Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 novembre 2021 5 19 /11 /novembre /2021 08:00
LA MARCHE DU MONDE (1960) : JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

Jeudi 18  Novembre  2021 - Le point du corona virus le 17 Novembre au soir :

La France est à son tour frappée par la 5e vague de l'épidémie de Covid-19 mais le pays espère pouvoir la contenir et traverser l'hiver sans mesures supplémentaires grâce aux outils mis en place, au premier rang desquels la vaccination. La "5e vague est là", a mis en garde mercredi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal lors du compte-rendu du Conseil des ministres. Depuis deux semaines, le nombre de contaminations progresse en effet très rapidement, de l'ordre de 40 à 50% par semaine.

Le taux d'incidence, qui mesure le nombre de cas de coronavirus par 100.000 habitants, est désormais supérieur à 100 sur l'ensemble du territoire. "Il est notamment particulièrement élevé en Corse, en Provence Alpes Côte-d'Azur et en région Pays de la Loire", a alerté Gabriel Attal. Selon les chiffres de Santé publique France publiés mardi soir, près de 20.000 nouvelles contaminations ont été enregistrées dans les dernières 24 heures, un record depuis fin août. Cette hausse se traduit-elle pour autant par une montée de la courbe des hospitalisations, qui avait caractérisé les premières vagues de l'épidémie?

"On sent un frémissement, une augmentation un peu supérieure à 10% des patients hospitalisés pour Covid sur une semaine et cela nous appelle donc à la vigilance", a noté M. Attal, tout en décrivant une "décorrélation" entre "contaminations et hospitalisations". Actuellement, 7.535 malades sont hospitalisés avec un diagnostic de Covid-19. Il y a un an, au sommet de la deuxième vague, ils étaient 33.466. Le gouvernement se veut donc rassurant: "Nous avons de bonnes raisons de penser que (la 5e vague) n'emportera pas tout sur son passage", grâce à "l'efficacité du vaccin", au pass sanitaire et au respect des gestes barrière, a dit le porte-parole.

Il faisait écho en cela aux propos du président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, mercredi matin sur France Inter, qui a estimé que le système de soins a "probablement la capacité" de faire face à cette cinquième vague, si "tous les outils" comme la vaccination et les gestes barrières sont utilisés au maximum. Le gouvernement mise aussi sur la poursuite de la vaccination, surtout des plus fragiles. La semaine dernière, Emmanuel Macron a annoncé que le pass sanitaire serait conditionné au rappel vaccinal pour les plus de 65 ans à compter du 15 décembre, et que la dose de rappel serait ouverte à partir de début décembre aux plus de 50 ans.

"Dans la journée d'hier, près de 200.000 doses de rappel ont été injectées, c'est un record", s'est félicité Gabriel Attal, relevant "un impact de l'allocution du président de la République". "Tout ça peut nous permettre de traverser l'hiver sans avoir à prendre de mesures (de restriction) supplémentaires", a-t-il insisté.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1960) : JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

Jeudi 18  Novembre  2021 - «Il y a deux pronoms : il et elle», Brigitte Macron réagit à la polémique autour du pronom «iel» :

En déplacement dans un collège du 15e arrondissement de Paris, sur le thème du harcèlement scolaire, Jean-Michel Blanquer a été interrogé sur la polémique récente autour du pronom non genré «iel», ajouté dans la version en ligne du dictionnaire Le Robert. «Ce n’est peut-être pas le sujet aujourd’hui», a d’abord répondu le ministre de l’Education nationale. A ses côtés, la Première dame Brigitte Macron a brièvement glissé sa position sur le sujet. «Il y a deux pronoms : il et elle», a déclaré l'ex-professeure de français. Et d'ajouter quelques secondes plus tard : «La langue est si belle et deux pronoms c’est bien». Elle n’a pas développé davantage mais le message est passé.

«On ne doit pas triturer la langue française quelles que soient les causes, a ajouté Jean-Michel Blanquer. Le féminisme est une grande cause, mais ce n’est pas une cause qui justifie de triturer la langue française. Par exemple il est très bon de féminiser les noms de professions (…) en revanche le point médian, les modifications inopinées de la langue française, ce n’est bon à aucun titre».

Dans un tweet mardi, il avait apporté son soutien au député de la majorité François Jolivet, qui avait dénoncé l'entrée de ce mot, principalement utilisé par un public jeune, dans une lettre à l'Académie française. «Je soutiens évidemment la protestation de François Jolivet vis-à-vis du #PetitRobert. L’écriture inclusive n’est pas l’avenir de la langue française. Alors même que nos élèves sont justement en train de consolider leurs savoirs fondamentaux, ils ne sauraient avoir cela pour référence», avait-il écrit.

Dans un communiqué, Charles Bimbenet, directeur général des éditions Le Robert, s'est défendu de tout militantisme. S'il reconnait que l'usage de ce mot est «encore relativement faible», il explique que «depuis quelques mois, les documentalistes du Robert» ont constaté qu'il était de plus en plus utilisé. «De surcroît, le sens du mot "iel" ne se comprend pas à sa seule lecture (...) et il nous est apparu utile de préciser son sens pour celles et ceux qui le croisent, qu'ils souhaitent l’employer ou au contraire… le rejeter», a-t-il écrit. Et de rappeler que «la mission du Robert est d’observer l’évolution d’une langue française en mouvement, diverse, et d’en rendre compte». «Définir les mots qui disent le monde, c'est aider à mieux le comprendre.»

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1960) : JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

Jeudi 18  Novembre  2021 - Emmanuel Macron sera reçu par le pape François le 26 novembre à Rome :

Emmanuel Macron sera reçu par le pape François le vendredi 26 novembre à Rome, a annoncé jeudi l'Elysée, lors d'un déplacement du président français dans la capitale italienne et auparavant en Croatie. Il s'agit de la deuxième visite du chef de l'Etat au pape depuis le début de son quinquennat après celle de juin 2018. Emmanuel Macron se rendra d'abord la semaine prochaine en Croatie puis à Rome. Cette petite tournée européenne permettra au chef de l'Etat de "préparer la présidence française du Conseil de l'Union européenne" qui débute le 1er janvier pour six mois, selon l'Elysée.

La rencontre avec le pape interviendra alors que l'église catholique traverse une période difficile en France après les révélations choc de la commission Sauvé qui a estimé, dans son rapport publié en octobre, à 330.000 le nombre de personnes de plus de 18 ans ayant fait l'objet de violences sexuelles depuis 1950, quand elles étaient mineures de la part de clercs, religieux ou personnes en lien avec l'Eglise. Auparavant, Emmanuel Macron est attendu à Zagreb les 24 et 25 novembre pour "la première visite officielle d'un président français en Croatie depuis l'indépendance du pays" en 1991.

Ce déplacement "donnera lieu à la signature d'un partenariat stratégique et de l’accord entre gouvernements finalisant la fourniture de Rafale à la Croatie". Zagreb avait annoncé en mai l'achat de 12 avions de combat Rafale d'occasion pour moderniser ses forces armées, s'engageant ainsi dans sa plus importante commande d'armement depuis la guerre d'indépendance des années 1990. La Croatie est l'un des deux derniers pays de l'UE, avec la Hongrie, où Emmanuel Macron ne s'est pas encore rendu depuis le début de son quinquennat.

A Rome, où il arrivera le 25 novembre, le président signera avec les dirigeants italiens le traité du Quirinal, "qui favorisera la convergence des positions françaises et italiennes, ainsi que la coordination des deux pays en matière de politique européenne et étrangère, de sécurité et de défense, de politique migratoire, d’économie, d’enseignement, de recherche, de culture et de coopération transfrontalière", a indiqué l'Elysée. Après une période tendue lorsque le patron de la Ligue Matteo Salvini était ministre de l'Intérieur, les relations entre les deux "soeurs latines" se sont nettement apaisées avec l'arrivée au pouvoir de Mario Draghi à la tête du gouvernement. Le Traité du Quirinal (nom du siège de la présidence italienne) avait été annoncé en 2017, sur le modèle du traité franco-allemand.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1960) : JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

Jeudi 18  Novembre  2021 - L'ex-prêtre Bernard Preynat condamné pour des agressions sexuelles sur mineurs arrêté :

L'ex-prêtre Bernard Preynat, condamné en 2020 à cinq ans de prison ferme pour des agressions sexuelles sur mineurs commises entre 1971 et 1991 dans le diocèse de Lyon, a été arrêté mercredi dans la Loire en exécution de sa peine, a appris l'AFP de source policière.

L'ancien prêtre aujourd'hui âgé de 76 ans, qui avait jusque-là évité l'incarcération pour des raisons de santé, devait être présenté à un juge et incarcéré dans la foulée, a précisé cette source, confirmant une information de M6. "C'est une peine qui est amenée à exécution", a déclaré à l'AFP Me Frédéric Doyez, l'avocat de M. Preynat, se refusant à "plus de commentaire" sur ce point. "L'état de santé de M. Preynat est très préoccupant et il faut qu'un avis médical ait lieu, ce qui sera fait car il va voir un médecin en arrivant en prison. Soit son état de santé est compatible avec une incarcération, soit il ne l'est pas et ce sera une autre étape", a ajouté l'avocat.

En automne 2020, M. Preynat, qui avait initialement fait appel juste après sa condamnation, s'était désisté de cet appel, ouvrant la voie à son incarcération.

Six ans après les premières plaintes déposées en 2015 par d'anciens scouts abusés à l'époque par l'aumônier de Sainte-Foy-lès-Lyon (Rhône), cette annonce avait clos un long combat judiciaire qui a mis sur la sellette l'Eglise de France et son plus haut dignitaire, le cardinal Philippe Barbarin, pointés du doigt pour leur silence.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1960) : JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

Jeudi 18  Novembre  2021 - Internet rétabli au Soudan au lendemain du jour le plus sanglant depuis le putsch :

Le nouveau pouvoir militaire au Soudan a rétabli jeudi la connexion internet, coupée depuis le putsch du 25 octobre, un premier pas vers la réouverture après une répression qui a déjà fait 39 morts, dont cinq adolescents.

Depuis le coup d'Etat du général Abdel Fattah al-Burhane, Nations unies, ambassadeurs occidentaux, militants et même juges soudanais réclamaient le rétablissement d'internet. Sourds à ces appels, les généraux avaient même renforcé leur chape de plomb mercredi en coupant le téléphone. Mais après un déchaînement de violence inédit, la journée de mercredi se soldant par la mort de 15 manifestants, tués par les forces de l'ordre, et des dizaines de blessés par balles, le nouveau pouvoir a desserré l'étau. Après avoir rétabli les communications téléphoniques dans la nuit, il a rebranché internet dans l'après-midi.

Alors que l'ONG Netblocks constatait qu'internet était désormais "partiellement restauré", les militants sur les réseaux sociaux appelaient les Soudanais à mettre en ligne vidéos et informations sur les manifestations de la veille.

Rien qu'à Khartoum-Nord, banlieue reliée à Khartoum par un pont sur le Nil, au moins 11 manifestants ont été tués par des forces de sécurité qui visaient, selon un syndicat de médecins prodémocratie, "la tête, le cou ou le torse".

La mobilisation, qui réclame un gouvernement civil dans un pays sous la férule de l'armée quasiment en continu depuis 65 ans, a désormais un bastion: Khartoum-Nord. Ailleurs dans la capitale et à travers le Soudan, les défilés se sont dispersés avant la nuit de mercredi-jeudi, mais à Khatoum-Nord les anti-putsch continuent de défendre leurs barricades jeudi en répondant aux tirs de lacrymogènes par des jets de pierres.

Lors des précédentes grandes manifestations, de nombreuses capitales ont mis en garde les généraux, mais cette fois-ci, l'ONU n'a condamné que le lendemain des tirs à balles réelles "tout à fait honteux".

L'Union européenne a dénoncé "des tueries insensées inacceptables", tandis que Clément Voule, rapporteur de l'ONU pour la liberté d'association, a appelé "la communauté internationale à faire pression sur le Soudan pour faire cesser immédiatement la répression".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1960) : JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

Jeudi 18  Novembre  2021 - Les Etats-Unis commandent à Pfizer 10 millions de traitements de sa pilule anti-Covid :

Le gouvernement américain a commandé au laboratoire Pfizer 10 millions de traitements de sa pilule anti-Covid pour 5,29 milliards de dollars sous réserve du feu vert des autorités sanitaires, le président Joe Biden assurant qu'ils seront distribués gratuitement. L'entreprise pharmaceutique, qui commercialise déjà un vaccin contre le virus en collaboration avec BioNTech, a déposé en début de semaine auprès de l'agence américaine des médicaments (FDA) une demande d'autorisation en urgence pour ce traitement très attendu car il peut facilement être pris chez soi dans les premiers jours après l'apparition de symptômes en cas d'infection.

Même si l'agence doit encore donner son feu vert, "j'ai pris des mesures immédiates pour garantir un approvisionnement suffisant pour la population américaine", a souligné le locataire de la Maison Blanche dans un communiqué. Le gouvernement "fait le nécessaire pour s'assurer que ces traitements seront facilement accessibles et gratuits", a ajouté Joe Biden en insistant toutefois sur l'importance du vaccin.

Le traitement antiviral, qui sera commercialisé sous le nom de Paxlovid, a démontré une efficacité de 89% contre les hospitalisations et décès lors d'essais cliniques, lorsqu'il est pris dans les trois jours suivant l'apparition des symptômes. Ces essais ont été menés par l'entreprise sur des personnes présentant un haut risque de développer un cas grave de Covid-19. Les antiviraux agissent en diminuant la capacité d'un virus à se répliquer, freinant ainsi la maladie. Ils représentent un complément clé aux vaccins pour protéger du Covid-19.

"Se faire vacciner reste l'action la plus importante que l'on puisse prendre pour se protéger et protéger les autres et mettre fin à cette pandémie", a aussi souligné le ministre américain de la Santé Xavier Becerra dans un communiqué séparé. "Mais pour les personnes qui tombent malades et qui risquent de graves conséquences, avoir des pilules qu'elles puissent prendre pour éviter d'aller à l'hôpital pourrait être une bouée de sauvetage", a-t-il ajouté.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1960) : JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

Jeudi 18  Novembre  2021 - Pas de délocalisation définitive pour Ascoval, assure Le Maire :

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a prévenu jeudi qu'il n'était «pas question» que l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord), propriété de l'allemand Saarstahl, voit son activité délocalisée «définitivement» en Allemagne.

«Je me suis battu avec beaucoup d'énergie, avec les syndicats, avec les ouvriers, pour sauver cette usine» et «il n'est pas question de délocaliser définitivement l'activité en Allemagne», a assuré Bruno Le Maire sur RMC.

Des représentants des syndicats CGT et CFDT ont averti mercredi que l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord) projetait de délocaliser temporairement 40% de sa production sur des sites allemands, à cause du prix de l'énergie. Sans confirmer, la direction de Saarstahl, propriétaire d'Ascoval depuis quatre mois, a fait état de l'explosion des prix de l'énergie, et admis qu'elle étudiait des «options temporaires» pour «limiter les effets négatifs» de ces hausses.

«Nous serons extrêmement vigilants à ce qu'Ascoval soit le moins impacté possible par la conjoncture», a réagi mercredi soir le ministère de l'Economie, précisant que des discussions étaient en cours avec l'entreprise. «Nous travaillons à des solutions», a confirmé jeudi Bruno Le Maire, assurant qu'«Ascoval restera française» et qu'«il n'est pas question de la laisser tomber».

Un peu plus tôt, la ministre chargée de l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher, avait jugé «absurdes» les menaces de délocalisation vers des sites plus polluants, pour «une question ponctuelle de prix de l'électricité». «Le contrat qui lie l'aciérie d'Ascoval avec EDF va changer au 1er janvier, c'est-à-dire qu'il va être sur un coût d'électricité qui est stabilisé et donc ça va permettre de travailler», a souligné Agnès Pannier-Runacher sur Franceinfo.

Elle a aussi fait valoir qu'Ascoval allait bénéficier d'aides publiques venant tout juste d'être votées dans le projet de loi de finances pour compenser la hausse de l'électricité aux entreprises très consommatrices, et «faire en sorte que le prix de la compensation carbone soit plus important cette année». «Plutôt que de rembourser la tonne de carbone (non émis, NDR) sur le prix 2020, on se base sur la réalité de la tonne carbone aujourd'hui», a-t-elle dit.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1960) : JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

Jeudi 18  Novembre  2021 - Elon Musk veut faire décoller sa méga-fusée Starship début 2022 :

Elon Musk a déclaré mercredi que la méga-fusée Starship, développée par sa société SpaceX et notamment sélectionnée par la Nasa pour le retour des Américains sur la Lune, tenterait son premier vol orbital en début d'année prochaine. "Le premier vol orbital, nous espérons le faire en janvier", a-t-il déclaré lors d'une intervention devant des scientifiques de l'Académie nationale des sciences, avant d'ajouter plus tard que le test pourrait aussi avoir lieu "peut-être en février".

"Il y a beaucoup de risques associés à ce premier lancement, donc je ne dirais pas qu'il est probable qu'il soit réussi, mais je pense que nous ferons beaucoup de progrès", a-t-il ajouté.

Starship a déjà effectué plusieurs vols suborbitaux: après plusieurs tests s'étant terminés dans d'impressionnantes explosions, SpaceX avait finalement réussi à faire atterrir le vaisseau, conçu pour être réutilisable. Pour ce test orbital, il sera cette fois affublé d'un premier étage ultra-puissant appelé Super Heavy. L'autorisation du régulateur fédéral américain de l'aviation civile (FAA) est attendue "autour de la fin de l'année", a dit Elon Musk. "Nous aurons terminé le pas de tir et la tour de lancement ce mois-ci, puis nous ferons une série de vérifications en décembre", a-t-il détaillé. "Nous espérons tenter une dizaine de lancements l'année prochaine", a également déclaré le patron. "Peut-être plus."

Il a par ailleurs estimé que Starship serait opérationnelle pour transporter des chargements hors du cadre de tests "en 2023".

La Nasa a choisi de miser sur Starship pour devenir l'alunisseur utilisé dans le cadre de son programme Artémis de retour sur la Lune. Le vaisseau devra être en amont placé en orbite autour de la Lune, et les astronautes arrivant à bord de leur capsule y embarqueront afin qu'il les emmène et les ramène de la surface lunaire, en 2025 au plus tôt. Mais le patron de SpaceX voit encore plus loin pour cette "plus grande fusée jamais conçue": "ce que nous cherchons à développer avec Starship, c'est un moyen de transport généralisé pour de grandes quantités de masses ou de gens (...) n'importe où dans le système solaire".

Lors de son intervention d'une heure retransmise en direct sur Youtube, le fondateur de SpaceX a martelé sa vision: "je pense qu'il est extrêmement important que nous essayions de devenir une espèce multi-planétaire dès que possible." Car "au bout du compte, (...) la Terre deviendra inhabitable", a-t-il déclaré.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1960) : JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

Jeudi 18  Novembre  2021 - Une centaine de migrants arrêtés dans la nuit par la Pologne :

Les forces de sécurité polonaises ont arrêté une centaine de migrants alors qu'ils tentaient de franchir la frontière avec le Bélarus dans la nuit de mercredi à jeudi, Varsovie accusant Minsk d'avoir orchestré cette tentative.

Ce nouvel incident intervient alors que l'Irak a annoncé un vol de rapatriement jeudi pour au moins 200 de ses ressortissants bloqués à la frontière, dont des femmes et des enfants. Ce vol devrait partir de Minsk et aurait pour destination d'abord Erbil, capitale du Kurdistan irakien, puis Bagdad.

"Un groupe d'environ cent migrants a été arrêté par les services polonais", a indiqué le ministère, accusant les Bélarusses d'avoir "forcé les migrants à jeter des pierres sur les soldats polonais afin de détourner leur attention".

"La tentative de franchir la frontière a eu lieu à quelques centaines de mètres de là", près du village de Dubicze Cerkiewne, a souligné le ministère.

Une vidéo diffusée par le ministère de la Défense montre des soldats polonais entourant un groupe important de migrants accroupis par terre la nuit dans une forêt près d'une barrière de fils de fer barbelés. "L'attaque d'hier (mercredi) a été menée par des forces spéciales du Bélarus", a accusé une nouvelle fois le ministère de la Défense polonais.

Quelques milliers de migrants, originaires principalement du Moyen-Orient, campent depuis des jours par des températures glaciales le long de la frontière polonaise, du côté du Bélarus, dans l'espoir de pouvoir entrer dans l'UE.

L'Occident accuse Minsk d'avoir orchestré depuis l'été cet afflux, en réponse à des sanctions occidentales contre le Belarus après la répression en 2020 d'un mouvement d'opposition historique.

Varsovie, ainsi que les deux autres voisins européens du Bélarus, la Lituanie et la Lettonie, refusent d'accueillir ces milliers de migrants.

Le Bélarus a annoncé mercredi avoir des "négociations" avec Bruxelles pour régler la crise migratoire en cours aux frontières de l'UE, la Commission européenne évoquant seulement des "discussions techniques" avec Minsk sur le rapatriement dans leur pays des migrants. La Commission "tiendra des discussions techniques sur les rapatriements avec le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR), avec l'Organisation internationale pour les migrations (OIM, associée à l'ONU) et avec le Bélarus", a déclaré sur Twitter un porte-parole de l'exécutif européen.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1960) : JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

Jeudi 18  Novembre  2021 - "Face à moi, et il le sait, Macron sera battu", estime Xavier Bertrand :

Le candidat à l'investiture LR à la présidentielle Xavier Bertrand a fustigé Emmanuel Macron, selon lui "passé du président du 'en même temps', au candidat du 'tout et son contraire'", dans un entretien publié jeudi dans Valeurs actuelles. "Emmanuel Macron est un homme miroir", a raillé le président des Hauts-de-France, estimant que "derrière le miroir, on ne sait pas ce qu'il y a". "Regardez le nucléaire! En novembre 2018, il militait pour la fermeture de réacteurs nucléaires avant de changer du tout au tout après que j'ai fait du nucléaire une priorité stratégique et énergétique nationale", a-t-il lancé dans l'hebdomadaire.

Pour Xavier Bertrand, "Emmanuel Macron est si conscient que son bilan est désastreux qu'il s'est lancé dans une politique de distribution de chèques sans provisions" ces dernières semaines, "croyant acheter le vote des Français" en avril 2022.

"Tout cela ne trompera personne", veut croire le candidat à l'investiture LR à l'Elysée, donné à 14% d'intentions de vote dans le dernier sondage Harris pour Challenges publié mercredi, devant ses adversaires Michel Barnier et Valérie Pécresse (tous les deux à 10%). Les adhérents de LR désigneront le candidat de la droite pour 2022 lors du Congrès du parti du 1er au 4 décembre. La situation d'Emmanuel Macron, qui ne s'est pas encore déclaré candidat à sa réélection, "est terriblement fragile", estime Xavier Bertrand : "Sa seule chance d'être élu, c'est d'avoir face à lui les extrêmes. Face à moi, et il le sait, il sera battu", répète-t-il.

"Déclassement économique accentué", "pays où la dette a explosé", "Etat qui n'est pas géré", "laxisme", "pays où l'islamisme règne en maître dans des quartiers", les maux socio-économiques sont nombreux aux yeux de M. Bertrand qui compte, s'il est élu président, "agir sur le réel" avec une politique "mari(ant) fermeté et humanité" pour "avoir des résultats". Xavier Bertrand craint notamment l'"explosion sociale si l'on ne tourne pas très la vite la page de l'échec du quinquennat d'Emmanuel Macron", trois ans après la crise des "gilets jaunes", "une première secousse".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1960) : JEUDI 18 NOVEMBRE 2021

Jeudi 18  Novembre  2021 - Invasion du Capitole : 41 mois de prison pour le «QAnon Shaman» :

Torse nu, coiffe en fourrure, maquillage bleu-blanc-rouge et mégaphone en main, Jacob Chansley n'était pas passé inaperçu le 6 janvier dernier à Washington. Le trentenaire, surnommé «QAnon Shaman», a été condamné mercredi à 41 mois de prison, 2000 dollars de réparation et trois ans de liberté conditionnelle pour sa participation à l'invasion du Capitole. Une peine lourde pour un prévenu qui n'a pas commis de violence, mais justifiée par le juge en raison de l'attitude de Jacob Chansley durant l'invasion, qui avait encouragé les émeutiers et les guidant à travers les lieux, une lance à la main. «Ce que vous avez fait est horrible», a estimé le juge Royce Lamberth, évoquant notamment le mot laissé pour Mike Pence, vice-président vivement critiqué par les plus vifs pro-Trump car il a certifié les résultats de l'élection présidentielle : «Ce n'est qu'une question de temps. La justice arrive!» «Il a escaladé l'estrade du Sénat, s'installant à la place que le vice-président Mike Pence avait occupée une heure auparavant. Chansley a ensuite pris des photos de lui sur l'estrade et a refusé de quitter le siège lorsque des forces de l'ordre lui ont demandé. À la place, il a assuré que "Mike Pence est un putain de traitre"», a expliqué le ministère de la Justice dans un communiqué. «Ce n'est pas pacifique. C'est le chaos. C'est une obstruction criminelle», a complété la procureure Kimberly Paschall, qui avait requis une peine de 51 mois de prison.

Devant le tribunal, l'accusé a reconnu sa responsabilité, disant s'être demandé comment Jésus ou Gandhi auraient réagi, selon «AZ Central» : «Le pire dans tout ça est que je sais que c'est ma faute. La plupart des gens ne sauront pas ce que c'est de se regarder dans le miroir et de se dire : tu as vraiment déconné.» Mais il s'est défendu d'être «un dangereux criminel» : «Je ne suis pas un terroriste intérieur. Je ne suis pas un rebelle. Je suis un homme bien qui a enfreint la loi», a ajouté celui qui porte sur le torse les tatouages de signes germaniques repris par des sympathisants d’extrême-droite, nazis ou encore suprématistes blancs. «Je suis passé par une porte ouverte, mec», s'était-il défendu le 7 janvier, interrogé par NBC News. Il s'était rendu peu de temps plus tard aux autorités, après la diffusion de sa photo pour identification, mais pensait ressortir rapidement et mener une nouvelle manifestation devant le Capitole de l'Arizona -les policiers avaient trouvé, dans sa voiture, la coiffe en fourrure et ses cornes. Il se trouve en prison depuis bientôt 11 mois et purgera les deux ans et demi de prison restants dans une unité de sécurité minimale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens