Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mai 2020 6 16 /05 /mai /2020 07:00
LA MARCHE DU MONDE (1449) : 15 MAI 2020

Vendredi 15 mai 2020 – point sur le Coronavirus le 14 mai au soir :

La France a enregistré 351 nouveaux décès en 24 heures dus à l'épidémie de coronavirus, mais le nombre de patients en réanimation continue de baisser, selon le bilan de la Direction générale de la Santé jeudi soir. Le Covid-19 a fait au moins 27 425 morts depuis le 1er mars, mais la pression sur les services de réanimation continue de se réduire, avec 2 299 cas graves et un solde négatif de 129 malades par rapport à mercredi, a-t-elle précisé.

Le nombre des décès enregistrés dans les maisons de retraite médicalisées (Ehpad) et établissements médico-sociaux franchit la barre des 10 000, à 10 201 (+228, mais sur 48 heures, car les chiffres de mercredi n'avaient pas été communiqués). Les décès à l'hôpital atteignent 17 224 (+123 en 24 heures). Jeudi soir, 542 nouvelles admissions avaient été enregistrés depuis la veille dans les hôpitaux, contre 728 il y a une semaine, pour 20 463 personnes désormais hospitalisées (contre 23 208 il y a une semaine), précise la DGS. Depuis le début de l’épidémie, 97 844 personnes ont été hospitalisées dont plus de 17 000 en réanimation, selon la DGS.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1449) : 15 MAI 2020

Vendredi 15 mai 2020 – Les rassemblements de plus de 10 personnes dans les lieux privés finalement autorisés :

Le 28 avril, présentant les grandes lignes qui plan de déconfinement, le Premier ministre avait prévenu : «D’une façon générale, il nous faut éviter les rassemblements qui sont autant d’occasion de propagation du virus. Les rassemblements organisés sur la voie publique ou dans des lieux privés seront donc limités à 10 personnes», déclarait-il devant l’Assemblée nationale. «Ces règles sont contraignantes, c’est vrai, mais je crois pouvoir compter sur le civisme de nos compatriotes pour que chacun les applique avec rigueur. Il en va de notre santé à tous», ajoutait-il.

Mais, dans une décision rendue le 11 mai, le Conseil constitutionnel a retoqué cette disposition. Impossible alors pour le gouvernement d'étendre à la sphère privée l'interdiction de rassemblements à plus de dix personnes sur la voie publique. «Les mesures relatives aux établissements recevant du public et aux lieux de réunion (...) ne s'étendent pas aux locaux à usage d'habitation», font valoir les «Sages».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1449) : 15 MAI 2020

Vendredi 15 mai 2020 – L'Obamagate, la nouvelle obsession de Donald Trump :

Ces derniers jours, Donald Trump évoque très régulièrement l'«Obamagate», le nom qu'il a donné à ce qu'il présente comme un scandale, pourtant sans fondement.

Avec l'«Obamagate», Donald Trump tiendrait-il son nouveau «Lock her up»? Lors de la campagne présidentielle de 2016, ses partisans scandaient ces mots («Enfermez-la») pour réclamer des poursuites judiciaires envers Hillary Clinton pour l'utilisation d'un serveur privé lorsqu'elle était secrétaire d'État -un procédé que les autorités américaines n'ont pas sanctionné et qui a été reproduit, notamment, par Jared Kushner et Ivanka Trump depuis. L'«Obamagate», à en croire Donald Trump, serait «le plus grand crime politique de l'histoire américaine» et pourtant, lorsqu'on l'interroge sur le crime précis qu'il impute à son prédécesseur, le président reste vague.

Selon lui, Barack Obama aurait mobilisé le département de la Justice et le FBI pour enquêter sur sa campagne, avant son élection, ce qui entre dans la théorie d'un «État profond» qui aurait conspiré pour éviter son élection puis saboter sa présidence, et va avec sa volonté de «vider le marécage» («drain the swamp») des institutions de Washington. Et lui permet de réécrire l'histoire de l'affaire russe, qui a empoisonné les deux premières années de sa présidence, dont il continue à nier le fondement même si la commission du renseignement du Sénat, à majorité républicaine, a confirmé l'ingérence russe en sa faveur. «Ils ont essayé de renverser un président des États-Unis, un président en exercice et dûment élu, avant même que je gagne», a-t-il accusé vendredi à l'antenne de Fox News.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1449) : 15 MAI 2020

Vendredi 15 mai 2020 – Le Canada va renvoyer deux pandas géants en Chine, par manque de bambou :

Le zoo canadien de Calgary a annoncé qu'il allait devoir renvoyer en Chine deux pandas géants prêtés par ce pays, en raison de la pandémie de coronavirus qui l'empêche de s'approvisionner en bambou pour les alimenter.

L'établissement a fait savoir dans un communiqué publié mardi qu'il allait transférer Er Shun et Da Mao «après avoir surmonté pendant des mois des obstacles liés au transport de bambou frais». «Ce fut une décision incroyablement difficile à prendre, mais la santé et le bien-être des animaux que nous aimons et protégeons sont toujours la priorité», a expliqué le directeur du zoo, Clément Lanthier. Selon l'établissement, les pandas géants se nourrissent à 99% de bambou, à raison d'environ 40 kilogrammes par jour pour un adulte.

Le zoo a dû faire face avec la pandémie à des difficultés d'approvisionnement en bambou liées à la baisse du nombre de vols entre la Chine et le Canada, ainsi qu'à des retards de livraison d'autres fournisseurs.

Les deux pandas, la femelle Er Shun et le mâle Da Mao, sont arrivés au Canada en 2013, accueillis à l'époque par le Premier ministre Stephen Harper et sa femme Laureen. Ils ont été prêtés par la Chine pour 10 ans dans un geste censé symboliser les bonnes relations entre Ottawa et Pékin.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1449) : 15 MAI 2020

Vendredi 15 mai 2020 – Polémique Sanofi : Macron veut un vaccin "extrait des lois du marché" :

La polémique déclenchée par Sanofi a secoué toute la classe politique, jusqu'à l'Elysée. Alors que la grogne montait depuis les annonces de la multinationale concernant un éventuel futur vaccin contre le nouveau coronavirus dont les Etats-Unis auraient eu la primeur, la présidence de la République a fait part de sa réaction : l'affaire a «ému tous ceux qui travaillent (à lutter contre le virus), dont le président», indique l'AFP. «Les efforts déployés ces derniers mois montrent qu'il est nécessaire que ce vaccin soit un bien public mondial, extrait des lois du marché», a ajouté la présidence. L'Elysée a également insisté sur le nécessaire maintien des «efforts considérables, multiples, pour arriver à construire autour d'acteurs multilatéraux, une réponse collective et coordonnée».

«Il est important de continuer d'avancer avec Sanofi», a-t-on également affirmé à l'Elysée. Les dirigeants de Sanofi seront reçus par Emmanuel Macron en début de semaine prochaine.

Emmanuel Macron, qui se réfère souvent dans ses discours à la notion de «biens communs universels», avait déjà employé l'expression «bien public mondial» dans un appel publié par «Le Journal du Dimanche» le 1er mai, signé avec la chancelière allemande Angela Merkel et plusieurs autres dirigeants européens. «Si nous arrivons ensemble à développer un vaccin produit par le monde entier, pour le monde entier, on pourra alors véritablement parler d’un bien public mondial d’une importance unique pour notre siècle. Avec nos partenaires, nous nous engageons à le rendre disponible, accessible et abordable pour tous», avaient-ils écrit.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1449) : 15 MAI 2020
LA MARCHE DU MONDE (1449) : 15 MAI 2020
LA MARCHE DU MONDE (1449) : 15 MAI 2020
LA MARCHE DU MONDE (1449) : 15 MAI 2020
LA MARCHE DU MONDE (1449) : 15 MAI 2020
LA MARCHE DU MONDE (1449) : 15 MAI 2020

Vendredi 15 mai 2020 – Coronavirus : le Brésil enterre ses morts :

Mercredi, le Brésil a connu son plus lourd bilan quotidien : 881 personnes sont décédées du Covid-19. Le même jour, des enterrements massifs avaient lieu à Sao Paulo et Manaus, comme le montrent les clichés saisissants pris par les photographes de l'agence Reuters. L'État de Sao Paulo, le plus peuplé et le plus riche du pays, est l'épicentre de l'épidémie avec 47 719 cas et 3949 décès. Dans le nord et le nord-est du pays, le nombre de contaminations déborde les capacités des services de santé. Quant à Manaus, la capitale de l'Amazonas, elle doit faire face à un autre danger : la déforestation y atteint un record entre janvier et avril. Selon les images satellites de l'Institut brésilien de Recherches Spatiales (INPE), un organe gouvernemental, 1202 km2 de forêt ont ainsi disparu lors des quatre premiers mois de l'année.

«Le Brésil ne fait des tests que sur les personnes qui vont dans les hôpitaux, qui sont des cas graves. Avec les données disponibles, nous avons peu de possibilités d'observer le tableau réel. Nous n'avons pas une vraie politique de gestion de l'épidémie. Nous voyons la pandémie se développer librement», a assuré à l'AFP Domingo Alves, de l'université de Sao Paulo, l'un des auteurs d'une étude publiée la semaine dernière, selon laquelle les autorités sous-estiment vraisemblablement le bilan humain. Selon les estimations des chercheurs, le Brésil compterait 1,6 million le nombre de cas de contamination à la date du 4 mai, un nombre quinze fois supérieur au chiffre officiel qui était ce jour-là de 107 780.

Le premier cas recensé de contamination au nouveau coronavirus au Brésil remonte au 26 février mais une étude de l'institut de référence Fiocruz estime que le virus «a commencé à circuler au Brésil dès la première semaine de février», pendant la saison des festivals. «Cette longue période de transmission communautaire non identifiée montre à quel point il est difficile de retrouver les traces de la circulation du nouveau coronavirus, a déclaré Gonzalo Bello, coordinateur de l'étude. Cela montre aussi que des mesures doivent être prises plus tôt, au moins dès qu'on commence à recenser les premier cas importés.»

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1449) : 15 MAI 2020

Vendredi 15 mai 2020 – Donald Trump ne veut plus parler à Xi Jinping "pour le moment" :

Le président américain Donald Trump a affirmé jeudi qu'il ne souhaitait pas, "pour le moment", parler à son homologue chinois Xi Jinping, menaçant de couper "toute relation" avec Pékin en raison de son attitude face au coronavirus. "J'ai une très bonne relation (avec lui) mais pour le moment, je ne veux pas lui parler", a déclaré M. Trump sur Fox Business.

Interrogé sur les différentes mesures de rétorsion qu'il pourrait envisager, il s'est montré menaçant: "Il y a beaucoup de choses que nous pourrions faire. Nous pourrions rompre toute relation." "Si on le faisait, que se passerait-il?", a-t-il poursuivi. "On économiserait 500 milliards de dollars si on rompait toute relation", a-t-il encore dit.

Après avoir loué les efforts de la Chine, le président américain Donald Trump accuse ces dernières semaines les autorités chinoises d'avoir dissimulé l'ampleur de l'épidémie, apparue fin 2019 dans la ville de Wuhan (centre de la Chine), et d'avoir ainsi facilité sa propagation. Pékin dément et affirme avoir transmis le plus vite possible toutes les informations à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et à d'autres pays, dont les Etats-Unis.

"Ils auraient pu l'arrêter", a martelé le locataire de la Maison Blanche sur Fox Business.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1449) : 15 MAI 2020

Vendredi 15 mai 2020 – Le coronavirus continue à faire des ravages sur l'emploi aux Etats-Unis :

La pandémie de nouveau coronavirus continue de faire des ravages sur l'emploi aux Etats-Unis, avec près de 3 millions de nouveaux inscrits au chômage en une seule semaine, ce qui devrait conforter l'administration Trump dans sa volonté de redémarrer rapidement l'économie.

Le nombre de nouvelles personnes ayant demandé des allocations chômage la semaine dernière reste élevé même s'il est en baisse par rapport à la semaine précédente. "Nous allons reconstruire notre économie pour qu'elle soit plus grande que jamais", a assuré jeudi Donald Trump sur Fox Business Network.

Au total, près de 36,5 millions de personnes ont pointé au chômage depuis l'arrêt brutal de l'économie mi-mars en raison des mesures draconiennes - confinement de la population, fermeture des magasins non essentiels, des restaurants, restriction du transport aérien - pour endiguer la progression du virus dans le pays.

Le confinement était nécessaire mais il est désormais temps d'y mettre fin, a estimé le président républicain, qui vise un deuxième mandat en novembre. "Nous devons retourner au travail. Nous devons ramener notre pays" là où il était avant la crise, a-t-il insisté citant la bonne santé de l'économie avant que le pays ne soit "artificiellement fermé".

Environ la moitié des Etats américains ont commencé le processus de déconfinement. Ils doivent rouvrir "quand ils peuvent, quand ils veulent", a martelé le président faisant fi des mises en garde de certains experts contre un déconfinement prématuré.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché par la pandémie en terme de bilan humain. La pandémie de coronavirus y a affecté près de 1,4 million de personnes et fait plus de 84 100 morts.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1449) : 15 MAI 2020

Vendredi 15 mai 2020 – A la Pitié-Salpêtrière, le mea culpa d'Emmanuel Macron :

Emmanuel Macron a insisté pour «mettre fin» à la «paupérisation» des personnels soignants, vendredi à l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière où il a reconnu une «erreur» dans la réforme du système de santé engagée il y a deux ans. Le chef de l'Etat, qui s'était déjà rendu sur place le 27 février (photo) au début de la crise du coronavirus, a débuté cette visite surprise par une table ronde avec des médecins, a constaté une journaliste de l'AFP.

Accompagné par son ministre de la Santé Olivier Véran, il a ensuite rencontré des responsables syndicaux avant de visiter aux urgences un service de dépistage du Covid-19. «Monsieur le Président, vous avez suscité un magnifique espoir chez les gens, un retour en arrière ne sera pas accepté», a lancé la professeure Dominique Thabut, cheffe de service hépatologie, résumant les difficultés exprimées lors de la réunion par plusieurs de ses collègues.

«Il faut mettre fin à cette paupérisation», a réagi le chef de l'Etat, en revenant sur la réforme du système de santé engagée il y a deux ans. «On a sans doute fait une erreur dans la stratégie annoncée» car elle ne «portait pas assez de sens» et avait une «ampleur» et un rapport au temps «pas du tout suffisants compte tenu de l'état où était l'hôpital», a-t-il affirmé. «J'étais convaincu qu'on était en train de changer les choses» et «c'est très cruel pour moi-même», a-t-il ajouté, jugeant que «c'était une super stratégie mais à faire dix ans plus tôt».

Fin mars déjà, Emmanuel Macron avait promis «un plan massif d'investissement et de revalorisation» pour l'hôpital à l'issue de la crise. Jeudi encore, il a assuré vouloir «aller plus vite» notamment pour revaloriser les rémunérations et les carrières, lors d'une visioconférence avec des médecins hospitaliers.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1449) : 15 MAI 2020

Vendredi 15 mai 2020 – Le décret sur la "prime Covid" pour les soignants publié au Journal officiel :

Le décret sur la prime promise aux personnels hospitaliers en récompense de leurs efforts durant l'épidémie de coronavirus, promise fin mars par Emmanuel Macron et attendue depuis avec impatience par les soignants, a été publié vendredi au Journal officiel.

Le décret sur la prime promise aux personnels hospitaliers en récompense de leurs efforts durant l'épidémie de coronavirus, promise fin mars par Emmanuel Macron et attendue depuis avec impatience par les soignants, a été publié vendredi au Journal officiel. La prime sera de 500 euros pour tous les membres du personnel hospitalier et de 1.500 euros pour ceux ayant travaillé dans les 40 départements les plus touchés par l'épidémie ou dans des établissements ou services ayant accueilli des malades du Covid-19. Cette "prime exceptionnelle", défiscalisée et exemptée de cotisations sociales, sera versée aux personnes ayant "exercé leurs fonctions de manière effective" dans les établissements publics de santé "entre le 1er mars et le 30 avril 2020", précise le décret.

Le personnel des hôpitaux des armées, également mobilisé face à l'épidémie, touchera lui aussi cette prime. La période de référence en ce qui les concerne débute le 24 mars, indique le texte publié au Journal officiel. Les départements concernés par la prime de 1.500 euros sont essentiellement situés dans le nord et l'est du pays. Tous ceux d'Ile-de-France (8 départements), du Grand Est (10), de Bourgogne-Franche-Comté (8) et des Hauts de France (5) sont ainsi inclus dans la liste.

Quatre départements d'Auvergne-Rhône-Alpes (Drôme, Loire, Rhône, Haute-Savoie) y figurent également, ainsi que l'Eure-et-Loir, les Bouches-du-Rhône, les deux départements de Corse et Mayotte. Cette prime avait été annoncée dès la fin du mois de mars par le chef de l'Etat. Cependant son versement restait suspendu à la parution de ce décret, initialement annoncé pour début mai, mais qui a fait l'objet d'intenses discussions. La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a évoqué mercredi un règlement "sur les paies de mai ou juin". Exemptées d'impôts, ces gratifications coûteront au total 1,3 milliard d'euros, selon le ministère de la Santé.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1449) : 15 MAI 2020

Vendredi 15 mai 2020 – Barack et Michelle Obama lisent un livre pour enfants pour "soulager les parents" :

Ils voulaient «soulager les parents» qui s'occupent de leurs enfants, parfois en travaillant depuis chez eux, depuis la fermeture des écoles. Barack et Michelle Obama ont lu le livre pour enfants «The Word Collector» («Le collectionneur de mots»), dans une vidéo diffusée en direct sur les réseaux sociaux, leur participation au programme «Live From the Library» lancé par la bibliothèque publique de Chicago. Cette initiative quotidienne est réalisée grâce à la participation de personnalités qui sont nées ou ont grandi dans la ville. Michelle et Barack Obama en ont profité pour annoncer qu'une succursale de la bibliothèque de Chicago aura sa place au sein de l'Obama Presidential Center, qui doit être construit sur le South Side.

Mêlant enregistrement de la lecture et passages du livre, l'ancien président américain et son épouse se sont livrés à l'exercice en se succédant l'un et l'autre à la lecture de l'histoire de Jerome, un petit garçon qui collectionne les mots.

Depuis le début de la crise sanitaire, le couple Obama est de plus en plus présent. Si l'ancienne First Lady est restée plutôt apolitique, participant à l'émission d'Ellen DeGeneres ou au concert Together at Home avec la complicité de Laura Bush, Barack Obama est lui passé à l'offensive. Critiqué sans cesse depuis l'élection de Donald Trump, il n'a pas épargné la gestion de la crise sanitaire par l'actuel occupant de la Maison-Blanche, la qualifiant de «désastre chaotique absolu» lors d'un appel avec d'anciens collaborateurs dont un enregistrement a été publié par la presse américaine.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1449) : 15 MAI 2020

Vendredi 15 mai 2020 – Deux études concluent à l'inefficacité de l'hydroxychloroquine :

Publiés dans la revue «BMJ», ces deux travaux concluent que le traitement à l'hydroxychloroquine n'a pas eu d'effets positifs dans le contexte étudié.

L'hydroxychloroquine, traitement qui a fait couler beaucoup d'encre, ne semble pas efficace contre le Covid-19, que ce soit chez des patients gravement ou plus légèrement atteints, selon deux études publiées vendredi.

La première étude, menée par des chercheurs français, conclut que ce dérivé de l'antipaludéen chloroquine ne réduit pas significativement les risques d'admission en réanimation ni de décès chez les patients hospitalisés avec une pneumonie due au Covid-19.

Selon la seconde étude, menée par une équipe chinoise, l'hydoxychloroquine ne permet pas d'éliminer le virus plus rapidement que des traitements standard chez des patients hospitalisés avec une forme «légère» ou «modérée» de Covid-19. En outre, les effets secondaires sont plus importants.

«Considérés dans leur ensemble, ces résultats ne plaident pas pour une utilisation de l'hydroxychloroquine comme un traitement de routine pour les patients atteints du Covid-19», estime dans un communiqué de presse la revue médicale britannique «BMJ», qui publie les deux études.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1449) : 15 MAI 2020
LA MARCHE DU MONDE (1449) : 15 MAI 2020
LA MARCHE DU MONDE (1449) : 15 MAI 2020
LA MARCHE DU MONDE (1449) : 15 MAI 2020
LA MARCHE DU MONDE (1449) : 15 MAI 2020
LA MARCHE DU MONDE (1449) : 15 MAI 2020

Vendredi 15 mai 2020 – Donald Trump se rend en Pennsylvanie et refuse toujours de porter un masque :

Tous masqués... sauf un. Jeudi, Donald Trump a quitté la Maison-Blanche pendant quelques heures, le temps de se rendre à Allentown, en Pennsylvanie, où il a visité l'usine du fabriquant de matériel de protection Owens & Minor. Le président américain, comme à son habitude, a refusé de porter un masque, et ce alors que les employés de l'entreprise et les membres de son entourage en portaient. Le milliardaire estime que le port du masque enverrait un mauvais signal politique : lui qui a minimisé pendant de longues semaines la gravité de la maladie et se concentre désormais sur la relance économique refuse de se protéger pour montrer sa volonté de réouverture du pays. Et claironne qu'il est régulièrement testé, alors que le nombre de tests disponibles aux États-Unis est un sujet sensible.

Sur le chemin menant le président américain à l'usine, opposants et partisans de Donald Trump avaient brandi des affiches pour exprimer leurs opinions. Certains Pennsylvaniens demandaient la réouverture de leur État, où un confinement a été décrété afin d'endiguer la propagation du virus, d'autres manifestaient leur volonté acharnée de garder leurs armes, estimant que le deuxième amendement, qui autorise le port d'arme à feu dans le pays, est en danger si Donald Trump n'est pas réélu. Enfin, d'autres demandaient à Donald Trump des actions concrètes : «We need a leader, not a tweeter» («Nous avons besoin d'un dirigeant, pas d'un tweeter»).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens