Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 novembre 2021 6 13 /11 /novembre /2021 08:00
LA MARCHE DU MONDE (1955) : VENDREDI 12 NOVEMBRE 2021

Vendredi 12  Novembre  2021 - Le point du corona virus le 11 Novembre au soir :

On continue de suivre de près les données concernant la situation du coronavirus en France. Ce jeudi 11 novembre 2021, 22,64 % des lits de réanimation sont occupés en France.

Concernant l'évolution de la situation au jeudi 11 novembre 2021, il y a +12.603 nouveaux cas confirmés. Il y a donc au total au moins 7.256.643 personnes atteintes par le coronavirus depuis le début de l'épidémie en France. +17 personnes sont décédées en France depuis le dernier bilan soit 118.044 décès au total dont 91.147 (+17) à l’hôpital et 26.897 (0) en Ehpad. 51.465.542 de personnes ont reçu au moins une première dose de vaccin contre la covid-19 en France.

Au lundi 8 novembre 2021, le taux d'incidence, c'est-à-dire le nombre de patients ayant un test RT-PCR positif pour 100.000 habitants par semaine s'élevait à 94,5. Le R, représentant le nombre moyen de personnes contaminées par chaque personne atteinte de la COVID-19, est de 1,30. Le taux d'occupation des lits de réanimation en France (calculé sur le nombre total de lits disponibles au début de la pandémie) est de 22,64 % en date du jeudi 11 novembre 2021. 3,92 % des tests réalisés en France sont positifs sur les 7 derniers jours.

On comptabilise, ce jeudi 11 novembre 2021, 6.952 (+46) personnes hospitalisées en France dont 1.145 (-9) en réanimation.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1955) : VENDREDI 12 NOVEMBRE 2021

Vendredi 12  Novembre  2021 - Relations avec la Russie : Mélenchon déplore la "vision puérile du président Macron" :

Le candidat insoumis à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon a déploré vendredi la "vision puérile" d'Emmanuel Macron sur les relations avec la Chine et la Russie, le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan la qualifiant "d'enfantine". "Cultiver une telle tension à l'égard de ces deux puissances est absurde", affirme Jean-Luc Mélenchon dans un entretien accordé au journal Le Figaro. Il est interrogé sur l'absence de la Russie et de la Chine au Forum de Paris sur la Paix dont Emmanuel Macron et la vice-présidente des Etats-Unis, Kamala Harris, ont donné le coup d'envoi jeudi, dans le cadre d'une semaine particulièrement intense sur le plan diplomatique pour le chef de l'Etat.

"S'ils ne sont pas là, c'est qu'ils ne sont pas invités. Ce forum est une expression de la vision puérile du président Macron", a dit le candidat à l'Elysée.

Le président de la République, qui enchaîne les rencontres bilatérales vendredi et est l'hôte d'une conférence internationale sur la Libye dans l'après-midi, "pense qu’avec la magie de l'esprit copain anglo-saxon et en contournant les États, il va imposer ses idées dans le monde… Mais le principe des relations internationales, c'est encore et pour longtemps le lien entre les Nations", a estimé Jean-Luc Mélenchon.

Pour lui, "les sanctions contre la Russie n'ont aucun sens". "Je ne crois pas à une attitude agressive de la Russie ni de la Chine", a-t-il soutenu.

Sur Europe 1, Nicolas Dupont-Aignan a appelé à "sortir de cette vision enfantine de la politique étrangère avec les bons d'un côté et les méchants de l'autre", en estimant que les sanctions de l'UE contre la Russie étaient "injustes". "L'avenir de l'Europe passe par une grande alliance avec la Russie: ils ont les matières premières, ils ont la volonté de se défendre, eux, ils sont indispensables au Moyen-Orient et je pense que la France gagnerait à faire sauter les sanctions (...) pour retrouver une relation diplomatique intelligente avec Vladimir Poutine", a-t-il déclaré.

Une trentaine de chefs d'Etat et de gouvernement participent au quatrième Forum sur la Paix, qui se tient jusqu'à samedi à Paris.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1955) : VENDREDI 12 NOVEMBRE 2021

Vendredi 12  Novembre  2021 - Accusation de viol à l'Elysée: une enquête judiciaire ouverte :

Après l'affaire Benalla, un nouveau dossier sensible à l’Élysée ? Un militaire de l'état-major particulier de la présidence, accusé par une autre de l'avoir violée le 1er juillet, fait l'objet d'une enquête et a été placé le 12 juillet sous le statut intermédiaire de témoin assisté.

Dans son article révélant l'affaire, Libération affirme que les faits se seraient produits dans des locaux de l'état-major particulier de l’Élysée le 1er juillet, en marge d'un pot de départ de trois collaborateurs, et bien après le départ du chef de l'État Emmanuel Macron qui avait prononcé un discours en début de soirée.

"Une jeune militaire, qui assistait auparavant au pot de départ, dit s'être vue imposer des violences sexuelles par un homme, lui aussi militaire" et "sous-officier". "Les deux militaires sont affectés à l’état-major particulier, travaillent ensemble au quotidien et se connaissent", selon le quotidien. La jeune femme aurait déposé "dans les heures qui ont suivi" une main courante au commissariat du VIIIe arrondissement, ajoute Libération.

Contactée, une source judiciaire a confirmé l'information du quotidien selon laquelle un juge d'instruction parisien a été saisi le 12 juillet d'une information judiciaire pour "viol".

Cette source a précisé à l'AFP que "les investigations sont toujours en cours" et le militaire mis en cause "a été placé" le 12 juillet à l'issue de son interrogatoire devant le juge d'instruction "sous le statut de témoin assisté", un statut moins incriminant que celui de mis en examen. Comme à Libération, l'Élysée a indiqué à l'AFP ne "jamais" commenter "les affaires judiciaires en cours".

La présidence d'Emmanuel Macron a été marquée par d'autres agissements fautifs reprochés à l'un des collaborateurs du chef de l’État, le chargé de mission Alexandre Benalla. L'affaire avait déclenché un séisme politique dont les répliques avaient secoué pendant de longs mois le sommet de l’État, de révélations de presse en commissions parlementaires. Et l’Élysée s'était vu reprocher un supposé manque de diligence à le sanctionner.

Très rapidement, l’Élysée a précisé à Libération puis à l'AFP vendredi que "dès que les faits ont été portés à la connaissance des autorités, des mesures ont immédiatement été prises : écoute, soutien et accompagnement de la victime, affectation immédiate, loin de l'Élysée, de la personne incriminée".

Comme à Libération également, une source proche du dossier a souligné auprès de l'AFP que "Patrick Strzoda, le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron, se veut depuis l’affaire Benalla intransigeant, intraitable et fulgurant dès qu’il y a un comportement inapproprié d’un collaborateur de l’Elysée".

Alors que Libération indique qu'une "enquête administrative" a été déclenchée à l'encontre du militaire suspecté, le ministère des Armées n'a pas souhaité commenter dans l'immédiat.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1955) : VENDREDI 12 NOVEMBRE 2021

Vendredi 12  Novembre  2021 - Made in France : Arnaud Montebourg plaide pour la création d'un délit de "trahison économique" :

A l'occasion du salon du "Made in France", le candidat à l'Elysée a plaidé vendredi pour la création d'un délit de "trahison économique" pour sanctionner les dirigeants qui vendraient leurs entreprises "en pièces détachées" à des groupes étrangers.

Le candidat à l'Elysée Arnaud Montebourg a plaidé vendredi pour la création d'un délit de "trahison économique" pour sanctionner les dirigeants qui vendraient leurs entreprises "en pièces détachées" à des groupes étrangers, à l'occasion du salon du "Made in France".

"Je veux créer un délit de trahison économique car à chaque fois qu’il y a eu des ventes à l’étranger, il y a eu des gros chèques qui sont arrivés sur les comptes des dirigeants", a affirmé sur BFM et RMC l'ancien ministre de François Hollande, chantre du "Made in France" qui avait posé en marinière pour promouvoir la production française. "Maintenant, ça suffit! Je considère que tous ces vendeurs à la sauvette de la France en pièces détachées doivent maintenant répondre de leurs actes devant la justice avec une responsabilité pénale pour trahison économique", a-t-il ajouté avant de se rendre au salon du "Made in France" qui se tient à Paris jusqu'à dimanche.

"L’élite dirigeante de ce pays a laissé mourir tout une série de fleurons qui nous ont fait beaucoup de mal, à chaque fois comme un coup de poignard dans le cœur national", a ajouté Arnaud Montebourg, citant les exemples "d'Alstom, Technip, Alcatel, Lafarge, Essilor, Suez et maintenant Engie qui est coupée en rondelles".

De nombreux prétendants à l'Elysée se rendront au 9e salon du "Made in France", parmi eux la candidate à l'investiture LR Valérie Pécresse, la candidate du RN Marine Le Pen, le LFI Jean-Luc Mélenchon, l'écologiste Yannick Jadot et le polémiste d'extrême droite Eric Zemmour. Le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, qui s'y rend également vendredi, s'est réjoui sur l'antenne d'Europe 1 "qu’il y ait une prise de conscience" sur le besoin de réindustrialiser la France.

"Maintenant la question c’est de passer de la prise de conscience et des belles intentions à la réalité de la réindustrialisation", a-t-il souligné, proposant de diviser par deux l’impôt sur les sociétés (IS), à 12,5%, "mais uniquement sur les bénéfices réinvestis sur le sol français, pas ceux donnés aux actionnaires ou ceux investis en Slovaquie, en Chine ou ailleurs".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1955) : VENDREDI 12 NOVEMBRE 2021

Vendredi 12  Novembre  2021 - Il n'y a officiellement plus de jauge dans les boîtes de nuit :

L'ensemble des boîtes de nuit n'auront plus à limiter leur clientèle aux trois quarts de leur capacité, une mesure en vigueur depuis l'été contre le Covid-19 mais de fait déjà abrogée dans la majeure partie du pays, a annoncé jeudi le gouvernement.

Un décret publié au Journal officiel a supprimé une précédente disposition, prise en juin, qui imposait une jauge de 75% à une catégorie d'établissements comprenant les discothèques et les salles de concert accueillant du public debout.

A l'époque, cette mesure avait accompagné la réouverture de ces établissements, attendue de longue date. Le secteur des discothèques a été particulièrement affecté par la crise sanitaire car il a été le seul à avoir été contraint, pendant plus d'un an, à une fermeture sans interruption, par contraste notamment avec les restaurants.

La limitation à 75% était donc apparue comme un moindre mal pour le secteur. Mais, de toute façon, elle est ensuite largement devenue obsolète : la grande majorité des départements l'ont supprimée au niveau local.. Le ministère de la Culture a précisé à l'AFP que cette jauge n'était déjà plus obligatoire dans «80%» des départements début novembre, évoquant une «clarification» avec la mesure annoncée ce jeudi, alors que l'épidémie est en phase de reprise.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1955) : VENDREDI 12 NOVEMBRE 2021

Vendredi 12  Novembre  2021 - Un ostréiculteur de l'île de Ré se fait voler trois tonnes d'huîtres :

Trois tonnes d'huîtres commercialisables cet hiver ont été volées à un ostréiculteur de l'île de Ré entre la fin du mois d'octobre et le début du mois de novembre, a-t-on appris jeudi auprès du parquet de La Rochelle.

"Trois cent poches d'huîtres", soit l'équivalent de trois tonnes, ont été volées entre "le 22 octobre et le 4 novembre" à Loix, dans la baie du Fier d’Ars, où "le ou les auteurs ont pu accéder aux parcs en tracteur ou en bateau", a précisé le procureur Laurent Zuchowicz, confirmant une information du journal Sud-Ouest.

Selon l'ostréiculteur victime, Franck Moreau, contacté par l'AFP, les pertes se chiffrent "à près de 20.000 euros". "Il n'y avait que des huîtres commercialisables" pour Noël, a ajouté M. Moreau, qui estime que d'autres vols ont été commis dans cette baie et sur l'île d'Oléron ces dernières semaines.

Les vols d'huîtres sont particulièrement fréquents dans les périodes qui précèdent les fêtes de fin d'année en Charente-Maritime, qui comprend le plus important bassin ostréicole de France à Marennes-Oléron, malgré la surveillance des parcs à huitres par les gendarmes et le recours aux nouvelles technologies - traceur camouflé dans une huître, drones- par les exploitants.

Environ 30.000 tonnes d'huîtres sont produites en Charente-Maritime par un millier de petits exploitants chaque année, ce qui représente le tiers de la production nationale.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1955) : VENDREDI 12 NOVEMBRE 2021

Vendredi 12  Novembre  2021 - Un an de prison pour un député à l'origine du #Metoo tunisien :

Un député tunisien, accusé d'avoir harcelé sexuellement une étudiante et dont les agissements avaient déclenché un #Metoo tunisien sur les réseaux sociaux, a été condamné vendredi à un an de prison ferme, selon l'avocate de la victime.

Zouhair Makhlouf, un député indépendant, avait été photographié en octobre 2019 à Nabeul, dans le centre-est de la Tunisie, en train de se masturber dans sa voiture, par une lycéenne qui l'a accusé de harcèlement. D'après l'élève qui avait publié les photos sur les réseaux sociaux, il l'avait suivie sur le chemin de son lycée.

Le député, que les images montraient arborant un T-shirt de son parti de l'époque, Qalb Tounès, le pantalon baissé et le regard tourné vers la jeune fille, avait assuré qu'étant diabétique, il avait dû uriner en urgence dans une bouteille.

Le tribunal de Nabeul, devant lequel il était jugé, l'a condamné à un de prison ferme pour "harcèlement sexuel" et "outrage public à la pudeur" et émis un mandat de dépôt à son encontre, a indiqué à l'AFP Naïma Chabbouh, l'avocate de la jeune fille.

La diffusion virale des images de l'incident avait déclenché une vague inédite de témoignages de victimes de harcèlement et d'agressions sexuelles sur les réseaux sociaux, avec le hashtag #EnaZeda, "moi aussi", en référence au mouvement #Metoo déclenché aux Etats-Unis en 2017 par l'affaire Harvey Weinstein.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1955) : VENDREDI 12 NOVEMBRE 2021

Vendredi 12  Novembre  2021 - Julian Assange autorisé à se marier en prison, selon sa compagne :

 Julian Assange va pouvoir se marier à la prison haute-sécurité près de Londres où il est détenu en attendant l'issue de la demande d'extradition formulée par Washington, qui veut juger le fondateur de Wikileaks pour une fuite massive de documents, selon sa compagne Stella Moris.

«Bonne nouvelle : le gouvernement britannique a reculé 24 heures avant l'échéance. Julian et moi avons la permission de nous marier à la prison de Belmarsh», a tweeté l'avocate sud-africaine, qui a eu deux enfants avec Julian Assange quand il était réfugié dans l'ambassade d'Equateur à Londres.

«Je suis soulagée mais toujours en colère qu'une action judiciaire ait été nécessaire pour mettre un coup d'arrêt à l'interférence illégale à notre droit élémentaire à se marier», a-t-elle ajouté, après avoir annoncé ces derniers jours avoir engagé une procédure contre le refus des autorités de permettre cette union.

Selon un porte-parole de l'administration pénitentiaire, «la demande de M. Assange a été reçue, examinée et traitée de la manière habituelle par le gouverneur de la prison, comme pour tout autre détenu». La date du mariage n'a pas été fixée, pas plus que celle de la décision de la justice britannique sur l'appel formulé contre les Etats-Unis contre le refus d'extradition prononcé en janvier.

En première instance, la justice britannique avait refusé d'extrader l'Australien de 50 ans en raison du risque de suicide s'il était remis aux autorités américaines. L'appel de Washington a été examiné lors de deux jours d'audience devant la Haute-Cour de Londres fin octobre.

Julian Assange est poursuivi par la justice américaine pour avoir diffusé, à partir de 2010, plus de 700.000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, en particulier en Irak et en Afghanistan.

Il a été arrêté par la police britannique en avril 2019 après avoir passé sept ans à l'ambassade d'Equateur à Londres, où il s'était réfugié alors qu'il était en liberté sous caution. Il craignait une extradition vers les États-Unis ou la Suède, où il a fait l'objet de poursuites pour viol, depuis abandonnées.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1955) : VENDREDI 12 NOVEMBRE 2021

Vendredi 12  Novembre  2021 - EDF va cesser de couper l'électricité en cas d'impayés :

Le géant français de l'énergie EDF a annoncé vendredi qu'il allait cesser de demander la coupure de l'électricité pour ses clients particuliers en situation d'impayés, et ce toute l'année et non plus seulement durant la trêve hivernale.

A la place, le groupe demandera, à partir du 1er avril 2022, une limitation de puissance à 1 kVA, permettant d'avoir accès à des usages essentiels tels que le fonctionnement du réfrigérateur ou la recharge d'appareils électriques, a-t-il précisé dans un communiqué. "Cette mesure (...) s'appliquera dans tous les cas, sauf s'il existe une impossibilité physique ou technique de limiter la puissance de l'alimentation électrique du logement", a-t-il ajouté.

Cette annonce intervient deux jours après que le Médiateur national de l'énergie a pris position pour un droit d'accès minimal à l'électricité pour les foyers les plus précaires, et alors que les prix de l'énergie ont flambé au cours des derniers mois sur fond de reprise économique mondiale.

"Sans électricité, pas de lumière, pas de chauffage, pas d'accès à internet, ni au téléphone. Il n'est pas acceptable, dans un pays comme la France, que des foyers puissent se retrouver dans une telle situation de précarité et de pauvreté", avait plaidé Olivier Challan Belval.

En France, le gouvernement a récemment annoncé des mesures face à la hausse des cours de l'énergie, qui touche l'Europe entière: un chèque de 100 euros supplémentaires pour les ménages précaires, gel de l'augmentation du prix du gaz et limitation de celle du tarif de l'électricité.

Dans son communiqué, EDF souligne qu'il privilégie déjà, depuis quelques années, la limitation de puissance à la demande de coupure d'électricité. Selon le groupe, ce choix a permis de réduire d'un tiers le nombre de coupures en cinq ans.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1955) : VENDREDI 12 NOVEMBRE 2021

Vendredi 12  Novembre  2021 - Mayenne: la jeune joggeuse admet avoir menti :

L'adolescente de 17 ans, qui avait déclaré avoir été enlevée par deux ravisseurs en début de semaine, a admis avoir menti.

Fin de l'histoire qui tenait en haleine la Mayenne ? La jeune fille de 17 ans portée disparue le 8 novembre 2011 et retrouvée deux jours plus tard saine et sauve, a admis «avoir menti», selon les propres termes du communiqué de la procureure de la République de Laval Céline Maigné. Dans un premier temps, l'adolescente avait déclaré avoir été enlevée par deux ravisseurs. Une enquête pour enlèvement et séquestration avait même été ouverte. Selon elle, les «blessures sont accidentelles». Elle a déclaré devant les enquêteurs s'être rendue à pied à Sablé-sur-Sarthe et avoir découpé elle-même son tee-shirt avec des ciseaux.

La jeune fille, scolarisée dans un lycée de Sablé-sur-Sarthe (Sarthe), était partie de son domicile à Saint-Brice lundi 8 novembre vers 16 heures pour faire son jogging. Sa disparition avait été signalée à 18h40 par ses parents. Son père s'était rendu sur le parcours habituel réalisé par sa fille lorsqu'elle faisait son jogging sans parvenir à la retrouver. «Il a découvert différents effets appartenant à sa fille», éléments en cours d'expertise, avait précisé Mme Maigné qui a décrit cette dernière comme «parfaitement insérée, entourée, sportive». Elle regrette ce vendredi avoir provoqué une telle mobilisation - 200 militaires avaient ratissé les lieux proches de sa «disparition présumée». L'adolescente fera désormais l'objet d'une procédure pour «dénonciation d'infraction imaginaire» mais il reste des zones d'ombre à éclaircir.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1955) : VENDREDI 12 NOVEMBRE 2021

Vendredi 12  Novembre  2021 – Présidentielle : Zemmour et la tentation du 5 décembre :

 L’ancien journaliste du «Figaro» Eric Zemmour cherche la bonne date pour lancer sa candidature. Le dimanche 5 décembre est dans les tuyaux. Avec un double avantage: il tombe le jour du 45e anniversaire de la fondation du RPR, parti dont il se revendique, et cela éclipserait le candidat des Républicains désigné la veil

«Je n’ai plus qu’à appuyer sur le bouton.» Eric Zemmour l’avoue lui-même: l’annonce de sa candidature pour l'élection présidentielle n’est plus qu’une question de date. Mais comment la choisir? Comment créer l’événement autour d’un non-événement tant l’officialisation de son lancement de campagne est devenue une évidence? L’ancien journaliste du «Figaro» sait qu’il ne peut plus beaucoup attendre. «Le suspense est assez mince», admet un de ses supporters. Mais la pression monte. Après avoir complètement accaparé l’attention de cette pré-campagne à la surprise générale, l’auteur de «La France n’a pas dit son dernier mot» sait qu’il doit accélérer sous peine de stagner, voire de passer de mode.

Pour l’instant, les sondages lui promettent un score autour de 16-17%. Un niveau très élevé qui le place devant ou à égalité avec Marine Le Pen et surtout devant le candidat des Républicains. Bref, la seconde place est jouable. Une situation proprement impensable il y a encore quelques semaines. Le plus dur commence néanmoins pour le polémiste, positionné très à droite sur l’échiquier politique.

Le principe d’une annonce avant la fin de l’année tient la corde. Eric Zemmour entend ses partisans -notamment ceux en charge de collecter les parrainages- lui expliquer qu’il est plus facile de solliciter les maires quand le candidat est déclaré. L’argument est imparable. Deuxième élément pris en considération: la loi sur le financement de la vie politique fixe quelques contraintes non négligeables. Les dons des personnes physiques sont limités à 7500 euros par personne et à un seul candidat. A cela s’ajoute la possibilité de verser, au titre du financement d’un parti politique, 4600 euros par personne physique et par an. Un point qui n’a pas échappé aux bienfaiteurs d’Eric Zemmour, qui pourraient l’aider en 2021 et 2022... mais à condition qu’il se déclare avant la fin de l’année.

Enfin la dernière raison est plus tactique. Le défenseur du « grand remplacement » a dans son viseur les Républicains. Il entend donc semer la zizanie pendant et juste après leurs débats destinés à désigner leur champion. L’hypothèse d’une annonce le 11 novembre jour de l’armistice de la Grande guerre a d’abord été lancée puis il y avait celle du 9 novembre, anniversaire de la mort du général De Gaulle…

Désormais, la date visée serait celle du…5 décembre. Le futur candidat l’aurait, selon nos informations, lui-même soufflé à l’un de ses amis. Ce dimanche 5 décembre présente bien des avantages. D’abord, il tombe le lendemain du 4 et, donc de l’annonce du vainqueur de la primaire de la droite. Idéal donc pour piquer la lumière aux LR. Ensuite, il n’a pas échappé à Eric Zemmour que ce 5 décembre 2021 coïncide avec le 45ème anniversaire de la fondation du RPR par Jacques Chirac. Le symbole serait trop beau pour celui qui déclare inscrire ses pas dans le droit fil de la droite RPR. « Le 5 décembre est un leurre », dit-on chez les partisans de « Z ». A voir. La date, si elle est arrêtée, ne serait partagée qu’entre Eric et Sarah Knafo, sa conseillère. Pire qu’un secret d’Etat. Il reste à Eric Zemmour, féru d’histoire napoléonienne, la possibilité de lancer son épopée présidentielle le 2 décembre, jour anniversaire de la bataille d’Austerlitz… En attendant, le futur candidat devra attendre pour débattre avec un des ministres d’Emmanuel Macron. Consigne a été donnée par l’Elysée de ne pas croiser le fer sur les plateaux de télévision avec le polémiste tant qu’il n’a pas déclaré sa candidature. Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal nous confie qu’il a dû renoncer à affronter Eric Zemmour. La chaîne CNews lui proposait de débattre. Le benjamin de l’équipe de Jean Castex, qui en a très envie, devra attendre que l’ancienne plume du Figaro se déclare le 2, le 5 ou une autre date en décembre.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1955) : VENDREDI 12 NOVEMBRE 2021

Vendredi 12  Novembre  2021 - L'Eglise portugaise prend des mesures pour lutter contre les abus sexuels :

L'Eglise portugaise va créer une commission nationale pour étudier la question des violences sexuelles sur les "mineurs et adultes vulnérables" et accompagner les victimes au sein de l'institution catholique, a annoncé jeudi la conférence épiscopale portugaise.

"Nous n'avons pas peur" de cette thématique, a déclaré Mgr José Ornelas, président de la conférence épiscopale portugaise (CEP), durant une conférence de presse.

Les évêques portugais, qui affirment dans un communiqué prendre "la question du soutien et de l'accueil des victimes" au "sérieux", ont acté la création de cette commission à l'issue d'une assemblée épiscopale qui se tient depuis lundi à Fatima (centre), un haut-lieu de pèlerinage catholique.

Ce comité, qui va coordonner des groupes de travail au niveau local, permettra "d'harmoniser les méthodes et mieux comprendre ce phénomène dans le temps", a expliqué Mgr Ornelas. "Nous voulons que cette commission aille au fond des choses" et qu'elle permette d'avoir une "dimension claire de cette situation", a-t-il souligné.

Plusieurs personnalités ont adressé cette semaine une pétition à la conférence épiscopale afin de réclamer une enquête indépendante sur les abus sexuels au sein de l'Eglise, semblable à ce qui a été réalisé en France.

L'Eglise française a mis en place une commission indépendante sur la pédo-criminalité qui a identifié au moins 216.000 victimes de clercs (prêtres ou diacres) ou de religieux en France depuis 1950. En Allemagne, le clergé a financé une étude qui a révélé 3.677 cas entre 1946 et 2014.

Le fait qu'il y ait peu de plaintes au Portugal "ne peut être un argument" pour ne pas agir, estiment les signataires portugais de cette lettre ouverte. Si l'Eglise ne lance pas cette "enquête approfondie et indépendante" cela pourrait être perçu comme le désir de cacher quelque chose", ont-ils estimé.

Les commissions diocésaines déjà en place localement et chargées de suivre les questions d'abus sexuels sont "composées de nombreux laïcs", a indiqué Mgr Ornelas, ajoutant qu'elles jouissaient d'une "liberté" dans la "recherche intransigeante de la vérité".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens