Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 août 2021 3 18 /08 /août /2021 07:00
LA MARCHE DU MONDE (1874) : MARDI 17 AOUT 2021

Mardi 17  Août 2021 - Le point du coronavirus le 16 août  au soir :

Le nombre de personnes hospitalisées en France malades du Covid-19 a continué de progresser lundi, repassant la barre des 10.000, avec 10.151 personnes concernées, selon les données des autorités sanitaires. Ce chiffre n'avait plus été atteint depuis le 22 juin dernier.

Un nombre important de ces hospitalisations se concentre dans les Bouches-du-Rhône, en région parisienne, en Guadeloupe, en Martinique ou encore à La Réunion. Au cours des dernières 24 heures, 950 nouvelles personnes ont été hospitalisées. Le nombre de patients en soins critiques progresse aussi, à 1.908 contre 1.852 dimanche, avec 178 nouvelles admissions. Cet indicateur, scruté de près par les autorités sanitaires qui veulent éviter une saturation des hôpitaux comme aux Antilles, était passé sous la barre des 1.000 patients le 7 juillet.

Après les bars, restaurants, hôpitaux et trains, plus de 120 grands centres commerciaux et magasins de la région parisienne et de la moitié sud de la France contrôlent désormais systématiquement le passe sanitaire. Mais le passe sanitaire n'est pas obligatoire pour donner son sang, même dans un hôpital, a souligné l'Etablissement français du sang qui s'inquiète de réserves trop basses et relance son appel aux dons.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1874) : MARDI 17 AOUT 2021

Mardi 17  Août 2021 - Emmanuel Macron : La France doit "protéger" les Afghans qui l'ont aidée :

Le président de la République Emmanuel Macron a déclaré lundi que le "devoir et la dignité" de la France était de "protéger" les Afghans qui l'ont aidée et qui sont menacés par l'arrivée des talibans au pouvoir.

"C'est notre devoir et notre dignité de protéger ceux qui nous aident: interprètes, chauffeurs, cuisiniers et tant d'autres. Près de 800 personnes sont d'ores et déjà sur le sol Français. Plusieurs dizaines de personnes sont encore sur place (...) pour lesquelles nous restons pleinement mobilisés", a déclaré le chef de l'Etat au cours d'une allocution télévisée consacrée à la crise afghane.

Il a confirmé que "deux avions militaires et nos forces spéciales" arriveront "dans les prochaines heures" à l'aéroport de Kaboul pour prendre en charge ces personnes et les ressortissants français encore présents dans la capitale afghane et qui "doivent tous quitter le pays".

Ils doivent ensuite transiter par la base aérienne française d'Al Dhafra, à Abou Dhabi (Emirats arabes unis).

Selon Emmanuel Macron, "la France est l'un des très rares pays à avoir décidé de maintenir sur place jusqu'au bout les moyens de protéger ceux qui ont travaillé pour elle". "Tous les employés afghans des structures françaises qui pouvaient être menacés ainsi que leur famille, ce qui représente plus de 600 personnes, ont ainsi pu être accueillis".

Il a précisé que la France protégeait aussi "en ce moment le délégué de l'Union Européenne" et apportait "protection aux collaborateurs afghans de la représentation européenne".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1874) : MARDI 17 AOUT 2021

Mardi 17  Août 2021 - Afghanistan : La photo qui marquera l'Histoire :

Quelque 640 personnes ont été photographiées dimanche à l'intérieur d'un avion militaire américain. Le cliché dénote l'enfer des Afghans tentant de fuir les talibans.

Elle est le reflet du chaos qui règne en Afghanistan depuis l’arrivée des talibans à Kaboul. Une image photographiée dimanche, à l’intérieur d’un avion militaire américain, a fait le tour des réseaux sociaux. Des centaines et des centaines d’Afghans y sont agglutinés, prêts à fuir la capitale aux mains des talibans.

La photo, diffusée par le site d’informations Defense One, a été prise dans un avion C-17 Globemaster III de l’armée américaine en direction du Qatar. Quelque 640 personnes y ont entassées, dont des femmes et des enfants. Initialement, cet appareil peut contenir une centaine de passagers. Les internautes ont d'abord crié au montage tant l'image est impressionnante, mais l'agence de presse anglaise Reuters a confirmé son authentification en la relayant sur son site.

De nombreuses vidéos ont été partagées sur les réseaux sociaux lundi. À l'aéroport de Kaboul, des Afghans s'accrochant aux avions, puis tombant en plein décollage, ont été filmés.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1874) : MARDI 17 AOUT 2021

Mardi 17  Août 2021 - Un centre de vaccination vandalisé et 500 doses détruites près de Toulouse :

Un centre de vaccination contre le Covid-19 près de Toulouse a été vandalisé dans la nuit et 500 doses ont été détruites, a appris l'AFP mardi de sources concordantes. Aucune inscription ou revendication n'a été observée sur place, a indiqué à l'AFP la maire de Saint-Orens-de-Gameville, Dominique Faure. "Il s'agit de vandalisme classique: des tables et des chaises ont été cassées ainsi que deux écrans d'ordinateurs", a-t-elle précisé, ajoutant que le système d'alarme dont est dotée la salle associative transformée en centre de vaccination n'avait pas fonctionné. Cinq cent doses de vaccin ont également été détruites sur place, selon une source proche de l'enquête.

Une plainte a été déposée par la mairie de la commune et l'enquête est confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Toulouse et à la brigade des recherches de Villefranche-de-Lauragais, a indiqué à l'AFP le parquet de Toulouse. Le centre de vaccination devrait reprendre ses activités "avant la fin de la semaine", espère Mme Faure. Ces actes de vandalisme interviennent dans un contexte de forte mobilisation contre la "dictature sanitaire" mise en place par le gouvernement, selon les opposants aux pass sanitaire et à la vaccination obligatoire des soignants.

Plusieurs dizaines de milliers de personnes manifestent tous les samedis depuis cinq semaines. Début août, les locaux de l'Ordre des infirmiers à Toulouse avaient été vandalisés, avec notamment des tags anti-pass sanitaire. En juillet, un incendie volontaire a détruit un chapiteau accueillant un centre de vaccination à Urrugne (Pyrénées-Atlantiques) et un autre avait été vandalisé à Lans-en-Vercors (Isère), avec des inscriptions anti-vaccins taguées sur le bâtiment.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1874) : MARDI 17 AOUT 2021

Mardi 17  Août 2021 - Un éléphant décapité en Indonésie, cinq hommes arrêtés :

Cinq braconniers présumés ont été arrêtés pour la décapitation d'un éléphant de Sumatra, une espèce menacée, ont indiqué mardi les autorités indonésiennes qui tentent de réprimer le trafic d'animaux sauvages dans le pays d'Asie du Sud-Est. La police d'Aceh, province de l'extrême ouest de l'archipel indonésien, ont annoncé avoir appréhendé les suspects lundi après une enquête de plus d'un mois. "Nous recherchons toujours un sixième suspect", a relevé Winardy, porte-parole de la police d'Aceh qui comme de nombreux Indonésiens ne porte qu'un nom.

La carcasse d'un éléphant mâle d'une douzaine d'années avait été retrouvée en juillet sans tête et sans ses défenses dans une plantation d'huile de palme. Une autopsie a révélé que l'animal avait été préalablement empoisonné. Un des suspects a tué et décapité le mammifère et ses complices ont essayé de vendre ses défenses, a précisé la police.

Les hommes risquent jusqu'à 10 ans de prison s'ils sont condamnés selon la loi qui régit la protection de la nature dans l'archipel.

La déforestation a réduit l'habitat naturel des éléphants de Sumatra et provoque des conflits de plus en plus fréquents entre les animaux et les humains, notamment les agriculteurs qui veulent protéger leurs exploitations des dégâts causés par les animaux. Les éléphants sont aussi tués pour leurs défenses en ivoire, très recherchées par les trafiquants.

Plusieurs cas d'empoisonnement d'éléphants ont été révélés ces dernières années en Indonésie, dont celui en 2019 d'un éléphant de Sumatra retrouvé décapité et sans ses défenses.

L'agence de protection de la nature d'Aceh a estimé que moins de 500 éléphants de Sumatra subsistent à l'état sauvage.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1874) : MARDI 17 AOUT 2021

Mardi 17  Août 2021 - Les talibans entravent le départ d'Afghans à l'aéroport de Kaboul :

 Les talibans de retour au pouvoir entravent l'accès à l'aéroport de Kaboul aux candidats afghans au départ, a déploré mardi le gouvernement allemand. «Autour de l'aéroport de Kaboul, des postes de sécurité ont été mis en place par les talibans pour en contrôler l'accès», indique le ministère allemand de la Défense dans un rapport dont l'AFP a obtenu copie.

«En bouclant l'aéroport, les talibans permettent aux forces internationales d'établir un trafic aérien ordonné pour évacuer leurs ressortissants. Dans le même temps cependant, la fermeture de l'aéroport rend difficile l'évacuation des ressortissants afghans», précise le ministère de la Défense.

«Nous collaborons avec les Etats-Unis en particulier, mais aussi avec d'autres états partenaires, pour faire en sorte que les forces locales puissent également se rendre à l'aéroport», a de son côté déclaré le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas. «Pour elles, la situation est beaucoup plus dangereuse, car il n'y a aucune garantie qu'elles seront autorisées à passer aux points de contrôle talibans», a-t-il prévenu lors d'une conférence de presse. «Certains parviennent tout de même à se rendre à l'aéroport, mais nous voulons nous assurer que l'itinéraire des forces locales entre la ville et l'aéroport est aussi sûr que possible», a précisé le ministre. Plus tôt dans la journée, Angela Merkel avait fait valoir que la question des prochains jours serait «surtout de savoir combien de personnes pourraient atteindre l'aéroport de Kaboul».

Berlin estime à environ 2.500 les employés locaux, avec leurs familles, qui ont travaillé avec les troupes allemandes ou à l'ambassade, et qui doivent être évacués du pays. A ce nombre s'ajoutent selon Berlin environ 2.000 militants des droits de l'homme ou membres d'organisations non gouvernementales eux aussi candidats au départ. Avec leurs familles, le nombre atteindrait 10.000 personnes.

Mais les opérations d'évacuation restent chaotiques à ce stade. Un avion militaire allemand a ainsi quitté Kaboul avec seulement sept ressortissants afghans à son bord. Un second avion allemand pu décoller mardi de Kaboul avec cette fois 125 personnes, dont des Afghans, selon M. Maas. «La Bundeswehr (armée allemande) sécurise l'accès pour nous et nous travaillons dur pour faire en sorte que davantage de personnes de Kaboul puissent être mises en sécurité dans le courant de la journée», a-t-il promis.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1874) : MARDI 17 AOUT 2021

Mardi 17  Août 2021 - Afghanistan: polémique après les propos d'Emmanuel Macron sur les flux migratoires :

Des personnalités politiques de gauche se sont indignés mardi des propos d'Emmanuel Macron sur les «flux migratoires irréguliers importants», lundi lors de son allocution télévisée sur l'Afghanistan.

Le sujet de l'Afghanistan va-t-il devenir un bourbier électoral pour Emmanuel Macron en vue de sa réélection ? Lundi soir, dès la fin de son allocution télévisée, de nombreuses personnalités politiques de gauche se sont offusquées des propos tenus par le président de la République quant au sort des Afghans qui fuiraient les talibans, maîtres à nouveau de Kaboul et de l'ensemble du pays. Sur le sujet, le chef de l'Etat a ainsi déclaré: «La France fait et continuera de faire son devoir pour protéger celles et ceux qui sont les plus menacés (...) Mais l'Afghanistan aura aussi besoin dans les temps qui viennent de ses forces vives et l'Europe ne peut pas à elle seule assumer les conséquences de la situation actuelle. Nous devons anticiper et nous protéger contre les flux migratoires irréguliers importants qui mettraient en danger ceux qui les empruntent et nourriraient les trafics de toute nature.»

C'est bien sûr la deuxième partie de sa déclaration qui a fait bondir certains dirigeants politiques. Le député européen EELV Yannick Jadot, candidat à la primaire écologiste pour la présidentielle de 2022, s'est dit sur Twitter «sidéré d'écouter Emmanuel Macron déclarant que les femmes, les hommes et les enfants qui fuient l'enfer des Talibans sont d'abord une menace, des "migrants irréguliers" avant d'être des victimes et potentiellement des réfugiés». «Et l'asile ? Et ces enfants, ces femmes, ces hommes qui fuient l'horreur ?», a lancé le secrétaire national d'EELV Julien Bayou. «Macron fait honte à la France», a affirmé de son côté le maire écologiste de Grenoble Eric Piolle, autre candidat pour la primaire.

«Comment rabougrir la France en une poignée de secondes», a affirmé le député LFI du Nord Adrien Quatennens, tandis que ses collègues de Seine-Saint-Denis Clémentine Autain et Eric Coquerel dénonçaient une réponse «sordide». «"Flux migratoire irréguliers", c'est donc ce terme que les femmes et les hommes qui s'accrochent aux ailes des avions à Kaboul auront inspiré à Emmanuel Macron», a regretté le député ex-LREM Aurélien Taché, que le gouvernement avait chargé en 2017 d'un rapport sur l'intégration avant qu'il ne prenne ses distances avec la majorité. «Quel cynisme. Quelle honte» s'est indignée la sénatrice socialiste Laurence Rossignol, tandis que son collègue Rémi Féraud jugeait cette intervention «digne d'un mauvais président de droite». Un hashtag inspiré du tweet du lanceur d'alerte Edward Snowden #EmmanuelLePen a fleuri dans la soirée sur les réseaux sociaux, si bien que le chef de l'Etat a réagi à la polémique, sur Twitter: «Ce que j’ai dit ce soir sur l’Afghanistan et que certains veulent détourner : la France fait et continuera de faire son devoir pour protéger celles et ceux qui sont les plus menacés.»

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1874) : MARDI 17 AOUT 2021

Mardi 17  Août 2021 - Les fabricants de pâtes alertent sur une pénurie de blé à venir :

 Les fabricants français de pâtes alimentaires ont alerté lundi sur une pénurie à venir de blé dur, appelant les pouvoirs publics à la rescousse. «Le dérèglement climatique met en danger le marché des pâtes alimentaires», ont ainsi prévenu le Sifpaf (syndicat des industriels fabricants de pâtes alimentaires) et le CFSI (Comité français de la semoulerie industrielle), dans un communiqué conjoint diffusé lundi soir.

En cause, «des pluies beaucoup trop abondantes en Europe et une sécheresse sans précédent au Canada», qui conduisent à une «pénurie de blé dur, seule matière première des pâtes alimentaires, et à la flambée historique des prix mondiaux», ont-ils indiqué.

Le Canada, touché cet été par une vague de chaleur d'une intensité exceptionnelle, est le premier pays producteur de blé dur, dont il représente à lui seul les deux tiers du commerce mondial. Le «dôme de chaleur» qui a affecté le pays, «devrait conduire à une récolte (...) de moins de 4,2 millions de tonnes, soit 32% de moins que la moyenne des cinq dernières années et près de 30% de moins que les prévisions du 20 juillet», selon les chiffres du bureau statistique canadien StatCan, rapportés dans le communiqué.

«Avec un stock historiquement bas, il ne sera pas possible d'alimenter le marché mondial avec des blés durs stockés», s'alarment industriels pastiers et semouliers. A cela s'ajoute «une récolte insuffisante en Europe avec 7,3 Mt pour un besoin de 9,5 Mt», affirment-ils, indiquant que les pluies abondantes qui ont touché la France pendant la floraison et durant la moisson «réduisent fortement le potentiel utilisable de blé dur français pour faire des pâtes alimentaires».

Depuis la mi-juillet, «le prix mondial de référence des blés durs subit une augmentation historique de plus de 30% en quelques semaines, hausse qui pourrait encore fortement s'accélérer lorsque le Canada aura fini de récolter et confirmer une pénurie mondiale de blé dur», selon les industriels.

Dans ce contexte, ils demandent aux pouvoirs publics de mettre en place «un plan d'urgence» pour leur permettre d'assurer leur approvisionnement en blé français et de faire en sorte que les distributeurs répercutent «l'explosion du prix du blé dur dans les prix de vente pour traverser cette crise exceptionnelle».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1874) : MARDI 17 AOUT 2021

Mardi 17  Août 2021 - Situation de chaos en Afghanistan : Biden dit ne rien regretter :

Le président Joe Biden a résolument défendu lundi la décision de retirer les troupes américaines d'Afghanistan, malgré les scènes de détresse à l'aéroport de Kaboul, où des milliers de personnes tentaient de fuir le pays désormais contrôlé par les talibans. "Je suis profondément attristé par la situation, mais je ne regrette pas" la décision de retirer les forces américaines d'Afghanistan, où elles étaient entrées 20 ans plus tôt pour chasser les talibans du pouvoir, a déclaré M. Biden dans une adresse à la nation très attendue. Il était resté muet tout au long d'un weekend qui a vu le mouvement islamiste radical entrer à Kaboul, après une fulgurante offensive qui en à peine dix jours lui a permis de prendre le contrôle de quasiment tout le pays et investir le palais présidentiel, déserté par le président Ashraf Ghani, en fuite à l'étranger.

Cible de vives critiques, aux États-Unis comme à l'étranger, le maître de la Maison Blanche a répété que la mission de Washington n'avait jamais été de bâtir une nation démocratique dans un pays instable, mais "d'empêcher une attaque terroriste sur le sol américain". Les États-Unis étaient intervenus en Afghanistan en 2001 en raison du refus des talibans de livrer le chef d'Al-Qaïda, Oussama Ben Laden, dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001. "Les forces américaines ne peuvent pas, et ne devraient pas, mener une guerre et mourir d'une guerre que les forces afghanes n'ont pas la volonté de combattre pour eux-mêmes", a continué M. Biden, concédant toutefois que l'effondrement du gouvernement afghan avait été plus rapide "que nous ne l'avions prévu." Les talibans sont entrés dimanche dans Kaboul sans faire couler le sang. Mais leur fulgurant triomphe a déclenché des scènes de panique monstre à l'aéroport de Kaboul. Une marée humaine s'est précipitée lundi vers ce qui est la seule porte de sortie de l'Afghanistan.

Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux ont montré plus tôt des scènes de totale anarchie, comme ces centaines de personnes courant près d'un avion de transport militaire américain qui roule pour aller se mettre en position de décollage, pendant que certaines tentent follement de s'accrocher à ses flancs ou à ses roues. "Nous avons peur de vivre dans cette ville et nous tentons de fuir Kaboul", a témoigné, de l'aéroport, à l'AFP Ahmad Sekib, 25 ans, un ancien soldat utilisant un faux nom qui a expliqué craindre des représailles de la part des talibans.

Washington a envoyé 6.000 militaires pour sécuriser l'aéroport et faire partir quelque 30.000 Américains et civils afghans ayant coopéré avec les États-Unis qui craignent pour leur vie.De Madrid à La Haye, en passant par Paris, Bucarest, Londres, plusieurs autres pays s'activent aussi pour rapatrier leurs ressortissants. Les vols, civils et militaires, suspendus lundi après-midi en raison de l'envahissement des pistes, ont repris dans la nuit, a annoncé le Pentagone.

M. Biden a menacé les talibans d'une réponse militaire "rapide et puissante" s'ils venaient à perturber les opérations d'évacuation en cours. Les rues de Kaboul sont à l'opposé restées relativement calmes lundi. Des talibans en armes patrouillaient les rues, installant des postes de contrôle, notamment dans la "Green zone", auparavant ultra-fortifiée qui abrite les ambassades et les organisations internationales. Des discussions sont encore en cours pour formaliser la prise du pouvoir par les talibans, qui ont multiplié les messages à l'intention de la communauté internationale pour l'assurer que les Afghans n'ont rien à craindre d'eux. Mais beaucoup d'Afghans craignent que les talibans n'imposent la même version ultra-rigoriste de la loi islamique que lorsqu'ils dirigeaient leur pays, entre 1996 et 2001. Les femmes ne pouvaient alors ni travailler ni étudier. Le port de la burka était obligatoire en public et elles ne pouvaient quitter leur domicile qu'accompagnées d'un "mahram", un chaperon masculin de leur famille.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1874) : MARDI 17 AOUT 2021

Mardi 17  Août 2021 - Facebook fait la chasse aux talibans :

Facebook a annoncé mardi avoir banni les talibans et tous les contenus les soutenant de sa plateforme.

À la suite des évènements tragiques survenus dimanche à Kaboul, le groupe Facebook a annoncé mardi avoir banni les talibans de leur plateforme, ainsi que les contenus les soutenant. Le réseau social a précisé qu'une équipe composée d'Afghans, maîtrisant les langues locales, a été mise en place pour surveiller et supprimer ces contenus.

«Les talibans sont sanctionnés en tant qu'organisation terroriste par la loi américaine et nous les avons interdits de nos services en vertu de nos politiques sur les organisations dangereuses. Cela signifie que nous supprimons les comptes gérés par ou au nom des talibans et interdisons les éloges, le soutien et leur représentation», a déclaré un porte-parole de Facebook à la BBC.

Facebook a souligné que cette politique s'appliquait à toutes ses plateformes, notamment Instagram et WhatsApp. Cependant, il est plus difficile, voire impossible, de détecter la présence de talibans sur la messagerie instantanée. «En tant que service de messagerie privée, nous n'avons pas accès au contenu des discussions personnelles des gens. Mais si nous apprenons qu'une personne ou une organisation sanctionnée peut être présente sur WhatsApp, nous prenons des mesures», a déclaré un porte-parole de WhatsApp à Vice.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1874) : MARDI 17 AOUT 2021

Mardi 17  Août 2021 - Pour empêcher l'arrivée de réfugiés afghans, la Turquie construit un mur :

La Turquie construit un mur à sa frontière avec l’Iran pour empêcher l’arrivée de nouveaux réfugiés politiques. Après avoir accueilli des millions de Syriens, le pays redoute l’afflux de migrants afghans, qui tentent de fuir leur pays aux mains des talibans. «Avec ce mur, nous allons complètement stopper les passages», a affirmé dimanche le président Recep Tayyip Erdogan.

Une section de 5 kilomètres de long est en cours de construction, renforcée par des barbelés et des tranchées. La Turquie vise à construire un mur de 295 kilomètres de long. «La Turquie est confrontée à une vague migratoire croissante d'Afghans qui transitent par l'Iran. Nous allons continuer de fournir des efforts pour permettre le retour de la stabilité dans la région, à commencer par l'Afghanistan», a poursuivi le président turc. «Pour cela, il nous faut poursuivre et renforcer notre coopération avec le Pakistan», pays voisin de l'Afghanistan et acteur clé dans ce pays, a-t-il continué.

La Turquie, dont plusieurs centaines de militaires sont déployés en Afghanistan, a proposé le mois dernier aux Etats-Unis de prendre en charge la sécurité de l'aéroport international de Kaboul après le retrait prévu des troupes américaines d'ici fin août, à condition de recevoir un soutien logistique et financier. Les négociations entre Ankara et Washington à ce sujet se poursuivent et Recep Erdogan a affirmé cette semaine que la situation deviendrait «plus claire dans les prochains jours». Il s'est en outre dit prêt à rencontrer le chef des talibans pour des discussions.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens