Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2020 3 25 /11 /novembre /2020 08:00
LA MARCHE DU MONDE (1642) : 24 NOVEMBRE 2020

Mardi 24 Novembre 2020 – point sur le Coronavirus le 23 Novembre au soir :

Les restrictions sanitaires imposées cet automne ont permis de ralentir la circulation du virus et de franchir le pic épidémique de la 2e vague. Conséquence, la pression hospitalière commence légèrement à reculer et le nombre des nouveaux cas confirmés est repassé lundi sous les 5.000 en 24 heures (4.452), pour la première fois depuis le 28 septembre. Une barre symbolique, fixée mi-octobre comme horizon face à la deuxième vague par le chef de l'Etat. Même si les chiffres sont toujours plus bas au sortir du weekend.

Lundi, 31.449 patients touchés par la maladie étaient toujours hospitalisés, dont 4.438 dans les services de réanimation, en baisse depuis le pic de la 2e vague le 16 novembre (33.466 dont 4.903 patients en réa). Le nombre de morts, dont le bilan total approche les 50.000 depuis le début de l'épidémie (49.232), a aussi commencé à se stabiliser ces derniers jours.

Dans ce contexte de léger mieux, le chef de l'Etat devrait confirmer la levée de certaines contraintes: durement éprouvés par deux confinements durant l'année, les commerces dits "non essentiels" comme les librairies ou les boutiques de vêtements se dirigent vers une réouverture qui pourrait intervenir dès le week-end prochain, selon un ministre.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1642) : 24 NOVEMBRE 2020

Mardi 24 Novembre 2020 – Castex inquiet des "usines à Covid" lors des réveillons de fin d'année :

Jean Castex a indiqué que les annonces d'Emmanuel Macron mardi ne permettraient qu'un "léger assouplissement au confinement", lors d'une intervention devant le bureau exécutif de La République en marche au cours duquel il s'est inquiété des "usines à Covid" lors des fêtes de fin d'année. "A ce stade, ce sera un léger assouplissement au confinement", a déclaré le Premier ministre, selon des participants à cette réunion par visioconférence. "On n'est pas dans le déconfinement, on est dans un aménagement supplémentaire du confinement", a-t-il insisté, à la veille d'une prise de parole du chef de l'Etat.

Devant les cadres du parti présidentiel, Jean Castex, qui devrait détailler jeudi après-midi en conférence de presse les annonces d'Emmanuel Macron, a évoqué les défis posés par la situation sanitaire. "Les choses sont très compliquées mais en même temps elles sont simples", a-t-il résumé. "La première chose que nous avons devant nous, ce sont les réveillons, qui sont des usines à Covid. Si on a une chose à traiter, c'est ça", a-t-il fait valoir.

Alors qu'il essuie des salves de critiques sur sa gestion de la crise, et voit sa cote de popularité baisser depuis plusieurs semaines, Jean Castex a souligné que sa préoccupation était d'abord "de savoir si je prends les bonnes décisions pour le pays." Il a aussi balayé les couacs au sein du gouvernement, sur fond de tensions avec certains de ses ministres. "On fait semblant de découvrir dans les journaux que le ministre de l'Economie défend l'économie et que le ministre de l'Agriculture défend l'agriculture, comme si ça n'avait jamais existé. Je vous rassure, je vais très bien", a-t-il lancé, se félicitant qu'il y ait "du débat".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1642) : 24 NOVEMBRE 2020

Mardi 24 Novembre 2020 – Antony Blinken chef de la diplomatie, John Kerry au climat : Biden dessine son futur gouvernement :

Le président élu Joe Biden a annoncé lundi ses premiers choix pour son futur gouvernement, avec au poste crucial de chef de la diplomatie Antony Blinken et d'autres anciens de l'administration de Barack Obama. L'ancien secrétaire d'Etat John Kerry, 76 ans, fera ainsi, s'il est confirmé par le Sénat, son retour au gouvernement en tant qu'émissaire spécial du président américain sur le climat, signe de l'importance qu'accorde Joe Biden à ce dossier.

Antony Blinken, qui fut adjoint au Secrétariat d'Etat de 2015 à 2017, prendra la tête de cet énorme ministère, en remplacement du républicain Mike Pompeo. A 58 ans, ce fervent partisan du multilatéralisme devrait notamment s'attaquer en priorité au dossier du nucléaire iranien.

Alejandro Mayorkas, né il y a 60 ans à la Havane, sera le premier Hispanique à diriger le ministère de la Sécurité intérieure, qui supervise notamment les questions d'immigration. Ce fils de réfugiés anticastristes, ancien procureur fédéral, connaît bien cette administration, dont il fut ministre adjoint de 2013 à 2016. "J'ai besoin d'une équipe prête au premier jour", a écrit Joe Biden dans un communiqué annonçant ces nominations, tandis que Donald Trump refuse toujours de concéder sa défaite lors de la présidentielle du 3 novembre. "Ces individus sont aussi expérimentés et éprouvés aux crises, qu'ils sont novateurs et imaginatifs", a-t-il poursuivi.

Le président élu, qui a promis de former une équipe représentative de la population américaine, a également sélectionné Avril Haines, 51 ans, pour devenir directrice du Renseignement national, un poste chargé de coordonner les différentes agences fédérales actives dans ce domaine uniquement occupé par des hommes jusqu'ici. L'Afro-américaine Linda Thomas-Greenfield, une diplomate chevronnée de 68 ans, qui fut secrétaire d'Etat adjointe pour l'Afrique, deviendra elle ambassadrice à l'ONU. Joe Biden a également également nommé un autre proche collaborateur, Jake Sullivan, 43 ans, comme son conseiller à la sécurité nationale.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1642) : 24 NOVEMBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1642) : 24 NOVEMBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1642) : 24 NOVEMBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1642) : 24 NOVEMBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1642) : 24 NOVEMBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1642) : 24 NOVEMBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1642) : 24 NOVEMBRE 2020

Mardi 24 Novembre 2020 – Violent démantèlement du camp de migrants place de la République :

Les images font déjà le tour des réseaux sociaux et du monde entier. Place de la République à Paris, un camp de migrants a été démantelé avec violence par les forces de l'ordre. Lundi soir, à l'appel d'associations de réfugiés, des migrants évacués la semaine auparavant de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) se sont regroupés sous la célèbre statue du 11e arrondissement de Paris. En moins de deux minutes, environ 500 tentes bleues se sont déployées sur la place investie par des centaines d'exilés, pour l'écrasante majorité originaires d'Afghanistan. «On a peur qu'ils soient évacués sans solution, comme ce qui s'est passé mardi dernier» à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), lors du démantèlement d'un important campement informel qui s'était constitué depuis l'été près du Stade de France, a expliqué Maël de Marcellus, responsable parisien de l'association Utopia56. «Ils ont été laissés sur le carreau et invisibilisés, mais eux aussi ont besoin d'un hébergement, surtout en pleine crise sanitaire», a-t-il ajouté.

Mais très vite les forces de l'ordre sont intervenues. A peine une heure après l'installation, elles ont commencé à enlever une partie des tentes, parfois avec des exilés encore à l'intérieur, sous les cris et huées de militants et de migrants. Et c'est finalement sous les tirs de gaz lacrymogène et de grenades de désencerclement que quelques centaines d'exilés et leurs soutiens ont finalement été dispersés par les forces de l'ordre dans les rues de l'hypercentre de Paris. Selon les vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, des policiers n'ont pas hésité à utiliser la force - coups de pied et même coups de matraque, comme le témoigne le compte twitter du journaliste Rémy Buisine, pris à partie et frappé au sol par les forces de l'ordre.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1642) : 24 NOVEMBRE 2020

Mardi 24 Novembre 2020 – Violente évacuation d’un camp de migrants à Paris, Darmanin reconnaît des "images choquantes" :

"On a peur qu'ils soient évacués sans solution, comme ce qui s'est passé mardi dernier" à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), lors du démantèlement d'un important campement informel qui s'était constitué depuis l'été près du Stade de France, a expliqué Maël de Marcellus, responsable parisien de l'association Utopia56. "Ils ont été laissés sur le carreau et invisibilisés, mais eux aussi ont besoin d'un hébergement, surtout en pleine crise sanitaire", a-t-il ajouté. A peine une heure après l'installation, les forces de l'ordre ont commencé à enlever une partie des tentes, parfois avec des exilés encore à l'intérieur, sous les cris et huées de militants et de migrants.

Shahbuddin, Afghan de 34 ans, revisse un bonnet gris sur son crâne et sanglote après avoir été sorti de sa tente: "C'est trop violent, on veut juste un toit". Et c'est finalement sous les tirs de gaz lacrymogène et de grenades de désencerclement que quelques centaines d'exilés et leurs soutiens ont finalement été dispersés par les forces de l'ordre dans les rues de l'hypercentre de Paris. "L'Etat donne de lui-même un spectacle lamentable" en apportant "une réponse policière à une situation sociale", a commenté auprès de l'AFP Ian Brossat, adjoint de la mairie de Paris en charge notamment de l'accueil des réfugiés. Plus tard dans la nuit, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a évoqué, sur Twitter, des images "choquantes". "Je viens de demander un rapport circonstancié sur la réalité des faits au Préfet de police d'ici demain midi. Je prendrai des décisions dès sa réception", a-t-il ajouté.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1642) : 24 NOVEMBRE 2020

Mardi 24 Novembre 2020 – Trump donne son feu vert et accepte la transition vers une présidence Biden :

Donald Trump a donné lundi soir son feu vert au processus de transfert du pouvoir à Joe Biden, qui avait commencé, sans l'attendre, à dessiner son gouvernement.

Il n'a jamais été aussi près d'admettre sa défaite: Donald Trump a finalement donné lundi soir son feu vert au processus de transfert du pouvoir à Joe Biden, qui avait commencé, sans l'attendre, à dessiner son gouvernement. Après plus de deux semaines d'un refus sans précédent dans l'histoire politique américaine, M. Trump s'est toutefois encore gardé de reconnaître directement la victoire du démocrate. Il a promis sur Twitter de poursuivre un "juste combat" alors qu'il multiplie les recours en justice, sans succès, pour tenter de démontrer des fraudes lors du scrutin présidentiel du 3 novembre. Et "je crois que nous triompherons", a-t-il affirmé.

"Néanmoins", a nuancé le président américain sortant, "dans l'intérêt supérieur de notre pays, je recommande" que l'agence gouvernementale chargée du transfert du pouvoir fasse "ce qui est nécessaire concernant les protocoles, et j'ai demandé à mon équipe de faire de même". L'équipe de Joe Biden a aussitôt pris note d'une étape permettant "un transfert du pouvoir pacifique et sans accroc". Le démocrate prépare son entrée à la Maison Blanche le 20 janvier avec plusieurs personnalités chevronnées ayant servi sous Barack Obama, comme Antony Blinken, futur chef de la diplomatie américaine, ou Janet Yellen, pressentie au Trésor. L'ancien secrétaire d'Etat John Kerry, 76 ans, fera lui aussi son retour à Washington en tant qu'émissaire spécial du président sur le climat, signe de l'importance qu'accorde Joe Biden à ce dossier.

Aucun doute ne pesait plus sur le fait que le démocrate deviendrait le 46e président des Etats-Unis. Mais le déni jusqu'ici de Donald Trump signifiait notamment que le président élu n'avait toujours pas accès aux informations classées secret défense sur les questions ultra-sensibles concernant la sécurité des Etats-Unis, comme c'est l'usage. Il n'a pas non plus pu commencer à coordonner avec l'équipe Trump la gestion de la pandémie de Covid-19 qui a fait plus de 257.000 morts aux Etats-Unis.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1642) : 24 NOVEMBRE 2020

Mardi 24 Novembre 2020 – Covid-19 : les tests PCR contestés :

La validité de ces tests est de plus en plus critiquée par les experts car ils produisent un grand nombre de faux positifs.

Or ils sont un pilier des stratégies sanitaires actuelles, ce qui pose question. La PCR (polymerase chain reaction) a été inventée par le biochimiste américain Kary Mullis en 1984 pour faciliter l’identification des acides nucléiques (ADN et ARN). Elle les rend visibles et analysables après plusieurs étapes qui, dans le cadre du Covid-19, comprennent : 1. Un prélèvement de cellules naso-pharyngées. 2. L’extraction de tous les ARN cellulaires. 3. Le copiage spécifique des séquences d’ARN viral (s’il est présent) par une réaction enzymatique dite transcription inverse. 4. Son amplification, enfin, à travers plusieurs cycles, par une autre réaction enzymatique (la polymérisation en chaîne) destinée à créer des millions de copies de ces fragments viraux, jusqu’à les rendre détectables. Mais attention, trop de cycles génèrent des faux positifs !

Ce test requiert de grandes quantités de réactifs, des équipements de laboratoire coûteux, des professionnels hautement qualifiés travaillant avec des masques, une double paire de gants, des surchaussures et mille autres précautions. Les possibles biais techniques sont légion et une source importante de résultats erronés : mauvais prélèvement, erreurs d’étiquetage, contamination d’un réactif, mauvais pipetage, faute d’interprétation, etc. Un laboratoire bostonien a suspendu ses tests de dépistage après la découverte de 400 faux positifs en une seule journée. Des écouvillons n’ayant jamais servi envoyés à des laboratoires pour analyse sont revenus positifs (signifiant qu’ils y furent contaminés). Le président de la Tanzanie, John Magufuli, a fait savoir à la terre entière qu’il avait secrètement envoyé des échantillons provenant d’une papaye, d’un mouton et d’une chèvre à un laboratoire de dépistage du Covid. Tous sont revenus positifs ! Doit-on en rire ? Pas vraiment. Le fait est que l’usage à grande échelle d’un test aussi sensible génère un grand nombre de résultats inexacts. Mais ce n’est pas tout.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1642) : 24 NOVEMBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1642) : 24 NOVEMBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1642) : 24 NOVEMBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1642) : 24 NOVEMBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1642) : 24 NOVEMBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1642) : 24 NOVEMBRE 2020

Mardi 24 Novembre 2020 – Melania Trump accueille, pour la dernière fois, le sapin de Noël de la Maison-Blanche :

Une dernière à la Maison-Blanche. Lundi, Melania Trump a reçu le sapin de Noël qui sera installé dans le cadre des décorations de la résidence présidentielle. Pour cette dernière occasion avant la fin du mandat de Donald Trump, la First Lady, vêtue d'une cape avec un motif pied-de-poule, est apparue très souriante, saluant les photographes installés pour immortaliser l'événement. Elle ne portait pas de masque, tout comme la famille Taylor, qui a donné l'arbre et qui a posé à ses côtés. Il s'agissait de sa première apparition depuis la cérémonie du 11 novembre au cimetière national d'Arlington.

Malgré la situation sanitaire, les décorations seront bien installées à la Maison-Blanche mais «assister aux fêtes sera un choix très personnel», a déclaré Stephanie Grisham, la porte-parole de Melania Trump. «C'est une tradition de longue date que les visiteurs viennent admirer et profiter du décor iconique des célébrations de Noël», a-t-elle ajouté. «Les invités profiteront d'assiettes individuelles préparées par des chefs derrière des vitres de plexiglass. Toutes les boissons seront couvertes. Tous les employés porteront des masques et des gants», a-t-elle précisé, alors que les autorités sanitaires ont recommandé d'éviter de voyager pour célébrer Thanksgiving en famille.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1642) : 24 NOVEMBRE 2020

Mardi 24 Novembre 2020 – Anne Hidalgo persiste et signe : les écologistes "ont un sujet" avec la République :

La maire de Paris Anne Hidalgo estime, dans un entretien à L'Obs jeudi, que les écologistes "ont un sujet" avec la République. Interrogée sur la manifestation contre l’islamophobie il y a un an à l’appel notamment du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), à laquelle elle n'avait pas participé contrairement aux Verts, elle explique ne pas se reconnaître dans le discours décolonial et l'avoir dit aux écologistes: "Ils ont un sujet, ce n’est pas tabou de le dire. En tant que maire de Paris, personne ne me fera adopter une position que je considère comme du relativisme culturel", lance-t-elle.

Mais, poursuit-elle, "je ne pense pas que les gauches sont irréconciliables. Je ne suis pas sur des positions qui ont fracturé la gauche, en rompant le dialogue. Il n’y a rien d’indépassable, pas de difficultés insolubles". Au contraire, "on a une capacité à dépasser les postures car on est dans l’action", estime-t-elle, car "les Verts nous ont fait progresser sur l’écologie. Si on veut être en capacité de gérer un jour ce pays ensemble, on doit s’influencer sur les questions républicaines". Elle estime à cet égard qu'"il y a une obligation républicaine de mettre en place des politiques concrètes, dans l’éducation, l’accès à l’emploi, la déghettoïsation des territoires. Il faut y mettre beaucoup de moyens publics".

A gauche, le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon est monté au front lundi dans un billet de blog, en fustigeant les "accusations fielleuses" de Mme Hidalgo qui apporte selon lui "sa contribution à l’esprit de chasse aux sorcières qui anime les dirigeants du PS les plus proches de la LREM", "Manuel Valls, Bernard Cazeneuve, Olivier Faure". Il retourne à Mme Hidalgo le terme "ambiguïté" qu'elle a utilisé à l'égard des Verts, en l'accusant d'avoir montré des "comportements à double face en matière de rapport aux religions", notamment en participant en avril dernier comme maire à la bénédiction de la Ville de Paris, aux côtés de l’archevêque, pour le "jeudi saint".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1642) : 24 NOVEMBRE 2020

Mardi 24 Novembre 2020 – Olivier Faure propose de changer le nom du PS, un nom "aujourd'hui mal compris" :

Le premier secrétaire du PS Olivier Faure a posé mardi la question d'un changement de nom de son parti, appelant à "provoquer un véritable big bang de la gauche et de l'écologie en 2021" en vue de la présidentielle l'année suivante. Refusant que gauche et écologistes se présentent au scrutin "en ordre dispersé", il a estimé sur France Inter que "les socialistes eux-mêmes doivent accepter l'idée d'aller jusqu'au bout de leur refondation", alors que "le cycle ouvert par François Mitterrand en 1971 est achevé".

Il faut "sans tabou nous poser toutes les questions", en particulier celle du "nom" du PS, un nom "aujourd'hui mal compris, rattaché à des mesures, des époques, et qui ne dit plus ce que nous sommes devenus". Mais aussi "la question des institutions propres" du PS, de son "fonctionnement, ses pratiques", et de son "projet". Ainsi "les huit prochains mois doivent être consacrés à définir ce pour quoi nous nous battons, pour qui, pour quoi nous sommes encore là", avant d'ensuite "rassembler la gauche", a souhaité Olivier Faure.

Détaillant une feuille de route, il a proposé que chacun vienne "avec son propre projet", notamment les écologistes, avec l'objectif de "trouver des terrains d'accords", et "si des désaccords persistent, les Français eux-mêmes viendront trancher": les "propositions" seront "mises en débat" et "soumises aux Françaises et aux Français" qui, à leur tour, pourront dire s'ils "ont mieux" à proposer. Et "si c'est mieux, nous prendrons ce que vous dites", a-t-il promis.

Interrogé sur la possibilité d'une candidature de l'ancien ministre socialiste Arnaud Montebourg, il a critiqué "toutes celles et ceux qui cherchent à construire non pas du collectif mais des candidatures individuelles". Evoquant la candidature déclarée du leader de LFI Jean-Luc Mélenchon, il a estimé que "toutes les candidatures solitaires sont des machines à perdre".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1642) : 24 NOVEMBRE 2020

Mardi 24 Novembre 2020 – L'ancien international de rugby Christophe Dominici retrouvé mort :

L'ancien international de rugby Christophe Dominici retrouvé mort dans le parc de Saint-Cloud. L'ancien joueur du Stade français, qui était âgé de 48 ans, est monté sur le toit d'un bâtiment désaffecté du parc en début d'après-midi avant de sauter, a précisé une source policière à l'AFP.

Selon le parquet de Nanterre, un témoin aurait vu l'ancien joueur faire une chute de 10 mètres. Une enquête pour recherche des causes de la mort a été ouverte par le parquet de Nanterre (région parisienne).

L'ancien ailier (67 sélections) avait remporté cinq fois le titre de champion de France avec le Stade Français et avait été finaliste de la Coupe du monde en 1999 avec le XV de France, prenant notamment une part prépondérante dans la victoire d'anthologie face à la Nouvelle-Zélande en demi-finale.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1642) : 24 NOVEMBRE 2020

Mardi 24 Novembre 2020 – "Noël en famille", commerces rouverts le 28 novembre... les mesures annoncées par Emmanuel Macron :

Lors de son allocution, le président de la République Emmanuel Macron a annoncé une levée du confinement le 15 décembre prochain, avec des restrictions dont un couvre-feu, à l'exception du soir de Noël et du jour de l'an.

«Le pic de la seconde vague de l’épidémie est passée», a d'abord expliqué Emmanuel Macron lors de son allocution du 24 novembre. «Nos efforts ont payé, nous avons appris à mieux traiter les personnes atteintes», a-t-il expliqué. «Je veux ici saluer le dévouement des soignants (...) C’est tous ensemble que nous avons sauvé des vies». Néanmoins, «il nous faut poursuivre nos efforts et limiter «nombre d’activité dans les lieux clos et limiter au maximum les rassemblements». Le chef de l'Etat a annoncé un plan en trois étapes.

«Une nouvelle étape s’ouvrira à partir du samedi 28 novembre». Il faudra durant cette période toujours avoir sur soi son attestation, continuer à rester chez soi et privilégier le télétravail. La règle des 1 kilomètres sera étendu à un rayon de vingt kilomètres et d'une heure de sortie nous passerons à trois heures. Les offices des cultes seront permis dans une limite de 30 personnes. Décision très attendue : «Tous les commerces pourront rouvrir dans le cadre d’un protocole sanitaire strictes jusqu’à 21h au plus tard. Les librairies, les disquaires, les bibliothèques pourront rouvrir». «Je sais combien l'attente est grande et combien cela participe à notre quotidien dans la vie de nos centres-villes», a reconnu le chef de l'Etat. Les «activités extra-scolaires en plein air, seront elles à nouveau autorisés».

 

Deuxième étape, à partir du 15 décembre. Si les chiffres des contaminations et des hospitalisations le permettent, alors «le confinement pourra être levé» et nous pourrons «passer Noël en famille». Les salles de cinéma, les théâtres, les musées pourront rouvrir. Il y aura des restrictions, dont un couvre-feu de 21h à 7h, à l'exception des nuits de Noël et du jour de l'an. En revanche, les stations de sports d'hiver pourraient rester fermées. Enfin troisième étape à partir du 20 janvier, avec la réouverture des bars et des restaurants et progressivement le retour des étudiants sur les bancs de l'université.

Les lycées pourront être «pleinement ouverts, avec la totalité des élèves» autour du 20 janvier, si le nombre de contaminations quotidiennes par le Covid-19 en France reste sous la barre des 5.000. Deux semaines après les lycées, «ce sont les universités qui pourront reprendre les cours, avec là aussi une présence physique de tous les élèves», a ajouté le président de la République, qui avait annoncé fin octobre la suspension des cours en présentiel dans les universités et grandes écoles.

La vaccination ne sera pas obligatoire

Il faut bien sûr «tout faire pour éviter une troisième vague» d'épidémie de Covid-19 et «tout faire pour éviter un troisième confinement». «Si nous ne voulons pas subir demain un troisième confinement, nous devons redoubler de vigilance: protégeons nos proches, en particulier les plus vulnérables, en portant le masque, y compris à la maison lorsque nous sommes avec des amis ou avec des parents qui n'habitent pas au quotidien avec nous», a-t-il exhorté.

Le chef de l'Etat a aussi annoncé mardi que la vaccination contre le Covid-19 ne serait pas obligatoire et que la campagne débuterait «dès fin décembre, début janvier» pour «les personnes les plus fragiles». «Certains (vaccins) seront disponibles dès la fin décembre, début janvier, et une seconde génération arrivera au printemps», a-t-il déclaré lors d'une allocution télévisée, assurant que la France, avec l'Union européenne avait «sécuris(é) le nombre de doses» nécessaires.

Pour les tests, le chef de l'Etat promet en janvier un délai maximum de 24 heures pour les résultats, dont la lenteur a fait échouer jusqu'ici la stratégie de dépistage et d'isolement des malades. Il promet aussi le déploiement des tests antigéniques rapides sur tout le territoire.

Plus contraignant avec les porteurs du virus

«Nous devons être plus contraignants à l'égard de celles et ceux qui ont le virus", a aussi déclaré mardi soir Emmanuel Macron lors de son allocution sur le Covid-19, en appelant le Parlement à prévoir «les conditions pour s'assurer de l'isolement» des cas positifs.

«Je souhaite que le gouvernement et le Parlement prévoient les conditions pour s'assurer de l'isolement des personnes contaminées, y compris de manière plus contraignante», a déclaré le chef de l'Etat, en promettant que «ces personnes seront accompagnées sur le plan matériel, sanitaire, psychologique».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens