Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 octobre 2020 6 17 /10 /octobre /2020 07:00
LA MARCHE DU MONDE (1603) : 16 OCTOBRE 2020

Vendredi 16 octobre 2020 – point sur le Coronavirus le 15 octobre au soir :

Les indicateurs du Covid-19 se sont encore aggravés avec plus de 30 000 nouveaux cas de contamination en 24 heures, un nombre record, et des admissions quotidiennes en réanimation qui continuent d'augmenter, selon les chiffres de Santé publique France jeudi 15 octobre.

Le nombre de cas confirmés s'élève à 30 621, précise le site de l'agence sanitaire : une première depuis le lancement des tests de dépistage à grande échelle. Le cap des 20 000 cas avait été franchi le 9 octobre seulement.

Le taux de positivité des tests (la proportion des personnes positives sur l'ensemble des personnes testées) connaît une hausse continue, à 12,6% (12,2% mercredi). Le nombre de décès attribuables à la maladie s'élève à 88 pour la journée de jeudi (104 la veille), portant le bilan total des décès depuis le début de l'épidémie à 33 125.

Depuis plusieurs jours, les nouvelles admissions dans les services de réanimation des hôpitaux marquent une nette hausse : 171 patients lundi, 226 mardi, 193 mercredi et 219 jeudi, selon la base de données de SpF. Cet indicateur est l'un des plus surveillé par les autorités, qui redoutent un engorgement des services d'urgence et de soins intensifs.

Le nombre de malades du Covid-19 actuellement hospitalisés en réanimation s'établit, lui, à 1 741, soit 77 de plus que la veille. Le ministre de la Santé Olivier Véran a précisé jeudi que la France disposait de 5 800 lits de réanimation.

Au pic de l'épidémie, début avril, plus de 7 000 malades étaient hospitalisés en réanimation, puis le nombre a fortement chuté jusqu'à fin juillet. Depuis, il remonte de manière régulière.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1603) : 16 OCTOBRE 2020

Vendredi 16 octobre 2020 – Covid-19 : les dîners entre amis et familles à Londres interdits :

Plus de dîners entre amis et familles à Londres: face à la propagation "exponentielle" du nouveau coronavirus, le gouvernement britannique a relevé jeudi le niveau d'alerte dans la capitale et d'autres régions d'Angleterre, où les réunions privées à l'intérieur vont être interdites.

Cette décision s'applique samedi à quelque 11 millions de personnes supplémentaires qui rejoignent ce type de mesures déjà appliquées dans une grande partie du nord de l'Angleterre. Dans l'ensemble de l'Angleterre, les réunions de plus de six personnes sont déjà interdites et les pubs et restaurant doivent fermer à 22H00. Mais au total, plus de 28 millions de personnes, soit environ la moitié de la population, vivent avec des restrictions encore plus contraignantes dans cette province.

"Le coronavirus est mortel et il se propage maintenant de manière exponentielle au Royaume-Uni", a déclaré le ministre de la Santé, Matt Hancock, devant les députés. "Nous devons agir pour empêcher plus d'hospitalisations, plus de décès et plus de dommages économiques". Le nouveau coronavirus a fait plus de 43.000 morts au Royaume-Uni, plus que dans n'importe quel autre pays d'Europe, et contaminé au moins 654.000 personnes. Près de 20.000 nouveaux cas ont été enregistrés mercredi ainsi que 137 morts, les décès atteignant ces derniers jours leur plus haut niveau depuis juin.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1603) : 16 OCTOBRE 2020

Vendredi 16 octobre 2020 – Grève à l'hôpital : une "indemnité compensatrice" de 110 à 200 euros brut par jour :

En pleine reprise de l'épidémie de Covid-19, une nouvelle journée de grève et de manifestations était organisée jeudi par des syndicats et collectifs hospitaliers, tandis que l'exécutif lâchait du lest pour remobiliser les soignants avant les vacances et le couvre-feu.

La trêve aura été de courte durée. Trois mois après leur dernière mobilisation le 14 juillet, la CGT et ses alliés appelaient une nouvelle fois les personnels des hôpitaux et des Ehpad à exprimer leur colère et leur désarroi. A Paris, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées en début d'après-midi derrière les Invalides, d'où elles se sont élancées en cortège vers le ministère de la Santé voisin. Dans la foule, Margarita, agente de service en psychiatrie, explique qu'il y a "de plus en plus de travail depuis le Covid et on est toujours en sous-effectif".

Hasard du calendrier, ces actions se sont déroulées au lendemain de l'annonce par Emmanuel Macron d'un couvre-feu en région parisienne et dans huit autres métropoles à compter de samedi. La date avait été fixée durant l'été par la CGT, rejointe début octobre par SUD-Santé, les urgentistes de l'Amuf, les infirmiers du SNPI, ainsi que les collectifs Inter-Urgences et Inter-Blocs.

L'afflux de malades du coronavirus dans les hôpitaux depuis la rentrée (9.173 mercredi, dont 1.664 en réanimation) a ravivé les craintes de soignants déjà durement éprouvés au printemps. Syndicats et collectifs y voient la conséquence des "manques d'effectifs récurrents" dans le secteur et revendiquent "des embauches massives immédiates", ainsi que "la revalorisation significative des salaires". Des demandes auxquelles était déjà censé répondre le "Ségur de la santé", signé en juillet par une majorité de syndicats hospitaliers (FO, CFDT et Unsa).

Cet accord prévoit notamment une augmentation générale de 183 euros net par mois pour tous les personnels (hors médecins), dont une première hausse de 90 euros effective à partir du 1er septembre et versée "au plus tard" sur la paie d'octobre. Le solde était prévu en mars, mais arrivera finalement "avant la fin de l'année", a annoncé jeudi Jean Castex lors d'une conférence de presse.

Le Premier ministre a aussi promis une "indemnité compensatrice" de 110 à 200 euros brut par jour pour ceux qui renonceront à leurs congés "dans les jours et les semaines à venir", à commencer par les vacances de la Toussaint.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1603) : 16 OCTOBRE 2020

Vendredi 16 octobre 2020 – 432 millions de dollars en banque : la campagne Biden réussit ses collectes de dons :

À moins de trois semaines de l'élection, les démocrates sont ravis. La campagne de Joe Biden a annoncé avoir récolté 383 millions de dollars pour le seul mois de septembre, leur permettant d'avoir 432 millions de dollars d'avance avant le scrutin, s'est réjouie la directrice de campagne de Joe Biden, Jen O'Malley Dillon, sur Twitter. Durant le mois d'août, déjà record, l'équipe de campagne avait revendiqué 365 millions de dollars levés, contre 210 millions pour la campagne de Donald Trump -cette dernière n'a pas encore révélé ses chiffres pour le mois de septembre. Politico rapporte que les dons pour la campagne de Joe Biden ont été boostés par son choix de colistière se porte sur Kamala Harris, permettant un coup de fouet des dons parmi un public plus jeune.

Autre date importante dans les levées de fonds : le décès de Ruth Bader Ginsburg. Sachant l'importance de la nomination probable d'un nouveau juge conservateur (Amy Coney Barrett, nommée par Donald Trump une semaine après la mort de la célèbre magistrate), les donateurs ont été nombreux : en quelques jours, 100 millions de dollars ont été récoltés via ActBlue, la plateforme de dons en ligne du parti démocrate -au total, 300 millions de dollars pour tous les candidats démocrates à travers le pays. Enfin, troisième élément expliquant ces records : le débat face à Donald Trump, le 29 septembre.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1603) : 16 OCTOBRE 2020

Vendredi 16 octobre 2020 – Les voitures les plus lourdes vont écoper d'un malus écologique :

La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a annoncé jeudi la mise en place d'un malus de poids pour les véhicules vendus en France. Une proposition portée par la Convention citoyenne pour le climat.

Les émissions de CO2 ne seront plus le seul élément susceptible d'imposer aux acheteurs d'automobiles neuves le paiement d'un malus : jeudi, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a fait savoir que la masse serait également prise en compte. «L'alourdissement du parc automobile, c'est plus de matériaux et d'énergie consommés, plus de pollution, moins d'espace public disponible. Le malus au poids que nous instaurons est un signal fort et nécessaire pour mieux prendre en compte l'empreinte écologique des véhicules les plus lourds», a-t-elle tweeté. Ce malus sera imposé aux véhicules dépassant une masse de 1800 kg, à hauteur de 10 euros par kilogramme supplémentaire. «Les voitures électriques seront exonérées de malus au poids. Il y a par ailleurs des ajustements pour les familles nombreuses, comme le demandait la Convention citoyenne pour le climat», a précisé la ministre.

La mesure est nettement en dessous des préconisations de la Convention citoyenne pour le climat. Les 150 Français avaient en effet proposé un système incluant un bonus de 4000 euros pour les véhicules de moins de 800 kg, un bonus de 4000 euros dégrévé de 10 euros par kilogramme entre 800 et 1200 kg, une absence de bonus-malus entre 1200 et 1400 kg et un malus de 10 euros par kilogramme au dessus de 1400 kg. Cette mesure aurait permis de toucher un nombre bien plus important de véhicules. Le choix de fixer la barre plus haut permettra d'épargner de nombreux modèles de constructeurs français, qui sont en moyenne plus légers que leurs concurrents, selon des données publiées par l'International Council on Clean Transportation.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1603) : 16 OCTOBRE 2020

Vendredi 16 octobre 2020 – Reçus par Macron, les syndicats de police satisfaits d'annonces pour mieux les "protéger" :

Les syndicats de police, reçus à l'Elysée par Emmanuel Macron après une série d'agressions, se sont félicités jeudi d'avoir obtenu des "engagements" sur une loi prévoyant un durcissement de la répression pour les "agresseurs de policiers". Il y a eu une "annonce assez forte du garde des Sceaux sur les aménagements de peine", a assuré Christophe Rouget, du Syndicat des cadres de la sécurité intérieure (SCSI), à l'issue de la réunion, qui a duré un peu plus de deux heures, en présence également d'Eric Dupond-Moretti et de Gérald Darmanin, ministres de la Justice et de l'Intérieur.

"Pour nous, c'est un premier geste vers les policiers. On aura un regard très attentif dans les semaines et mois à venir", a-t-il ajouté.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1603) : 16 OCTOBRE 2020

Vendredi 16 octobre 2020 – Couvre-feu : l'inquiétude de Michel Sarran face à la "mort annoncée" des restaurants :

Michel Sarran a fait savoir son inquiétude pour les restaurants, touchés de plein fouet par la pandémie du coronavirus, qui devront fermer à 21 heures dans les métropoles où un couvre-feu sera mis en place dès samedi.

Samedi, un couvre-feu nocturne va être mis en place dans plusieurs métropoles françaises. Face à la deuxième vague de coronavirus qui touche la France de plein fouet, Emmanuel Macron a annoncé mercredi un couvre-feu entre 21 heures et 6 heures en région parisienne et dans huit autres métropoles, dont celles d'Aix-Marseille et de Lyon. Restaurants, bars, théâtres et cinémas devront donc fermer en soirée, ce que dénoncent les professionnels de ces secteurs. Interrogé par BFMTV, Michel Sarran, chef étoilé à Toulouse -ville également concernée par ces nouvelles restrictions- a fait part de sa grande inquiétude pour les restaurateurs, estimant que la situation va mener à une «catastrophe». «C'est dur parce qu'on nous parle d'aides, mais le chômage partiel, ce n'est pas une aide totale. Ils parlent de 100% mais c'est 84% du net donc il y a 16% de moins pour l'employé. Nous on a les cotisations sociales et on doit continuer à payer les congés payés sur ce chômage partiel, on a les frais fixes donc ce n'est pas vrai, on va avoir des frais qui ne seront jamais remboursés», a-t-il détaillé.

Le juré de l'émission de «Top Chef» poursuit : «On a déjà fermé deux mois, on nous demande un mois voire un mois et demi de plus. Ce n'est plus de l'agonie, c'est de la mort annoncée et je ne comprends pas. Moi je veux bien que le peuple fasse des efforts mais que tout le peuple fasse les efforts. Pas une seule profession. Ça nous semble illogique et pas équitable».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1603) : 16 OCTOBRE 2020

Vendredi 16 octobre 2020 – Coronavirus : Le Touquet instaure un couvre-feu, anticipant un "afflux de touristes" :

Le Touquet-Paris-Plage instaurera samedi un couvre-feu de minuit à 6H du matin, suite aux annonces de couvre-feu en Ile-de-France et dans huit métropoles dont Lille, qui lui font craindre un "afflux conséquent" de touristes, a annoncé la ville.

"Suite aux annonces gouvernementales, instaurant notamment un couvre-feu dans les grandes métropoles de 21H à 6H (...) la Ville du Touquet-Paris-Plage se prépare à un afflux plus conséquent des résidents secondaires et des touristes" et la municipalité a "décidé de renforcer sensiblement les mesures sanitaires", explique-t-elle dans un communiqué sur les réseaux sociaux.

"Les bars et restaurants du Touquet seront fermés à partir de 23H30" afin que l'horaire du couvre-feu soit respecté et que chacun puisse regagner son domicile. Tout déplacement sera ensuite proscrit jusque 6H", détaille la commune.

Ces mesures complètent celles déjà actées avec les professionnels de l'hôtellerie lundi, notamment "l'affichage à l’extérieur des établissements de la capacité d’accueil", ou encore "la mise à disposition pour les clients d’un cahier de rappel, sur lequel ils devront obligatoirement laisser leurs coordonnées".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1603) : 16 OCTOBRE 2020

Vendredi 16 octobre 2020 – Tourisme : la passe difficile des croisiéristes :

Lionel Rabiet pointe les croisières reportées. Le directeur de Voyages d’exception (ex-Croisières d’exception), une agence spécialisée dans les séjours avec des conférenciers renommés*, tels le paléontologue Yves Coppens, d’anciens ambassadeurs ou Alain Baraton, jardinier en chef du château de Versailles, veut tenir. Tenir, dit-il, pour « redémarrer vite et fort ». A de rares exceptions près, les prochains départs sont prévus pour le printemps 2021, sous réserve de la situation sanitaire et des décisions des armateurs.

Le secteur des croisières, qui avait battu un record de fréquentation en 2019, subit la crise de plein fouet. Partout dans le monde, des milliers de passagers partis avant les confinements se sont trouvés coincés sur des bateaux, parfois avec le virus qui circulait à bord et un rapatriement difficile. Lionel Rabiet avait, en mars, une centaine de clients sur le « Zaandam », au large de la Patagonie. Certains cas se régleront devant les tribunaux. Ainsi des Français qui naviguaient dans les Caraïbes ont déposé une centaine de plaintes contre Costa, qu’ils accusent d’homicides involontaires et de négligence dans la gestion de la crise.

Quand la pandémie est survenue, Lionel Rabiet était en train de clore l’exercice annuel de son entreprise. Avec une cinquantaine de croisières organisées, son chiffre d’affaires s’élevait à 17,5 millions d’euros, en hausse continue depuis la création la société, en 2016. Tout s’est arrêté net. « Les réservations sont en chute de 90 % à 95 % par rapport à l’an dernier, et nous ne pensons même pas atteindre cette année 1 million d’euros de chiffre d’affaires », constate-t-il.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1603) : 16 OCTOBRE 2020

Vendredi 16 octobre 2020 – Trump-Biden, duel à distance :

Sur deux chaînes de télévision concurrentes, Joe Biden et Donald Trump ont chacun répondu à des électeurs, jeudi soir, en lieu et place d'un débat prévu de longue date.

Ce qui aurait dû être une soirée cruciale pour les deux candidats à l’élection présidentielle américaine, jeudi soir, a tourné au duel à distance. Donald Trump ayant finalement refusé de prendre part à un débat, Joe Biden avait accepté de participer à une discussion avec des électeurs organisée par la chaîne ABC. Le président n’a pas voulu laisser son rival démocrate occuper l’espace et s’est empressé de saisir la proposition de la chaîne NBC : répondre, lui aussi, à un groupe d’électeurs. Les deux émissions, si elles n’ont pas permis la confrontation directe, ont toutefois illustré avec force les contrastes entre les deux candidats.

Les divergences sont apparues particulièrement fortes sur la question des masques. Interrogé sur l’absence de mesures de protection lors d’un événement à la Maison-Blanche quelques jours avant que son infection par le SARS-CoV-2 ne soit détectée, Donald Trump a botté en touche et mis en doute à plusieurs reprise l’efficacité des masques, déformant grossièrement une statistique.

-«Vous pourriez dire : “Tout le monde met un masque, tout de suite”, et selon l’université de Washington, vous sauveriez des vies», a insisté la journaliste Savannah Guthrie, qui animait l’échange.

-«Il y a d’autres endroits où ils disent autre chose. Hé! Le docteur Fauci a dit : ne portez pas de masque», a rétorqué Trump.

-«Au début, et puis après tout le monde est tombé d’accord.»

-«Je ne sais pas s’il a changé d’avis. Mais, après vous avez un rapport il y a deux jours qui dit que 85% des gens qui portent des masques l’attrapent.»

Le chiffre avancé par le président est faux : en réalité, les auteurs de l’étude des CDC à laquelle le président fait référence ont interrogé des patients victimes du Covid-19 et 85% d’entre eux ont déclaré qu’ils portaient un masque en public, tout le temps (70,6%) ou souvent (14,4%). Ce résultat n’indique en rien dans quelle mesure ces patients ont pu être contaminés en privé ou dans des lieux où l’usage du masque n’est pas possible. Les résultats de l’étude montrent d’ailleurs que la fréquentation de restaurants ou de bars a été plus fréquente chez les patients Covid-19 dans les 14 jours précédent leur maladie qu’au sein d’un groupe de contrôle composé de personnes n’ayant pas été infectées.

Joe Biden, lui, a vivement critiqué l’attitude de Donald Trump face à la crise sanitaire. «Qu’est-ce qu’il fait? Rien. Il refuse encore de porter un masque!», s’est étonné le démocrate. «Les paroles d’un président comptent. Et quand le président ne porte pas de masque ou se moque des gens comme moi qui en portent un, les gens se disent que ça ne doit pas être si important», a-t-il ajouté.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1603) : 16 OCTOBRE 2020

Vendredi 16 octobre 2020 – A Saint–Laurent-du-Var, des milliers de bénévoles pour nettoyer la côte :

Quinze jours après les intempéries, des milliers de bénévoles sont venus aider les employés municipaux pour déblayer les plages où s’amoncellent les débris des intempéries. Des CRS en gilets jaunes y côtoient des jeunes condamnés pour travaux intérêts généraux.

Vendredi 2 octobre, la ville de Saint-Laurent du Var a frôlé la catastrophe. « Le débit d’eau était de 3.300 mètres cube par seconde et notre limite est à 3500, nous explique Stéphane Dorée, le directeur général des Services techniques de la mairie. Le samedi matin, on a découvert tout ce bois arraché. »

Quinze jours plus tard, les touristes se promenant long du littoral à Saint-Laurent du Var sont surpris de voir l’amoncellement spectaculaire de bois sur les digues et sur la plage. Portés par des courants d’une violence inouïe, des milliers de troncs d’arbres ont déferlé à l’embouchure du Var avant d’être ramenés peu à peu vers la cote par le courant Ligurie. Quinze jours après les crues meurtrières qui ont dévasté la vallée de la Roya et la Vésubie, une nappe marron flotte encore au large et des vedettes de la marine nationale détournent les plaisanciers de la cote. Sur la plage, des centaines de gilets jaunes (les bénévoles) et oranges (les pros) déblayent, trient, tronçonnent et transportent les déchets — en grand partie du bois.

Les forestiers des Alpes-Maritimes qui ont été renforcés par ceux du Var et de l’Aude sont aidés par une armada de volontaires. « Plus de 3.500 bénévoles nous ont rejoint », explique Stéphane Dorée qui a établi son QG au centre nautique de la ville. Les volontaires y sont accueillis par trois employés devant leur ordinateur puis sont invités à récupérer un gilet jaune et du matériel. Quelques plongeurs amateurs sont aussi venus prêter mains fortes aux sapeurs qui inspectent les profondeurs à la recherche de victimes. Parmi eux, une Cannoise d’adoption, Mathilde Bellee a attiré du monde en diffusant des messages sur les réseaux sociaux.

« Nous avons reçus des touristes, des retraités, mais aussi des communautés religieuses, une compagnie de CRS et l’administration pénitentiaires nous a envoyé des personnes condamnées pour des travaux d’intérêts généraux », poursuit Stéphane Dorée dont l’équipe se prépare à accueillir jeudi 15 octobre « une dame de Monaco ». Tout le monde se mobilise pour enlever des « quantités monstrueuses ». Heureusement, le bois sera valorisé : « s’il est propre, recyclé en bois de chauffage, sinon pour fabriquer des granulats. »

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1603) : 16 OCTOBRE 2020

Vendredi 16 octobre 2020 – Chevaux mutilés et tués : Psychose sur les haras :

Depuis six ans, des sadiques s’en prennent aux vieilles juments comme aux chevaux de course. La terreur règne.

Elles ont passé des nuits sans sommeil, bouleversées par ces crimes abjects. Mélissa, Lydie et Stéphanie sont toutes obsédées par un détail : cette oreille coupée que le ou les tueurs ont emportée avec eux. Rivées à leurs ordinateurs, elles ont échafaudé toutes sortes d’hypothèses, pensé aux rituels sataniques, aux traditions tauromachiques lorsqu’on récompense le torero en lui offrant les oreilles du taureau qu’il a tué… Lydie s’est même penchée sur l’histoire des cavaliers de l’Apocalypse, qui auraient accompli de tels sacrifices après une pandémie. Rien ne les a convaincues.

La jument paint horse de presque 3 ans s’appelait Helsa Trois Vallées. Quand Mélissa Véron l’a achetée il y a un an pour quelques centaines d’euros, elle n’intéressait personne ; elle était aveugle d’un œil et atteinte d’une hernie ombilicale. « Bien sûr, ce n’était pas une jument de prix, mais, pour moi, elle avait une grande valeur sentimentale », explique Mélissa.

Ce jeudi 14 mai, il était 8 h 30 environ quand, avec son conjoint, Jordan, elle l’a découverte sur sa pâture, à Berny-en-Santerre, dans la Somme. Après être passée aux écuries, Mélissa voit sa jument couchée dans l’herbe, morte. A la place de son oreille droite, il n’y a plus qu’un trou. La vétérinaire qui certifie le décès mentionne dans son rapport « une plaie énorme » de 30 centimètres de diamètre, un découpage très net qui a aussi emporté une partie de la peau et des muscles. « C’était creusé à l’intérieur », se rappelle Mélissa.

Sous la jument, on relève peu de sang, ce qui laisserait supposer que l’oreille a été prélevée post mortem. Sur le corps, pas d’autres blessures mais un peu de sang sur la vulve et un coup sur la lèvre supérieure que Mélissa attribue à un « tord-nez », cette corde attachée à un manche utilisée pour immobiliser l’animal et que des brutes passent parfois autour de l’oreille, encore plus fragile. A une cinquantaine de mètres se trouvent plusieurs maisons, mais leurs propriétaires n’ont rien entendu. Seule une autopsie permettrait d’avoir des certitudes, mais lorsque, quatre jours plus tard, les équarrisseurs arrivent enfin la dépouille est bien trop dégradée.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1603) : 16 OCTOBRE 2020

Vendredi 16 octobre 2020 – Financement libyen : Nicolas Sarkozy mis en examen pour "association de malfaiteurs" :

Il avait été longuement été interrogé début octobre par la juge d'instruction Aude Buresi dans le cadre de l'enquête sur les soupçons de financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007. L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy a été mis en examen pour "association de malfaiteurs" par le Parquet national financier. Il était jusqu'à alors mis en examen depuis le 21 mars 2018 pour "corruption passive", "recel de détournement de fonds publics" et "financement illégal de campagne". Il est également placé depuis sous contrôle judiciaire.

Le 31 janvier dernier, avait été mis en examen pour "association de malfaiteurs" l'un de ses anciens collaborateurs, Thierry Gaubert/ Pour les juges d'instruction qui se se sont succédé, des versements en liquide en provenance du régime libyen auraient transité par lui. Les enquêteurs se demandent si un tel transfert a pu servir à alimenter en cash le budget de la campagne victorieuse de M. Sarkozy.

Témoignages de dignitaires libyens, notes des services secrets de Tripoli, accusations d'un intermédiaire... En sept ans, les magistrats ont réuni une somme d'indices qui ont donné corps à la thèse selon laquelle la campagne victorieuse de M. Sarkozy a été financée par le régime de Mouammar Kadhafi.

Toutefois, aucune preuve matérielle indiscutable n'a pour l'heure été retrouvée.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1603) : 16 OCTOBRE 2020

Vendredi 16 octobre 2020 – Brexit : Les discussions avec Londres "achoppent sur tout, tout !", se désole Emmanuel Macron :

Les discussions entre Londres et les 27 sur le Brexit "achoppent sur tout, tout !", bien au-delà de la pêche, a regretté Emmanuel Macron vendredi après la menace de "no deal" brandie par le Premier ministre Boris Johnson.

Un accord sur la relation commerciale post-Brexit nécessite "des efforts, en particulier du Royaume-Uni", a martelé Emmanuel Macron, en affirmant que le Royaume-Uni "a encore plus besoin que nous d'un accord". "Le problème est loin d'être seulement la pêche, il est beaucoup plus fondamental", a-t-il répondu à une journaliste qui lui demandait s'il était prêt à un échec des négociations UE-Londres à cause du blocage sur la pêche.

"Vous êtes victime d'une intoxication informationnelle, l'état de nos discussions n'est pas que nous serions en train d’achopper sur la pêche", a-t-il poursuivi, "c'est un sujet tactique utilisé par les Britanniques, car en cas de +no deal+ ce serait le seul sujet ou Boris Johnson pourrait dire: j"ai gagné", a-t-il accusé. "Les 27 n'ont pas vocation à rendre heureux le Premier ministre de Grande-Bretagne", a-t-il ironisé.

"Notre principal problème sont des règles de concurrence loyale. Notre proposition, qui correspond à notre accord avec la Suisse, c'est l'accès au marché unique en contrepartie du respect de nos règles sanitaires, environnementales, sociales, en matière d'aides d'Etat. La proposition des Britanniques est l'accès au marché unique sans respect des règles. C'est inacceptable", a-t-il insisté.

"Nous ne pouvons pas non plus accepter un Brexit qui sacrifie les pêcheurs européens, à commencer par les pêcheurs français", a-t-il aussi fait valoir, tout en se disant prêt à négocier une baisse de l'accès des pêcheurs européens aux eaux britanniques, à condition d'une visibilité sur la durée et d'une réciprocité. "Le sujet de la pêche représente pour nous 750 millions d'euros. Or, l'accès au marché unique de l'énergie a une valeur économique pour les Britanniques de 750 millions à 2,5 milliards d'euros. Ce serait un mauvais deal" pour les Britanniques, a-t-il conclu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens