Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mai 2020 4 21 /05 /mai /2020 07:00
LA MARCHE DU MONDE (1454) : 20 MAI 2020

Mercredi 20 mai 2020 – point sur le Coronavirus le 19 mai au soir :

Le bilan de l'épidémie de coronavirus a été revu à la baisse mardi, à au moins 28 022 morts, en raison de chiffres révisés à la baisse dans les Ehpad et établissements médico-sociaux, selon la Direction générale de la Santé. Dans ses données au 19 mai sur le site du gouvernement, la DGS indique 10 308 décès dans les Ehpad, contre 10 650 lundi.

Interrogée, la DGS a précisé que ce nouveau chiffre «résulte d'ajustements dans la remontée des données en provenance des Agences Régionales de Santé». Le nombre de décès dans les hôpitaux s'élève de son côté à 17 714, soit 125 de plus que lundi. Il y a déjà eu à plusieurs reprises des problèmes avec les remontées des bilans en Ehpad depuis leur prise en compte à partir de début avril.

Au cours d'un briefing quelques minutes plus tôt, son premier depuis environ deux semaines, le directeur général de la Santé Jérôme Salomon, n'avait pas donné, contrairement à l'habitude, le chiffre total des décès, se contentant de celui des hospitalisations, notamment en réanimation, qui poursuit sa baisse, à 1894 malades graves (-104 en 24 heures).

Interrogé sur l'objectif longtemps affiché par le gouvernement de pouvoir effectuer 700 000 tests par semaine, et qui n'en est pour l'instant qu'à la moitié avec environ 50 000 tests réalisés par jour, Jérôme Salomon a assuré que ce chiffre n'était en fait pas le «vrai objectif». «Le vrai objectif c'est que nous fassions des tests pour toutes les personnes qui sont symptomatiques, pour toutes les personnes qui en ont besoin, les cas contacts en particulier (...) toutes les situations où on a besoin de tester, autour d'un cluster autour de cas groupés (...), toutes les situations hospitalières qui le nécessitent (...) c'est ça le vrai objectif c'est de réussir notre stratégie de test et c'est ce que nous allons faire», a-t-il dit.

«Il faut se faire tester au moindre doute» en se faisant prescrire un test par son médecin en cas de symptôme, a-t-il insisté, assurant que «déconfiner ne signifie pas la fin de l'épidémie». Interrogé sur une éventuelle hausse des contagions depuis le déconfinement, Jérôme Salomon a déclaré que «aujourd'hui nous n'avons pas ce signal».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1454) : 20 MAI 2020

Mercredi 20 mai 2020 – Confinement et Covid-19 : Des primes exceptionnelles à l’Education nationale :

Selon les informations de Paris Match, Jean-Michel Blanquer prévoit d’octroyer jusqu’à 1000 euros maximum pour les fonctionnaires particulièrement impliqués pendant le confinement.

Alors que le déconfinement des écoles a commencé de manière progressive le 11 mai et celui des collèges lundi dernier, des primes exceptionnelles vont être distribuées dans l’Education nationale. Il s’agit de «récompenser ceux qui ont eu un surcroît de travail et qui ont été très impliqués» dans la gestion de la crise liée au coronavirus, indique le ministère.

Trois montants sont prévus : 330 euros, 660 euros, et 1000 euros maximum, en fonction de la durée d’implication. Sont concernés notamment les enseignants qui ont assuré l’accueil des 30 000 enfants de soignants et d’autres professions prioritaires pendant le confinement, les personnels réquisitionnés pour les soins Covid-19 comme les infirmiers, ou le personnel administratif tels que les informaticiens mis à contribution.

En tout, cette prime devrait être octroyée à environ 60 à 65 000 personnes. L’enveloppe budgétaire qui y sera consacrée est estimée à une cinquantaine de millions d’euros. De telles primes sont par ailleurs prévues pour certains agents publics des autres administrations qui ont été également particulièrement sollicités ces dernières semaines.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1454) : 20 MAI 2020

Mercredi 20 mai 2020 – Renault envisagerait de fermer quatre sites en France :

Les usines Renault de Flins, Choisy-le-Roi, Dieppe et les Fonderies de Bretagne sont dans le collimateur de Renault selon le Canard Enchainé.

Le constructeur automobile français Renault envisagerait de fermer quatre sites en France, dont Flins qui assemble la citadine électrique Zoe et la Nissan Micra, dans le cadre d'un vaste plan d'économie qui doit être annoncé la semaine prochaine, selon le Canard Enchainé. Le groupe au losange doit dévoiler le 29 mai les contours d'un vaste plan d'économie de 2 milliards d'euros annoncé en février, selon des sources proches.

"Quatre usines seraient fermées en France: Choisy-le-Roi, Dieppe et les Fonderies de Bretagne, pour commencer. Le gros morceau - Flins (....) - viendra plus tard", affirme l'hebdomadaire, sans citer de source. Interrogée par l'AFP, la direction n'a pas souhaité faire de commentaire. Pas de commentaire non plus au ministère de l'Economie. L'Etat français, premier actionnaire de Renault avec 15% du capital, prévoit de garantir un prêt bancaire d'environ 5 milliards d'euros pour le constructeur. Mais cette aide n'impliquerait pas de renoncer à des suppressions d'emplois. "Il y a des discussions. Rien n'est figé", a confié à l'AFP une source proche du dossier, sous couvert d'anonymat.

Dès février, la direction avait évoqué la possibilité de fermer des sites en France et à l'étranger lors de la présentation des résultats annuels. "Nous n'avons aucun tabou et nous n'excluons rien", avait déclaré la directrice générale par intérim, Clotilde Delbos.

Contactés par l'AFP, la CFDT et la CGT ont indiqué n'avoir "pas d'informations précises" sur le plan d'économie. Fabien Gâche, délégué syndical central CGT, a précisé que son syndicat devait être reçu mardi prochain par la direction.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1454) : 20 MAI 2020

Mercredi 20 mai 2020 – Le coronavirus a tué plus de 41 000 personnes au Royaume-Uni :

Le décompte hebdomadaire de l'ONS est bien plus large que celui du ministère britannique de la Santé, annoncé quotidiennement et qui se concentre sur les morts de personnes testées positives au coronavirus. Ce dernier atteignait 35.341 décès (+545) mardi, maintenant le Royaume-Uni à la place du deuxième pays au monde le plus endeuillé par le virus, derrière les Etats-Unis.

Plus de 41.000 personnes sont décédées du nouveau coronavirus au Royaume-Uni, dont près de 10.000 dans les maisons de retraite en Angleterre et au Pays de Galles, a indiqué mardi le bureau national des statistiques (ONS), un décompte plus lourd que le bilan officiel. Au total, 41.020 morts dont la maladie Covid-19 était la cause mentionnée sur le certificat de décès sont survenues dans le pays jusqu'au 8 mai, un bilan bien plus lourd encore si on ajoute les milliers de décès comptabilisés depuis.

Le décompte hebdomadaire de l'ONS est bien plus large que celui du ministère britannique de la Santé, annoncé quotidiennement et qui se concentre sur les morts de personnes testées positives au coronavirus. Ce dernier atteignait 35.341 décès (+545) mardi, maintenant le Royaume-Uni à la place du deuxième pays au monde le plus endeuillé par le virus, derrière les Etats-Unis.

Les maisons de retraite, que le gouvernement est accusé d'avoir négligées, paient un lourd tribut, avec 9.975 décès liés au nouveau coronavirus au 8 mai: 9.495 en Angleterre et 480 au Pays de Galles, a précisé l'ONS. Pour la deuxième semaine consécutive, les décès liés au coronavirus en maisons de retraite ont diminué, mais leur proportion dans le nombre total de morts a augmenté. Ils représentent 42,4% des morts liées au coronavirus enregistrées en Angleterre et au Pays de Galles jusqu'au 8 mai, contre 40,4% la semaine précédente.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1454) : 20 MAI 2020

Mercredi 20 mai 2020 – Municipales en juin : Le Pen considère que ce n'est "pas à l'opposition de décider" :

Au lendemain de l'avis du Conseil scientifique quant à la tenue d'un second tour des municipales, et alors que le Premier ministre doit réunir dans la soirée les chefs de partis pour en discuter, Marine Le Pen estime que "ce n'est pas à l'opposition de décider"

"Ce n'est pas à l'opposition de décider" si le second tour des municipales doit ou non être organisé en juin, a affirmé mercredi Marine Le Pen, appelant le gouvernement à "assumer" cette décision. "Plus personne ne veut prendre de décisions dans notre pays" ni "les assumer", et "depuis trois mois la ligne de conduite du gouvernement consiste à tenter d'échapper à ses responsabilités, ce n'est pas digne", a ajouté la présidente du Rassemblement national sur Radio Classique.

Mais "il faut de temps en temps que le gouvernement gouverne", a-t-elle ajouté, alors que le Premier ministre doit réunir dans la soirée les chefs de partis pour discuter du second tour des municipales, à la lumière du très prudent rapport remis mardi par le Conseil scientifique. En ce qui concerne ces élections, Marine Le Pen a souhaité que "si elles ont lieu, ce soit dans des conditions de sécurité maximum pour les électeurs".

"Depuis le début de cette crise, le gouvernement n'a cessé de proférer mensonge après mensonge, et ça continue après la crise", selon Marine Le Pen. "Dans une démocratie qui fonctionne, normalement il est évident que la dissolution est une question qui se poserait de manière urgente", a-t-elle encore souligné. En effet, "à partir du moment où le président de la République n'a plus de majorité, où il annonce qu'il va radicalement changer de politique, dans ces conditions il est évident qu'il faut revenir devant le peuple français", a ajouté la présidente du Rassemblement national.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1454) : 20 MAI 2020

Mercredi 20 mai 2020 – Possible réouverture en juin des parcs à thème des zones vertes :

Le secrétaire d'Etat Jean-Baptiste Lemoyne a évoqué mardi lors d'un débat au Sénat la possibilité d'une réouverture au 2 juin des parcs à thème situés en zone verte, tel Le Puy du Fou en Vendée, dont le fondateur avait dénoncé une "discrimination".

"Tout "milite, si tout se passe bien, pour que dès le 2 juin, dans les départements 'verts', les parcs puissent à nouveau rouvrir", a déclaré Jean-Baptiste Lemoyne promettant "une réponse définitive" la semaine prochaine. Il répondait à une question du sénateur LR Didier Mandelli (LR) lors d'un débat à l'initiative de son groupe sur les "perspectives de la saison estivale" sur fond de crise sanitaire liée au coronavirus.

Philippe de Villiers, fondateur du parc du Puy-du-Fou en Vendée, avait décrété jeudi la "mobilisation générale" pour réclamer la réouverture du parc à thèmes. "Les restaurants et les parcs zoologiques ouvriront le 2 juin. J'ai eu Edouard Philippe au téléphone: il refuse la réouverture du Puy-du-Fou, contrairement à la parole du président. Ils veulent nous briser", avait-il lancé sur Twitter, parlant ensuite de "discrimination" dans un entretien à Valeur actuelles.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1454) : 20 MAI 2020

Mercredi 20 mai 2020 – Masques abandonnés dans la nature : un député propose une amende de 300 euros :

Face aux nombreux masques (et gants) abandonnés sur la voie publique, un député LR des Alpes Maritimes, Eric Pauget, propose que cette incivilité soit sanctionnée d'une amende de 300 euros.

Les masques font encore parler d’eux. Cette fois, ce n’est plus le manque de stocks mais leur présence sur les trottoirs ou dans la nature, jetés par leurs utilisateurs indélicats, qui font polémique. De nombreuses photos de masques abandonnés sont publiées sur les réseaux sociaux et scandalisent. Face à ces incivilités qui polluent l'environnement et mettent aussi en danger la santé des agents de nettoyage et des piétons, le député LR des Alpes Maritimes Eric Pauget a proposé de durcir la réglementation existante afin de sanctionner ces dépôts sauvages de gants et de masques.

Ainsi, rappelle l’élu dans sa proposition de loi, qu’il publie sur Twitter, la loi interdit aujourd’hui «de laisser ces déchets sur la voie publique et qualifie cette attitude d’infraction pénale pour laquelle des sanctions sont prévues», à savoir «une amende forfaitaire de 3ème classe d’un montant de 68 euros si elle est acquittée immédiatement ou au cours des 45 jours qui suivent la verbalisation. Elle atteint 180 euros au-delà de ce délai de 45 jours et peut être majorée par le tribunal de police, le montant maximal étant de 450 euros.»

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1454) : 20 MAI 2020

Mercredi 20 mai 2020 – Déconfinement : Plusieurs plages bretonnes ferment à la suite d'"incivilités" :

Trois communes du Morbihan ont demandé la fermeture de leurs plages, après avoir constaté des incivilités et le non respect des règles de distanciation, a indiqué mercredi la préfecture, qui s'apprête à prendre des arrêtés en ce sens.

"Après plusieurs échanges avec les maires, plusieurs communes ont souhaité fermer leur plage à partir de mercredi soir", veille du pont de l'Ascension, a précisé la préfecture à l'AFP, confirmant une information de la presse locale. v"La grande plage de Damgan sera fermée (les autres n'étant accessibles que pour les activités nautiques), les plages de Billiers seront fermées et les plages d'Erdeven seront fermées", a précisé la même source, ajoutant qu'il était "possible que d'autres maires en fassent la demande".

"Ces fermetures qui sont prises en concertation et à la demande des maires sont la conséquence des comportements inacceptables constatés durant le dernier week-end", a précisé la préfecture, évoquant des incivilités, une distanciation sociale ignorée, le non respect des arrêtés municipaux avec "plusieurs groupes statiques", la "dégradation des aménagements mis en place par les municipalités", le "non respect des enjeux environnementaux avec par exemple des chiens en liberté"...

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1454) : 20 MAI 2020

Mercredi 20 mai 2020 – Grave inflammation pédiatrique et coronavirus : 152 enfants touchés en France :

 «152 cas depuis 1er mars, avec pour 98 cas un lien possible avec la maladie (Covid-19), pour d'autres une investigation toujours en cours et dans de nombreux autres cas pas de lien avec la maladie». Mardi, Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, a fait un point sur la grave inflammation pédiatrique qui touche les enfants à travers le monde et pourrait être liée au coronavirus. Depuis plusieurs semaines, les scientifiques et médecins donnent l’alerte face à ces syndromes proches de la maladie de Kawasaki. En France, un petit garçon de 9 ans est mort à Marseille début mai. Il souffrait également d’une comorbidité neuro-développementale.

Dans le «Lancet», revue médicale de référence, des médecins ont évoqué la semaine dernière un lien entre cette inflammation pédiatrique et le Covid-19. L’étude se base sur les cas de 8 enfants, tous tombés malades du coronavirus, parfois sans présenter de symptômes, et admis à l’hôpital en avril pour un syndrome du choc toxique. «C’est un cluster sans précédent», est-il écrit. Selon cette étude, «quatre des enfants font partie de familles qui ont été exposées au coronavirus» et tous les huit –âgés de 4 à 14 ans– présentent des anticorps. Ils ont tous été traités en soins intensifs à l’hôpital pour enfants de Londres. Ils ont pu rentrer chez eux, sauf un garçon de 14 ans, qui a été victime d’un AVC et a été placé sous assistance respiratoire. «On soupçonne que c'est une réaction inflammatoire de l'organisme à un agent infectieux, encore inconnu. Ces syndromes se manifestent dans le contexte d'enfants qui ont été infectés par Covid-19 à peu près un mois avant», a expliqué devant le Sénat le professeur Arnaud Fontanet dès le 30 avril.

Si le lien n’est pas encore officiellement établi entre ces symptômes et le Covid-19, il fait donc cependant peu de doutes pour les médecins. «Nous n’avons jamais vu autant d’enfants souffrant de Kawasaki. Généralement, nous n’avons que quelques enfants malades par an. Jamais nous ne voyons une douzaine d’enfants sur une courte période de quelques semaines. Donc, considérant ce nombre et le fait que ce ne soit pas exactement la maladie de Kawasaki, il est très probable qu’il s’agisse d’une inflammation post Covid-19», a expliqué auprès de «USA Today» le docteur Charles Schleien, président des services pédiatriques à Northwell Health de New York. Ce syndrome est «rare et paraît actuellement en cours de régression», insiste toutefois Santé publique France.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1454) : 20 MAI 2020

Mercredi 20 mai 2020 – L'administration Trump cherche dans les archives la preuve de l'"Obamagate" :

Les archives dévoilées. Le directeur du renseignement national par intérim Richard Grenell a demandé mardi la déclassification d'un email rédigé par Susan Rice, l'ancienne conseillère la sécurité nationale de Barack Obama, au dernier jour du mandat du président démocrate. Ce texte résume une rencontre organisée le 5 janvier 2017, où étaient présents Barack Obama, Joe Biden, l'ancien directeur du FBI James Comey, l'ancienne ministre de la Justice Sally Yates et elle-même. Tous y ont évoqué les inquiétudes concernant Michael Flynn, conseiller de la campagne Trump et futur conseiller à la sécurité nationale. «Le directeur Comey a affirmé qu'il procédait "dans les règles" des forces de l'ordre. D'une perspective de sécurité nationale, Comey a dit qu'il avait des inquiétudes car le futur directeur de la sécurité nationale Flynn parle régulièrement avec l'ambassadeur russe Kislyak. Comey a dit que cela pourrait être un souci au niveau du partage d'informations secrètes.

Le président Obama lui a demandé s'il pensait que le conseil de sécurité nationale devrait ne pas transmettre des informations sensibles à propos de la Russie à Flynn. Comey a répondu : "Potentiellement". Il a ajouté qu'il n'avait pas d'éléments prouvant que Flynn a transmis des informations secrètes à Kislyak, mais a noté que "le niveau de communication est inhabituel"», a écrit Susan Rice, citée par Axios. À ce moment, les services de renseignement avaient déjà dénoncé l'ingérence russe dans le processus électoral américain.

Michael Flynn a été contraint à la démission moins d'un mois après avoir pris ses fonctions, après avoir admis avoir menti au vice-président Mike Pence et au FBI, dont des agents l'ont interrogé fin janvier 2017, à propos des ses liens avec Sergeï Kislyak. Il a un rôle central dans l'«enquête russe» puisque c'est après que James Comey, limogé par Donald Trump, a révélé que le président américain lui avait demandé de lever le pied sur les investigations à propos de Michael Flynn, que le procureur spécial Robert Mueller a été nommé. En l'innocentant et en le présentant comme la victime d'un complot de l'administration Trump, le président américain réécrit l'histoire et tente de faire oublier les deux premières années de son mandat polluées par cette encombrante «enquête russe».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1454) : 20 MAI 2020

Mercredi 20 mai 2020 – Déconfinement : Il est " encore trop tôt pour tirer des conclusions" sanitaires, dit Véran :

Une semaine et demie après le début du déconfinement de la France, le ministre de la Santé, qui s'exprimait mercredi à l'Elysée lors du compte-rendu du Conseil des ministres, a indiqué qu'il était "encore trop tôt pour tirer les conclusions puisqu'il faut au moins 10 à 15 jours pour qu'on puisse savoir s'il y a un impact sur l'épidémie .mais ce que nous constatons au quotidien c'est une réduction du nombre d'admissions nouvelles, du nombre de patients en réanimation", a-t-il déclaré à l’issue du Conseil des ministres.

"Donc on n'assiste pas à une re-croissance de la circulation du virus, mais ce qui ne veut pas dire que le virus ne circule pas. Nous verrons dans quelques jours l'impact de la levée progressive du confinement sur l'épidémie", a-t-il relevé neuf jours après le début du déconfinement de la population.

A la veille d'un long week-end, et alors que des craintes se sont exprimées face au regroupement d’habitants sortis se promener notamment dans les grandes villes, Olivier Véran s'est dit "extrêmement vigilant" sur ce point, tout en soulignant ne pas avoir "d'éléments" permettant d'en évaluer l'impact sanitaire.

"Je ne porte pas de jugement moral mais on voit une appétence d'un certain nombre de personnes à sortir et peut-être à se regrouper trop par endroits. Il fait beau dehors, on sait que c'est très compliqué et la tentation est forte après des semaines de confinement. Mon propos n'est pas d’incriminer les gens qui le font, mais on constate quand même une forme d’accélération, donc je reste extrêmement vigilant par rapport à cela". Pour autant "je n'ai pas encore d'éléments me permettant de savoir si ça a un impact épidémique ou non, je souhaite que non évidemment, mais c'est trop tôt".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1454) : 20 MAI 2020
LA MARCHE DU MONDE (1454) : 20 MAI 2020
LA MARCHE DU MONDE (1454) : 20 MAI 2020
LA MARCHE DU MONDE (1454) : 20 MAI 2020
LA MARCHE DU MONDE (1454) : 20 MAI 2020

Mercredi 20 mai 2020 – L'Inde et le Bangladesh face à Amphan, le cyclone le plus puissant depuis le début du siècle :

Le cyclone Amphan, le plus puissant depuis le début du siècle dans le golfe du Bengale, a touché terre mercredi en fin d'après-midi dans l'est de l'Inde avec des vents jusqu'à 190 km/h, ont annoncé les services météorologiques indiens.

«La cyclone a touché terre. L'œil se trouve au-dessus de l'île de Sagar», située dans l'estuaire du fleuve Hoogly à une centaine de kilomètres au sud de Calcutta, a déclaré à l'AFP Sanjib Banerjee, directeur du centre météorologique régional. Des pluies torrentielles et des vents violents déferlent sur Calcutta, déracinant des arbres, provoquant des inondations et perturbant les télécommunications.

De larges parties de la capitale du Bengale occidental sont plongées dans le noir, l'électricité ayant été coupée préventivement par les fournisseurs pour éviter les accidents. «Les gens hurlent lorsque les rafales traversent la ville en secouant les portes et fenêtres», a décrit à l'AFP Sriparna Bose, une professeur d'université de 60 ans. «Je n'ai jamais vu une telle situation dans ma vie.»

L'Inde et le Bangladesh ont évacué plus de trois millions de personnes à l'approche du cyclone et s'attendent à des dégâts considérables. Les météorologues redoutent une potentielle onde de tempête (raz-de-marée) qui pourrait aller jusqu'à cinq mètres de haut.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens