Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 janvier 2022 7 09 /01 /janvier /2022 08:00
LA MARCHE DU MONDE (2007) : SAMEDI 8 JANVIER 2022

Samedi 8 Janvier 2022 - Le point du corona virus le 7 janvier 2022 au soir :

Le nombre quotidien de contaminations au Covid-19 se maintient à un niveau très élevé, au-dessus de 300.000 , et les hospitalisations augmentent toujours, selon les chiffres officiels publiés vendredi soir. Pour la journée de vendredi, 328.214 nouveaux cas ont été enregistrés. C'est plus que jeudi (261.484) et presqu'autant que mercredi (332.252), mais ces décalages quotidiens sont peu significatifs car ils peuvent être dus à des rattrapages statistiques. Pour lisser ces écarts, on calcule le nombre de nouveaux cas quotidiens observés en moyenne sur les sept derniers jours. Vendredi, il a atteint son plus haut niveau, à 267.223. Il avait dépassé la barre des 100.000 seulement le 29 décembre.

Les autorités sanitaires ont indiqué vendredi avoir revu le nombre de contaminations comptabilisées lundi, qu'elles donnent désormais à près de 410.000, un record pour une seule journée. Au-delà des cas de contaminations, la vague continue de monter à l'hôpital, mais dans une proportion moindre que l'envolée du nombre de cas. 21.605 malades du Covid sont hospitalisés (436 patients admis en 24 heures), dont 3.815 (+46 admissions) en soins critiques, réservés aux cas les plus graves.

L'épidémie a causé la mort de 193 personnes ces dernières 24 heures, portant le total des décès à 125.206 depuis le début de la pandémie en France. Près de 57.000 premières injections de vaccin ont été réalisées vendredi après 53.000 jeudi et 66.000 mercredi. "Depuis lundi, 230.000 Français ont reçu une première injection, un record depuis septembre", a tweeté le ministre de la Santé Olivier Véran vendredi soir. Au total, plus de 53 millions de personnes (53.180.572) ont reçu au moins une injection (soit 78,9% de la population totale) et près de 52 millions (51.962.858) ont un schéma vaccinal complet (soit 77,1% de la population totale). Plus de 27,6 millions de personnes ont reçu une dose de rappel.

Par ailleurs, un nouveau traitement a été approuvé par les autorités sanitaires françaises, le Xevudy , qui le jugent prometteur contre l'infection par Omicron alors que d'autres médicaments viennent d'être retirés à cause de leur inefficacité contre le nouveau variant.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2007) : SAMEDI 8 JANVIER 2022

Samedi 8 Janvier 2022 - Sondage Ifop: «Emmerder les non-vaccinés», des dégâts politiques limités pour Macron :

Trois jours après les déclarations au lance-flammes d’Emmanuel Macron dans «Le Parisien» contre les non-vaccinés, les Français sont finalement moins choqués que désapprobateurs. Condamnés par toutes ses oppositions, les propos virulents du président de la République divisent les Français en presque deux parts égales. 54% d’entre eux selon l’enquête Ifop pour Paris-Match déclarent être choqués par sa phrase « les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder » et 61% estiment qu’il a eu tort de dire cela. Sans surprise, les électeurs de La République en marche soutiennent largement Emmanuel Macron. Ils sont les seuls d’ailleurs. La condamnation est unanime chez les électeurs issus des autres formations politiques : 85% chez les Insoumis ; 81% chez les sympathisants de la droite radicale (Eric Zemmour et Nicolas Dupont-Aignan); 74% chez les écologistes ; 65% chez les lepénistes mais seulement 52% chez LR et 57% au PS.

De la même manière, le président n’est soutenu que par les retraités (56% d’entre eux ne sont pas choqués). 72% des plus jeunes jugent qu’il a eu tort et 71% des catégories populaires. Logiquement enfin, les non-vaccinés sont archi-remontés (89% choqués, 92% estiment qu’il a eu tort). Les vaccinés, eux, sont seulement … partagés, avec tout de même une majorité qui désapprouve (56%) mais la moitié (51%) n’est pas choquée.

Au total, l’offensive du chef de l’Etat contre les anti-Vax ne provoque pas autant de dégâts dans l’opinion que ne le prédisaient les oppositions et les commentateurs. Le gros risque pris par Emmanuel Macron se solde même par un petit bénéfice. Sans compter qu’il a mis en porte-à-faux les Républicains et leur candidate Valérie Pécresse. Un tiers des députés LR a voté contre le pass-vaccinal, un tiers s’est abstenu et le reste a suivi la position de la patronne de la région Ile-de-France. Calculé ou pas, le coup politique du président-candidat, qu’il a assumé ce vendredi lors de sa conférence de presse conjointe avec Ursula von der Layen, semble donc réussi s’il consistait à fragiliser l’une de ses principales adversaires à l’élection présidentielle. Dans les derniers sondages sur les intentions de vote à la présidentielle publiés depuis ses propos contre les anti-vax, Emmanuel Macron n'a pour l'instant pas perdu de terrain.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2007) : SAMEDI 8 JANVIER 2022

Samedi 8 Janvier 2022 - Pécresse fustige Macron après ses propos polémiques :

 Plusieurs candidats à la présidentielle arpentent la France samedi à la rencontre des électeurs, alors que les opposants au passe vaccinal espèrent voir grossir les rangs de leurs manifestations après les propos d'Emmanuel Macron. A 92 jours du premier tour, la campagne penche à l'Ouest : Yannick Jadot à Angers, Eric Zemmour aux Sables d'Olonne (Vendée) et Anne Hidalgo à Jarnac (Charente). Plus au Sud, Marine Le Pen reste en Occitanie et se rend à Trèbes (Aude), après Béziers vendredi et avant Perpignan dimanche. Enfin Valérie Pécresse s'est adressée dans la matinée à la presse à Paris.

Sur le terrain ou à leurs QG de campagne, les candidats ont tous l'œil sur les manifestations des opposants au passe vaccinal, tandis que les nouvelles contaminations au Covid-19 battent des records. Le défilé le plus important est attendu à Paris, sous l'égide de l'ex-FN Florian Philippot. Les manifestants espèrent obtenir un regain de participation après les déclarations de M. Macron mardi sur son envie "d'emmerder" ceux qui refusent de se faire vacciner contre le Covid-19 . Le président sortant et quasi candidat a enfoncé le clou vendredi, évoquant "des formes d'expression qui paraissent familières qu'(il) assume totalement".

La candidate LR à la présidentielle Valérie Pécresse a fustigé samedi un président Emmanuel Macron "pyromane" et "déconnecté des aspirations profondes" des Français, promettant par contraste d'être une "présidente chef d’orchestre" si elle accédait à l'Élysée. "Emmanuel Macron qui prétendait vouloir une République exemplaire est devenu un contre exemple" qui "alimente le rejet de toutes les figures d'autorité", a-t-elle affirmé lors d'un point presse à son siège de campagne. "Je combats tout autant les extrêmes, mais c'est le président en place que je veux déboulonner", a-t-elle ajouté, entourée de ses ex-concurrents à la primaire Xavier Bertrand, Eric Ciotti et Michel Barnier, ainsi que du président du Sénat Gérard Larcher et des dirigeants de LR Christian Jacob et Annie Genevard.

Dénonçant la présidence "solitaire" et "bavarde" du chef de l'Etat, dont elle a critiqué un "amoncellement de renoncements", Valérie Pécressse l'a assuré: "Je ne serai pas une présidente soliste mais une présidente chef d’orchestre". "La France est trop fragile aujourd'hui pour un président pyromane", a-t-elle lancé, promettant que sa présidence serait "celle des solutions, des convictions, du respect, du courage et du devoir".

Interrogée sur la quête de parrainages d'Eric Zemmour, Valérie Pécresse a estimé que "l'aider n'est pas mon rôle et ce n'est pas le rôle des Républicains". Mais "quand une personnalité politique représente un courant de pensée dans l'opinion, il doit pouvoir se présenter à l'élection présidentielle", a-t-elle ajouté. Invoquant Voltaire, elle a affirmé qu'"il faut se battre pour que tous ceux qui ne pensent pas comme nous puissent le dire". "Mais il faut les combattre sur le plan des idées et sur le plan démocratique", a-t-elle ajouté. Quant à l'idée de parrainages anonymes, "la question se pose, quand un certain nombre de maires se retrouvent à ne pas oser parrainer un candidat", ce qui est "problématique pour la démocratie", a-t-elle affirmé.

A Trèbes, la candidate RN Marine Le Pen a aussi dénoncé le passe vaccinal -qui doit être examiné la semaine prochaine au Sénat-, qui selon elle consiste à "diviser la société française, à pointer du doigt des boucs émissaires, que le président de la République assume de vouloir persécuter".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2007) : SAMEDI 8 JANVIER 2022

Samedi 8 Janvier 2022 - Appel à la grève à l'école face au tollé du protocole sanitaire :

 Tester ses enfants tous les deux jours, venir les chercher en urgence... Les parents d'élèves ont vécu une rentrée agitée face à un protocole sanitaire "très compliqué" , légèrement aménagé mais loin de contenter les syndicats enseignants, qui appellent à la grève. "Les parents deviennent chèvre", résume Laurent Zameczkowski, vice-président de la fédération de parents d'élèves Peep. "il faut récupérer votre enfant, les tests et les pharmacies sont pris d'assaut, l'attente est pénible", ajoute-t-il. Et en général, "les autotests ne sont pas donnés comme prévu" dans les pharmacies

"C'est le foutoir", renchérit Nageate Belahcen, coprésidente de la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE). "Les parents craquent complètement, car pour ceux qui travaillent, ça devient très compliqué, ils courent partout". La rentrée des classes s'est déroulée depuis lundi sous tension avec le variant Omicron, encadrée par un nouveau protocole sanitaire qui nécessite une multiplication des tests. Les élèves sont désormais soumis à trois tests en quatre jours s'il y a un positif dans la classe: un antigénique ou PCR le jour de l'annonce du cas Covid, avec attestation à donner à l'école, puis des autotests à faire à la maison à J+2 et J+4. Un dispositif compliqué, alors que les cas se multiplient, avec déjà 9.202 classes fermées jeudi, au plus haut depuis le printemps dernier. Le ministre a reconnu vendredi sur CNews que ce protocole était "extrêmement difficile" à vivre pour les familles. Il a aussi admis que "çà et là, il peut y avoir des pharmacies en rupture de stocks d'autotests", mais que "normalement elles sont réalimentées".

Les témoignages de couacs sont pourtant nombreux. "La remontée des parents, c'est qu'il y a eu un gros cafouillage dans l'application du nouveau protocole", même s'ils ne veulent pas que les écoles soient fermées", constate Patrick Salaün, président de l'Unaape (Union nationale des associations autonomes de parents d'élèves). Pour Marie, parent d'élève à Nice, qui a dû faire tester sa fille de CP, "impossible de trouver des autotests". "Je pense qu'une amie va sûrement pouvoir me dépanner, mais la logistique ne suit pas".

Caroline, près de Nantes (Loire-Atlantique), a dû garder son fils de CM2 dont l'enseignante devait se faire tester, puis sa fille dont l'Atsem (agent territorial dans les écoles maternelle) était dans le même cas, avant d'avoir à nouveau son fils à la maison... "Tout le monde hallucine", dit-elle. Face à cette situation, les parents redoutaient aussi que les élèves aient à recommencer sans arrêt le cycle de trois tests. Ils ont été rassurés sur ce point par une mise à jour du protocole sanitaire jeudi soir: les élèves n'auront pas à réaliser un nouveau parcours complet de dépistage si un nouveau cas positif apparaît dans leur classe dans un délai inférieur à sept jours.

Du côté des syndicats d'enseignants, cet aménagement n'a pas rassuré. "Cette précision du ministère n'est pas du tout logique, car il va y avoir encore plus de trous dans la raquette. La durée d'incubation, selon de nombreux médecins, est de cinq à six jours", déclare Guislaine David, secrétaire générale du Snuipp-FSU, premier syndicat d'enseignants du primaire. Son syndicat, qui dénonce "une pagaille indescriptible" dans les écoles, a annoncé vendredi un appel à la grève nationale pour jeudi 13 janvier, immédiatement rejoint par le SE-Unsa.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2007) : SAMEDI 8 JANVIER 2022

Samedi 8 Janvier 2022 - New York s’est réveillé sous la neige :

Une tempête de neige s'est abattue dans la nuit de jeudi à vendredi sur une bonne partie du nord-est des États-Unis, paralysant dans la matinée les transports aérien et routier et les écoles déjà perturbés par l'épidémie de Covid-19. De la Maison Blanche à Washington jusqu'aux États du nord-est frontaliers du Canada, la couche de neige atteint en certains endroits plus de 30 cm d'épaisseur, comme dans le Connecticut, le Massachusetts et le Rhode Island, des États de la Nouvelle-Angleterre, selon le site météorologique AccuWeather.

Images de cartes postales, les célébrissimes Pont de Brooklyn et Times Square au coeur de New York étaient recouverts de neige au petit matin, dans un silence rare dans la métropole de neuf millions d'habitants. Conséquences immédiates de cette tempête baptisée "bomb cyclone", quelque 830 vols ont été annulés dans la région, selon le site FlightAware. Rien qu'à New York, l'aéroport LaGuardia a déjà annulé plus d'un tiers de ses vols programmés ce vendredi et l'aéroport JFK en annonce, sur son compte Twitter, 221 cloués au sol vendredi. Même chose à l'aéroport de Boston.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2007) : SAMEDI 8 JANVIER 2022

Samedi 8 Janvier 2022 - Joe Biden dans le Colorado pour rencontrer des sinistrés après les incendies :

Le président des Etats-Unis Joe Biden a échangé paroles et gestes d'affection avec des familles et des pompiers à Louisville (Colorado), réduite à l'état de cendres par le Marshall Fire, le 30 décembre.

Le président américain Joe Biden est allé vendredi à la rencontre de sinistrés dans l'Etat du Colorado, une semaine après de violents incendies qui y ont détruit près d'un millier de maisons .

"Nous avons tout perdu", a confié un homme à Joe Biden et son épouse Jill Biden. "Je ne suis même pas habillé correctement parce que c'est tout ce qui me reste", a poursuivi cet homme en montrant son short, alors que la neige a partiellement recouvert les décombres du quartier. "On a clairement besoin d'aide", a renchéri le fils de l'habitant, qui portait lui aussi un short. Joe Biden a longuement tenu la main du père, avant de serrer celles d'une dizaine de pompiers.

Une femme a quant à elle demandé à Jill Biden si elle pouvait la prendre dans ses bras, avant de s'exécuter. "Nous allons nous en sortir", a dit un autre habitant. Le président américain a ensuite rallié un centre de loisirs où il a confié qu'il n'y avait, selon lui, "rien de plus terrifiant" qu'un incendie. "Je ne peux pas imaginer ce que c'est que d'être dans ce quartier et de voir des vents souffler jusqu'à 160 km/h et les flammes s'approcher", a-t-il dit, après une saison des incendies particulièrement destructrice aux Etats-Unis.

"La situation est un signal d'alerte rouge pour notre nation", a-t-il déclaré, en référence aux vents inhabituellement violents et à l'arrivée tardive de la neige qui, combinés, ont créé les conditions d'une "poudrière". Aux familles qui lui ont selon lui demandé "Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait", il a répondu: "Eh bien, on se réconforte les uns les autres. (...) Voilà ce qu'il faut faire, trouver une raison d'être dans ce qu'on a enduré."

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2007) : SAMEDI 8 JANVIER 2022

Samedi 8 Janvier 2022 - Zemmour en Vendée pour défendre une statue symbole des "traditions chrétiennes" :

Le candidat à la présidentielle, fondateur du parti politique Reconquête!, était samedi aux Sables d'Olonne (Vendée) aux côtés du souverainiste Philippe de Villiers.

Le candidat d'extrême droite à l'Elysée Eric Zemmour (Reconquête!) a appelé samedi aux Sables d'Olonne (Vendée) à la "défense" d'une statue de Saint-Michel, "symbole des traditions chrétiennes", dont la justice a ordonné le retrait d'une place publique. La statue de Saint-Michel fait "l'objet de la vindicte imbécile de laïcards désuets", a lancé M. Zemmour devant environ 250 soutiens et défenseurs du monument, appelant au "respect des traditions et de l'histoire".

La décision du tribunal administratif de Nantes faisait suite à une requête de la fédération vendéenne de l'association de la Libre pensée, qui demandait le retrait de la statue du domaine public en tant qu'"objet religieux manifeste". "Nous ne nous laisserons pas éradiquer par un bras armé judiciaire ennemi des traditions chrétiennes", a ajouté M. Zemmour, qui se tenait aux côtés du souverainiste Philippe de Villiers et de Patrick Buisson, ancien conseiller à l'Elysée, sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Dans un communiqué, le candidat avait dénoncé une "nouvelle victoire de la +cancel culture+ qui instrumentalise la justice (...) pour imposer son idéologie destructrice".

Un peu plus tôt dans la matinée, M. Zemmour a été accueilli à l'Hôtel de ville par le maire des Sables d'Olonne Yannick Moreau (ex-LR), défenseur de la statue de Saint-Michel. Celui-ci avait fait appel en décembre de la décision du tribunal administratif. Eric Zemmour s'est ensuite exprimé devant environ 500 personnes dans une salle municipale. Longuement applaudi par une foule scandant "Zemmour président" et "On est chez nous", il y a salué le "patriotisme ardent" de la Vendée et vanté son "rayonnement culturel" ainsi que sa "réussite industrielle".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2007) : SAMEDI 8 JANVIER 2022

Samedi 8 Janvier 2022 - Anne Hidalgo constate l'échec "pour l'instant" de son idée de primaire :

La candidate socialiste Anne Hidalgo , qui avait proposé à ses concurrents à gauche de participer ensemble à une primaire en vue de la présidentielle, a constaté samedi l'échec "pour l'instant" de sa démarche, pointant en particulier l'écologiste Yannick Jadot.

"Cette proposition n’a pas pour l’instant fait l’objet d’un accord, ou dans tous les cas d’une reprise de volée pour avancer ensemble", a déploré la maire de Paris depuis Jarnac, où elle s'est recueillie devant la tombe de l'ancien président François Mitterrand (1981-1995). "J’ai entendu les propos de Yannick Jadot, et je l’ai dit, une primaire n’a de sens que si elle sert à avoir un candidat commun, un candidat unique et non à ajouter des candidatures. Evidemment si dans cette primaire, les Verts autour de Yannick Jadot ne sont pas présents, cela ne s’appelle plus une primaire, en tous les cas ce n’est pas cette primaire qui permettrait d’avoir ce candidat unique. Je le redis tant qu’il est possible de l’organiser, il faut l’organiser mais j’entends le refus, et je le regrette, que Yannick Jadot endosse", a-t-elle ajouté.

A trois mois de la présidentielle, la gauche hors-extrême gauche reste émiettée entre cinq candidatures -Anne Hidalgo, Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot, Fabien Roussel et Arnaud Montebourg-, auxquelles il faut ajouter l'ancienne garde des Sceaux Christiane Taubira, qui "envisage" de se présenter mi-janvier et plaide elle aussi pour une primaire, une idée rejetée par Yannick Jadot et le candidat LFI Jean-Luc Mélenchon.

Le collectif citoyen la "Primaire populaire" organise, lui, du 27 au 30 janvier une "investiture populaire", qui se déroulera avec ou sans le consentement des candidats, avec en jeu le soutien des centaines de milliers d'inscrits (actuellement plus de 300.000).

"A chaque fois, ma famille politique a su fédérer. Il est de ma responsabilité de tenter le rassemblement, bien sûr pas n’importe comment, pas sur n’importe quoi", a de nouveau plaidé Mme Hidalgo samedi, ajoutant que "dans un contexte dans lequel notre pays subit de plein fouet cette dépolitisation extrêmement néfaste pour la démocratie, j’ai proposé que ce rassemblement puisse se faire à travers un processus clair, transparent, devant nos concitoyens : celui d’une primaire en appelant les différents candidats, au moins ceux qui veulent gouverner ensemble, à se réunir et à accepter le verdict d’une élection avant l’élection".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2007) : SAMEDI 8 JANVIER 2022

Samedi 8 Janvier 2022 - Trois Américains blancs condamnés à la prison à vie pour le meurtre du joggeur noir Ahmaud Arbery :

En février 2020, Ahmaud Arbery a été pris pour un cambrioleur et tué par trois Américains alors qu'il faisait un footing.

Les trois Américains blancs qui avaient poursuivi puis tué le jeune joggeur noir Ahmaud Arbery en février 2020 dans le sud des Etats-Unis, affirmant l'avoir pris pour un cambrioleur, ont été condamnés vendredi à la prison à vie. Travis McMichael, 35 ans et auteur des coups de feu mortels, et son père Gregory McMichael, 66 ans, ont été condamnés à la perpétuité sans possibilité de libération anticipée.

Leur voisin William Bryan, 52 ans, qui a participé à la poursuite en la filmant, pourra lui espérer une libération anticipée après 30 ans de réclusion. Ils avaient été reconnus coupables de meurtre le 24 novembre dernier à Brunswick, dans l'Etat de Géorgie, après des débats marqués par la question du racisme et du droit à l'autodéfense.

Ahmaud Arbery est sorti de chez lui "pour faire un jogging et il a fini par courir pour sauver sa vie", a affirmé le juge Timothy Walmsley en prononçant vendredi la sentence dans cette ville côtière du sud-est des Etats-Unis. Le jeune homme a été "pourchassé et tué parce que les individus dans cette salle ont fait eux-mêmes la loi", a-t-il expliqué.

Il a estimé que Gregory McMichael avait incité son fils et son voisin à poursuivre le jeune homme, tout en admettant après coup ne pas être sûr qu'il s'agisse vraiment un cambrioleur. Il a aussi fustigé l'attitude de Travis McMichael qui "s'inquiète pour son bébé (resté seul à la maison, ndlr) et lui-même, alors que la victime gît sur le sol".

La famille d'Ahmaud Arbery, qui avait réclamé une "punition maximale" pour les trois hommes, a salué ces lourdes peines. "Je savais que l'on sortirait du tribunal avec une victoire, je n'ai jamais douté", a déclaré sa mère, Wanda Cooper-Jones. Plus tôt, elle avait dit au juge Walmsley que les trois hommes avaient "pris (son) fils pour cible parce qu'ils ne voulaient pas de lui dans leur quartier". Ce verdict "était très important" pour que la "responsabilité" soit assumée, a ajouté l'un des avocats de la famille, Lee Merritt. "Il était important pour la famille de voir ces hommes être mis en prison."

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2007) : SAMEDI 8 JANVIER 2022

Samedi 8 Janvier 2022 - Novak Djokovic exempté de vaccin car il a eu le Covid-19 en décembre, affirment ses avocats :

Les avocats du tennisman Novak Djokovic ont averti le tribunal fédéral australien que le Serbe avait contracté le virus en décembre.

Novak Djokovic ne renonce pas: interdit d'entrée en Australie pour raisons sanitaires, il estime pouvoir être dispensé de vaccination car il a contracté le Covid-19 en décembre, et a demandé samedi à pouvoir quitter le centre de rétention de Melbourne afin d'être en mesure de s'entraîner. "La date du premier test Covid PCR positif a été enregistrée le 16 décembre 2021", ce qui ferait bénéficier le N.1 mondial serbe d'une exemption de la vaccination imposée par l'Australie, ont déclaré les avocats du N.1 mondial, 34 ans, dans un document déposé auprès du tribunal fédéral. Son recours doit être examiné lundi.

Le temps presse à un peu plus d'une semaine de l'Open d'Australie que Djokovic a remporté neuf fois et où il ambitionne de remporter son 21e tournoi du Grand Chelem, ce qui le placerait au sommet de l'histoire du tennis, devant ses deux rivaux historiques, Roger Federer et Rafael Nadal. Ses avocats ont d'ailleurs demandé à ce qu'il puisse quitter le centre de rétention de Melbourne pour pouvoir s'entraîner.

Djokovic avait posté en début de semaine une photo de lui dans un aéroport, annonçant son départ pour l'Australie et expliquant avoir obtenu une dérogation médicale, ce que la direction du tournoi avait confirmé. Mais à son arrivée dans la nuit de mercredi à jeudi, les autorités lui avaient refusé l'entrée, estimant que ses motifs d'exemption ne remplissaient pas les strictes conditions d'entrée sur le territoire imposées dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Ses avocats ont dénoncé le fait que le joueur avait alors été retenu huit heures, sans pouvoir communiquer.

Dans une vidéo qui a fuité vendredi dans la presse locale, le patron de la Fédération australienne Craig Tiley, sous le feu des critiques pour sa gestion du dossier, a défendu le "travail incroyable" de ses équipes. La Fédération a été accusée d'avoir induit les joueurs en erreur à propos des obligations en matière de vaccination contre le Covid-19 pour entrer dans le pays.

Dans une note aux joueurs publiée par plusieurs médias australiens, l'organisation assurait qu'une personne ayant récemment contracté le Covid-19 pouvait bénéficier d'une exemption à l'obligation d'être entièrement vaccinée. Novak Djokovic a toujours refusé de communiquer sur son statut vaccinal, tout en ne dissimulant pas son hostilité à la vaccination. Le gouvernement australien a assuré avoir prévenu Tennis Australia dès novembre que cette disposition n'était valable que pour les résidents australiens, non pour les citoyens étrangers voulant entrer dans le pays.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2007) : SAMEDI 8 JANVIER 2022

Samedi 8 Janvier 2022 - Bombe découverte le 6 janvier : Kamala Harris se trouvait au siège des démocrates :

Alors que le vice-président Mike Pence était évacué en urgence du Capitole pendant l'invasion, celle qui allait lui succéder était elle aussi placée à l'abri. Politico a révélé jeudi que Kamala Harris se trouvait au siège du parti démocrate le 6 janvier 2021, lorsqu'une bombe a été découverte sous un banc à proximité. L'enquête de la police du Capitole avait démarré, le 6 janvier 2021, à 13h14 et la bombe a été désamorcée à 16h36. Une heure plus tôt, une autre bombe artisanale avait été désamorcée près du parti républicain, découverte dans une allée derrière le bâtiment. Ces bombes, dont le FBI a dit qu'elles «auraient pu être déclenchées, causant de blessures sérieuses ou la mort», font toujours l'objet d'une enquête qui n'a pour l'instant donné aucun résultat.

Kamala Harris s'est exprimée jeudi à Washington, comme Joe Biden, et a fait allusion à cet événement jusque là gardé secret : «J'étais au Capitole ce matin-là, à une réunion classifiée avec d'autres membres de la commission des renseignements du Sénat. Quelques heures plus tard, les portes du Capitole étaient forcées. J'étais partie, mais mes pensées se sont directement dirigées non seulement vers mes collègues mais vers mon équipe qui a dû se réfugier dans notre bureau, utilisant des meubles pour ériger une barricade», s'est souvenue celle qui était encore alors sénatrice de Californie.

Lors de la découverte de ces bombes, le Capitole était la cible d'une invasion de plusieurs centaines de personnes, des partisans que Donald Trump avait rassemblés à Washington pour une manifestation baptisée «Stop the steal» («Arrêtez le vol»), lors de laquelle il avait de nouveau accusé les démocrates d'avoir truqué pour remporter l'élection présidentielle -une fraude dont la justice n'a découvert aucune preuve, malgré la soixantaine de recours déposés par la campagne Trump. La violence des émeutiers était telle que Mike Pence, qui avait provoqué la colère de certains en se rendant au Congrès pour certifier le résultat de l'élection, avait été évacué en catastrophe, manquant de peu certains manifestants. Cinq personnes sont mortes au Capitole durant cette journée, dont une émeutière tuée par un officier alors qu'elle tentait de forcer l'entrée d'une des Chambres et un policier battu à mort. Depuis, quatre policiers déployés ce jour-là se sont suicidés, leurs proches déplorant un traumatisme lié à l'invasion du Capitole.

Un événement historique -c'était la première fois que la certification des résultats était interrompue- sur lequel Joe Biden est revenu jeudi, dans un discours prononcé dans les couloirs du Capitole. Dans une charge d'une rare violence, il a -sans jamais le nommer- accusé son prédécesseur Donald Trump d'avoir incité ses partisans à un tel épisode de violence : «Il n’a rien fait pendant des heures alors que la police était attaquée, des vies mises en danger, le Capitole de la nation assiégé», a-t-il poursuivi. «Il a créé et répandu une série de mensonges à propos de l’élection de 2020. Il l’a fait car il préfère le pouvoir aux principes, parce qu’il pense que son intérêt personnel est plus important que les intérêts de son pays. Il ne peut pas accepter d’avoir perdu.» «L’ancien président et ses partisans n’ont jamais pu expliquer comment ils ont pu accepter la légalité des autres résultats de l’élection du 3 novembre ; les élections pour les postes de gouverneur, pour le Sénat, la Chambre des représentants ; des élections à l’issue desquelles ils ont réduit l’écart à la Chambre. Ils n’ont fait aucun appel. (…) Ces résultats présents sur le même bulletin, mais l’élection présidentielle était truquée ? Sur les mêmes bulletins, le même jour, remplis par les mêmes électeurs ? La seule différence : l’ancien président n’a pas perdu ces élections, il a juste perdu la sienne», a-t-il déclaré.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens