Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 octobre 2020 6 24 /10 /octobre /2020 08:00
LA MARCHE DU MONDE (1610) : 23 OCTOBRE 2020

Vendredi 23 octobre 2020 – point sur le Coronavirus le 22 octobre au soir :

La situation sanitaire continue de se dégrader en France avec 41.622 nouveaux cas de Covid-19 enregistrés en 24 heures, soit 15.000 de plus que la veille, un nouveau record, selon les chiffres publiés jeudi par Santé publique France. La France approche ainsi du million de personnes contaminées (999.043) et le taux de positivité ne cesse de grimper à 14,3% contre 13,7% la veille, et seulement 4,5% début septembre.

Le pays a enregistré 165 nouveaux décès liés au Covid-19, dans les dernières 24 heures et déplore désormais 34.210 morts depuis le début de l'épidémie. Sur les sept derniers jours, 1.627 malades du Covid-19 ont été admis en réanimation sur 10.166 nouvelles hospitalisations, indique l'agence sanitaire. Jeudi, 2.310 personnes se trouvaient en réanimation, soit 71 de plus que la veille, sur 14.009 hospitalisations.

«La situation est grave» a déclaré le Premier ministre Jean Castex qui a annoncé jeudi l'extension du couvre-feu à 38 nouveaux départements et à la Polynésie française. Environ 46 millions d'habitants sont désormais soumis à un couvre-feu nocturne qui, pour les nouveaux territoires, entrera en vigueur à 00h00 samedi. Il a également averti que si l'épidémie de Covid-19 n'était pas jugulée, le gouvernement devrait «envisager des mesures beaucoup plus dures». Plusieurs pays, dont l'Irlande, viennent de décider des reconfinements face à la deuxième vague de l'épidémie.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1610) : 23 OCTOBRE 2020

Vendredi 23 octobre 2020 – Covid-19 - Jean Castex : "La situation est grave", "46 millions de Français" sous couvre-feu :

Selon le Premier ministre, le taux d'incidence, c'est à dire le nombre de cas confirmé de Covid-19 pour 100.000 habitants, a progressé de 40% en une semaine, pour atteindre 251 sur le territoire national. Et le taux de reproduction du virus induit un doublement du nombre de cas tous les 15 jours. "Le mois de novembre" sera "éprouvant" et "le nombre de morts" va "continuer d'augmenter" en raison de la deuxième vague de l'épidémie de coronavirus.

"Clairement, les semaines qui viennent seront dures, nos services hospitaliers vont être mis à rude épreuve", a souligné le Premier ministre en ajoutant que "les nouveaux cas d'aujourd'hui sont les malades hospitalisés de demain et malheureusement parfois les morts d'après-demain".

Il a ainsi annoncé l'instauration d'un couvre-feu de 21H00 à 06H00 dès vendredi soir pour "54 départements au total ainsi qu'un territoire d'outre-mer", soit pour "46 millions de Français".

Le Premier ministre a annoncé le passage sous couvre-feu de 38 nouveaux départements et également pour l'intégralité des départements dont jusqu'ici seules les grandes villes étaient concernées, ainsi que la Polynésie. "Le couvre-feu s'appliquera de 21H00 à 6H00 sur l'ensemble du territoire des départements concernés et, normalement, pour une durée de six semaines", a-t-il ajouté.

Les forces de l'ordre ont effectué depuis samedi dernier "32.033 contrôles et prononcé 4.777 verbalisations pour non respect du couvre-feu", a-t-il aussi rapporté.

Si l'épidémie de Covid-19 n'était pas jugulée par la mise sous couvre-feu de 54 départements, "nous devrons envisager des mesures beaucoup plus dures", a déclaré le Premier ministre. "Il est encore temps de l'éviter mais il ne nous reste plus beaucoup de temps", a ajouté le Premier ministre sans autre précision, alors que plusieurs pays ont décidé des reconfinements face à la recrudescence du virus.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1610) : 23 OCTOBRE 2020

Vendredi 23 octobre 2020 – TousAntiCovid : nouvelle chance pour l'appli de traçage :

Le successeur de StopCovid sera téléchargeable le 22 octobre. Le gouvernement veut en faire un nouveau geste barrière et effacer l’échec de la première version.

C’est à l’insuccès de StopCovid que l’on doit ce rare mea culpa du chef de l’Etat, reconnaissant qu’«à ce stade, on n’a pas réussi à faire de l’application un outil pour les gens». Même le Premier ministre avait avoué à la télévision ne pas l’avoir sur son téléphone, avant de l’appeler «TéléCovid» quelques jours plus tard. Ce qui avait néanmoins eu pour effet de susciter des vagues de téléchargements. Depuis sa sortie, en juin, StopCovid a été téléchargé 2,74 millions de fois et… désinstallé 1,2 million de fois. Au 19 octobre, 12 598 personnes s’y étaient déclarées positives, soit moins de la moitié du nombre de cas quotidiens ces derniers jours. Et 769 notifications avaient été émises. Pendant ce temps-là, les Britanniques sont 16 millions à avoir installé leur application de traçage depuis fin septembre (l’entrée dans nombre d’établissements est conditionnée à son activation), et les Allemands, 18 millions depuis mi-juin. Sans pour autant que ces outils aient prouvé leur efficacité.

Plutôt que de jeter l’éponge, l’exécutif remplace StopCovid par TousAntiCovid. Lancée le 22 dans l’après-midi, «cette application sera plus interactive, avec les lieux de tests et des informations sur le développement de l’épidémie selon les régions. Elle sera ensuite enrichie de fonctionnalités, de façon à devenir un outil du quotidien», annonce Cédric O, le secrétaire d’Etat à la Transition numérique. Elle pourrait, par exemple, jouer le rôle du cahier de rappel dans les restaurants. Pour que les polémiques qui ont accueilli StopCovid ne se répètent pas, Cédric O martèle : «Les utilisateurs n’ont aucune crainte à avoir pour leurs données personnelles avec cette application transparente et anonyme, validée par la Cnil. Elle n’épuise pas la batterie, chacun peut le vérifier. C’est un des outils à notre disposition qui pourraient éviter de nouvelles restrictions pendant ces longs mois où nous devrons vivre avec le Covid.»

Pour que cet outil freine la contamination, il faudrait qu’au moins 20% de la population en soient équipés

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1610) : 23 OCTOBRE 2020

Vendredi 23 octobre 2020 – Jérémie Bréaud, le maire de Bron, ville de l'agglomération lyonnaise, menacé de décapitation :

Des inscriptions menaçant de décapitation le maire de Bron Jérémie Bréaud ont été découvertes jeudi dans trois lieux différents d'un même quartier de cette commune de l'agglomération lyonnaise, a indiqué l'élu LR à l'AFP.

Ces tags "Jérémy Breaud on va te décapité !" (sic) et "nik la mumu", en référence à la police municipale, ont été inscrits sur une palissade ou encore sur la médiathèque de la ville, moins d'une semaine après l'assassinat par décapitation du professeur d'histoire Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine. Le ministre de l'Intérieur a annoncé qu'à sa demande, le préfet allait "saisir la Justice et prévoir une protection de l’élu. Soutien à ce maire, comme à tous les élus victimes de menaces", a déclaré Gérald Darmanin sur Twitter.

"Ma première réaction, c'est un sentiment de stupéfaction et d'effarement", a déclaré Jérémie Bréaud, joint par téléphone. Mais "je n'ai pas peur et je ne cèderai rien", a ajouté le maire, élu cette année "sur la thématique de la sécurité publique", précise-t-il. "A Bron, nous avons augmenté les effectifs de la police municipale de 70%, renforcé la vidéoprotection... on lutte contre le trafic de drogue... Je pense qu'on dérange". "On voit qu'on a un ennemi qu'on identifie maintenant, l'islam radical", a-t-il par ailleurs estimé avant d'ajouter "quand on s'attaque aux élus, mais aussi aux pompiers, à la police, c'est la République qu'on attaque". L'élu a annoncé son intention de porter plainte.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1610) : 23 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1610) : 23 OCTOBRE 2020

Vendredi 23 octobre 2020 – Disneyland Paris construit une centrale solaire géante :

 Disneyland Paris a annoncé jeudi avoir entamé la construction d'une centrale solaire grande comme 24 terrains de football au-dessus du parking, dont la capacité de production représentera à terme 17% des besoins en énergie du site. Le projet déploiera ainsi au-dessus de 17 hectares de places de stationnement des ombrières photovoltaïques, sortes d'auvents recouverts de 67.500 panneaux solaires, qui abriteront du même coup les visiteurs des intempéries ou du soleil, a détaillé Disneyland Paris, dans un communiqué publié à l'occasion de la Journée mondiale de l’Énergie.

Cette structure, construite en partenariat et coinvestissement avec le leader français du solaire photovoltaïque Urbasolar, "permet à la fois d'optimiser l'espace et d'améliorer le confort des visiteurs", a souligné auprès de l'AFP Damien Audric, directeur de l'aménagement de Disneyland Paris, première destination touristique privée en Europe. "Cette centrale contribuera à la réduction des émissions gaz à effet de serre (GES) à hauteur d’environ 750 tonnes de CO2 par an au sein du territoire local de Val d’Europe en Seine et Marne ou le parc est implanté", a-t-il précisé.

Les 31 GWH d'électricité produits à terme correspondent "à l'équivalent de la consommation énergétique annuelle d'une ville de 14.500 habitants", a-t-il expliqué. Selon Urbasolar, qui assurera la gestion et l'exploitation de cette centrale, il s'agira d'une des plus grandes à ombrières photovoltaïque en Europe.

"L'innovation et la préservation de l'environnement font partie de l'héritage transmis par Walt Disney et ce projet ambitieux qui fait appel à l'énergie solaire illustre l'engagement de Disneyland Paris sur le sujet", a déclaré Natacha Rafalski, présidente de Disneyland Paris, citée dans le communiqué.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1610) : 23 OCTOBRE 2020

Vendredi 23 octobre 2020 – Une impressionnante trombe marine secoue Santorin :

Le phénomène n’a duré que quelques minutes. Mais le spectacle était à couper le souffle. Mercredi, une trombe marine s’est formée au large de l’île grecque de Santorin, ne faisant aucun blessé. D’après le site grec Forecast Weather, qui recense les différentes activités climatiques du pays, la mini-tornade n’a rien endommagé.

Les chanceux présents lors de la formation naturelle se sont empressés de l’immortaliser. Ainsi, sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes ont partagé des photos et vidéos. «Superbe vue du passage d'une trombe marine au large de l'archipel de Santorin en Grèce, ce 21 octobre.», a écrit l’Observatoire français des tornades et des tempêtes Kerraunos, sur son compte Twitter.

D’après Futura Sciences, «une trombe d'air froid peut se former lorsque deux conditions sont réunies : la rencontre de vents venant de directions différentes et la présence d'un air humide plus froid que les eaux sur lequel il arrive. Cet air s'échauffe au contact de la surface et s'élève. La rencontre de vents d'origines différentes peut alors engendrer un mouvement circulaire. Le cumul des deux phénomènes génère une colonne d'eau tournante». Depuis plusieurs jours, le mauvais temps persiste en mer Egée. Forecast Weather a d’ailleurs conseillé à ses lecteurs de rester très «vigilents» sur place.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1610) : 23 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1610) : 23 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1610) : 23 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1610) : 23 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1610) : 23 OCTOBRE 2020
LA MARCHE DU MONDE (1610) : 23 OCTOBRE 2020

Vendredi 23 octobre 2020 – Le dernier duel Trump-Biden :

Organisé à Nashville dans le Tennessee, le dernier débat avant l'élection présidentielle a eu lieu jeudi soir, en présence des proches des candidats, Donald Trump et Joe Biden.

Cette fois, les invités de Donald Trump ont gardé leurs masques. Après les polémiques qui ont marqué le premier débat, le 29 septembre, la famille Trump et les personnalités assistant au dernier débat jeudi soir à Nashville dans le Tennessee, ont pris soin de respecter cette mesure de sécurité, trois semaines après que l'infection du président par le coronavirus a été annoncée.

Le président avait convié sa famille. Son épouse Melania, ses filles Ivanka et Tiffany étaient présentes, ainsi que son fils Eric. Le golfeur John Daly et les musiciens Lee Greenwood et Kid Rock étaient également dans la salle, ainsi que Tony Bobulinski, un ancien «associé» de Hunter Biden.

Du côté du clan Biden, l'épouse du démocrate, Jill, était présente. Selon le «News & Observer», un quotidien de Caroline du Nord, un couple de restaurateurs de Durham, Leonardo et Zweli Williams, figuraient parmi les invités.

A l'issue du débat, Jill Biden a rejoint son époux sur scène et l'a étreint. Melania Trump a également rejoint son mari, mais tous deux se sont abstenus de démonstrations d'affection.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1610) : 23 OCTOBRE 2020

Vendredi 23 octobre 2020 – Changement climatique : Trump dans le déni, Biden promet la "transition" :

Jeudi soir à Nashville dans le Tennessee, Donald Trump n'a pas osé répéter que le changement climatique était un «canular», comme il l'a fait sur Twitter quelques années avant son élection. Il n'a pas non plus fait allusion à des chutes de neige pour laisser entendre que le réchauffement planétaire est inexistant, comme il l'a fait à plusieurs reprises durant son mandat. Durant la douzaine de minutes consacrées aux questions environnementales dans le cadre du dernier débat présidentiel, le républicain a pourtant clairement indiqué qu'il considérait que la question climatique n'avait rien de prioritaire. «J’aime l’environnement. Je veux l’eau la plus cristalline, l’air le plus propre. Nous avons le meilleur chiffre, le plus bas, en émissions de carbone», a-t-il prétendu pour justifier son absence de plan. Les Etats-Unis comptent en réalité parmi les pays les plus émetteurs de gaz à effet de serre, si on prend en compte leur population. Parmi les pays du G20, seules l'Australie et l'Arabie saoudite font pire.

Comme dans la plupart de ses rares discours sur la question, Donald Trump s'est focalisé jeudi soir sur la qualité de l'air plutôt que sur les émissions de gaz à effet de serre, une vision qui paraît ancrée dans les politiques environnementales des années 1970, qui ont permis aux Etats-Unis de réduire drastiquement le dangereux «smog» qui enveloppait les grandes villes du pays. C'est peut-être avec cette comparaison en tête qu'il a proclamé face à son rival démocrate : «Regardez la Chine! Comme c’est crasseux! Regardez la Russie, regardez l’Inde, c’est crasseux! L’air est crasseux.»

Joe Biden, à l'inverse, qualifie le changement climatique de «menace existentielle pour l'humanité». «Tous les meilleurs scientifiques nous disent que nous n’avons pas beaucoup de temps. Nous passerons le point de non retour dans les huit à dix prochaines années. Quatre années de plus avec cet homme, à éliminer toutes les régulations que nous avions imposées pour limiter les émissions, nous mettraient dans une position de réelles difficultés», a-t-il lancé, désignant le président sortant. Le démocrate promet de créer des emplois grâce à son plan climat, qui prévoit l'installation de 50 000 bornes de recharge électriques le long des autoroutes et la rénovation thermique de 2 millions de maisons et 4 millions de bâtiments. Un plan que Trump a caricaturé en le comparant à l'ambitieux «green new deal» porté par l'aile gauche du parti démocrate et en avançant un chiffrage astronomique : «Leur vrai plan coûte 100 000 milliards de dollars!», a-t-il affirmé. «Je ne sais pas d'où il sort ça... 100 000 milliards de dollars? Arrête ton char!», a ironisé Joe Biden.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1610) : 23 OCTOBRE 2020

Vendredi 23 octobre 2020 – Interrogé sur les familles séparées à la frontière, Donald Trump rejette la faute sur Joe Biden :

Deux jours après la révélation de NBC News sur les parents introuvables de 545 enfants dont ils ont été séparés après avoir traversé la frontière, Donald Trump accuse... Barack Obama. Le président américain a été interrogé sur le sujet jeudi soir, lors du deuxième et dernier débat l'opposant à Joe Biden. Il a débuté par vanter les plus de 640 kilomètres de mur construits le long de la frontière entre les États-Unis et le Mexique, avant de rappeler que l'administration Obama avait, en 2014, construit les centres de rétention où les enfants ont été placés, parfois enfermés dans des cages. «Qui a construit les cages, Joe? Dites qui a construit les cages», a-t-il dit et répété, assurant que «les enfants sont apportés dans le pays par des passeurs et des cartels».

Mais la situation n'était pas la même : en 2014, l'administration Obama avait été confrontée à de nombreuses arrivées d'enfants seuls, alors que les enfants séparés à la frontière en 2017 et 2018 étaient en effet accompagnés par leurs parents. «Les parents... Leurs enfants leur ont été arrachés des bras, ils ont été séparés. Et maintenant, ils ne peuvent pas trouver plus de 500 de ces parents. Et ces enfants sont seuls. Ils n'ont nulle part à aller, nulle part à aller. C'est criminel», a accusé l'ancien vice-président. «Plus de 500 enfants sont venus avec leurs parents. Ils ont été séparés à la frontière pour les dissuader de revenir. Vraiment, très dur. Nous sommes très durs», a-t-il ajouté. «Ils ont été séparés de leurs parents. Et cela fait de nous la risée du monde ! Et cela va à l'encontre de tout ce que nous sommes en tant que nation.»

Confronté par la journaliste Kristen Welker sur les ratés de l'administration Obama en matière d'immigration, Joe Biden a admis des erreurs : «Ça nous a pris trop de temps. En 100 jours, j’enverrai au Congrès un document, a-t-il promis en cas de victoire. Les dreamers pourront rester dans le pays. […] Imaginez avoir 5 ans et traverser le Rio Grande.» «Nous leur devons», a-t-il poursuivi, citant l’exemple de ceux qui se trouvaient en première ligne dans la lutte contre le coronavirus. «Ils n’ont rien fait à part construire les cages pour y mettre les enfants», a de son côté martelé Trump. Ce dernier a également défendu les conditions de vie des enfants, dont les images ont choqué à travers le pays. «On s'occupe si bien d'eux. Ils sont dans des locaux qui étaient si propres», a-t-il assuré.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1610) : 23 OCTOBRE 2020

Vendredi 23 octobre 2020 – 115 millions d'euros d'aides pour spectacles et cinéma, annonce Roselyne Bachelot :

Les acteurs du spectacle vivant et du cinéma vont recevoir respectivement 85 millions et 30 millions d'euros d'aides supplémentaires pour traverser la crise sanitaire liée à l'épidémie de Covid-19, a annoncé jeudi la ministre de la Culture Roselyne Bachelot. "Chacun a besoin, nous avons besoin de culture, et peut-être encore plus durant cette crise qui a affecté notre capacité à nous rassembler", a affirmé Mme Bachelot lors d'une conférence de presse avec le Premier ministre Jean Castex, sur l'évolution de l'épidémie en France.

"S'agissant du spectacle vivant, ce sont 85 millions d'euros d'aide qui vont être débloqués", a-t-elle dit. Des sommes destinées au théâtre, à la danse, l'opéra, la comédie musicale, la musique... "Dans les territoires concernés, le couvre-feu a de lourdes conséquences sur le maintien de l'activité. Les structures adaptent les horaires, mais évidemment elles ne rencontrent pas forcément leur public, la fréquentation. Et donc leurs ressources vont diminuer. Notre objectif, c'est à la fois de sauvegarder les programmations et les salles en permettant de jouer même à jauge extrêmement réduite", a affirmé la ministre.

Le cinéma aura droit à une enveloppe de 30 millions d'euros. "Les deux séances du soir, de 20 heures et de 22 heures, ne peuvent plus tenir. Or ces deux séances représentent la moitié du chiffre d'affaires des salles. Notre objectif est de faire en sorte que les cinémas ne ferment pas, que le public puisse continuer à aller voir des films. Pour cela, il faut que les sorties de films soient maintenues sur l'ensemble du territoire", a indiqué Mme Bachelot.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens