Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juin 2021 3 23 /06 /juin /2021 07:00
LA MARCHE DU MONDE (1821) : MARDI 22 JUIN 2021

Mardi 22 juin 2021 - Le point du coronavirus le 21 juin au soir :

La pression due au Covid-19 a continué de diminuer lundi dans les hôpitaux français, qui accueillent toujours moins de malades, y compris les cas les plus graves, selon les données de Santé publique France publiées lundi. Lundi, 10.386 patients occupaient les lits d'hôpitaux, contre 10.518 la veille, et 12.374 il y a une semaine. Le nombre de nouvelles admissions s'est élevé à 216 en 24 heures, précise l'agence sanitaire.

Les services de soins critiques, qui soignent les cas les plus graves (réanimation, soins intensifs et surveillance continue) accueillaient 1.655 patients, contre 1.703 dimanche. Cet indicateur clé, passé en début de semaine dernière sous la barre des 2.000, est en nette décrue depuis fin avril, date du pic à 6.000 patients. En 24 heures, 48 malades atteints de formes graves du Covid ont été admis dans ces services. Quarante personnes ont été emportées par la maladie en une journée, portant le bilan total à au moins 110.800 morts depuis le début de l'épidémie en mars 2020.

Côté vaccination, 18.701.201 personnes sont désormais complètement vaccinées, soit avec deux injections, soit avec une seule dose si elles ont reçu le produit de Janssen, ou si elles avaient déjà été infectées auparavant.

Depuis le début de la campagne, 32.224.257 personnes ont reçu au moins une injection, soit 48,1% de la population totale et 61,4% de la population majeure.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1821) : MARDI 22 JUIN 2021

Mardi 22 juin 2021 - Régionales : Jean-Luc Mélenchon renvoie dos à dos socialistes et écologistes :

Le candidat de La France insoumise à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon a estimé que l'échec des discussions entre écologistes et socialistes dans plusieurs régions était la suite logique du "sectarisme" dont ils auraient fait preuve à l'égard des Insoumis.

Si en Île-de-France, en Centre-Val-de-Loire et en Bourgogne-Franche-Comté, le PS et EELV (avec LFI pour les deux premières) se sont rassemblés en vue du second tour dimanche après un premier tour dispersé, les discussions ont échoué en Bretagne, en Occitanie et en Nouvelle-Aquitaine.

Jean-Luc Mélenchon observe dans sa note de blog: "En Occitanie, encouragée au sectarisme, au deuxième tour Carole Delga expulse EELV". Puis il cite le député européen David Cormand, qui regrette que les "habitudes du PS (aient) la vie dure". Le patron des députés Insoumis ironise: "L’excellent personnage oublie comment ses propres camarades occitans, candidats à un 'rassemblement large' avec Delga, ont refusé de faire liste commune avec les Insoumis, persuadés qu’ils seraient rachetés au deuxième tour par la divine Carole".

"Carole Delga tellement 'PS seulement' a dit qu'elle ne voulait pas d’Insoumis chez elle" Jean-Luc Mélenchon cingle: "'On n’avait pas prévu ça' gémit leur tête de liste (Antoine Maurice). Ce camarade est lui-même tout aussi peu doué pour 'le leadership de rassemblement large' alors que nous l’avions accepté comme tête de liste à Toulouse et même pour la liste commune que nous souhaitions en Occitanie". Il insiste en référence à l'absence d'accord avec LFI: "Même sectarisme EELV en Nouvelle-Aquitaine et Bretagne où, expulsés par le PS, les Verts récusent néanmoins la fusion avec les Insoumis". Avant de pilonner la présidente sortante en Occitanie: "Carole Delga tellement 'PS seulement' a dit qu'elle ne voulait pas d’Insoumis chez elle. Sans doute beaucoup d’entre eux vont vouloir éviter de l’encombrer ou de la mettre mal à l’aise avec leurs bulletins de vote".

Ces déclarations s'inscrivent dans les reproches répétés que Jean-Luc Mélenchon a adressés ces derniers mois à EELV et au PS pour ces élections régionales. Il s'est notamment plaint, avant le premier tour, que LFI ait été écartée de l'union de la gauche en PACA - qui s'est retirée au second tour afin d'empêcher la victoire du RN.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1821) : MARDI 22 JUIN 2021

Mardi 22 juin 2021 - Une nouvelle plainte pour viol déposée contre Patrick Poivre d'Arvor :

Patrick Poivre d'Arvor est visé par une nouvelle plainte déposée par une femme. Il s'agit de la septième pour l'ancien présentateur de TF1 et la quatrième pour viol.

La victime présumée avait été entendue par les enquêteurs mais ne souhaitait par porter plainte. Elle s'est ravisée et a écrit au procureur de Nanterre ce week-end pour déposer plainte contre Patrick Poivre d'Arvor pour viol, selon les informations de BFMTV. Selon son récit, elle aurait été violée par l'ancien présentateur du JT de 20 heures lorsqu'elle avait 24 ans dans son bureau de TF1. Les faits sont prescrits.

Il s'agit de la septième plainte déposée contre Patrick Poivre d'Arvor, dont 4 pour viol et 3 pour agression sexuelle ou harcèlement. Une première plainte pour viols avait été déposée en février dernier par l'écrivaine Florence Porcel. Elle l'accuse de lui avoir imposé un rapport sexuel non consenti en 2004 dans son bureau de TF1 et une fellation en 2009. Depuis, d'autres témoignages de victimes présumées ont été publiés dans la presse, de femmes décrivant des agressions qui se déroulaient souvent dans son bureau de la tour TF1.

Sur le plateau de «Quotidien» en mars dernier, le journaliste de 73 ans avait qualifié les accusations de Florence Porcel à son égard d'«affabulation» et de «fiction». «De ma vie, jamais je n'ai accepté une relation qui ne serait pas consentie, qui serait forcée, que ce soit sentimentale ou sexuelle. Jamais de ma vie», s'était-il défendu, affirmant qu'il n'avait «jamais eu de rapports autres que professionnels, des rapports je le crois très cordiaux et surtout des rapports d'entraide» avec Florence Porcel. Il a déposé deux plaintes pour dénonciation calomnieuse et diffamation contre elle et plusieurs médias.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1821) : MARDI 22 JUIN 2021

Mardi 22 juin 2021 - Paca : Muselier envoie des signaux aux écolos et à la gauche :

 Le président LR sortant de Provence-Alpes-Côte d'Azur Renaud Muselier, qui affrontera seul le RN au second tour des régionales après le retrait du candidat de gauche, a promis qu'en cas de victoire, la gauche pourrait «déposer des motions» et s'exprimer dans l'hémicycle du conseil. «On va mettre en place un dispositif qui fera en sorte que ceux qui se sont présentés puissent s'exprimer dans l'hémicycle, je m'y engage», a assuré mardi sur LCI Renaud Muselier.

Il a précisé qu'il y aurait «la possibilité de présenter des délibérations, des motions ou des voeux conformément au règlement intérieur», annonçant aussi la création d'un «observatoire» de son «plan environnemental» qu'il confierait à «l'opposition avec un organisme fiable».

Ce dernier dispositif «nous permettra d'avoir des chiffres clés et qui pourront être discutés, commentés et replanifier si nécessaire à l'intérieur de l'hémicycle de façon à ce qu'il y ait une voix de mon opposition, aujourd'hui qui n'a pas pu s'exprimer», a-t-il détaillé.

Lundi, sous la pression, le candidat écologiste de l'union de la gauche Jean-Laurent Félizia a finalement retiré sa liste (qui avait recueilli 16,9% des voix), laissant le sortant LR Renaud Muselier et l'ex-Républicain Thierry Mariani, chef de file du RN, s'affronter pour la victoire au second tour des régionales dimanche prochain.

En 2015 Christophe Castaner, alors socialiste et désormais patron des députés Marcheurs, s'était déjà désisté face au risque de victoire de la liste FN de Marion Maréchal-Le Pen.

Suite à ce retrait, Christian Estrosi qui avait emporté la région au second tour, avait promis la création d'un conseil territorial dirigé par des anciens présidents de la région. Un «outil trop compliqué» qualifié «d'usine à gaz», a reconnu mardi Renaud Muselier.

Paca est la seule région où le RN (36,4%) a terminé en tête au premier tour, avec 4,47 points d'avance sur la liste de Renaud Muselier (31,9%).

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1821) : MARDI 22 JUIN 2021

Mardi 22 juin 2021 - Pour Edouard Philippe, l'abstention record devrait "conduire" à une "immense humilité" :

Edouard Philippe a réagi à l'abstention historique qui a marqué le premier tour des élections régionales et départementales dimanche. «C’est une bonne nouvelle pour personne», a-t-il déclaré.

Le premier tour des élections régionales et départementales dimanche a été marqué par une abstention record. Dans neuf des treize régions métropolitaines, elle a dépassé les 65%.

Interrogé par «Ouest France», dimanche , depuis la mairie du Havre, l’ex-Premier ministre Edouard Philippe a déploré ce «taux historiquement élevé» . «Ce n’est pas une bonne nouvelle pour la démocratie ou pour les candidats qu’ils aient été élus ou battus. C’est une bonne nouvelle pour personne», a estimé celui qui a quitté Matignon il y a bientôt un an. «Tout le monde savait qu’organiser les élections en ce moment, ce serait un désastre. Même moi j’ai du mal à en vouloir aux électeurs de ne pas se passionner pour les départementales et les régionales, pour le premier tour. Il faudrait un débat plus large, collectif, sur les élections», a-t-il ajouté.

Auprès de «La Dépêche» lundi, il a ajouté que cette abstention est «un fait politique qui n’est pas accessoire». «Elle devrait, compte tenu de sa puissance et de son intensité, conduire tous les responsables politiques et tous les commentateurs à une immense humilité. Je crains malheureusement que cette humilité ne s’impose pas et que beaucoup tirent des conséquences définitives sur des prétendus rapports de force . Alors que cette consultation, parce qu’elle est marquée par cette très grande abstention, devrait, à mon sens, être analysée avec une grande prudence».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1821) : MARDI 22 JUIN 2021

Mardi 22 juin 2021 - Covid-19: l'Australie fait face à un nouveau cluster à Sydney :

 L'Australie faisait face mardi à un nouveau cluster de Covid-19 à Sydney juste au moment où Melbourne semblait enfin sortie d'affaire, illustrant des difficultés dans la gestion de la pandémie. Dix personnes ont été déclarées positives dans la nuit à Sydney, principale ville d'Australie, portant le cluster du secteur de Bondi Beach à 21 cas. Gladys Berejiklian, la Première ministre de Nouvelle-Galles du Sud, l'Etat le plus peuplé du pays, a déclaré que les responsables de la santé s’attendaient à une hausse de cas dans les jours qui viennent après que plusieurs personnes eurent été contaminées sans avoir eu des contacts physiques, dont une dans un café et une autre dans un centre commercial.

En réponse, les autorités ont rendu le port du masque à nouveau obligatoire dans les transports et les commerces dans une bonne partie du grand Sydney, sans toutefois aller jusqu’au confinement. L'homme à l'origine du cluster serait un chauffeur travaillant pour des équipages de compagnies aériennes qui aurait été contaminé par le très contagieux variant Delta du virus, identifié pour la première fois en Inde. "Il faut reconnaître que ce variant Delta est un champion olympique du saut d'une personne à une autre", a dit à la presse la Première ministre Gladys Berejiklian. La situation s'aggrave à Sydney juste au moment où elle s'améliore à Melbourne, deuxième plus grande ville d'Australie, où les restrictions sont levées au fur et à mesure de la baisse des cas après deux semaines de confinement.

L'Australie a jusqu'à maintenant plutôt bien contenu la propagation du Covid-19 sur son sol, au moyen notamment d'un contrôle drastique de ses frontières et de la mise en place rapide de mesures de restriction dès l'apparition de nouveaux cas. Mais seuls 6,7 millions d'habitants ont pu se faire vacciner à ce stade sur un total de 25 millions et la plupart n'ont pu recevoir qu'une dose. Le pays totalise depuis le début de la pandémie moins de 30.000 cas de Covid-19 --la plupart dans l'Etat de Victoria-- et moins d'un millier de morts pour 25 millions d'habitants. Au cours des six derniers mois, 18 foyers épidémiques très localisés sont apparus à travers le pays à la suite de failles dans les dispositifs de quarantaine.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1821) : MARDI 22 JUIN 2021

Mardi 22 juin 2021 - Assurance chômage : la réforme du gouvernement suspendue :

 C'est un camouflet pour le gouvernement, qui n'a cessé de défendre sa réforme ces derniers jours. Mardi, la juge des référés du Conseil d'État a suspendu les règles de calcul du montant de l'allocation chômage qui devaient entrer en vigueur le 1er juillet dans le cadre de la réforme controversée de l'assurance chômage. En cause : la situation économique, qui selon la juge ne permet pas une application immédiate, endépit de son amélioration.

«Les incertitudes sur la situation économique ne permettent pas de mettre en place» au 1er juillet les nouvelles règles, «qui sont censées favoriser la stabilité de l'emploi en rendant moins favorable l'indemnisation du chômage des salariés ayant alterné contrats courts et inactivité. En revanche, la juge ne remet pas en cause le principe de la réforme elle-même», indique le Conseil d'Etat dans un communiqué.

«La juge des référés du Conseil d’État observe qu’alors même que le contexte économique s’améliore ces dernières semaines, de nombreuses incertitudes subsistent quant à l’évolution de la crise sanitaire et ses conséquences économiques sur la situation de celles des entreprises qui recourent largement aux contrats courts pour répondre à des besoins temporaires. Or ces nouvelles règles de calcul des allocations chômage pénaliseront de manière significative les salariés de ces secteurs, qui subissent plus qu’ils ne choisissent l’alternance entre périodes de travail et périodes d’inactivité», ajoute la haute juridiction dans ce communiqué.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1821) : MARDI 22 JUIN 2021

Mardi 22 juin 2021 - Publicité en ligne : Google dans le collimateur de Bruxelles :

 Google est-il une menace pour la concurrence dans l'univers de la publicité en ligne ? C'est cette question que va examiner la Commission européenne. Dans un communiqué mardi, l'institution indique qu'elle vient d'ouvrir «une enquête formelle en matière de pratiques anticoncurrentielles afin de déterminer si Google avait enfreint les règles de l'UE en matière de concurrence en favorisant ses propres services de technologies d'affichage publicitaire en ligne au sein de la chaîne de fourniture "ad tech", au détriment de prestataires de services de technologie publicitaire, d'annonceurs et d'éditeurs en ligne concurrents». Dans ce texte, Margrethe Vestager (photo), vice-présidente exécutive chargée de la politique de concurrence, dit craindre «que Google n'ait rendu l'exercice d'une concurrence sur l'"ad tech stack" plus difficile pour les services de publicité en ligne concurrents».

Au niveau mondial, Google domine le marché de la publicité en ligne. Selon des données d'eMarketer publiées en mai dernier, la firme devrait accaparer 28,6% du marché de la publicité en ligne en 2021, devant Facebook (24,5%). Les parts de marchés de Google, soutenues par sa domination des recherches en ligne, connaissent une érosion mondiale, ces dernières années, due à l'émergence de Facebook et d'autres acteurs, notamment Alibaba et Amazon.

Le 7 juin, Google a déjà écopé d'une sanction en France pour ses pratiques publicitaires. Saisie par News Corp Inc., le groupe Le Figaro et le groupe Rossel La Voix, l'Autorité de la Concurrence a condamné l'entreprise américaine à une sanction de 220 millions d'euros. En cause : un traitement préférentiel accordé par Google à ses propres technologies. «Les pratiques en cause sont particulièrement graves car elles ont pénalisé les concurrents de Google sur le marché des SSP [sell side platform, ou plateformes d'enchères programmatiques, ndr] et les éditeurs de sites et d’applications mobiles. Parmi ceux-ci, les groupes de presse -dont ceux qui sont à l’origine de la saisine de l’Autorité– ont été affectés alors même que leur modèle économique est par ailleurs fortement fragilisé par la décrue des ventes d’abonnements papier et la baisse des revenus publicitaires associés», indiquait l'ADLC dans un communiqué.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1821) : MARDI 22 JUIN 2021

Mardi 22 juin 2021 - Affaire Omar Raddad : nouvelle requête en révision déposée jeudi après des découvertes ADN :

La défense d'Omar Raddad, jardinier marocain condamné pour le meurtre de Ghislaine Marchal en 1991 à Mougins, va déposer jeudi une nouvelle requête en révision de son procès sur la base de nouvelles analyses des traces d'ADN découvertes en 2015, a-t-elle annoncé lundi dans un communiqué. En novembre 2015, quatre empreintes génétiques correspondant à quatre hommes non-identifiés, deux empreintes parfaitement exploitables et deux autres partiellement, avaient été trouvées sur deux portes et un chevron qui se trouvaient sur la scène du crime. Sur ces deux portes avait été écrit «Omar m'a tuer» (sic) et «Omar m'a t», avec le sang de la victime.

Ghislaine Marchal, la riche veuve d'un équipementier automobile, avait 65 ans quand elle a été retrouvée baignant dans son sang dans la cave de sa propriété le 23 juin 1991. La demande de révision s'appuie sur les analyses ultérieures d'un expert, rendues en 2019 et dévoilées lundi par «Le Monde». Ce rapport conclut à la présence d'une trentaine de traces d'un ADN complet masculin n'appartenant pas au jardinier et trouvées dans l'une des inscriptions faites avec le sang de la victime qui désignaient Omar Raddad comme le meurtrier.

Condamné en 1994 à 18 ans de réclusion, sans possibilité de faire appel à l'époque, Omar Raddad avait au total passé plus de sept ans ans en prison. Dans son rapport de 2019, l'expert Laurent Breniaux, cité par «Le Monde» et dont les conclusions ont été confirmées à l'AFP par l'avocate d'Omar Raddad Me Sylvie Noachovitch, se prononce sur l'origine de cette trentaine de traces d'ADN et penche en faveur des «hypothèses de transfert primaire direct ou indirect au moment des faits». Autrement dit, l'ADN aurait été déposé potentiellement par l'auteur du message.

L'avocate de l'ex-jardinier déposera sa requête jeudi au palais de justice de Paris en présence de l'académicien Jean Marie Rouart, auteur d'un livre sur cette affaire criminelle, l'une des plus célèbres en France, et de l'ancien député Georges Fenech, un des artisans de la réforme qui a assoupli en 2014 les conditions de révision d'une condamnation définitive, selon le communiqué. «Grâce aux éléments nouveaux découverts depuis la dernière décision de rejet de la Cour de révision» en 2002, «la vérité sur l’innocence d’Omar Raddad sera reconnue, c'est notre intime conviction», poursuit le communiqué.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1821) : MARDI 22 JUIN 2021

Mardi 22 juin 2021 - Virus: Merkel déplore l'absence de règles communes pour les voyages dans l'UE :

La chancelière allemande Angela Merkel a déploré mardi l'absence de règles communes dans l'Union européenne concernant les déplacements de personnes alors que l'Europe s'inquiète de la propagation du variant Delta du Covid-19. "Je regrette que jusqu'ici nous ne soyons pas parvenus à une attitude commune des Etats membres concernant les règles de voyage", a déclaré la cheffe de gouvernement lors d'une conférence de presse à Berlin avec la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. "Nous avons maintenant cette situation au Portugal, nous aurions peut-être pu l'éviter. C'est pour ça que nous devons encore plus travailler", a-t-elle ajouté alors que Lisbonne s'inquiète de la résurgence du Covid-19.

A rebours des allègements des mesures sanitaires dans plusieurs pays européens, le gouvernement portugais a dû prendre des mesures restrictives en interdisant les entrées et les sorties le week-end dans la région de Lisbonne. La semaine dernière, le pays avait enregistré un niveau quotidien de nouvelles contaminations le plus élevé depuis février. "Nous avons avancé ces derniers mois", a néanmoins nuancé Angela Merkel. "Mais pas encore là où je souhaiterais que l'Union européenne soit", a-t-elle dit alors que se tient jeudi et vendredi un sommet européen.

De son côté, Ursula von der Leyen a estimé que ce n'était "qu'une question de temps" avant que le variant Delta ne devienne le variant dominant sur le continent. "Il est important de continuer à vacciner aussi rapidement que possible", a-t-elle ajouté, car il s'agit de mener une course face à ce variant plus contagieux. Les Vingt-Sept se sont récemment mis d'accord pour coordonner leurs mesures afin de faciliter les voyages dans l'UE pendant l'été avec l'adoption du certificat Covid, mais prévoient la possibilité de réintroduire des restrictions en cas d'émergence d'un variant. A partir du 1er juillet, une personne munie d'un certificat Covid européen, attestant soit qu'elle a été vaccinée, soit qu'elle a passé un test négatif, soit qu'elle est immunisée à la suite d'une infection, devrait pouvoir voyager dans l'UE sans subir de restrictions telles que des tests supplémentaires ou une quarantaine.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1821) : MARDI 22 JUIN 2021

Mardi 22 juin 2021 - Valls appelle à ne pas voter pour la gauche en Île-de-France :

 Manuel Valls a appelé, sur Twitter, à ne pas voter dimanche au second tour des régionales en Ile-de-France pour la liste d'union de la gauche de Julien Bayou, incluant La France insoumise. «Pas une voix pour cette alliance avec la France insoumise», a tweeté mardi l'ancien Premier ministre socialiste, qui était parti un temps tenter une carrière politique à Barcelone, d'où il est originaire.

«Il y a des gauches irréconciliables et l’alliance avec le parti de Jean-Luc Mélenchon est une faute politique et morale», affirme encore Manuel Valls, alors que la fusion des trois listes de gauche en lice aux régionales en Ile-de-France a été scellée lundi autour de l'écologiste Julien Bayou, avec la candidate du parti socialiste Audrey Pulvar et celle de La France insoumise Clémentine Autain.

Jean-Luc Mélenchon a décrit mardi comme du «post-franquisme» la position de Manuel Valls, répliquant aussitôt : «Valls dit qu'il ne faut pas voter Bayou. Il appelle à voter Bardella (candidat du RN, ndlr) ou Pécresse? Le post franquisme est un naufrage», a-t-il tweeté, en référence à la période d'avènement de la démocratie qui a suivi la dictature de Franco en Espagne (1939-1975).

«Il y a la gauche et il y a Manuel Valls. Les deux sont irréconciliables», a également répondu Clémentine Autain sur le même réseau social. «Quel temps fait-il en Espagne chez les néo-franquistes?», a également rétorqué sur Twitter le député LFI Adrien Quatennens.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens