variant Omicron est beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs mais il donne aussi moins de formes sévères, ce qui se traduit notamment par des passages moins longs à l'hôpital et des admissions moins fréquentes en réanimation.

Pas de levée immédiate des restrictions, mais le gouvernement veut "donner de la visibilité". Un Conseil de défense sanitaire réuni jeudi matin à l'Elysée doit "donner de la visibilité" quant aux restrictions liées à la crise sanitaire, même si la situation épidémiologique doit maintenir le statu quo pour au moins quinze jours, a-t-on appris de sources gouvernementales. L'exécutif est confronté à une situation paradoxale: si le nombre de cas positifs continue à augmenter - et à battre des records à plus de 300.000 contaminations quotidiennes sur la moyenne des sept derniers jours -, la pression sur l'hôpital et notamment les services de réanimation tend à stagner.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2019) : JEUDI 20 JANVIER 2022

Jeudi 20 Janvier 2022 - Gérald Darmanin annonce le projet d’un « pacte migratoire » européen :

Au lendemain du discours au Parlement européen d’Emmanuel Macron , le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin a détaillé jeudi sur France Info la vision de l’exécutif pour assurer la présidence de l’Union Européenne. La France va ainsi proposer un « pacte migratoire » qui devra être voté en plusieurs fois. Un pacte qui se veut « responsable et solidaire ». La première étape aura lieu dans les prochaines semaines. « Il faut bien tenir les frontières extérieures, il ne faut pas créer des murailles, des barbelés, il faut savoir enregistrer les personnes qui arrivent sur le sol européen, voir pourquoi elles sont là, est-ce qu’on peut regarder si elles ont ou pas des problèmes de sécurité avec l’Europe » a défendu le ministre. Il a appelé également à traiter les demandes d’asile plus rapidement, évoquant des dossiers traités « au moins en quelques semaines ».

« Ceux qui méritent l’asile doivent pouvoir être accueillis et ceux qui ne méritent pas l’asile, on doit pouvoir leur dire de rentrer chez eux » a-t-il déclaré. La mise en place de quotas migratoires pour chaque pays européen est la position soutenue par la France sur les questions d’immigration européenne. « Il faut de la solidarité avec la relocalisation de personnes qui sont demandeurs d’asile, les pays européens doivent se partager les personnes qui connaissent des difficultés. Pour les pays qui ne voudraient pas, on leur dit qu’il y aura un soutien financier extrêmement important. C’est la contrepartie pour ceux qui feraient des relocalisations » a proposé le ministre l’intérieur.

Le candidat écologiste à l’élection présidentielle Yannick Jadot a interpellé le chef de l’Etat mercredi après son discours au Parlement européen. Il était notamment revenu sur la politique du gouvernement concernant la gestion des migrants à Calais. Gérald Darmanin s’est dit « choqué » que la politique intérieure s’immisce au Parlement européen. « Lorsque vous laissez des personnes dans des camps de fortune dans des tentes en plein hiver et que ces personnes n’ont ni eau, ni électricité, ni gaz, avec des bébés dans les tentes et que vous les laissez à la main des passeurs, vous ne faites pas de l’humanitaire, vous êtes quelqu’un qui a bonne conscience dans son beau salon parisien mais vous ne réglez pas les problèmes des gens » a accusé le maire de Tourcoing.

Il a regretté que les 300 places dans des hôtels à Calais soient toujours vides malgré les propositions de relogement des services français. « Ils n’y vont pas parce qu’ils veulent absolument passer en Angleterre » a-t-il rappelé. Selon le ministre, un accord avec Boris Johnson a été trouvé pour assurer des voies aériennes et maritimes pour ces migrants.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2019) : JEUDI 20 JANVIER 2022

Jeudi 20 Janvier 2022 - Sondage de la présidentielle :

A gauche, Mélenchon s'échappe : « Faites confiance à une tortue électorale sagace comme moi. Rien ne sert de courir, il faut partir à point. Et j’ai déjà épuisé quelques lièvres », a lancé Jean-Luc Mélenchon aux 3500 spectateurs de son meeting réunis à Nantes dimanche soir pour une « première mondiale », un meeting immersif et olfactif. Dix jours après le lancement de notre sondage #LaPrésidentielleEnTempsRéel Ifop-Fiducial pour Paris Match

, le candidat de La France Insoumise a pris deux points, passant de 8,5% à 10,5% d’intentions de vote (dont +0,5 point entre mercredi et jeudi). L’écart se creuse entre lui et ses adversaires de la gauche : 5 points le séparent de Yannick Jadot et 7 points de Christiane Taubira et Anne Hidalgo. L’ancien socialiste bénéficie par ailleurs d’un taux de sûreté très élevé à gauche : 69% de ses électeurs se disent certains de leur choix au premier tour contre 46% seulement pour le candidat écologiste (58% pour Christiane Taubira et 55 % pour la maire de Paris).

Jean-Luc Mélenchon le répète depuis le lancement de sa campagne : il mise sur les classes populaires auxquelles il promet notamment un blocage des prix sur les produits de première nécessité et une hausse du smic à 1400 euros net. Une stratégie sûrement payante. Dans notre sondage, 27% des chômeurs et 25% des personnes les plus pauvres (moins de 970 euros de revenu mensuel par personne au foyer) déclarent qu’ils voteront pour lui le 10 avril. Des chiffres d’ailleurs en hausse –respectivement de 8 et 4 points- par rapport à mercredi. S’il distance Marine Le Pen chez les chômeurs (18% disent qu’ils voteront pour elle), il est distancée par la patronne du Rassemblement national sur les catégories les plus populaires (32% d’intentions de vote).

Mais ces catégories sont aussi celles qui s’abstiennent le plus… Ainsi, seuls 50% des chômeurs et 51% des catégories les plus populaires indiquent qu’ils se rendront aux urnes (contre 64% pour l’ensemble de la population). Passionné par la technique et par l’innovation, le candidat insoumis demeure aussi le premier candidat de la jeunesse. En 2017, 28% des 18-24 ans avaient voté pour lui au premier tour, contre 23% pour Emmanuel Macron et 21% pour Marine Le Pen. D’après notre sondage, 24% des jeunes de cet âge là s’apprêtent à voter pour lui (et 17% des 25-34 ans), ce qui place Mélenchon en deuxième position derrière Emmanuel Macron dans cette tranche d’âge (29%).

Emmanuel Macron progresse aussi légèrement dans les intentions de vote (+0,5 point) à 25,5%. Les autres candidats restent stables : Marine le Pen à 18%, Valérie Pécresse à 16%. A gauche, Christiane Taubira baisse de 0,5 point (3%), un résultat identique à celui de Anne Hidalgo, 2,5 points derrière Yannick Jadot.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2019) : JEUDI 20 JANVIER 2022

Jeudi 20 Janvier 2022 - L'Assemblée nationale adopte une résolution dénonçant le «génocide» des Ouïghours :

A quelques jours de l'ouverture des JO d'hiver de Pékin , l'Assemblée nationale a adopté jeudi une résolution dénonçant le "génocide" des Ouïghours par la Chine, et demandant au gouvernement d'en faire de même. Sans portée contraignante, le texte a reçu le soutien des députés du parti présidentiel LREM et a été adopté à la quasi-unanimité (169 votes pour, un contre et cinq abstentions). Il a été défendu à la tribune par le Premier secrétaire du PS Olivier Faure dans le cadre d'une journée réservée au groupe socialiste.

La proposition stipule que l'Assemblée "reconnaît officiellement les violences perpétrées par les autorités de la République populaire de Chine à l'encontre des Ouïghours comme constitutives de crimes contre l'humanité et d'un génocide", et les "condamne". Elle "invite le gouvernement français" à faire de même et à adopter "les mesures nécessaires auprès de la communauté internationale et dans sa politique étrangère à l’égard de la République populaire de Chine" pour faire cesser cette situation. Au nom du gouvernement, le ministre délégué au Commerce extérieur Franck Riester a évoqué des "violences systématiques" et des "témoignages accablants", mais fait valoir que la qualification formelle de génocide relevait d'instances internationales, pas du gouvernement.

Il a assuré que le sort de cette communauté était "évoqué au plus haut niveau" lors des entretiens avec les officiels chinois. Dolkun Isa, président du Congrès mondial ouïghour (CMO), a salué "une étape indispensable vers une reconnaissance internationale plus large du génocide ouïghour". A la tribune de l'Assemblée, M. Faure a dénoncé "la machine implacable qui vise à l'éradication culturelle et biologique d'un peuple", et aussi fustigé les grandes entreprises et marques occidentales "qui continuent à utiliser le travail forcé" de cette communauté turcophone musulmane de la province chinoise du Xinjiang (nord-ouest). Stérilisations et avortements forcés, viols, tortures, enfants arrachés à leurs parents, prélèvement d'organes, camps d'internement et de rééducation, exécutions, destruction de mosquées et du patrimoine culturel, surveillance de masse... le texte fait un long énoncé des crimes reprochés au régime chinois.

La résolution s'inquiète aussi du sort réservé à d'autres "minorités turciques" (Kazakhs, Kirghizes, Ouzbeks et Tatars) par Pékin. Alain David (PS) a fait applaudir par les députés des réfugiés ouïghours présents dans les tribunes. "Nous ne pouvons pas dire que nous ne savions pas", a renchéri Constance Le Grip (LR).

Pékin affirme que les camps sont des centres de formation professionnelle destinés à les éloigner de la radicalisation. Un argument qui constitue une "lugubre analogie avec la propagande nazie à Dachau", l'un des principaux camps de concentration de l'Allemagne hitlérienne, s'est insurgé Vincent Ledoux (groupe Agir, majorité). Le patron des députés LREM Christophe Castaner a dénoncé le sort de "millions" de personnes "réduites à une condition d'esclavagisme". La résolution relève que plusieurs États ont déjà "officialisé leur reconnaissance du génocide des Ouïghours" par Chine.

Le gouvernement américain, les parlements britannique, néerlandais et canadien, ont condamné des "crimes contre l’humanité" ainsi qu’un "génocide", et des procédures identiques sont engagées dans d'autres pays occidentaux, souligne le texte. Amnesty International a appelé mercredi la communauté internationale à ne pas laisser la Chine utiliser ses Jeux d'hiver (4-20 fév) pour détourner l'attention de ses violations des droits humains, au Xinjiang. Les Etats-Unis, l'Australie, le Canada et la Grande-Bretagne ont annoncé qu'ils n'enverront pas de représentants officiels à Pékin, évoquant notamment "le génocide en cours et des crimes contre l'humanité" dans cette province.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2019) : JEUDI 20 JANVIER 2022

Jeudi 20 Janvier 2022 - Abattages massifs dans le Sud-Ouest pour endiguer la grippe aviaire :

L'Etat projette jeudi de faire abattre préventivement plus d'un million de volailles du Sud-Ouest pour mettre un coup de frein à la progression fulgurante de la grippe aviaire, désolant des éleveurs qui espéraient éviter la répétition de la crise de l'hiver dernier. Pour que le virus ne trouve plus de support sur lequel se multiplier, il ne devra plus y avoir de canards, poules ou dindes dans les élevages d'une zone comptant 226 communes, principalement du sud des Landes, mais aussi de l'ouest du Gers et du nord des Pyrénées-Atlantiques. "Il va nous falloir à peu près trois semaines pour assainir la zone", a-t-on indiqué au ministère de l'Agriculture.

L'administration compte ainsi "réduire la durée de l'épizootie", "prévenir son extension vers d'autres zones de production aujourd'hui indemnes" et "permettre une remise en place des animaux dans les élevages le plus rapidement possible", selon un communiqué. Ce "dépeuplement préventif" implique "potentiellement" d'euthanasier 1,3 million d'animaux, principalement des canards. Cela pourrait porter à 2,5 millions le total d'animaux abattus depuis le début de l'épizootie fin novembre. A chaque fois, les éleveurs sont indemnisés.

"Sont mises en place des réquisitions d'abattoirs (...) et on fait intervenir un maximum d'acteurs pour dépeupler les élevages, en particulier comme l'an passé les étudiants d'écoles vétérinaires", a-t-on précisé au ministère. La diffusion du virus a brusquement accéléré depuis début janvier dans le Sud-Ouest, au coeur du pays du foie gras, où se concentrent la majorité des foyers de contamination.

C'est la quatrième crise liée à la grippe aviaire qui touche la France - et singulièrement le Sud-Ouest - depuis 2015. La dernière, l'hiver passé, avait entraîné l'abattage de plus de 3,5 millions de volailles, essentiellement des palmipèdes. Pour éviter la répétition d'un tel bilan, il avait été décidé de confiner systématiquement les volailles lorsque le risque d'introduction du virus par les oiseaux migrateurs est jugé élevé, mais aussi d'abaisser le nombre de canards élevés en même temps dans les zones les plus denses.

"Les mesures qu'on a prises ont permis de ralentir la propagation, ça c'est certain", assure-t-on au ministère. Toutefois, "on voit bien que tout ce qui a été mis en place était nécessaire mais pas suffisant", constate Hervé Dupouy, éleveur de canards dans les Landes, à la tête de la section palmipèdes de la FDSEA locale (syndicat majoritaire). Selon le ministère, "les premières analyses montrent (...) que le virus est très présent dans l'environnement, qu'il est différent de l'année dernière, que les volailles ne répondent pas de la même façon à ce virus, et que les mesures de biosécurité doivent être améliorées à l'avenir".

Parmi les facteurs de diffusion, ce que l'administration qualifie de "liens épidémiologiques entre élevages", quand du matériel, des hommes et des animaux circulent d'une exploitation à l'autre. "Il y a beaucoup d'interactions entre les éleveurs, les matériels qu'on se prête, les équipes d'attrapage [des canards] et de vaccination qui circulent dans les élevages", reprend Hervé Dupouy, pour qui "on a une culture de la biosécurité qui n'est pas adaptée à nos densités d'élevage." "On est désespérés, le moral des agriculteurs n'est pas bon, poursuit l'éleveur. Au-delà de la situation que l'on vit, avec des animaux morts sur nos exploitations, comment se projeter vers l'avenir ?

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2019) : JEUDI 20 JANVIER 2022

Jeudi 20 Janvier 2022 - Marc de Cacqueray-Valmenier, un des membres des Zouaves arrêté :

En marge du cortège anti-pass sanitaire le week-end dernier, le leader d’extrême droite Marc de Cacqueray-Valmenier a été arrêté. Le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin l’a annoncé jeudi sur France Info. Une arrestation qui fait suite à une énième provocation de plus du membre de l’ancienne association des Zouaves.

Après la manifestation de samedi dernier où se sont infiltrés des militants d’extrême droite, le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin a annoncé avoir arrêté des leaders des Zouaves, un groupuscule d’ultradroite. « Des inscriptions nazis comparant les personnes qui n’étaient pas vaccinées avec des juifs des années 40 ont été retrouvées dans les rues de Paris. Il y avait des responsables des Zouaves, ce groupuscule d’extrême droite (…) qui avait fait les coups de poing dans un meeting de Mr.Zemmour » a dénoncé Gérald Darmanin.

L’auteur de ces violences était notamment Marc de Cacqueray-Valmenier. Ce jeune homme de 23 ans, bien connu des forces de l’ordre, n’en est pas à sa première sortie pour promouvoir ses convictions extrémistes. Ce n’est autre que le leader des Zouaves, association fraîchement dissoute en Conseil des ministres. Originaire d’une famille aristocratique et catholique traditionaliste, il a connu plusieurs expériences dans des groupuscules d’extrême droite et neo-nazis comme avec Action Française. Il se reconnaît lui-même dans la mouvance fasciste.

Ce groupe est « à l’origine de nombreux et récurrents agissements violents », « ouvertement raciste » et diffuse « régulièrement des images reprenant les symboles de l’idéologie nazie », a encore déclaré le ministre de l'Intérieur. L'association a été créée en 2018 par des anciens adhérents du GUD et du mouvement hooligan. Le terme Zouaves provient d’une unité de l’armée française présente en Algérie dissoute en 1962. Cette unité était l’une des dernières à avoir lutté contre le FLN (Front de libération nationale, parti politique algérien).

Les nouveaux Zouaves n’en sont pas à leur première infiltration dans une manifestation. Lors de l’acte III des Gilets Jaunes le 1er décembre 2018, des membres des Zouaves avaient eu recours à la violence pour envenimer la situation entre manifestants et forces de l’ordre. En 2019 aussi, des membres d’extrême droite avaient infiltré le cortège de manifestants NPA (Nouveau parti anticapitaliste). Plus récemment, les Zouaves ont fait parler lorsqu’ils ont tabassé des militants de SOS Racisme présents au meeting d’Eric Zemmour en décembre dernier. Plusieurs personnes avaient alors été interpellées. Marc de Cacqueray-Valmenier avait ainsi été mis en examen pour « violences volontaires aggravées » et « violences volontaires en réunion ». Il avait été placé sous contrôle judiciaire.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2019) : JEUDI 20 JANVIER 2022

Jeudi 20 Janvier 2022 - Marée noire au Pérou: le gouvernement réclame des dédommagements à Repsol :

Le gouvernement du Pérou a réclamé mercredi des dédommagements à la compagnie pétrolière espagnole Repsol pour les dommages entraînés par le déversement de 6.000 barils de brut sur les côtes du pays , une marée noire attribuée par l'entreprise à la houle provoquée par l'éruption volcanique aux Tonga. "La marée noire de pétrole de Repsol à Ventanilla est le pire désastre écologique qui s'est produit à Lima ces dernières années et elle a provoqué un grave préjudice à des centaines de familles de pêcheurs", a déclaré le ministère des Affaires étrangères sur Twitter.

"Repsol doit payer pour ce dommage immédiatement", ajoute le ministère, selon lequel "cette terrible situation a mis en péril la flore et la faune dans deux zones naturelles protégées", et pollué des plages. Au moins, 18.000 mètres carrés sont concernés, selon les autorités. La marée noire s'est produite samedi dans la raffinerie La Pampilla, à Ventanilla, dans région de Lima. Selon la raffinerie, l'accident a eu lieu lors du processus de déchargement de brut d'un tanker en raison de la violente houle de samedi au large des côtes péruviennes liée à l'éruption volcanique aux Tonga.

Dans un communiqué diffusé mercredi, l'entreprise a réaffirmé qu'elle était "en train de procéder aux travaux de restauration du littoral et de nettoyage des plages après la situation provoquée par les marées hautes enregistrées en raison de l'éruption volcanique aux Tonga". "Des barrière de contention ont été déployées qui entourent toutes les zones touchées, ainsi que des équipes spécialisées sur mer et sur terre", ajoute la raffinerie. Mardi, le ministre de l'Environnement, Ruben Ramirez, avait évalué la quantité de pétrole déversée à 6.000 barils de pétrole.

L'entreprise avait d'abord évoqué un "déversement limité", indiquant au parquet que la quantité de brut concernée ne dépassait pas 7 galons, soit 0,16 barils. L'organisme de régulation de l'Energie et des mines (Osinergmin) a annoncé mardi soir avoir ordonné "la suspension des opérations" dans le terminal pétrolier concerné "le temps de déterminer les causes de la marée noire".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2019) : JEUDI 20 JANVIER 2022

Jeudi 20 Janvier 2022 - «Les sept années les plus chaudes de l'histoire ont toutes été enregistrées depuis 2015» :

Ces sept dernières années (2015 - 2021) ont été les plus chaudes jamais enregistrées même si le phénomè00ne météorologique de la Niña a temporairement fait baisser les températures l'année dernière, confirme mercredi l'Organisation météorologique mondiale.

"Les sept années les plus chaudes ont toutes été enregistrées depuis 2015, les années 2016, 2019 et 2020 arrivant en tête du classement", souligne l'OMM dans un communiqué, ajoutant que "pour la septième année consécutive, la température mondiale a dépassé de plus de 1 degré Celsius les niveaux préindustriels".

"Le réchauffement de la planète et les autres tendances à long terme du changement climatique devraient se poursuivre en raison des niveaux records de gaz à effet de serre présents dans l’atmosphère", ajoute encore l'organisation onusienne basée à Genève.

"Le réchauffement global à long terme dû à l’augmentation des gaz à effet de serre est désormais bien plus marqué que la variabilité annuelle de la moyenne des températures du globe causée par des facteurs climatiques naturels", indique le Secrétaire général de l’OMM, M. Petteri Taalas, cité dans un communiqué.

Ainsi, si des épisodes consécutifs de La Niña - qui a réapparu à la fin de l'année dernière 2021 après un premier épisode 2020-2021- ont fait que le réchauffement des températures a été relativement moins prononcé en 2021 qu’au cours des dernières années, l ’année 2021 "a tout de même été plus chaude que celles qui ont subi l’influence de La Niña dans un passé récent", a expliqué M. Taalas.

L'impact de La Nina, qui se produit tous les deux à sept ans, se ressent sur une large partie de la Terre sous forme de variations dans la pression atmosphérique, les vents et les précipitations, avec des effets en général inverse d'un autre phénomène, El Nino.

En 2021, selon l'OMM, la température moyenne sur la planète était donc supérieure d’environ 1,11 degré Celsius, avec une marge d'erreur de plus ou moins 0,13 degré à sa valeur préindustrielle, qui correspond à la période 1850-1900.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2019) : JEUDI 20 JANVIER 2022

Jeudi 20 Janvier 2022 - La réforme électorale de Biden enterrée par le Sénat :

Joe Biden s'est dit "profondément déçu" mercredi que le Sénat américain ait enterré sa réforme électorale avec laquelle le président promettait de protéger l'accès aux urnes des Afro-Américains. Les sénateurs américains ont infligé un revers cinglant au dirigeant démocrate en refusant d'avancer sur ce texte. A dix mois des législatives de mi-mandat, Joe Biden démocrate voulait avec cette réforme poser un cadre fédéral pour l'organisation des scrutins aux Etats-Unis. Et ce faisant, annuler une série de restrictions adoptées dans une quinzaine d'Etats conservateurs depuis la présidentielle de 2020.

Selon les ONG, ces restrictions discriminent délibérément les électeurs noirs, majoritaires à avoir voté pour Joe Biden à la dernière élection. Dans les Etats républicains, on assure au contraire que ces mesures renforcent la sécurité des scrutins du pays, un argument fort auprès de leur électeurs, encore nombreux à croire que la présidentielle de 2020 a été "volée" à Donald Trump. L'organisation des élections est plus que jamais un sujet brûlant en Amérique.

Les démocrates au Sénat cherchaient à tout prix à adopter la grande réforme électorale de Joe Biden pour défaire ces mesures avant les élections de mi-mandat. Mais l'opposition républicaine, vent debout contre cette loi qui confierait selon elle aux démocrates le contrôle des scrutins à travers le pays, a fait bloc mercredi soir. Elle a ainsi privé les démocrates de la "supermajorité" de 60 voix requise au Sénat pour clore les débats et soumettre le texte au vote. Dans une ultime tentative, l'état-major démocrate a essayé de pousser le texte avec ses seules voix via une option dite "nucléaire", mais à laquelle les plus modérés de ce camp, Kyrsten Sinema et Joe Manchin, se sont opposés.

"Je suis profondément déçu que le Sénat n'ait pas réussi à défendre notre démocratie", a réagi Joe Biden juste après le vote. "Je suis déçu - mais je ne suis pas découragé", a-t-il souligné sur Twitter, assurant qu'il ne relâcherait pas ses efforts sur ce dossier. Lors de sa conférence de presse quelques heures avant le vote, le président américain avait aussi souligné ne pas avoir "épuisé toutes les options" pour protéger l'accès au vote des Afro-Américains, sans donner plus de détails.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2019) : JEUDI 20 JANVIER 2022

Jeudi 20 Janvier 2022 - Benoît XVI dans le viseur d'un rapport sur la pédophilie en Allemagne :

Que savait-il? Un rapport très attendu sur les abus sexuels envers des mineurs dans l'Eglise catholique en Bavière doit clarifier jeudi si le pontife émérite Benoît XVI et d'autres ecclésiastiques de haut rang ont autrefois couvert un prêtre pédophile. L'objectif de cette expertise menée par un cabinet d'avocat munichois, qui doit être présentée vers 10H00 GMT, vise avant tout à recenser les cas d'abus sexuels contre des enfants entre 1945 et 2019 dans l'archevêché de Munich et Freising.

Les auteurs entendent aussi pointer la responsabilité d'ecclésiastiques qui ont fermé les yeux sur les agressions permettant ainsi qu'elles se reproduisent pendant des décennies. Parmi les hauts dignitaires de cet archevêché figurent l'actuel cardinal Reinhard Marx, mandataire du rapport, son prédécesseur Friedrich Wetter, et Joseph Ratzinger, futur pape Benoît XVI, qui le dirigea entre 1977 et 1982. Or c'est à cette période que remonte un cas jugé symptomatique des graves défaillances de l'Eglise dans le traitement des affaires de pédophilie.

En 1980, un vicaire de Rhénanie du nord-Westphalie, Peter Hullermann, est accusé d'abus sexuels graves sur mineurs. L'Eglise "règle" le problème en le transférant. Il arrive en Bavière, où, malgé une thérapie psychiatrique, il poursuit les sévices. En 1986, un tribunal le condamne à une peine de prison avec sursis. Mais il est de nouveau transféré dans une autre ville bavaroise où il officie en qualité de prêtre pendant une vingtaine d'année, et aurait alors récidivé. En 2010, sous le pontificat de Benoît XVI, il est finalement contraint à prendre sa retraite. Cette même année éclatent les premières grandes révélations de pédophilie dans l'Eglise catholique en Allemagne.

L'affaire Hullermann joue un rôle central dans le rapport des avocats du cabinet Westpfahl Spilker Wastl (WSW). Le vicaire général Gerhard Gruber en avait assumé la responsabilité et déclaré en 2010 que Joseph Ratzinger n'avait pas eu connaissance du passé du prêtre. Affirmation que son secrétaire privé Georg Gänswein a récemment réitéré à l'hebdomadaire Die Zeit. Le pontife émérite de 94 ans, qui vit retiré au Vatican depuis sa démission en 2013, a fait parvenir aux avocats une prise de position détaillée de 82 pages sur le sujet, dont le contenu est très attendu.

Le groupe réformateur de laïcs et théologiens "Wir sind Kirche" en espère beaucoup. "Un aveu de Ratzinger d'avoir été personnellement et de part sa fonction complice des souffrances de nombreux jeunes gens (...) serait un signal nécessaire d'humilité, ainsi qu'un exemple pour de nombreux évêques et responsables", juge-t-il.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2019) : JEUDI 20 JANVIER 2022

Jeudi 20 Janvier 2022 - Bientôt la fin de l'essentiel des restrictions anti-Covid en Angleterre :

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé mercredi mettre fin la semaine prochaine à l'essentiel des restrictions anti-Covid imposées pour lutter contre le variant Omicron en Angleterre, et prévoir en mars la fin de l'isolement pour les cas positifs. A partir de jeudi 27 janvier, le port du masque ne sera plus légalement obligatoire, le télétravail ne sera plus recommandé officiellement et un pass sanitaire ne sera plus imposé pour l'accès aux boîtes de nuit et certains grands rassemblements, a annoncé le dirigeant conservateur au Parlement.

"Alors que le Covid devient endémique, nous devons remplacer les obligations légales par des conseils et recommandations", a plaidé Boris Johnson. Il a indiqué ne pas compter prolonger les régulations imposant l'isolement pour les cas positifs au Covid-19 à leur expiration le 24 mars. Cette date pourrait même être avancée. "Nous n'obligeons pas légalement les gens à s'isoler s'ils ont la grippe", a-t-il expliqué.

Plus de 152.000 personnes sont mortes au Royaume-Uni du Covid-19. Les dernières données disponibles montrent une chute de près de 40% du nombre de nouveaux cas hebdomadaires, tandis que le nombre de patients hospitalisés s'est stabilisé. Le nombre de patients en soins intensifs, resté faible pendant la vague Omicron, diminue également. Cet assouplissement de mesures jugées liberticides par une partie de la majorité conservatrice intervient plus tôt qu'attendu, le dispositif anti-Covid devant être revu le 26 janvier, et dans un contexte de crise sans précédent pour Boris Johnson, englué dans le scandale des fêtes à Downing Street pendant les confinements.

Au Royaume-Uni, chaque nation décide de sa politique en matière de santé. Mardi, le gouvernement indépendantiste écossais a annoncé la levée, à partir de lundi prochain, de la plupart des restrictions en place, permettant la réouverture des discothèques et supprimant la limitation à trois ménages pour les réunions à l'intérieur. Le télétravail reste recommandé. Le gouvernement gallois a lui aussi annoncé la semaine dernière une sortie progressive des restrictions liées au virus. Le Pays de Galles a atteint le pic de la vague Omicron et les cas continuent de diminuer.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2019) : JEUDI 20 JANVIER 2022

Jeudi 20 Janvier 2022 - Covid, sécurité et droits humains… la tension monte à deux semaines des JO de Pékin :

Le 4 février prochain, Pékin accueillera pour la deuxième fois de son histoire les Jeux Olympiques. Après ceux d’été en 2008, ce sont désormais ceux d’hiver qui doivent débuter, dans un climat particulièrement tendu. D’abord, le covid-19 force d’ores et déjà les organisateurs à prendre des mesures très strictes , dans un pays où des villes entières sont confinées dès l’apparition de nouveaux cas. Officiellement, la Chine ne compte que 105 000 cas et un peu plus de 4000 morts depuis le début de la pandémie. Afin de ne pas provoquer de nouvelle vague, il avait déjà été annoncé voilà plusieurs semaines que les spectateurs étrangers ne pourraient pas se rendre sur place. Les autorités ont décidé d’aller encore plus loin en annulant la vente de tous les billets pour le public, annonçant en échange la distribution d’invitations à des spectateurs sélectionnés. Face à la menace du variant omicron, la chaîne NBC, diffuseur historique des Jeux aux Etats-Unis, a annoncé qu’elle n’enverrait aucun commentateur sur place. Ces derniers travailleront depuis les studios de Stamford, dans le Connecticut. «Nous aurons toujours une présence importante sur le terrain à Pékin et notre couverture de tout sera de premier ordre, comme d'habitude, mais nos plans évoluent de jour en jour, comme c'est le cas pour la plupart des entreprises de médias couvrant les Jeux Olympiques», a précisé NBC.

Et le covid-19 n’est pas le seul élément source de fortes tensions à l’approche des Jeux Olympiques. La question politique est plus que jamais d’actualité. Plusieurs pays, dont les Etats-Unis, ont prévenu qu’ils boycotteraient diplomatiquement la compétition , c’est-à-dire qu’aucun représentant politique officiel ne sera envoyé. Le Japon lui aussi a pris cette décision, tout comme le Royaume-Uni, l'Australie et le Canada, le Danemark ou encore les Pays-Bas (qui avancent eux le covid-19 pour expliquer cette absence). Alors que la France espérait prendre une décision commune avec l’Union Européenne, aucun accord n’a été trouvé et elle n’a pour sa part pas annoncé pour l’instant de boycott. Ces absences politiques visent à dénoncer les droits humains en Chine, notamment à propos de la délicate question des Ouïghours. Mercredi, Amnesty International a annoncé que le 26 janvier serait une «Journée mondiale d’action pour rappeler que les droits humains ne sont pas un jeu». «Le 4 février 2022, l'allumage de la vasque olympique marquera le lancement des Jeux Olympiques d'Hiver de Pékin. A cette occasion, Amnesty International France se mobilise pour dénoncer les violations aux droits humains orchestrées par le gouvernement chinois, particulièrement contre les Ouïghours et autres minorités de la région autonome du Xinjiang. La Chine ne devrait pas être autorisée à utiliser les Jeux olympiques pour blanchir son bilan en matière de droits humains», est-il écrit dans un communiqué. L’association rappelle également les «discriminations, atteintes aux libertés de religion ou d’expression, surveillance de la population» subies par le peuple chinois. L'Assemblée nationale a adopté jeudi une résolution dénonçant le «génocide» des Ouïghours par la Chine, et demandant au gouvernement français d'en faire de même.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2019) : JEUDI 20 JANVIER 2022

Jeudi 20 Janvier 2022 - Pass vaccinal, réouverture des discothèques...Castex présente «un calendrier» de levée des restrictions

Le Premier ministre a présenté jeudi un calendrier des «levées progressives des dernières mesures» face à la pandémie de Covid-19 ainsi que l'entrée en vigueur du pass vaccinal.

Le Premier ministre français Jean Castex a annoncé jeudi soir la levée progressive des restrictions destinées à lutter contre la pandémie de Covid-19 à partir du 2 février, comme le port du masque en extérieur imposé dans certaines zones.

Instauration du pass vaccinal. Le pass vaccinal, succédant au pass sanitaire pour les personnes d'au moins 16 ans, entrera en vigueur à partir de lundi "sous réserve de la décision du Conseil constitutionnel" vendredi, a annoncé Jean Castex lors d'une conférence de presse. Ce pass servira à accéder aux activités de loisirs, aux restaurants et débits de boisson, aux foires, séminaires et salons professionnels et aux transports publics interrégionaux. Son instauration, qui devrait permettre de "lever la plupart des restrictions prises" selon M. Castex, reste suspendue à une décision vendredi du Conseil constitutionnel, saisi par des députés et sénateurs de l'opposition.

 

Ce qui change le 2 février

 

La fin du port du masque à l'extérieur.

Le télétravail "ne sera plus obligatoire", mais recommandé.

 

Ce qui change le 16 février

La réouverture des discothèques et le retour des concerts debout. Les discothèques, qui étaient fermées depuis le 10 décembre car considérées comme propices aux contaminations par le Covid-19, pourront rouvrir le 16 février, et les concerts debout pourront reprendre à cette date, a annoncé Jean Castex. A date du mercredi 16 février, la consommation debout sera également à nouveau possible dans les bars. En outre, elle sera à nouveau possible dans les stades, les cinémas et les transports.

Allègement du protocole au retour des vacances de février. Le Premier ministre Jean Castex "envisage" un allègement du protocole sanitaire pour les établissements scolaires au retour des vacances de février. "Nous pourrons envisager, au retour des vacances scolaires de février, un allégement du protocole" sanitaire au sein des écoles, en matière de port du masque ou de tests à réaliser, a indiqué le Premier ministre. La date de retour des vacances de la dernière zone est le 7 mars.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens