Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mai 2021 1 31 /05 /mai /2021 07:00
LA MARCHE DU MONDE (1809) : DIMANCHE 30 MAI 2021

Dimanche 30 mai 2021 - Le point du coronavirus le 29 mai au soir :

Le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés a continué de baisser lentement samedi, avec moins de 17.000 personnes hospitalisées dont 3.028 en soins critiques, selon les données de Santé publique France. Actuellement 16.847 patients atteints du coronavirus sont accueillis dans les hôpitaux français (contre 17.272 vendredi), dont 334 au cours des dernières 24 heures (539 la veille). Il y a une semaine, 19.765 malades du Covid étaient hospitalisés.

Les services de soins critiques, où sont soignés les malades du Covid-19 les plus gravement atteints et qui comprennent les lits de réanimation, ont enregistré 3.028 malades (3.104 la veille), soit environ 500 de moins qu'il y a une semaine. Ces services ont admis 93 nouveaux patients Covid (155 le jour précédent).

Du côté de la vaccination, qui sera généralisée à toute la population majeure à partir de lundi, 25.315.595 personnes ont reçu au moins une injection (soit 37,8% de la population totale et 48,2% de la population majeure), et 10.742.886 personnes ont reçu deux injections (soit 16% de la population totale et 20,5% de la population majeure), précise le ministère de la Santé.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1809) : DIMANCHE 30 MAI 2021

Dimanche 30 mai 2021 - Nouveau variant au Vietnam.

Le Vietnam qui avait été jusqu'à récemment très peu touché par le Covid-19, a découvert un nouveau variant qui se transmet rapidement dans l'air, et est une combinaison des variants indien et britannique, ont rapporté samedi les médias d'Etat. Le pays fait face à une nouvelle vague de contaminations sur plus de la moitié de son territoire, y compris les zones industrielles et les grandes villes, dont Hanoï et Ho Chi Minh Ville.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1809) : DIMANCHE 30 MAI 2021

Dimanche 30 mai 2021 - Dans "Le JDD", Macron réclame un "plan Marshall" pour l'Afrique :

Après plusieurs jours en Afrique, Emmanuel Macron a livré quelques confidences au «Journal du Dimanche» pour défendre le bilan de sa politique vis-à-vis du continent. Se félicitant d'avoir bâti un «axe Europe-Afrique», le président français appelle à la mise en place d'un «plan Marshall» pour investir en Afrique. «Il faut que la communauté internationale ait la générosité de dire qu'on efface une partie de la dette pour aider les Africains à bâtir leur avenir. À condition aussi qu'on laisse sa société civile accéder aux responsabilités, qu'elle ne se laisse pas entraîner dans les réseaux de corruption et de gouvernance fermée», assure-t-il au «JDD».

Dans cet échange, Emmanuel Macron reprend un discours déjà tenu à plusieurs reprises à propos des relations de la France avec les pays africains. «Ceux-là mêmes qui nous demandent d'intervenir militairement n'assument pas le discours sur leur besoin de France. Parce qu'ils se sont habitués à dire que leurs problèmes d'aujourd'hui sont dus aux vieux colons d'hier. Certes, la colonisation a laissé une forte empreinte. Mais j'ai dit aussi aux jeunes de Ouagadougou que leurs problèmes d'aujourd'hui ne sont pas liés au colonialisme, ils sont davantage causés par la mauvaise gouvernance des uns et la corruption des autres», affirme le président dans «Le JDD», en référence au discours tenu devant des étudiants burkinabés à Ouagadougou en novembre 2017. Il dénonce également le «discours anti-Français» qui a cours dans certains pays et se souvient avoir déclaré au président malien Ibrahim Boubacar Keïta : «Je ne peux pas laisser tuer de jeunes soldats français sur un théâtre d'opérations où ils se font insulter.»

Comme il l'a déjà fait à de nombreuses reprises dans ses discours, Emmanuel Macron met en balance développement de l'Afrique et immigration. «Je le dis avec lucidité, si on est complices de l'échec de l'Afrique, on aura des comptes à rendre mais on le paiera cher aussi, notamment sur le plan migratoire», dit-il au «JDD». Il dénonce également un «détournement du droit d'asile». «Quand les migrants venaient du Soudan, de l'Érythrée ou d'Afghanistan, ils y avaient naturellement droit. Mais la plupart ne viennent plus de pays éligibles à l'asile», estime Emmanuel Macron.Après sa visite au Rwanda, où il a prononcé un discours reconnaissant la «responsabilité accablante» de la France dans le génocide de 1994, Emmanuel Macron assure avoir été étonné de la réaction, favorable, du président rwandais Paul Kagame. «La réaction de Paul Kagame m'a surpris. Il ne m'avait pas mis dans la confidence sur la façon dont il allait réagir. Il a dit exactement ce que je pense, mais le fait qu'il le dise, lui, a infiniment plus de poids et de valeur», se félicite le chef de l'Etat dans «Le JDD».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1809) : DIMANCHE 30 MAI 2021

Dimanche 30 mai 2021 - Kamloops, pensionnat de l'horreur : le Canada sous le choc :

 Les restes de 215 enfants ont été retrouvés enfouis sur le site d'un ancien pensionnat au Canada créé il y a plus d'un siècle pour assimiler les peuples autochtones à la société dominante, selon une communauté amérindienne locale.

Un expert a repéré les restes humains le week-end dernier à l'aide d'un géo-radar sur le site de cet ancien pensionnat situé près de Kamloops, en Colombie-Britannique, a annoncé la communauté autochtone Tk'emlups te Secwepemc dans un communiqué.

«Certains n'avaient que trois ans», a affirmé la cheffe Rosanne Casimir. Selon elle, la mort de ces enfants, dont on ignore la cause et à quand elle remonte, n'a jamais été documentée par la direction du pensionnat, même si leur disparition avait déjà été évoquée dans le passé par des membres de cette communauté. Les conclusions préliminaires de l'enquête devraient être publiées dans un rapport en juin, a dit Rosanne Casimir. Dans l'intervalle, la communauté travaille avec le médecin légiste de la province et des musées pour tenter de faire la lumière sur cette horrible découverte et trouver tout document relatif à ces décès.

«J'ai le cœur brisé», a réagi le Premier ministre canadien Justin Trudeau sur Twitter. «C'est un triste rappel de ce sombre chapitre de notre histoire. Je pense à tous ceux qui sont touchés par cette nouvelle bouleversante», a écrit le dirigeant, qui a fait de la réconciliation avec les premiers peuples du Canada l'une de ses priorités depuis son arrivée au pouvoir en 2015.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1809) : DIMANCHE 30 MAI 2021

Dimanche 30 mai 2021 - Rwanda : Paul Kagame salue le "grand pas" d'Emmanuel Macron :

Dans un entretien avec l'AFP et France Inter, le président rwandais fait part de sa volonté de «travailler vers d'autres étapes» dans le rapprochement avec la France suite au déplacement d'Emmanuel Macron dans son pays.

«C'est un grand pas, nous devons l'accepter» : le président rwandais Paul Kagame explique avoir choisi de reconnaître le travail de la France sur son rôle dans le génocide de 1994, même s'il n'a pas abouti à des excuses, dans un entretien à l'AFP et France Inter.

Le président français Emmanuel Macron s'est rendu jeudi dans la capitale rwandaise Kigali pour «reconnaître (les) responsabilités» de la France dans cette tragédie, qui a fait au moins 800 000 morts, essentiellement dans la minorité tutsi. Mais elle n'a «pas été complice», a souligné le dirigeant français. Les excuses ou la demande de pardon attendues par les survivants et familles de victimes n'ont pas eu lieu.

Ancien chef de la rébellion tutsi qui a régulièrement accusé la France de complicité dans le génocide du printemps 1994, le président Kagame a, lui, salué les paroles de son homologue qui ont «plus de valeur que des excuses».

Sur ce sujet «très complexe», «il n'y a pas de réponse entièrement satisfaisante», a-t-il expliqué dans un entretien accordé vendredi soir à l'AFP et France Inter : «Mais c'est un grand pas. Nous devons le reconnaître, l'accepter et travailler vers d'autres étapes». «Quelqu'un peut venir et dire "je suis désolé, je m'excuse", il y aura toujours des gens pour dire "ce n'est pas assez". Et c'est leur droit (...) Je ne crois pas qu'il y ait de solution miracle, quelque chose qui viendra tout régler», estime-t-il. «Est-ce que ça répond à toutes les questions que les gens se posent? Je ne pense pas. Est-ce que les survivants ont le droit de contester? Ils ont le droit.»

«Je n'ai jamais prétendu être le juge, l'arbitre final de ce qui doit être dit ou fait», affirme-t-il, mais «nous ne devons pas laisser l'acrimonie ou les malentendus autour de la vérité se poursuivre, nous devons être capables d'être sensibles aux sentiments et aux opinions des survivants directement, spécifiquement et aussi à l'avenir que chacun doit vivre».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1809) : DIMANCHE 30 MAI 2021

Dimanche 30 mai 2021 - Covid-19 : Vers une fin progressive de la demi-jauge au collège, dès la semaine prochaine :

Les collégiens pourront peut-être finir l’année scolaire en classe entière. Le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a annoncé vendredi sur Europe 1 que la demi-jauge instaurée pour les classes de 4e et 3e dans les collèges des 15 départements les plus touchés par l'épidémie de Covid-19 sera progressivement levée à partir de la semaine prochaine. « Du fait de l'amélioration de la situation sanitaire, à partir de la semaine prochaine, progressivement, les 4e et 3 de ces départements pourront revenir en présence en classe entière », a-t-il détaillé. «A partir de lundi, mais ça peut être progressif, il faut laisser le temps aux principaux de collèges, aux professeurs et à toutes les équipes (…) C'est une décision que nous avons pu prendre hier (jeudi) soir, je sais que c'était ce que tout le monde demandait, il fallait évidemment que les conditions sanitaires s'améliorent dans les départements concernés», a-t-il encore fait valoir.

Le système de demi-jauge, qui suscite l'inquiétude de certains syndicats et de parents qui pointent un risque de décrochage, est maintenu en revanche pour les lycées mais «les choses peuvent bouger d'ici aux vacances d'été», a-t-il précisé.

Comme toutes les semaines, l’Education nationale a publié le bilan hebdomadaire des contaminations et des classes fermées. Cette dernière donnée reste stable, avec 5110 classes fermées pour cause de cas de coronavirus. 11.725 élèves et 886 personnels étaient contaminés, un chiffre en baisse sur une semaine (12.922 élèves et 1.322 personnels contaminés au 21 mai). «Cela montre que la situation est en train de s'améliorer», s'est réjoui le ministre. «A ce stade», le protocole de fermeture d'une classe à l'apparition d'un cas reste en vigueur mais «cela peut toujours évoluer d'ici à la fin de l'année scolaire».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1809) : DIMANCHE 30 MAI 2021

Dimanche 30 mai 2021 - Traffic de crack à Paris : Pécresse propose une structure de soin financée par la région, la ville et l'Etat :

La présidente de l'Ile-de-France Valérie Pécresse (ex-LR) s'est dite prête à cofinancer une structure de soin pour les usagers de crack, conjointement avec l'Etat et la ville de Paris, samedi lors d'un déplacement au jardin d'Eole devenu un point de rassemblement des toxicomanes. "Je propose que la région, l'Etat et la Ville de Paris se mettent autour d'une table et que nous financions un centre de traitement des crackeurs" a affirmé Mme Pécresse, qui était accompagnée de la maire LR du VIIe arrondissement, Rachida Dati. "Il faut mettre en place les moyens médicaux, psychiatriques, de lutte contre les addictions", et "pas juste créer des places d'hébergement d'urgence", a affirmé Mme Pécresse, candidate à sa réélection au scrutin régional prévu en juin. Elle a qualifié de "fiasco" le plan anti-crack lancé en 2019, auquel la région ne participe pas. "Les premiers lieux de fixation ont été les salles de shoot et ça n'aide pas à sortir des addictions", a assuré Mme Dati, partisane d'une prise en charge "y compris sous contrainte".

La maire LR du VIIe arrondissement a fustigé une ville de Paris "aux abonnés absents" et estimé qu'"en tant que présidente du conseil de surveillance de l'AP-HP, (la maire de Paris) Anne Hidalgo pourrait mettre en place une stratégie de lutte contre les addictions". "Il y a deux semaines, un terrain et des locaux, sans riverains, lui ont été proposés aux abords d'Aubervilliers", a assuré Rachida Dati en déplorant que cette offre se soit soldée par un refus. Rachida Dati "portera le sujet au Conseil de Paris et nous au gouvernement", a assuré Mme Pécresse.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1809) : DIMANCHE 30 MAI 2021

Dimanche 30 mai 2021 - Acquitté après près de 4 ans de prison, un homme réclame réparation :

Acquitté après près de quatre ans de détention provisoire, un homme de 24 ans demande 500 000 euros de réparation auprès de la cour d'appel de Rennes pour le préjudice moral subi pendant ses années de prison, a indiqué son avocat à l'AFP dimanche confirmant une information de «Ouest-France».

Le jeune homme avait été incarcéré le 3 août 2017 alors qu'il était âgé de 20 ans, dans le cadre de l'enquête sur le meurtre d'Oussama Nadi, tué d'un coup de couteau à Nantes, sur fond de trafic de stupéfiants. «Il lui était reproché d'avoir fourni l'arme du crime» en connaissance de cause, a expliqué à l'AFP son avocat Me David Curiel.

Mis en examen pour complicité de meurtre, le jeune homme a toujours nié les faits et a été acquitté par la cour d'assises de Loire-Atlantique le 23 avril 2021, après trois ans, huit mois et vingt jours de détention. Le parquet n'a pas fait appel.

Dans sa requête d'indemnisation, consultée par l'AFP, l'avocat détaille «le choc carcéral» subi par son client qui n'avait pas d'antécédent judiciaire, encourait une peine de 30 ans de réclusion, a été coupé de sa famille et a dû subir les conséquences de la surpopulation carcérale. «Il a dû dormir sur un matelas à même le sol pendant plusieurs mois», précise Me Curiel. Souffrant d'isolement, «il a initié un suivi psychologique qui lui a été accordé de manière très erratique : il a eu quelques séances en quatre ans», a ajouté l'avocat.

Pour évaluer le préjudice moral de son client, l'avocat se base sur la jurisprudence de la cour d'appel de Rennes, qui en 2012 avait accordé 600 000 euros de réparation de son préjudice moral à Loïc Sécher, pour plus de sept ans passés en prison pour des viols qu'il n'avait pas commis.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1809) : DIMANCHE 30 MAI 2021

Dimanche 30 mai 2021 - Un ex-militaire lourdement armé activement recherché en Dordogne :

Une chasse à l'homme était engagée dimanche en Dordogne pour retrouver un ancien militaire lourdement armé, recherché après avoir tiré sur des gendarmes appelés pour des violences familiales au Lardin-Saint-Lazare, un village à une trentaine de km de Sarlat. Selon la gendarmerie, les GIGN de Toulouse et de la région parisienne sont en intervention sur les lieux, deux hélicoptères et 210 gendarmes sont engagés. Deux négociateurs sont sur place.

Selon une source proche de l'enquête, le suspect est un ancien militaire qui a été dans l'armée de 2011 à 2016. "L'homme est lourdement armé. Il a autour de la trentaine d'années, il est sportif et se déplace rapidement", a indiqué à l'AFP Francine Bourra, la maire du Lardin-Saint-Lazare. "On l'a localisé dans un périmètre de 4 à 5 km mais c'est une zone boisée, difficile d'accès", a ajouté Mme Bourra selon qui l'homme "est très obstiné".

Le suspect "avait été incarcéré pour violences conjugales et c'est pour cela qu'il portait un bracelet électronique", a-t-elle précisé. "Les forces de gendarmerie essaient de le fixer... le contact a été établi à plusieurs reprises de manière sporadique mais cela s'est ensuivi de coups de feu de l'individu. Chaque fois qu'il ya eu contact il a ouvert le feu", a raconté sur place à la presse le préfet de Dordogne, Frédéric Périssat. "Ce qui est important c'est d'éviter tout blessé, toute effusion de sang" et de faire preuve de "beaucoup de retenue, de précaution. Ce sera certainement long", a-t-il dit. "L'objectif c'est de pouvoir interpeller l'individu en préservant son intégrité physique et également celle des militaires engagés".

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1809) : DIMANCHE 30 MAI 2021

Dimanche 30 mai 2021 - La crise fait exploser le déficit de l'Etat :

Le déficit budgétaire de l'Etat en France s'élèvera à «environ 220 milliards d'euros» en 2021, contre 173,3 milliards prévus en loi de finances initiale (LFI), a déclaré samedi à l'AFP le ministre des Comptes publics Olivier Dussopt (photo).

Cette aggravation de près de 47 milliards du déficit budgétaire est «la conséquence des mesures de soutien que nous continuons à prendre pour accompagner au mieux la reprise», selon le ministre.

Le gouvernement doit présenter le 2 juin un projet de loi finances rectificative (PLFR) comprenant 15 milliards d'euros de mesures d'urgence supplémentaires, qui serviront notamment au financement de l'activité partielle et à des aides ciblées pour les entreprises en difficulté, avaient détaillé Olivier Dussopt et le ministre de l'Economie Bruno Le Maire dans un entretien aux «Echos» jeudi.

La croissance n'a finalement pas été au rendez-vous au premier trimestre en France, selon les chiffres publiés par l'Insee vendredi, avec un recul du produit intérieur brut (PIB) de 0,1%, alors qu'une première évaluation avait fait état d'une croissance de 0,4%.

Olivier Dussopt n'a pas encore donné de nouvelle estimation pour le déficit public, qui comprend également les déficits de la Sécurité sociale et des collectivités.

Le déficit public prévu jusqu'ici était de 9%, ce qui devait faire progresser l'endettement public de la France à 118% de son produit intérieur brut, un niveau inédit en raison du "quoi qu'il en coûte" mis en oeuvre depuis le début de l'épidémie de Covid-19 pour soutenir l'activité économique et l'emploi.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1809) : DIMANCHE 30 MAI 2021

Dimanche 30 mai 2021 - Covid-19 : Sanofi lance les essais à grande échelle de son principal projet de vaccin :

Le groupe pharmaceutique français Sanofi a annoncé jeudi le début d'essais à grande échelle pour son principal projet de vaccin anti-Covid-19, développé avec le britannique GSK, confirmant tabler sur un lancement fin 2021 pour ce produit après déjà des mois de retard. «Sanofi et GSK débutent une étude internationale de phase 3 pour évaluer l'efficacité de leur candidat-vaccin contre (le) Covid-19», a déclaré dans un communiqué le groupe français, dix jours après l'annonce de résultats encourageants à l'issue de premiers essais.

Ces derniers, dits de phase 2 et réalisés sur quelques centaines de personnes, avaient montré que ce vaccin provoque la production d'anticorps contre le coronavirus chez la plupart des sujets auxquels il a été injecté. Mais ce sont les essais annoncés ce jeudi qui doivent donner une idée réelle de l'efficacité contre le Covid-19 de ce vaccin, pour lequel GSK fournit l'adjuvant. Ils seront effectués auprès de quelque 35.000 personnes dans de multiples pays, dont les Etats-Unis.

Si les résultats sont favorables, Sanofi, qui est déjà en train de préparer la production de ce vaccin, compte sur une approbation au quatrième trimestre par les principales autorités sanitaires. Cela signifie que, dans le meilleur des cas, le vaccin de Sanofi sera lancé près d'un an après les premiers vaccins distribués dans le monde occidental contre le coronavirus, ceux de Pfizer/BioNTech et de Moderna.

Cette arrivée tardive s'explique par des dysfonctionnements dans le développement du vaccin par Sanofi, qui a subi un contretemps de plusieurs mois. Depuis, le groupe ne cesse d'assurer que son produit trouvera tout de même sa place. A ce titre, il va à la fois évaluer si ce vaccin est efficace contre le variant dit sud-africain, l'une des principales nouvelles souches du virus, et si on l'utilise en rappel après un autre vaccin. Il s'agit d'un vaccin à protéine recombinante, une technologie différente des vaccins déjà approuvés. Sanofi développe par ailleurs un autre vaccin, à ARN messager comme ceux de Pfizer et Moderna, mais n'en est encore qu'à un stade peu avancé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens