Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 août 2021 2 24 /08 /août /2021 07:00
LA MARCHE DU MONDE (1879) : LUNDI 23 AOUT 2021

Lundi 23 août 2021 -  Le point du coronavirus le 22 août  au soir :

Le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés dans les services de soins critiques est toujours au-dessus des 2.000 patients, selon les données publiées dimanche par les autorités sanitaires. Avec 103 personnes placées en réanimation ces dernières 24 heures (165 samedi), les services de soins critiques accueillent dimanche 2.128 patients (2.106 samedi). Cet indicateur, scruté de près par les autorités sanitaires, était passé sous la barre des 1.000 patients le 7 juillet.

Le nombre d'hospitalisations est toujours important avec 10.651 patients (10.463 samedi), dont 542 en 24 heures (120 pour la seule Martinique). Au cours des dernières 24 heures, 17.300 personnes (22.636 relevées la veille) ont été testées positives au Covid-19. Le taux de positivité des tests se situe à 3,2%, comme la veille.

Avec 44 décès en 24 heures, le nombre de décès s'élève désormais à 113.372 depuis le début de l'épidémie de Covid-19. Depuis près d'un mois, la courbe des hospitalisations liées au Covid ne cesse de monter et soulève des questions autour de la rentrée scolaire. Une campagne de vaccination via les collèges et lycées débutera dès la rentrée scolaire pour les élèves de plus de 12 ans qui le souhaitent, a annoncé dimanche le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer dans un entretien au JDD. Pour l'Outremer, la situation est préoccupante. Les écoles, collèges et lycées vont fermer "dès lundi" en Polynésie française en raison de la flambée de Covid-19, dans le cadre d'un durcissement du confinement prévu pour deux semaines. La Martinique, sous confinement strict, connaît une "relative stabilisation" de l'épidémie mais à un niveau "très élevé" et le directeur de l'Agence régionale de santé de l'île Jérôme Viguier a déclaré samedi à l'AFP: "On va encore avoir besoin de renforts". Pour la vaccination en France, depuis le début de la campagne, 47.484. 044 personnes ont reçu au moins une injection (soit 70,4% de la population totale) et 41.281.899 personnes ont désormais un schéma vaccinal complet (soit 61,2% de la population totale).

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1879) : LUNDI 23 AOUT 2021

Lundi 23 août 2021 -  Joséphine Baker au Panthéon: la classe politique unanime :

 Résistante, militante antiraciste, artiste, Joséphine Baker fera son entrée au Panthéon en France le 30 novembre prochain.

Voici de premières réactions politiques à l'entrée prochaine au Panthéon de l'artiste franco-américaine Joséphine Baker (1906-1975), figure éminente de la Résistance et de la lutte antiraciste, prévue le 30 novembre (sur Twitter):

- Anne Hidalgo, maire socialiste de Paris : "Une très belle décision, une très bonne nouvelle pour la reconnaissance publique des femmes dans notre pays"

- Rachid Temal, sénateur socialiste: "Une bonne nouvelle. Et pour Gisèle Halimi, des nouvelles?"

- Fabien Roussel, secrétaire national du PCF: "Joséphine Baker a toute sa place au Panthéon. Artiste remarquable, résistante, militante antiraciste, engagée au service de la France, son histoire doit rester dans nos mémoires"

- Fabienne Keller, eurodéputée Renew et vice-présidente d’Agir : "Son entrée au Panthéon est une très bonne nouvelle. Immense artiste, elle a aussi mené une remarquable lutte contre le racisme et les discriminions".

- Robert Ménard, maire de Béziers proche du RN : "Magnifique nouvelle. Cette sublime patriote le mérite!"

- Yaël Braun-Pivet, présidente LREM de la commission des Lois : "C’est une grande dame qui va faire son entrée au Panthéon. Une femme libre, aux milles facettes, engagée avec courage et détermination pour que vivent nos valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité. Un exemple pour tous"

- Aurore Bergé, députée LREM: "La femme libre, la résistante, l'artiste, l'amoureuse de la France, la militante des droits. Joséphine Baker entrera au Panthéon".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1879) : LUNDI 23 AOUT 2021

Lundi 23 août 2021 -  Xavier Bertrand ne veut toujours pas de la primaire de la droite :

Sur Europe 1 et dans «Le Journal du Dimanche», le candidat à la présidentielle Xavier Bertrand a clairement marqué son opposition à l'idée de participer à une primaire de la droite et du centre.

«En aucun cas de figure». Interrogé par Sonia Mabrouk sur Europe 1, le président de la Région Hauts-de-France a persisté dans son opposition à participer à une primaire de la droite pourtant souhaitée par un certain nombre de ténors de son ancien parti Les Républicains. «La primaire, ce n’est pas mon affaire», a déclaré Xavier Bertrand. «Je veux un contact direct avec les Français. Je suis allé cet été à leur rencontre (…) j’ai vu des Français qui sont amoureux de leur pays, combatif mais inquiet aussi de l’avenir de leurs enfants.»

La veille, dans «Le Journal du Dimanche», le candidat à l'élection présidentielle avait expliqué être convaincu qu'il n'y aurait pas deux candidats au premier tour. «Je ne serai pas candidat à une primaire mais je le dis clairement : je tendrai la main. A Valérie Pécresse, comme à Laurent Wauquiez, comme à tous les autres.» «L'union, plus tôt on saura la faire, mieux ce sera.».

Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez et Bruno Retailleau ont signé début juillet une tribune commune pour réclamer «dès que possible» une primaire. «L'homme ou la femme providentiel que certains espéraient ne s'est pas imposé», affirmaient-ils élus dans cette tribune publiée par Le Figaro, signée également du patron des centristes Hervé Morin. «L'équipe de France de la droite et du centre prend forme. Mais il nous manque encore un capitaine pour nous mener à la victoire», ajoutaient-ils.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1879) : LUNDI 23 AOUT 2021

Lundi 23 août 2021 -  Georges Brassens, l’éternel enfant de Sète :

Dans ce paradis souvent retrouvé, il chérissait les amitiés et les souvenirs. Ceux d’un collégien réfractaire à l’éducation, animé par l’aventure de la poésie et l’amour de la chanson. Pour les 100 ans de sa naissance, en partenariat avec Paris Match, sa ville natale et l’office de tourisme de Sète organisent, jusqu’en décembre, « L’itinéraire Brassens », une exposition de photos à ciel ouvert.

« À Sète, j’ai surtout des souvenirs d’enfance », avait confié Brassens à Paris Match en 1978. « Les meilleurs, en dehors des copains, c’est la mer, la voile. Les mauvais souvenirs, c’est l’école, le collège. » Entre la Méditerranée et l’étang de Thau, Brassens a grandi au soleil du Midi, dans cette ville aux ruelles pentues, peuplée d’ouvriers et de dockers. Né le 22 octobre 1921 au 54, rue de l’Hospice, devenue depuis le 20, rue Georges-Brassens, il est bercé par les chants de sa mère, Elvira, fille très pieuse d’un journalier napolitain, qui fredonne à longueur de journée du Tino Rossi et du bel canto. Son père, Jean-Louis, maçon, aime le jazz. Nous sommes au temps des phonographes, ce sont les débuts de la TSF… Après avoir fréquenté l’école chrétienne Saint-Vincent, Brassens entre au collège de Sète, l’actuel lycée Paul-Valéry, où il va rester onze ans. Réfractaire à l’instruction, il est turbulent et batailleur. Mais un professeur de lettres, Alphonse Bonnafé, lui insuffle l’amour de la poésie et de la littérature. « On était des brutes, on s’est mis à aimer les poètes. Je me suis ouvert à quelque chose de grand. Alors j’ai voulu devenir poète… », disait-il. Il sera dès lors, comme disait de lui Desproges, un éternel « rempart contre la connerie ». Avec sa bande de copains, parmi lesquels Émile Miramont, Loulou Bestiou, Henri Delpont et Victor Laville qui resteront ses amis, ils forment un petit orchestre qui anime les guinguettes du mont Saint-Clair et les fêtes de quartier. Il se rend à ses premiers concerts et s’abreuve des mélodies de Charles Trenet comme du jazz d’avant-guerre.

« Nous étions quatre bacheliers […] Pour offrir aux filles des fleurs […] Nous nous fîmes un peu voleurs », dit une de ses chansons. En 1938, avec une dizaine de camarades de sa classe, ils s’improvisent cambrioleurs en délestant de leurs bijoux et d’un peu de monnaie les membres de leurs familles pour les revendre et se faire de l’argent de poche. La petite bande est arrêtée : Brassens, qui avait volé une bague à sa sœur, écope d’une peine de prison avec sursis et est renvoyé du lycée. En février 1940, il quitte Sète pour monter à Paris. Là, il emménage chez sa tante Antoinette, rue d’Alésia, et se fait embaucher chez Renault comme manœuvre spécialisé. Mais en mars 1943, il est réquisitionné pour le Service du travail obligatoire et envoyé à Basdorf, au nord de Berlin. Affecté à l’usine BMW, il vit dans un camp où cohabitent 4 000 travailleurs. Parmi eux se trouve celui qui deviendra à la fois son chauffeur, son secrétaire et son agent en plus d’être son ami, Pierre Onténiente. Un an plus tard, il profite d’une permission pour rester à Paris et, pour ne pas être repéré par les autorités allemandes, emménage au 9, impasse Florimont chez Jeanne Planche, une amie de sa tante. Le confort est spartiate, sans eau courante ni électricité, mais Georges Brassens y restera vingt-deux ans.

Par peur de ne plus être libre, il ne fondera jamais de famille. Tout comme il n’épousera pas la femme de sa vie, Joha, surnommée « Püpchen », qu’il rencontre en 1947.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1879) : LUNDI 23 AOUT 2021

Lundi 23 août 2021 -  Ligue 1: Nice-OM arrêté après un envahissement du terrain par les supporters :

Le match de football Nice-Marseille a été définitivement arrêté par l'arbitre après une heure et trente minutes d'interruption à la suite de l'envahissement du terrain par quelques supporters niçois, dimanche pour une rencontre de la troisième journée du championnat de France, a constaté un journaliste de l'AFP.

Une heure et vingt minutes après l'interruption, Nice voulait reprendre la partie, mais pas l'Olympique de Marseille, alors que les locaux menaient 1 à 0 grâce à un but du Danois Kasper Dolberg (49e).

L'arbitre a mis le ballon au poteau de corner, là où le jeu s'était arrêté, a sifflé et constaté l'absence des Marseillais. "La décision a été prise par les autorités de reprendre le match, mais les Marseillais ne veulent pas", avait indiqué quelques minutes avant le président niçois, Jean-Pierre Rivère, au micro du diffuseur Prime Video.. Selon une source proche du dossier, le préfet et le délégué du match ont souhaité reprendre la rencontre, mais l'arbitre, Benoît Bastien et l'OM n'ont pas voulu.

L'incident a commencé à la 75e minute quand l'ex-international français de l'OM Dimitri Payet a renvoyé vers la tribune des supporters de Nice une des nombreuses bouteilles en plastique qu'il recevait à chaque fois qu'il allait tirer un corner. Furieux, des supporters sont descendus sur la pelouse pour menacer le N.10 marseillais, avant que l'arbitre ne renvoie les joueurs aux vestiaires.

Heurté par un des projectiles, Payet s'est effondré au sol avant de se relever et d'empoigner la bouteille qui l'avait touché pour la lancer vers la tribune.

Ses coéquipiers Alvaro Gonzalez et Mattéo Guendouzi se sont précipités vers le "kop", la zone d'où venait la bouteille, pour s'adresser aux Ultras. Dante, le capitaine niçois, est ensuite arrivé pour tenter de calmer les supporters.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1879) : LUNDI 23 AOUT 2021

Lundi 23 août 2021 -  Incidents Nice-Marseille : Maracineanu dénonce "une insulte pour le football" :

Les incidents qui ont conduit à l'interruption du match de Ligue 1 Nice-Marseille dimanche soir sont "une insulte pour le football", a affirmé lundi la ministre des Sports Roxana Maracineanu sur BFMTV, en réclamant des "sanctions" pour les "coupables". Le match de la 3e journée Nice-Marseille a été arrêté dimanche une heure et demie après que des supporters ont envahi le terrain à la suite d'un incident qui a enflammé la rencontre: une énième bouteille en plastique lancée sur le joueur marseillais Dimitri Payet, que ce dernier a renvoyée vers la tribune. Nice menait 1-0 quand la rencontre a été interrompue à la 75e minute.

Lundi, une enquête a été ouverte par le parquet de Nice et les deux clubs ont été convoqués devant la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP). "C'est évidemment regrettable étant donné le temps que nous avons passé à suivre des matches sans spectateurs, sans amoureux de sport, sans encouragements", a d'abord réagi la ministre. "Voir ça dès les premiers matches de football, ça fait de la peine, c'est intolérable parce que la première des conditions pour qu'un match se déroule c'est évidemment d'assurer la sécurité des gens qui sont sur un terrain, des joueurs, des arbitres, des entraîneurs", a-t-elle poursuivi.

"Ces incidents sont une insulte d'abord pour le football, pour le sport en général et les supporters eux-mêmes", a-t-elle ajouté en demandant de "sanctionner", les auteurs de jets de projectiles et ceux qui ont envahi la pelouse, "comme il faut". "Il y a les sanctions, les interdictions de stade. Je suis prête à rouvrir ce dossier s'il le faut, si toutefois on arrive à désigner les coupables en question", a-t-elle précisé.

"Je crois qu'il faut qu'il y ait des pénalités pour le club en question", a aussi estimé Roxana Maracineanu. Le match aurait-il dû reprendre? "Cela va être l'un des éléments de l'enquête. Si les joueurs se sont sentis en danger (...) ils ont bien fait de rester dans les vestiaires et de faire en sorte que le match ne reprenne pas", a répondu la ministre.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1879) : LUNDI 23 AOUT 2021

Lundi 23 août 2021 -  L'île grecque d'Eubée à nouveau frappée par le feu :

Le nouveau feu de forêt sur l'île d'Eubée se déplaçait vers la station balnéaire de Marmari, à 200 km au nord-est d'Athènes, où les autorités préparaient une évacuation de la population par bateau

Des équipes de pompiers et des bombardiers d'eau combattaient lundi un nouvel incendie dans le sud de l'île grecque d'Eubée, à nouveau frappée par le feu et où deux quartiers ont dû être évacués à Fygia. Le feu de forêt se déplaçait vers la station balnéaire de Marmari, à 200 km au nord-est d'Athènes, où les autorités préparaient une évacuation de la population par bateau, selon la Athens News Agency (ANA).

Quarante-six pompiers luttaient contre le feu près de Fygia, dans le sud de l'île d'Eubée, soutenus par vingt camions, trois appareils bombardiers d'eau et deux hélicoptères, selon les autorités.

Ce nouvel incendie de forêt s'est déclaré lundi matin, deux semaines après que le feu eut ravagé le nord de l'île. Au total, plus de 116.000 hectares sont partis en flammes en Grèce depuis fin juillet, donnant lieu à des scènes d'apocalypse.

Des centaines d'habitations et de petites entreprises ont été détruites à Eubée, dans une partie du Péloponnèse et dans la grande périphérie de la capitale. La protection civile avait mis en alerte dimanche la Grèce contre un "risque élevé" d'incendies dans plusieurs régions du pays.

Des équipes de pompiers déployés par centaines en Grèce, avec des renforts étrangers, étaient restés mobilisées face aux risques de résurgence sur l'île d'Eubée, frappée la plus durement par ces feux, et dans la région d'Arcadie, sur la péninsule du Péloponnèse, alors que des vents puissants étaient prévus. Les incendies se multipliant à travers le globe sont associés à divers phénomènes anticipés par les scientifiques en raison du réchauffement de la planète.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1879) : LUNDI 23 AOUT 2021

Lundi 23 août 2021 -  Biden n'exclut pas de prolonger la présence américaine à l'aéroport de Kaboul :

Les milliers d'Afghans qui essaient toujours de fuir leur pays par l'aéroport de Kaboul ont été encouragés lundi par l'annonce que Joe Biden, sous pression de ses alliés, ouvrait la porte à un maintien des soldats américains sur place au-delà de la date prévue du 31 août. "Il y a des discussions en cours entre nous et l'armée au sujet de la prolongation. Nous espérons ne pas avoir à prolonger, mais il y aura des discussions, je suppose, sur l'état d'avancement du processus" d'évacuation, a déclaré le président américain dimanche soir.

Depuis leur prise du pouvoir en Afghanistan le 15 août, les talibans tentent de convaincre la population qu'ils ont changé et que leur régime sera moins brutal que le précédent, entre 1996 et 2001. Mais cela n'endigue pas le flot de ceux qui ne croient pas en leurs promesses et veulent partir. Quelque 30.300 personnes ont été évacuées par les Américains depuis le 14 août, a indiqué dimanche la Maison Blanche, alors que Washington espère exfiltrer jusqu'à 15.000 Américains mais aussi 50.000 à 60.000 Afghans et leurs familles. Des milliers d'étrangers d'autres nationalités, mais aussi des Afghans menacés ou ayant travaillé pour les alliés, ont également été évacués par les puissances occidentales, ou sont en attente d'évacuation.

La veille, le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell avait jugé "impossible" d'évacuer toutes les personnes en attente à Kaboul avant le 31 août. Et plusieurs organisations de défense des droits humains avaient appelé Joe Biden à repousser la date butoir du retrait américain. Devant l'urgence de la situation, Washington a réquisitionné les avions de plusieurs compagnies aériennes privées afin d'aider à l'évacuation. Ces avions ne décolleront pas de l'aéroport de Kaboul mais aideront à transporter les personnes ayant été évacuées vers des pays tiers, comme le Qatar ou les Émirats arabes unis.

Les images de gens écrasés dans la mêlée, de jeunes hommes accrochés au fuselage d'un avion américain sur le départ, ou de ce bébé passé à bout de bras au-dessus d'un mur à des soldats américains, ont sidéré le monde. Le président Biden a reconnu la douleur provoquée par ces scènes. Mais "il n'y a aucun moyen d'évacuer autant de gens, sans causer de peine ni de pertes, ni les images déchirantes que vous voyez", a-t-il estimé. Espérant toujours un miracle, des familles demeurent massées entre les barbelés qui entourent le périmètre séparant les talibans des troupes américaines, et l'accès à l'aéroport reste très difficile.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1879) : LUNDI 23 AOUT 2021

Lundi 23 août 2021 -  Afghanistan: les talibans menacent les Américains s'ils restent plus longtemps que prévu :

Les Etats-Unis et leurs alliés s'exposent à des "conséquences" s'ils retardent leur départ d'Afghanistan, prévu pour le 31 août, a prévenu lundi un porte-parole des talibans.

"C'est une ligne rouge. Le président Biden a annoncé que (les Etats-Unis) retireraient toutes leurs forces armées le 31 août. Donc s'ils prolongent (leur présence), cela signifie qu'ils prolongent l'occupation, alors que ce n'est pas nécessaire", a déclaré le porte-parole Suhail Shaheen. "Si les Etats-Unis ou le Royaume-Uni demandent plus de temps pour poursuivre les évacuations, la réponse est non. Ou il y aura des conséquences", a-t-il ajouté. "Cela créera de la méfiance entre nous. S'ils ont l'intention de continuer l'occupation, cela provoquera une réaction".

Le ministre britannique de la Défense, Ben Wallace, a déclaré lundi que le Royaume-Uni comptait plaider auprès des Etats-Unis, mardi à l'occasion d'un sommet virtuel du G7 consacré à l'Afghanistan, pour une poursuite des opérations d'évacuation au-delà du 31 août.

Le secrétaire d'Etat britannique chargé des Forces armées, James Heappey, avait précédemment souligné sur Sky News que la décision de prolonger la présence américaine à Kaboul ne relevait pas uniquement de Washington et que les talibans avaient également leur mot à dire. "Une conversation avec les talibans s'ensuivra alors et les talibans auront le choix entre chercher à collaborer avec la communauté internationale et montrer qu'ils veulent faire partie du système international" ou "dire qu'il n'y pas d'opportunité de prolonger" la présence américaine, a-t-il estimé.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1879) : LUNDI 23 AOUT 2021

Lundi 23 août 2021 -  Il se fait tatouer son passe sanitaire sur le bras :

Un jeune italien de 22 ans s'est fait tatouer le QR code qui prouve qu'il est vacciné contre le Covid-19. Un geste qui a divisé les internautes.

«Comme ça, je l'ai toujours avec moi». Un étudiant italien de 22 ans s'est fait tatouer le QR code prouvant qu'il est vacciné contre le Covid-19. A l'entrée d'un restaurant ou d'un cinéma, il devrait suffire maintenant à Andrea Colonnetta, vivant à Reggio de Calabre, dans le sud de l'Italie, de remonter sa manche pour montrer son passe sanitaire tatoué sur l'envers de son bras gauche.

Une vidéo postée sur Instagram montre l'étudiant s'apprêtant à entrer dans un McDonald’s et levant son bras pour prendre son tatouage en photo. On voit ensuite le garde à l'entrée du fast-food scannant la photo, mais la vidéo se termine de façon abrupte, sans que l'on sache si ce vademecum inhabituel aura finalement permis ou non à Andrea d'acheter son Big Mac.

Ses photos et vidéos sur Instagram et TikTok en ont fait une petite célébrité locale. Ses parents, a expliqué le jeune homme, ont eu une réaction moins enthousiaste : «Ils m'ont encouragé... à être moins impulsif et à réfléchir un peu plus avant d'agir», a-t-il expliqué. Toutefois, il ne regrette pas son acte. «Même un petit geste comme celui de tatouer un simple QR code a réussi à diviser l'opinion sociale … à partir des commentaires que nous avons reçus, vous pouvez comprendre beaucoup de choses sur la société d'aujourd'hui. Je laisse à chacun d'entre vous la libre interprétation de ce message...», a-t-il écrit sur son compte Instagram.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1879) : LUNDI 23 AOUT 2021

Lundi 23 août 2021 -  Tentative d'incendie dans le Var: "Le feu commençait déjà à prendre", rapporte un témoin :

Samedi, de courageux automobilistes ont peut-être évité le pire en arrêtant un pyromane présumé, entre Le Rayol-Canadel et Cavalaire, dans le Var.

Il était samedi 12H44 précises, quand Elodie Dalacourt, son frère et son mari ont aperçu de la fumée au bord de la route Départementale 559, entre Le Rayol-Canadel et Cavalaire, dans le Var. «Le feu commençait déjà à prendre, avec des flammes de 60 centimètres. Il y avait un homme accroupi devant», témoigne-t-elle. Avec des bouteilles d'eau et des tapis de voiture, ils vont tenter d'éteindre l'incendie sous les insultes du pyromane présumé. «Il nous insultait, nous faisait des bras d'honneur. Il a tenté de s'enfuir mais un monsieur l'a stoppé d'un coup d'épaule», ajoute-t-elle.

L'homme âgé de 56 ans a tenté de mettre le feu au terme d'une bûche enflammée, rapporte le parquet de Draguignan dans un communiqué. «Il avait dans son sac un briquet bleu et des papiers journaux», ajoute Elodie Dalacourt, qui rappelle que les automobilistes vigilants sont restés avec l'homme une demi-heure avant que les policiers n'interviennent et ne le fouillent. Le pyromane présumé a été placé en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie de La Croix-Valmer et a été décrit auprès de «Var-Matin» comme «mentalement diminué mais tout de même en capacité d'être présenté à la justice». Une information judiciaire a été ouverte mais a priori il n'y aurait pas de lien entre cette tentative d'incendie et le feu qui a ravagé le massif des Maures.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1879) : LUNDI 23 AOUT 2021

Lundi 23 août 2021 -  Le bilan du séisme en Haïti s'alourdit, l'aide s'organise dans les régions enclavées :

Le bilan du séisme qui a ravagé Haïti le 14 août s'est alourdi avec l'annonce par les autorités dimanche du décès d'au moins 2.207 personnes dans le sud-ouest du pays des Caraïbes où, l'aide parvient lentement aux sinistrés. "De nouveaux corps ont été retrouvés dans le sud. Le bilan humain pour les trois départements passe désormais à 2.207 morts, 344 personnes disparues et 12.268 blessés", indique le rapport de la protection civile publié dimanche. Le décompte précédent faisait état de 2.189 victimes décédées.

Huit jours après la catastrophe, les opérations de recherche se poursuivent dans les décombres, mais la possibilité de retrouver des survivants s'amenuise d'heure en heure. Près de 600.000 personnes ont été directement affectées par le tremblement de terre de magnitude 7,2 et ont besoin d'une assistance humanitaire d'urgence, précisent les autorités haïtiennes. Apporter de l'eau et de la nourriture aux sinistrés est un défi logistique face aux attaques des convois routiers par des individus non-identifiés. "On a un problème de sécurité qui devient de plus en plus criant", a affirmé à l'AFP Jerry Chandler, directeur de la protection civile haïtienne.

Depuis le début du mois de juin, toute circulation sécurisée était impossible sur les deux kilomètres de la route nationale qui traverse la zone de Martissant, quartier pauvre de Port-au-Prince, la capitale haïtienne, et terrain d’affrontements entre gangs. "Nous sommes face littéralement à un problème de banditisme de base donc nous travaillons d’arrache-pied avec la police qui va renforcer ses effectifs dans le sud", a ajouté Jerry Chandler.Les destructions et dégâts étant particulièrement conséquents dans les zones rurales enclavées, les autorités haïtiennes privilégient désormais l'acheminement de l'aide humanitaire par voie aérienne, via un hélicoptère des Nations unies et les huit appareils mis à disposition par l'armée américaine.

Largement détruite par le séisme, la commune des Cayes, troisième ville d'Haïti, a été vendredi le théâtre de distributions informelles d’aide humanitaire qui, organisées par des particuliers sans expérience, a constaté un photographe de l'AFP."Nous ne voulons pas décourager les bons samaritains", a réagi Jerry Chandler. "Nous recommandons à tout le monde de communiquer avec nous afin que nous sachions ce qui se fait et que nous fassions une cartographie de l’aide et aussi de manière à pouvoir les aider et les assister".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1879) : LUNDI 23 AOUT 2021

Lundi 23 août 2021 -  "Sauvez nos familles": le cri du coeur des Afghans à Paris :

 Plusieurs centaines de personnes, dont des Afghans, ont manifesté dimanche à Paris pour réclamer "l'évacuation immédiate" vers la France de familles afghanes menacées, une semaine après la prise de pouvoir des talibans en Afghanistan, a constaté une journaliste de l'AFP.

"Nous demandons le rapatriement tout de suite de toutes les familles et de toute personne en danger", a expliqué à l'AFP un réfugié afghan de 31 ans, Ezat, travailleur social dans un centre d'hébergement en France, se disant "très inquiet", parmi les manifestants Place de la République.

Sur les pancartes et banderoles, on pouvait lire : "évacuation maintenant", "Afghans bienvenue" ou, en anglais, "save our family" (sauvez nos familles) et "afghans live matter" (les vies des Afghans comptent). "On est là pour nos familles, elles ne sont pas sécurisées là-bas, on voudrait qu'elles viennent ici, si elles restent, elles vont mourir", a assuré Muhammad Younas, 24 ans, employé dans le secteur du nettoyage.

"Une catastrophe humanitaire est en route, il faut l'empêcher dès maintenant, ouvrir des couloirs humanitaires pour que les gens qui veulent sortir puissent sortir", a lancé au micro Reza Jafari, président de l'association Enfants d'Afghanistan et d'ailleurs, coorganisatrice du rassemblement. Dans un tract, les associations ont évoqué les femmes et jeunes filles, journalistes, activistes et humanitaires à protéger.

Dans un entretien publié par le Journal du Dimanche, M. Le Drian a assuré dimanche que "Tous les cas (d'Afghans voulant être exfiltrés) qui se sont manifestés - et leur nombre s'allonge de jour en jour avec des centaines de noms - s(er)ont instruits".

Depuis l'instauration du pont aérien mis en place après la chute de Kaboul dimanche, l'armée française a transporté jusqu'à Paris plus de 600 personnes sur cinq vols, dont une très large majorité d'Afghans. Un sixième vol est attendu dimanche soir à Roissy.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens