Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 octobre 2020 6 31 /10 /octobre /2020 08:00
LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020

Vendredi 30 octobre 2020 – point sur le Coronavirus le 29 octobre au soir :

Le bilan de l'épidémie de Covid-19 en France a dépassé jeudi la barre des 36.000 décès, à la veille de l'entrée en vigueur d'un nouveau confinement décidé par le gouvernement pour contrer une deuxième vague de la maladie. 36.020 personnes sont mortes des suites d'une infection par le coronavirus, dont 250 au cours des dernières 24 heures, selon les données officielles publiées par Santé publique France. 24.659 décès ont eu lieu à l'hôpital et 11.361 dans les Ehpad et les établissements médico-sociaux, dont les données ne sont pas actualisées tous les jours.

Le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés en réanimation ou en soins intensifs atteint lui 3.147, avec 395 nouvelles admissions depuis la veille et 2.278 sur les sept derniers jours. En tenant compte des sorties, le nombre de patients du Covid-19 actuellement en réanimation a augmenté de 102 ces dernières 24h.

Le nombre de lits de réanimation, déjà relevé de 5.100 à 5.800 après la première vague épidémique, était monté à 6.400 en début de semaine et devrait bientôt dépasser 7.000, selon le ministre de la Santé Olivier Véran. «Quoi que nous fassions, près de 9.000 patients seront en réanimation à la mi-novembre», a indiqué Emmanuel Macron mercredi soir, soit plus que les 7.000 malades atteints au pic de la première vague épidémique, en avril. Plus largement, 2.607 personnes supplémentaires ont été hospitalisées pour Covid-19 depuis mardi, et 15.786 en sept jours. Les hôpitaux français accueillent désormais 21.160 personnes infectées par le coronavirus. 47.637 nouveaux cas positifs ont été enregistrés depuis mercredi, et le taux de positivité augmente fortement à 19,4%, contre 18,6% la veille et seulement 4,5% début septembre.

Face à la très forte dégradation de tous les indicateurs de l'épidémie, le président Emmanuel Macron a annoncé mercredi soir le retour du confinement sur tout le territoire national au moins jusqu'au 1er décembre, mais «les écoles resteront ouvertes, le travail pourra continuer et les maisons de retraite pourront être visitées».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020

Vendredi 30 octobre 2020 – Les enfants devront porter un masque à l’école à partir de six ans, les cantines resteront ouvertes :

Le ministre de l’Education national Jean-Michel Blanquer a précisé les modalités du fonctionnement des écoles pendant la période du nouveau confinement jusqu’au 1er décembre, avec notamment le port du masque imposé dès la primaire.

Le nouveau protocole sanitaire renforcé qui va être mis en place dans les établissements scolaires "permettra l'accueil de tous les élèves, à l'école, au collège et au lycée", a assuré jeudi le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer.

Ce nouveau protocole prévoit notamment le port du masque à partir du CP, une limitation du brassage des élèves avec des arrivées et départs étalés dans le temps, des "déplacements limités au maximum" et des récréations "par groupes", a ajouté M. Banquer qui n'a en revanche pas évoqué l'accueil de demi-groupes d'élèves uniquement, réclamé par plusieurs syndicats. Il a néanmoins précisé que cela pourrait avoir lieu, en fonction des lycées. Chaque classe aura une seule salle dédiée dans le secondaire.

Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a évoqué jeudi sur France 2 des "mesures renforcées pour éviter au maximum le brassage des élèves" dans les classes ou à la cantine, et "des mesures d'hygiène et d'aération renforcées". Il a ajouté qu'il pourrait aussi y avoir "une évolution des emplois du temps". Jeudi soir, il a précisé que les cantines scolaires resteraient ouvertes.

A l'université et dans les établissements du supérieur, tous les cours magistraux et les TD se feront "à distance". "Seuls les TP (travaux pratiques) pourront, dans des conditions spécifiques, être maintenus dans les établissements", a précisé jeudi Jean Castex.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020

Vendredi 30 octobre 2020 – Attentat de Nice - Emmanuel Macron : "C'est la France qui est attaquée" :

Accompagné du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin et du ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti, Emmanuel Macron est arrivé à Nice, après une attaque au couteau qui a fait au moins trois morts. Il a immédiatement dénoncé «une attaque terroriste islamiste».

"Très clairement c'est la France qui est attaquée": Emmanuel Macron a dénoncé jeudi depuis Nice "une attaque terroriste islamiste" dans la basilique Notre-Dame qui a fait trois morts, et annoncé le passage de 3000 à 7000 soldats pour l'opération Sentinelle pour protéger les lieux de culte et les écoles. "Notre pays a été frappé par une attaque terroriste islamiste, une fois encore ce matin ce sont trois de nos compatriotes qui sont tombés à Nice", a déclaré le chef de l'Etat, devant l'église où a eu lieu l'attaque à l'arme blanche. "Au même moment nous avions un site consulaire français qui était attaqué, en Arabie Saoudite à Djeddah; au même moment des interpellations sur notre territoire se faisaient", a-t-il ajouté, entouré des ministres de l'Intérieur Gérald Darmanin et de la Justice Eric Dupond-Moretti. Un Afghan en tenue traditionnelle, armé d'un couteau et considéré comme allant passer à l'acte, a été interpellé jeudi à Lyon, près de la gare Perrache.

Le président a précisé avoir décidé de passer "dans les prochaines heures" la "mobilisation dans le cadre de l'opération Sentinelle de 3000 à 7000 militaires sur notre sol", afin de "protéger tous les lieux de culte. En particulier, bien évidemment, les églises pour que la Toussaint puisse se dérouler dans les conditions qui sont dues". Il a aussi promis que les écoles seraient protégées "pour la rentrée qui vient". "Je veux ici dire, d'abord et avant tout, le soutien de la nation tout entière aux catholiques de France et d'ailleurs", a ajouté Emmanuel Macron. "Après l'assassinat du père Hamel à l'été 2016, c'est une nouvelle fois les catholiques qui sont attaqués dans notre pays, menacés", a ajouté le chef de l'Etat, en répétant que la "nation tout entière" se tiendrait "pour que la religion puisse continuer de s'exercer librement dans notre pays".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020

Vendredi 30 octobre 2020 – Attentat de Nice : Sarkozy appelle à des "décisions fortes, immédiates et sans retour" :

Alors que la France est à nouveau touchée par le terrorisme, avec la mort de trois personnes dans une attaque au couteau à la basilique Notre-Dame à Nice, l’ancien président de la République a réagi via un message posté sur les réseaux sociaux. «J’exprime ma plus profonde indignation à la suite de ce nouvel attentat criminel, quelques jours après l’assassinat insoutenable de Samuel Paty», a écrit Nicolas Sarkozy, adressant ses pensées «aux familles des victimes si douloureusement touchées et si injustement frappées».

«L’extrême gravité de la situation exige des décisions fortes, immédiates et sans retour», assure Nicolas Sarkozy, estimant que «la France doit faire preuve d’une détermination sans faille et d’un grand sang froid afin de ne pas tomber dans le piège dans lequel les ennemis de la démocratie veulent nous attirer.

«Dans ces moments où la vie d’innocents est à ce point menacée, l’unité doit être la règle derrière nos institutions et ceux qui l’incarnent», poursuit-il. Et de conclure : «Le temps n’est pas à la polémique, ni à la politique . Il est au combat de tous contre la barbarie, et pour la civilisation».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020

Vendredi 30 octobre 2020 – Estrosi demande de "modifier la Constitution" pour mener "la guerre" :

"Il faut modifier la Constitution" pour "mener la guerre", a estimé vendredi sur Europe 1 Christian Estrosi, le maire Les Républicains de Nice, au lendemain de la mort de trois personnes tuées au couteau dans une attaque "islamiste" contre une église de sa ville. "Si on nous impose aujourd'hui de respecter des points de la Constitution qui ne sont pas adaptés à pouvoir mener la guerre en respectant la Constitution, et bien il faut modifier la Constitution", a estimé le maire de Nice, ajoutant qu'il essayait de ne pas laisser "la colère" le "submerger" après cette attaque.

Jeudi, un Tunisien de 21 ans tout juste arrivé en France par l'Italie est entré armé d'un couteau dans la basilique Notre-Dame de l'Assomption, en plein centre de Nice, et a tué trois personnes -un homme et deux femmes- quatre ans après l'attentat jihadiste qui avait fait 86 morts sur la promenade des Anglais. "Il va falloir nous relever (...) mais je le dis cette fois, on ne peut plus se permettre de dire 'l'unité de la nation' (...), la volonté d'agir ne suffit pas", a estimé Christian Estrosi, martelant "nous ne pouvons pas gagner la guerre contre cet ennemi avec les lois de la paix".

Connu pour avoir fait de sa ville un laboratoire du tout sécuritaire, Christian Estrosi a demandé outre "un filtrage des flux migratoires", de nouvelles compétences pour les maires. "Je veux en tant que maire avoir le droit de prononcer une fermeture administrative d'un lieu de culte où il se passe des choses qui ne sont pas conformes aux valeurs de la République française", a-t-il insisté. Il a rappelé avoir installé un réseau de vidéosurveillance de 3.800 caméras, développé l'intelligence artificielle et la reconnaissance faciale, déplorant qu'"à cause d'une institution poussiéreuse qu'est la Cnil (Commission nationale de l'informatique et des libertés), les gouvernements successifs ne cessent de m'opposer que nous n'avons pas le droit d'utiliser la reconnaissance faciale, que je n'ai pas le droit d'utiliser les fichiers..." Le député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti, son rival, a pour sa part demandé "un Guantanamo à la française" sur CNews vendredi. "Il faut une rétention administrative pour ceux qui sont fichés (...) Il faut un Guantanamo à la française pour les plus dangereux", a-t-il dit.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020

Vendredi 30 octobre 2020 – À Tampa, Melania et Donald Trump en appellent aux électeurs de Floride :

Pour Donald Trump, le chemin de la réélection passe par la Floride. Le président américain s'y est une nouvelle fois rendu jeudi, accompagné de son épouse Melania Trump, pour s'exprimer devant des partisans à Tampa. Dans une campagne bouleversée par la pandémie de nouveau coronavirus, le milliardaire a une fois de plus balayé tout argument sur le Covid-19 en assurant qu'un vaccin allait être disponible dans les semaines à venir et que si Joe Biden était élu, il «mettrait en place des confinements punitifs». Un argument qui a semblé fonctionner devant un public nombreux et serré, portant peu de masque, parmi lesquels des personnes ont dû être évacuées par les pompiers à cause de la chaleur. La veille, lors d'un meeting à Omaha, dans le Nebraska, certains partisans pro-Trump avaient été hospitalisés après avoir passé plusieurs heures dans le froid à attendre l'arrivée, le discours puis le départ de Donald Trump. Il a également évoqué son expérience du Covid-19, qui a fait plus de 228 000 morts aux États-Unis et dont la pandémie est en progression dans 42 États : «Si j'ai pu m'en remettre, n'importe qui peut s'en remettre», a assuré celui qui a bénéficié d'un traitement expérimental.

Le président américain a poursuivi ses attaques envers son adversaire démocrate, qui organisait un meeting face à un public en voiture plus tard dans la journée en Floride, évoquant... son fils. «Où est Hunter? Est-ce qu'Hunter est dans le public?», a-t-il demandé, alors que son avocat personnel Rudy Giuliani tente de faire naître un scandale, assurant qu'Hunter Biden a profité des réseaux de son père pour ses affaires. Même si aucune preuve n'est venue étayer ces affirmations, que Donald Trump a répétées durant le dernier débat face à Joe Biden, elles sont devenues un argument de campagne pour le clan Trump. À l'évocation du nom d'Hunter Biden, le public a crié : «Enfermez-le!», comme ils scandaient à l'encontre d'Hillary Clinton en 2016.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020

Vendredi 30 octobre 2020 – Un séisme meurtrier ravage les Balkans

Un séisme de magnitude de 7 sur l'échelle de Richter s'est produit vendredi en mer Egée, au sud-ouest d'Izmir, troisième plus grande ville de Turquie, et près de l'île grecque de Samos.

Au moins six personnes ont été tuées et plus de 200 blessées vendredi dans un puissant séisme qui a secoué la Turquie et la Grèce, provoquant l'effondrement de plusieurs immeubles et un mini-tsunami. La secousse, qui a été ressentie jusqu'à Istanbul et Athènes, s'est produite peu avant 12H00 GMT en mer Egée, au sud-ouest d'Izmir, troisième plus grande ville de Turquie, et près de l'île grecque de Samos.

La puissance du séisme, qui s'est produit à une dizaine de kilomètres de profondeur, a été évaluée à une magnitude de 7 sur l'échelle de Richter par l'Institut de géophysique américain (USGS) et 6,8 par le centre de sismologie turc Kandilli. En Turquie, selon l'agence gouvernementale des situations de catastrophe (AFAD), six personnes sont mortes, dont une par noyade, et 202 ont été blessées.

Signe de sa puissance, le séisme a provoqué un mini-tsunami qui a inondé les rues de Seferihisar, ville turque située près de l'épicentre, et balayé les côtes de l'île grecque de Samos. La secousse tellurique a provoqué l'effondrement des murs de plusieurs maisons et des inondations dans le port de Samos, selon des images diffusées par la télévision publique grecque Ert.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020

Vendredi 30 octobre 2020 – La France met en garde ses ressortissants :

"On passe vite de la haine virtuelle à la violence réelle" : Jean-Yves Le Drian , le ministre des Affaires étrangères, a appelé les ressortissants français vivant à l'étranger à la prudence au lendemain de l'attentat de Nice, estimant que la menace contre les intérêts français était "partout". "Le message d'urgence attentat (plus haut niveau du plan de sécurité "vigipirate", ndlr) a été envoyé hier soir à l'ensemble de nos ressortissants à l'étranger, quels que soient les lieux, puisque la menace est partout", a déclaré Jean-Yves Le Drian à l'issue d'un Conseil de défense.

"On passe vite de la haine virtuelle à la violence réelle, et nous avons décidé de prendre toutes les mesures pour assurer la sécurité de nos intérêts, de nos ressortissants", a poursuivi le ministre, précisant que des instructions avaient été données aux ambassadeurs "pour qu'ils renforcent les dispositifs de sécurité" autour des présences françaises dans le monde (ambassades, consulats mais aussi Alliances françaises ou établissements scolaires).

Quelques semaines après l'assassinat de l'enseignant Samuel Paty, décapité pour avoir montré à ses élèves des caricatures du prophète Mahomet dans le cadre d'un cours sur la liberté d'expression, le chef de la diplomatie française a évoqué une vigilance toute particulière autour des écoles. "Nous avons aussi pris la décision de n'autoriser les ouvertures d'établissements scolaires qu'à partir du moment où la vigilance aura été accrue et une attention aura été portée à l'égard à la fois des parents, des enseignants et des élèves", a-t-il expliqué.

Jean-Yves Le Drian a relevé que ces mesures étaient prises "en relation avec les autorités locales qui, d'une manière générale, nous apportent leur concours".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020

Vendredi 30 octobre 2020 – Qualité de l’air : la France devant la justice pour sa mauvaise protection des Français :

 La Commission européenne a décidé de renvoyer la France devant la Cour de justice de l'UE pour "non-respect de son obligation de protection des citoyens contre la mauvaise qualité de l'air", selon un communiqué publié jeudi. Bruxelles reproche à la France "le non-respect systématique" des règles européennes en matière de pollution aux particules fines PM10, dont les seuils ont été dépassés "dans les zones de Paris et de la Martinique sur une durée de, respectivement, 12 et 14 ans".

L'exécutif européen avait déjà renvoyé la France devant la justice en 2018 pour le non-respect des valeurs limites de dioxyde d'azote (NO2), gaz polluant principalement issu des moteurs diesel. La justice européenne avait reconnu un an plus tard le dépassement "systématique" de ce seuil, ouvrant la voie, dans un deuxième temps, à d'éventuelles sanctions.

Les particules fines PM10 sont pour leur part essentiellement présentes dans les émissions provenant de l'industrie, de la circulation automobile et du chauffage domestique, mais on les trouve également dans les émissions du secteur agricole.

Début juillet, le Conseil d'Etat avait condamné le gouvernement français à une astreinte historique de 10 millions d'euros par semestre de retard s'il ne durcissait pas son dispositif contre la pollution de l'air.

La plus haute juridiction administrative du pays, qui avait en 2017 enjoint l’État de mettre en oeuvre des plans de réduction des niveaux de particules PM10 et/ou de dioxyde d'azote, avait été saisie par des associations pour constater que cette injonction n'avait pas été suivie d'effet. L'Agence européenne pour l'environnement estime que quelque 400.000 décès prématurés peuvent être attribués chaque année à la pollution atmosphérique en Europe.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020

Vendredi 30 octobre 2020 – A Nice, larmes et prières pour les victimes de l'attentat :

 Des bougies et bouquets de fleurs pour honorer les trois nouvelles victimes du terrorisme. De nombreux Niçois sont venus se recueillir vendredi sur le parvis de la basilique de Notre-Dame de Nice où deux femmes et un homme ont été tués dans une attaque terroriste la veille, jeudi 29 octobre. Parmi les personnes qui ont apporté leurs hommages, le député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti ou encore Christian Estrosi et son épouse Laura Tenoudji. Sur Europe 1 vendredi matin, le maire de Nice a exprimé sa «colère» après cette nouvelle attaque qui touche sa ville en plein coeur, quatre ans après l'attentat meurtrier sur la promenade des Anglais, et a renouvelé son appel à «modifier la Constitution» pour pouvoir «mener la guerre» contre une idéologie qu'il qualifie d'«islamo-fascisme».

Cette attaque a coûté la vie à Vincent L. sacristain de la basilique. Ce père de famille de 54 ans a été tué avec un couteau avec une lame de 17 centimètres au sein de cette église pour laquelle il travaillait depuis 2013 tout comme une paroisienne de 60 ans, dont le corps retrouvé près de l'entrée principale «présente un égorgement très profond de l'ordre d'une décapitation», a fait savoir le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard jeudi soir. La troisième victime est Simone Barreto Silva, une Brésilienne de 44 ans qui vivait en France depuis plusieurs décennies. Elle est parvenue à s'enfuir et trouver refuge dans un restaurant, où elle est décédée de ses blessures plus d'une heure plus tard.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1617) : 30 OCTOBRE 2020

Vendredi 30 octobre 2020 – Edouard Philippe déplore "l'effet maléfique" des plateaux télévisés sur les médecins et les politiques :

Après l’Assemblée nationale, le Sénat. Auditionné jeudi par la commission d'enquête, Edouard Philippe a défendu la gestion de la crise sanitaire par son gouvernement. Ainsi qu'il l'avait fait le 21 octobre devant la commission d'enquête de l'Assemblée nationale, l’ex-Premier ministre a notamment regretté une «controverse scientifique» qui «s'est déroulée dans un désordre absolument considérable», ce qui a produit selon lui «une forme de délégitimation de la parole médicale et scientifique».

Il a également raconté une anecdote qui interpelle. «J’ai cherché à avoir des contacts avec des professeurs de médecine, des médecins, pendant le confinement, pour qu’ils m’expliquent comment ils voyaient la suite», explique-t-il. «Ceux que j’ai vu étaient dans mon bureau souvent des exemples de précision et d’humilité. Il se trouve que parfois les mêmes sur des plateaux prenaient les travers les plus terribles en étant d’un jugement définitif. Les mêmes!» «J’ai vu là le même effet maléfique que je constate parfois chez les responsables politiques qui sont, dans la conversation, soucieux de l’intérêt général, de la nuance, comprenant parfaitement les difficultés et les aspérités du réel et qui, par la grâce du plateau et de la chaîne d’info en continu, deviennent maximalistes, définitifs et tranchés», développe l’ex-chef du gouvernement. «C’est donc humain manifestement. C’est comme ça, c’est regrettable», conclut celui qui a quitté Matignon début juillet.

Lors de cette audition qui a duré un peu plus de deux heures, Edouard Philippe a affirmé n’avoir «aucun problème pour dire» que «notre organisation (...) n'a pas répondu de façon parfaite à la situation». Mais «il y a aussi des choses à l'intérieur de l'État qui ont bien fonctionné», a-t-il assuré, défendant le rôle des Agences régionales de santé (ARS), dont les directeurs généraux ont «souvent» été «très bons». Il a également regretté «la menace pénale» pesant sur les décideurs publics, via d'éventuelles enquêtes judiciaires, ainsi que la multiplicité des niveaux de décisions au sein de l'Etat qui ont «un peu crispé, embolisé un système» et «ralenti la prise de décision». L'ancien Premier ministre a également reconnu avoir été «surpris par le débordement et par la rapidité avec laquelle, d'abord l'Oise et surtout ensuite le Grand Est, ont été frappés par la multiplication des cas».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens