Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 octobre 2020 7 25 /10 /octobre /2020 08:00
LA MARCHE DU MONDE (1611) : 24 OCTOBRE 2020

Samedi 24 octobre 2020 – point sur le Coronavirus le 23 octobre au soir :

La France a passé vendredi la barre du million de cas de Covid-19 depuis le début de l'épidémie, et la situation continue de se dégrader avec plus de 40.000 nouveaux cas enregistrés en 24 heures, selon Santé publique France.

Au total 42.032 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés vendredi, 410 de plus que la veille, un nouveau record depuis la généralisation des tests à grande échelle, pour atteindre au total 1.041.075, selon les chiffres publiés par l'agence. Le bilan des morts s'est également alourdi, avec 298 nouveaux décès enregistrés en 24 heures, pour un bilan global d'au moins 34.508 morts depuis le début de l'épidémie.

Le taux de positivité des tests ne cesse de grimper, à 15,1% contre 14,3% la veille, et seulement 4,5% début septembre. 2.091 nouveaux malades ont été hospitalisés (pour un total de 15.008), et 299 nouveaux cas graves (+37) admis en réanimation, portant à 2.441 le nombres de malades gravement atteints en réa, 122 de plus en 24 heures.

Sur les sept derniers jours, ce sont 1.714 malades du Covid-19 qui ont été admis en réanimation, indique l'agence sanitaire.

Face à la gravité de la situation, le gouvernement a annoncé jeudi l'extension du couvre-feu à 38 nouveaux départements et à la Polynésie française. Environ 46 millions d'habitants sont désormais concernés par cette mesure, devenue inévitable selon Emmanuel Macron qui a estimé vendredi que "dans la phase où nous sommes, nous n'avons d'autre choix".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1611) : 24 OCTOBRE 2020

Samedi 24 octobre 2020 – Covid-19 : Emmanuel Macron : "Il faut réduire notre vie sociale au maximum" :

Le président de la République Emmanuel Macron a pris la parole à l'issue d'une rencontre avec les équipes du centre hospitalier René-Dubos de Pontoise (Val-d'Oise).

"Il est trop tôt aujourd'hui pour dire si on va vers des reconfinements locaux ou plus larges", a souligné vendredi Emmanuel Macron, au lendemain de l'annonce d'une extension des couvre-feux pour freiner la deuxième vague du Covid-19, avec lequel il faudra vivre "au mieux jusqu'à l'été 2021".

"Dans la phase où nous sommes, nous n'avons d'autre choix, compte tenu du nombre d'infections par jour, que de réduire notre vie sociale au maximum (...) si on veut vraiment préserver notre système de santé et nos concitoyens", a souligné le chef de l'Etat à l'issue d'une rencontre avec les équipes du centre hospitalier René-Dubos de Pontoise (Val-d'Oise).

"On est obligé de faire ça", a-t-il insisté au lendemain de l'extension à 54 départements des mesures de couvre-feu. "Nous aurons en milieu de la semaine prochaine une vision plus claire de l'impact des mesures que nous avons prises et nous aurons des décisions à prendre les prochaines semaines pour ajuster les choses", a-t-il ajouté, invitant les Français à "faire corps avec l'ensemble du personnel soignant".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1611) : 24 OCTOBRE 2020

Samedi 24 octobre 2020 – Les retrouvailles entre Sarkozy et Fillon :

Ils ne s'étaient pas revus en tête-à-tête depuis le 20 avril 2017, à la veille du premier tour de l’élection présidentielle. Depuis rien ou presque. Plus un mot. A peine une poignée de main. Et une immense rancune entre Nicolas Sarkozy et François Fillon qu'on croyait brouillés pour l'éternité. Trois ans et demi donc à s'éviter, s'ignorer, parfois se croiser contraint et forcé. Comme lors des hommages pour Simone Veil, Jean d'Ormesson, le colonel Beltrame ou encore il y a un an lors des obsèques de Jacques Chirac. Toujours en présence d'Emmanuel Macron. Les ex-président et Premier ministre savent tenir leur rang. Sauf cette semaine où ils n'ont pas assisté à la cérémonie dans la cour de la Sorbonne pour la mémoire de Samuel Paty, professeur décapité près de son collège de Conflans-Sainte-Honorine par un islamiste.

Selon nos informations, François Fillon a répondu à l'invitation de Nicolas Sarkozy et s'est rendu, jeudi 15 octobre, dans les bureaux de l'ancien chef de l'Etat pour un déjeuner de retrouvailles. «Un bon moment. Nicolas a été charmant », rapporte un proche de l'ancien Premier ministre. « Cela s’est très bien passé dans une ambiance détendue », confirme-t-on dans l'entourage de Nicolas Sarkozy. L'ancien président avait pris l'initiative de cette rencontre par l'intermédiaire de proches des deux hommes.

Peu de choses ont filtré de la teneur de leurs conversations. « Sarko a été sympa avec François comme s'il ne s'était rien passé depuis toutes ces années », assure un ami de François Fillon. De fait, Nicolas Sarkozy assurait, cet été, devant nous qu’il n'avait « aucune rancune » vis à vis de son ancien Premier ministre. Y compris par rapport aux pressions exercées ou non par François Fillon lors d'un déjeuner avec Jean-Pierre Jouyet, bras droit de François Hollande, afin d’accentuer la pression judiciaire sur Nicolas Sarkozy avant la primaire de la droite en 2016. Un épisode qui acta la brouille entre Sarkozy et Fillon. « C'est très dur ce que subit François », confiait Sarkozy à propos de la sévérité du jugement dans l'affaire des emplois fictifs de son épouse.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1611) : 24 OCTOBRE 2020

Samedi 24 octobre 2020 – L’emploi sous perfusion d’argent public :

La mise en place du couvre-feu dans plusieurs métropoles porte un coup d’arrêt à la reprise.

Exercice délicat que de faire des prévisions par ces temps de pandémie. Sans cesse, les économistes revoient leurs calculs au gré d’un comportement compliqué à anticiper, celui du virus. La deuxième vague vient, par les mesures sanitaires qu’elle entraîne, mettre un coup d’arrêt à l’accélération de l’activité. « Le redémarrage assez rapide nous avait rendus optimistes sur la reprise, explique Isabelle Job-Bazille, directrice des études économiques du Crédit agricole. Les espoirs ont été douchés avec la résurgence de la pandémie. »

Le chômage partiel et la prime à l’embauche ont permis d’éviter « environ deux points de chômage supplémentaires »

Certes, le couvre-feu n’aura pas les effets dévastateurs du confinement, responsable d’une contraction de 13,8 % du PIB au deuxième trimestre. Mais il affecte l’hôtellerie, la restauration, les loisirs..., qui représentent de 7 à 9 % de la valeur ajoutée. Et pour tous, il accentue le sentiment d’incertitude, avec les comportements attentistes – sur l’investissement ou les embauches – qui l’accompagnent. Un tiers des entreprises ne savent d’ailleurs toujours pas prévoir quand elles retrouveront une activité normale.

Le pays n’a connu pour l’instant ni « mur des défaillances » ni cortèges de licenciements. Les ouvertures de redressement judiciaire et les liquidations reculent de 30 % sur un an à fin septembre, et les procédures de sauvegarde de 16 %. Des statistiques trompeuses, qui reflètent le gel partiel de ces procédures jusqu’au 7 octobre. La situation a bien commencé à se dégrader : 528 plans de sauvegarde de l’emploi ont été recensés entre le 1er mars et le 11 octobre, contre 295 sur la même période en 2019, avec trois fois et demie plus de destructions de postes (72 500). Les embauches de cadres devraient chuter de 30 % à 40 % en 2020, estime l’Association pour l’emploi des cadres. L’Insee table sur un taux de chômage de 9,5 % en fin d’année.

Néanmoins, la hausse du nombre de demandeurs d’emploi est moindre par rapport à l’ampleur de la récession. Le chômage partiel et la prime à l’embauche ont permis d’éviter « environ deux points de chômage supplémentaires », calcule Mathieu Plane, économiste à l’OFCE. Le choc devrait être à nouveau atténué par l’Etat, qui amplifie les dispositifs d’aides. Un milliard d’euros seront dépensés pour élargir le fonds de solidarité et exonérer de cotisations sociales patronales les entreprises les plus frappées. Les prêts garantis par l’Etat (PGE) sont prolongés de six mois, jusqu’au 30 juin 2021. Et le ministre Bruno Le Maire demande aux banques d’étudier un report des remboursements des PGE, recommandant de la « souplesse ».

Cette perfusion d’argent public épargnera-t-elle au pays des faillites en série ? « La grande interrogation porte sur la capacité d’absorption des pertes des entreprises, évaluées à 56 milliards d’euros, explique Mathieu Plane. Les PGE ont été souscrits à 98 % par des TPE et des PME. »

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1611) : 24 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1611) : 24 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1611) : 24 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1611) : 24 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1611) : 24 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1611) : 24 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1611) : 24 OCTOBRE 2020

Samedi 24 octobre 2020 – À Naples, la jeunesse dans la rue pour protester contre le couvre-feu :

Des heurts ont opposé vendredi soir à Naples la police à des centaines de manifestants protestant contre le couvre-feu nocturne et la menace d'un nouveau confinement pour juguler la flambée de contamination au coronavirus.

Vers 23 heures, au début du couvre-feu qui court chaque nuit jusqu'à 5 heures du matin en Campanie, la région de Naples (sud), plusieurs centaines de personnes, souvent jeunes, ont allumé des fumigènes, incendié des poubelles et lancé des projectiles sur les policiers anti-émeute déployés dans le centre-ville.

Des appels avaient été lancés sur les réseaux sociaux pour défier le couvre-feu décrété à partir de vendredi soir en Campanie, et également en vigueur dans le Latium, la région de Rome, et en Lombardie, la région de Milan (nord).

«Si tu fermes, tu payes», pouvait-on lire sur des pancartes de fortune brandies par des manifestants inquiets des conséquences économiques du couvre-feu et d'un nouveau confinement que le président de la région de Naples, Vincenzo De Luca, a annoncé vouloir imposer dès que possible. «Nous sommes au bord de la tragédie, il faut un lockdown national», s'est alarmé Vincenzo De Luca alors que l'Italie a enregistré près de 20.000 nouveaux cas positifs au Covid-19 au cours des dernières 24 heures, dont 2.300 en Campanie.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1611) : 24 OCTOBRE 2020

Samedi 24 octobre 2020 – Donald Trump vote par anticipation à West Palm Beach, en Floride :

Donald Trump a voté de manière anticipée samedi matin, à 10 jours de l'élection présidentielle, «pour un type appelé Trump», dans un bureau de vote de West Palm Beach, en Floride.

Le président américain est arrivé dans une bibliothèque pour accomplir son devoir de citoyen de manière anticipée, comme plus de 55 millions d'Américains qui ont déjà voté en avance, notamment par crainte du coronavirus.

Donald Trump portait un masque lorsqu'il s'est rendu dans le bureau de vote. «C'était un vote très sûr, bien plus sûr que quand vous envoyez votre bulletin par courrier», a déclaré le milliardaire républicain, qui agite régulièrement, sans preuve, la menace de fraudes massives liées au vote par correspondance.

«Tout était parfait, de manière très stricte, dans le respect des règles», a-t-il ajouté, expliquant avoir déposé un bulletin «pour un type appelé Trump». «Vous allez être très occupés aujourd'hui, on va vous faire travailler très dur», a-t-il déclaré aux journalistes, avant d'entamer une journée marathon au cours de laquelle il doit tenir trois meetings dans trois Etats différents: Caroline du Nord, Ohio et Wisconsin.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1611) : 24 OCTOBRE 2020

Samedi 24 octobre 2020 – Castex annonce de nouvelles mesures anti-pauvreté, les associations sur leur faim :

Coup de pouce aux dispositifs d'insertion, aides à la mobilité et au logement: le Premier ministre a détaillé samedi de nouvelles mesures contre la pauvreté, en complément des aides financières annoncées ces derniers jours pour les plus précaires, premières victimes de la crise sanitaire et sociale.

Les associations de lutte contre la pauvreté ont aussitôt critiqué l'insuffisance de ces annonces, regrettant que le gouvernement se refuse toujours à augmenter les minima sociaux. "L'attention aux plus démunis et aux plus vulnérables est plus que jamais au centre des priorités de mon gouvernement", a assuré Jean Castex, venu présenter ces nouvelles mesures dans un foyer Emmaüs à Epinay-sur-Orge (Essonne).

Constatant que "le nombre de nos concitoyens qui sont en difficulté, qui ont du mal parfois même à se nourrir, s'accroît", le gouvernement entend prévenir la "bascule" dans la pauvreté.

Pour cela, il avait déjà annoncé, au cours des deux dernières semaines, un soutien monétaire aux plus fragiles, d'un coût de 1,1 milliard d'euros: les bénéficiaires du RSA et de l'ASS (chômeurs en fin de droits) percevront le 27 novembre une aide exceptionnelle de 150 euros, plus 100 euros par enfant à charge - cette dernière aide étant également versée aux familles touchant les aides aux logements. En outre, les jeunes de moins de 25 ans et les étudiants boursiers, soit 1,3 million de jeunes au total, percevront également 150 euros, fin novembre ou début décembre.

Au delà de cet effort financier, Jean Castex a détaillé samedi des mesures visant à favoriser l'insertion des chômeurs et leur accès à un logement, chiffrées à plus de 700 millions d'euros. Quelque 150 millions financeront ainsi 30.000 nouveaux postes dans le secteur de l'insertion par l'activité économique (IAE), qui permet aux personnes les plus éloignées de l'emploi de bénéficier d'un accompagnement renforcé.

Le gouvernement consacrera par ailleurs 120 millions d'euros au doublement des "parcours emplois compétences" dans les quartiers de la politique de la ville, et portera sa part de financement de 45 à 80%. Des "plateformes mobilité" seront développées, qui permettront aux chômeurs de louer ou acheter un véhicule à moindre coût, pour se rendre plus facilement sur leur lieu de travail.

Enfin le gouvernement compte renforcer l'accès au logement et à l'hébergement d'urgence. Pour cela il va notamment prolonger l'aide aux impayés de loyers mise en place en juin par Action Logement (l'ancien "1% logement"), avec un assouplissement des critères d'octroi de cette aide pour les plus fragiles. Ce dispositif a été "peu utilisé jusqu'à présent", a relevé M. Castex.

Par ailleurs, 1.500 places d'hébergement et d'accompagnement social seront financées pour des femmes sans abri sortant de maternité avec leur nourrisson, "afin de leur éviter de dormir dans les locaux des hôpitaux ou dans la rue".

Les associations de lutte contre la pauvreté ont salué ces annonces, tout en les jugeant nettement insuffisantes.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1611) : 24 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1611) : 24 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1611) : 24 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1611) : 24 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1611) : 24 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1611) : 24 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1611) : 24 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1611) : 24 OCTOBRE 2020

Samedi 24 octobre 2020 – Et à 21 heures, la vie sociale s’arrête :

Le couvre-feu nocturne est entré en vigueur aux premières heures de samedi dans 38 nouveaux départements et en Polynésie pour tenter d'enrayer l'emballement de l'épidémie de Covid-19, qui a causé près de 300 morts en 24 heures en France et dépassé la barre du million de cas.

23h50. Au fond d'un restaurant à Strasbourg, à la dernière table encore occupée, Taylor, un touriste américain qui terminait son dîner avec trois amis, s'agite. Il ne sait pas très bien comment rentrer chez lui: il n'avait qu'une vague idée de ce que les annonces du gouvernement impliquaient. "On va essayer de prendre un taxi, et sinon, on marchera vite. Je pense qu'on ferait mieux d'y aller...".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1611) : 24 OCTOBRE 2020

Samedi 24 octobre 2020 – Une astronaute américaine vote à l’élection présidentielle... depuis l'espace :

Comme 50 millions d’Américains, Kate Rubins a voté par anticipation à l’élection présidentielle. Mais la femme de 42 ans est probablement l’unique à avoir voté depuis l’espace. Une photo de l’astronaute a été partagée jeudi sur le compte Twitter de la NASA. «À bord de la Station spatiale internationale : j’ai voté aujourd’hui», est-il écrit en légende.

Kate Rubins a voté via une cabine de vote électronique sécurisée qui apparaît sur le cliché. L’astronaute prend la pose, les cheveux flottant par l’effet d’apesanteur. «Je pense qu’il est vraiment important que tout le monde vote», avait déclaré Kate Rubins le mois dernier selon l'agence de presse américaine AP. «Si nous pouvons le faire depuis l'espace, alors je pense que les gens y arriveront d'en bas», avait-elle conclu.

Les règles de vote aux Etats-Unis varient d'un Etat à l'autre, mais au Texas, où sont basés les astronautes américains, une loi a été adoptée en 1997 pour explicitement prévoir la procédure de vote depuis l'espace.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1611) : 24 OCTOBRE 2020

Samedi 24 octobre 2020 – Appel au boycott des produits français :

Les mesures fortes prises par le gouvernement français suite à l'assassinat de Samuel Paty, cet enseignant décapité par un terroriste islamiste tchétchène le vendredi 16 octobre à Conflans-Sainte-Honorine, notamment contre certaines organisations musulmanes en France, suscitent de vives réactions dans le monde arabe. Emmanuel Macron, qui a promis de ne pas "renoncer aux caricatures" du Prophète Mahomet interdites dans la religion musulmane, est particulièrement visé tout comme les entreprises françaises.

Un appel au boycott des produits français a été lancé dans plusieurs pays du monde arabe, largement relayé par les réseaux sociaux. Des hashtags en anglais et français ainsi qu'en langue arabe circulent activement sur internet.

Au Qatar, les chaînes de supermarchés Al Meera et Souq al-Baladi ont, elles, commencé à retirer les produits français de leurs rayons. Al Meera a justifié sa décision dans un communiqué, vendredi 23 octobre, suite à cet appel au boycott lancé sur les réseaux sociaux. "Nous affirmons, en tant qu'entreprise nationale, que nous travaillons selon une vision conforme à notre religion, à nos coutumes et traditions établies, et d'une manière qui sert notre pays et notre foi et répond aux aspirations de nos clients", a écrit l'entreprise qatarie.

Au Koweït, on peut voir des rayons de supermarchés vidés de produits importés de France comme le Kiri ou la Vache qui rit.

Les pays du Golfe, notamment le Qatar, l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, représentent un marché de plus en plus important pour les exportations de l'industrie agroalimentaire française.

Quelque 430 agences de voyages du Koweït ont par ailleurs suspendu les réservations de vols vers la France, a indiqué à l'AFP le chef de la Fédération des agences de voyages koweïtiennes, Mohammad al-Motairi.

Les personnes qui appellent à ce boycott condamnent l'attitude jugée "anti-islam" en France suite au meurtre de Samuel Paty. Ce dernier avait montré des caricatures de Mahomet lors d'un cours d'éducation civique sur la liberté d'expression en classe de 4e. Le ministre de l'Intérieur français, Gérald Darmanin, avait dès lundi annoncé des arrestations, des fermetures de lieux de culte, et des interdictions d'associations dont le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) et l'association humanitaire BarakaCity.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1611) : 24 OCTOBRE 2020

Samedi 24 octobre 2020 – L'Elysée dénonce les propos "inacceptables" d'Erdogan contre Macron :

L'Elysée a dénoncé samedi les propos «inacceptables» du président turc Recep Tayyip Erdogan contre Emmanuel Macron.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'en est pris avec virulence samedi à son homologue français Emmanuel Macron à propos de son attitude envers les musulmans de France, mettant en doute sa «santé mentale» et l'invitant à «se faire soigner». L'Elysée a immédiatement dénoncé ces propos jugés «inacceptables».

«Les propos du président Erdogan sont inacceptables. L’outrance et la grossièreté ne sont pas une méthode. Nous exigeons d’Erdogan qu’il change le cours de sa politique car elle est dangereuse à tous points de vue. Nous n’entrons pas dans des polémiques inutiles et n’acceptons pas les insultes», a commenté l'Elysée auprès de l'AFP, en annonçant le rappel pour consultation de l'ambassadeur de France à Ankara.

«Tout ce qu'on peut dire d'un chef d'Etat qui traite des millions de membres de communautés religieuses différentes de cette manière, c'est: allez d'abord faire des examens de santé mentale», a déclaré M. Erdogan, dans un discours télévisé. «Macron a besoin de se faire soigner», a-t-il affirmé. «Quel problème a l'individu nommé Macron avec l'Islam et avec les musulmans ?», s'est interrogé M. Erdogan. Il a aussi prédit que M. Macron allait perdre la prochaine élection présidentielle en 2022 «parce qu'il n'a rien accompli pour la France». «Vous passez votre temps à vous en prendre à Erdogan, ça ne vous rapportera rien», a encore affirmé le président turc.

Un projet de loi sur la lutte contre «les séparatismes» en France, qui vise l'islam radical, doit être présenté début décembre. Il vise à renforcer la laïcité et à consolider les principes républicains en France et comporte plusieurs points susceptibles de provoquer des tensions avec la Turquie, comme le contrôle renforcé des financements des mosquées ou l'interdiction de la formation des imams à l'étranger.

Ce contentieux vient s'ajouter à une longue liste de désaccords entre M. Macron et son homologue turc, qui prend régulièrement la défense des minorités musulmanes dans le monde. Des tensions en Méditerranée avec la Grèce au conflit en Libye, en passant par les affrontements au Nagorny Karabakh, où Ankara soutient l'Azerbaïdjan contre l'Arménie, de nombreux dossiers opposent actuellement Paris et Ankara.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1611) : 24 OCTOBRE 2020

Samedi 24 octobre 2020 – Guinée : Le président guinéen sortant, Alpha Condé, 82 ans, déclaré vainqueur de la présidentielle :

Le président guinéen sortant, Alpha Condé, 82 ans, a gagné la présidentielle, remportant ainsi un troisième mandat controversé, selon les résultats provisoires annoncés samedi par la commission électorale (Céni) et qui ont entraîné immédiatement des violences à Conakry.

Annonçant ces résultats encore provisoires, le président de la CENI Kabinet Cissé a déclaré que M. Condé avait remporté 59,49% des voix au scrutin du 18 octobre.

Son principal rival Cellou Dalein Diallo, 68 ans, qui s'était proclamé vainqueur de la présidentielle avant la publication des résultats, a obtenu 33,5% des suffrages, selon la Céni.

"Nous allons protester contre ce hold-up électoral par la rue", a déclaré à l'AFP l'opposant, bloqué dans son domicile de Conakry par la police: "nous allons quand même saisir la Cour constitutionelle, sans se faire trop d'illusions."

Dès l'annonce des résultats, des affrontements ont éclaté entre forces de l'ordre, qui ont fait usage de gaz lacrymognènes, et manifestants, a constaté un journaliste de l'AFP. Des bérets rouges étaient en appui aux policiers et aux gendarmes et des tirs étaient entendus.

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a appelé à une "solution pacifique" par le "dialogue" de la crise post-électorale, demandant à MM. Condé et Diallo, d'empêcher "la violence".

Vendredi, dans un climat général d'inquiètude et de violences, la tension était déjà montée d'un cran vendredi, les violences faisant au moins cinq morts dans ce pays d'Afrique de l'ouest à l'histoire particulièrement troublée et sanglante.,Les autorités ont réquisitionné l'armée tandis que de nouveaux affrontements entre jeunes supporteurs de M. Diallo et forces de sécurité avaient éclaté à Conakry et en province.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1611) : 24 OCTOBRE 2020

Samedi 24 octobre 2020 – Le mot "collabo" tagué sur la façade du PCF, le parti accuse l'extrême droite :

Le mot «collabo» a été tagué samedi sur le siège à Paris du parti communiste, un acte attribué à l'extrême droite par le secrétaire national Fabien Roussel. «Nous sommes attaqués par les descendants des nazis, l'extrême droite française», a affirmé à l'AFP M. Roussel, en jugeant particulièrement «honteux qu'on attaque le parti communiste, qui a été très présent dans la Résistance et qui a payé cher son combat contre l'occupant nazi».

Une photo montrant le tag «COLLABO !!» inscrit à l'encre rouge sur le dôme blanc du siège du parti -un bâtiment classé du XIXe arrondissement dû à l'architecte Oscar Niemeyer- a été partagée sur Twitter par plusieurs responsables politiques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens