Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mai 2021 1 17 /05 /mai /2021 07:00
LA MARCHE DU MONDE (1796) : DIMANCHE 16 MAI 2021

Dimanche 16 mai 2020 - Le point du coronavirus le 15 mai au soir :

Le nombre de malades du Covid-19 dans les services de réanimation a poursuivi sa baisse pour passer sous 4.300, le nombre d'hospitalisations dans son ensemble continuant également à décroître, selon les chiffres samedi de Santé publique France. Les services de soins critiques (qui rassemblent réanimation, soins intensifs et surveillance continue) comptent désormais 4.271 malades du Covid, dont 134 nouvelles admissions en 24 heures, contre 4.352 vendredi et plus de 5.000 samedi dernier.

Ce chiffre est en diminution quasi continue depuis le point haut de 6.001 atteint le 26 avril (plus haut que le pic de la deuxième vague de l'automne à 4.900 mais en dessous de celui de la première vague en avril 2020, autour de 7.000). Le nombre total d'hospitalisations pour Covid poursuit également sa baisse, avec 22.950 patients samedi, dont 580 nouvelles hospitalisations, contre 23.406 la veille.

Cette amélioration des indicateurs s'accompagne d'une accélération de la campagne vaccinale, avec la barre des 20 millions de premières injections atteinte. Selon les chiffres de la Direction générale de la Santé, 20.086.792 personnes ont reçu au moins une injection (soit 30% de la population totale) et 8.805.345 personnes ont reçu deux injections (soit 13,1% de la population totale et 16,8% de la population majeure).

La maladie a emporté 112 personnes à l'hôpital dans les dernières 24 heures, portant le total de morts à 107.564 depuis le début de l'épidémie (dont 81.257 à l'hôpital). 15.685 nouvelles contaminations ont par ailleurs été répertoriées vendredi. Le taux de positivité (nombre de tests positifs sur le total des tests réalisés) est encore en baisse à 4,5%. Il s'élevait encore à 10% fin avril.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1796) : DIMANCHE 16 MAI 2021

Dimanche 16 mai 2020 - L’Argentine atteint les 70 000 morts :

L'Argentine a dépassé samedi le seuil des 70.000 décès dus au coronavirus depuis le début de la pandémie, alors que la moyenne des nouveaux cas quotidiens se situe à plus de 20.000, selon les autorités. Selon le dernier rapport du ministère de la Santé, 400 personnes sont décédées au cours des dernières 24 heures, portant le nombre total de décès à 70.253.

En outre, les autorités ont fait état de 21.469 nouvelles contaminations, ce qui porte le nombre total de contaminations au Covid-19 à 3.290.935 sur une population de 45 millions d'habitants. L'indicateur le plus inquiétant selon les autorités reste le taux d'occupation des unités de soins intensifs, qui a augmenté au cours des neuf derniers jours. Selon les données officielles, 5.517 personnes sont hospitalisées en soins intensifs à travers le pays.

Selon le ministère de la Santé, le pourcentage de lits occupés en unités de soins intensifs est de 70,1% au niveau national, un taux qui atteint 76,5% dans la zone métropolitaine de Buenos Aires, où vivent 15 millions de personnes. La semaine dernière, les variants indien et sud-africain ont été détectés pour la première fois sur le sol argentin chez trois voyageurs provenant de France et d'Espagne. Les frontières restent fermées et seuls les Argentins et les résidents étrangers ont le droit d'entrer dans le pays.

Depuis la mi-avril, le gouvernement a renforcé les mesures visant à réduire la circulation des personnes pour tenter de freiner la propagation de la maladie. Quelque 9,9 millions de personnes ont reçu une première dose des vaccins administrés en Argentine, tandis que 1,8 million ont déjà reçu deux doses.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1796) : DIMANCHE 16 MAI 2021

Dimanche 16 mai 2020 - 2022 : Xavier Bertrand veut en finir avec "l'impunité des délinquants" :

Xavier Bertrand, candidat (ex-LR) pour l'Elysée en 2022, veut en finir avec «l'impunité» des délinquants, notamment celle des mineurs, par la multiplication des centres éducatifs fermés, le placement sous bracelet électronique, la révision complète du code pénal des mineurs ou l'instauration de la majorité pénale à 15 ans. «La loi doit avoir le dernier mot et les délinquants doivent savoir qu'il n'y aura plus d'impunité», affirme-t-il dans un entretien au «Journal du dimanche», très critique envers Emmanuel Macron pour qui «la sécurité n'a jamais été la priorité».

Outre la création de 20.000 nouvelles places de prison, le président des Hauts-de-France veut «multiplier par trois le nombre de centres éducatifs fermés» et «les mineurs les plus dangereux doivent être encadrés de façon militaire». Il plaide aussi pour «multiplier les peines complémentaires d'éloignement» et «le placement sous bracelet électronique, y compris de mineurs, doit être généralisé».

Pour «casser le phénomène des bandes», il envisage de «réviser complètement le code pénal des mineurs en instaurant la majorité pénale à 15 ans» et en scindant «les fonctions entre les juges chargés de la protection des mineurs et ceux chargés de la justice pénale des mineurs délinquants». Interrogé sur la baisse des effectifs de policiers sous Nicolas Sarkozy, il dit qu'il ne laissera «pas salir» le «bilan sécuritaire» de l'ancien président. «La sécurité ne se réduit pas à la seule question du nombre de policiers, c'est bien la réponse pénale la solution», insiste-t-il. Par ailleurs, il veut revenir sur la suppression du corps préfectoral annoncé par Emmanuel Macron de manière «injuste» et «irresponsable».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1796) : DIMANCHE 16 MAI 2021

Dimanche 16 mai 2020 - Poussée du variant indien en Angleterre : Londres se défend d'avoir tardé à agir :

Le gouvernement britannique s'est défendu dimanche d'avoir tardé à agir pour durcir les restrictions pour les voyageurs venant d'Inde, face à une poussée inquiétante du variant indien en Angleterre susceptible de perturber la poursuite du déconfinement. Le 19 avril, l'exécutif avait décidé de placer l'Inde sur la liste rouge des pays dont les voyageurs sont interdits d'entrée au Royaume-Uni, sauf les résidents obligés d'effectuer une quarantaine de dix jours à l'hôtel. La mesure avait été appliquée dès début avril au Pakistan et Bangladesh voisins.

Cette annonce était intervenue le jour de l'annulation, par le Premier ministre Boris Johnson, de sa visite officielle en Inde, son premier déplacement majeur à l'étranger, en raison d'une aggravation de la pandémie dans ce pays. Le ministre de la Santé, Matt Hancock, a réfuté dimanche le fait que la décision de mettre l'Inde sur la liste rouge ait été repoussée en raison du voyage du dirigeant conservateur. "Nous prenons ces décisions sur la base des preuves", a-t-il assuré sur Sky News. Il a affirmé que l'Inde avait été mise sur liste rouge avant que le variant indien soit désigné comme "variant sous enquête" et en raison du "taux de positivité élevé" des voyageurs venant de ce pays.

Boris Johnson a prévenu vendredi que le variant indien risquait de perturber la levée de presque toutes les restrictions en Angleterre, prévue le 21 juin, s'il continuait à s'y propager, après une poussée préoccupante dans le nord-ouest de l'Angleterre et à Londres. Malgré les appels à la prudence de scientifiques, il a toutefois estimé qu'il n'y avait aucune raison de repousser l'assouplissement prévu lundi, avec le retour du service en salles dans les pubs et restaurants, la réouverture des lieux culturels et des stades en capacité limitée, et la reprise des voyages à l'étranger. Le comité scientifique conseillant le gouvernement (Sage) a estimé qu'il existait une "possibilité réaliste" que le variant soit jusqu'à 50% plus contagieux que celui apparu fin 2020 dans le sud-est en Angleterre. Ce dernier avait entraîné une flambée des contaminations et des décès au Royaume-Uni, contraignant le pays à se reconfiner pour de longs mois en janvier.

S'il s'avère de 40% à 50% plus contagieux, assouplir les restrictions lundi pourrait "conduire à une recrudescence substantielle des hospitalisations" qui serait "similaire ou plus importante que les pics précédents", quand les services de santé étaient au bord de la saturation, a mis en garde le comité.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1796) : DIMANCHE 16 MAI 2021

Dimanche 16 mai 2020 - Pour Valérie Pécresse, "Marine Le Pen est le loup déguisé en grand-mère" :

Marine Le Pen est "comme dans le chaperon rouge, le loup qui se déguise en grand-mère" parce qu'au Rassemblement national "les antisémites sont toujours là", prévient dimanche Valérie Pécresse qui exclut par ailleurs tout alliance avec LREM aux régionales en Ile-de-France. "Le RN, c'est comme dans le chaperon rouge: c'est le loup qui se déguise en grand-mère. Madame Le Pen est le loup déguisé en grand-mère et qui essaye de dédiaboliser son parti. Mais si on ouvre les placards (...), on s'aperçoit que les antisémites sont toujours là", a souligné la présidente sortante (ex-LR, Libres!) de la région Ile-de-France sur radio J. Mme Pécresse a cité le député européen Jean-François Jalkh "qui a tenu en 2000 des propos négationnistes sur les chambres à gaz" et le conseiller régional Axel Loustau "qui lorsque nous avons baptisé l'hémicycle du Conseil régional du nom de Simone Veil est sorti de l'hémicycle pour ne pas avoir à rendre hommage" à Mme Veil.

Pour les régionales de juin en Ile-de-France, Mme Pécresse fait la course en tête dans les sondages devant le numéro 2 du RN, Jordan Bardella, les trois candidats de gauche - Audrey Pulvar (PS), Clémentine Autain (LFI-PCF), Julien Bayou (EELV) - et le candidat LREM Laurent Saint-Martin.

"Je suis prise en étau entre deux extrêmes: l'extrême droite qui veut me faire perdre et une gauche qui est prête à s'allier avec des indigénistes, des islamo-gauchistes, des décroissants", a estimé Mme Pécresse qui a fait de sa réélection la condition d'une éventuelle candidature à l'Elysée en 2022. Mais hors de question pour elle de s'allier avec LREM après le premier tour, même s'il y avait un risque qu'elle soit battue. "Ce sera au LREM de prendre ses responsabilités. Moi je pars avec mes équipes, au premier et au deuxième tour, il n'y aura pas d'alliance", a-t-elle insisté.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1796) : DIMANCHE 16 MAI 2021

Dimanche 16 mai 2020 - Biden dit son "inquiétude" à Netanyahu, demande à Abbas la fin des tirs de roquettes :

 Joe Biden a dit samedi sa "grande inquiétude" au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu après l'escalade des violences en Israël et à Gaza, affirmant au président palestinien Mahmoud Abbas que le Hamas devait "cesser de tirer des roquettes". Le président américain avait déjà parlé avec M. Netanyahu mercredi, mais c'est son premier entretien téléphonique avec le chef de l'Autorité palestinienne depuis son arrivée à la Maison Blanche en janvier. M. Biden a souligné auprès de M. Abbas "la nécessité pour le Hamas de cesser de tirer des roquettes vers Israël" et réaffirmé à M. Netanyahu son "fort soutien au droit d'Israël à se défendre contre" ces attaques menées par le mouvement islamiste "et d'autres groupes terroristes à Gaza", selon des communiqués séparés de l'exécutif américain.

Le président a aussi "condamné ces attaques indiscriminées contre des villes à travers Israël", d'après le texte. Depuis le début lundi de ce nouveau cycle de violences entre l'Etat hébreu et des groupes palestiniens de la bande de Gaza, plus de 150 personnes, dont une majorité de Palestiniens, ont été tuées. Joe Biden a également fait part au Premier ministre israélien de sa préoccupation au sujet de "la sécurité des journalistes" après qu'une frappe israélienne a détruit un immeuble abritant notamment les locaux de l'agence américaine AP à Gaza, selon un communiqué de la Maison Blanche.

Mais le secrétaire d'Etat à la Défense Lloyd Austin a "réaffirmé le droit d'Israël à l'auto-défense", lors d'une conversation téléphonique avec son homologue israélien Benjamin Gantz, selon un communiqué américain. Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a quant à lui insisté, lors d'une conversation téléphonique avec le président d'AP, Gary Pruitt, sur son "soutien indéfectible à l'indépendance des journalistes et des médias", selon son porte-parole Ned Price.

Le président démocrate a par ailleurs aussi "fait part de sa grande inquiétude au sujet de la violence entre les communautés en Israël. Il a salué les communiqués par le Premier ministre et d'autres dirigeants s'opposant à de telles actions haineuses". Il a également "noté que cette phase actuelle du conflit avait tragiquement coûté la vie à des civils israéliens et palestiniens, y compris des enfants". A Mahmoud Abbas, Joe Biden a répété "l'engagement américain de renforcer le partenariat" avec les Palestiniens, sérieusement écorné sous le mandat de Donald Trump. Le président américain a enfin "exprimé son soutien à des mesures pour permettre au peuple palestinien de jouir de la dignité, la sécurité, la liberté et les opportunités économiques qu'il mérite".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1796) : DIMANCHE 16 MAI 2021

Dimanche 16 mai 2020 - Pourquoi Philippe Etchebest n'ouvrira pas la terrasse de son restaurant le 19 mai ?

La prochaine étape du calendrier de «déconfinement» fixé par le gouvernement arrive le 19 mai. A cette date, les restaurants, cafés et bars pourront rouvrir leurs terrasses avec une jauge à 50% avec une exception pour les petites terrasses de moins de 10 tables qui pourront passer outre ce chiffre à condition d'installer des séparations entre les tables.

Cette échéance est attendue par certains professionnels du secteur, qui sont fermés depuis plus de six mois, mais tous n'ouvriront pas. C'est le cas de Philippe Etchebest. Le restaurateur bordelais étoilé, engagé pour défendre sa profession en crise depuis le début de la pandémie, a décidé de garder fermée la terrasse de son établissement, Le Quatrième Mur, et ce jusqu'au 9 juin, date à laquelle les restaurants rouvriront officiellement leurs portes.

«Je continue la vente à emporter et si les gens veulent s'asseoir, ma terrasse sera ouverte mais sans service, a-t-il confié au "Journal du dimanche". Je préfère attendre le 9 juin de pouvoir ouvrir à l'intérieur. La jauge de 50% imposée aux terrasses ne veut rien dire, c'est flou. Rouvrir avec 1,50 mètre entre les tables, ce serait plus précis», a-t-il avancé, rappelant qu'«à peine 40% des restaurateurs en France ont une terrasse». «Imaginez-vous rouvrir une grosse machine, refaire une carte, faire revenir tout le personnel mais finalement devoir tout annuler et jeter de la marchandise parce qu'il pleut ? Impossible».

Le juré de «Top Chef» reste «extrêmement prudent» face aux «modalités qui changent tout le temps», mais se réjouit que les restaurateurs puissent voir «enfin le bout du tunnel». «Mais franchement, on aurait pu rouvrir plus tôt si on avait pris des mesures plus restrictives dès le début comme dans d'autres pays, au lieu ­d'attendre de voir comment l'épidémie allait évoluer et de subir les choses», a-t-il encore avancé. Il appelle les gens à se «discipliner» pour ne pas que «l'épidémie remonte en flèche après l'été par manque de rigueur». Pour éviter ce scénario, il dit beaucoup compter sur la vaccination. Il s'est d'ailleurs lui-même déjà fait vacciner.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1796) : DIMANCHE 16 MAI 2021

Dimanche 16 mai 2020 - Les secours dans les décombres de bâtiments détruits à Gaza

Les frappes israéliennes sur Gaza ont fait dimanche 17 morts. Depuis lundi, 174 personnes sont mortes dans l’enclave palestinienne, dont 47 enfants. Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres est "consterné" par le "nombre croissant de victimes civiles". Attention, certaines images peuvent choquer.

Dix-sept Palestiniens ont été tués dimanche dans des frappes israéliennes sur la bande de Gaza, a rapporté le ministère local de la Santé, ce qui porte à 174 le nombre de personnes tuées dans l'enclave palestinienne depuis lundi. D'après ce dernier bilan, 47 enfants figurent parmi les morts. De même source, 1.200 Palestiniens ont été blessés depuis le déclenchement de ce nouveau cycle de violences entre l'armée israélienne et les groupes palestiniens armés à Gaza, dont le Hamas. Plus de 2.300 roquettes ont de leur côté été lancées par des groupes armés palestiniens sur le territoire israélien depuis lundi, tuant neuf personnes, parmi lesquelles un enfant et un soldat, et faisant plus de 560 blessés.

Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne tiendront mardi une visioconférence d'urgence sur l'escalade des combats entre Israël et les Palestiniens, a annoncé dimanche le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. "Compte tenu de l'escalade en cours entre Israël et la Palestine et du nombre inacceptable de victimes civiles, je convoque une visioconférence extraordinaire des ministres des Affaires étrangères de l'UE mardi. Nous coordonnerons et discuterons de la manière dont l'UE peut contribuer au mieux à mettre fin à la violence actuelle", écrit Josep Borrell sur Twitter.

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres s’est lui aussi dit "consterné" par le "nombre croissant de victimes civiles" et "profondément perturbé" par l'attaque israélienne contre un bâtiment abritant des médias internationaux à Gaza, a déclaré samedi un porte-parole. M. Guterres a été "profondément perturbé par la destruction par une frappe aérienne israélienne aujourd'hui (samedi) d'un immeuble de grande taille dans la ville de Gaza qui abritait les bureaux de plusieurs organisations internationales de médias ainsi que des appartements résidentiels", a déclaré son porte-parole, Stéphane Dujarric, dans une réponse écrite à des questions de la presse.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1796) : DIMANCHE 16 MAI 2021

Dimanche 16 mai 2020 - Tourisme au Portugal, manifestation à Lisbonne :

Après le Royaume-Uni, le Portugal autorisera à partir de lundi les touristes en provenance de la plupart des pays européens, a annoncé samedi le ministère de l'Intérieur portugais.

Parallèlement des centaines de personnes, majoritairement sans masque, se sont rassemblées samedi à Lisbonne pour protester contre les règles sanitaires pour lutter contre la propagation du coronavirus et défendre «les libertés individuelles».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1796) : DIMANCHE 16 MAI 2021

Dimanche 16 mai 2020 - Rapport sur les soupçons d'emplois fictifs au RN :

Marine Le Pen réagit : Un rapport de police synthétisant l'enquête qui vaut à la cheffe de l'extrême droite française, Marine Le Pen, d'être mise en examen pour des soupçons d'emplois fictifs au bénéfice de son parti a été dévoilé par l'hebdomadaire «Journal du Dimanche».

La présidente du parti Rassemblement national (RN) a dénoncé une manoeuvre politique. «Le JDD, organe officiel du pouvoir macroniste, ressort la même sempiternelle affaire des assistants parlementaires, comme à chaque élection», a réagi sur Twitter Marine Le Pen, courroucée de voir cette affaire refaire surface à un mois des élections régionales prévues les 20 et 27 juin.

Selon le «JDD», il s'agit d'un rapport de 98 pages de l'office anticorruption (OCLCIFF) daté du 15 février, qui synthétise les éléments réunis par l'enquête ouverte en mars 2015 et confiée fin 2016 à des juges d'instruction du pôle financier du tribunal de Paris. Environ 25 élus et assistants du RN, dont la présidente Marine Le Pen, son père Jean-Marie Le Pen et de hauts dirigeants, sont mis en examen pour «détournements de fonds publics» ou recel de ce délit.

Les magistrats soupçonnent le RN d'avoir «de manière concertée et délibérée» mis en place un «système de détournement» des enveloppes allouées par l'UE à chaque député pour rémunérer des collaborateurs parlementaires (21.000 euros mensuels). Ces collaborateurs auraient travaillé en réalité pour le parti d'extrême droite, lui permettant ainsi des économies substantielles sur ses salaires.

Le parti Rassemblement national, qui conteste tout détournement, est aussi mis en examen dans cette procédure, ouverte également pour «escroquerie en bande organisée» et «travail dissimulé».

Selon plusieurs sources proches du dossier, les investigations n'ont pu être closes en 2020 comme prévu, la crise du Covid-19 ayant notamment retardé la levée d'immunité de l'eurodéputé RN Jean-François Jalkh par le Parlement européen. Celle-ci, réclamée par les juges d'instruction français en vue de sa mise en examen, la dernière attendue dans le dossier, a finalement été levée le 23 mars.

Ces dernières années, la défense a multiplié les recours, jusqu'à présent rejetés, sans cacher son objectif de «repousser la tenue d'un procès éventuel à l'après-présidentielle 2022», selon l'un des avocats.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens