Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 janvier 2020 5 17 /01 /janvier /2020 19:00
LA MARCHE DU MONDE (1346) : 15 & 16 JANVIER 2020

Mercredi 15 janvier 2020 - Réforme des retraites : les contestataires ne veulent rien lâcher :

Le compromis proposé par Matignon a fait sortir la CFDT, l’Unsa et la CFTC de l’opposition frontale au projet de réforme des retraites. Les autres organisations tentent de maintenir une mobilisation qui fléchit.

«Il faut savoir terminer une grève», a déclaré le Premier ministre, le 12 janvier sur France 2, paraphrasant les propos tenus en juin 1936 par le dirigeant du Parti communiste d’alors, Maurice Thorez. Depuis que les dirigeants de syndicats dits réformistes, CFDT, Unsa et CFTC, ont accepté le compromis proposé par Edouard Philippe, comportant un retrait –provisoire– de l’âge pivot pour 2027 et l’organisation d’une conférence de financement, le gouvernement appelle à la fin de la mobilisation. La ministre Elisabeth Borne ne voit «plus aucune raison que la grève se poursuive». Sauf que, depuis le 5 décembre et le début du mouvement, la mise à l’index de cet âge d’équilibre à 64 ans n’était pas la principale revendication des organisations contestataires. Ces dernières, qui représentent le gros des grévistes, demandent le retrait de tout le projet de réforme à points. Même si elles ont pu apparaître dans les mêmes manifestations, jamais les organisations n’ont formé un front uni sur le contenu de leurs revendications.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1346) : 15 & 16 JANVIER 2020

Mercredi 15 janvier 2020 - La grève à la RATP et à la SNCF est "sans issue" et "n'a que trop duré", estime Philippe :

Edouard Philippe a estimé mercredi que la grève à la RATP et à la SNCF contre la réforme des retraites était "sans issue" et "n'avait que trop duré", au terme d'un séminaire gouvernemental à l'Elysée.

"Je ne serai satisfait qu'au moment où l'ensemble des usagers de la SNCF au niveau national et l'ensemble des usagers des transports en public, au niveau de l'Île-de-France, auront retrouvé le cours d'une vie normale", a ajouté le Premier ministre. "J'ai observé que la mobilisation dans la grève diminuait et je m'en réjouis évidemment", a poursuivi le Premier ministre, rappelant être resté "constant et ferme sur la suppression des régimes spéciaux".

Edouard Philippe a ajouté qu'il recevrait mercredi après-midi les dirigeants de la SNCF Jean-Pierre Farandou et de la RATP Catherine Guillouard pour "un point précis sur le dialogue social et la reprise du travail" dans les deux entreprises. Interrogé sur la contestation d'autres catégories comme les dockers et les avocats, Edouard Philippe a dit avoir "bon espoir", en "expliquant les vertus du système universel et en montrant toute la souplesse dont il est capable, de dépasser cette phase d'opposition initiale et de pouvoir travailler en bonne intelligence avec les organisations syndicales, les représentants de ces professions et le Parlement".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1346) : 15 & 16 JANVIER 2020

Mercredi 15 janvier 2020 - Dmitri Medvedev remet la démission du gouvernement russe :

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a présenté mercredi au président Vladimir Poutine la démission de son gouvernement, une annonce surprise après un discours du chef de l'Etat annonçant une réforme de la Constitution. "Nous, en tant que gouvernement de la Fédération de Russie, devons donner au président de notre pays les moyens de prendre toutes les mesures qui s'imposent. C'est pour cela (...) que le gouvernement dans sa composition actuelle donne sa démission", a dit M. Medvedev dans des propos retransmis à la télévision.

Le président a remercié son Premier ministre sortant et ses ministres, leur demandant d'expédier les affaires courantes jusqu'à la nomination d'une nouvelle équipe. "Je veux vous remercier pour tout ce qui a été fait, exprimer ma satisfaction pour les résultats obtenus (...) même si tout n'a pas réussi", a-t-il dit.

M. Medvedev, proche parmi les proches de Vladimir Poutine, a expliqué démissionner à la suite de la décision du président d'apporter des "changement fondamentaux à la Constitution" russe, des réformes qui modifient, selon lui, "l'équilibre des pouvoirs" exécutif, législatif et judiciaire.

Vladimir Poutine a proposé mercredi une série de réformes de la Constitution russe devant renforcer les pouvoirs du Parlement, tout en préservant le caractère présidentiel du système politique qu'il pilote depuis 20 ans. La principale mesure annoncée vise à renforcer le rôle du Parlement dans la formation du gouvernement, lui donnant la prérogative d'élire le Premier ministre que le président sera alors "obligé de nommer". Actuellement, la Douma confirme le choix du chef de l'Etat.

Selon M. Poutine, il s'agit d'un changement "significatif" pour lequel il a jugé la Russie assez "mûre". Les deux chambres du Parlement sont aujourd'hui dominées par des forces pro-Poutine et ne s'opposent jamais aux volontés du Kremlin.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1346) : 15 & 16 JANVIER 2020

Mercredi 15 janvier 2020 - Ségolène Royal : une enquête ouverte sur ses frais en tant qu'ambassadrice des pôles :

Le parquet national financier a ouvert une enquête préliminaire concernant l'usage fait par Ségolène Royal des moyens mis à sa disposition en tant qu'ambassadrice des pôles, a-t-il annoncé mercredi à l'AFP, confirmant une information de franceinfo.

L'ex-candidate socialiste à la présidentielle de 2007, qui occupe cette fonction bénévole depuis 2017, avait été mise en cause par franceinfo pour avoir utilisé à des fins personnelles --notamment la promotion d'un de ses livres-- l'enveloppe mise à sa disposition pour ses frais d'ambassadrice.

Chargée de la négociation internationale pour les pôles arctique et antarctique, elle dispose d'une enveloppe de 100.000 euros par an et de trois collaborateurs, financés par le ministère des Affaires étrangères. Après l'enquête de franceinfo l'épinglant, elle avait réagi en dénonçant des "insinuations" selon elle "calomnieuses et diffamatoires". L'ancienne ministre de l'Environnement est sur un siège éjectable, après avoir tancé à plusieurs reprises le gouvernement. Mardi, elle a elle-même estimé avoir été licenciée, après avoir reçu un courrier des deux secrétaires généraux du Quai d'Orsay la sommant de taire ses critiques et envisageant de "mettre fin" à ses fonctions. "Un prochain Conseil des ministres pourrait examiner le projet de décret mettant fin à vos fonctions d'ambassadrice", ajoute la lettre dont le Canard enchaîné a reproduit des extraits et que Ségolène Royal a elle-même publiée mardi sur sa page Facebook.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1346) : 15 & 16 JANVIER 2020

Mercredi 15 janvier 2020 - Avion abattu en Iran : le président Rohani lance un appel pour plus de pluralisme :

Le président iranien Hassan Rohani a appelé mercredi à un changement dans le mode de gouvernance de son pays, reconnaissant implicitement que la catastrophe de l'avion ukrainien à Téhéran avait provoqué une crise de confiance envers les autorités.

Dans un pays où les valeurs fondamentales de la République islamique doivent s'imposer à tous, M. Rohani a lancé un appel à davantage de pluralisme et de transparence. Il a aussi érigé le peuple en "maître", au service duquel doivent se placer les autorités.

M. Rohani a tenu ces propos après l'émotion causée en Iran par la mort de 176 personnes majoritairement iraniennes et canadiennes dans la catastrophe du Boeing 737 de la compagnie Ukraine International Airlines (UIA), abattu il y a une semaine par les forces armées du pays. Le drame est survenu dans un environnement de tensions extrêmes entre la République islamique et les Etats-Unis. L'animosité entre les deux pays va grandissant depuis que le président américain Donald Trump a dénoncé unilatéralement en 2018 l'accord international sur le nucléaire iranien (2015) --qui avait permis un retour de l'Iran dans la communauté des nations-- avant de rétablir des sanctions économiques contre Téhéran.

Elle a atteint un nouveau pic avec l'élimination le 3 janvier à Bagdad, du général Qassem Soleimani, architecte de la stratégie iranienne au Moyen-Orient, tué par une frappe de drone américain.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1346) : 15 & 16 JANVIER 2020
LA MARCHE DU MONDE (1346) : 15 & 16 JANVIER 2020
LA MARCHE DU MONDE (1346) : 15 & 16 JANVIER 2020
LA MARCHE DU MONDE (1346) : 15 & 16 JANVIER 2020
LA MARCHE DU MONDE (1346) : 15 & 16 JANVIER 2020

Mercredi 15 janvier 2020 - L'ours qui aimait les arcs-en-ciel :

Des images magnifiques. La photographe russe Liana Varavskaia a immortalisé une scène insolite : un ours brun solitaire a semble-t-il profité de la vue et du spectacle d'un arc-en-ciel pour s'offrir comme un moment de réflexion. La scène s'est produite dans la réserve naturelle de Kronotski, située dans la province du Kamtchatka du Sud, à l'extrême-est de la Russie.

Paradis naturel de la faune et de la flore, la réserve naturelle de biosphère d'Etat de Kronotski est depuis 1934 destinée à l'étude des sciences naturelles. Elle couvre une superficie 11 421 km2 avec des chaines de montagne, des volcans actifs et même des geysers, au bord de l'Océan Pacifique. Classée au Patrimoine mondial de l'Unesco, elle est uniquement accessible aux scientifiques ainsi qu'à quelques visiteurs privilégiés chaque année. De nombreuses espèces animales y vivent en toute sérénité, dont une importante population d'ours bruns.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1346) : 15 & 16 JANVIER 2020

Mercredi 15 janvier 2020 - Politique de la ville : le coup de gueule de Jean-Louis Borloo :

Peu présent dans les médias, l'ancien ministre Jean-Louis Borloo a livré un diagnostic très sévère de la politique de la ville, mercredi au Sénat.

Jean-Louis Borloo ne souhaitait pas faire de vagues. Devant les sénateurs de la commission des Affaires économiques, mercredi matin, il a pris la parole en lançant d'abord un avertissement : «Bien entendu, je considère que cet échange est confidentiel...» La présidente de la commission, la sénatrice LR Sophie Primas, a immédiatement douché les espoirs de discrétion de l'ancien maire de Valenciennes : «Il est retransmis sur Facebook Live, monsieur le ministre.» Se reprenant, Jean-Louis Borloo a poursuivi : «Ce que je veux dire, c'est que je ne suis pas dans un agenda politique (...) je ne veux pas qu'il y ait la moindre polémique.» Et pourtant, la parole de l'ex ministre de la Ville avait toutes les chances d'être attendue : depuis la présentation de son rapport sur les banlieues en 2018 -qui avait été écarté par Emmanuel Macron- il s'est tenu à l'écart des micros.

Face aux sénateurs, il a tiré la sonnette d'alarme. A propos de la rénovation urbaine, dont il fut l'un des plus ardents promoteurs, il a estimé qu'elle était «totalement arrêtée». «Comment un dispositif, une ambition votée à l'unanimité des sénatrices et des sénateurs, (...) à l'unanimité des députés, saluée par les mamans des quartiers, les jeunes, les femmes, par les maires, par les présidents d'agglomération, par 100% des organismes de HLM... Comment cette décision de la nation française a-t-elle pu s'arrêter sans que personne ne l'ai jamais décidé? Ça mérite au moins une enquête (...) Ce n'est pas un problème à l'égard de tel ou tel gouvernement, c'est plus grave que ça.» Aux élus de la haute assemblée, il a lancé : «Vous ne vous sentez pas un peu bafoués? Moi je trouve que ça mérite une enquête parlementaire.» Il a notamment pointé du doigt les «petits hommes gris» de Bercy, qui voudraient selon lui mettre la main sur les fonds issus de l'action logement, financée par les employeurs. «Mais ça vous ne le dites pas dehors!»

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1346) : 15 & 16 JANVIER 2020
LA MARCHE DU MONDE (1346) : 15 & 16 JANVIER 2020
LA MARCHE DU MONDE (1346) : 15 & 16 JANVIER 2020
LA MARCHE DU MONDE (1346) : 15 & 16 JANVIER 2020
LA MARCHE DU MONDE (1346) : 15 & 16 JANVIER 2020

Mercredi 15 janvier 2020 - A Milan, une campagne choc avec les visages violentés de Brigitte Macron et Michelle Obama :

Une campagne choc pour sensibiliser sur les violences faites aux femmes. A Milan, l'artiste italien AleXsandro Palombo a placardé une série d’affiches dans les rues avec les visages tuméfiés de Brigitte Macron, Michelle Obama ou encore Angela Merkel. Les visages violentés d'Hillary Clinton, d'Alexandria Ocasio-Cortez, d'Aung San Suu Kyi et ou encore de Sonia Gandhi font aussi partie de la campagne baptisée «Just because I am a Woman» (Juste parce que je suis une femme).

Sous chacun de ces visages portant des bleus, des traces de coup et des plaies, une phrase en anglais : «Je suis victime de violence domestique, je suis payée moins, j'ai subi une mutilation génitale, je n'ai pas le droit de m'habiller comme je veux, je ne peux choisir qui je vais épouser, j'ai été violée».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1346) : 15 & 16 JANVIER 2020

Mercredi 15 janvier 2020 - Sept démocrates pour plaider la destitution de Donald Trump au Sénat :

Les sept élus qui s'attireront, à coup sûr, les foudres de Donald Trump. Mercredi, Nancy Pelosi a dévoilé les sept élus démocrates choisis pour défendre la mise en accusation du président américain devant le Sénat où il sera jugé. Il s'agit d'Adam Schiff (Californie, président de la commission du renseignement), Jerry Nadler (New York, président de la commission judiciaire), Zoe Lofgren (Californie, présidente de la commission de l'administration de la Chambre), Hakeem Jeffries (New York, président du caucus démocrate du Congrès), Val Demings (Floride), Jason Crow (Colorado) et Sylvia Garcia (Texas). Quatre d'entre eux (Adam Schiff, Hakeem Jeffries, Jason Crow et Sylvia Garcia) ont une expérience du droit, en tant qu'anciens procureurs, chargés de litige ou juges.

Ces sept élus défendront, tels des procureurs, les charges votées par la Chambre des représentants et les accusations d'abus de pouvoir : ils soupçonnent Donald Trump d'avoir usé de sa fonction pour faire pression sur le président ukrainien Volodymyr Zelensky et demander l'ouverture d'une enquête sur un potentiel rival pour l'élection présidentielle, Joe Biden. Ce sont eux qui porteront les deux charges transmises la semaine prochaine au Sénat, après le vote de ce mercredi.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1346) : 15 & 16 JANVIER 2020

Mercredi 15 janvier 2020 - Les Etats-Unis et la Chine signent un accord commercial "historique" :

Donald Trump a signé mercredi, à la Maison-Blanche, un accord commercial avec la Chine, après des mois de bras de fer entre les deux pays.

"Etape historique": Donald Trump s'est félicité mercredi de l'accord commercial signé avec le vice-Premier ministre chinois Liu He qui suspend un bras de fer inédit entre les deux premières puissances économiques du monde. "Aujourd'hui marque une étape historique, une étape qui n'avait jamais été franchie avec la Chine, vers un accord commercial juste et réciproque entre les Etats-Unis et la Chine", a déclaré le président américain.

Cet accord va être profitable "à la Chine, aux Etats-Unis, au monde entier", a déclaré son homologue chinois, Xi Jinping dans une lettre adressée à l'hôte de la Maison-Blanche. Ce traité devrait largement profiter à la base électorale du président républicain, en particulier agriculteurs et industriels, victimes collatérales de la guerre commerciale. La Chine s'est engagée à acheter pour 200 milliards de dollars de produits américains supplémentaires au cours des deux prochaines années, selon le texte de l'accord commercial publié mercredi dans son intégralité, soit 94 pages.

Ces achats ont pour but de réduire le déficit commercial américain, grande revendication de la Maison-Blanche. L'accord contient également des dispositions relatives à la protection de la propriété intellectuelle et aux conditions de transfert de technologies, autres grandes exigences des Etats-Unis.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1346) : 15 & 16 JANVIER 2020

Jeudi 16 janvier 2020 - Le procès en destitution de Donald Trump ouvert officiellement au Sénat :

Le Sénat a ouvert solennellement jeudi le procès en destitution de Donald Trump, le troisième président de l'histoire des Etats-Unis confronté à telle avanie. Ce dernier reste optimiste sur une issue rapide de ce qu'il qualifie de "mascarade".

Du silence, des serments et de la gravité: le Sénat a ouvert solennellement jeudi le procès en destitution de Donald Trump, le troisième président de l'histoire des Etats-Unis confronté à telle avanie. "C'est une mascarade, c'est une honte", a tonné le milliardaire républicain, tout en affichant son optimisme sur une issue rapide à cet épisode qui entache sa campagne de réélection. "Ca devrait aller très vite...", a-t-il espéré, en comptant sur la majorité républicaine du Sénat pour être acquitté sans avoir à subir de longs débats.

Son procès, qui divise autant la classe politique que le pays, a commencé quand sept élus démocrates de la Chambre des représentants se sont présentés au Sénat pour lire l'acte d'accusation adopté le 18 décembre par leur assemblée. "Donald John Trump, président des Etats-Unis, a été mis en accusation pour des crimes et délits graves", a énoncé Adam Schiff, qui dirige cette équipe chargée du rôle de procureur. Il "a agi d'une manière contraire à la confiance placée en un président et subversive pour la conduite du gouvernement", a poursuivi l'élu d'un ton grave, empreint d'émotion. Selon un sénateur démocrate, des "frissons" ont alors parcouru l'assistance. Après une pause, les parlementaires sont revenus dans l'hémicycle pour prêter serment devant le chef de la Cour suprême des Etats-Unis, John Roberts, chargé par la Constitution de présider le procès.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1346) : 15 & 16 JANVIER 2020

Jeudi 16 janvier 2020 - Google vaut plus de 1000 milliards de dollars en bourse :

 Lorsque Google est entré en bourse, il y a plus de quinze ans, une seule entreprise du secteur de la technologie -Microsoft- se hissait dans le top 10 des plus grandes capitalisations boursières. En 2004, le conglomérat General Electric se plaçait en tête, devançant des groupes pétroliers et des banques. Aujourd'hui, alors que Alphabet, la maison mère de Google, vient de dépasser les 1000 milliards de dollars de capitalisation boursière, le paysage a bien changé.

Les géants du web dominent tout et malgré une valeur boursière vertigineuse, Google n'est pas le numéro un : Apple est en tête, valorisé à 1382 milliards de dollars, ainsi que Microsoft (1268 milliards). Amazon, qui avait dépassé le seuil de 1000 milliards de dollars en septembre 2018, valait jeudi 931 milliards.

Depuis 2004, la suprématie de Google sur Internet n'a jamais été sérieusement menacée. Selon les données de Statcounter, son moteur de recherche accaparait plus de 92% des parts de marché mondiales en décembre 2019.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1346) : 15 & 16 JANVIER 2020

Jeudi 16 janvier 2020 - Municipales: Les écologistes voient la vie en rose :

Forts de très bons sondages, ils espèrent créer la surprise dans de nombreuses grandes villes et s’ancrer durablement dans les territoires.

C’est comme si, en une année, le paysage politique à gauche avait été transformé. Reste à savoir si l’impression se confirmera aux municipales. Jusqu’à présent, une élection européenne n’avait jamais donné la tendance du scrutin suivant. Mais cette fois-ci, on assiste à une « poussée des listes vertes », assure Frédéric Dabi, le directeur général adjoint de l’Ifop. Les principaux concernés y croient. « L’alternance, ce sont les écologistes », claironne Yannick Jadot. Dans la majorité des grandes villes, les intentions de vote sont au-dessus de leur score aux européennes (13,48 %). Pour la première fois de leur histoire, ils sont en mesure de présenter des listes presque partout, première pierre d’un ancrage durable.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1346) : 15 & 16 JANVIER 2020

Jeudi 16 janvier 2020 - Réforme des retraites : la voie étroite de la conférence de financement :

Il aura fallu plus d’un mois de grève pour qu’un compromis se dessine sur l’âge «d’équilibre». La conférence de financement des retraites, d’abord proposée par Laurent Berger, a été acceptée par Matignon. Elle se tiendra dès la fin du mois et jusqu’en avril, parallèlement à l’examen du projet de loi au Parlement.

Afin d’échapper à la mise en place progressive d’un âge pivot à partir de 2022 pour aboutir à 64 ans en 2027, les partenaires sociaux qui y participeront devront essayer de s’accorder sur des mesures représentant 12 milliards d’euros en 2027, soit le chiffrage de la mise en place de cet âge pivot. Ces 12 milliards sont aussi dans la fourchette de l’estimation du déficit en 2025, réalisée par le Conseil d’orientation des retraites.

La voie est étroite. La lettre d’Edouard Philippe fixe les règles : «Ni baisse des pensions, pour préserver le pouvoir d’achat des retraités, ni hausse du coût du travail, pour garantir la compétitivité de notre économie.» Une phrase qui a fait bondir Philippe Martinez, avant même que la CGT ne se prononce : «Qu’est-ce qu’on va aller faire dans une conférence où on ne va pas discuter de tout?» FO compte y participer. «Je ne vais pas laisser le gouvernement et les employeurs décider du sort des salariés sans aller dire ce que j’en pense, explique Yves Veyrier. Je refuserai de m’en tenir au cadre donné par le gouvernement, qui nous interdit de négocier sur le coût du travail, ce qui me paraît très grave du point de vue de la conception du dialogue social.»

Le gouvernement n’exclut pas un «cocktail de propositions». Le Medef s’accroche, lui, à une mesure d’âge.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1346) : 15 & 16 JANVIER 2020

Jeudi 16 janvier 2020 - Pour 2022, Le Pen espère démontrer qu'elle est prête à "exercer le pouvoir" :

Marine Le Pen a annoncé lors de ses vœux à la presse jeudi qu'elle se lançait en campagne «pré-présidentielle» pour préparer une «grande alternance» à Emmanuel Macron lors du scrutin de 2022. «Au-delà des joutes du quotidien (...) nous sommes entrés dans une phase pré-présidentielle», a déclaré la présidente du Rassemblement national (RN), qui avait déjà dit vouloir être candidate à ce scrutin. Sa candidature doit encore être validée par son parti lors de son congrès en 2021.

«Ma décision a été réfléchie mais elle est prise. Mon projet est d'aller vers un projet d'unité nationale autour d'un grand dessein français, d'un grand projet fédérateur qui puisse réunir les Français d'où qu'ils viennent, un projet de grande alternance pour remettre le pays sur pied», a ajouté la finaliste de la présidentielle en 2017.

«C'est donc très tôt, sans préjuger de la décision qui appartient au congrès de notre mouvement qui aura lieu en 2021, que j'ai fait part de ma volonté de préparer la présidentielle», a-t-elle rappelé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens