Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mars 2021 6 27 /03 /mars /2021 08:00
LA MARCHE DU MONDE (1749) : DU MERCREDI 24 AU JEUDI 25 MARS 2021

Mercredi 24 mars 2021 - Marine Le Pen veut rembourser la dette sans toucher aux retraites ni aux impôts :

Marine Le Pen a redit mardi vouloir rembourser la dette notamment de la crise sanitaire, mais sans austérité budgétaire et sans toucher aux retraites ni aux impôts, misant sur des "investissements d'avenir" pour doper la croissance. "Sans mépriser ceux qui souhaitent une annulation de la dette, je les appelle à la raison. Quand vous expliquez à vos créanciers que vous n'allez pas les rembourser, c'est assez difficile d'aller leur redemander éventuellement un prêt par derrière", a fait valoir sur France Inter la candidate à l'Elysée, qui préside un parti lui-même très endetté.

La cheffe du Rassemblement national a mis en garde contre "la perte de confiance dans la parole de la France" si cette dernière ne remboursait pas sa dette, ce qui pourrait conduire à "une augmentation importante des taux d'intérêt". Le gouvernement martèle depuis des mois que la dette devra être remboursée, mais une partie de l'opposition, à gauche surtout, défend l'idée d'une annulation au moins partielle de la dette Covid.

Si elle estime qu'il faut rembourser, Marine Le Pen a assuré pour autant qu'il n'y aurait "pas dans (son) projet d'austérité budgétaire", qui "aggrave la dette", qu'elle n'augmenterait pas les impôts et qu'elle "continuerait à défendre" la retraite à 60 ans et 40 annuités de cotisations.

Pour financer ces investissements, elle avait proposé, début mars sur BFMTV, de lancer "un grand emprunt national" rémunéré à 2%, susceptible de libérer 450 milliards d'euros.

Des propositions "incohérentes" motivées par "la volonté d'avoir les pseudo-codes du sérieux", a réagi auprès de l'AFP la députée européenne Place publique, et économiste, Aurore Lalucq. "On ne lance pas un grand emprunt quand on veut rembourser la dette, d'autant moins avec un taux de 2%, bien supérieur aux taux actuels". Elle a défendu la proposition de plusieurs économistes : "La crédibilité de la France (évoquée par Marine Le Pen) n'est pas en question puisqu'on parle d'annuler la dette côté BCE. Le faire permettrait de forcer les Etats à de nouveaux investissements fléchés sur la santé, l'éducation et la transition écologique".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1749) : DU MERCREDI 24 AU JEUDI 25 MARS 2021

Mercredi 24 mars 2021 - Covid-19 : 4634 patients en réanimation et 292 morts en France ce mardi :

Alors que la France dispose d'environ 5000 lits de réanimation, le nombre de patients du Covid-19 s'en rapproche dangereusement. 4634 malades du Covid-19 sont soignés en réanimation en France ce mardi soir. 488 personnes ont rejoint un service de réanimation dans les dernières vingt-quatre heures. Les hôpitaux soignent actuellement 26 756 personnes. Sur la journée, 2286 malades ont été hospitalisés. Le Covid-19 est à l'origine de 292 morts ce mardi soit 92 809 décès depuis le début de l'épidémie il y a plus d'un an.

La direction générale de la santé annonce que 2 522 337 personnes ont reçu les deux doses du vaccin contre le Covid-19 soit 4,8 % de la population majeure. 6 595 920 patients ont reçu une des deux injections soit 12,6 % de la population majeure.

Le chef de l'Etat Emmanuel Macron a annoncé l'élargissement de la vaccination contre le Covid-19 aux personnes de plus de 70 ans, sans comorbidités, et aux enseignants en avril. La vaccination des plus de 70 ans - ils sont 3,5 millions en France - pourra débuter à partir de samedi. "Il n'y pas de week-end et de jours fériés pour la vaccination", a martelé Emmanuel Macron en déplacement à Valenciennes dans le Nord. Les enseignants, de leur côté, pourront être vaccinés à partir de la mi-avril. Le gouvernement attend 8 millions de doses du vaccin Pfizer-BioNtech au mois d'avril. Des vaccinodromes vont ouvrir Pour accélérer la vaccination de masse, le gouvernement veut ouvrir des vaccinodromes dans les villes. 100 à 200 centres de vaccination seront déployés à partir de la fin mars soit un à deux par départements, selon les premières projections. A Toulouse, un vaccinodrome doit ouvrir ce samedi dans le hall 8 de l'ancien parc des Expositions sur l'île du Ramier.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1749) : DU MERCREDI 24 AU JEUDI 25 MARS 2021

Mercredi 24 mars 2021 - Airbus ne va pas licencier de personnel en France malgré la crise du Covid-19 :

Airbus ne prévoit pas de licenciements en France, en Allemagne et au Royaume-Uni, pays les plus touchés par le plan de 15 000 suppressions de postes mis en place pour s'adapter à la crise provoquée par le Covid-19, a annoncé ce jeudi l'avionneur européen. "Grâce à l'efficacité de toutes les mesures sociales déployées jusqu'à présent, Airbus ne voit pas la nécessité de procéder à des licenciements forcés en France, en Allemagne et au Royaume-Uni, en attendant le déploiement réussi des mesures de mobilité interne en cours", précise Airbus dans une déclaration.

Le groupe, qui comptait 131 349 salariés au 31 décembre, avait annoncé fin juin la suppression de 5100 postes en Allemagne, 5000 en France, 1700 au Royaume-Uni, 900 en Espagne et 1300 sur ses autres sites dans le monde. La situation n'est pas encore tranchée en Espagne, où "le processus social a débuté plus tard". "Les efforts se poursuivent pour atteindre les objectifs du plan d'adaptation dans ce pays", ajoute l'avionneur européen.

L'effondrement du trafic aérien et ses conséquences durables pour les compagnies aériennes ont conduit le groupe à réduire ses cadences de production d'avions commerciaux de près de 40%. Le recours aux départs volontaires et les aides des Etats pour le chômage partiel ou encore pour soutenir la recherche et le développement en vue d'une aviation décarbonée ont permis d'éviter les départs contraints.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1749) : DU MERCREDI 24 AU JEUDI 25 MARS 2021

Mercredi 24 mars 2021 - Panier-repas, seul à table, télétravail… voici le nouveau protocole sanitaire dans les entreprises :

Le nouveau protocole sanitaire en entreprise a été publié mardi 23 mars sur le site du ministère du Travail. Un salarié devra manger seul en respectant un espace libre autour de lui. Les détails de ces nouvelles mesures.

En déplacement à Valenciennes ce mardi 23 mars, Emmanuel Macron l’a martelé une nouvelle fois : le télétravail est "une règle extrêmement importante". Une étude de l’Institut Pasteur réalisée en mars 2021, a ainsi révélé que les contaminations au travail représentaient 15 % des cas identifiés de Covid-19.

Jean Castex avait déjà rappelé l’importance du travail à la maison lors de sa conférence de presse, jeudi dernier, demandant "à toutes les entreprises et administrations qui le peuvent" d’y recourir "au maximum". Estimant que "le moment des repas sur les lieux de travail" était particulièrement à risque, le Premier ministre avait également demandé la mise en place d’un "protocole significativement renforcé pour la restauration collective en entreprises".

C’est à présent chose faite puisqu’un nouveau protocole sanitaire en entreprise a été publié sur le site du ministère du Travail, ce mardi 23 mars. Voici ce qui change.

En matière de restauration collective, les règles changent. "Les repas, aussi bien en milieu privé que professionnel, sont les circonstances les plus fréquemment rapportées à l’origine de ces transmissions", affirme ainsi l’étude de l’Institut Pasteur. Un salarié doit déjeuner seul au restaurant d’entreprise, "en laissant une place vide en face de lui et en respectant strictement la règle des deux mètres de distanciation entre chaque personne", indique le texte.

Le texte demande aussi aux entreprises d’adapter les plages horaires d’ouverture. "Les restaurants d’entreprise doivent continuer à mettre en place des plages horaires permettant de limiter au maximum le nombre de personnes présentes sur place au même moment".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1749) : DU MERCREDI 24 AU JEUDI 25 MARS 2021

Mercredi 24 mars 2021 - La Chine est-elle débarrassée du Covid-19 ?

Pour enrayer l’épidémie, la France vient d’emprunter une nouvelle ligne de crête résumée en une formule, « freiner sans enfermer ». En Chine, freiner est un verbe qui ne fait pas partie du vocabulaire du gouvernement. On arrête, brutalement, mais on ne freine pas la propagation du virus. La « méthode chinoise » - dépistage massif, confinements locaux stricts, isolement forcé, surveillance généralisée - porte ses fruits : en fin de semaine dernière, la Chine a déclaré son premier cas local de contamination depuis… le 14 février.

Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, le pays qui a vu naître le SARS-CoV-2 recense officiellement à peine plus de 100 000 cas. En un an, la pandémie a fait plus de 92 000 morts en France, 543 000 aux États-Unis, plus de 2,7 millions dans le monde et… moins de 5 000 en Chine. Très précisément 4 839 décès, selon les données de l’université Johns-Hopkins. C’est inférieur à certains petits pays comme le Liban ou le Panama.

Mais à quel prix ? « Les mesures sanitaires en Chine sont extrêmement drastiques : à chaque résurgence de foyers épidémiques, comme ce fut le cas près de Pékin, au Nord-Est de la Chine, ou encore près de Wuhan, les confinements ont été très stricts, nous avons même vu des immeubles être scellés de l’extérieur, se souvient Marc Julienne, chercheur spécialiste de la Chine à l’IFRI (Institut français des relations internationales). La Chine prend très au sérieux ces résurgences potentielles. Même s’il n’y a pas de cas depuis mi-février, elle n’est pas à l’abri. Pour en être débarrassée, il faudrait qu’elle ferme ses frontières. »

Au moindre soupçon de nouveaux cas, le pays n’hésite pas à remettre sous cloche une grosse agglomération, voire une province entière de 38 millions d’habitants. Cette « méthode chinoise qui n’est pas que chinoise ne consiste pas à gérer un problème, mais à le résoudre, analyse Arnauld Miguet, correspondant de France Télévisions en Chine et seul journaliste français à avoir chroniqué le confinement à Wuhan de l’intérieur. Ailleurs, on appuie sur le frein, on relâche. En Asie, on appuie sur le frein, point. Le choix n’est pas de vivre avec le Covid, mais de s’en débarrasser. C’est aussi vrai pour Taïwan, la Nouvelle-Zélande, l’Australie… On isole les malades, on teste, on traque les cas contacts. Et on confine sans préavis quand il le faut. Des mini Wuhan, il en a eu des tas depuis Wuhan. En tout cas, on arrête la maladie. »

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1749) : DU MERCREDI 24 AU JEUDI 25 MARS 2021

Jeudi 25 mars 2021 - Présidentielle 2022 : Xavier Bertrand se déclare candidat :

Il était jusqu’à présent le « plan B » de la droite, après François Baroin. Il se disait « plus déterminé que jamais », mais c’est désormais officiel : à 56 ans, Xavier Bertrand, le président de la région des Hauts-de-France, a affirmé au Point qu’il serait « candidat » à l’élection présidentielle de 2022. « Je suis totalement déterminé. Dans la situation actuelle de la France, j’estime que c’est mon devoir », a-t-il répété. Et ce, « quoiqu’il en coûte, que son ex-famille des Républicains organise une primaire ou pas », précise l’hebdomadaire.

Il y détaille un pan de son programme de « redressement » national, fondé sur la restauration de l’autorité. « Notre pays est gangrené par l’insécurité et la violence. Le premier acte de mon mandat sera de présenter aux Français une loi de programmation quinquennale pour leur sécurité, a-t-il assuré. Ce qui signifie notamment augmenter les budgets de la sécurité et de la justice. »

Xavier Bertrand se pose également en homme « des territoires », à l’opposé de la « pratique macroniste » et sa « verticalité », sa centralisation. « Elle étouffe tout et a conduit l’État à l’impuissance. Avec quel résultat ? L’absence désespérante de toute réforme. La réforme des retraites a été abandonnée, aucun effort de réduction des dépenses n’a été engagé. »

Même s’il prône le remboursement de la dette publique, l’ancien ministre s’engage, s’il est élu, à ne pas augmenter les prélèvements obligatoires. « Nous agirons sur la dépense publique. Quant aux retraites, la réforme est prioritaire si nous voulons continuer à payer les pensions des retraités. À l’horizon 2028-2030, il nous faudra travailler deux ans de plus, jusqu’à 64 ans, et si l’espérance de vie continue à progresser, il faudra, dans les années qui suivent, aller jusqu’à 65 ans. »

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1749) : DU MERCREDI 24 AU JEUDI 25 MARS 2021

Jeudi 25 mars 2021 - Covid-19 : « les rassemblements de plus de 6 personnes seront verbalisés », avertit Darmanin :

En France, on enregistre 248 décès du nouveau coronavirus ces dernières 24 heures. Au total, 93 156 personnes sont décédées depuis le début de l’épidémie.

Le nombre de patients en réanimation ne cesse d’augmenter avec 4 651 personnes prises en charge et 26 876 hospitalisations pour Covid-19.

En France, 6 370 705 personnes ont reçu au moins une injection de vaccin et 2 463 973 personnes en ont reçu deux.

Un nouveau Conseil de défense tenu ce matin a amené à l’annonce de la surveillance renforcée trois nouveaux départements qui pourraient être confinés: le Rhône, l’Aube et la Nièvre. Un couvre-feu de trois semaines est décrété en Martinique pour faire face à la reprise de l’épidémie.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1749) : DU MERCREDI 24 AU JEUDI 25 MARS 2021

Jeudi 25 mars 2021 - Covid-19 : Hospitalisée à cause du covid-19, Roselyne Bachelot donne de ses nouvelles :

Lorsqu'elle avait annoncé avoir été contaminée par le covid-19, Roselyne Bachelot avait assuré qu'elle ne manquerait pas de «donner des nouvelles régulièrement». La ministre de la Culture l'a fait jeudi, au lendemain de l'annonce de son hospitalisation. «Je suis prise en charge par des soignants exceptionnels et bénéficie désormais d’une oxygénothérapie renforcée», a-t-elle fait savoir. «Je tenais à remercier tous ceux qui m’ont envoyé des messages chaleureux, ils me touchent et me portent», a ajouté la ministre, âgée de 74 ans.

Le 20 mars, c'est également sur Twitter qu'elle avait révélé avoir été testée positive au covid-19 et expliqué souffrir de «symptômes respiratoires».

Le virus a également conduit à l'hospitalisation de la ministre du Travail, Elisabeth Borne. Celle-ci a annoncé mercredi être sortie de l'hôpital après quelques jours d'observation.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1749) : DU MERCREDI 24 AU JEUDI 25 MARS 2021

Jeudi 25 mars 2021 - Covid-19 : avancer les vacances scolaires en Ile-de-France ?

 Fermer les écoles est «un ultime recours», réaffirme Attal : La ligne de l’exécutif reste la même. La fermeture des écoles serait un « ultime recours », a une nouvelle fois rappelé le porte-parole du gouvernement, invité ce jeudi de la matinale de France Inter. Face à la flambée de l’épidémie, certains élus et médecins soutiennent pourtant cette mesure.

Mercredi, la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, avait proposé d’avancer les vacances de Pâques dans la région pour endiguer la poussée du virus. « Je me demande si la bonne mesure ne serait pas d’avancer les vacances scolaires de 15 jours afin de fermer les écoles dès le 2 avril », a-t-elle ajouté. Les vacances de printemps sont fixées cette année du 17 avril au 3 mai en Ile-de-France. En effet, « la situation sanitaire reste très inquiétante », a-t-on affirmé dans l’entourage de la présidente de la région, en précisant que dans les lycées de la région « plus d’une centaine de classes sont fermées » ainsi que « deux établissements ».

Une idée soutenue par le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau au micro de Sud Radio jeudi. « C’est une bonne idée » (...) « le gouvernement, peu importe d’où qu’elle vienne cette idée, il devrait la retenir ».

« Toutes les propositions sont utiles, surtout quand elles ne nient pas la réalité des faits et qu’elles cherchent à trouver des solutions », a répondu Gabriel Attal. Mais « il y aurait évidemment un impact et des difficultés pour des familles en termes d’organisation » car « ça implique de fermer les écoles, ce qui a toujours été pour nous, et ce qui reste, un ultime recours, parce qu’on sait le coût éducatif, le coût social », a-t-il rappelé. « C’est une proposition qui a été formulée hier (mercredi) soir, c’est pas moi, ici, ce matin, en tant que porte-parole du gouvernement, qui vais vous répondre », a-t-il ajouté alors qu’il était relancé sur ce sujet. L’occasion de préciser que la décision d’avancer les vacances scolaires n’a pas été prise en Conseil de défense ce mercredi.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1749) : DU MERCREDI 24 AU JEUDI 25 MARS 2021

Jeudi 25 mars 2021 - Poutine jusqu’en 2036 ? Les députés russes autorisent deux mandats de plus :

Il pourrait gouverner la Russie jusqu’à ses 84 ans. Les députés russes ont adopté mercredi une loi permettant à Vladimir Poutine, président depuis 1999, de candidater à deux nouveaux mandats présidentiels. Cette loi conçue pour mettre « la législation électorale en conformité avec les nouvelles normes de la Constitution », selon le site de la chambre haute du Parlement russe, découle du référendum constitutionnel de l’été 2020.

Un amendement controversé y autorise le maintien du président de 68 ans au pouvoir, alors qu’il aurait dû en théorie se retirer à la fin de son mandat actuel en 2024. Il ouvre ainsi la voie à son maintien potentiel au Kremlin jusqu’en 2036.

La limite de deux mandats consécutifs existera toujours mais « cette restriction ne s’applique pas à ceux qui occupaient le poste de chef de l’État avant l’entrée en vigueur des amendements à la Constitution », dit le texte voté par les députés, remettant dans les faits les compteurs de Vladimir Poutine à zéro. Mais cela ne s’appliquera pas aux futurs présidents. « Cette manipulation politique lui ouvre plusieurs options, y compris le fauteuil présidentiel. On ne sait pas ce qu’il va faire, mais il coupe court à toutes spéculations pour les prochaines élections en 2024. Il devient à nouveau le maître du jeu », analysait pour Le Parisien Tatiana Kastoueva-Jean, directrice du Centre Russie de l’Institut français des relations internationales, juste après les résultats du référendum.

Arrivé au pouvoir en 2000, M. Poutine s’était retiré à la fin de son deuxième mandat en 2008, installant au Kremlin son Premier ministre Dmitri Medvedev. Après un intermède de quatre ans, il avait été réélu président en 2012.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1749) : DU MERCREDI 24 AU JEUDI 25 MARS 2021

Jeudi 25 mars 2021 - Gaz hilarant : première en France, une loi pour en interdire la vente aux mineurs présentée à l'Assemblée :

L’utilisation détournée du protoxyde d’azote fait des ravages auprès des jeunes qui inhalent ce gaz pour ses effets euphorisants. Une proposition de loi présentée le 25 mars vise à interdire la vente de ce produit en direction des mineurs. C’est une première en France.

Le gaz hilarant ne fait plus rire. Le protoxyde d’azote, ce produit utilisé dans le milieu médical pour soulager les douleurs est devenu au fil des années un danger sanitaire de premier plan. Alors que son utilisation détournée par les 15-25 ans, en quête de nouvelles sensations euphorisantes, est en nette augmentation en France, une loi devrait très prochainement encadrer et limiter ce produit, notamment auprès des mineurs.

Une proposition portée par la députée du Nord, Valérie Six (UDI), doit être présentée le 25 mars à l’Assemblée nationale. C’est une première puisque ce produit dont les effets répétés peuvent virer au drame n’est pas classé dans la catégorie stupéfiants et aucune législation ne régule son utilisation. Le 17 mars, la commission des Affaires sociales a adopté le texte à l’unanimité. Cette loi vise à protéger les mineurs des usages dangereux du protoxyde d’azote. Elle avait déjà été adoptée par le Sénat en décembre 2019 sous l’impulsion de la sénatrice du Nord, Valérie Létard.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1749) : DU MERCREDI 24 AU JEUDI 25 MARS 2021

Jeudi 25 mars 2021 - Covid-19 : Emmanuel Macron : «Dans les prochaines semaines, nous aurons des nouvelles mesures à prendre» :

Emmanuel Macron s’est exprimé ce jeudi soir en marge du Conseil européen pour évoquer notamment la stratégie vaccinale contre le Covid-19 et les restrictions instaurées en France. « Nous sommes dans une course de vitesse entre la troisième vague et la vaccination partout en Europe », a-t-il rappelé.

Le chef de l’Etat a estimé avoir « eu raison de ne pas reconfiner » le pays fin janvier, refusant tout « mea culpa » malgré le regain épidémique constaté actuellement. « Il n’y a pas eu l’explosion qui était prévue par tous les modèles », a plaidé Emmanuel Macron. Il a également indiqué qu’il faudrait sans doute prendre « de nouvelles mesures » dans « les prochaines semaines » face à la forte dégradation de la situation sanitaire. Le président de la République a par ailleurs réaffirmé sa volonté d’offrir à tous les Français qui le souhaitent la possibilité d’être vaccinés « d’ici la fin de l’été ». « Il faut pour cela une augmentation importante des livraisons », a-t-il précisé.

Selon Macron, la production européenne de vaccins va s’accroître « dès les prochaines semaines, afin de produire totalement pour nous-mêmes, et d’être, d’ici à l’été, le continent qui produit le plus de vaccins dans le monde ». « Nous disposons en Europe de capacités diverses et nécessaires pour le cycle de production de vaccins, qu’il s’agisse des usines de conception ou en charge du finissage des doses », a expliqué le chef de l’Etat.

Après avoir fait l’éloge de la coopération européenne, Emmanuel Macron a néanmoins reconnu que l’Europe avait accusé un retard : « Certains sont allés plus vite que nous, il faudra en tirer toutes les conséquences. Les Etats-Unis ont été plus innovants, plus ambitieux. Ils ont innové plus vite et plus fort. »

Le chef de l’Etat a ciblé AstraZeneca, qu’il accuse de ne pas avoir respecté le contrat passé avec les Etats membres. « Les contrats passés entre Pfizer et l’UE ont été honorés. Les engagements contractuels pris avec Moderna sont honorés. Mais les engagements avec AstraZeneca ne l’ont pas été, et de très loin », a-t-il asséné. Le laboratoire suédo-britannique n’a livré aux Européens que 30 des 120 millions de doses promises au 1er trimestre.

« Je souhaite que les saisines faites en Italie permettent de livrer en temps et en heure les Européens », a déclaré le chef de l’Etat en faisant référence aux 29 millions de doses découvertes dans un site de mise en flacon à Anagni, au sud de Rome. « Il s’agit d’éviter que d’autres pays développés ne se servent sur le dos de l’Union européenne. »

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1749) : DU MERCREDI 24 AU JEUDI 25 MARS 2021

Jeudi 25 mars 2021 - Le réalisateur français Bertrand Tavernier est mort :

Jour de deuil pour les cinéphiles. L'Institut Lumière, dont il était le président, vient d'annoncer la disparition du cinéaste Bertrand Tavernier. «Avec son épouse Sarah, ses enfants Nils et Tiffany et ses petits-enfants, l'Institut Lumière et Thierry Frémaux ont la tristesse et la douleur de vous faire part de la disparition, ce jour, de Bertrand Tavernier», explique l'institution lyonnaise dans un tweet. De son premier film, le formidable «L'Horloger de Saint-Paul» à son indispensable documentaire «Voyage à travers le cinéma français», toute son oeuvre a été traversée par une passion indéfectible pour le cinéma et les femmes et les hommes qui le font. Lorsque nous l'avions rencontré à Lyon, en 2018, lors du Festival Lumière, il nous avait confié les secrets de son art: «Je suis la personne qui crée, mais dans le même mouvement je suis le premier spectateur de ce qui est en train d’être créé. Je dois donc penser à ce que je suis en train de faire sur le tournage et à la manière dont cela va être perçu dans un cinéma d'Angoulême ou de Poitiers où il fait froid et où, tout d'un coup, des gens toussent. Je dois donc me demander comment faire pour que la scène soit suffisamment intéressante pour qu'ils ne toussent pas.»

«J’ai toujours voulu faire des films de partage et les metteurs en scène que j'admire le plus, de John Ford à Marcel Pagnol, de Sacha Guitry et Jean Renoir, en passant par de nombreux cinéastes de tous les pays, de Dino Risi à Ingmar Bergman, sont des gens de partage, qui ont envie de surprendre, d’étonner, de provoquer le public, avait-il ajouté. Je crois modestement que j’y arrive. Beaucoup de gens m’arrêtent dans la rue pour me dire qu'ils ont été touchés par 'La Vie et rien d’autre", "Ça commence aujourd’hui", "La princesse de Montpensier", souvent de manière très intime. Ce goût du partage, je crois que je l’ai attrapé très tôt en allant aux spectacles de Jean Vilar», avait-il ajouté, avant de partir dans une longue et magnifique explication de l'oeuvre de Howard Hawks et de l'un de ses films préférés, «Rio Bravo». On entend encore sa voix de conteur, unique et passionné. Il détestait qu'on le limite à sa seule cinéphilie encyclopédique et il avait raison.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens